Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 5

  • Le tiercé du samedi #127

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Vos trois challenges livresques préférés

     

    Alors pour ma part, J'aime tous les challenges qui me permettent de dégommer ma PAL. J'aime prévoir des listes de livres (plus en général que ce que je peux en lire durant le challenge, pour avoir du choix), mais j'aime aussi les challenges qui ne nous demandent pas de lire des livres particuliers.
    Je n'en ai pas de préférés, tous ce que je fais me plaisent, mais je vous en présente 3

     

     coupe de bronze.jpg

    La sélection

     

     

    captu289.png

    Je le met en 3ème position parce que, en réalité, je n'ai encore jamais fait ce challenge. The grand Chef du forum l'âme du livre, où je suis inscrite, nous en a juste donné les modalités, mais j'aime déjà et j'ai très hâte de le commencer.
    C'est un challenge qui nécessite l'implication de ceux qui y participent. Chacun doit donner au maximum trois titres de livres, ce qui donne une liste plus ou moins longue suivant le nombre de participant. Le but est de lire un maximum de livres de cette liste. Chaque livre lu rapporte un point à celui qui l'a lu ET un point à celui qui l'a proposé.

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Challenge gourmand

     

     

    grand11.png

    Comme son nom l'indique on va parler de boissons et de nourriture. Souvent, dans les livres, il y a un moment où il faut bien que nos héros avalent quelque chose. Et bien ici, le but est de trouver l'aliment ou la boisson du semestre dans les pages de nos livres. Le challenge se déroule sur 6 mois et ce n'est pas si évident que ça de penser à relever la phrase dans lequel le mot apparaît alors qu'on est plongé dans l'histoire!
    Ce semestre, on cherche tous les passages où nos héros consomment de la bière. Bien sûr une seule mention est compté par livre.

     

     

     coupe d'or.jpg

    1001 pages

     

     

     

    captu169.png

    Là c'est comme un week end à lire mais sur le mois. On se donne un objectif, et on essais de le remplir. Le minimum à atteindre est de 1001 pages, comme son nom l'indique. En général je me fixe des objectifs entre 5500 et 7000 pages, selon le mois (vacances, week end de trois jours,...)



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres qui vous ont fait rire aux larmes alors que vous broyiez du noir avant de les commencer

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] We need to talk about Kevin

    We need to talk about Kevin affiche.jpg

    Titre original : We need to talk about Kevin

     

    Réalisé par : Lynne Ramsay

     

    Date de sortie : 28 septembre 2011

     

    Genre : Drame

     

    Pays d’origine : USA, Angleterre

     

    Durée : 1h50

     

    Casting : Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller, Ashley Gerasimovich…

     

    Résumé : Eva a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles entre parenthèses pour donner naissance à Kevin. La communication entre mère et fils s’avère d’emblée très compliquée. A l’aube de ses 16 ans, il commet l’irréparable. Eva s’interroge alors sur sa responsabilité. En se remémorant les étapes de sa vie avant et avec Kevin, elle tente de comprendre ce qu’elle aurait pu ou peut-être dû faire.

     

    Mon avis : We need to talk about Kevin est l’adaptation du roman éponyme de Lionel Shriver. Alors, comme en littérature on est moins snob qu’au cinéma, pour le livre, le titre a été traduit en « il faut qu’on parle de Kevin » (Franchement, ils auraient pu traduire le titre, d’autant plus que ça a été fait pour le livre. Mais bon, c’est déjà mieux que quand ils mettent un titre en anglais MAIS pas le même que l’original. Par exemple la série Army Wives qui en français est devenu American Wives…).

    Le livre est écrit à la première personne, à travers les yeux d’Eva, la mère de Kevin, qui s’adresse par lettre à son époux dont elle est séparée. Dans le film, on suit toujours Eva, on ne sait que ce qu’elle sait, mais il manque le côté chronologique qu’on trouvait dans ses lettres. Certes elle mêlait déjà passé et présent, mais c’était assez facile de distinguer les deux périodes. Ici les scènes s’enchaînent sans qu’on sache à quelle période on se trouve, sauf à scruter l’actrice qui a les cheveux un peu plus longs après le drame qu’avant. J’aurais apprécié que le passé et le présent soient différenciés par un changement de luminosité ou un adoucissement des contrastes, comme il est souvent d’usage de faire quand on change d’époque dans une même histoire.

    We need to talk about Kevin eva.jpg

    Je pense que si je n’avais pas lu le livre avant de voir le film, j’aurais eu beaucoup plus de mal à entrer dans l’histoire.
    Même si j’ai beaucoup aimé le film (oui, j’ai préféré le livre, mais c’est souvent le cas), j’ai eu quelques regrets.
    D’abord j’ai trouvé que la réalisatrice avait pris le parti de présenter la mère comme la responsable du comportement de son fils.
    J’ai trouvé un peu facile d’occulter le comportement inadmissible du père qui refuse le moindre blâme envers son fils. Dans le livre, on voit clairement que toutes les tentatives d’Eva pour contrôler et éduquer Kevin sont vouées à l’échec par l’aveuglement obstiné (et criminel) de son père (les nounous démissionnent, elles sont incompétentes, les profs se plaignent, ils n’aiment pas les enfants, les flics ramènent le gosse, ils ont forcément fait une erreur d’identification…). Tout cet aspect, bien présent dans le livre, est quasiment occulté dans le film. Ici le père n’assiste à aucune des bêtises de son fils et quand Eva le soupçonne de quelque chose, cela lui semble impossible (mais on peut le comprendre puisqu’il n’a jamais rien eu sous les yeux).

    We need to talk about Kevin pere.jpg

    Quand à la fin du film, elle a été très nettement édulcorée. Certes, vous me direz qu’elle est déjà horrible, mais la fin du livre n’est pas seulement horrible, elle est aussi symbolique.
    Un film sympa mais qui n’arrive pas à la cheville du roman.



  • [Livre] Harry Potter et l’ordre du Phoenix

    harry potter et l'ordre du phenix.jpg

    Résumé : À quinze ans, Harry Potter s'apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s'il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n'a jamais été aussi anxieux. L'adolescence, la perspective des examens importants en fin d'année, et ces étranges cauchemars... Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d'une véritable lutte de pouvoir. La résistance s'organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours...

     

    Auteur : Joanne Kathleen Rowling

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 03 décembre 2003

     

    Prix moyen : 22€

     

    Mon avis : Ce tome s’ouvre sur un Harry frustré qui ronge son frein, seul chez les Dursley, privé de toute nouvelle en provenance du monde de la magie. La gazette ne raconte rien et les lettres de ses amis ne sont qu’un amalgame de diverses excuses de ne pouvoir rien lui raconter.
    Alors que l’adolescent essaie de calmer ses nerfs en se promenant dans son quartier, son cousin lui tombe sur le râble. Harry aurait géré cet inconvénient sans difficulté si, juste après Dudley, ce n’était pas deux détraqueurs qui avaient pointé leur absence de nez à Little Whinging. Obligé de jeter un sort du patronus pour se protéger, Harry va vite se rendre compte que l’indulgence qu’avait montrée le ministre de la magie lorsqu’il avait gonflé la tante Marge comme un ballon, ne va pas se reproduire.
    De toute évidence, le ministère n’a aucune intention d’admettre la réalité du retour de Voldemort et, plutôt que de prendre les mesures de sécurité nécessaires, il préfère discréditer ceux qui dénoncent une vérité qui les dérange : Harry et Dumbledore en tête de liste.
    Et le ministère n’a pas l’intention de se contenter d’une campagne de discréditation dans les journaux.
    Ainsi, à la rentrée, le nouveau professeur de défense contre les forces du mal, le professeur Ombrage, se révèle à la solde du ministère et prête à tout pour museler les rumeurs.
    Pour la première fois depuis sa rentrée en première année, Harry ne va pas être heureux à Poudlard.
    J’ai beaucoup aimé, dans ce tome, ce qui parait n’être qu’un détail : Ron va enfin avoir l’opportunité de ne pas être dans l’ombre de Harry en étant nommé préfet. Ca n’apporte pas grand-chose au livre, mais j’ai trouvé ça bien qu’il ait cette opportunité car cela lui donne une confiance en lui qui va être importante aussi bien dans la suite de ce tome que dans la suite de la saga.
    J’ai bien aimé aussi que des personnages secondaires comme Ginny, Luna ou Neville prennent de l’importance. Que tout ne tourne pas uniquement autour du trio.
    Contrairement à beaucoup de lecteurs, je trouve que dans ce tome on voit la personnalité de Sirius et que ce n’est pas du joli : il est hargneux, jaloux et a une forte tendance à culpabiliser son entourage. Mais bon, disons qu’après 12 ans d’Azkaban, il a le droit d’être quelque peu irritable.

    Lupin est égal à lui-même (J’aime cet homme). Molly est parfois un peu agaçante, mais, même si il faut qu’elle réalise qu’elle ne peut pas tenir les adolescents à l’écart de ce qui se prépare, on peut comprendre qu’ayant vécu la guerre, ayant perdu des proches du fait des mangemorts, elle ne veuille pas, contre toute logique, que ses enfants (au sens large, comprenant Hermione et Harry) soit mêlé à tout cela.
    Dumbledore est pris en défaut dans ce tome. De son propre aveu, il a pris des décisions peu judicieuses qui ont conduit Harry à prendre des décisions qu’ils n’auraient jamais pris s’il avait eu conscience de tout ce qu’on s’évertue à lui cacher.

    Dans la saga Harry Potter, j’ai toujours trouvé la plupart des adultes très hypocrites : ils veulent qu’Harry reste à sa place d’adolescent, mais ils comptent sur lui pour se dresser face à Voldemort. Un peu comme s’il était un pion sans conscience et sans sentiments.
    Avec ce tome, on entre vraiment dans la guerre contre Voldemort. Même si beaucoup de sorciers nient son retour, il n’en est pas moins là, et recrute des partisans. On sait d’ores et déjà que les deux derniers tomes ne vont pas être faciles pour Harry et ses amis.

     

    Un extrait : Dans la cuisine, Maugrey avait remis son œil magique qui tournait si vite à présent, après un bon nettoyage, que Harry en eut le vertige. Kingsley Shacklebolt et Sturgis Podmore regardaient le four à micro-ondes et Hestia Jones s’amusait beaucoup en examinant un épluche-légumes qu’elle avait trouvé dans un tiroir. Lupin, lui, cachetait une lettre destinée aux Dursley.

    — Parfait, dit Lupin lorsqu’il vit entrer Tonks et Harry. Je pense qu’il nous reste à peu près une minute. Nous devrions peut-être sortir dans le jardin pour nous tenir prêts. Harry, j’ai laissé un mot à ta tante et à ton oncle pour leur dire de ne pas s’inquiéter…

    — Ils ne s’inquiéteront pas, assura-t-il.

    — … que tu es en sécurité…

    — Ça va les déprimer.

    — … et que tu les reverras l’été prochain.

    — C’est vraiment indispensable ?

    Lupin sourit mais s’abstint de tout commentaire.

    — Viens là, mon garçon, dit Maugrey d’un ton bourru en lui faisant signe avec sa baguette magique. Il faut que je te désillusionne.

    — Que vous quoi ? s’inquiéta Harry.

    — Que je te soumette à un sortilège de Désillusion, répondit Maugrey, sa baguette brandie. Lupin m’a dit que tu possèdes une cape d’invisibilité mais tu n’arriveras pas à la maintenir en place pendant le vol, il faut donc trouver un meilleur déguisement. Allons-y…

    Il lui donna un bon coup de baguette sur le crâne et Harry éprouva aussitôt une étrange sensation, comme si Maugrey venait de lui écraser un œuf sur la tête. Un liquide froid semblait couler le long de son corps à partir de l’endroit où il avait reçu le coup.

    — Beau travail, Fol Œil, dit Tonks d’un air appréciateur en contemplant Harry à hauteur de la taille.

    Harry regarda son corps, ou plus exactement ce qui avait été son corps et qui n’avait plus du tout le même aspect. Il n’était pas devenu invisible mais avait pris la couleur et la texture de l’élément de cuisine qui se trouvait derrière lui. Il semblait transformé en caméléon humain.

     

    coup de coeur.jpg

  • Mes sorties du mois #25

    octobre.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    Les sorties grand format:

    42-jours-972266-264-432.jpg

    girlhood-906820-264-432.jpg

    mercy-thompson,-tome-10---l--preuve-du-silence-953899-264-432.jpg

    on-la-trouvait-plutot-jolie-950418-264-432.jpg

    the-outliers,-tome-2---the-scattering-969113-264-432.jpg

    what-light-960199-264-432.jpg

     

    Les sorties poche:

    -a-a-commence-comme-ca-816681-264-432.jpg


    sorties du mois films.jpg

    380931.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois d'octobre?

  • Bilan de lecture de septembre 2017

    Bilan lecture.jpg

    En septembre, j'ai lu 16 livres, 2 albums et 1 BD pour un total de 6784 pages

     

    Commençons par la BD

    princesse sara T10 la guerre des automates.jpg
    J'adore cette BD et attendre la suite va être très dur! Heureusement que je ne manque pas de lectures!

     

    Concernant les albums, j'ai lu le 1er, un album pour enfant, dans le cadre d'un challenge et le second, un superbe ouvrage, pour le plaisir

    felins.jpg
    Félins est super émouvant (ou alors c'est moi qui suis super émotive, ce qui est pas impossible!) et La magie du cinéma est superbe et plein d'anecdotes intéressantes qui prolongent le plaisir de Harry Potter.

     

    J'ai lu deux romans, dans le cadre de masses critiques Babelio. Deux roman très différents, mais aussi géniaux l'un que l'autre.

    en sacrifice a moloch.jpg
    Un polar qui se passe dans un lieu froid et paumé et un roman contemporain qui nous emmène dans l’Allemagne et les USA d'avant guerre.

     

    J'ai eu quelques lectures piochées au hasard dans ma PAL, souvent pour lire entre deux pavés, parce que le challenge des pavés c'est bien, mais ça fait du bien de lire des bouquins plus courts!

    journal de la belle-mere (pas si) cruelle de blanche-neige.jpg

    Queen Betsy T15 vampire et increvable.jpg


    Justement, dans le cadre du challenge des pavés, qui s'est fini le 21 septembre, j'ai lu des bouquins pour la plupart vraiment sympas!

    les 76 jours de marie-antoinette a la conciergerie T02 un proces en infamie.jpg

    l'enfant du lac.jpg

     

    Enfin, depuis le 22 septembre, j'ai commencé un nouveau challenge dans lequel il faut lire un livre par condition proposées (il y en a 33)

    journal du pas si grand mechant loup.jpg

    blue la couleur de mes secrets.jpg

     

    Ce mois-ci, j'ai aussi vu quatre films

    Alice de l'autre côté du miroir affiche.jpg

    Ca, il est revenu affiche.jpg

     

    Je suis plutôt contente de ce mois de septembre que ce soit pour la lecture ou pour le visionnage! Et vous, quel est votre bilan du mois? 
    Dites moi tout et à dans un mois pour le prochain bilan!

     

  • C'est lundi que lisez-vous? #127

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    blue la couleur de mes secrets.jpg

    princesse sara T10 la guerre des automates.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    directs-du-droit.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    1.jpg

    2.jpg

    Et oui, toujours les mêmes! Mais il y a toujours d'autres livres pour venir s'intercaler entre les lectures que j'ai prévues! Notamment des SP ou des masses critiques, sans parler des envies subites dans la PAL de 33 livres constituée pour un challenge...
    Et tenez, en parlant de SP:

    les-aeriens-975959.jpg

    Et vous, que lisez-vous?

  • Book Haul d'août et septembre

    book haul.jpg

    Ce mois-ci (oui parce qu'en fait, en août, je n'ai reçu que deux livres ^^) je me suis un peu lâchée! En plus des SP, des masses critiques et d'un cadeau d'anniversaire en retard, je suis allée faire un (plusieurs) tour(s) sur des sites bien tentants!

     

    Commençons par les arrivées qui n'ont pas fait fumer ma carte bleue!

     

    En premier lieu, j'ai été sélectionnée, coup sur coup, à la masse critique de Babelio. Comme l'un des livres a été mal pris en charge par la poste qui, on ne sait pourquoi, l'a renvoyé à l'expéditeur, le temps que la maison d'édition le réceptionne et me le renvoi, j'ai fini par recevoir les deux masses critiques à quelques jours d'intervalles.

    masse critique.JPG


    Les éditions Sarbacane m'ont également envoyé leurs nouveautés de septembre qu'il me tarde de découvrir!

    Sarbacane.JPG

     

    Enfin, pour en terminer avec les livres que je n'ai pas acheté, Copine Marie et moi avons enfin trouvé un moment pour nous voir et j'ai reçu (entre autres) ces livres pour mon anniversaire (oui en juillet, on est très occupée toutes les deux!)

    Anniv cadeau marie.JPG


    Côté achats (oui c'est la que ma carte bleue a commencé à tirer la tronche), j'ai du faire, comme chaque trimestre mon achat à France Loisirs. Mais comme j'avais plus de 100 points, j'ai eu le polar gratuitement!

    france loisirs.JPG


    J'ai fais un petit tour sur priceminister, parce que, quand c'est d'occasion, c'est permis, pas vrai?

    priceminister.JPG


    J'aime bien les petites maisons d'éditions parce qu'elles ont en général bien plus de respect pour les lecteurs que les grandes. Seulement, souvent, les petites maisons d'éditions éditent des livres qui ne m'attirent pas du tout. Alors je veux bien me tourner en priorité vers elles, mais encore faut-il que leurs livres m'intéressent!
    Et là, voilà-t-il pas qu'on arrête pas de me parler d'une nouvelle maison d'édition: Magic Mirror, qui:

    1 - Est une petite maison toute récente(pour l'instant, elle ne propose que deux livres)
    2 - Dont l'une des fondatrice est une booktubeuse dont j'adore la chaîne
    3 - Les livres m'attirent comme un niffleur par ce qui brille...
    (Et en plus elles sont à Toulon, ce qui change un peu de la dictature parisienne!)
    Fallait-il résister??? Moi je dis non! (Et en plus, il y avait un pack!)

    Black mirror.JPG


    Et enfin, je suis allé faire un tour sur Amazon parce que... euh... bon ok, là je trouve aucune excuse valable... juste parce que j'avais envie et que Vibration littéraire m'a quasiment lancé un défi en présentant un book haul de 44 livres (qui a dis: rho l'excuse bidon???)

    amazon 1.JPG

    amazon 2.JPG

     

    Voilà, c'est fini pour cette fois! A bientôt (bon pas trop vite non plus, laissez moi le temps, ou plutôt laissez le temps à mon banquier de s'en remettre!) pour un prochain book haul!

  • Le tiercé du samedi #126

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Trois chaînes booktubes que vous adorez (si vous ne regardez pas de vidéos booktube, alors vos trois blogs littéraires préférés)

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est, de la plus récemment découverte, à la plus ancienne:

     

     coupe de bronze.jpg

    Il était une fois Perseneige

     

     


    Comme très souvent, je suis tombée sur cette chaîne par hasard, en cliquant de liens en lien. C'est cette vidéo qui me l'a fait connaitre et adorer tout de suite!

     

     

     coupe d'argent.jpg

    LilyBooks

     

     


    Découverte complètement par hasard elle aussi. Avec cette vidéo! Comme pour la coupe de bronze, il me reste énormément d'ancienne vidéos d'elle à découvrir!

     

     

     coupe d'or.jpg

    Moody Take a book

     

     


    Cette fois ci, pas de hasard, j'ai découvert la chaîne grâce à celle de Margaud liseuse. Je n'ai pas regretté!



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Vos trois challenges livresques préférés

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Alice de l'autre côté du miroir

    Alice de l'autre côté du miroir affiche.jpg

    Titre original : Alice Through the Looking Glass

     

    Réalisé par : James Bobin

     

    Date de sortie : 01 juin 2016

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h50

     

    Casting : Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Anne Hathaway, Sacha Baron Cohen, …

     

    Résumé : Les nouvelles aventures d'Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps.

     

    Mon avis : Il y a quelques mois, je n’avais pas réussi à entrer dans l’histoire et j’avais éteins la télé après seulement une quinzaine de minutes de film.
    Et puis là, j’avais deux heures de tranquillité et je me suis dit : pourquoi pas ?
    Et cette fois, la magie Alice a opéré comme avec le premier opus : j’ai plongé à pied joint dans l’histoire !
    Dans cette suite d’Alice au pays des Merveilles, Alice, venu faire son rapport à Lord Ascot, apprend successivement que Lord Ascot père est décédé, que c’est son fils Hamish, celui-là même qu’elle avait humilié en refusant sa demande en mariage, qui a pris les rênes de l’affaire familiale et que sa mère, plus pour obliger Alice à se « ranger » que par nécessité, a vendu ses parts dans l’affaire, la laissant démunie.
    Alors qu’elle s’isole pour digérer tout cela, voilà qu’elle se retrouve face à Absolem, qui l’enjoint de le suivre avant de passer dans un miroir.

    Alice de l'autre côté du miroir absolem.JPG

    Intriguée, Alice le suit et traverse la glace pour se retrouver au pays imaginaire où elle apprend une terrible nouvelle : le chapelier fou se meurt et le seul moyen de l’aider et de retourner dans le passé.

    Alice de l'autre côté du miroir chapelier.jpg

    Pour cela, il va falloir affronter le Temps.
    J’ai bien aimé le Temps. C’est au départ un peu le méchant de l’histoire mais en fait il n’agit pas par méchanceté mais pour protéger le déroulement des événements.

    Alice de l'autre côté du miroir le temps.jpg

    Dans ce film, on va trouver la réponse à de nombreuses questions : Qu’est devenue la famille du Chapelier ? Pourquoi la reine Rouge est-elle si méchante ? Pourquoi déteste-t-elle autant la reine Blanche ? Pourquoi a-t-elle une aussi grosse tête ?
    Je crois que ce film est encore meilleur que le premier, pourtant réalisé par l’inimitable Tim Burton.
    Dans cette course contre le Temps, il n’y a aucun temps mort, aucun moment d’ennui.
    Alice a beaucoup muri mais elle n’a pas renoncé à son idée de développer la compagnie de son père et à ne pas se laisser enfermer dans un mariage de convenance au grand dam de sa mère qui ne comprend pas pourquoi sa fille refuse de rentrer dans le moule. Les années que la jeune fille a passé à naviguer lui ont donné une nouvelle assurance et elle n’hésite pas à se jeter dans le vide quand les circonstances l’exigent.
    James Bobin a vraiment fait honneur à Tim Burton et, si je n’avais pas su que ce dernier avait cédé sa place au premier, j’aurais honnêtement pensé que les deux films avaient le même réalisateur.
    je n’ai pas vu passer les deux heures et ai presque été déçue de voir la fin arriver si vite !



  • [Livre] L’héritage des templiers

    L'heritage des templiers.jpg

    Résumé : 1118, Jérusalem, Terre sainte. Neuf chevaliers créent un ordre militaire, les « Pauvres Chevaliers du Christ ». Le roi Baudoin II leur cède pour résidence une partie de son palais, bâti sur les ruines du Temple de Salomon. Ils deviennent les « chevaliers du Temple », puis les « Templiers ».

    1307 : Jacques de Molay, le grand maître de l'ordre des Templiers, est arrêté sur ordre de Philippe le Bel et livré à l'Inquisition. Il garde le silence sur le déjà célèbre trésor des Templiers.

    2006 : Cotton Malone, ex-agent du département de la Justice américaine, et son amie Stéphanie, entrent en possession de documents troublants relatifs à la nature du trésor des Templiers. Commence alors une quête à la fois historique, érudite et périlleuse, qui les mènera à Rennes-le-Château, cœur du mystère.

     

    Auteur : Steve Berry

     

    Edition : Le cherche midi

     

    Genre : historique

     

    Date de parution : 01 mars 2007

     

    Prix moyen : 25€

     

    Mon avis : Dans le cadre d’un challenge je devais lire un livre sur les templiers et mon choix s’est porté sur celui-ci.
    Je suis très vite entrée dans cette histoire qui mêle avec talent faits historiques, théories religieuses et fiction.
    J’ai beaucoup aimé le personnage de Cotton Malone, en revanche celui de Stephanie Nelle m’a vraiment énervée. Cette femme est d’une arrogance, toujours à mettre son métier en avant, comme si c’était un gage de compétence, alors qu’il est clair qu’elle n’a rien à faire sur le terrain. Son coté : je vais appeler Washington et tout sera réglé, alors que l’histoire se déroule en France est également pénible. Elle décide que tel ou tel élément devrait être éradiqué et que, bien sûr, l’armée américaine doit intervenir et on a qu’une seule envie, c’est lui rappeler qu’elle n’est pas chez elle et que les militaires américains n’ont rien à foutre sur le territoire français, sauf s’ils viennent en vacances !
    J’avais presque envie qu’il lui arrive quelque chose de définitif, comme ça on aurait été débarrassé d’elle, de ces certitudes, de ses préjugés…

    C’est vraiment un personnage que je n’ai pas supporté, tout comme De Rochefort, mais lui, on n’est pas franchement supposé l’apprécier.
    On ne sait pas grand-chose de Cotton, même pas comment il a eu ce surnom, mais comme il est le personnage principal de bon nombre des romans de Steve Berry, je suppose que le personnage se dévoile au fil des tomes.
    Ce roman nous offre une théorie sur le trésor des templiers, non seulement sur le lieu où il pourrait se trouver, mais sur son contenu qui ne se limiterait pas à de l’or et des pierres précieuses mais à des preuves de certains événements qui mettrait à mal toute la religion catholique.
    Les énigmes que doivent résoudre les personnages sont bien élaborés et la solution est trouvée au bout d’un temps raisonnable (ni trop rapide, ni trop long).

    Histoire, complot, trahison, aventure, enquête, on a là un thriller historique qui a un rythme rapide et qu’on a du mal à lâcher avant la dernière page.

     

    Un extrait : Cotton Malone remarqua le couteau au moment même où il apercevait Stéphanie Nelle. Il était confortablement installé à la terrasse du café Nikolaj. Par cette douce après-midi d’été, la Højbro Plads, fameuse place danoise qui s’étendait sous ses yeux, grouillait de monde. Comme d’habitude, il régnait une atmosphère survoltée dans le café qui ne désemplissait pas, et il attendait Stéphanie depuis une demi-heure.

    C’était une femme frêle, âgée d’une soixantaine d’années – bien qu’elle n’ait jamais confirmé cette information. Quant aux fichiers personnels du ministère de la Justice que Malone avait consultés un jour, ils ne comportaient que la malicieuse mention « non communiquée » dans l’espace réservé à sa date de naissance. Des reflets argentés jouaient dans ses cheveux bruns, et dans son regard marron transparaissaient à la fois la compassion de l’humaniste et la fougue du procureur. Deux présidents avaient tenté de la nommer ministre de la Justice, mais elle avait décliné leur offre. Un ancien ministre de la Justice avait exercé des pressions pour lui faire perdre sa place – surtout après qu’elle eut été engagée par le FBI pour enquêter sur son compte –, mais la Maison Blanche avait refusé d’en entendre parler puisque Stéphanie Nelle faisait preuve, entre autres qualités, d’une honnêteté scrupuleuse.

    Par contraste, l’homme au couteau était petit, replet, avait le visage étroit et les cheveux coupés en brosse, les traits caractéristiques des Européens de l’Est. Son air hagard, accablé, inquiétait Malone plus que la lame étincelante de son arme ; il portait une tenue décontractée, un jeans et un blouson rouge sang.

    Malone se leva sans quitter Stéphanie des yeux.

    Il pensa la mettre en garde en criant, mais elle se trouvait trop loin et la place était trop bruyante. Elle disparut un instant derrière l’une des sculptures modernes de la Højbro Plads qui représentait une femme d’une obésité obscène couchée nue sur le ventre, ses imposantes fesses de bronze ressemblant à des collines exposées aux quatre vents. Lorsque Stéphanie réapparut, l’homme s’était rapproché d’elle et Malone le vit sectionner la bandoulière passée sur son épaule gauche, s’emparer de son sac de cuir et la pousser sur les pavés.

    Une femme cria et la vue d’un voleur à la tire armé d’un couteau provoqua l’émoi de la foule.

    L’homme au blouson rouge s’enfuit, le sac de Stéphanie à la main, bousculant les badauds au passage. Certains le bousculèrent à leur tour. Le voleur prit à gauche, contourna l’une des autres statues et se mit finalement à courir. Il semblait se diriger vers Købmagergade, rue piétonne qui bifurquait vers le nord depuis la Højbro Plads et s’enfonçait dans le quartier commerçant.

    Malone bondit de son siège, résolu à barrer la route à l’agresseur avant qu’il ait pu disparaître au coin de la rue, mais un groupe de cyclistes le gênait. Il se mit à courir après les avoir évités et dut contourner une fontaine avant de pouvoir se jeter sur sa proie.

    Ils heurtèrent le pavé ; l’homme au blouson rouge fut le plus durement touché et Malone remarqua immédiatement la musculature de son adversaire. Sans se laisser démonter, l’homme roula sur lui-même et enfonça son genou dans l’estomac de Malone.

    Le choc lui coupa le souffle et lui retourna les tripes.

    Sans perdre une seconde, l’homme au blouson rouge s’élança et remonta Købmagergade en courant.

    Malone voulut se lever, mais dut immédiatement s’accroupir pour reprendre son souffle.

    Bon sang. Il avait perdu l’habitude.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg