Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 5

  • [Livre] Ensorcelée

    Ensorcelee.jpg

    Résumé : Depuis la mort de son mari, Rachel Stone mène une existence désastreuse mais, pour Edward, son fils de cinq ans, elle est prête à tout, jusqu’à retourner à Salvation dans l’espoir de récupérer un trésor. Lorsqu’elle découvre qu’un poste est à pourvoir dans le drive-in de Gabriel Bonner, c’est pour Rachel une joie inespérée et, malgré la rudesse de Gabriel, elle se sent irrépressiblement attirée. Mais son frère, Ethan Bonner, ne l’entend pas de cette oreille et d’étranges incidents lui confirment qu’elle n’est pas la bienvenue à Salvation.

     

    Auteur : Susan Elizabeth Phillips

     

    Edition : J’ai lu

     

    Genre : Chick lit

     

    Date de parution : 21 septembre 2011

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Ce livre fait partie d’une saga qui semble se concentrer sur les joueurs de football. Il se démarque donc un peu du reste de la saga puisque le personnage masculin principal n’est pas footballeur. En revanche, son frère aîné l’est, et il était le héros du tome précédent.
    A priori, il y a d’ailleurs un gros problème de traduction, puisque ce frère qui s’appelait Cal dans son propre tome (diminutif de Calvin) est devenu Charles dans celui-ci.
    Ça ne me pose personnellement pas de problème, puisque je n’ai lu que ce tome là, mais je me doute que pour ceux qui ont lu toute la saga, ce doit être un peu énervant.
    Gabriel est un vrai ours des cavernes. Il n’arrive pas à se remettre de la mort de sa femme et de son fils, survenue deux ans plus tôt, et il se montre odieux avec presque tout le monde, à l’exception de ses frères qui le dorlotent comme un invalide et ne l’aident, du coup, pas à faire son deuil.
    En revanche, comme il n’était pas à Salvation quand les choses ont mal tourné pour Rachel, il n’a aucun a priori sur elle et du coup, va la voir telle qu’elle est.
    La seule chose que je n’ai vraiment pas supporté chez lui, c’est son attitude envers Edward. Il y a un passage qui m’a profondément choquée :

    « Gabriel avait beau se répéter que l’enfant n’y était pour rien, quand il voyait Edward, il songeait à Jamie et se disait que le plus valeureux des deux était mort. » Tout ça parce que Edward est de nature plus calme, plus réservé (et quand on voit la vie qu’il mène depuis 3 ans, on le comprend).
    Il a parfois certaines réaction, ou réflexions qui font que, à la place de Rachel, je lui aurais sauté à la gorge.

    Rachel, elle, est en butte à l’hostilité de la petite ville qui la tient pour responsable des escroqueries de son défunt mari. D’ailleurs, ça m’a tué : les gens déjà, sont crédules qu’ils en peuvent plus, filent tout leur pognon à un escroc, mais en plus, quand il se fait arrêter, sa seule excuse est : c’est ma femme qui m’a entraîné et tout le monde décrète que ce pauvre homme, qui a été reconnu coupable des escroqueries quand même, est un pauvre homme manipulé par une vraie harpie.
    Et puis comme le bonhomme a eu la bonne idée de ne pas sortir vivant de sa tentative de fuite, c’est bien pratique d’avoir sa veuve sous la main pour servir de bouc-émissaire.
    Rien à redire sur l’écriture qui est exactement telle qu’on l’attend de ce genre de roman. On a de la romance, un poil d’intrigue (mais qui fait tout pour que Rachel s’en aille ?) et beaucoup d’humour, surtout dans les joutes verbales entre Rachel qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et Gabriel qui ne semble pas avoir l’habitude d’être contrarié.
    C’est un livre parfait à lire après une lecture difficile, pour faire redescendre la pression, ou simplement pour se détendre.

    Un extrait : Les derniers espoirs de Rachel Stone s’envolèrent dans un nuage de fumée noire jaillissant du capot de sa voiture. Elle eut à peine le temps de se garer sur le bas-côté de la route, en face d’un drive-in, juste en dessous d’un énorme panneau jaune et violet représentant un feu d’artifice.

    Ce fut là que, sous un soleil étincelant, sa vieille Impala brinquebalante rendit son ultime soupir.

    Bras croisés sur le volant, Rachel laissa retomber sa tête entre ses mains et succomba au désespoir. C’est sur cette route à deux voies, à la lisière de la ville de Salvation, en Caroline du Nord, que prenait fin un interminable parcours en enfer.

    — Maman ?

    Elle s’essuya les yeux et se redressa.

    — Je te croyais endormi, mon chéri.

    — C’est ce drôle de bruit qui m’a réveillé.

    Elle se tourna pour contempler son fils, qui venait de fêter son cinquième anniversaire. Sur la banquette arrière, il paraissait perdu parmi les paquets minables qui constituaient leurs maigres possessions. Rachel les avait entassés à l’intérieur de la voiture, la serrure du coffre étant coincée depuis des années à la suite d’un accident.

    La joue d’Edward était plissée là où il avait dormi, et ses cheveux étaient ébouriffés. Il était petit pour son âge, trop mince, encore pâle après la pneumonie qui avait menacé de l’emporter. Rachel sentit un élan d’amour l’envahir.

    Il la dévisageait solennellement par-dessus la tête de Jeannot, le lapin en peluche qu’il traînait partout depuis son plus jeune âge.

    — Tu as encore un problème ?

    Elle s’efforça de sourire.

    — Un petit souci avec la voiture, c’est tout.

    — On va mourir ?

    — Mais non, mon trésor, ne t’inquiète pas. Si tu marchais un peu, pendant que je jette un coup d’œil sous le capot ? Fais attention à la route.

    Il prit entre ses dents ce qui restait de l’unique oreille de Jeannot et, de ses jambes maigres, essaya de franchir l’obstacle que constituait un panier à linge rempli de vêtements usés et de serviettes de bain. Rachel se pencha par-dessus le dossier de son siège pour l’aider à ouvrir la portière, qui fonctionnait à peine mieux que le coffre.

    On va mourir ? Combien de fois lui avait-il posé cette question ? Son dernier repas à peu près correct remontait à plusieurs heures : une orange, un peu de lait et un sandwich à la confiture. Quelle sorte de maman était-elle, pour le nourrir aussi mal ?

    Une mère démunie, à qui il ne restait plus que neuf dollars et un peu de monnaie.

    Apercevant son image dans le rétroviseur, elle songea que, autrefois, on la trouvait jolie. Aujourd’hui, des ridules d’angoisse encadraient sa bouche, et ses grands yeux verts semblaient lui manger la figure. Sous les taches de rousseur, sa peau était blanche comme de la porcelaine. Elle n’avait pas de quoi s’offrir une visite chez le coiffeur, et ses cheveux auburn étaient en désordre. En guise de maquillage, il ne lui restait qu’un morceau de bâton de rouge à lèvres. Elle ne s’en était pas servie depuis des semaines. À quoi bon ? À vingt-sept ans, elle avait l’impression d’en avoir cent.

    Sa robe en toile bleue lui tombait sur les épaules. Le tissu était délavé, la coupe informe, et elle avait dû remplacer l’un des six boutons rouges par un bouton marron, faute de pouvoir en racheter une série. Elle avait expliqué à Edward que c’était « la nouvelle mode ».

    La portière grinça. Le goudron était brûlant sous les fines semelles de ses sandales. L’une des brides était cassée. Rachel l’avait raccommodée, et depuis, à l’endroit de la réparation, elle avait une ampoule. Tant pis. C’était peu de chose. L’essentiel était de survivre.

    Une camionnette passa à toute allure, sans s’arrêter. Rachel leva le bras pour se protéger le visage du vent et de la poussière. Elle jeta un coup d’œil vers Edward. Il se tenait près d’un buisson, Jeannot sous le coude, la tête renversée en arrière pour lire le gigantesque panneau au-dessus de lui : Drive-in L’Orgueil de la Caroline.

    Résignée, elle souleva le capot, puis recula précipitamment pour éviter les projections de vapeur. A Norfolk, le garagiste l’avait prévenue que le moteur était à bout. Cette fois, c’était grave.

    Elle s’assit par terre, dépitée. Non seulement elle n’avait plus de voiture, mais elle n’avait plus de maison, puisque, depuis une semaine, l’impala leur servait de toit. Elle avait expliqué à Edward qu’ils allaient faire « comme les tortues ».

    Elle soupira, accablée par cette nouvelle catastrophe, dernière d’une longue série de calamités qui l’avaient ramenée dans cette ville où, pourtant, elle s’était promis de ne jamais remettre les pieds.

  • [Livre] Jamais sans ma fille 2 – Pour l’amour d’un enfant

    jamais sans ma fille 2.jpg

    Résumé : 5 février 1986 : hagardes, épuisées, Betty et sa fille voient flotter le drapeau américain devant leur ambassade à Ankara. Elles sont libres. Le cauchemar iranien s'efface alors peu à peu. Mais Betty devra encore braver ses peurs les plus secrètes pour raconter son histoire.

    Son livre, le film la rende célèbre. Et des centaines d’autres parents la contactent. Présidente de la fondation "un monde pour les enfants" elle raconte leurs histoires.

     

    Auteur : Betty Mahmoody

     

    Edition : Pocket

     

    Genre : Témoignage

     

    Date de parution : 1992

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : J’ai lu le premier livre de Betty Mahmoody, « Jamais sans ma fille », et j’ai vu le film. Mais je me suis bien doutée que tout n’était pas rentré dans l’ordre à la seconde où Betty et Mahtob avait mis le pied hors d’Iran.
    Quand j’ai vu que Betty avait écrit une suite à son premier livre, j’ai eu très envie de le lire mais il m’a fallu des années pour l’avoir entre les mains.
    Ce livre est divisé en deux parties : dans la première, Betty raconte comment les choses se sont passées à leur retour d’Iran, les difficultés qu’elle et Mahtob ont pu rencontrer, que ce soit au niveau affectif, psychologique ou matériel. Elle explique comment lui est venue l’idée du livre et pourquoi elle a accepté non seulement de l’écrire mais de le voir adapté en film. Dans la seconde partie, elle raconte 3 cas auquel elle a été confrontée au sein de l’association qu’elle a fondée.
    Dans la première partie, donc, Betty et Mahtob reviennent enfin aux USA après ces 18 mois de captivité et l’éprouvant et dangereux trajet qu’elles ont dû emprunter pour sortir d’Iran.
    La première chose qui m’a un peu choquée, c’est la réaction de la famille de Betty. Ils sont en mode : « bon c’est fini, vous êtes rentrée, c’est plus la peine d’en parler ». Sauf que Betty semble en souffrir de ne pas pouvoir en parler. Pendant 18 mois, il a fallu qu’elle fasse bonne figure, que ce soit pour endormir la méfiance de son mari ou pour ne pas effrayer Mahtob plus qu’elle ne l’était déjà, et là qu’elle pourrait enfin se lâcher, parler de ce qu’elle a vécu, faire sortir ses sentiments, on lui demande encore de se taire.
    La deuxième chose qui m’a marqué, c’est l’insécurité dans laquelle Betty et Mahtob vont devoir vivre : d’abord insécurité matérielle, puisque Moody a pratiquement liquidé tous leurs biens, et insécurité financière puisque Betty n’a plus ni travail ni économies. Heureusement qu’elle va être entourée par ses parents comme par d’autres personnes comme ce banquier qui lui accorde un prêt quasiment sans garanties.
    Mais le pire, je crois que c’est l’insécurité psychologique. Betty ne peut pas divorcer sans informer son mari du lieu où elle réside et tant qu’elle est mariée elle ne peut avoir la garde exclusive de Mahtob, son père pourrait donc la ramener en Iran sans être intercepté (depuis des lois ont été adoptées). Elle vit donc dans une perpétuelle crainte d’un enlèvement.
    L’écriture du livre a permis à Betty non seulement de travailler à la maison (et donc d’être sans arrêt avec Mahtob) mais aussi d’être tant en lumière qu’un enlèvement par Moody deviendrait plus difficile.
    Dans la seconde partie, Betty, qui nous a parlé de différents cas de parents étant confrontés à des enlèvements d’enfants, revient plus en détail sur trois cas : deux mères et un père qui se sont vus arracher leurs enfants avec différentes issues.
    Ces histoires, qui si elles sont différentes, concernent tout de même en majorité des personnes ayant épousés des ressortissants de pays musulmans (pays ayant refusés, au moment de la sortie de ce livre, de signer la convention de la Haye de 1980. Certains d’entre eux l’on finalement signée comme la Turquie en 1998 ou le Maroc en 2010), sont tout aussi révoltantes que l’histoire de Betty. Dans chaque cas, je ne vois aucun acte d’amour, pas d’enlèvement parce que le parent en question ne supportait pas d’être séparé de son enfant. Je n’ai vu qu’une volonté de punir l’autre parent, de le faire souffrir ou d’affirmer sa supériorité en s’appropriant un enfant dont ils n’ont rien à faire.
    la seule chose que je regrette c’est qu’il n’y ait jamais eu, dans aucune de ces histoires, de vraies sanctions contre ces personnes qui ne méritent pas le nom de parents.

    Un extrait : Je supplie encore le consul de s’arranger pour que prenions le premier vol en partance. La police turque n’est que le dernier d’une longue série de problèmes au travers desquels nous sommes passées miraculeusement. D’abord, nous n’aurions pas dû quitter l’Iran sans une permission écrite de Moody, conformément à la loi. Ensuite, entre Téhéran et la frontière, notre chauffeur s’est fait arrêter plusieurs fois par les pasdar de la sécurité, pour des contrôles de routine. Chaque fois qu’un garde s’approchait du véhicule, mon cœur s’emballait. Figée derrière mon tchador, pauvre camouflage, j’attendais la fin. Or, jamais on ne nous a demandé nos papiers !
    La chance a persisté en Turquie. Sur la route de Van à Ankara, j’ai vu d’autres cars que le nôtre contraints de se garer sur le bas-côté, les passagers brutalement poussés dehors, sommés de présenter leurs papiers pour vérification.
    Régulièrement, notre propre car était stoppé, pris d’assaut par des hommes en uniforme kaki ; ils discutaient rapidement avec le chauffeur puis d’un signe de la main le laissait continuer.
    Finalement, nous n’avons été contrôlées qu’au moment de notre arrivée à l’hôtel, situé en face de l’ambassade américaine. Je n’ai aucune explication à donner là-dessus. Je crois simplement que nous le devons à la grâce de Dieu.
    Nous sommes invitées à déjeuner dans un salon de l’ambassade, avec le consul et le vice-consul. Le menu annoncé est une fête de retrouvailles pour nous : « cheeseburger et frites » !

    Deux marines ouvrent avec une lenteur précautionneuse les gigantesques portes de bois de l’enceinte américaine et là, les diplomates tout autant que moi nous perdons dans un dédale de courtoisie à n’en plus finir :
    - Après vous, Madame, je vous en prie, dit le consul
    J’enchaîne sans réfléchir :
    - Non, après vous, monsieur le consul…
    Et le vice-consul :
    - Après vous…
    Et moi d’insister :
    - Non, après vous…
    Ce numéro à la Marx Brothers s’arrête lorsque je me rends soudain compte à quel point j’ai pris l’habitude de marcher derrière Moody, et derrière tous les hommes, en Iran.
    Personne ne m’a obligée à agir ainsi ; je suis tout simplement tombée dans la routine des vingt-cinq millions de femmes de là-bas. La femme derrière l’homme, obéissante et humble.
    Il me faudra des mois avant de retrouver mon aisance et de précéder naturellement un homme pour franchir une simple porte.

  • [Livre] Les chroniques de Narnia – T01 – Le neveu du magicien

    les chroniques de narnia, tome 1 le neveu du magicien.jpg

    Résumé : Polly trouve parfois que la vie à Londres n'est guère passionnante... jusqu'au jour où elle rencontre son nouveau voisin, Digory. Il vit avec sa mère, gravement malade, et un vieil oncle au comportement étrange. Celui-ci force les deux enfants à essayer des bagues magiques qui les transportent dans un monde inconnu. Commence alors la plus extraordinaire des aventures ...

     

    Auteur : C. S. Lewis

     

    Edition : Gallimard Folio junior

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 2005 (pour cette édition)

     

    Prix moyen : 10€

     

    Mon avis : Je n’avais jamais lu les chroniques de Narnia que je ne connaissais qu’à travers les films. Ce tome 1 se situe chronologiquement avant le 1er film. Digory, le héros de ce tome, va, bien involontairement, ramener Jadis, une terrible sorcière égocentrique et mégalo, à la vie. J’ai beaucoup aimé voir le sale type qu’est l’oncle de Digory se faire maltraiter par Jadis.
    La tante de Digory est intrigante : parfois elle semble savoir des choses, mais l’instant d’après sa réaction laisse supposer qu’elle ne sait rien des autres mondes.
    Polly est une fillette sage et intelligente, mais elle n’est là que pour servir d’acolyte à Digory et le pousser à prendre de bonnes décisions, elle n’a pas réellement un rôle à part entière dans l’histoire, pas comme Hermione Granger dans Harry Potter qui est aussi la voix de la raison mais dont on ne saurait se passer. Ici n’importe qui d’autres pourrait aiguiller Digory dans ses choix.
    Jadis est maléfique, même si son personnage n’est pas particulièrement développé, on sent ça. Dans les quelques informations qu’elle laisse échapper, on comprend qu’elle s’empare des royaumes pour être la seule à les gouverner, quitte à les détruire.
    Et surtout dans ce tome, on va assister à la création de Narnia. On va comprendre d’où vient la fabuleuse armoire qui permet à Lucy d’arriver à Narnia dans le film, comment Jadis s’est retrouver dans cette contrée, l’histoire du réverbère allumé et on peut même deviner que le vieil homme chez qui les enfants Peter, Susan, Edmund et Lucy, que l’on a découvert dans le premier film de Narnia, trouveront refuge pendant la seconde guerre mondiale.
    J’ai un peu regretté qu’on n’en sache pas plus sur l’origine d’Aslan mais j’ai aimé ce tome d’introduction car il est rare de commencer une saga par la création même du monde qui va en constituer le décor.

     

    Un extrait : C’est une histoire qui s’est passée il y a très longtemps, à l’époque où votre grand-père était un petit garçon. Une histoire très importante, car c’est elle qui permet de comprendre comment les échanges entre notre monde et le pays de Narnia ont commencé.

    À cette époque, Sherlock Holmes vivait encore à Baker Street. À cette époque, si vous aviez été un petit garçon, vous auriez porté un uniforme de collégien au col empesé tous les jours, et les écoles étaient souvent plus strictes qu’aujourd’hui. En revanche, les repas étaient meilleurs. Quant aux bonbons, je ne vous dirai pas à quel point ils étaient exquis et bon marché, sinon je vous mettrais l’eau à la bouche pour rien. Enfin, à cette époque vivait à Londres une petite fille qui s’appelait Polly Plummer.

    Elle habitait dans une de ces longues rangées de maisons accolées les unes aux autres. Un matin, elle était dehors dans le jardin arrière quand soudain un petit garçon grimpa du jardin voisin et montra son visage au-dessus du mur. Polly fut extrêmement surprise car elle n’avait jamais vu d’enfants dans cette maison. Seuls y vivaient M. Ketterley et Mlle Ketterley, un vieux garçon et une vieille fille, frère et sœur. Piquée par la curiosité, elle leva le regard. Le visage du petit garçon était très sale, on aurait dit qu’il avait pleuré puis séché ses larmes en se frottant avec les mains pleines de terre.

    Le fait est que c’est plus ou moins ce qu’il venait de faire.

    — Bonjour, dit Polly.

    — Bonjour, répondit le petit garçon. Comment t’appelles-tu ?

    — Polly. Comment t’appelles-tu, toi ?

    — Digory.

    — Ça alors, quel drôle de nom !

    — Pas plus que Polly.

    — Ah ! si.

    — Non.

    — En tout cas, moi au moins je me lave la figure, dit Polly, ce qui ne te ferait pas de mal, surtout après avoir…

    Soudain elle s’arrêta. Elle allait dire « après avoir pleurniché…», mais elle se ravisa car elle se dit que ce n’était pas très courtois.

    — Oui, c’est vrai, j’ai pleuré, répondit Digory beaucoup plus fort, comme s’il n’avait plus rien à perdre qu’on le sache. Toi aussi, tu pleurerais, si tu avais vécu toute ta vie à la campagne avec un poney et un ruisseau au bout du jardin et que brutalement on t’amenait vivre ici, dans ce trou pourri.

    — Ce n’est pas un trou, Londres, répondit Polly, indignée.

    Mais le petit garçon, trop absorbé par son explication pour y faire attention, continua :

    — Et si ton père était parti en Inde, si tu étais obligée de vivre avec une vieille tante et un oncle fou (je me demande qui aimerait), et si tout ça c’était parce qu’il fallait qu’ils s’occupent de ta mère, et si en plus ta mère était malade et allait m… mourir…

    Son visage se tordit alors d’une drôle de façon, comme lorsque vous essayez de retenir vos larmes.

    — Je ne savais pas, je suis désolée, répondit humblement Polly.

    Comme elle ne savait plus très bien quoi dire et qu’elle voulait changer les idées de Digory en abordant des sujets plus gais, elle demanda :

    — M. Ketterley est vraiment fou ?

    — Soit il est fou, soit il y a un mystère.

  • C'est lundi que lisez-vous? #111

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    si tu me voyais maintenant.jpg

    les sisters, tome 7.jpg

    lecture en cours.jpg

    1.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Je ne lis pas beaucoup en ce moment, du coup je ne fais encore aucun tirage au sort pour cette semaine. J'ai les trois livres suivants à lire et j'ai aussi deux autres lectures en vue. 
    La semaine suivante, il n'y aura que trois jours pour finir mon challenge en cours, et ensuite j'attaquerais le challenge de l'été: lire des pavés de plus de 500p pour les poches et de plus de 350p pour les GF

    2.jpg


    Et vous? Que lisez-vous?

  • [Livre] Dans le lit des reines : les amants

    dans le lit des reines les amants.jpg

    Résumé : Reines ou impératrices, leur mariage princier leur a presque toujours été imposé par la raison d’Etat. Dans la passion, l’excentricité ou le dévergondage, elles ont tenté de vivre leur aventure personnelle. C’est ainsi que Messaline est devenue l’impératrice des lupanars de Rome, qu’Isabelle d’Angleterre ou Marguerite de Navarre ont semé leurs faveurs à tous vents. La plupart du temps, ces reines, dont la fonction est sacrée, ont été confondues, et leurs complices ont payé leur tribut dans le sang.

     

    Auteur : Juliette Benzoni

     

    Edition : Perrin

     

    Genre : Historique

     

    Date de parution : 01 juin 2011

     

    Prix moyen : 20,50€

     

    Mon avis : Dans ce livre on (re)découvre certains passages de l’histoire, depuis Messaline dans la Grèce antique jusqu’à Marie-Louise, seconde épouse de Napoléon au début du XIXème siècle.
    Le style tient plus du journal que du roman et j’ai surtout apprécié que l’auteur ne se cantonne pas au quelques reines célèbres comme Marie-Antoinette ou Isabeau de Bavière, mais nous parle de reines moins connues comme Pauline Borghèse ou Sophie-Dorothée, reine d’Angleterre.
    Cependant, j’ai déploré un ton parfois moqueur, comme si la vie, parfois détruite de ces femmes sacrifiées à la raison d’état, ne pouvait que prêter à sourire. Il ne faudrait quand même pas oublier que bon nombre des « complices » de ces femmes ont été exécuté pour l’idylle qu’ils ont entretenus avec ces reines et qu’elles-mêmes les ont parfois suivi dans la tombe. Je ne trouve aucune matière à moquerie quand les sentiments conduisent à l’échafaud.
    Je n’ai jamais été vraiment une adepte du style de Juliette Benzoni, mais j’ai bien aimé ce livre, même si j’aurais préféré lire les mêmes histoires de la plume de Stephane Bern qui se montre plus respectueux et qui fait moins l’étalage de ses opinions personnelles sur les faits.

    Un extrait : Un soir d’été de l’an 43, les prétoriens de garde aux portes du Palatin voient passer deux femmes sans leur prêter beaucoup d’attention. Ce sont sans doute des servantes qui rentrent chez elles, la journée faite et, habitués à en voir sortir beaucoup, les soldats se contentent de leur adresser quelques grosses plaisanteries en guise de bonsoir puis reprennent leur faction, contents d’eux-mêmes et ne songeant pas le moins du monde à s’offusquer de ne pas avoir reçu de réponse.

    On aurait beaucoup étonné ces hommes si on leur avait dit que ces femmes modestement vêtues n’étaient autres que la toute-puissante impératrice Messaline, quatrième épouse de l’empereur Claude et sa suivante préférée Myrthale. Et leur stupeur n’aurait pas connu de bornes s’ils avaient pu deviner où elles allaient. L’impératrice à Suburre ! Aucun militaire, même imbibé de vin jusqu’aux ouïes n’imaginerait pareille chose, même si l’on tient compte du peu d’imagination qui afflige habituellement les militaires…

  • Le tiercé du samedi #110

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres qui vous ont fait découvrir un auteur que vous adorez aujourd’hui

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     coupe de bronze.jpg

    Brooklyn = Colm Toibin

     

     

    brooklyn.jpg

     

     

     coupe d'argent.jpg

    La princesse effacée = Alexandra de Broca

     

     

    la princesse effacee.jpg

     

     

     coupe d'or.jpg

    Maman a tort = Michel Bussi

     

     

    maman à tort.jpg



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Vos trois BD préférées

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Independence day : Resurgence

    independence day resurgence affiche.jpg

    Titre original : Independence Day: Resurgence

     

    Réalisé par : Roland Emmerich

     

    Date de sortie : 20 juillet 2016

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h01

     

    Casting : Liam Hemsworth, Jeff Goldblum, Bill Pullman, Jessie Usher, Maika Monroe, Vivica A. Fox, Sela Ward…

     

    Résumé : Nous avons toujours su qu'ils reviendraient. La terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, toutes les nations ont collaboré autour d’un programme de défense colossal exploitant la technologie extraterrestre récupérée. Mais rien ne peut nous préparer à la force de frappe sans précédent des aliens. Seule l'ingéniosité et le courage de quelques hommes et femmes peuvent sauver l’humanité de l'extinction.

     

    Mon avis : La mise en place de l’histoire est bien faite. Elle fait bien le lien avec le premier opus. Les personnages qui étaient déjà présents dans Independence Day ont évolué et on peut voir comment (comme par exemple l’ancien président Whitmore, qui n’est plus président, ce qui est logique 20 ans plus tard, qui a gardé des cauchemars de la guerre menée contre les extraterrestres et dont la fille, enfant à l’époque est aujourd’hui une jeune femme travaillant à la maison blanche).

    independence day resurgence whitmore et patricia.jpg

    On a aussi une explication à l’absence d’autres personnages, notamment celle de Will Smith dont le personnage est mort dans les essais de vaisseau utilisant la technologie extraterrestre.

    independence day resurgence mort hiller.jpg

    Les nouveaux personnages ont aussi leur histoire : Patricia Whitmore, fille de l’ancien président, travaille à la maison blanche ; Dylan, fils de Hiller (Will Smith) suit les traces de son père et fait ce qu’il faut pour se faire un prénom ;

    independence day resurgence dylan.jpg

    Jake Morrison, lui aussi pilote, a perdu ses parents dans la première attaque et n’a eu la vie sauve que parce que ceux-ci l’avaient envoyé en vacances…

    independence day resurgence jack.jpg

    L’histoire a lieu réellement 20 ans après jour pour jour puisque c’est lors d’une cérémonie commémorative du 4 juillet que les extraterrestres attaquent de nouveau.
    Les motivations de ces derniers sont plus évolués que dans le 1er tome où leur seul but semblait être de se nourrir jusqu’à épuisement des ressources de la Terre et de passer à une autre planète (on les avait comparé à des sauterelles). Aujourd’hui, ils semblent non seulement s’intéresser à la technologie des mondes qu’ils attaquent, mais aussi avoir une raison très précise de vouloir détruire les humains sans attendre.
    Les effets spéciaux sont vraiment bien faits que ce soit les conséquences du champ gravitationnel du vaisseau, l’intérieur de ce même vaisseau ou encore le visuel des Aliens.

    independence day resurgence champ gravitationnel.jpg

    J’ai beaucoup aimé l’idée que les aliens survivants de la guerre n’aient pas été simplement massacrés.
    Le film, comme le premier, a de nombreuses scènes pleines d’humour, et il en faut pour digérer certaines morts. Alors certes, c’était nécessaire et j’ai bien apprécié qu’il n’y ait pas que des personnages inconnus qui succombent, mais ça fout un coup au moral de voir tomber certaines personnes.
    La fin laisse entendre qu’il pourrait y avoir une suite, mais le film n’ayant pas obtenu le succès qu’espéraient les producteurs, il n’est pas certain qu’ils feront cette suite.
    Alors bien entendu qu’on se doute de la fin dès le début du film, mais bon, quand on va voir ce genre de film, ne nous voilons pas la face, c’est pour voir de la castagne et en prendre plein la vue avec les effets spéciaux.
    Et là : mission accomplie !


  • [Livre] Amour, vengeance et tentes Quechua

     

    Je remercie les éditions Sarbacane pour cette lecture

    amour vengeance et tente quechua.jpg

    Résumé : Deuxième samedi du mois de juillet. Depuis toujours, ce jour précis, Tara et ses parents – le morne postier et l’Italienne agitée – prennent le départ des vacances. Direction « le Momo s », camping tenu par la vieille Momo et son fils Jacky.

    Là-bas, Tara respire, retrouve la rivière et son copain de toujours : Adam. Adam devenu, cet été… ce beau mec qui la remue totalement !

    À peine le temps de savourer que débarque Éva, belle et brûlante comme le soleil, et vite surnommée « La Frite » par Tara. Ils étaient deux, ils se retrouvent trois. Les mauvais coups vont tomber, pour Tara comme pour Adam et La Frite, mais aussi pour ce qui n’existe plus : l’insouciance d’avant.

     

    Auteur : Estelle Billon-Spagnol

     

    Edition : Sarbacane

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 07 Juin 2017

     

    Prix moyen :

     

    Mon avis : Dans ce livre, ce sont vraiment les personnages qui font tout. L’histoire en elle-même est assez banale : deux ados qui ne se voit que l’été, qui ont bien grandit, l’une craque pour l’autre, qui lui craque pour une blondinette qui lui avait donné son premier baiser quand ils étaient mômes. Entre les deux filles, les vacheries et les coups bas s’accumulent.
    Banale quoi.
    Sauf qu’il y a les personnages ! Les personnages qui donnent une profondeur et une saveur au texte qu’on n’aurait pas pu imaginer en lisant le résumé.
    D’abord nos héros : Adam, Tara et la Eva, alias la frite.
    Tara ne se trouve pas vilaine, mais trouve que « peut mieux faire », alors forcément, à se comparer sans cesse à Eva, et à toujours trouver celle-ci « mieux », elle réagit différemment de ce qu’elle aurait fait d’ordinaire. Mais il faut dire qu’Eva déclenche les hostilités à peine arrivée et que franchement, je comprends pourquoi Tara a envie de la baffer, la frite.
    Adam, lui, c’est un mec… mais alors typique…celui qui ne voit jamais ce qu’il y a sous son nez et surtout qui voudrais le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière et plus si affinité. Il ne comprend absolument pas pourquoi Tara prend aussi mal l’intrusion de la frite dans leur duo. Après tout pourquoi est-ce qu’il ne pourrait pas déconner avec son amie tout en roulant des pelles à sa conquête (vu son attitude, je ne parlerais pas de petite amie). Bref une taupe aveugle avec des lunettes noires au fond d’un puits ! Alors ok, il a des soucis, mais bon, rien de bien nouveau. J’ai regretté que Tara ne lui sorte pas en pleine figure certains des monologues qu’elle se joue intérieurement, ça ne lui aurait pas fait de mal.
    Eva, elle, j’ai eu du mal à la cerner. J’ai l’impression que son attitude de vamp doublée de garce vient d’un énorme manque de confiance en elle. D’ailleurs quand on voit sa famille, on le comprend un peu, surtout sa mère. J’ai regretté que la relation entre elles ne soit pas approfondie et qu’on n’en sache pas plus sur cette haine qui semble ronger sa mère de l’intérieur.
    Ca n’excuse pas forcément son attitude (ni celle d’Adam d’ailleurs) parce que la famille de Tara n’est pas mal non plus entre un père dépassé et mou et une mère qui a une réputation (et pas que la réputation d’ailleurs) de trainée internationale qui passe son temps à foutre le camp pour s’envoyer en l’air et à jouer les victimes incomprises en ce monde cruel.
    Finalement, à part Tara, les plus sympathiques dans cette histoire sont Suze, la petite sœur et les voisins de camping, sans oublier Momo, qu’on voit trop peu et Yvanne qu’on découvre bien différente de ce que laissait imaginer son comportement.
    Finalement ce livre est plus qu’une histoire d’amitié ou d’amour, c’est une histoire de changement, de changements profonds qui vont bouleverser la vie de pas mal de monde.

     

    Un extrait : Juste un aller-retour à sa tente pour déposer ses affaires de toilette, et Tara arrive à la buvette. Il est 20 heures, la terrasse est bondée, Jacques fait d’incessants va-et-vient entre les tables. Après un rapide coup d’œil et quelques bonjour lancés à des vacanciers qu’elle connaît, elle se pointe au comptoir.
    Jacky ne tarde pas à revenir, suant avec un plateau vide. Ni grand ni petit. Une allure débonnaire à l’aise dans ses éternelles chemises à carreaux froissées. Et surtout cette voix… cette voix qui a tant émoustillé Tara l’été dernier.
    En vérité, cette voix la chatouille encore, là, alors qu’elle s’accoude au zinc en replaçant ses bretelles de débardeur. Tara, c’est un vieux !
    - Salut ma belle ! Enfin Tara Balice est ar-ri-vée !

    - Salut Jacky

    Jacky l’embrasse et repasse derrière le bar.

    - Les vacances commencent, alors ? Tu veux boire quoi ?
    - Un sirop à l’anis, steup ! Avec…

    - Beaucoup de glaçons, je sais ma belle !

    Jacky lui sert son verre, lance une paille dedans, gagné !, et sourit.
    - Bon, maintenant faut que je prépare la commande des Varloo. Y en a pour un moment…
    Tara a l’impression que le sourire de Jacky est plus fatigué qu’amusé. L’effet « Adieu Minouche », peut être.
    - Bonjour Jacques, c’est qui qu’il a gagné l’étape ? demande un Hollandais – la réponse, il la connaît, mais il n’aime pas se poser au bar sans rien dire.
    - Je sais pas, l’espagnol je crois, répond machinalement Jacky, concentré sur ses doses de pastis.

    Le hollandais embraie avec un café sil vous plait merci ?
    Il essaierait bien de lancer une vraie conversation mais, s’apercevant soudain qu’il vient d’épuiser son stock de français, replonge dans son journal. Il s’achètera une méthode d’apprentissage de cette si jolie langue l’été prochain.
    Jacky, lui, se fout de ce non-dialogue. Ce qu’il veut, c’est finir le roman qu’il écrit depuis des années : Plus jamais la rivière ne me dira où aller, l’histoire douce-amère d’un quinquagénaire qui, du jour au lendemain, décide de partir à pied jusqu’en Russie et se retrouve confronté à son moi profond, enfin c’est l’idée de départ. Roman qu’il va achever cet été ; entre deux clients, deux courses, deux coups de balai, il griffonne des notes dans son carnet.

    Sauf que l’écriture est un marathon et Jacky n’aime pas courir. C’est pourquoi « Je le finis cet été » est sa phrase de chaque été depuis quatre ans qu’il bosse au Momo’s.

  • Mes sorties du mois #21

    juin.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    Les sorties grand format:

    les-descendants,-tome-3---ascension-de-l--le-de-l-oubli-886479-264-432.jpg

    the-generations,-tome-3---alone-925160-264-432.jpg

     

    Les sorties poche:

    les-vampires-de-chicago,-tome-13---demain-ne-mord-jamais-918163-264-432.jpg

    sorties du mois films.jpg

    092377.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    495603.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois de juin?

  • [Livre] Le phénomène Philomène

     

    Je remercie les éditions Sarbacane pour cette lecture

    le phenomene philomene.jpg

    Résumé : Anatole et l'école, c'est une longue suite de rendez-vous manqués. Il faut dire qu'avec sa dégaine d'ado balourd et sa tignasse de cheveux qui lui tombent devant les yeux, il n'a pas l’étoffe d’un héros. Du moins, à première vue. Car en regardant mieux, on pourrait s’apercevoir qu’il a un sourire craquant... et aussi un don : celui de voir les fantômes.

    Le fantôme de Philomène, une jeune fille morte en 1870, dans l’accident de la filature qui se tenait à la place du collège.

    Repérer un fantôme, c’est déjà pas banal. Mais quand ce fantôme vous apprend qu’un grave danger menace la vie de tous les élèves et que vous seul pouvez les sauver, ce rendez-vous-là, pas question de le rater !

     

    Auteur : Emmanuelle Cosso

     

    Edition : Sarbacane

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 07 juin 2017

     

    Prix moyen : 11€

     

    Mon avis : J’ai trouvé ce livre plus long que ne le sont habituellement les pepix (mais je ne vais pas m’en plaindre, bien au contraire) et dépourvu des pages bonus qui sont habituellement la marque des pepix (là, par contre, j’ai eu un petit manque).
    La narration est intéressante car l’histoire est racontée par un personnage qui n’assiste pas à tout mais à qui le personnage principal a tout raconté.
    Malgré l’absence de bonus, j’ai trouvé le ton bien adapté à la tranche d’âge avec de petites informations sur le travail des enfants à la fin du XIXème siècle, ainsi que sur la guerre de 1870 (la plupart des enfants croyant que les conflits entre la France et l’Allemagne ont commencé avec la 1ère guerre mondiale).
    Le roman montre aussi que l’ouverture d’esprit n’est guère plus large au XXIème siècle qu’elle ne l’était au moyen-âge. A l’époque, quiconque parlant de terre ronde ou d’appareil volant était considéré comme hérétique car les connaissances de l’époque ne pouvaient admettre de telles choses. Les malheureux finissaient souvent sur le bûcher. Aujourd’hui, on ne brûle plus personne (c’est déjà ça) mais parlez de fantômes ou de voyage dans le temps et vous finirez dans un hôpital psychiatrique au motif que c’est « impossible ». Impossible selon quoi ? Nos connaissances actuelles ? Vous voyez le lien ??
    J’ai beaucoup aimé ce côté mystère non résolu avec le collège construit sur un site ayant connu un malheur.
    J’ai beaucoup aimé aussi que ce soit l’élève un peu souffre-douleur (alors que, de l’avis même de sa camarade de classe, à leur âge, question physique, il y en a pas un pour rattraper l’autre) qui devienne, bien malgré lui, responsable de ce qui pourrait arriver.
    J’ai trouvé Juliette géniale. Même si elle ne voit pas Philomène, elle est prête à faire confiance à Anatole.
    L’intervention de la police est très bien aussi, sans cela, le roman aurait perdu ce petit côté réaliste qui fait que la présence de Philomène s’intègre aussi bien.
    J’ai trouvé un peu dommage de ne pas en savoir plus sur la prof d’anglais, parce qu’elle est quand même pas mal déjantée (et pas dans un sens drôle), j’aurais bien aimé qu’il y ait un lien plus fort entre elle et le fond de l’histoire (peut être une descendante du patron de l’usine ?).
    La fin est douce-amère, mais je l’ai trouvé juste parfaite. J’aurais été encore plus triste si ça ne s’était pas fini ainsi !

     

    Un extrait : Vlan ! Anatole s’est pris la porte en pleine figure… Il chancelle, manque de tomber, mais finit par récupérer son équilibre. Elle a claqué devant lui juste après que la prof de français a crié « le dernier ferme la porte merci ! ». L’avant-dernier, va savoir qui c’était, a pensé qu’il était le dernier. Mauvais calcul. Pourtant, ce n’est pas difficile : le dernier, c’est toujours Anatole.
    Anatole et l’école, c’est un nombre incalculable de portes claquées au nez et de rendez-vous manqués. Chacun rate l’autre depuis le début : l’école ne comprend pas Anatole et Anatole ne comprend pas l’école.
    Un exemple de rendez-vous manqué ? D’accord. Quand il fallait faire la sieste en maternelle, Anatole débordait d’énergie…et d’idées pour la dépenser. Quand il a fallu résoudre des équations en sixième, il était fin prêt à faire la sieste.
    Au fond, Anatole aurait aimé vivre à une autre époque. Une époque d’avant Jules Ferry et l’école obligatoire (disons même avant Charlemagne, pour ne pas prendre de risques). Il aurait vécu à la campagne (Anatole déteste la ville), entouré d’animaux, et aurait passé ses journées à la pêche (Anatole adore la compagnie des poissons, ou plutôt l’espoir de la compagnie d’un poisson). Il aurait rapporté sa pêche du jour pour son repas du soir et fini la journée en lisant des BD, Dragon Ball de préférence.
    On pourrait lui rétorquer que pour ça, il aurait fallu que Dragon Ball ait été inventé avant Jules Ferry (voire Charlemagne), ce qui n’est franchement pas possible, mais Anatole ne se préoccupe pas de ce genre de détails. De toute façon, il a du mal avec les chiffres, les dates, les heures. Il a aussi du mal avec les sous, les mètres, les volumes, enfin bref, avec tout ce qui se compte et se quantifie, tout ce qui se mesure et se pèse. Pour Anatole, l’univers des possibles est un peu plus grand que pour la plupart des gens… et toujours en expansion. C’est sans doute pour ça qu’il a tellement l’air « ailleurs », aux yeux de tous. Enfin, de tous les autres.