Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 6

  • [Livre] Un bel âge pour mourir

    Un bel âge pour mourir.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : D'un côté il y a France, soixante et un ans, propriétaire d'une galerie d'art au caractère bien trempé.

    De l'autre il y a Marion, sa belle-fille, jeune mère célibataire et timide.

    Entre elles, une maison.

    France est-elle à l'origine des incidents qui visent à déloger Marion de la demeure familiale pour de sombres raisons financières ? Pour la jeune femme, cela ne fait aucun doute : même si France joue les grands-mères modèles, c'est elle qui a semé des sachets de mort aux rats sur le terrain de jeux. Mais Marion n'est-elle pas un peu fragilisée depuis la mort de son père ?

    Contrairement à ce qu'affirment tous les parents du monde, les monstres existent bel et bien. Et les contes de fées se transforment parfois en véritable descente aux enfers...

     

    Auteur : Barbara Abel

     

    Edition : Les éditions du Masque poche

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 27 mai 2015

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Quand j’ai commencé ce livre qui est mon 4ème livre de Barbara Abel, j’ai eu vraiment peur que ce ne soit prévisible car je commençais à trouver une certaine tendance chez l’auteur. Et je m’étais dit : Si c’est comme ça que ça finit, je ne lirais plus cet auteur. J’aime bien son écriture, mais si c’est pour deviner la fin dès le premier chapitre, pas la peine de perdre mon temps.
    Et puis… Ben et puis je l’ai lu (ben oui, le suspense était limité, j’avoue).
    Dès la couverture (bon et aussi le résumé qui nous aiguille un peu), on pense immédiatement à Blanche Neige. Cette pomme bien rouge sur ce fond bien sombre, sous une cloche de verre (bon ok, la cloche de verre c’est la belle et la bête, mais ne chipotons pas !)
    France est absolument ignoble. Je ne spoile pas, rassurez-vous, on l’apprend vers la page… allez disons la page 10.
    Marion est une fille courageuse mais qui est un peu brutale dans ses opinions (la manière dont elle parle parfois à son amie Hélène et la raison pour laquelle elle a coupé les ponts avec son père m’ont laissée un peu dubitative). Elle vit dans la maison de son enfance, que lui laisse occuper gratuitement son père.
    Mais le père de la princesse vint à mourir (euh pardons, en l’occurrence le père de la costumière). Et ne voilà-t-il pas que l’affreuse Belle-Mère (non si, si, croyez-moi, elle est affreuse) voudrait bien vendre la maison afin d’acheter un tableau de maître (oui elle est galeriste). Et que le défunt papa a négligé de faire un testament et que, par une série de micmacs (sans doute pour couillonner le fisc… bon ça, c’est pas dit, je fais des suppositions) la maison se trouve tomber dans l’escarcelle de la veuve éplorée. Qui intime à sa chère Belle-fille de foutre le camps et plus que ça merci bien.
    Sauf qu’il y a un petit détail qui vient toujours contrarier les plans des vilaines reines…euh des vilaines galeristes : la loi. Et le délai que la loi donne à Marion pour quitter les lieux ne convient pas, mais alors pas du tout à la vieille peau (on va pas se mentir).
    Et là, ça va légèrement (ouh l’euphémisme !) partir en c… vrille.
    Et à partir de là, on se régale (non, on n’est pas sadique mais bon… encore que… bon peut être un peu).
    On ne peut pas vraiment parler de revisite ou de réécriture de contes, mais les clins d’œil au conte se multiplient.
    J’ai tremblé en même temps que Marion. Mille fois je me suis dit : non mais c’est pas possible, elle sort d’où cette vieille peau, comment on peut berner son monde en toute impunité comme ça ?
    J’ai eu envie de baffer quelques personnages secondaires parce que, clairement, une simple vérification aurait été si simple à faire !!
    Jusqu’au bout, très honnêtement, j’aurais été bien incapable de vous dire laquelle des deux femmes allait emporter la partie. Je me suis même demander si elle n’allait pas finir par provoquer leur destruction mutuelle. Encore un livre de Barbara Abel que je n’ai pas pu lâcher avant la fin.

     

    Un extrait : Avant de poursuivre, Paul s’immobilise quelques instants pour la dévisager avec désolation.

    — Tu es quelqu’un de brillant, je dirais même d’exceptionnel, tellement supérieure à la plupart des femmes que je connais. Tu es intelligente et même à ton âge, les hommes se retournent encore dans la rue pour te regarder passer. J’ai toujours admiré ta force de caractère, la puissance de ta volonté, et même ce foutu orgueil qui m’a empoisonné la vie depuis le premier jour où…

    — Épargne-moi tes longs discours suffisants ! glousse-t-elle avec un aplomb teinté de mépris. La vérité, c’est que tu t’aperçois enfin que tu n’as pas assez de couilles pour conclure une affaire de manière simple et efficace.

    — Parce que tes méthodes d’intrigante aveuglée par l’appât du gain te paraissent simples et efficaces ? s’étrangle-t-il avec colère.

    Paul est en train de perdre ses moyens. Et, curieusement, France ressent comme une onde de soudaine sérénité l’envahir de la tête aux pieds.

    — J’ai agi uniquement dans notre intérêt ! répond-elle sans sourciller.

    — Faux ! Il n’y a que ce tableau qui t’intéresse ! Tu serais prête à tuer père et mère pour l’obtenir !

    — Oui ! C’est vrai ! s’exclame-t-elle avec exaltation. Herbert Lieben est un artiste qui dépassera la notoriété des Picasso, Dali et autres Van Gogh. Je l’ai découvert avant tous les autres et maintenant que le monde entier a les yeux braqués sur lui, je compte bien m’imposer, de gré ou de force. J’ai investi une grande partie de mon capital dans ses œuvres, du moins dans celles que l’on a déjà retrouvées. Aujourd’hui, le musée d’Orsay lui fait les yeux doux et depuis l’année dernière, le nombre des collectionneurs qui s’intéressent à lui a littéralement triplé. L’Histoire est en marche, Paul, plus rien ne pourra l’arrêter. La pièce maîtresse de son œuvre est enfin réapparue sur le marché. Je l’ai vue à la salle des ventes Gounot. C’est une pure merveille, un véritable chef-d’œuvre, l’apogée de ma collection. Dans deux mois, elle sera mise aux enchères pour je ne sais quelle œuvre de bienfaisance, et je peux t’assurer qu’elle fera date dans l’histoire de la peinture moderne. Si je parviens à l’acquérir, c’est le travail de toute une vie qui rejaillira sur nous.

    » Paul ! Tu dois me faire confiance, insiste-t-elle. Toute ma vie j’ai attendu cette occasion unique de pouvoir acquérir une pièce telle que celle-là. C’est une aubaine inespérée, je ne comprends même pas comment tu peux ne pas t’en apercevoir ! Chaque jour, j’ai prié ma bonne étoile avec ferveur pour qu’elle me donne l’opportunité de me mettre dans les rangs, pour qu’elle me donne ma chance. Ma chance, Paul ! Il n’y en aura pas d’autres. J’ai soixante et un ans, je vais bientôt prendre ma retraite… Le train est en gare, il va partir et je dois monter dedans !

    — En piétinant tout sur ton passage ?

    — Oui ! S’il le faut, je le ferai ! Personne ne pourra m’en empêcher !

    Paul la dévisage avec dégoût, le regard lointain, comme s’il découvrait brutalement la profondeur de l’abîme qui le sépare soudain de sa femme. Pendant quelques secondes, un silence opaque flotte dans l’air, hostile et venimeux. Les deux époux s’affrontent de part et d’autre du lit, sur lequel une valise déployée attend un prochain départ.

    — Tu es folle.

    Le visage cramoisi, il s’empare d’un tiroir de la commode qu’il vide rageusement dans son bagage, sans faire le détail. Une dizaine de paires de chaussettes atterrissent en rebondissant sur les chemises maladroitement pliées.

    France reprend espoir. La colère de Paul lui prouve que, peut-être, tout n’est pas perdu. Tant qu’il acceptera l’affrontement, elle aura encore une chance, infime peut-être, mais une chance tout de même de lui faire entendre raison.

    — Pourquoi refuses-tu de vendre la maison ? demande-t-elle tristement.

    — Tu n’avais pas le droit de me faire ça ! hurle-t-il en rejetant violemment le tiroir vide à l’autre bout de la pièce. Tu n’avais pas le droit d’appeler cette ordure de Cuvelier et de lui signer une promesse de vente en mon nom ! Cette maison m’appartient, jamais je ne la vendrai !

    — Elle m’appartient de moitié, Paul, rétorque-t-elle avec calme. Nous sommes mariés sous le régime de la communauté de biens et je possède une bonne part de tes actions immobilières. Tu devrais t’en souvenir.

    — Non ! Elle m’appartient, à moi et à ma fille.

     

    coup de coeur.jpg

  • C'est lundi que lisez vous? #153

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    La soeur du roi.jpg Rédemption.jpg Rebecca.jpg

    Fragiles.jpg L'histoire de la bête.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Michael Prescott.jpg la passe-miroir T01 les fiancés de l'hiver.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    Black Ice.jpg Charley Davidson T11.jpg La faiseuse d'ange.jpg

    Le froid modifie la trajectoire des poissons.jpg Les dames blanches.jpg mort-en-direct.com.jpg

     

    Et vous? Que lisez-vous?

  • Le tiercé du samedi #155

    podium.jpg

     

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres autoédités que vous avez adorés

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Korss'Hanes - T01 - L'Eveil

     

     

    L'éveil.jpg

     

     

     

     coupe d'argent.jpg

    La mécanique du chaos

     

     

    La mécanique du chaos.jpg

     

     

     

     coupe d'or.jpg

    Otage de ma mémoire

     

     

    otage de ma mémoire.jpg

     



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres traitant de la violation des droits de l’homme (esclavage, génocides…) qui vous ont le plus marqués

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Le petit poucet

    Le petit poucet affiche.jpg

     

    Titre original : Le petit poucet

     

    Réalisé par : Olivier Dahan

     

    Date de sortie : 17 octobre 2001

     

    Genre : Jeunesse

     

    Pays d’origine : France

     

    Durée : 1h31

     

    Casting : Nils Hugon, Pierre Berriau, Romane Bohringer, Elodie Bouchez, Catherine Deneuve…

     

    Résumé : Il était une fois Poucet, un petit garçon chétif, rejeté par ses parents paysans et souffre-douleur de ses frères.

    Les temps sont durs, la guerre dévaste la région. Une horde de soldats pille la ferme familiale, c'est la famine. Les parents de Poucet décident d'abandonner leurs enfants.

    Dans une immense forêt, livrés à eux-mêmes, ces derniers vont rencontrer des loups ainsi que les guerriers du terrible soldat à la jambe de fer. Mais par-dessus tout, ils vont se retrouver confrontés à celui qui hante les cauchemars de Poucet : l'Ogre, dévoreur d'enfants.

     

    Mon avis : Difficile de donner un avis sur le film. D’un côté, j’aime bien la manière dont le conte a été revisité avec l’introduction de la guerre qui explique l’extrême pauvreté des fermiers et le destin de Poucet. Même si c’est du vu et revu, j’aime beaucoup quand l’histoire est racontée par le personnage principal devenu vieux.
    J’aime bien aussi certains des acteurs, en particulier Elodie Bouchez (et sa robe ! J’avais vu une interview dans laquelle elle disait qu’elle pesait une tonne au point qu’on lui avait fait un siège spécial pour qu’elle puisse se reposer entre les prises).

    Le petit poucet femme de l'ogre.jpg

    En revanche, je ne vois pas l’intérêt de l’introduction de Rose, la fille de l’ogre qui refuse de devenir une ogresse.

    Le petit poucet rose.jpg

    J’ai trouvé que le tout était souvent surjoué , à part pour le rôle de la reine, tenue par Catherine Deneuve, et que la réalisation était parfois un peu trop onirique pour moi.

    Le petit poucet la reine.jpg

    En fait, quand on regarde le film, on a l’impression d’être devant un film des années 70. Tout semble dépassé, obsolète… C’est vraiment dommage.
    Les vieux films ont du charme, mais un film de 2001 qui tente d’imiter le style des vieux films n’a pas ce charme et je n’ai pas réussi à dépasser tout ça.
    Pour finir, je n’ai regardé ce film que d’un œil, car je n’aurais pas pu, sans m’ennuyer, me plonger complètement dedans.
    J’espère qu’on aura un jour une version un peu plus moderne et surtout plus aboutie. Je n’attends que ça !

     


     

     

  • [Livre] Contes de fées pour héroïnes d’aujourd’hui

    Contes de fées pour héroïnes d'aujourd'hui.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Les contes de fées ont bercé notre enfance, si bien que les schémas du Prince charmant, de la princesse à la chevelure dorée, de la méchante sorcière et du château enchanté ont fait leur place dans notre inconscient collectif. Et si les classiques volaient en éclats ? Et si, au contraire, la magie des contes d’autrefois existait toujours ? De notre époque moderne aux mondes féeriques, d’un Fantastique léger vers un Merveilleux exalté, la vie peut être un conte de fées ! L’anthologie comporte six nouvelles. La ligne de l’anthologie, du Fantastique au Merveilleux, accompagne progressivement le lecteur d’une romance moderne vers un univers totalement fantasy.

     

    Auteur : Collectif

     

    Edition : Roses bleues

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 2012

     

    Prix moyen : 15€

     

    Mon avis : Franchement ? J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps en lisant ce recueil de nouvelles toutes plus mal écrites les unes que les autres. D’un mélange hyper prévisible, sans le moindre rebondissement du diable s’habille en Prada et de Cendrillon à une nouvelle se passant au pays des merveilles où celle qui est censée être l’héroïne ne fait rien, ne dit quasiment rien et est renvoyé dans ses pénates on ne sait comment (d’ailleurs on ne sait pas non plus comment elle est arrivée là), en passant par des histoires sans queue ni tête sur des malédictions qui pointent leur nez et se défont à leur guise ou sur une orpheline qui en un claquement de doigt se retrouve des années après sillonnant les routes à dos de cheval à la recherche de dragons…
    Si ce livre avait fait 40 pages de plus, je l’aurait abandonné. Je n’arrive même pas à croire le prix que les éditeurs osent demander pour ce recueil d’inepties où les auteurs semblent penser que nouvelle rime avec absence de trame, d’histoire, de cohérence.
    La seconde nouvelle remonte très légèrement le niveau grâce à l’humour qu’elle met en avant quand une jeune femme en mal de romantisme se rend compte que dans les contes de fées les filles sont censées être des victimes cruche comme pas deux et ne se prive pas de faire savoir aux différents personnages ce qu’elle en pense.
    Mais en dehors de ces quelques pages qui nous arrachent un sourire : poubelle ! Et sans remord !

     

    Un extrait : La rédaction du magazine « B.M » (Beautiful Model) était en effervescence. En plus du bouclage prévu pour la semaine suivante, le mensuel organisait en l'honneur du créateur Umberto Magnelli un gala à l'occasion de ses trente années de carrière. L'événement, qui se tiendrait le soir même dans un des palaces de la ville, faisait l'objet de toutes les attentions, et ce depuis plusieurs semaines.

    Bien que le gros du travail fût abattu, les détails n'en restaient pas moins importants. Tout devait être parfait ! Au milieu de cette agitation ambiante, Charlotte avait mémorisé par cœur, bien malgré elle, ce leitmotiv que sa supérieure vociférait à chaque instant, la voix de Zvetlana Babouchka s'invitant jusque dans ses rêves depuis près d'un mois. « Tout doit être parfait » entendit-elle à l'autre bout du couloir. Charlotte se redressa aussitôt et prit un air concentré, alors que le bruit des talons se rapprochant faisait frémir ses collaborateurs. Si ces derniers, qui ne travaillaient pas directement avec le « monstre venu du froid », délicat surnom qu'ils lui avaient trouvé, en avaient des maux de ventre, que pouvait bien ressentir Charlotte ? Ils saluaient d'ailleurs son courage et l'air impassible qu'elle affichait, s'imaginant qu'elle se gavait d'antidépresseurs pour tenir la distance et faire bonne figure. En réalité, elle prenait simplement la vie avec philosophie. Sa place dans le magazine n'était que temporaire, juste une expérience à ajouter à son CV pour son cursus d'assistante de direction, même si, dans cet emploi précis, elle n'officiait pas auprès du directeur, soit la rédactrice en chef du magazine de mode. Non, Charlotte était en fait l'assistante de son assistante. Aux yeux des autres, le poste qu'elle occupait était prestigieux. Être dans la sphère de Zvetlana Babouchka signifiait beaucoup ! De nombreuses filles étaient passées par là avant elle mais aucune n'avait fait long feu, souvent virée sans ménagement par la Zvetlana des mauvais jours, et ces mauvais jours-là étaient nombreux ! Il était d'ailleurs étonnant qu'elle ait engagé une personne comme Charlotte. En effet, celle-ci ne correspondait pas au genre de la maison : elle portait une taille 2, chaussait du 39, avait eu un brusque arrêt de croissance à l’âge de douze ans et ses cheveux roux hirsutes n'arrangeaient rien. Sa seule similitude avec les autres filles, et notamment sa cheffe, était ses yeux bleus. Toutefois, cela s'arrêtait à leur couleur, car ils n'affichaient pas la même expression. Il faut dire que Zvetlana n'avait pas volé son sobriquet.

    — Charlotte ! Bureau ! lança-t-elle en passant devant son poste, un gobelet à la main.

    Il était 09h02 et, comme toujours à cette heure, Zvetlana la conviait à une réunion.

    Charlotte souriait intérieurement quand elle entendait cet ordre. Lors de son premier jour, elle avait cru la suivre dans un espace privatif, aux murs solides et impénétrables. En vérité, elle n'avait eu qu'à se déplacer un meuble plus loin. N'était-ce la décoration personnelle de Zvetlana, elle se serait crue à son propre bureau.

     

    Déçue 1 étoile.jpg

  • [Livre] Miroir Miroir

    miroir miroir.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Il était une fois une jeune femme qui ignorait qu’elle était belle. Si belle qu’un roi en tomba éperdument amoureux. Il l’épousa et l’emmena vivre da Le roi avait une fille, Blanche Neige. Une vie de rêve commença pour faite de rires, de bals et de banquets. Tout était parfait. Jusqu’au jour où la guerre arriva, et qu’une ombre apparut dans le miroir de la reine. Une ombre qui allait déchaîner sa cruauté…

     

    Auteur : Serena Valentino

     

    Edition : Hachette

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 24 aout 2016

     

    Prix moyen : 14€

     

    Mon avis : Dans ce livre, on n’est pas totalement dans une réécriture de contes, puisque, à partir du moment où la reine veut tuer Blanche-neige, on rejoint presque parfaitement le dessin animé de Disney. Je dis presque parce que les pensées de la reine, qui est le personnage principal du livre, apporte une vision nouvelle sur la fin du Blanche Neige de Disney. Pour autant, le livre ne rejoins parfaitement le DA qu’à partir de la page 200 (sur 225) et, tout ce qui nous intéresse vraiment est tout ce qu’il se passe avant.
    Celle qu’on va appeler « la méchante reine » était la modeste fille d’un grand miroitier jusqu’à ce qu’elle soit remarquée par le roi, veuf depuis quelques temps.
    Très vite, ils se marient et la jeune reine s’épanouie très vite entre son mari qu’elle aime à la folie et Blanche-Neige, qu’elle appelle sa petite colombe et dont elle est très proche.
    Son père étant décédé peu de temps avant le mariage, le roi lui offre en cadeau de noce un immense miroir, une pièce magnifique, en l’honneur de son défunt beau-père. Très vite on sent un malaise vis-à-vis de ce miroir mais on n’en connaîtra les causes que plus tard dans le roman, en même temps qu’on apprendra la raison de l’obsession de la reine pour sa beauté.
    La famille aurait pu vivre dans le bonheur éternellement, mais le royaume est en guerre et le roi n’est pas homme à envoyer ses soldats au front pendant que lui reste sagement à l’abri de son château.
    A plusieurs reprises, il s’en va donc, et la jeune reine et Blanche-Neige, laissées en tête à tête (si on ne compte pas la centaine de domestiques) se rapprochent de plus en plus.
    Dans ce roman, l’auteur nous explique l’absence du roi, au début du dessin animé, et, même si on se doutait déjà qu’il était mort, on va savoir comment.
    L’auteur introduit plusieurs personnages dont trois cousines du roi dont on ne sait pas vraiment qui elles sont, mais qui vont jouer un rôle déterminant dans ce qui va se passer par la suite.
    La méchante reine ne provoque pas la peur qu’elle apporte dans le dessin animé, ou même dans le conte original. Ici on ressent avant tout pour elle de la tristesse et de la compassion. Sa vie n’est qu’une succession de souffrances et c’est pour s’en prémunir qu’elle va lentement basculer (un peu aidée quand même, si vous voulez mon avis) dans ce que le grand public connaît d’elle.
    J’ai beaucoup aimé le fait que Serena Valentino ne modifie pas les évènements du dessin animé pour les faire coller à sa vision du conte, mais amène on écriture vers ces évènements tout en intégrant des pensées, que l’on ne peut pas voir à l’écran, qui change complètement la perspective que l’on a pu avoir de ces scènes. J’ai eu l’impression de redécouvrir le Disney, beaucoup plus riche et complexe que je ne l’avais jamais vu.

     

    Un extrait : Seule dans ses appartements, la future reine fixait son reflet qui la dévisageait d’un air soucieux. Nul ne saurait voir sa vie changer de manière aussi drastique sans éprouver cette anxiété qui rongeait la jeune femme. Elle allait s’unir à l’homme de ses rêves, devenir mère de son enfant et reine d’un royaume. Reine ! Elle aurait dû être aux anges, cependant le miroir qui se dressait face à elle la troublait.
    Verona, sa dame de compagnie, toussota pour annoncer sa présence avant d’entrer dans la chambre. Ses yeux céruléens brillaient d’une joie sincère. Verona était radieuse, éclairée par une flamme intérieure, une flamme qui illuminait son teint et rendait sa chevelure de miel éclatante.
    La future reine lui sourit à peine. Pourtant, elle aimait sa dame de compagnie comme on aime une sœur. Avant d’arriver au château, elle n’avait jamais eu d’amies ni côtoyé la beauté ou même le bonheur. Sa vie, ici, lui avait tant apporté déjà !
    Blanche-Neige entra à la suite de Verona. C’était une enfant délicieuse, de trois ou quatre ans. Elle marchait toujours le pas léger, bondissant telle une biche, ses yeux éclairée d’une gaité inextinguible. Sa peau était plus cristalline que les premiers flocons de neige, sa bouche, boudeuse, plus rouge que le plus flamboyant des rubis et sa chevelure aussi noire et soyeuse que la robe d’un corbeau. Elle ressemblait à une délicate poupée de porcelaine qui aurait pris vie – surtout en ce jour, dans sa jolie petite robe velours cerise.
    Verona tenait la main de la princesse étroitement dans la sienne, espérant ainsi la dissuader de triturer les perles brodées sur sa tenue.

    - Blanche, ma chérie, cesse donc de jouer avec ces perles ! Tu vas finir par abîmer ta robe avant même le début de la cérémonie.
    La future reine se dérida enfin.
    - Bonjour, ma petite colombe, tu es si jolie aujourd’hui !
    Blanche-Neige sourit et se cacha dans les jupons de Verona, d’où elle lui lança une œillade curieuse.
    - Ta nouvelle mère n’est-elle pas ravissante elle aussi ? la pressa Verona en se penchant vers elle, tentant de l’amadouer tel on le ferait avec une animal effarouché.
    Blanche Neige acquiesça.

    - Alors, dis le lui, ma chérie.

    - Tu es très jolie aussi, maman, dit-elle, faisant fondre la future reine.
    Celle-ci ouvrit grand les bras. Après quelques encouragements de la part de Verona, Blanche Neige osa enfin se glisser dans son étreinte.

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] Sauvage

    Je remercie la masse critique de Babelio et les éditions Calman Levy pour cette lecture

     

    sauvage.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : De retour à Melbourne après un séjour éprouvant dans sa ville natale, l’agent fédéral Aaron Falk apprend la disparition d’Alice Russell. Cette dernière, qui n’est jamais revenue d’un challenge d’entreprise dans le bush, est son témoin clé dans une affaire de blanchiment d’argent à grande échelle.
    Alors que son enquête plonge Falk au cœur d’une nature magnifique mais impitoyable, surtout en plein hiver, il découvre que tous les participants à ce challenge ont quelque chose à cacher. Et qu’Alice, femme cruelle et insensible, est loin d’être appréciée par ses collègues. Le compte à rebours pour retrouver Alice vivante est enclenché mais, si les langues se délient progressivement, tout le monde ne semble pas prêt à coopérer.


    Auteur : Jane Harper

     

    Edition : Calmann Levy noir

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 04 Avril 2018

     

    Prix moyen : 22€

     

    Mon avis : Après une petite hésitation sur le titre (il a d’abord été annoncé sous le titre « par la force » puis « hostile » avant d’être titré définitivement « Sauvage »), voilà enfin le second roman de Jane Harper entre mes mains.
    Le livre est le second tome des aventures d’Aaron Falk et j’ai cru comprendre qu’il commençait juste après la fin du premier « Canicule ».
    Quelques allusions sont faites à ce premier livre, mais il n’est pas du tout nécessaire de l’avoir lu pour se plonger dans « Sauvage » (Bon, évidement, maintenant je meurs d’envie de lire « Canicule » qui a rejoint ma PAL).
    Le roman est conçu selon une alternance de chapitres que j’ai toujours bien aimé : un chapitre se passe dans le présent, avec l’enquête des policiers, puis un chapitre relate ce qu’il s’est passé. Le but étant que les chapitres traitant du « passé » (ici seulement une semaine plus tôt) finissent par rejoindre ceux du présent.
    La difficulté pour l’auteur est de donner suffisamment d’informations au lecteur pour qu’il ait l’impression d’en savoir plus que les flics, sans pour autant lui dévoiler toute la solution.
    Et Jane Harper y réussi parfaitement. J’étais persuadée de suivre la bonne piste et finalement, tout comme les femmes qui, perdues dans le bush, ont commencé à avoir du mal à s’orienter et par voir des choses là où il n’y avait rien, je me suis complètement laissée embarquée dans la mauvaise direction.
    Même si on espère retrouver Alice, on n’arrive pas à s’attacher à cette femme froide, insensible, méprisante et même carrément méchante. En fait, on espère qu’elle soit retrouvée pour qu’Aaron et sa coéquipière puissent continuer leur enquête de fraude et de blanchiment d’argent sans difficultés et non pour la sauvegarde d’Alice.
    En réalité, je n’ai pas vraiment trouvé l’ensemble des protagonistes sympathique, excepté Aaron, sa coéquipière et le policier de la police locale qui mène les recherches. Chacune des femmes a ses raisons de ne pas vouloir être totalement coopérative. Cependant, de toute, je pense que celle que j’ai préféré est Beth. Certes elle a eu des difficultés dans le passé, mais c’est une battante qui n’a aucunement l’intention de se laisser marcher sur les pieds, sauf pour protéger sa sœur.
    Les quelques critiques que j’ai lues sont unanimes sur le fait que « Canicule » est meilleur que « Sauvage ». Du coup, je suis encore plus impatiente de le lire parce que j’ai déjà trouvé « Sauvage » excellent.
    Un super thriller dépaysant qui met l’accent aussi bien sur l’enquête que sur le bush australien et ses particularités.

     

    Un extrait : Après coup, les quatre femmes qui restaient ne s’accorderaient vraiment que sur deux points. Un : personne n’avait vu le bush engloutir Alice Russel. Et deux : Alice avait la langue si acérée qu’elle pouvait vous blesser.

    Les femmes étaient en retard au lieu de rendez-vous.
    Le groupe des cinq hommes – qui avait atteint le panneau trente-cinq bonnes minutes avant midi, l’heure prévue – ressortir de la forêt en se congratulant. Ils avaient fait du bon boulot. Le responsable du séminaire d’entreprise les attendait, l’air chaleureux et accueillant dans sa polaire rouge réglementaire. Les hommes lancèrent leurs duvets high-tech à l’arrière du minibus, dans lequel ils grimpèrent avec des soupirs de soulagement. A l’intérieur, ils trouvèrent des provisions de fruits secs et des Thermos de café. Les hommes se penchèrent par-dessus la nourriture, tendant plutôt le bras vers le sac contenant leurs téléphones portables, qu’ils avaient dû abandonner dès leur arrivée dans le parc. Retrouvailles.
    Il faisait froid dehors. Rien de changé, de ce côté-là. Le pâle soleil d’hiver n’était apparu qu’une seule fois au cours des quatre jours précédents. Au moins, dans le minibus, on était au sec. Les hommes s’enfoncèrent dans leurs sièges. L’un d’eux balança une blague sur les femmes et leur talent pour lire une carte, et tous éclatèrent de rire. Ils burent du café et attendirent que leurs collègues les rejoignent. Cela faisait trois jours qu’ils ne les avaient pas revus ; ils pouvaient bien patienter encore quelques minutes.
    Ce n’est qu’au bout d’une heure que leur autosatisfaction céda la place à l’irritation. Les uns après les autres, les cinq hommes s’extirpèrent des banquettes moelleuses et firent le cent pas sur la piste de terre. Ils tendaient leurs portables vers le ciel, comme si cette longueur de bras supplémentaire allait suffire pour capter un réseau hors d’atteinte. Ils tapaient des textos impatients que ne recevraient pas leurs moitiés respectives, restées en ville. En retard. On a été retenus. Ces quelques jours avaient paru une éternité, et des douches chaudes et des bières fraîches les attendaient là-bas. Et le boulot, le lendemain.
    Le responsable du séminaire contemplait les arbres.
    Finalement, il décrocha sa radio.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez vous? #152

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Si ces lectures vous tentent, vous pouvez les acheter en cliquant sur leur image. Vous serez redirigés sur une plateforme super sympa.

      Captive.jpg Charley Davidson T10.jpg

    Paroles d'honneur.jpg

    lecture en cours.jpg

    La soeur du roi.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

     

      Rédemption.jpg Rebecca.jpg

    la passe-miroir T01 les fiancés de l'hiver.jpg Fragiles.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Le tiercé du samedi #154

    podium.jpg

     

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres que vous reliriez si une loi absurde vous interdisait d’en relire plus de trois

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est (dans mes lectures les plus récentes):

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Trahison

     

     

    Trahison.jpg

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Jamais plus

     

     

    jamais plus.jpg

     

     

     

     coupe d'or.jpg

    Heartless

     

     

    heartless.jpg

     


    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres autoédités que vous avez adorés

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Hansel et Gretel : Witch hunters

    Hansel et Gretel  Witch hunters affiche.jpg

     

    Titre original : Hansel and Gretel: Witch Hunters

     

    Réalisé par : Tommy Wirkola

     

    Date de sortie : 06 mars 2013

     

    Genre : Aventure, Action

     

    Pays d’origine : USA, Allemagne

     

    Durée : 1h28

     

    Casting : Jeremy Renner, Gemma Arterton, Famke Janssen

     

    Résumé : Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

     

    Mon avis : Après avoir tué la sorcière dans la maison de pain d’épices, Hansel et Gretel, contrairement au conte, n’ont pas essayé de rentrer chez eux. Non, furieux contre leurs parents qui les ont abandonnés en pleine forêt, ils partent à travers le royaume avec un seul but : tuer autant de sorcières qu’ils le peuvent. Leur duo est efficace et ils se font vite un nom dans le pays. Aujourd’hui adultes, ils monnayent leurs talents pour débarrasser les villages des sorcières comme d’autres viennent exterminer les rats.
    S’ils sont d’une loyauté sans faille l’un envers l’autre, ils se montrent parfois un peu brusques envers les autres. Gretel ne supporte pas les gros crétins qui méprisent les femmes et sont prêt à brûler n’importe laquelle d’entre elle sur un simple soupçon.

    Hansel et Gretel  Witch hunters gretel.jpg

    Et Hansel… et bien il ne supporte pas qu’on s’en prenne à sa sœur.

    Hansel et Gretel  Witch hunters hansel.jpg

    Quand ils sont engagés par le maire d’un village, qui veut recourir à des professionnels, aussi bien pour avoir une chance de retrouver des enfants enlevés par des sorcières (ou du moins pour sauver les autres enfants) que pour empêcher le shérif, un grand malade violent et au QI à peine plus élevé que ses sbires, de semer la terreur dans le village et alentours, ils ne se doutent pas qu’ils vont tomber sur un événement très rare et très important pour les sorcières. Et que leur venue dans ce village n’est pas uniquement due à leurs talents de chasseurs.

    Hansel et Gretel  Witch hunters shérif.jpg

    J’ai beaucoup aimé la relation qui lie Hansel et Gretel. Ils sont très protecteurs l’un envers l’autre mais sans cette jalousie qu’on voit souvent dans ce genre de duo. Ici ni Hansel ni Gretel ne voit d’un mauvais œil une éventuelle relation amoureuse pour l’autre. Ils ont une relation très saine (bon même si leur vie consiste à couper des sorcières en morceaux).

    Hansel et Gretel  Witch hunters duo.jpg

    Au fil du film on voir que ni l’un ni l’autre n’a digéré son passé. Hansel refuse catégoriquement de parler de leurs parents, malgré les quelques tentatives de Gretel d’aborder le sujet.
    Ce ne sont pas non plus des héros invincibles. Si les sorts des sorcières n’ont pas d’effets sur eux, ce n’est pas parce qu’ils sont si fort qu’ils ne peuvent pas être envoutés. Une explication sera donnée. Ils en prennent parfois plein la tronche et Hansel a gardé des séquelles de son séjour dans la maison en pain d’épices.
    Après, même s’il y a une histoire derrière, c’est avant tout un film d’action dans lequel une sorcière éclate en morceau toutes les 3 minutes. De là à le qualifier de film d’horreur, il ne faut rien exagérer, je suis une vraie froussarde, et je l’ai regardé sans problème.
    Si on est dans un monde de type médiéval, on reste quand même dans un univers de conte, d’héroïc fantasy : fusils, mitraillettes, taser… on a tout un arsenal moderne mais arrangé de manière à ce qu’ils ne soient pas totalement assimilés au monde contemporain : ainsi le taser doit être rechargé à la main et personne ne m’approchera avec la seringue à insuline d’Hansel !
    Le film joue avant tout sur l’action et l’humour et  n’est pas fait pour explorer en profondeur la psychologie des personnages. On nous donne juste ce qu’il faut d’explications pour que le tout demeure cohérent et que l’on passe un bon moment.