Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bandes Dessinées, mangas et albums

  • [Livre] Bride stories T12

    bride stories T12.jpg

    Lecture terminée le : 08 janvier 2021

    Résumé : Malgré les mises en garde de son ami Hawkins, Smith persévère dans son projet et se prépare à reprendre la route, cette fois-ci en sens inverse ! Son but est double : revoir les familles qui l'ont accueilli à bras ouverts lors de son périple, mais aussi les prendre en photo afin de garder d'elles une trace durable.
    Muni de son appareil, l'explorateur arrive à Antalya, escorté par Ali, Talas et Nikolovski, puis continue son chemin jusqu'en Perse. L'occasion pour sa future épouse de rencontrer à son tour les personnes qu'il avait croisées lors de son précédent voyage...


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-Oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 17 Septembre 2020

     

    Prix moyen : 7,95€

     

    Mon avis : La première partie de ce tome est assez étonnante car elle se concentre sur l'ennui.
    Car en effet, malgré une vie bien remplie, à l'exception d'Anis et de Shirin, qui restent assez désœuvrées la plupart du temps, il y a des moments où chacun s'ennuie.
    Ainsi Karluk ne partage pas forcément le goût de son beau-frère pour la contemplation des chevaux, Amir, exceptionnellement seule à la maison, tourne en rond et Pariya cherche des amies avec qui s'occuper. Quant aux jumelles, c'est comme toujours en faisant des projets inaccessibles qu'elles passent le temps. Finalement c'est Anis et Shirin, qui, quoique cloîtrées dans les appartements des femmes, s'ennuient le moins, trouvant toujours de l'occupation l'une avec l'autre.
    Anis a d'ailleurs un projet auquel son mari, comme à son habitude, ne s'oppose pas, mais l'aide à trouver une solution qui ne provoquera pas le veto des autres époux.
    Je me demande franchement si cet homme est capable de refuser quoi que ce soit à sa femme!
    Puis, on va retrouver Mr Smith, qui entreprend de faire le trajet en sens inverse, muni cette fois d'un appareil photo.
    La présence de Talas à ses côtés nous permet de voir des échanges sans tabous entre les femmes sur leurs différentes cultures. Les femmes se confient plus facilement les unes aux autres sans la réserve que pourraient montrer les hommes à un étranger comme Mr Smith, aussi sympathique soit-il.
    Et alors que ça aurait été impossible à Smith seul, Talas va lui permettre d'avoir un œil sur cet endroit strictement interdit aux hommes.
    On va également rapidement apercevoir la famille de Smith, en Angleterre, et j'avoue que je doute qu'ils accueillent Talas les bras ouverts.
    On ne peut que s'inquiéter pour l'avenir de la jeune femme.
    Mais avant que le jeune couple n'en soit là, ils ont encore de la route à faire.
    Si mes souvenirs sont bons, et que je me souviens bien des pérégrinations de Smith, je suppose que leur prochain arrêt sera dans le village des jumelles. Je me demande bien comment la douce Talas va gérer leur exubérance.
    En tout cas, j'ai hâte de lire ça!

     

    Un extrait :

    9791032706046_pg.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Yaga

    yaga.jpg

    Lecture terminée le : 08 janvier 2021

     

    Résumé : Depuis l’origine des temps, tous les enfants ont écouté des contes qui relatent les histoires de la terrible Baba Yaga. L’immortelle sorcière russe qui voyage sur un chaudron magique, souvent accompagnée de sa maison à pattes de poulet. On dit qu’elle est le mal incarné, un suppôt de Satan… Mais aucun de nous ne naît mauvais. Cette œuvre raconte l’histoire d’une petite fille douloureusement abandonnée à son sort, qui, par nécessité, deviendra ce monstre qui guette les enfants dans les éternels contes de Baba Yaga.


    Auteur : Pedro Rodriguez et Antoine Ozanam

     

    Edition : Spaceman project

     

    Genre : Bande dessinée

     

    Date de parution : 02 Septembre 2020

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : Tout le monde a entendu parler au moins une fois de la célèbre sorcière Baba-Yaga et de sa maison juchée sur une patte de poulet (Vous en avez entendu parler, hein?)

    Mais tous les comptes ne parle que de la vieille Baba Yaga. Or il a bien fallu que la grande sorcière débute un jour sa carrière. Et c'est exactement ce que propose à la BD d'Antoine Ozenam: nous montrer comment une jeune fille, Svetlana, frappée par les horreurs de la guerre, va être poursuivie par le malheur jusqu'à devenir celle qui hante les cauchemars de tous les enfants d'Europe de l'est.

    Enfant, elle réussit à fuir son village, dévasté par les hommes du tsar, avec sa meilleure amie. Les deux jeunes filles sont recueillies par une vieille guérisseuse, Baba, qui leur enseigne son art.

    À l'exception notable de l'un des jeunes hommes du village, qui entretient une relation discrète avec l'amie de Svetlana, le reste du village se montre plutôt hostile. On reste toujours sur la même vieille histoire: les talents de guérisseuse sont bien appréciés en cas de maladie, mais sont montrés du doigt en toute autre occasion. L'hypocrisie humaine.

    Et à l'arrivée du nouveau pope, il ne faut pas bien longtemps avant que le mot "sorcellerie" ne soit prononcé et que Svetlana ne doive fuir de nouveau.

    Toute la vie de Svetlana est marquée par les exactions des hommes du tsar, (ou des hommes tout court).

    C'est à cause d'eux qu'elle a dû fuir enfant, et leur menace plane sans cesse au-dessus d'elle, la poussant sans arrêt à prendre des décisions hâtives et radicales.

    Cette accumulation de drames, de trahisons, d'injustices, va la pousser dans la voie de la sorcellerie, malgré sa volonté de lutter contre cette vie-là.

    On va donc suivre la transformation inéluctable de Svetlana en la sorcière terrifiante Baba Yaga ainsi qu'à la mise en place de tous les éléments participants au mythe.

    Cette BD était originale, car je n'ai jamais vu d'histoire abordant la jeunesse de Yaga.

    Et bien que je ne sois pas particulièrement fan du coup de crayon, j'ai vraiment adoré cette BD.

     

    Un extrait :

    ori_aex_281802_9788417253721-page1.jpg

    ori_aex_281802_9788417253721-page2.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Sorceline - T03 – Au cœur de mes origines

    Sorceline T03.jpg


    Lecture terminée le
    : 08 janvier 2021

     

    Résumé : Maintenant que tout le monde sait enfin qui transformait les êtres vivants en statues de verre, on se demande bien comment le coupable a procédé. Tandis que Willa tente d'éclaircir les zones d'ombres qui planent encore au-dessus de ce mystère, Sorceline part à la conquête de ses origines en cherchant à découvrir d'où vient cet étrange animal qu'elle est la seule à voir. Malgré tout, il faut aussi s'occuper des créatures en détresse. Justement, l'arrivée d'un nouveau malade et la découverte de sa véritable nature vont jeter un voile trouble sur la ténébreuse île de Vorn...


    Auteur : Sylvia Douyé et Paola Antista

     

    Edition : Vents d'ouest

     

    Genre : Bande Dessinée

     

    Date de parution : 14 Octobre 2020

     

    Prix moyen : 10,95€

     

    Mon avis : Dans ce troisième tome, Sorceline poursuit son apprentissage en cryptozoologie en continuant à enquêter sur les événements des tomes précédents. Il semblerait que le coupable ait peut-être été désigné un peu hâtivement. Parallèlement, Sorceline continue à voir l'étrange créature qu'elle semble être la seule à distinguer. Si Sorceline se montre juste intriguée, il se pourrait que cette apparition ne soit pas forcément une bonne chose.

    Comme dans le tome précédent, on a ici un certain nombre de réponses à nos questions mais aussi de nouvelles interrogations.
    Et surtout, dans ce tome, un élément des origines de Sorceline va être révélé. Et quel élément!

    Du coup, je suis très impatiente de lire la suite!

    Comme toujours, les dessins sont superbes comme le choix des couleurs.

    Le seul reproche que je pourrais faire à cette superbe BD, c'est de nous donner sans cesse un goût de trop peu.

    Mais que voulez-vous, quand on aime...

     

    Un extrait :

    1f266651-ca63-42a0-b524-19f7b599efa2.jpg

    6ff29ee7-99a8-4c8e-ad96-d3719a4a6396.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Bride stories - T11

    bride stories T11.jpg

    Lecture terminée le : 15 août 2020

     

    Résumé : La ville réserve des surprises à Smith... Au détour d'une ruelle, il tombe nez à nez avec Talas, la jeune veuve qu'il avait voulu épouser à Kalaza. Loin d'avoir abandonné, elle est désormais prête à se faire passer pour morte afin de vivre avec celui qu'elle aime ! Voilà qui risque de bouleverser les plans du chercheur...


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 18 Avril 2019

     

    Prix moyen : 7,65€

     

    Mon avis : Dans ce tome, on se consacre surtout à Smith et Talas.
    Talas est une jeune femme volontaire qui a eu la chance de tomber sur quelqu’un de bien, prêt à l’aider à trouver le bonheur. Autant dire que ce genre d’homme n’était pas légion à cette époque (et où que ce soit dans le monde). On va suivre le périple de Talas pour rejoindre Smith.
    Talas a beau être volontaire et courageuse, il semble évident que sans la complicité et l’appui de son compagnon, jamais elle n’aurait pu rejoindre Smith.
    J’ai été contente, non seulement de retrouver Smith, puisque c’est à travers lui que l’on rencontre les différents protagonistes, mais de voir qu’il se préparait à revenir sur ses pas pour aller photographier les peuples déjà croisés.
    Si la présence d’Ali, le guide, promet toujours de l’humour, celle de Talas va permettre d’ouvrir certaines portes (je pense notamment à Anis et Shirin qui ne peuvent pas parler à un autre homme qu’à leur mari, mais qui pourrait avoir une conversation avec Talas).
    Dans ce tome, j’ai beaucoup aimé l’histoire de la « montre voyageuse ». C’était un passage assez amusant et très intéressant.
    On revient un peu sur les techniques de photographie auxquelles Smith va s’exercer afin d’être opérationnel sur la route.
    J’ai adoré la réaction de Talas, qui, après avoir servie de cobaye à Smith, découvre son apparence pour la première fois.
    J’ai hâte de voir le prochain tome et de voir le retour de Smith auprès des personnes qu’il a déjà rencontrées, et de suivre son périple alors que la menace russe est de plus en plus présente.

     

    Un extrait :

    bride-stories-tome-11-1384690.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Arte - T01

    arte T01.jpg

    Lecture terminée le : 20 septembre 2020

     

    Résumé : Florence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?


    Auteur : Kei Ohkubo

     

    Edition : Komikku

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 26 Août 2015

     

    Prix moyen : 7,90€

     

    Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce tome 1. J’aime beaucoup le dessin et le thème.
    Certes il y a quelques anachronismes mais il aurait été difficile de faire autrement. A cette époque, la jeune fille rebelle aurait été enfermée dans un couvent ou mariée avant d’avoir le temps de dire « pinceau » et il n’y aurait plus eu d’histoire.
    La romance ne me gêne pas, en ce sens q’Arte est une adolescente qui vit dans ses rêves, n’a jamais eu de liens avec un homme autre que son père lequel semblait plus ouvert d’esprit que les hommes de son époque, et se retrouve en présence d’un homme plutôt charmant qui semble avoir la même ouverture d’esprit que son père qu’elle vient de perdre.
    Si elle n’avait pas craqué sur son patron, je me serais demandé si elle n’était pas faite de bois.
    Donc, effectivement, il y a des anachronismes. Soit on accepte, soit on va lire un livre historique en sachant que les femmes n’y auront pas un rôle important !
    Ce que j’ai aimé chez Arte, c’est qu’elle assume ses choix. Elle aurait pu rentrer chez maman dès lors qu’elle se voit obligée de dormir dans une cabane délabrée et glacée qu’elle devra, en outre, retaper toute seule, mais non, elle serre les dents et elle se met au boulot.
    De la même manière, si sur le moment elle est choquée, et peut être un peu vexée, que Leo n’accepte pas son dessin dès le premier coup, elle se remet vite en selle et se met au travail.
    J’aime beaucoup Leo. Puisque Arte veut exercer un métier d’homme, il n’a pas l’intention de la ménager et la traite exactement de la même manière qu’il aurait traité un apprenti masculin.
    L’un des mécènes de Leo est une courtisane. Arte admire beaucoup cette jeune femme cultivée, plus libre que n’importe qu’elle femme de cette époque.
    J’ai beaucoup aimé que la jeune femme, bien que restant très bienveillante et amicale, ne lui raconte pas un conte de fée et lui rappelle qu’à leur époque, celles qui vivent sans la protection d’un homme sont vulnérables et que tomber amoureuse peut signer leur perte.
    J’ai hâte de voir comment va évoluer Arte, et j’ai l’impression que Veronica, la courtisane, est bien décidé à lui montrer le côté sombre de la vie à Florence, celui que ne voit jamais les aristocrates, mais qu’Arte doit connaitre pour ne pas risquer de se mettre en danger.
    Je me suis déjà procuré les deux prochains tomes et j’ai hâte de me plonger dedans !

     

    Un extrait :

    arte exemple.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Bride stories - T10

    bride stories tome 10.jpg

    Lecture terminée le : 11 juillet 2020

     

    Résumé : Karluk s'entête à vouloir s'entraîner au tir à l'arc depuis l'attaque des nomades, afin de devenir plus fort et d'être capable de protéger les siens... et pour cela, quoi de mieux que d'aller chasser dans les steppes avec son beau-frère ?
    Après de nombreuses épreuves, Smith a enfin atteint Ankara. Il y retrouve son vieil ami Hawkins, qui le presse de rentrer en Angleterre... Mais le voyageur a d'autres projets : maintenant qu'il s'est procuré un appareil photo, il compte revenir sur ses pas pour immortaliser tout ce qu'il a vu lors de son périple.


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 19 Avril 2018

     

    Prix moyen : 7,50€

     

    Mon avis : Dans ce tome 10, on retrouve Karluk en proie à de nombreux complexes. Si la différence d’âge qu’il a avec Amir n’est pas inhabituelle dans ces contrées et à cette époque, cela suffit à faire de la jeune femme une adulte alors que Karluk est encore un enfant.
    Heureusement, il peut compter sur l’aide de son beau-frère et des cousins de celui-ci pour l’aider, sinon à grandir plus vite, mais du moins à se conduire comme un homme de ces contrées sauvages, le temps d’en devenir un à part entière.
    Les retrouvailles avec Amir sont toujours très touchantes et la jeune femme, très compréhensive sait toujours trouver les mots pour rassurer son jeune époux.
    Dans un second temps, on retrouve Mr Smith, ce qui m’a fait très plaisir car c’est à travers lui que l’on découvre les différentes coutumes de ces nombreuses mariées.
    Son guide me fait toujours autant rire, c’est un sacré numéro.
    Et au grand dam de son ami anglais, qu’il a retrouvé à Ankara, Smith n’a aucune intention de rentrer en Angleterre. Il a bien l’intention de revenir sur ses pas pour revoir tous ceux qu’il a rencontrés comme il l’a promis et de les photographier.
    Il va avoir une drôle de surprise grâce à un homme que j’ai trouvé admirable, très digne et très ouvert pour un homme de son époque.
    Les dessins sont toujours aussi beaux, particulièrement les scènes de chasse. L’auteur a vraiment un don pour dessiner les animaux !
    J’ai hâte de lire la suite et de voir Smith et ses comparses refaire le trajet en sens inverse, même si j’ai un peu peur pour lui étant donné la situation politique de cette partie du monde.
    Cela dit, je vais prendre mon temps car j’ai rattrapé la publication (ou presque) et qu’après il faudra attendre un an entre chaque tome. (Mais tout va bien, j’ai plein d’autres mangas à découvrir).

     

    Un extrait :

    bride-stories-tome-10-1098296.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Bride stories - T09

    bride stories T09.jpg

    Lecture terminée le : 12 juin 2020

     

    Résumé : Partis seuls faire une course, Umar et Pariya profitent de l'occasion pour apprendre à mieux se connaître... Plusieurs incidents surviennent sur la route du retour, mais l'aventure a rendu les deux jeunes gens plus complices, et ils esquissent déjà leur avenir ensemble !


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 23 Février 2017                                                                                                                                                                                                                 

     

    Prix moyen : 7,65€

     

    Mon avis : Dans ce tome, on continue de se concentrer sur Pariya. Son mariage étant repoussé pour cause de trousseau détruit, la jeune fille, qui craint que son fiancé ne se lasse, cherche à faire plus ample connaissance avec lui, mais ce n’est pas évident. D’une part, ses parents ne cessent de lui dire de se contenir, ce qui la bloque complètement puisqu’elle n’ose plus être naturelle, et d’autre part, les contenances de leur peuple les empêchent d’avoir un peu d’intimité.
    Mais parfois les circonstances peuvent filer un coup de pouce et beaucoup de malentendus vont pouvoir se dissiper.
    Par ailleurs, grâce à sa nouvelle amie, Kamola, Pariya va avoir l’occasion de discuter avec des filles de plus ou moins son âge et elle va découvrir qu’elle n’est pas la seule à ne pas avoir la passion de la broderie. Elle va ainsi se rendre compte qu’elle n’est pas si différente des autres filles contrairement à ce que sa famille essaie de lui faire croire en la rabaissant sans arrêt.
    J’ai beaucoup aimé voir Pariya et Umar planifier leur avenir ensemble.
    On s’éloigne un peu de Pariya pour retrouver brièvement Mr Smith, ce qui suppose un prochain retour du jeune homme dans le manga. Ce qui me ravie, car le manga s’appelle « Bride Stories » et non pas « Amir et Karluk » et même si j’aime beaucoup ce jeune couple, ce qui m’intéresse c’est de découvrir de multiples cultures, ce que l’on ne peut découvrir qu’au travers du voyage de Smith.
    On va également revoir le frère d’Amir et ses cousins et aussi voir quelques confidences de Karluk à son grand frère.
    Je ne vais sans doute pas tarder à lire le tome 10, mais je vais essayer de résister un peu parce que le tome 12 n’est pas encore sorti au moment où j’écris cette chronique, et que, si j’ai déjà repéré de nouveaux mangas à commencer, je sais déjà qu’il faudra dorénavant attendre un an entre chaque tome de Bride stories !

     

    Un extrait :

    bride-stories-tome-9-968677.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Bride stories - T08

    bride stories T08.jpg

    Lecture terminée le : 21 avril 2020

     

    Résumé : Après l’attaque des Hargal, le village se reconstruit petit à petit. Hélas, la famille de Pariya a vu sa maison ravagée par les flammes, et le trousseau de la jeune fille a complètement brûlé… Dans ces conditions, inutile de parler de mariage : il faut tout reprendre à zéro !


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 08 Septembre 2016

     

    Prix moyen : 7,65€

     

    Mon avis : Le premier chapitre de ce tome 8nous retient un instant auprès d’Anis et Shirin.
    Les deux amies semblent s’épanouir dans leur nouvelle vie. Shirin a une bonne influence sur Anis en la poussant à dépasser sa timidité pour exprimer ses sentiments. On voit peu leur mari, mais le peu qu’on le voit renforce l’idée que je me faisais de lui. Il aime profondément son épouse et est d’une grande générosité. Peu d’hommes auraient accepté de prendre à sa charge 4 personnes supplémentaires (Shirin, son fils et les parents de son défunt mari) juste pour faire plaisir à sa femme.
    J’ai été choquée par l’attitude d’une servante qui semble prendre un malin plaisir à essayer de monter Shirin contre Anis et leur époux contre les deux amies.
    Je me demande quel est son but et si on en entendra encore parler.

    Puis, on retourne auprès d’Amir et Karluk. Le village a été durement touché par l’attaque des Hargal et de nombreuses maisons sont détruites.
    Tout le monde, hommes, femmes et enfants, mettent la main à la pâte pour remettre le village en état.
    La maison de Pariya a été détruite, et, catastrophe pour la jeune fille, son trousseau a été détruit. Or pas de trousseau, pas de mariage.
    Il faut donc s’atteler à la tâche titanesque de tout refaire. La jeune fille voir ce coup du sort comme un signe qu’elle ne se mariera jamais.

    J’ai trouvé la famille de Pariya très dure avec elle. Jamais un mot d’encouragement, toujours des avertissements négatifs.
    On voit qu’avec un peu de bienveillance, Pariya est capable de donner le meilleur d’elle-même.
    D’autant plus que son prétendant semble vouloir l’épouser telle qu’elle est et qu’il ne s’attend pas à la voir se transformer en petite fourmi travailleuse, bien docile et silencieuse. Il ne semble pas le souhaiter non plus.
    Pariya est intimidée par Amir qu’elle trouve trop parfaite pour s’en inspirer.
    Mais elle va rencontrer une jeune fille qui a toutes les qualités d’Amir mais qui n’ose pas s’exprimer et s’affirmer.
    Les deux jeunes femmes ont peut-être beaucoup à apprendre l’une de l’autre. Peut-être une belle amitié en perspective ?
    Un mot enfin pour le grand absent de ce tome : Smith notre explorateur qui est pour moi le centre de l’histoire, puisque c’est à travers ses yeux que l’on découvre les différentes coutumes.
    Je suis sûre qu’on le retrouvera très vite, étant donné qu’il a promis de repasser dans les villages déjà visités sur le chemin du retour.
    J’ai hâte de lire le tome 9 mais je me le garde pour la prochaine fois que j’aurais besoin de faire une petite pause dans les romans !

     

    Un extrait :

    20180317161147_t8.jpg

    bride_stories_08_041.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Tant pis pour l'amour

    tant pis pour l'amour.jpg

    Lecture terminée le : 17 mars 2020

     

    Résumé : Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu'il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu'à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.


    Auteur : Sophie Lambda

     

    Edition : Delcourt (Une case en moins)

     

    Genre : Bande dessinée

     

    Date de parution : 25 Septembre 2019

     

    Prix moyen : 24€

     

    Mon avis : 300 pages de BD pour raconter comment elle s’est sortie d’une relation avec un manipulateur, ce n’est pas de trop tant la situation est complexe.
    Avec son acolyte, l’ours en peluche Chocolat, elle revient sur cette histoire toxique. Elle montre à quel point les manipulateurs sont experts, la manière dont ils piègent leurs victimes de façon à ce qu’elles pensent que le problème vient d’elles.
    Chocolat est là pour pointer chaque chose qui ne va pas (et ce, dès les débuts de la relation) et la manière dont la personne sous emprise se révèle incapable de voir avec lucidité les mensonges, les manipulations dont elle est victime. Par exemple, le manipulateur ne va pas dire « je ne veux plus que tu vois cette personne », mais il va lui-même jouer les victimes, afin que la personne qu’il a sous sa coupe prenne d’elle-même ses distances avec la personne indésirable.
    Ce livre m’a rappelé certains traits de caractère que quelqu’un que j’ai connu : La victimisation (tout le monde est contre lui, ou tout le monde cherche à le rabaisser parce qu’il fait un métier manuel), les crises de colère (surtout quand on lui démontre qu’il a tort), la conduite dangereuse, l’infidélité (toutes deux provoqué par l’autre qui le « pousse » à ça par son attitude)… La seule chose qu’il n’y a pas eu a été le chantage au suicide (pas folle la guêpe, d’ici qu’on le laisse aller jusqu’au bout…)
    Je trouve que cette BD est d’utilité publique car l’auteur, en plus de raconter son histoire, donne plein d’éléments pour aider à repérer ces personnes.
    Certains points de personnalité (il en existe 28), des ouvrages spécialisés, ainsi qu’un tas de numéros utiles, même si je déplore qu’une fois de plus, seules la région parisienne soit concernée (l’auteur aurait pu se renseigner pour donner au moins un numéro par région).
    Du côté du dessin, j’ai beaucoup aimé le coup de crayon de Sophie Lambda (D’autant plus que l’auteur est apparemment paralysée d’un bras).
    Cette BD déculpabilise les femmes qui sont trop souvent confrontées à la question (débile à mon avis) : Mais pourquoi tu n’es pas juste partie plus tôt ?
    Sophie Lambda montre qu’être victime d’un manipulateur, tout comme d’un homme violent d’ailleurs, ça n’arrive pas qu’aux autres. Ça peut arriver à n’importe qui et la victime n’est JAMAIS responsable.
    En plus, dans le cadre de la manipulation, si l’effet est tout aussi dévastateur que dans le cadre de la violence physique, il est plus difficile pour la victime de parler et de se faire entendre puisque d’une part, la violence étant psychologique, elle n’a pas de preuves et d’autre part, le manipulateur sait se montrer sympathique et s’adapter à son entourage pour se rendre insoupçonnable (oui un peu comme les psychopathes).
    Cette BD devrait être au programme au collège (il n’est jamais trop tôt pour sensibiliser aussi bien les jeunes filles que les jeunes hommes car il y a des manipulateurs de tout sexe et dans tout type de relations qu’elles soient amoureuses ou non).
    Bref : Bien dessiné, intéressant et d’utilité publique, je crois qu’on peut dire que l’auteur a fait un carton plein, non ?

     

    Un extrait :

    lesvoyagesdely-b3pp0tfiplg_b3pp0luimpz.jpg

    capture_decran_2019-12-02_a_12.00.07.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Gisèle Alain

    gisele alain.jpggisele alain T02.jpggisele alain T03.jpg

    gisele alain T04.jpggisele alain T05.jpg

    Lecture terminée le : 22 février 2020

     

    Résumé : Début du XXe siècle. Héritière d’une famille noble, en rupture avec les siens, la jeune Gisèle gagne sa vie comme logeuse dans une pension. Mélange déroutant d’assurance et de fragilité, l’intrépide demoiselle décide de monter son agence pour devenir… femme à tout faire !
    Sauvetage de chats égarés, négociations secrètes pour les notables de la ville, bâtisse à retaper du sol au plafond : elle découvre les aléas de la vie, tout en enchantant son entourage par sa vitalité et sa fantaisie. Mais c’est sans compter sur un passé qui ne va pas tarder à la rattraper et à jeter un voile sombre sur cette liberté fraîchement acquise…


    Auteur : Sui Kasai

     

    Edition : Ki-oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : entre 2012 et 2016

     

    Prix moyen : 7,65€ chaque tome

     

    Mon avis : J’ai bien aimé ce manga. Nettement moins les personnages et en particulier Gisèle, le personnage principal.
    Si on comprend fort bien pourquoi elle a décidé de quitter sa riche famille, les quelques scènes montrant sa vie familiale nous éclairent suffisamment sur ce point, elle reste exaspérante par son attitude.

    Certes, cela part toujours d’un bon sentiment, mais elle a la naïveté d’une gamine de 13 ans tout en se prenant pour une femme accomplie. Heureusement que sa gentillesse et sa bonne humeur lui attire la bienveillance générale parce que certaines de ses actions auraient pu avoir des conséquences graves (comme provoquer la perte de son emploi chez un de ses clients auquel elle va faire un scandale sur son lieu de travail parce qu’il n’a pas pu tenir sa promesse d’emmener sa fille au parc).
    Il y a quand même un gros manque de crédibilité sur l’ensemble de ces mangas. Déjà, une gosse de 13 ans, de bonne famille, qui devient logeuse comme ça, sans que personne ne trouve rien à y redire, c’est invraisemblable.
    Si plusieurs adultes tentent de mettre Gisèle face à son attitude et de lui faire comprendre qu’un travail n’est pas un jeu dont elle peut changer les termes contractuels à sa guise, le seul qui semble avoir une influence sur elle est aussi l’un des seuls à la traiter réellement comme l’enfant qu’elle est : son ancien majordome.
    J’ai bien aimé Eric mais je l’aurais aimé plus franc et plus décidé. Il se laisse marcher sur les pieds par Gisèle, qui l’exploite et qui l’empêche donc de chercher du travail, mais aussi par la maison d’édition qui finit par l’embaucher mais pas du tout pour les raisons qui lui sont présentées dans la lettre d’embauche.
    Les autres personnages sont moins présents et si Colette m’a exaspérée par son manque de morale (d’ailleurs j’ai trouvé que c’était moyen de la part de l’auteur de la laisser continuer son manège comme si c’était quelque chose de normal), j’ai bien aimé la petite fille et la vieille dame au chat.
    J’ai l’impression que le tome 5 sera le dernier traduit, je ne sais même pas s’il y a d’autres tomes dans la version originale mais si ce tome 5 se termine comme le tome 1 commence, bouclant ainsi la boucle, j’ai quand même eu un sentiment d’inachevé car pas mal de questions restent en suspens. Peut-être que le manga n’a pas su trouver son public et personnellement, je ne suis pas vraiment frustrée de ne pas savoir comment les liens familiaux, amicaux et amoureux de Gisèle vont se développer et même s’il y avait eu plus de tomes, je ne suis pas sûre que je les aurais lus.
    Ce n’était pas une mauvaise lecture en soi, mais il ne me laissera pas beaucoup de souvenirs, surtout en comparaison de « le mari de mon frère » et de Bride Stories » qui reste ma saga chouchou.

     

    Un extrait :

    gisele_alain_image2.jpg

    Petite déception 2 étoiles.jpg