Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 6

  • Le tiercé du samedi #138

    podium.jpg

     

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres avec un animal sur la couverture que vous avez préféré

     

    Si les livres que je vous présente vous intéressent, vous pouvez les achetez sur bookwitty en cliquant sur leur image. Je touche une petite commission sur les achats mais cela ne change rien au prix pour vous.

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Maudit karma

     

     

    maudit karma.jpg

     

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Ça peut pas rater

     

     

    ça peut pas rater.jpg

     

     

     

     coupe d'or.jpg

    Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché (titre vo: muh)

     

     

    le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steack hache.jpg

     



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Vos trois livres préférés se passant à Noël

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Avatar

    Avatar affiche.jpg

    Titre original : Avatar

     

    Réalisé par : James Cameron

     

    Date de sortie : 16 décembre 2009

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h42

     

    Casting : Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver, Stephen Lang…

     

    Résumé : Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des " pilotes " humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi, les autochtones de Pandora.

    Sous sa forme d'avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d'infiltration auprès des Na'vi, devenus un obstacle trop conséquent à l'exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na'vi, sauve la vie de Jake...

     

    Mon avis : Je n’avais pas vu ce film depuis des années, et, si je désespère de voir un jour les suites tant promises par James Cameron voir le jour, je n’ai pas pu résister à me replonger dans les profondeurs de Pandora.
    Ce film pourrait presque se passer de scénario et ne s’appuyer que sur les décors fantastiques créés pour figurer la planète Pandora ainsi que les bestioles qui la peuplent, mais en plus il y a une histoire bien ficelée qui est une critique à peine voilée de la guerre en Irak.

    Avatar pandora.jpg

    Une phrase du protagoniste principal résume très bien ce que le reste du monde pense des Etats-Unis « A chaque fois qu’on veut quelque chose qu’un autre peuple possède, on en fait un ennemi ». C’est ce qui s’est passé pour le pétrole, dans le film c’est ce qu’il se passe pour un minerai dont je n’ai pas retenu le nom mais qui a une valeur marchande exceptionnelle (Parce que, ne nous voilons pas la face, l’entreprise qui emploie des marines pour occuper la planète et extraire le minerai se fiche bien des bienfaits de ce minerai pour la Terre comme des dégâts qu’ils provoquent lors de l’extraction pour Pandora. La seule chose qui compte à leurs yeux est le pognon qu’ils vont en retirer).
    Dès le début on constate qu’il y a une sorte de guerre entre les militaires, qui prônent la manière forte, et les scientifiques, qui s’intéressent à la planète et à ses habitants plus qu’à sa valeur marchande. On constate aussi que les relations entre humains et Na’vi, le peuple de Pandora, sont plus que tendues.

    avatar na'vi.jpg

    Dès l’instant où Jake Sully prend possession de son avatar, on en prend plein les yeux. La faune, la flore, tout est fantastiquement bien représenté.
    Dinotopia, la mini-série de Marco Brambilla, qui décidément sert d’inspiration à tout le monde, même quand les concernés s’en défendent (la capitale riche et extravagante qui s’oppose aux villages ternes et où le travail est particulièrement dur, rappelle un peu (beaucoup) l’univers développé dans Hunger Games) a clairement inspiré la scène du vol à dos d’on ne sait quoi. Dans Dinotopia ce sont des ptérodactyles, et il faut reconnaître qu’ils ont un peu le même look.

    Avatar vol.jpg

    Bien sûr James Cameron a eu un budget autrement important que Marco Brambilla et a bénéficié des avancées technologiques qui rendent sa scène bien plus impressionnante et merveilleuse, mais avouons quand même que l’idée est un peu similaire.

    On découvre le monde petit à petit, en même temps que Jake Sully, et, comme lui, on en prend plein les yeux.
    Je ne peux pas regarder les films en 3D mais j’imagine combien ça doit être impressionnant !
    Bien sûr, la fin est prévisible aussi bien les bonnes choses que les mauvaises pour peu qu’on y réfléchisse 5 minutes, mais ça n’empêche pas de passer un excellent moment.



  • [Livre] Le dernier repos de Sarah

    le dernier repos de sarah.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Tracy Crosswhite a passé vingt ans à mettre en doute les faits qui ont entouré la disparition de sa sœur Sarah et le procès criminel qui s’en est suivi. Elle ne croit pas qu’Edmund House – le violeur qui a purgé sa peine et a été condamné pour l’assassinat de Sarah – soit le véritable coupable. Pour que justice soit rendue, Tracy est devenue enquêtrice criminelle dans la police de Seattle, et a dévoué sa vie à la recherche des tueurs.

    Lorsque les restes de Sarah sont finalement découverts dans la ville où elles ont passé leur enfance, dans les montagnes de la région des Cascades, dans l’État de Washington, Tracy est décidée à obtenir des réponses à ses questions. Dans sa poursuite du véritable criminel, elle met à jour des secrets enfouis depuis longtemps, qui vont modifier la relation qu’elle entretient avec son passé, et ouvrir la porte à un danger mortel.

     

    Auteur : Robert Dugoni

     

    Edition : AmazonCrossing

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 26 janvier 2016

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : Ce thriller est mon premier coup de cœur du mois (je l’ai lu le 23 octobre, il était temps). J’ai été presque immédiatement emportée dans l’histoire et dès le 3ème ou 4ème chapitre, pour moi, tout le monde était coupable ! Je voyais des complots et/ou de tueurs partout !
    Le récit alterne entre passé et présent. Dans le passé on lit aussi bien des moments de la petite enfance de Sarah et Tracy que la période entourant la disparition de Sarah et le procès qui en a découlé. Dans le présent, on a affaire à une Tracy déterminée à savoir enfin la vérité sur ce qui est arrivé à sa sœur, quelque en soit les conséquences.
    La disparition de Sarah, avec la certitude de tous que la jeune fille est morte, a non seulement détruit sa famille mais aussi la petite ville de Cedar Grove. La peur et l’angoisse que cette disparition a jetée sur les habitants ont eu raison de la prospérité de la ville qui est à présent décrépite et sinistre.
    On peut comprendre la colère et l’acharnement de Tracy car, le récit de l’enquête, la présentation des preuves, tout nous démontre une investigation bâclée. On se dit que le sheriff avait une idée précise de qui devait être le coupable et qu’il a fait en sorte que les preuves concordent avec son idée.
    Détective dans la police criminelle de Seattle, Tracy ne peut, bien évidemment, pas se contenter d’une telle enquête et est bien décidée à tout faire pour faire éclater la vérité. Mais elle se heurte à un véritable mur. Que ce soit le Sheriff de Cedar Grove, les habitants, l’ancien avocat de celui qui a été condamné, tous refusent de lui apporter leur aide et lui font clairement comprendre qu’elle n’est pas la bienvenue dans la petite ville si c’est pour remuer le passé. Les tentatives pour l’empêcher d’avancer vont se répercuter jusque dans sa propre hiérarchie.
    Ce roman nous maintient dans une tension quasi insoutenable qui ne retombe que le temps de petits coup d’éclat : une étreinte entre Tracy et Dan, avocat et ami d’enfance (mais est-il honnête celui-là ? Je vous l’ai dit : TOUS DES SUSPECTS !!!), une tentative pour effrayer Tracy et l’empêcher d’atteindre son but…
    Le visage du coupable ne se dessine que quelques chapitres avant la fin et il m’a fallu relire trois fois le passage pour être sûre d’avoir bien compris.
    Tous les personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires, ont une importance dans la résolution de l’affaire. Chacun apporte une pièce à l’édifice qui nous amène à la révélation finale.
    Comme je vous l’ai dit, ce roman est un coup de cœur, et j’ai hâte de découvrir le prochain tome dans lequel on va retrouver Tracy, libérée du poids du mystère entourant la mort de sa sœur… A moins qu’on ne sache pas encore tout !

     

    Un extrait : Au bout de six ans à travailler côte à côte, Tracy savait interpréter les signaux de Kins. Elle connaissait ses humeurs et ses mimiques. Le matin, elle savait instantanément s’il avait passé une mauvaise nuit ou s’il s’était envoyé en l’air. Kins était son troisième équipier à la Criminelle. Floyd Hattie, le premier désigné pour travailler avec elle, avait annoncé qu’il préférait prendre sa retraite plutôt que de faire équipe avec une femme, ce qu’il avait fait. Son deuxième équipier avait duré six mois, jusqu'à ce que sa femme à lui rencontre Tracy au cours d’un barbecue et ne supporte pas l’idée que son mari fréquente d’aussi près une blonde célibataire d’un mètre soixante-dix-huit âgée de trente-six ans à l’époque.

    Lorsque Kins s’était porté volontaire, Tracy s’était montrée un tant soit peu sensible sur le sujet.

    — D’accord, mais ta femme ? avait-elle demandé. Elle ne va pas nous faire un problème de baise, elle non plus ?

    — J’espère que non, avait répondu Kins. Avec trois enfants de moins de huit ans, c’est à peu près la seule chose marrante qu’on fasse encore ensemble.

    Elle avait aussitôt compris que c’était un homme avec lequel elle pouvait s’entendre. Ils avaient passé un accord : une franchise totale, aucune rancœur. Cela fonctionnait depuis six ans.

    — Tu as quelque chose d’autre en tête, Kins ?

    Il soupira et rencontra son regard.

    — Billy m’a arrêté dans le couloir, expliqua-t-il en faisant allusion au sergent de la A Team.

    — J’espère qu’il avait une bonne raison pour retarder l’arrivée de mon café. J’en ai tué pour moins que ça.

    Mais Kins ne sourit pas à la plaisanterie. Le brouhaha provenant des informations télévisées du poste suspendu dans l’open space de la B Team filtrait dans la pièce. Un téléphone sonnait dans le vide sur un bureau.

    — Un rapport avec Hansen ? Les huiles les lui cassent sur cette affaire ?

    Il secoua la tête en signe de dénégation.

    — Billy a reçu un coup de fil du bureau du médecin légiste, Tracy, répondit-il en la regardant dans les yeux. Deux chasseurs ont découvert des restes humains dans les collines au-dessus de Cedar Grove.

     

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] Harry Potter et le prince de sang mêlé

    harry potter et le prince de sang mêlé.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l'entraîner ?

     

    Auteur : Joanne Kathleen Rowling

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 01 octobre 2005

     

    Prix moyen : 25€

     

    Mon avis : Harry s’affirme de plus en plus dans ce tome et remet de plus en plus en question les décisions de Dumbledore. Persuadé que Malefoy cache quelque chose de grave, il est exaspéré que personne ne veuille le croire.
    Il est vrai que les arguments de Ron, Hermione, Remus et les autres membres de l’ordre du Phoenix sont assez minables. Dire que Malefoy ne peut pas être au service de Voldemort parce qu’il n’est pas diplômé ! Comme si Voldemort allait avoir des scrupules à se servir d’un ado !
    J’ai trouvé qu’Harry était très perspicace et qu’il ne sous-estime pas son adversaire.
    En revanche, son attitude envers le livre du prince de sang mêlé est parfois un peu « limite ». Qu’il profite des conseils, de toute évidence avisés, pour les potions, je peux le comprendre, mais qu’il essais les sortilèges sans jamais se préoccuper de savoir les effets qu’ils pourraient avoir, c’est totalement inconscient et tranche avec la maturité dont il fait preuve par ailleurs.
    Kreattur est fidèle à lui-même. J’ai beaucoup aimé sa crise de colère dans les premières pages du roman, je l’imagine très bien en train de trépigner de rage !
    On voit aussi la nouvelle maturité du trio à travers leurs sentiments amoureux qui, malgré la guerre qui se déroule à l’extérieur et dont les conséquences touchent régulièrement des camarades de classe, leur causes quelques difficultés.
    Les cours particuliers que donne Dumbledore à Harry sont très intéressants mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander comment un sorcier aussi puissant que Dumbledore a pu laisser les choses aller aussi loin pour qu’un sorcier de la puissance de Voldemort s’épanouisse. Je me suis demandé ce qu’il se serait passé s’il avait convaincu le directeur Dippet que Tom Jedusor n’avait pas sa place à Poudlard.
    A force de donner des secondes chances et le bénéfice du doute à tous, il finit par faire souffrir ses alliés (Oui, j’aime pas plus que ça Dumbledore !).
    Les adultes semblent partagés entre vouloir faire plus confiance aux ados, conscients qu’ils ne pourront pas leur éviter d’être touché par la guerre qui fait rage, et l’impression que lesdits ados ne comprennent pas vraiment, qu’ils devraient simplement suivre les ordres.
    On retrouve aussi avec plaisir Fleur Delacour, au grand déplaisir de Mme Weasley.
    La fin du tome montre bien que les choses vont prendre encore un autre tournant et que le 7ème tome va être encore plus sombre.

     

    Un extrait : Harry n'avait pas encore bouclé sa valise. Etre délivré des Dursley après seulement une quinzaine de jours en leur compagnie lui semblait trop beau pour être vrai. Il n'arrivait pas à se débarrasser de l'impression que quelque chose irait de travers - sa réponse à la lettre de Dumbledore s'était peut être perdue, ou alors Dumbledore avait eu un empêchement ;il se pouvait aussi que la lettre ne soit pas du tout de la main de Dumbledore mais qu'il s'agisse d'une plaisanterie ou d'un piège. Harry n'aurait pas supporté de remplir sa valise pour devoir la vider à nouveau si ses espoirs étaient déçus. La seule disposition qu'il avait prise en vue d'un éventuel voyage avait été de mettre Hedwige, sa chouette des neiges, en sûreté dans sa cage.

    Sur le cadran du réveil, l'aiguille des minutes atteignit le chiffre douze. A cet instant précis, le réverbère qui se trouvait devant sa fenêtre s'éteignit.

    L'obscurité soudaine réveilla Harry comme s'il s'était agi d'une sonnerie de réveil. Il rajusta précipitamment ses lunettes et arracha sa joue de la vitre pour y coller le nez, scrutant le trottoir devant la maison. Une haute silhouette enveloppée d'une longue cape virevoltante remontait l'allée du jardin.

    Harry se leva d'un bond, comme s'il avait reçu une décharge électrique, renversa son fauteuil et commença à jeter dans sa valise tout ce qu'il pouvait attraper autour de lui. Au moment où il lançait à travers la pièce plusieurs robes de sorcier, deux grimoires et un paquet de chips, la sonnette de la porte d'entrée retentit.

    En bas, dans le salon, son oncle Vernon s'écria :

    - Qui diable peut bien passer nous voir à cette heure-ci ?

    Harry se figea, un télescope de cuivre dans une main, une paire de baskets dans l'autre. Il avait complètement oublié d'avertir les Dursley que Dumbledore allait peut-être venir. Se sentant gagné à la fois par la panique et l'envie de rire, il enjamba tant bien que mal sa grosse valise et ouvrit la porte de sa chambre à la volée juste à temps pour entendre une voix grave dire :

    — Bonsoir. Vous devez être Mr Dursley. J'imagine que Harry vous a prévenu que je venais le chercher ?

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Le monde des sorciers de J.K. Rowling - La magie du cinéma – T02 – Créatures fascinantes

    La magie du cinéma T02.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Une découverte fascinante des créatures et animaux fantastiques du monde des sorciers de J.K. Rowling.

     

    Auteur : Ramin Zahed

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 30 mars 2017

     

    Prix moyen : 27€

     

    Mon avis : Dans ce second tome, il y a moins de pop-up et de petits encarts secrets disséminés dans le livre que dans le premier tome, mais franchement, ça ne manque pas.
    Je trouvais déjà l’imagination de J.K Rowling plus que fertile en lisant les noms des différents créatures que rencontre Harry et ses amis dans Harry Potter, puis en lisant le petit bréviaires des animaux fantastiques, présentés comme un livre de classe de Harry, qui répertoriait toutes les créatures inventée par l’auteur, mais là, c’est encore plus époustouflant !
    Il faut dire que généralement, la création de créatures fantastiques passe mieux à l’écrit qu’à l’écran, quelques vagues descriptions et hop, l’imagination des lecteurs prend le relai. Mais les transposer à l’écran, c’est les ancrer dans la « réalité », ils prennent une forme définie, ce qui peut décevoir ceux qui les avaient imaginé autrement.
    Un choix malheureux et c’est toute la magie qui disparait.
    Ici, toute l’équipe a fait un travail d’imagination et de recherche remarquable, combinant sans relâche les descriptions de J.K Rowling avec les animaux de légendes, maintes fois décrits dans les textes au fil des siècles, et les animaux réels, contemporains ou disparus ; utilisant les caractéristiques de l’un appliqué à l’apparence de l’autre avec un talent exceptionnel ; affinant le tout jusqu’à obtenir un animal qui fasse « vrai ».
    J’ai par exemple beaucoup aimé le Nundu qui ressemble à une énorme félin dont la crinière se gonfle quand il rugit comme la collerette des cobras s’ouvre quand ils crachent.
    C’est un superbe livre que je suis ravie d’avoir dans ma bibliothèque et que je vais me faire un plaisir de feuilleter de temps en temps.

     

    Un extrait :

    magie ciné 1.jpg

    magie ciné 2.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez-vous? #138

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    La couleur des sentiments.jpg  Pour l'amour d'un terroriste.jpg Phobos - T04 - Victor Dixen.jpg

    Si les livres que j’ai lus cette semaine vous intéressent, vous pouvez les achetez sur bookwitty en cliquant sur leur image. Je touche une petite commission sur les achats mais cela ne change rien au prix pour vous. Si une image n’ouvre pas une page bookwitty, c’est que le livre n’y est pas encore disponible.

    lecture en cours.jpg

    L'exécutrice 6.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Puisque je suis entre deux challenges, je vais tenter d'avancer un peu, entre autres, dans mes suites de saga.

    Lire entre 2 défis.jpg

    Lire entre 2 défis 2.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Le tiercé du samedi #137

    podium.jpg

     

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres historiques (romancés ou non) que vous avez préférés

     

    Si les livres que je vous présente vous intéressent, vous pouvez les achetez sur bookwitty en cliquant sur leur image. Je touche une petite commission sur les achats mais cela ne change rien au prix pour vous.

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Prodigieuses créatures

     

     

    prodigieuses creatures.jpg

     

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Les 76 jours de Marie-Antoinette à la conciergerie

     

     

    Les 76 jour de Marie-Antoinette à la conciergerie T01.jpg

     

     

     

     coupe d'or.jpg

    Deux sœurs pour un roi

     

     

    deux soeurs pour un roi.jpg

     



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres avec un animal sur la couverture que vous avez préféré

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] De l’eau pour les éléphants

    De l’eau pour les éléphants affiche.jpg

     

    Titre original : Water for Elephants

     

    Réalisé par : Francis Lawrence

     

    Date de sortie : 04 mai 2011

     

    Genre : Drame         

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h55

     

    Casting : Reese Witherspoon, Robert Pattinson, Christoph Waltz, Hal Holbrook…

     

    Résumé : 1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. A la suite d'une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l'épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès. Mais leurs sentiments deviennent de plus en plus perceptibles et sous les yeux d'August, cette histoire d'amour les met irrémédiablement en danger.

     

    Mon avis : Je n’ai pas lu le livre, mais quand je vois le film et que je sais que l’auteur l’a écrit lors d’un défi consistant à écrire un roman en un mois, je ne peux qu’avoir envie de me plonger dedans, d’autant plus que, malgré les coupures et arrangements inévitables dans une adaptation à l’écran, l’auteur du roman, Sara Gruen, a trouvé le film très réussi.
    Je crois que je ne me lasserai jamais de voir et revoir ce film magnifique.
    Le meilleur acteur de ce film ? C’est une actrice : Tai, l’éléphante de 42 ans qui interprète le rôle de Rosie et qui joue parfaitement la peur, l’affolement, la souffrance et la colère (Bien que l’animal n’ait pas été maltraitée pendant le tournage, il existe une polémique selon laquelle elle aurait été dressée par la violence. Ces faits, révélés par une association après la sortie du film n’étaient pas connus du réalisateur et des acteurs, ce dont l’association a convenu. On se demande pourquoi, d’ailleurs, l’association, qui prétend détenir les preuves depuis 2005, à attendu plus de 6 ans pour les rendre publiques).

    De l’eau pour les éléphants Tai.jpg

    Le réalisateur nous plonge vraiment dans l’ambiance des états unis des années trente, en pleine crise financière et au beau milieu de la prohibition. On passe des paillettes et de la poudre aux yeux des spectacles du cirque et des bars clandestins à l’extrême pauvreté dans laquelle vivent non seulement les forains, qui passent des semaines sans être payés, mais aussi la population. Les costumes, en dehors du spectacle, sont volontairement sombres, ternes, la seule source de couleurs et de joie est dans les costumes de spectacle des artistes.
    Christoph Waltz joue à merveille le rôle d’August (dans le livre, il y a deux personnages que l’acteur a du interpréter en un seul personnage plus complexe), mais il faut dire qu’il excelle dans les rôles de méchants (ou de grand malade du moins).

    De l’eau pour les éléphants August.jpg

    Reese Witherspoon et Robert Pattinson forment un couple convaincant.

    De l’eau pour les éléphants couple.jpg

    On se demande si Auguste a toujours été aussi cinglé ou si c’est la dépression qui a fini par le rendre ainsi du fait du manque d’argent et d’un avenir toujours incertain. On ne peut pas s’empêcher de se dire que s’il a conquis une femme comme Marlène, c’est qu’à un moment ou un autre il a dû être charmant… ou alors qu’il cachait bien son jeu.

    L’histoire d’amour entre Jacob et Marlène est présente mais reste quand même en fil conducteur. La relation de chacun d’eux avec l’éléphante prend une place importante et les conditions de vie des gens du cirque, exploités, maltraités et à la merci des sautes d’humeur du « patron » restent au premier plan.
    Le tout forme un film magnifique et touchant dont on ne voit pas passer les deux heures.



  • [Livre] A tout jamais

    A tout jamais.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Landon Carter, maintenant un homme d'âge mûr, ne peut s'empêcher chaque mois d'avril, de repenser à sa dernière année de lycée. Il avait alors 17 ans, lorsque sa vie a été bouleversée à jamais...

    Enfant d'une famille riche dans un petit village, il n'était pas spécial et ne cherchait pas à l'être. Fuyant un père trop absent, il aimait sortir avec ses amis et s'amusait. Parfois, se moquer avec eux de la fille du pasteur : Jamie Sullivan, toujours prête à aider tout le monde, gentille et attentionnée envers tous. Président du conseil des élèves et sans cavalière pour le bal, Landon décide donc d'y aller avec elle. Il a alors l'occasion de mieux la connaître... Peu à peu, il tombe sous le charme de la jeune fille.

     

    Auteur : Nicholas Sparks

     

    Edition : Pocket

     

    Genre : Drame

     

    Date de parution : 21 novembre 2002

     

    Prix moyen : 6€

     

    Mon avis : Même si j’ai beaucoup aimé ce livre, ce n’est jamais qu’une énième reprise de Love Story, avec des protagonistes plus jeunes (peut-être pour faire plus dramatique ?)
    J’avais vu le film avant de lire le livre et j’ai trouvé que pour une fois, le film nous offrait une fin moins abrupte, plus développée et du coup plus satisfaisante. Il y a d’autres différences comme le physique de Jamie ou encore sa liste de choses à faire qui n’existe pas dans le livre mais qui a dû être rajoutée dans le film pour faire entrer un peu d’action dans l’histoire.
    Il faut dire que le livre est sans surprise, on sait assez vite de quoi il retourne et il n’y a aucun rebondissement.
    Le livre étant très court, tout se passe très vite. Un peu trop vite d’ailleurs : quand on voit le temps qu’il faut pour rentrer au cœur du problème, il reste très peu de temps pour le déroulement de l’histoire et on a l’impression que soudain les protagonistes ont sauté dans un train en marche pour aller plus vite.
    Le père de Landon est un politicien qui vit dans la capitale, et donc est souvent absent, mais, même si ce n’est pas le grand amour entre eux, Landon et lui se voit régulièrement, contrairement au film où le père est un médecin qui entretient de mauvais rapports avec son fils.
    Landon d’ailleurs n’est pas un mauvais garçon. Le pire qu’il fait est d’aller manger des cacahouètes dans le cimetière. Un vrai loubard !
    C’est un livre qui se lit rapidement et qui serre le cœur, mais quand on a vu Love Story ou lu le livre, on a juste l’impression d’un énorme plagiat et on se demande comment il se fait que personne ne semble s’en rendre compte.

     

    Un extrait : L’année de mes dix-sept ans, ma vie a changé à tout jamais.

    Je sais que certaines personnes sont intriguées en m’entendant dire cela.

    Elles me regardent d’un air étrange comme si elles essayaient de deviner ce qui a pu m’arriver. Ayant passé presque toute mon existence ici, je n’éprouve pas le besoin de m’expliquer. Ou alors il faudrait me laisser plus de temps qu’on ne m’en accorde en général : mon histoire ne se résume pas en deux ou trois phrases, on ne peut la réduire à un récit court et précis. Et même si quarante années se sont écoulées depuis, les gens d’ici qui me connaissaient alors se passent très bien de mes explications. En fait, mon histoire est aussi un peu la leur, car nous avons tous été touchés par elle.

    Mais moi, je l’ai été plus qu’aucun autre.

    J’ai cinquante-sept ans, pourtant je me souviens encore de cette année-là dans ses moindres détails. Elle revit souvent en moi, et, chaque fois que je la ressuscite, un curieux mélange de peine et de joie m’envahit. Parfois j’aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste, seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ? Je laisse donc mes souvenirs m’entraîner comme ils l’entendent.

    Nous sommes le 12 avril et en sortant de chez moi je remarque malgré le ciel maussade que les cornouillers et les azalées sont en fleur. Il fait frais et je remonte légèrement le col de ma veste, mais je sais que d’ici quelques semaines la grisaille cédera la place à ces journées qui font de la Caroline du Nord une des plus belles régions du monde.

    Mes souvenirs resurgissent, mon cœur se serre. Je ferme les yeux et les années défilent, comme les aiguilles d’une horloge qui tourneraient à l’envers. Et comme par les yeux d’un autre je me regarde rajeunir. Mes cheveux redeviennent bruns, les rides autour de mes yeux s’estompent, mes bras et mes jambes retrouvent leur tonicité. Ce que j’ai appris de la vie s’estompe et c’est l’innocence qui s’impose au fur et à mesure que cette année mémorable se rapproche.

    Puis le décor autour de moi se met à changer lui aussi : les banlieues envahissantes sont reconquises par les fermes, les rues du centre-ville s’animent. Les hommes portent des chapeaux, les femmes sont en robe. Et au bout de la rue, la cloche sonne dans le beffroi du tribunal.

    Je rouvre les yeux face au fronton de l’église baptiste, et tout en le contemplant, je me revois exactement.

    Je m’appelle Landon Carter, et j’ai dix-sept ans.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Hortense

    hortense.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : 1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »

    2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?

     

    Auteur : Jacques Expert

     

    Edition : Sonatine

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 9 juin 2016

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : J’ai bien aimé le schéma de ce livre. Sur toute la première partie, on ne suit que le point de vue de « Sophie », puis viennent s’intégrer des chapitres du point de vue d’Emmanuelle « Hortense », moins nombreux. Tout au long du roman sont intercalé des procès-verbaux d’audition concernant un évènement qui n’a pas encore eu lieu.
    Au début de l’histoire, on plaint beaucoup Sophie. Non seulement sa fille est enlevée mais l’enlèvement se fait avec une violence inouïe. Pour nous, Sylvain Dufayet est un salopart et on espère qu’il va vite tomber entre les mains de la police (précision : je n’ai pas lu le quatrième de couverture avant de lire !).
    Et puis, au fil de la lecture, Sophie nous parle de sa relation avec Sylvain, qui semble avoir tout du pervers narcissique, puis de sa relation avec sa fille. Et là, j’ai commencé à me sentir mal à l’aise. La relation entre Sophie et Hortense m’est apparu de plus en plus comme malsaine, obsessionnelle…
    Et puis j’ai réalisé que de la relation entre Sophie et Sylvain, on ne connaissait que la version de Sophie qui m’apparaissait de moins en moins comme fiable.
    J’ai commencé à me poser des questions : Est-ce que Sylvain est vraiment le monstre qu’elle nous a décrit ? Ou est ce qu’elle n’a pas supporté qu’il ne réagisse pas en tout comme elle se l’était imaginé dans une sorte de délire sur leur couple ? Et surtout : est-ce que Sylvain a enlevé Hortense pour faire du mal à Sophie, comme elle le prétend ? Ou a-t-il ressenti le besoin impérieux de protéger sa fille de la folie de sa mère ?
    De la même façon, on se demande pendant tout le livre si Emmanuelle et Hortense sont une seule et même personne ou si tout ne repose que sur l’imaginaire de Sophie.
    Je n’ai trouvé aucune preuve formelle pour étayer les allégations de Sophie. Il y a des coïncidences, c’est sûr, mais à aucun moment je n’ai eu de certitudes.
    Jusqu’au dernier chapitre, j’ai vraiment été emporté par cette histoire et la plume de l’auteur, même si j’ai trouvé une erreur dans le livre qui m’a un peu fait tiqué (Emmanuelle parle de sa mère en l’appelant Nathalie. 120 pages plus loin, la mère devient Pauline).
    Mais il y a un MAIS. Et un gros en plus. C’est la fin.
    La fin est plus que brutale. Aucune des questions que l’on se pose au fil du roman n’est résolue mais cette fin pose elle-même une nouvelle question qui ne trouve pas de réponse. J’ai eu l’impression que l’auteur ne savait plus comment se sortir de son histoire et qu’il a balancé un épilogue pour s’en débarrasser. Je pense qu’il aurait fallu encore 3 ou quatre chapitres + un épilogue pour finir ce roman correctement. Si la fin avait été digne de ce nom, il aurait pu être un coup de cœur, mais cette fin le fait sacrément dégringoler dans le classement.
    J’ai été très déçue. Je déteste ce genre de fin qui est complètement incohérente. Elle m’a donné l’impression d’avoir perdu mon temps à lire un roman inachevé. J’ai déjà lu des romans de Jacques Expert, mais celui-ci m’a vraiment déçue.

     

    Un extrait : Je n’aime pas les épais nuages noirs qui assombrissent Paris et qui déjà s’emparent de la colline de Montmartre. En quelques secondes à peine il fait presque nuit. Pourtant il est tôt, pas encore dix-neuf heures, et nous sommes passés à l’heure d’été dimanche dernier. Déjà, une lourde goutte de pluie se faufile sous le col de ma chemise de coton gris. Je devrais presser le pas pour échapper à l’orage qui menace. Mon petit logement, rue des Martyrs, où je vis depuis tant d’années, n’est plus très loin.

    Comme chaque soir de la semaine, je suis sortie du métro à Anvers, et je descends à présent l’avenue Trudaine. Ensuite, je prendrai à gauche. Je m’arrêterai chez Tong pour acheter cinq nems, mon dîner du soir, avec une des pommes granny dont je fais provision tous les samedis matin au Verger de Montmartre. J’arriverai à mon immeuble, au 42 bis. Je monterai jusqu’au troisième étage, en ignorant l’ascenseur. À mon âge, cinquante et un ans dans trois mois, je peux bien me contraindre à ce petit exercice. Et puis je déteste être enfermée dans le minuscule habitacle. Ils l’ont installé il y a quatre ans et je crois ne l’avoir utilisé qu’à deux ou trois reprises. J’ai toujours peur d’y rester bloquée.

    Ma soirée sera semblable à celle d’hier, semblable à celle de demain. Je ne veux rien d’autre que cette monotonie quotidienne. Elle me convient. Les week-ends par contre sont douloureux. Ils s’éternisent, interminables, aussi je me force à marcher jusqu’à la place du Tertre dans l’après-midi, le samedi comme le dimanche, quelle que soit la saison, qu’il pleuve à verse ou qu’il règne un soleil de plomb. J’aime traîner au milieu des peintres qui me saluent amicalement. Depuis le temps (si longtemps…) que je viens ici, tous me reconnaissent, me font un signe de tête. Aucun ne me parle, ils me sourient et cela me suffit. Sans doute ne suis-je pour eux que cette étrange dame qui vient tous les week-ends se promener parmi les badauds. Peut-être leur fais-je un peu peur ?

    Moi, je m’amuse du ballet des touristes, surtout ceux qui se font faire un portrait, ou pire, une caricature grotesque qu’ils payent une fortune. Puis je redescends par la rue Lepic et je prends le boulevard de Pigalle. Je reconnais chacun des rabatteurs qui tentent d’attirer dans son établissement les visiteurs naïfs ou les pauvres types en goguette. Je compte les vieilles putes qui semblent endurer l’ennui de leur sort encore plus que moi. Depuis le temps, à force de les entendre s’interpeller, j’ai retenu leurs prénoms. Pas sûr, en revanche, qu’elles aient jamais vraiment remarqué la femme sans âge qui passe chaque dimanche à leur hauteur.

    Cette femme sans âge, c’est moi, transparente, anonyme.

    Voilà ce que je suis devenue. Rien.

    Même pas un fantôme. Un fantôme, on finit toujours par le voir. Moi je ne suis rien, depuis une éternité, et cela m’indiffère.

    Mieux, cela me convient tout à fait.

    Une fois de retour chez moi, vers dix-huit heures, je tire les rideaux, et j’attends, allongée sur mon canapé couvert de toile grise, l’heure du dîner. Le week-end c’est un plat surgelé, qui me fait les deux jours. Ensuite, je lis un peu, puis je vais au lit, à vingt-deux heures précises. Je n’ai même pas besoin de regarder ma montre. Cette vieille montre, qui me vient de ma mère décédée il y a dix-neuf ans. Je la lui avais enlevée en cachette de mes deux frères, je l’avais prise à son poignet avant qu’on ne referme le cercueil. Ils prétendaient qu’elle voulait être enterrée avec.

    Mes frères ? Pierre, l’aîné, est mort dans son sommeil, d’une crise cardiaque. Sa veuve m’a raconté comment elle l’a découvert, encore chaud, à son réveil. Je ne suis pas allée à ses funérailles. Pourtant je l’aimais bien, celui-là, davantage que Philippe et Serge, mes cadets. Mais cela aurait été trop dur. Pas de voir son cadavre, non, ce que je ne voulais pas, c’était les revoir eux. Cette famille, mon père, mes deux frères, leurs femmes, et leur ribambelle de gamins bruyants

     

    Petite déception 2 étoiles.jpg