Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte...

  • C'est lundi que lisez-vous? #205

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog I believe in Pixie Dust.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Les amours d'un fantôme en temps de guerre.jpg Ni mariée ni enterrée T02.jpg victoria.jpg

    l'ile des absents.jpg le pays des contes T06.jpg la muette.jpg

    et si les chats disparaissaient du monde.jpg love story à l'irannienne.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    la terre qui penche.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    Ma précédente PAL étant terminée, je vous présente les nouvelles. La première comporte toutes les sagas en cours qui ont été un peu oubliée et dans lesquelles il faut que j'avance, la seconde est ma PAL en cours

    PAL des sagas en cours.jpg

    PAL.jpg

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #47

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Dans l’ombre de la clairière de Robert Dugoni dont vous pouvez lire ma chronique ICI.

    Dans l'ombre de la clairière.jpg

    Buzz Almond informa le répartiteur qu’il démarrait, enfonça l’accélérateur et sourit au rugissement du moteur V8 de 245 chevaux, tandis que la force gravitationnelle le collait au dossier de son siège. Au boulot, la rumeur courait que les politiques allaient progressivement se débarrasser des dinosaures gloutons en carburant et réduire le parc automobile à des véhicules plus économes. Ce serait peut-être vrai, mais en attendant, Buzz disposait d’une berline Chevrolet Caprice, et il avait bien l’intention de s’y cramponner jusqu’à ce qu’on lui arrache le volant des mains.
    La poussée d’adrénaline le fit se redresser, les synapses de son cerveau expédiant à tout va des impulsions électriques. Totalement opérationnel. Dans les Marines, ils appelaient ça « Prêt au combat ». Ce n’était pas parce qu’il était devenu aujourd’hui shérif adjoint du Klickitat County qu’il allait changer.
    Un petit « oorah », s’il vous plaît ?1
    Buzz ralentit, abaissa sa vitre et ajusta le projecteur, à la recherche de la rue transversale. La plupart des rues dans le coin étaient indiquées, mais pas toutes. Certaines d’entre elles n’étaient rien de plus que des chemins étroits non pavés. En l’absence d’éclairage public, et sous la couverture nuageuse épaisse qui enveloppait les environs, il faisait noir comme dans un four. On pouvait dépasser une route sans jamais s’en apercevoir.
    La lueur du projecteur tomba sur un ensemble de boîtes aux lettres déglinguées posées sur des piquets de bois. Buzz orienta le faisceau vers le sommet d’un poteau métallique, jusqu’à distinguer un panneau indicateur vert réfléchissant : « Clear Creek Road ». C’était là. Il tourna. La voiture tangua et rebondit dans les ornières et les nids-de-poule. Au printemps et à l’été, les riverains entretenaient parfois certaines voies. Mais pas celle-ci.
    Il poursuivit sur environ quatre cents mètres au milieu d’une épaisse végétation de chênes, pins et trembles. Après un virage à gauche, une lumière scintilla à travers les branches des arbres. Buzz se dirigea vers celle-ci, sur un chemin de gravier qui menait à un grand mobile home. Il ne s’était pas encore arrêté qu’un homme poussait la porte d’entrée et descendait trois marches de bois avant de traverser un terrain jonché de bois de chauffage jeté en vrac et de vieille ferraille, avec une corde à linge vide.
    Buzz vérifia le nom qu’il avait noté sur son calepin de poche, puis descendit de voiture. L’air, qui embaumait le sapin, était lourd d’une neige imminente. La première de la saison. Ses filles en seraient tout excitées.
    La chute rapide des températures après une semaine de pluies éprouvantes commençait à faire geler la terre, qui crissait sous ses bottes.
    — Vous êtes Mr Kanasket ? demanda Buzz.
    — Earl, répondit l’homme en tendant une main calleuse et sèche.
    À voir la peau sombre et les cheveux noirs tirés en queue-de-cheval d’Earl Kanasket, Buzz supposa qu’il appartenait à la tribu des Klickitat. La plupart d’entre eux étaient partis au nord-est des dizaines d’années auparavant, dans la réserve Yakama, mais pas tous. Earl portait une veste de grosse toile, un jean et des bottes aux épaisses semelles. Son visage à l’aspect tanné de celui qui travaille à l’extérieur était constellé de grains de beauté foncés. Buzz lui donna une petite quarantaine d’années.
    — Vous avez appelé à propos de votre fille ? interrogea-t-il.
    — Kimi rentre de son travail à pied. Elle téléphone depuis le diner avant de partir. Elle n’est jamais en retard.

     

    Alors, tentés?

  • [Film] Père et fille

    Père et fille affiche.jpg

     

    Titre original : Jersey girl

     

    Réalisé par : Kevin Smith

     

    Date de sortie : 11 août 2004

     

    Genre : Comédie sentimentale

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h43

     

    Casting : Ben Affleck, Liv Tyler, Raquel Castro, George Carlin…

     

    Résumé : A Manhattan, Ollie Trinke était un publiciste branché qui avait tout pour être heureux jusqu'à la mort soudaine de sa femme. Seul avec un bébé sur les bras, Ollie craque. Congédié sans cérémonie, le voilà obligé de s'éloigner de New York et d'aller loger chez son père, dans la banlieue du New Jersey où il avait passé toute sa jeunesse.
    Désormais, il se contente d'assurer le quotidien, sacrifiant son temps et son énergie à un boulot ingrat et sans avenir. Seule consolation : sa petite fille, Gertie, qu'il adore et qui croit avoir déniché le paradis dans le New Jersey.
    Un jour, en louant pour la millième fois le film favori de la fillette, Ollie fait la connaissance de Maya. Belle, intelligente, et douée d'une forte personnalité, elle ne tarde pas à entrer dans sa vie et à l'inviter à un sérieux examen de conscience...

     

    Mon avis : Père et fille est un joli film sur la paternité. Ben Affleck est parfait dans le rôle de ce type un peu paumé qui a tout perdu.
    J’ai lu que Bruce Willis avait été envisagé pour ce rôle, mais, même si j’adore cet acteur, je pense qu’il ne dégage pas assez vulnérabilité (die Hard quoi !) pour être crédible dans le rôle de Ollie Trinke.

    Père et fille Ollie.jpg


    Raquel Castro, qui interprète la petite Gertie est adorable et remarquablement talentueuse pour son âge.

    père et fille gertie.jpg

    Même si son rôle est souvent léger et amusant, George Carlin, qui interprète le rôle du père d’Ollie, m’a émue à plusieurs reprises.

    père et fille grand père.jpg

    On voit bien qu’Ollie souffre d’avoir perdu les avantages de sa trépidante vie New Yorkaise mais il semble ne pas comprendre que sa vie d’avant n’est pas compatible avec la relation privilégiée qu’il entretient avec sa fille.
    Par contre, la petite Gertie, malgré son jeune âge, semble comprendre instinctivement qu’un retour à New York sonnerait le glas de l’enfance quasi-idyllique qu’elle vit.
    Et vu le caractère de la petite teigne, les ambitions d’Ollie ne vont pas passer comme une lettre à la poste.
    Ollie va devoir en fait choisir entre une vie de luxe, de sortie, bref, une vie à peine plus évoluée que celle d’un adolescent, et une vie d’adulte qui prend ses responsabilités en se préoccupant plus de la jeune vie qui dépend de lui que de ses propres désirs.
    Enfin il y a Maya. Libérée, amusante, dynamique, elle entre dans la vie d’Ollie comme une tornade mais sans jamais lui mettre la pression ou entrer dans le chantage affectif.

    père et fille maya.jpg

    C’est un film sentimental mais pas mièvre, un film émouvant et drôle à la fois.



    Désolée, pas trouvé en VF

  • [Livre] Au-dessus de tout soupçon

    Au dessus de tout soupçon.jpg

     

    Résumé : Et si un jour toute votre vie disparaissait ? Plus un meuble. Aucune trace de ses filles. Pas le moindre message de son mari. C'est la vision cauchemardesque qui attend Claire à son retour de voyage. Où est sa famille ? Il y a 35 ans, un soir d'Halloween, quatre petits garçons jouent avec le feu. Une famille est décimée, les coupables jamais arrêtés. Et quelqu'un a décidé de déterrer le passé... Une famille en danger, des secrets et quelques cadavres...


    Auteur : Declan Hughes

     

    Edition : Pocket

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 13 Juillet 2017

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire. Je trouvais que les choses traînaient en longueur, qu’on tournait un peu en rond. J’avais l’impression de ne pas décolle du quart du livre. Et d’un coup, tout s’est débloqué et j’ai terminé les ¾ restants en autant de temps qu’il m’avait fallu pour lire le 1er quart.
    C’est vraiment à partir du moment où claire rentre et trouve la maison vide que j’ai plongée dans l’histoire. Je trouve juste dommage qu’il ait fallu tant de blabla pour atteindre l’intrigue principale de l’histoire.
    Si l’intrigue est bien menée, chaque détail ayant son importance et les fausses pistes, toutes plus crédibles les unes que les autres, nous entraînant joyeusement à leur suite, j’ai trouvé que les personnages ne suscitaient guère d’empathie.
    L’histoire oscille entre différents points de vue, essentiellement ceux de Danny et Claire mais aussi de bon nombre de personnages secondaires. L’avantage, c’est qu’on en sait toujours un peu plus que chacun des personnages puisqu’on a l’ensemble des informations détenus par les protagonistes. L’inconvénient, c’est que comme le récit est à la troisième personne, on se perd un peu entre les différentes voix, justement parce qu’elles n’ont, a priori, rien de différents.
    Tout le long, on se dit que les réactions des uns et des autres ne sont absolument pas crédibles.
    Et puis, finalement, c’est tellement gros, tout prend une telle ampleur, que je n’avais qu’une envie : savoir comment l’auteur allait terminer tout cela.
    Et je n’ai pas été déçue.
    Certes, j’avais découvert la vérité avant la révélation mais malgré ça, il y a plein de détails que je n’avais pas vu venir.
    Au final, malgré un début laborieux, j’ai bien aimé ce roman.

     

    Un extrait : Danny Brogan, à l’âge de onze ans, fut à l’origine de l’incendie qui décima la famille de sa future femme. Le geste avait-il été accidentel ou intentionnel ? Danny ne pouvait le dire avec certitude, c’est du moins ce dont il s’était persuadé. Quoi qu’il en soit, il n’était pas étonnant qu’il en ait gardé des séquelles : une terreur morbide du feu qui, de toute sa vie, ne le quitta plus. La peur est le meilleur ami de l’homme, dit le dicton, et Danny portait en lui celle des flammes, mais aussi celle des amis qui l’accompagnaient cette nuit-là, au point qu’il avait parfois l’impression que ce double fardeau risquait d’avoir raison de lui.

    Personne ne savait réellement ce qu’il avait fait, à l’exception de ses amis Dave, Gene et Ralph, et même eux divergeaient quant aux détails. S’ils avaient tous juré de se taire, la crainte qu’ils parlent demeurait. Pas au début, dans les jours qui avaient suivi, alors que la ville tout entière était sous le choc, que se succédaient les services religieux, les processions endeuillées, l’enterrement des victimes, les minuscules cercueils blancs. Pas dans les semaines ni les mois suivants non plus, alors que l’unique enfant rescapé se retrouvait d’abord confié à une famille d’accueil, puis adopté par une autre à des kilomètres de là, que la maison ravagée par les flammes était démolie puis reconstruite, de sorte que personne n’aurait pu deviner qu’un sinistre s’était un jour produit à cet endroit. Pas même dans les années d’après, tandis que le collège laissait place au lycée, avec son tourbillon de compétitions sportives, d’études, d’hormones, en rivalité permanente pour savoir ce qui de l’intelligence, des émotions ou du muscle l’emporterait. Personne n’a jamais rien lâché. C’était comme s’il ne s’était rien passé, comme si leur enfance même n’avait pas eu lieu, comme si la mémoire n’était plus nécessaire. L’avenir était tout ce qui comptait : le prochain examen, le prochain match, la prochaine jolie fille. Quelle importance, ce qui avait pu arriver lorsqu’ils étaient petits ?

    Ce ne fut que plus tard, quand ils se retrouvèrent eux-mêmes parents, que les choses changèrent. Devenir père, c’est aussi revivre sa propre enfance, comprenait peu à peu Danny.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Confess

    Confess.jpg

     

    Résumé : Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait. Elle n'a qu'une solution : s'éloigner d'Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c'est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeurs que la vérité...


    Auteur : Colleen Hoover

     

    Edition : Pocket

     

    Genre : Romance

     

    Date de parution : 27 Avril 2017

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Ce roman, que j’ai lu après November 9, m’a un peu plus plu que ce dernier, mais reste quand même très loin de « jamais plus » et « Too late ».
    J’ai trouvé l’histoire plus intéressante et plus aboutie que dans November 9, peut-être parce qu’on suit toujours alternativement les deux personnages mais sans les perdre de vue pendant des mois. Du coup, je me suis plus investie dans l’histoire d’Owen et Auburn.
    Je ne vais pas faire ma maligne et dire que j’ai compris très vite pourquoi Auburn était obligée de rester à Dallas parce que je n’ai compris que quelques pages avant que ce soit révélé.
    De la même façon, si je me doutais que quelque chose se cachait sous les problèmes d’Owen, je n’avais pas pensé à ça !
    Dès le prologue, j’ai trouvé que Lydia, le pseudo Belle-mère d’Auburn, était une vraie salope. J’ai essayé de lui trouver des excuses, au vue de la situation qu’elle vivait, mais en fait, non, je n’ai pu trouver aucune justification à son attitude que ce soit envers Auburn ou envers son propre fils.
    Quant à Trey, lui aussi, dès le début, je l’ai trouvé bizarre, malsain, prompt à abuser de son pouvoir de policier. Et j’étais loin du compte ! Jamais je n’aurais imaginé jusqu’où ce malade était capable d’aller.
    En revanche, j’ai compris les décisions d’Auburn. Vu sa situation : isolée, sans argent, sans relations, sans parents pour la soutenir, je crois qu’elle n’avait pas d’autres choix, ou en tout cas qu’elle ne voyait pas d’autres solutions.
    Mais c’est une battante, et quoi qu’il arrive, elle ne perd pas de vue son objectif.
    J’ai un peu regretté que certaines personnes n’aient pas ce que je pense qu’elles méritaient. J’ai trouvé que ces personnes s’en tiraient franchement à bon compte et qu’Auburn était vraiment sympa sur ce coup-là.
    Je n’ai certes pas eu un coup de cœur comme avec mes deux premier Colleen Hoover, mais j’ai passé un bon moment avec ce livre.
    Pour l’instant, je réserve encore mon jugement sur l’auteur. J’attends surtout de lire son dernier livre, qui sort en octobre, pour voir si « jamais plus » et « too late » étaient des exceptions ou s’ils résultent de l’évolution de l’auteur.

     

    Un extrait : Je sursaute sur ma chaise quand qu’il m’annonce le montant de ses honoraires. Ce n’est pas avec mes revenus que j’aurai les moyens d’y faire face. Je lui demande :

    – Vous avez un barème progressif ?

    Les rides autour de sa bouche se creusent alors qu’il s’efforce de ne pas froncer les sourcils. Il croise les bras sur le bureau en acajou, joint les paumes en pressant ses pouces l’un contre l’autre.

    – Auburn, ce que vous me demandez va coûter de l’argent.

    Sans blague !

    Croisant les bras, il se penche sur son siège.

    – Les avocats, c’est comme le mariage, on en a pour son argent.

    Je préfère ne pas lui raconter ce que de telles paroles évoquent chez moi. Je jette encore un regard sur la carte de visite qu’il m’a donnée. On me l’a chaudement recommandé et je savais qu’il serait cher, mais pas à ce point-là. Je vais devoir prendre un autre boulot. Peut-être même un troisième. Si ce n’est cambrioler une banque.

    – Et rien ne garantit que le juge statuera en ma faveur ?

    – La seule promesse que je puisse vous faire, c’est que je m’emploierai à ce que le juge statue en votre faveur. D’après vos dossiers de Portland, vous vous êtes mise dans une situation difficile. Cela prendra du temps.

    – Tout ce que j’ai, c’est du temps. Je reviendrai dès que j’aurai reçu mon premier chèque.

    Il m’envoie fixer un rendez-vous avec sa secrétaire, puis je me retrouve dehors, dans la chaleur du Texas.

    Voilà trois semaines que j’y vis et, jusque-là, tout se passe comme prévu : climat chaud et humide, solitude.

    J’ai grandi à Portland, en Oregon, et croyais bien y passer toute ma vie. Je n’étais allée qu’une fois au Texas, à l’âge de quinze ans, et, malgré les circonstances pénibles de ce voyage, j’en avais apprécié chaque instant. Au contraire d’aujourd’hui où je ferais tout pour pouvoir revivre à Portland.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] November 9

    November 9.jpg

     

    Résumé : Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.
    La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.
    Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.
    Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.
    Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?


    Auteur : Colleen Hoover

     

    Edition : Hugo & cie

     

    Genre : Romance

     

    Date de parution : 26 Octobre 2017

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : J’ai découvert Colleen Hoover avec les romans « Jamais plus » et « Too late ». L’auteur disant elle-même que ces deux romans sont très différents de ceux qu’elle avait écrit précédemment, je craignais un peu de ne pas autant aimer ses autres livres.
    Craintes malheureusement fondées pour le moment. Depuis « Jamais plus » et « Too late », j’ai lu deux livres de Colleen Hoover. November 9 est le premier des deux.
    Le résumé m’avait intriguée, et sans nul doute intéressée. Le fait de suivre deux personnages qui ne se rencontrent qu’une journée par an, sans aucun contact le reste de l’année, avait de quoi séduire. Je pensais que chaque chapitre allait nous raconter leurs vies pendant cette année de séparation. Mais en fait, non. C’est à peine si le sujet de leur vie en l’absence l’un de l’autre est évoqué.
    Du coup, j’ai eu en permanence l’impression de rater des passages, de me perdre dans l’histoire. Difficile de s’attacher quand les personnages n’existent quasiment pas en dehors des quelques heures représentées.
    Alors, bien sûr, l’écriture de Colleen Hoover est toujours aussi agréable à lire, bien sûr j’ai apprécié qu’elle mette en scène une héroïne qui veut se trouver elle-même et non pas se définir uniquement à travers le garçon dont elle est amoureuse, une héroïne qui a le cran de dire : oui ok, je l’aime, mais l’amour, à 18 ans, ce n’est pas tout, bien évidemment, je n’avais pas vu venir le retournement de situation…
    Mais il m’a manqué quelque chose. Le petit plus qui a fait que « jamais plus » et « too late » ont été des coups de cœur. J’ai trouvé que l’histoire de Fallon et Ben n’atteignait pas la profondeur des deux autres romans. Peut-être que c’est cette construction annuelle qui ne m’a définitivement pas séduite car les chapitres ne m’apportaient pas ce que j’attendais d’eux. Peut-être que j’ai eu le tort de commencer par les meilleurs romans de l’auteur et suis-je donc condamnée à être déçue par ses premiers livres. Je ne sais pas. Mais de ce roman-là, je dirais qu’il s’agissait d’une bonne lecture, sans plus.

     

    Un extrait : – Ainsi, tu es écrivain ?

    Sa question me permet juste de redescendre sur terre.

    – Disons que j’espère le devenir. Je n’ai encore rien publié, alors je ne suis pas sûr de pouvoir déjà dire que je le suis.

    Elle se tourne complètement vers moi, s’accoude au dossier du banc.

    – Pas besoin d’un chèque pour valifidier ta situation d’écrivain.

    – Ça n’existe pas, « valifidier ».

    – Tu vois ? Je ne le savais pas. Tu es donc bien écrivain. Chèque ou pas. Ben l’Écrivain. C’est comme ça que je penserai à toi, désormais.

    – Et moi, comment est-ce que je devrai penser à toi ?

    Elle réfléchit en mordillant le bout de sa cuillère.

    – Bonne question, dit-elle. Je vis une période un peu éphémère.

    – Alors, Fallon l’Éphémère ?

    – Ça marche !

    Elle se radosse au banc, étend les jambes devant elle.

    – Raconte, qu’est-ce que tu voudrais écrire ? Des romans ? Des scénarios ?

    – De tout, j’espère. Je ne me fixe aucune limite. À dix-huit ans, il faut tout essayer, mais je suis très attiré par les romans. Et la poésie.

    Elle laisse échapper un petit soupir avant d’avaler une autre bouchée. Mais on dirait que ma réponse l’a rendue triste.

    – Et toi, Fallon l’Éphémère ? Quel est le but de ta vie ?

    Elle me jette un regard en coin.

    – On parle des buts ou des passions de la vie ?

    – Ça ne fait pas une grosse différence.

    – Oh si ! Énorme. Ma passion, c’est la comédie, mais pas le but de ma vie.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez-vous? #204

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog I believe in Pixie Dust.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Les sisters T08.jpg Mary Barton.jpg Affaires secrètes.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Les amours d'un fantôme en temps de guerre.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    Affaires secrètes.jpg Fandom.jpg la menace du passé.jpg

    Les amours d'un fantôme en temps de guerre.jpg Les quatre filles du reverend latimer.jpg l'ile des absents.jpg

    Mary Barton.jpg victoria.jpg Ni mariée ni enterrée T02.jpg

    On arrive au bout de cette PAL. Mais la prochaine est déjà prête!

    Et vous? Que lisez-vous?

  • Premières lignes #46

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Juste avant le bonheur de Agnès Ledig dont vous pouvez lire ma chronique ICI.

     

    Juste avant le bonheur.jpg

    Elle en a vu d’autres, Julie.
    Elle aurait pu s’opposer, prendre le risque, perdre son travail, mais garder sa dignité.
    Quelle dignité ?
    Ça fait belle lurette que ce petit bout de femme l’a perdue. Quand c’est une question de survie, on range au placard les grands idéaux qu’on s’était fabriqués gamine. Et on encaisse, on se tait, on laisse dire, on subit.
    Et puis, elle a besoin de ce boulot. Vraiment. Ce connard de Chasson le sait. Directeur sans scrupules, capable de virer une caissière pour une erreur de dix euros. Alors cinquante !
    Julie sait pourtant qui lui a volé ces cinquante euros, quand elle avait le dos tourné. Mais il est mal vu de dénoncer les collègues. Très mal vu. Ça vous colle une réputation sur le dos aussi solidement qu’un pou sur une tête blonde. Elle préfère éviter.
    « Mademoiselle Lemaire, je pourrais vous virer sur-le-champ. Cependant, je connais votre situation, je sais que vous ne pouvez pas rembourser. Méfiez-vous, je pourrais vous demander de trouver une solution pour réparer vos erreurs de caisse. Vous voyez de quoi je parle ? Sinon, demandez à certaines de vos collègues, elles ont compris comment faire », lui a-t-il lancé, le regard fixe, sans aucun état d’âme, un mauvais sourire sur les lèvres.
    Salaud !
    Il présente bien, pourtant. Le gendre idéal. Grand, dynamique, souriant, le menton carré et les tempes grisonnantes. Toujours une main dans le dos pour rassurer, encourager. Toujours un mot gentil quand il passe saluer les employés le lundi matin. Une épouse élégante et des enfants polis. Le type qui a commencé petit et a gravi les échelons à la sueur de son front, forçant le respect et l’admiration. Voici pour la face brillante de la médaille. Et puis, quand on la retourne, il y a le loup, le prédateur, l’homme qui veut des femmes à ses pieds pour se prouver qu’il est le plus fort.
     
    Quelques minutes plus tard, Julie marche d’un pas rapide dans le long couloir qui sépare le bureau du directeur de la galerie marchande. Sa pause touche déjà à sa fin. Elle aurait préféré la passer à autre chose qu’à ce genre de convocation. D’un revers de manche, elle essuie avec rage une larme échouée sur sa joue. Un malheureux signe de faiblesse qu’elle se doit de chasser immédiatement.
    Parce qu’elle en a vu d’autres, Julie.
    Elle fait partie de ces gens que le destin épargne peu.
    Il y en a comme ça…

     

    Alors, tentés?

  • [Film] Hôtel Transylvanie 2

    hotel transylvanie 2 affiche.jpg

     

    Titre original : Hotel Transylvania 2

     

    Réalisé par : Genndy Tartakovsky

     

    Date de sortie : 7 octobre 2015

     

    Genre : Film d’animation

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h29

     

    Casting : Kad Merad (Dracula), Alex Goude (Johnny), Virginie Efira (Mavis), Michel Galabru (Vlad)…

     

    Résumé : Dracula et sa bande de monstres déjantés sont de retour ! À l’hôtel Transylvanie, beaucoup de choses ont évolué : Dracula a enfin accepté de dégeler son cœur et d’ouvrir la porte aux humains. Mais il se fait du souci pour son petit-fils, Dennis : mi-humain mi-monstre, ce gamin est bien trop adorable à son goût, et il risque de faire un piètre vampire ! Alors, quand les parents du petit, Mavis et Johnny, s’absentent, Drac fait appel à ses amis Frank, Murray, Wayne et Griffin pour apprendre à Dennis à devenir un monstre, un vrai. Personne ne s’attendait à ce que Vlad, le père de Drac – un vampire très grincheux et très vieille école – choisisse ce moment pour débarquer à l’hôtel. Et quand il découvre que son arrière-petit-fils a du sang humain, rien ne va plus…

     

    Mon avis : C’est toujours le risque avec les suites : qu’elles ne soient pas à la hauteur du 1er ou qu’elles fassent trop dans la surenchère. Mais pas de soucis ici, Hotel Transylvanie 2 est le digne petit frère du 1er film.
    Dans cette suite, on assiste au mariage de Johnny et Mavis, mariage qui est rapidement suivi d’un heureux évènement.

    Hotel Transylvania 2 mariage.jpg

    Voilà Dracula Grand-père comblé… ou presque… car le petit Dennis ne présente aucune des caractéristiques propres aux vampires mais arbore en revanche la superbe chevelure flamboyante de son humain de père.

    Hotel Transylvania 2 dennis.jpg

    Et même s’il ne déteste plus les humains, il est hors de question pour Dracula de s’avouer vaincu : Dennis aura des canines !

    Profitant de l’absence de Mavis, éloignée avec la complicité de Johnny, Dracula embarque son petit fils et ses amis de toujours : Wayne le loup-garou, Frank, la créature de Frankeinstein, Murray la momie et Blob, et les voilà partis pour expliquer à Dennis ce qu’est un monstre et comment il se comporte.

    Hotel Transylvania 2 la bande.jpg

    J’ai vraiment adoré voir les monstres essayer de renouer avec leur nature monstrueuse.

    Mais les amis monstres de Dracula ne sont pas les seuls à avoir changé, c’est toute la société des monstres qui a évoluée comme Dracula va le constater à la colonie de vacances de son enfance.

    Hotel Transylvania 2 colo vampires.jpeg

    Mais si notre vampire préféré veut de l’authentique, il va être servi.
    Car pour les 5 ans de Dennis, Mavis lui réserve une surprise de taille : elle a invité Vlas, son grand-père. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le père de Dracula, qui vit avec une horde d’un truc affreux qui ressemble à un croisement pas catholique entre une chauve-souris et une gargouille, n’a pas évolué depuis la nuit des temps.

    Hotel Transylvania 2 vlad.jpg

    Entre Vlad, Dracula, Mavis et Dennis, on assiste vraiment à un choc des générations dont l’issu sera la révélation de la nature de Dennis.
    Alors ? Vampire comme maman, ou humain comme papa ?

    Il faudra voir le film pour le savoir !



  • [Livre] Ni mariée, ni enterrée – T01 – Partir un jour

    ni mariée ni enterree T01.jpg

     

    Résumé : - Se faire plaquer à deux semaines de son mariage : fait.

    - Se retrouver au chômage pour avoir préparé ledit mariage sur ses heures de travail : fait.

    - Perdre toute dignité après avoir croisé le fiancé volage et la nouvelle femme de sa vie : fait.

    Ce que Georgia n’a pas fait depuis longtemps, en revanche, c’est se demander ce dont elle a vraiment envie. Et, plus elle y pense, moins la sainte trinité « mariage-maison-maternité » la fait vibrer. Non, ce dont elle rêve depuis toujours, c’est de parcourir le monde. Apprendre une nouvelle langue au sommet du Kilimandjaro, s’ouvrir à la spiritualité auprès d’un moine bouddhiste, goûter des plats aux noms imprononçables… Alors, Georgia fait le grand saut : elle part. Six semaines en Thaïlande. Six semaines pour réaliser ses rêves et se recentrer sur l’essentiel : elle-même.
    Sauf que, dans les voyages comme dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu


    Auteur : Katy Colins

     

    Edition : Harlequin

     

    Genre : Chick Lit

     

    Date de parution : 10 Mai 2017

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Au début de l’histoire, j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal avec Georgia. Elle était… passive… en tout. Son fiancé la quitte deux semaines avant le mariage, certes, mais avant ça, c’était un vrai tocard malgré l’argent de sa famille : blasé de tout, ennuyeux et pas du tout à l’écoute des désirs et besoins de sa fiancée. Tout ce qui semble intéresser cet homme est son propre confort. Et Georgia s’est coulé dans le moule qu’il lui présentait sans le moindre sursaut d’indépendance, ne serait-ce qu’en décidant de partir un week-end à Paris avec sa copine Marie (De Manchester à Paris, il n’y a pas un énorme trajet à faire).
    Sa mère, ensuite, qui la rabaisse sans cesse, lui signifiant qu’elle serait incapable de voyager, de prendre soin d’elle, de s’en sortir, bref, la maintenant dans un rôle qui l’étouffe sans que Georgia ne lui dise une seule fois de se mêler de ses affaires.
    Quand elle part en Thaïlande, je l’ai en plus trouvé nunuche : incapable de s’affirmer, de refuser de payer des suppléments non prévus et de toute évidence allant dans la poche du « guide », de remettre à sa place la merdeuse de 10 ans sa cadette qui croit que le monde tourne autour d’elle, naïve au point de foncer tête baissée dans une arnaque…
    A sa place, j’aurais au minimum téléphoné à l’agence de voyage pour me plaindre de ces fameux suppléments.
    Et puis… un changement se produit, d’abord subtil, puis de plus en plus spectaculaire. Georgia semble se débarrasser d’une peau qui n’était pas à elle et qui l’écrasait pour se révéler enfin.
    En plus de faire des rencontres sympathiques, elle s’ouvre un peu plus et prend confiance en elle. Elle se rend compte qu’elle a accompli bien plus de choses qu’elle ne le croyait et cela lui donne une force incroyable.

    Sa nouvelle confiance va faire changer le regard des autres sur elle et notamment celui de sa mère qui réalise que sa petite fille est une adulte indépendante.

    Maintenant que Georgia est sortie de sa chrysalide et que son fabuleux projet, toujours axé autour du voyage, est sur les rails, j’ai hâte de lire la suite pour découvrir ce que lui réserve l’avenir !

     

    Un extrait : C’était le jour de mon mariage. Un jour dont je rêvais depuis toute petite et que j’avais préparé et organisé au cours de ces douze derniers mois. Au programme : un mariage champêtre à l’anglaise, avec drapeaux et banderoles maison suspendus aux poutres d’un manoir hors de prix et chapiteau dressé sur une pelouse soigneusement manucurée. Le harpiste devait jouer un air simple, mais charmant, pour accompagner notre arrivée en tant que M. et Mme Doherty dans l’imposante salle de réception, sous les vivats et les applaudissements de nos proches. C’était la partie qui m’angoissait le plus ; tous ces gens en train de me fixer, guettant la jeune mariée radieuse, alors qu’en réalité je n’avais qu’une chose en tête : ma peur bleue de me prendre les pieds dans ma traîne. L’idée même d’être au centre de l’attention me donnait des crampes d’estomac et des sueurs froides même si j’avais limité le nombre d’invités au minimum et, techniquement, je n’aurais été qu’une moitié du centre d’attention.

    A cette heure-ci, j’aurais dû être dans ma robe de dentelle crème à la coupe sirène. En jetant un coup d’œil à ma montre, je me suis rendu compte que les bouquets noués à la main de myosotis bleu pastel et de freesias au parfum délicat auraient dû être livrés dix minutes plus tôt. Je devrais être sur le point de m’installer dans le fauteuil du coiffeur — hors de prix — qui devait faire de mes cheveux fins une œuvre d’art.

    Sauf que j’étais ailleurs. Allongée sur un transat en plastique inconfortable, j’essayais de cacher les larmes qui coulaient sur mon visage légèrement brûlé par le soleil, tandis que ma meilleure amie, Marie, me tendait un énième Sex on the beach, infâme et très dilué, commandé à l’open bar de la piscine.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg