Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 5

  • Mes sorties du mois #34

    juillet.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    alpha---omega,-tome-5---dans-la-gueule-du-loup-1061090-264-432.jpg au-nom-de-l-horreur-1077270-264-432.jpg crazy-london-1084559-264-432.jpgde-l-autre-c-t--du-soleil-1081785-264-432.jpg d-mons-1081807-264-432.jpg elementa-1062868-264-432.jpg

    jennie-1083729-264-432.jpg lagoon-1015144-264-432.jpg le-proc-s-de-miss-silence-1081498-264-432.jpg

    les-enfants-du-fleuve-1056657-264-432.jpg ma-vie-entre-tes-mains-1081790-264-432.jpg m-faits-d-hiver-1081814-264-432.jpg

    paris-est---nous-1055941-264-432.jpg si-tu-t-en-vas-1027723-264-432.jpg terres-d-esp-rance-1078519-264-432.jpg

    une-maison-sur-l-oc-an-1071701-264-432.jpg vise-la-lune-et-au-del--1081851-264-432.jpg

     

    sorties du mois films.jpg

    0323902.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 1504983.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 2832297.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg


    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois de juillet?

  • Bilan de lecture de juin 2018

    Bilan lecture.jpg

    En juin, j'ai lu 14 livres et 2 BD pour un total de 6525 pages.

     

    Ce mois-ci, j'ai donc lu deux BD.

    mémoires de marie Antoinette T02.jpg Billy Brouillard T01.jpg
    Le second tome de Mémoires de Marie-Antoinette tourne autour de la Révolution. On s'attarde moins sur chaque événement que dans le 1er tome.
    Billy Brouillard nous entraîne, lui, dans un monde à la Tim Burton assez étrange et dérangeant.

     

    Dans le cadre de la masse critique Babelio, j'ai lu:

    interfeel.jpg
    Une dystopie intéressante où nos émotions sont portées à la connaissance de tous.


    J'ai ensuite lu, en vrac

    Au fond de l'eau.jpg Black Ice.jpg Glitter.jpg

    la fille sous la glace.jpg La fugitive.jpg La malédiction T01 432p.jpg

    La voie du loup.jpg Le chemin parcouru 310p.jpg Les grandes hystériques.jpg

    Miss Peregrine T03.jpg sang de glace 366p.jpg


    Dont deux coups de cœur

    La Passe-miroir T02.jpg glacé.jpg

     

    Côté écran, j'ai vu plus de séries que de film. En ce moment j'ai du mal à me concentrer devant un film entier. Du coup le format série est plus confortable.

    Cela dit, j'ai quand même vu deux films

    Elizabeth affiche.jpg Les noces funèbres affiche.jpg

    Et j'ai terminé trois saisons de séries

     grey's anatomy saison 14.jpg Les orphelins baudelaire saison 2.jpg Originals saison 4.jpg

     

    Côté privé, j'ai fais quelques achats et/ou récupéré plusieurs choses qui entrent dans mes petits rituels de lectures.

    Coffret opéra.JPG
    J'aime bien écouter de la musique quand je lis. En général, je mets du classique, des musiques de relaxation ou du jazz, mais j'ai bien envie de tenter de l'opéra!

     

    cahiers chroniques.JPG

    cahier chroniques interieur.JPG
    A chaque fois que je fini un livre ou que je vois un film, je n'ai jamais le temps d'écrire ma chronique sur ordinateur immédiatement. Et quand je peux m'y mettre, j'ai commencé à oublier les détails. Avec ces cahiers, je mes mes idées, notes et anecdotes directement sur papier et l'écriture des chroniques est, du coup, beaucoup plus facile!

     

    thé à l'amande.JPG

    Thés nature et découverte.JPG
    Pour moi, qui dit lecture, dit bon thé (ou infusion). J'ai acheté ceux là sur le palais des thés et sur nature et découverte et ils sont délicieux! Et les deux en bas à droite sont aussi excellent en thé glacé!

     

    cuillère à thé aimantée.JPG

    L'infuseur.JPG
    Avec cet infuseur, le thé a bien la place de libérer sa saveur et surtout, fini les brins de feuille de thé dans la tasse! Et avec la cuillère doseuse qui s'aimante sur les boites métalliques, je mets pile le bon dosage!



    Voilà, c'est tout pour le bilan de juin! A dans un mois pour le bilan de juillet!

  • C'est lundi que lisez vous? #163

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    La Passe-miroir T02.jpg La voie du loup.jpg

    glacé.jpg Rue du bonheur.jpg

    lecture en cours.jpg

    Shirley.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Là où elle repose.jpg L'étrangleur de Sandpoint.jpg Manipulations.jpg

    sisters.jpg Sang Maudit.jpg Before I fall.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #5

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente La démesure de Céline Raphaël 

    51MIx-KS3lL._SX348_BO1,204,203,200_.jpg

    "Un soir, peu après mon dixième anniversaire, alors que j’avais reçu de nombreux coups et que je n’avais pas eu le droit de dîner, mon père a décidé que je n’irai pas me coucher sans une dernière punition. Il m’a emmenée dans la cuisine et m’a fait asseoir à table. Il a ensuite pris une assiette et y a mélangé de l’omelette froide, un yaourt, du pain, de l’eau et de la salade.
    « Tu ne sortiras de table que lorsque tu auras tout fini. Tout. Y compris la sauce. »
    J’ai alors osé me tourner vers lui, entre bravade et désespoir. Je lui ai demandé, en larmes, ce que je lui avais fait pour mériter de souffrir comme il me faisait souffrir. Même Haydn, notre berger allemand, était mieux traité que moi. Mon père m’a répondu froidement, en me regardant droit dans les yeux :
    « Tu es pire qu’un chien. »

    Ces mots irrémédiables ont marqué ma chair jusqu’au sang. Je ne les oublierai jamais. J’ai beaucoup de mal à m’en défaire.
    Toutes les années qui passent me rappellent à eux et sont un frein à un épanouissement que j’aimerais total. J’ai très peu confiance en moi. Je ne m’aime pas beaucoup.
    Je ne suis pas vraiment moche mais pas vraiment belle non plus.
    On ne peut pas dire que je sois bête mais je ne me trouve pas vraiment intelligente.
    J’ai du mal à penser qu’on puisse être un jour fier de moi et je m’étonne chaque jour d’avoir un compagnon depuis tant d’années et qui m’aime avec tant de force. J’ai la désagréable impression d’être un imposteur.
    Mon père voulait faire de moi une pianiste d’exception. Il exigeait de moi la perfection, et je n’ai jamais pu être à la hauteur de ses attentes. J’étais simplement une enfant normale et je l’ai payé très cher.

    Lorsque je me regarde dans le miroir, je repense à toutes ces années de lutte pour ne pas mourir. Toutes ces années à souffrir en silence dans l’espoir qu’un jour quelqu’un viendrait me sauver la vie, en m’arrachant des mains de mon père. Je me suis battue pour survivre et j’ai survécu. Aujourd’hui, en définitive, je crois même pouvoir dire que j’ai réussi. Une thèse de sciences en poche, l’internat de médecine qui touche à sa fin, et un combat que j’ai commencé à mener contre la maltraitance faite aux enfants, pour faire tomber les tabous et éviter que d’autres souffrent en silence. Les lois et les mentalités doivent évoluer pour réduire à néant les tortures intra-familiales, si faciles à cacher tant on ne veut pas les voir.
    Avec le recul, je me dis que, tout compte fait, je vaux bien mieux qu’un chien.

    Oublier ? Pardonner ? Comment se reconstruire ? Peut-être en racontant, pour éviter le pire à d’autres enfants, pour ouvrir les yeux aux adultes qui les entourent.
    Ceci est mon histoire. Au nom de mon don pour la musique, je suis devenue une bête à jouer, et mon père a été mon bourreau. Autour de moi, les autres faisaient la sourde oreille.

    Aujourd’hui, mes doigts courent sur le clavier, et j’y dépose mes souvenirs. J’écris, à mon rythme, la partition de mon histoire pour trouver, enfin, une nouvelle harmonie.

    Écoutez-moi."

     

    Alors, tentés?

  • [Film] A la croisée des mondes : La boussole d’or

    La croisée des mondes affiche.jpg

    Titre original : The Golden Compass

     

    Réalisé par : Chris Weitz

     

    Date de sortie : 05 décembre 2007

     

    Genre : Aventure, Jeunesse

     

    Pays d’origine : USA, Angleterre

     

    Durée : 1h53

     

    Casting : Dakota Blue Richards, Nicole Kidman, Daniel Craig, Sam Elliott, Ben Walker, Eva Green…

     

    Résumé : Lyra, 12 ans, est une orpheline rebelle qui vit à Jordan College, un établissement de l'Université d'Oxford, dans un monde parallèle qui ressemble au nôtre mais qui a évolué de façon un peu différente. Elle a pour compagnon Pantalaimon, son dæmon, un être capable de prendre de nombreuses formes animales.
    Le monde de Lyra est en train de changer. L'organisme gouvernemental global, le Magisterium, resserre son emprise sur le peuple. Ses sombres activités l'ont poussé à faire enlever des enfants par les mystérieux Enfourneurs. Parmi les gitans, qui ont perdu beaucoup des leurs, court une rumeur : les enfants sont emmenés dans une station expérimentale quelque part dans le Nord, et on pratique sur eux d'abominables expériences...
    Lorsque Roger, le meilleur ami de Lyra, disparaît à son tour, la petite fille jure d'aller le chercher, jusqu'au bout du monde s'il le faut...

     

    Mon avis : Le livre est un succès de la littérature jeunesse, le film a été un échec au point que les suites ont été annulées.
    Il faut dire qu’avant même sa sortie, il a été la victime des attaques de l’église qui a décrété que l’auteur avançait dans ses livres « une idéologie totalement athée et ennemie de toutes les religions traditionnelles et institutionnelles, du christianisme et du catholicisme en particulier ». Les groupes de bigots ont immédiatement renchéri en s’élevant contre le film. Bref, tourne vire, à cause de la puissance de ce genre de groupes, impossible de rester fidèle aux livres et le tout a du être nettement édulcoré. Ce qui n’a guère plu aux lecteurs.
    En parallèle, le film semble vouloir compenser ce « lissage politiquement correct » par la création d’un monde très riche mais qui, exposé en très peu de temps, peine à convaincre.
    Il aurait mérité d’être découvert petit à petit, de nous dévoiler ses secrets au cours de l’histoire, mais là, on a une voix off qui nous balance un tas d’informations avant même le début de l’histoire.
    Ce qui ne m’a pas empêchée d’apprécier le film même si je ne peux être que frustrée par la fin !
    Nicole Kidman fait froid dans le dos dans le rôle de la glaciale et calculatrice Mme Coulter.

    La croisée des mondes mme coulter.jpg

    Lyra est une fillette attachante qui n’a pas froid aux yeux.

    La croisée des mondes lyra.jpg

    Le dæmon de Lyra, Pantalaimon, qui change régulièrement de forme mais semble avoir une préférence pour une espèce de furet, apporte une note d’humour très rafraîchissante.

    La croisée des mondes pantalaimon.jpg

    J’ai beaucoup aimé l’ours, Lorek. C’est un sacré personnage !

    La croisée des mondes lorek.jpg

    J’ai regretté qu’on n’en sache pas plus sur la boussole d’or et son fonctionnement. J’ai trouvé tout ça un peu nébuleux. J’aurais surtout aimé savoir pourquoi le magisterium, le gouvernement de ce monde, a tellement peur de cet objet.

    La croisée des mondes boussole.jpg


    J’aurais également aimé en savoir un peu plus sur le passé de Lyra, sur comment elle en est arrivé à vivre dans son pensionnat et pourquoi on lui a caché la vérité sur ses parents.
    J’ai bien aimé le film, et, sachant qu’il n’est qu’une pâle copie du livre, il m’a surtout donné envie de me plonger dans l’œuvre de Pullman !

     


  • [Livre] Il était une fois – T04 – Une si vilaine duchesse

    Une si vilaine duchesse.jpg

     

    Résumé : Theodora Saxby est la dernière femme que l'on s'attendait à voir James Ryburn, héritier du duché d'Ashbrook, épouser. Mais après une proposition romantique devant le prince lui-même, même la pragmatique Theo est convaincue de la passion qu'éprouve pour elle le futur duc.
    Les journaux ne donnent pas six mois au mariage.
    Theo leur aurait donné à tous deux une vie entière... Jusqu'à ce qu'elle s’aperçoive que le duc ne convoitait pas son cœur, et certainement pas son corps, mais sa dot. La société avait été choquée par leur union. Leur séparation fut un véritable scandale.
    A présent, James doit mener la bataille de sa vie, et convaincre Theo qu'il aimait le canard qui s'est transformé en cygne. 
    Et Theo découvrira rapidement que pour un homme à l'âme de pirate, tout est permis en amour...

     

    Auteur : Eloïsa James

     

    Edition : J’ai lu

     

    Genre : Romance

     

    Date de parution : 06 novembre 2013

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : James, dès le début, ne marche pas vraiment dans la combine de son père. D’ailleurs, je pense que si, même avant leur mariage il avait avoué la vérité à Théo sur les manipulations de son père et qu’il lui avait dit qu’il ne voulait pas obéir à ce dernier jusqu’à ce qu’il réalise qu’il était jaloux de tout homme s’approchant d’elle, elle aurait compris. Elle adorait James et je ne crois pas qu’elle aurait mal réagit, ou en tout cas, elle aurait nettement moins mal réagit qu’en apprenant toutes ces histoires d’argents et en tirant les conclusions que tout Londres a déjà tiré avant elle. Bon, ok, vous me direz, oui mais dans ce cas, le livre était plié en 40 pages. C’est pas faux…
    Mais, même si elle va un peu vite dans ses déductions, ce qui peut se comprendre vu la piètre opinion qu’elle a d’elle-même, sa réaction est compréhensible. Celle de James, en revanche, m’a semblé un peu exagérée. Ne me dites pas qu’il ne pouvait pas se retirer dans une autre maison le temps que Théodora redescende en pression puis lui écrire toute la vérité en essayant de la convaincre de lui parler ?
    Mais faire ce qu’il a fait… c’était un peu extrême.
    Et puis j’ai trouvé que leurs retrouvailles, alors qu’ils ont tant changé, l’un comme l’autre, sont un peu simples. Alors ok, on connait le flegme britannique, mais quand même, un peu plus de passion, d’assiette et de vases volants à travers les pièces auraient été les bienvenus.
    J’aurais aussi aimé que le ton de la première partie soit conservé dans la seconde, même avec la séparation de James et Théo. Je ne dis pas que la seconde partie est fade parce qu’elle est loin de l’être, mais l’humour et les répliques incisives m’ont manquées.
    J’ai surtout trouvé que les deux personnages principaux passaient trop peu de temps ensemble au regard de la longueur du livre. Pour moi une romance historique peut présenter des obstacles, une séparation physique ou émotionnelle mais il faut que les personnages soient en présence l’un de l’autre pendant plus de la moitié du livre, et ce même s’ils ne font que s’engueuler !
    Ça reste une bonne lecture cependant, mais avec quelques détails de différents, ça aurait pu être un coup de cœur !

     

    Un extrait : — Tu dois persuader Theodora que tu es amoureux d’elle, ou sa mère n’acceptera jamais cette union. La semaine dernière, Mme Saxby m’a interrogé sur certains de mes investissements d’une manière que je n’ai pas appréciée Cette femme ne sait pas rester à sa place.

    — Je ne ferai rien de tel.

    — Tu feras exactement ce que je te dis.

    — Vous me demandez de courtiser une jeune fille avec qui j’ai passé toute mon enfance et que j’ai toujours traitée comme une sœur.

    — Foutaises ! Ce n’est pas parce que vous étiez ensemble à la nurserie que tu ne peux pas coucher avec elle aujourd’hui.

    — Si.

    Pour la première fois depuis le début de leur discussion, une lueur de compassion apparut dans le regard du duc.

    — Theodora n’est pas une beauté, certes. Mais les femmes sont toutes pareilles dans le...

    — Taisez-vous ! aboya James. N’ajoutez pas l’insulte à l’ignominie.

    Son père plissa les yeux. La nuance rouge brique de son teint annonçait l’explosion. De fait, l’instant d’après, il hurlait, les yeux exorbités :

    — Je me fiche que cette gamine soit moche comme un pou. Tu l’épouseras ! Et tu t’arrangeras pour qu’elle tombe amoureuse de toi. Sinon, tu peux dire adieu au domaine !

    — Qu’avez-vous fait ? siffla James.

    — Je l’ai perdu. Les détails ne te regardent pas.

    — Il est hors de question que je fasse ce que vous me demandez, décréta James en se levant.

    Tandis qu’il pivotait pour sortir, un objet en porcelaine vola au-dessus de son épaule et alla s’écraser contre le mur. James cilla à peine. Avec le temps ces démonstrations de colère avaient cessé de l’impressionner ; il avait grandi en apprenant à éviter les objets volants, depuis les livres jusqu’aux statuettes de marbre.

    — Tu le feras ou je jure de te déshériter au profit de Pinkler Ryburn !

    James se retourna ; il avait de plus en plus de mal à conserver son sang-froid. S’il n’avait jamais jeté d’objets contre les murs – ni sur les membres de sa famille –, il était capable d’envoyer des piques qui pouvaient se montrer tout aussi destructrices. Il prit une autre inspiration.

    — Pardonnez-moi de vous rappeler la loi, père, mais je peux vous assurer qu’il est impossible de déshériter son fils légitime.

    — Je déclarerai à la Chambre des lords que tu n’es pas mon fils ! beugla le duc.

    Il avait le visage violacé, les veines de son front semblaient sur le point d’éclater.

    — Je leur dirai que ta mère était une femme dissolue et que j’ai découvert que tu n’étais rien d’autre qu’un bâtard.

    Devant l’insulte faite à sa mère, James ne put se retenir.

    — Aussi veule et idiot que vous soyez, vous ne vous servirez pas de ma mère pour dissimuler votre stupidité !

    — Comment oses-tu ! cria le duc, cramoisi.

    — Je me contente de répéter ce que tout le monde dit dans ce royaume : vous êtes un imbécile. J’ai une idée assez précise de ce qui est arrivé au domaine ; je voulais juste voir si vous auriez le courage de l’admettre. Mais vous ne l’avez pas, ce qui n’est pas une surprise. Vous avez hypothéqué toutes les terres inaliénables, du moins celles que vous n’avez pas tout simplement vendues, et jeté par les fenêtres l’argent reçu en échange. Vous avez investi dans des projets plus ridicules les uns que les autres.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Juliette à Québec

    Juliette à Quebec.jpg

     

    Résumé : En février, Juliette est très heureuse de rester à Québec où elle vit, afin de profiter des festivités du Carnaval avec Gina et Gino, ses BFFs. Hélas, sa mère est hospitalisée d’urgence à la suite d’un malaise. Heureusement, la maman de Gina accueille Juliette chez elle. Les deux amies se réjouissent de vivre comme des sœurs! Lorsqu’elles remarquent le comportement étrange de Youssef, un nouveau venu dans leur école, elles décident de mener leur enquête avec l’aide de Gino. Quelle découverte surprenante attend les détectives improvisés? 

     

    Auteur : Rose-Line Brasset

     

    Edition : Hurtubise

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 12 Octobre 2016

     

    Prix moyen : 13€

     

    Mon avis : Noël à Québec, ça fait rêver ? Moi aussi jusqu’à ce que Juliette nous dise qu’à moins 5°, il fait doux pour la saison. Ben oui, d’habitude il fait moins 15°, moins 20°, ça c’est des températures hivernales ! Enfin selon Juliette ! Alors vous vous doutez bien que moi qui trouve que quand il fait moins de 23°, il commence à faire frisquet, le rêve du noël à Québec m’a vite quitté !
    Dans ce livre, j’avoue que Juliette m’a énervée. Alors que ce tome se déroule plus tard que « Juliette à Barcelone », je l’ai trouvé très puérile. Alors je sais bien qu’à 13 ans, presque 14, on n’est pas un modèle de maturité, mais il y a quand même quelques limites ! (En revanche j’ai l’impression que les différents tomes ne suivent pas vraiment un ordre chronologique car sinon Juliette aurait du avoir 15 ans dans ce tome.)
    J’avoue que son comportement m’a presque gâché la visite de Québec tant j’avais envie de lui foutre des baffes toutes les 2 minutes !
    Sn attitude face à l’hospitalisation d’urgence de sa mère m’a écœurée : elle est à la fois exaspérée que sa mère lui gâche sa sortie en étant malade, ravie de passer du temps chez sa copine et sa mère si cool (qui est pas si cool que ça au quotidien, enfin qui est une mère normale, pas une copine…), et complètement indifférente, reportant sans cesse ses visites ou ses appels à sa mère pour pouvoir sortir. Franchement vu comment se passe l’hospitalisation, à son âge, j’aurais été morte d’inquiétude ! Ses minauderies pendant la pêche sous la glace sont tout aussi énervantes. Elle était vraiment pénible. Elle réussit même à exaspérer Gino à un moment, c’est dire quand on voit la patience du garçon à son égard !
    Dans ce tome, on se penche aussi sur l’immigration et les suspicions de terrorisme qui pèsent sur les originaires de pays arabes ou africains. Persuadées que le nouvel élève, Youssef, cache un secret, et même qu’il pourrait être dangereux, Juliette et Gina arrivent à convaincre Gino de mener l’enquête. L’adolescent aussi suspecte un secret, mais ne pense pas forcément que Yousef fasse quelque chose de mal.
    A côté des délires de détectives des trois amis, et si on met de côté les gamineries de Juliette, on découvre plein de choses : la pêche sous la glace, les escaliers reliant la haute et la base ville, l’hôtel de glace, reconstruit à l’identique chaque année, le château Frontenac, le Carnaval d’hiver de Québec…
    Et comme à chaque fois, à la fin du livre, on trouve plein de renseignements sur la ville.

     

    Un extrait : Gina et sa mère ont prévenu qu’elles nous attendraient sur le trottoir devant le Palais de glace, en face de l’hôtel du Parlement de Québec. Boulevard Honoré-Mercier, d’énormes inukshuks tout blancs, dressés pour le Carnaval et habillés de ceintures fléchées, nous montrent le chemin. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le palais ne passe pas inaperçu. Wow! Reconstruit chaque année sur le même site et à la même époque, il est constitué de gigantesques blocs de glace (pesant au total plus de trois cents tonnes, paraît-il). Encore une fois cette année, je le trouve magnifique! On se croirait au palais de la reine des neiges, mais il s’agit plutôt de la maison de Bonhomme, un personnage tout en rondeur mesurant sept pieds de haut et rappelant un bonhomme de neige. Vous en avez entendu parler? Avec son bonnet rouge et sa ceinture de laine tressée aux doigts, il est le roi de la fête! 

    Ma mère est aussi excitée que moi. Il faut dire que l’ambiance est formidable. On entend de la musique et les gens se dandinent en suivant les indications de Bonhomme, qui tape des pieds et des mains ou soulève la jambe et les bras plus haut qu’une danseuse de French cancan. Oooh, c’est trop drôle! J’ai tellement hâte de trouver nos amis pour me joindre enfin à la foule! Volubile, comme à son habitude, maman m’explique, tout en gesticulant comiquement (je crois qu’elle essaie de danser, elle aussi), qu’il s’agit du plus important carnaval d’hiver au monde.

    - Savais-tu, pitchounette, qu’il y avait déjà une fête d’hiver chez les habitants de la Nouvelle-France?

    - Euh… non. Je ne me souviens pas que mon prof d’histoire nous en ait parlé.

    - À cette époque, déjà, nous avions l’habitude de fêter entre amis et voisins l’approche du carême, c’est-à-dire les quarante jours précédant Pâques.

    - Ah bon!

    - Mais les premières festivités officiellement appelées «Carnaval de Québec» datent de 1894. Elles ont été interrompues pendant la Première Guerre mondiale, la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, mais ont repris en 1955 et se sont renouvelées chaque année jusqu’à aujourd’hui, entre mi-janvier et mi-février.

    - Eh, ben! Oh, regarde là-bas, c’est Gina et sa mère! Ginaaa! Gineeette! On est lààà! m’écrié-je avec de grands gestes des bras dans la direction de nos amies.

    Ouf! Sans elles pour me sortir de là, j’en avais pour l’après-midi à me croire dans la classe d’histoire de monsieur Cayer. Ma mère, elle est super drôle et je l’adore, mais on dirait parfois qu’elle s’est donné pour mission de me transformer en singe savant… Votre mère à vous, elle se prend aussi pour la maîtresse? Celle de Gina est beaucoup plus relax, je trouve. Non seulement elle s’habille et se maquille en tout temps comme un véritable mannequin, mais elle aime la même musique que les jeunes, joue à des jeux vidéo avec Gina et lui passe tous ses caprices.

    Maintenant que nos amies sont là, on va enfin véritablement s’amuser !

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Interfeel

    interfeel.jpg

    Résumé : Et si le monde entier avait accès à vos émotions ?

    Nathan et ses amis sont en permanence connectés à Interfeel, un réseau social qui permet de partager ses émotions. Pour l'immense majorité des habitants de la planète, connaître les émotions de chacun est tout aussi naturel que téléphoner. Mais un événement tragique va se produire sous leurs yeux et bouleverser Nathan. Fasciné par Élizabeth, une " sans-Réseau " qui vit en marge de la société, il voit toutes ses certitudes vaciller. Ce que les deux adolescents découvriront pourrait bien changer le monde à jamais...


    Auteur : Antonin Atger

     

    Edition : PKJ

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 07 Juin 2018

     

    Prix moyen : 18,50€

     

    Mon avis : J’ai lu ce livre dans le cadre de la masse critique Babelio. Je l’avais coché un peu par hasard, happée au passage par le résumé qui m’intriguait beaucoup. Et bien m’en a pris parce que j’ai frôlé le coup de cœur. Pourquoi seulement frôlé ? Tout simplement parce que, à aucun moment, ni au début du livre, ni à la fin, il n’est fait mention d’une éventuelle suite. Or, vu comment se fini ce livre, clairement, la bonne opinion que j’en ai est subordonné à l’existence d’une suite.
    Imaginez donc un feu d’artifice. Les couleurs sont de plus en plus brillantes, les bouquets de plus en plus étendus et au moment du bouquet final…pshiiiiit… un pétard mouillé. C’est à peu près l’effet qu’aurait sur moi l’annonce de l’absence de suite. Et comme on est dans l’incertitude, et que je déteste l’incertitude, je n’arrive pas au coup de cœur.
    Interfeel est présenté comme un réseau social, mais il est évident qu’il est bien plus que ça. Déjà, s’il n’est pas obligatoire de l’utiliser, c’est tout de même fortement conseillé. Ceux qui refusent Interfeel, les sans-réseaux, sont regardé avec suspicion mais ce n’est pas le seul désagrément que provoque leur refus du « progrès » : ils n’ont également pas accès aux meilleurs soins, réservés aux utilisateurs d’interfeel, pas accès non plus aux emplois lucratifs. La population connectée pense immédiatement que quelqu’un qui n’a pas interfeel dissimule ses émotions parce qu’il a quelque chose de grave à cacher. S’il ne semble plus y avoir de discrimination liée à la couleur de peau, à la religion ou à l’orientation sexuelle, la majorité des utilisateurs montrent leur intolérance à l’égard des sans-réseaux. La haine n’a pas disparue, elle s’est seulement trouvé un autre réceptacle.
    Au-delà de l’histoire en elle-même, on peut déceler une sévère critique des réseaux sociaux et de l’utilisation de plus en plus systématique qui en est faite (pas plus tard qu’hier, j’ai eu droit à : « Comment, tu n’utilises pas instagram ?? Mais c’est trop bizarre de ne pas être instagrammeur… ». Héroïquement, je n’ai pas fait de commentaire).
    Le rythme du roman est haletant. Presque à chaque page, il y a une révélation, un rebondissement, voire une trahison.
    Au début j’avais du mal à me repérer car on est plongée dans cet univers sans préparation, mais, au fil des discussions entre les personnages, de leur cours au lycée même, on commence à comprendre comment on est passé de notre monde actuel au monde d’interfeel.
    Du côté des personnages, je ne me suis réellement attachée qu’à Nathan. Il se remet sans cesse en question, cherche à comprendre les choses et ce, même quand cela va à l’encontre de tout ce qu’il a toujours appris.
    J’espère que dans la suite, si suite il y a, on apprendra à mieux connaitre ses camarades ainsi que Kassandra Kacem dont le passé m’intrigue beaucoup.
    Je me pose encore tellement de questions sur les personnages que ce soit les parents de Nathan, Claude Erat, le tatoueur ou encore le commissaire Ekaton ou Karl Certal, et le retournement de situation qui clôt le livre ne me donne qu’une envie : En savoir davantage.

     

    Un extrait : Nathan regardait le ciel. Chaque fois qu’il se sentait fatigué, nerveux ou colérique et qu’il ne voulait pas que les autres s’en aperçoivent, il levait les yeux et son esprit se calmait aussitôt. Peu importe les nuages, peu importe la pluie : il n’avait qu’à lever la tête.
    Le ciel était ce jour-là d’un bleu éclatant. Au loin se découpaient les tours de l’épicentre – le centre exact de la ville -, surplombées par une immense tour blanche, étincelante, en plein milieu. Le ciel était sans nuages. Ce vide se diffusait dans sa tête. Tout était plat comme un lac parfaitement immobile.
    Sur ce lac, tout d’un coup, une légère vibration apparut. Une émotion perturbait Nathan, et ce n’était pas la sienne. L’irritation de quelqu’un d’autre infusait en lui. Son professeur de philosophie humaine l’interpella alors :

    - Monsieur Ethanin. Vous êtes souvent fasciné par le ciel mais, croyez-moi, La Boétie est tout aussi intéressant. Un peu de courage, le cours se termine dans cinq minutes.

    Cette touche d’espièglerie rassura Nathan : son professeur n’était pas si irrité que ça. Sans être particulièrement bon élève – il laissait cette place à Hanek -, il ne posait jamais de problème en classe et n’avait pas l’intention aujourd’hui de commencer. Reprenant son stylo, il nota les paroles du professeur sur son papier numérique.

    - La vraie question est : pourquoi accepte-t-on de vivre sous le principe de la servitude volontaire ? D’après La Boétie, il y a plusieurs raisons.
    Claure Erat parlait à une vitesse normale, c'est-à-dire bien trop vite pour Nathan. Nerveux, il froissa involontairement le rebord de la feuille. Un message apparut alors sur le papier : Garder Pliure ? Nathan sélectionna « Non » du bout de l’index et la feuille se défroissa pour redevenir intacte.
    Il recommença à prendre des notes, maladroitement, et, comme toujours, se demanda pourquoi il n’était pas possible d’utiliser un bon vieux clavier virtuel, plus naturel pour lui que les courbes approximatives qu’il traçait au stylo. Fichues Grandes Réformes… Il enviait la génération précédente qui n’avait pas besoin d’écrire à la main. Il se calma d’un rapide coup d’œil vers le ciel pour éviter que l’on perçoive l’énervement qu’il diffusait autour de lui.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez vous? #162

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    La malédiction T01 432p.jpg Les grandes hystériques.jpg Billy Brouillard T01.jpg

    la fille sous la glace.jpg Glitter.jpg

    lecture en cours.jpg

    La Passe-miroir T02 560p.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    glacé.jpg La voie du loup 377p.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #4

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Un bonheur insoutenable d'Ira Levin

    un bonheur insoutenable.jpg

    "Piliers de béton blancs et aveugles d’une ville, géants entre de moindres géants, entourant une vaste place rase où s’ébattaient quelque deux cents enfants encadrés par une douzaine de surveillantes en blouses blanches. La plupart des enfants – nus, bruns, aux cheveux noirs – rampaient à travers des cylindres jaunes et rouges, jouaient à la balançoire ou faisaient de la gymnastique par petits groupes ; mais dans un coin ombragé, assis en demi-cercle sur un quadrillage de marelle incrusté dans le sol, quatre d’entre eux écoutaient un cinquième parler.
    — Ils attrapent des animaux, les mangent et s’habillent avec leurs peaux, disait celui qui parlait, un petit garçon de huit ans. Et aussi, ils se… « battent ». Ça veut dire qu’ils se font mal, exprès, avec leurs mains ou bien avec des pierres ou des bâtons. Ils ne s’aiment pas et ne s’aident pas. Pas du tout.
    Les quatre enfants l’écoutaient bouche bée. Une petite fille, plus jeune que celui qui avait parlé, dit : « Mais on ne peut pas ôter les bracelets. C’est impossible. » Elle tira sur son propre bracelet avec un doigt, pour montrer la solidité des maillons.
    — Si, on peut, si on a les outils qu’il faut, dit le garçon. On l’ôte bien le jour de l’union, non ?
    — Oui, mais seulement pour une seconde.
    — Peut-être, mais on l’ôte.
    — Où vivent-ils ? demanda un autre.
    — Au sommet des montagnes. Dans des cavernes. Dans un tas d’endroits où on ne peut pas les trouver.
    — Ils doivent être malades, dit la première petite fille.
    — Bien sûr ! s’exclama le garçon en riant. C’est pourquoi on les appelle « incurables ». Incurable veut dire malade. Ils sont très, très malades.
    Le plus jeune des enfants, un garçon d’environ six ans, dit :
    — Ils ne se font pas faire leurs traitements ?
    L’autre le regarda avec dédain.
    — Sans leurs bracelets ? Dans des cavernes ?
    — Mais comment deviennent-ils malades ? demanda celui qui avait six ans. Ils sont traités jusqu’au jour où ils s’en vont !
    — Les traitements, affirma l’aîné, ne sont pas toujours efficaces.
    Celui qui avait six ans le regarda avec stupéfaction.
    — Mais si !
    — Mais non !
    — Christ ! s’exclama une surveillante en approchant, un ballon de volley sous chaque bras ; vous êtes assis bien près les uns des autres ! À quoi jouez-vous ? Au Lapin Caché ?
    Les enfants se levèrent promptement, et allèrent former un demi-cercle plus large – sauf le plus jeune, qui ne bougea pas. La surveillante le regarda avec curiosité.
    Un carillon de deux notes résonna dans les haut-parleurs.
    — Douche et vestiaire, dit la surveillante.
    Les enfants s’éloignèrent en courant. Le plus jeune, lui, se leva lentement et resta immobile, l’air malheureux. La surveillante s’accroupit devant lui et examina son visage avec inquiétude.
    — Qu’est-ce qui ne va pas ? lui demanda-t-elle.
    Le petit garçon, dont l’œil droit était vert et non pas marron, la regarda et cilla.
    La surveillante laissa tomber les deux ballons, lui prit le poignet pour examiner son bracelet, puis lui serra doucement les épaules.
    — Qu’y a-t-il, Li ? As-tu perdu la partie ? Perdre c’est la même chose que gagner, tu sais bien ?
    Le petit garçon fit signe qu’il comprenait.
    — Ce qui importe, c’est de s’amuser et de prendre de l’exercice, n’est-ce pas ?
    Le petit garçon inclina de nouveau la tête et essaya de sourire.
    — Bien, dit la surveillante. Voilà qui est mieux. Comme ça, tu ne ressembles plus à un petit singe triste.
    Le petit garçon sourit.
    — Douche et vestiaire, dit la surveillante avec soulagement. (Elle lui donna une petite tape sur le derrière.) Et maintenant, va rejoindre les autres. Allez, cours !"

     

    Alors, tentés?