Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rendez-vous livresques

  • Premières lignes #73

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Rouille de Floriane Soulas.

    rouille.jpg

    Violante observait son reflet, éclaté dans les dizaines de miroirs qui tapissaient les murs et le plafond de la chambre. Elle aimait cet instant après les passes où, tant que personne ne parlait, il était encore possible d’oublier qu’elle venait d’ouvrir les cuisses pour une heure de plaisir à prix d’or. Elle savoura ce répit et le silence qui régnait dans la petite chambre, inspira lentement les odeurs de sueur et de parfum bon marché. Ses cheveux châtains dénoués lui chatouillaient le creux de la gorge. Des jetons cliquetèrent en tombant dans un petit bol en fer forgé posé près de la porte d’entrée, et le temps reprit sa course. La jeune fille poussa un soupir discret pour contenir sa frustration. Elle ramena le drap sur sa poitrine menue et frissonnante.
    – Y’a pas à dire, t’es vraiment la meilleure putain de toute cette foutue ville, rigola l’homme en reboutonnant son pantalon.
    – Je suis également la plus chère.
    – Tu vaux bien ton prix.
    L’homme s’avança vers la prostituée et lui saisit la nuque à pleine main pour mieux l’attirer à lui. Violante retint sa respiration quand l’haleine avinée de son client lui fouetta le visage. Elle posa un bras sur son torse tandis qu’il écrasait sa bouche contre la sienne et lui arrachait un gémissement de douleur. La jeune fille sortit les dents et mordit la langue qui fouillait sa bouche avant de se rejeter en arrière, rompant l’étreinte.
    – Hé ! je ne suis pas une de tes souris de trottoir, Angus ! s’exclama-t-elle en massant sa nuque douloureuse. Tu rajouteras un jeton pour ça.
    – Et dangereuse avec ça, marmonna l’homme en essuyant d’un revers de main le mince filet de sang à la commissure de ses lèvres.
    – Tu sais ce qu’on dit, chaton : « Quand tombe la nuit, choisis bien ta souris. »
    Violante s’extirpa du lit et attrapa sa robe qui traînait au sol. Les bras chargés de vêtements, sous le regard lubrique de son client, elle se dirigea vers le petit paravent qui cachait un nécessaire de toilette. Elle se nettoya et se rhabilla prestement, grimaça de douleur lorsque la prothèse qui prolongeait son auriculaire mutilé se prit dans un accroc de son jupon. Alors qu’Angus la regardait d’un air lubrique, elle tira un cordon qui pendait près de la porte. Quelques secondes plus tard, on frappait doucement. Violante alla ouvrir et un automate grinçant en tablier blanc déposa sur le guéridon un plateau où trônaient une bouteille de whisky à moitié vide et un verre, avant de disparaître en silence. Elle lui emboîta le pas, raflant au passage les jetons contenus dans la petite coupelle. Avant de refermer la porte, elle se retourna une dernière fois vers le marin et lui lança avec un sourire qui ne montait pas jusqu’à ses yeux : « Cadeau de la maison. » Celui-ci la salua en portant un pouce à son front et elle claqua la porte.
    De la musique résonnait depuis le rez-de-chaussée, accompagnée de rires et du murmure des discussions. Violante se concentra sur la poignée de pièces qu’elle tenait dans sa main. Quatre passes en trois heures. Une bonne moyenne, pensa la jeune femme. Elle avait encore le temps d’attraper un homme ou deux avant la fin de la nuit. Ou peut-être de s’éclipser pour rattraper son sommeil en retard. À peine cette idée sacrilège eut-elle traversé son esprit qu’elle perçut des bruits de pas dans l’escalier de service.
    Une démarche lourde qu’elle aurait reconnue entre mille. Elle se redressa d’un bond, rangea son butin dans une petite poche cousue à l’intérieur de son jupon et leva la tête vers Madeleine. Avec ses cheveux noirs striés de gris et ses yeux de rapace enfoncés dans un visage dodu, Madeleine régnait en maîtresse absolue sur
    Les Jardins Mécaniques. Du haut de son mètre soixante-cinq tout en embonpoint, la matrone darda sur Violante un regard venimeux. Elle planta les poings sur ses larges hanches.
    – Qu’est-ce que tu traficotes encore ? Les clients s’impatientent ! Et puis c’est quoi, ces cernes, là ?
    Elle saisit le menton de la jeune femme entre ses doigts épais et lui releva la tête. Violante croisa l’un des nombreux miroirs qui flanquaient le couloir. Deux grands yeux lui rendirent un regard terni par l’inquiétude. Son nez retroussé lui donnait l’air mutin que les clients du bordel semblaient tellement apprécier, une touche enfantine sous ses yeux hantés par l’absence de mémoire, d’identité. Elle n’avait ni la beauté ostentatoire mais un rien classique de Livia, ni les formes généreuses de la rousse Scarlett, ni le mystère androgyne de la discrète Diane. Mais il fallait reconnaître que les traînées sombres qui soulignaient ses paupières lui conféraient un certain charme, comme une aura de défiance qui se reflétait dans ses grands yeux hantés. Violante jugula sa colère et son dégoût et se contenta de hausser dédaigneusement les épaules.
    – Ne tente pas le diable, ma petite souris, la prévint Madeleine. Un claquement de doigts et tu retournes dans la rue.
    Violante suivit le regard de sa patronne, baissé sur son auriculaire manquant. Son doigt avait été remplacé par une prothèse en acier brillant, retenue à son poignet par une mince lanière de cuir.
    – Ça t’a pas réussi la dernière fois.

     

    Alors, tentés?

  • C'est lundi que lisez-vous? #230

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog I believe in Pixie Dust.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    on comptera les étoiles.jpg Les larmes de jundur T02 duelle.jpg soline.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    la liste de mes envies.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    PAL Ebook.jpg

    PAL Papier 1.jpg

    PAL Papier 2.jpg

    PAL Papier 3.jpg

    PAL Papier 4.jpg

    PAL Papier 5.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #72

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Qui je suis de Mindy Mejia dont vous pouvez lire ma chronique ICI

    Qui je suis.jpg

    Fuguer, ça craint.
    J’étais là, à l’endroit même dont j’avais si souvent rêvé pendant les cours de maths, devant le tableau des départs de l’aéroport de Minneapolis, et chaque détail était exactement tel que je me l’étais représenté. Je portais ma tenue de voyage : legging noir, ballerines et sweat-shirt couleur crème, trop grand, qui avalait mes mains et faisait paraître mon cou encore plus long et fin qu’en temps normal. J’avais ma belle valise en cuir et assez d’argent dans mon porte-monnaie pour m’envoler vers tous les endroits que j’avais imaginés. Je pouvais aller n’importe où. Faire tout ce que je voulais. Alors, pourquoi me sentais-je prise au piège ?
    J’avais quitté la maison en douce à 3 heures du matin, en laissant un mot sur la table de la cuisine, qui disait simplement : « À un de ces jours. Je vous aime, Hattie. » Un de ces jours, évidemment, ça pouvait vouloir dire n’importe quand. Dans dix ans peut-être. Je ne savais pas. Peut-être que la douleur ne disparaîtrait jamais. Peut-être que je ne pourrais jamais partir assez loin. Le « Je vous aime, Hattie », c’était un peu trop. Dans ma famille, on n’était pas du genre à laisser des messages d’amour dans toute la maison, mais même si mes parents soupçonnaient un truc louche, jamais ils ne penseraient que j’allais traverser le pays en avion.
    J’entendais presque la voix de maman : Ça ne ressemble pas à Hattie. Il ne lui reste plus que deux mois d’école avant la remise des diplômes et elle joue Lady Macbeth dans la pièce du lycée, bon sang ! Elle était tout excitée.
    Je chassai cette voix imaginaire pour parcourir de nouveau la liste des destinations, en espérant connaître cette exaltation que j’aurais cru ressentir en quittant enfin Pine Valley. Je n’avais pris l’avion qu’une seule fois, quand nous étions allés voir de la famille à Phoenix. Je me souvenais qu’il y avait un tas de boutons et de lumières sur mon siège et que les toilettes ressemblaient à un engin spatial. J’avais voulu commander quelque chose à l’hôtesse qui passait avec son chariot, mais maman avait des pâtes de fruit dans son sac, et c’était tout ce qu’on avait à manger, à part des cacahouètes, et je n’en avais même pas eu. Greg savait que je n’aimais pas ça, et il avait pris les miennes. J’avais été en colère pendant tout le reste du voyage parce que j’étais certaine que j’aurais aimé les cacahouètes de l’avion. C’était il y a huit ans.
    Aujourd’hui, ce serait mon deuxième vol, pour ma deuxième vie.

    Et je n’aurais pas été plantée là, paralysée et pitoyable, s’il y avait eu une place disponible dans l’un des vols à destination de La Guardia ou de JFK. C’était ça le problème quand on décidait, sur un coup de tête, de fuguer la veille de Pâques. L’aéroport ressemblait à un grand magasin le premier jour des soldes et la queue aux contrôles s’étendait jusque dehors, sur le trottoir. Il n’y avait pas de place pour New York avant lundi matin à 6 heures, mais ça faisait trop long à attendre. Il fallait que je quitte cet État dans la journée.

     

    Alors, tentés?

  • C'est lundi que lisez-vous? #229

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog I believe in Pixie Dust.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    le dernier magicien.jpg Saisons éternelles.jpg

    des étoiles plein le coeur.jpg princesse Sara T12.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    on comptera les étoiles.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    PAL Ebook.jpg

    PAL Papier 1.jpg

    PAL Papier 2.jpg

    PAL Papier 3.jpg

    PAL Papier 4.jpg

    PAL Papier 5.jpg


    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #71

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Nos vies en mille morceaux de Hayley Long

    Nos vies en mille morceau.jpg

    Mon frère Griff et moi, on a longtemps vécu avec notre maison sur le dos.
    On est nés à Londres, on était au jardin d’enfants à Munich, on est entrés à l’école à Shanghai et dans l’adolescence à Barcelone. Quand on est partis vivre à Brooklyn, on s’imaginait être les Anglais les plus cool du quartier. Et on l’était. Surtout parce qu’il n’y avait pas d’autres Anglais.
    Dans ces endroits, on s’est fait des amis du nom de Matilda, Maxim, Ibrahim, Li, Emilio et Lester, qui sont dispersés dans le monde, telles les miettes de notre passé.
    On avait des passeports remplis de tampons, et des canettes de Coca remplies de pièces de monnaie étrangères.
    On savait dire bonjour en plein de langues, et surtout au revoir dans ces mêmes langues.
    Car nos parents, des gens géniaux, avaient sans cesse la bougeotte. Ils étaient profs, et ils partaient enseigner comme ça leur chantait à travers le monde. Ils nous ont emmenés partout avec eux. Ce qui nous allait très bien.
    Jusqu’au jour où tout a changé.

     

    Alors, tentés?

  • Bilan du mois de septembre 2019

    Bilan lecture.jpg

     

    En septembre, j'ai lu seulement 15 livres pour un total de 5011 pages.
    C'est peu, mais en septembre il y a toujours plus de boulot au bureau et les quelques jours que j'ai pu poser au début du mois m'ont surtout servis à me reposer.

     

    Parmi mes lectures, il y a eu deux SP

    L'essence des ténèbres.jpg un couple irréprochable.jpg


    Puis, essentiellement des lectures choisies dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge

    halloween.jpg horizons T02.jpg les nocturnes.jpg

    les loups ne se mangent pas entre eux.jpg le cabinet des fées créatures fantastiques et merveilleuses.jpg le cabinet des fées sortilèges et enchantements.jpg

    le parfum de Katsu.jpg Les arcanes d'Hemera T01.jpg maitresse de tous les maux.jpg

    echange fatal.jpg the wicked deep.jpg contes du petit peuple.jpg

    apostasie.jpg


    Côté écran, pour une fois, j'ai vu plus de films que de séries! Ça doit être l'effet Pumpkin Autumn Challenge, comme les films que j'ai choisis entrent dans le challenge, ça me motive à les regarder.

    J'ai donc vu en série la dernière saison de Major crime
    major crimes saison 6.jpg


    Et en film, j'ai vu

    18677670.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg bird box.jpg descendants-3.jpg

    Le_Crime_de_l_Orient_Express.jpg Qu'est ce qu'on a encore fait au Bon Dieu.jpg

     

    Pour les achats hors livres, j'ai reçu ma box du mois dégusta box
    septembre box 2.JPG


    Et je me suis acheté un nouveau carnet de coloriage avec un ensemble de 160 crayons

    DSCF2038.JPG

    C'est tout pour ce mois-ci, on se retrouve le mois prochain pour le bilan d'octobre!

  • Mes sorties du mois #48

    octobre.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    Bandes-dessinées et mangas

    asterix-tome-38-la-fille-de-vercingetorix-1218589.jpgcedric-tome-33-sans-les-mains-1238467.jpgla-boite-a-musique-tome-3-a-la-recherche-des-origines-1234127.jpg

    minuscule-tome-7-1180987.jpgreine-d-egypte-tome-6-1239720.jpg

     

    Romans

    a-l-heure-de-la-vengeance-1237351.jpgchasseuse-de-vampires-tome-11-la-prophetie-de-l-archange-1239441.jpgeclats-de-glace-1239374.jpg

    falalalala-1240683.jpgla-disparition-des-enfants-greystone-1238237.jpgla-fabrique-de-poupees-1244811.jpg

    la-reine-courtisane-1245865.jpgl-automne-des-magiciens---l-integrale-1239543.jpgla-vie-a-plus-d-imagination-que-nous-1227061.jpg

    le-jeu-du-chuchoteur-1243583.jpgles-aventures-d-un-apprenti-gentleman-1240115.jpgles-oubliees-1243287.jpg

    lettres-a-l-assassin-de-ma-fille-1176268.jpgle-voile-de-l-oubli-1237353.jpgmadame-s-1232826.jpg

    mes-secrets-de-sorciere-cuisine-sante-et-cosmetique-1226006.jpgmortelle-tentation-864341.jpgnaufrage-1248096.jpg

    nevermoor-tome-2-la-mission-de-morrigane-crow-1237936.jpgn-habite-plus-a-l-adresse-indiquee-1215735.jpgphoneplay-tome-2-1247417.jpg

    sang-1225268.jpgthe-villains-tome-2-vengeful-1242653.jpgtous-tes-secrets-1225341.jpg

    un-palais-de-glace-et-de-lumiere-1240318.jpgverveine-et-l-equinoxe-d-automne-1243266.jpgvik---une-enquete-a-siglufjordur-1241341.jpg

     

    sorties du mois films.jpg


    3125098.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 4571673.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    4765874.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 4832911.png-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois de octobre?

  • Book Haul septembre 2019

    book haul.jpg

    Bon ce mois-ci, j'ai jeté la raison aux orties! Quoi que... Après tout qu'est ce que la raison? A partir de combien de livre peut-on dire qu'on a été déraisonnable?

    En plus, je les ai pas tous achetés, et quand je les ai acheté, je les ai pas tous achetés neufs!

     

    Commençons par les SP

    Le premier que j'ai reçu est un ebook que j'ai eu par la plateforme Simplement Pro.
    SP ebook.jpg

    Le second est un livre que j'ai remporté dans une masse critique privilégiée de Babelio
    Masse critique privilégiée.JPG


    Ensuite, j'ai acheté plusieurs livres d'occasion.
    1 sur Rakuten
    Rakuten.JPG

    Et 3 sur Gibert
    Gibert.JPG


    Bon après, en revanche, j'ai pas d'excuses ^^
    Je suis allée deux fois sur Amazon (oui, oui, deux fois)
    amazon.JPG

    amazon 2.JPG

    Puis j'ai fais une petite commande chez inceptio, pour acquérir les dernières sorties
    inceptio.JPG

    Et enfin, j'ai soldé mes points en allant sur France Loisirs
    france loisirs.JPG

    Croyez-moi, ça aurait pu être pire! J'attends un SP qui, à un ou deux jours près, va rentrer dans octobre, pareil pour deux précommande et des livres que j'ai chargé ma mère d'aller chercher mais que je ne récupérerais personnellement qu'en octobre!

    Donc oui, octobre sera certainement tout aussi déraisonnable que septembre!

    On verra ça le mois prochain!

  • C'est lundi que lisez-vous? #228

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog I believe in Pixie Dust.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    contes du petit peuple.jpg un couple irréprochable.jpg apostasie.jpg

    lecture en cours.jpg

    le dernier magicien.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    PAL Ebook.jpg

    PAL Papier 1.jpg

    PAL Papier 2.jpg

    PAL Papier 3.jpg

    PAL Papier 4.jpg

    PAL Papier 5.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

     

  • Premières lignes #70

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Le livre des choses perdues de John Connolly dont vous pouvez lire ma chronique ICI

    le livre des choses perdues.jpg

    Il était une fois – car c’est ainsi que toutes les histoires devraient débuter – un petit garçon qui avait perdu sa mère.
    À vrai dire, il avait commencé à la perdre voilà bien longtemps. La maladie qui la rongeait était une chose terrifiante et sournoise, un mal qui la dévorait de l’intérieur, consumant à petit feu sa lumière de sorte qu’au fil des jours ses yeux perdaient un peu de leur éclat et sa peau devenait un peu plus pâle.
    À mesure que sa mère lui était enlevée, morceau par morceau, le garçon devenait de plus en plus inquiet à l’idée de la perdre complètement. Il voulait qu’elle reste. Il n’avait ni frère ni sœur et, s’il aimait son père, il ne serait pas exagéré de dire qu’il aimait sa mère davantage encore. La perspective d’une vie sans elle lui était insoutenable.
    Le garçon, qui se prénommait David, faisait tout ce qu’il pouvait pour que sa mère reste en vie. Il priait. Il s’efforçait d’être gentil afin qu’elle ne soit pas punie pour les erreurs qu’il aurait pu commettre. Il se déplaçait dans la maison en faisant le moins de bruit possible et baissait toujours la voix quand il jouait à la guerre avec ses petits soldats. Il mit au point des rituels et tenta de s’y tenir scrupuleusement car il pensait que le destin de sa mère était, en partie, lié aux actions qu’il accomplissait. Il sortait toujours de son lit en posant d’abord le pied gauche, puis le droit. Il comptait toujours jusqu’à vingt quand il se brossait les dents et il posait toujours sa brosse dès qu’il avait fini de compter. Il touchait toujours les robinets de la salle de bains et les poignées de porte un certain nombre de fois. Les chiffres impairs étaient mauvais et les chiffres pairs très favorables, en particulier le 2, le 4 et le 8. Il se méfiait du 6 car 6 c’est 2 x 3 et 3 apparaît dans le nombre 13, et 13 est le plus mauvais de tous les nombres.
    S’il se cognait la tête quelque part, il la cognait toujours une seconde fois pour respecter les chiffres pairs. Parfois, il était obligé de la cogner encore et encore car elle semblait rebondir contre le mur, ou bien ses cheveux le gênaient et il s’embrouillait dans ses comptes. Bientôt, son crâne était tout endolori et David se sentait pris de vertiges et de nausées. Pendant toute une année, au pire moment de la maladie de sa mère, il transporta chaque matin de sa chambre à la cuisine les mêmes objets, qu’il rapportait chaque soir dans sa chambre : un petit recueil de contes choisis des frères Grimm et un exemplaire corné du magazine The Magnet. Le matin, il disposait soigneusement les livres, bord contre bord, sur sa chaise dans la cuisine, et les plaçait de la même façon le soir sur un coin du tapis de sa chambre. De cette façon, David contribuait à la survie de sa mère.
    Tous les jours, après l’école, il venait s’asseoir à son chevet et, si elle en avait la force, parlait un peu avec elle. Sinon, il se contentait de la regarder dormir, comptant chacune de ses respirations sifflantes et laborieuses, la conjurant de rester avec lui. Souvent, David apportait un livre et, si sa mère était éveillée et que sa tête ne la faisait pas trop souffrir, elle lui demandait de lui lire un passage. Elle avait ses propres livres – des romans sentimentaux, des romans policiers et d’épais volumes habillés de noir aux pages couvertes de lettres minuscules – mais elle préférait que David choisisse des histoires bien plus anciennes : des mythes, des légendes et des contes de fées, des histoires de quêtes et de châteaux dans lesquelles de dangereux animaux sont doués de la parole. David acceptait volontiers. Même si, à douze ans, il n’était plus vraiment un enfant, il éprouvait toujours une certaine tendresse pour ces contes, et plus encore depuis que sa mère semblait apprécier de les entendre lus par lui.
    Avant de tomber malade, la mère de David lui répétait souvent que les histoires étaient vivantes. Pas vivantes comme peuvent l’être les gens, ou même les chiens ou les chats. Les gens sont vivants, qu’on les remarque ou pas ; les chiens ont tendance à nous rappeler qu’ils sont vivants chaque fois qu’ils estiment qu’on ne fait pas assez attention à eux ; quant aux chats, ils excellent dans l’art d’ignorer les gens quand ça les arrange, mais c’est une autre histoire…


    Alors, tentés?