Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 5

  • [Livre] La révélation de noël

    La révélation de noel.jpg

     

    Résumé : Pour Emily Radley, la belle-soeur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s'annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur-le-champ Londres, ses enfants et les mondanités pour passer ce Noël 1895 en Irlande, auprès d'une tante agonisante qui l'a demandée auprès d'elle. Brusquement plongée au cœur du magnifique et sauvage Connemara, dans un petit village perdu au bord de l'océan, Emily ne s'imaginait pas une seconde être confrontée à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu'une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l'aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d'un secret bien gardé.

    Auteur : Anne Perry

     

    Edition : 10/18

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 18 novembre 2010

     

    Prix moyen : 5€

     

    Mon avis : Je comprends un peu la première réaction d’Emily. C’est sûr qu’abandonner mari, enfants et réjouissances de noël pour aller au chevet d’une tante qui n’a pas donné de nouvelles depuis 15 ans, c’est un peu raide. Mais d’un autre côté, c’est un peu délicat de répondre : « Ah non, mourrez dans votre coin, ou attendez le 3 janvier ». Même moi j’oserais pas… Alors à l’époque victorienne, pensez donc !
    Certes, la région doit être magnifique, mais à une époque où il n’y a ni voiture hyperconfortable, ni avion, ni téléphone… c’est un peu… comment dire… isolé… et froid… et la tempête qui s’annonce ne va pas arranger les choses. D’autant plus que les habitants, s’ils sont vraiment accueillants, semblent quand même avoir un grain (de la taille d’un pamplemousse au bas mot).
    A force de poser des questions, Emily va finir par réaliser que la chère tantine ne voulait pas tant de la compagnie pour mourir mais quelqu’un pour résoudre une énigme. D’ailleurs on comprend mieux pourquoi elle avait écrit à Charlotte plutôt qu’à Emily. Il faut dire que Charlotte a épousé un flic et a une très nette tendance à mettre son nez dans les enquêtes de son mari. Mais bon, Emily n’est pas une petite nature pour autant et elle compte bien faire la lumière sur ce qu’il s’est passé dans la communauté, 7 ans plus tôt.
    On ne peut pas parler vraiment d’enquête car ce qui mène Emily vers la vérité est plus une analyse de la personnalité de chacun et une observation des interactions sociales plutôt qu’une enquête policière en bonne et due forme. Et Emily ne va pas se contenter de résoudre le mystère que lui demande sa tante, elle va également mettre à jour plusieurs secrets qui empoisonnaient la vie des habitants du village.
    Ses « investigations » vont également pousser Emily à s’interroger sur ses relations avec son mari et à prendre quelques résolutions.
    Et pour une fois, le « méchant » n’est pas si méchant que ça et on a du mal à le détester. On aurait plutôt tendance à avoir pitié de lui.

     

    Un extrait : — C’est absurde ! s’exclama Emily en regardant son mari. Il a perdu l’esprit !

    — Ah bon ? fit Jack en plissant les yeux. Que raconte-t-il ?

    Sans un mot, Emily lui passa la lettre.

    Il la lut, fronça les sourcils, puis la lui rendit.

    — Je suis navré… Je sais que tu te faisais une joie de passer ces fêtes de Noël à la maison, mais nous nous rattraperons l’année prochaine…

    — Il est hors de question que j’aille là-bas ! déclara Emily d’un air incrédule.

    Jack se contenta de la fixer calmement sans rien dire.

    — C’est ridicule ! enchaîna-t-elle. Dieu du ciel, je ne vais quand même pas aller au Connemara ! Surtout au moment de Noël ! Ce serait la fin du monde… D’ailleurs, crois-moi, c’est bel et bien la fin du monde ! Il n’y a rien d’autre là-bas que des tourbières gelées !

    — À vrai dire, je crois que la côte ouest de l’Irlande jouit d’un climat tempéré, la reprit Jack. Quoique humide, c’est certain, ajouta-t-il dans un sourire.

    Soulagée, Emily poussa un soupir. Le sourire de son mari continuait à la charmer plus qu’elle ne souhaitait le lui faire savoir. S’il l’avait su, il serait sans doute devenu impossible à manœuvrer. Elle posa la lettre sur la table.

    — J’écrirai demain à Thomas et je lui expliquerai.

    — Que lui diras-tu ?

    Emily parut surprise.

    — Eh bien, qu’il n’est pas question que j’y aille… Mais je le lui dirai gentiment.

    — Comment pourrais-tu dire gentiment que tu as l’intention de laisser ta tante mourir toute seule à Noël sous prétexte que tu n’apprécies pas le climat irlandais ? demanda Jack avec une douceur surprenante étant donné le contenu de sa question.

    Emily se figea. Et lorsqu’elle se retourna vers son mari, elle comprit que, malgré son sourire, il pensait chaque mot de ce qu’il venait de dire.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • Mes sorties du mois #36

    septembre.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    Bande-Dessinée

    les-filles-de-salem-1097527.jpg les-sisters-tome-12-attention-tornade-1000260.jpg princesse-sara-tome-11-je-te-retrouverai-1086358.jpg


    Livres:

    ash-princess-tome-1-1092137-264-432.jpg a-un-cheveu-1083978-264-432.jpg castelletto-tome-2-nicola-1047209-264-432.jpg

    cent-jours-pour-etre-heureux-1095648-264-432.jpg faux-amis-1094448-264-432.jpg gwendy-et-la-boite-a-boutons-1090406-264-432.jpg

    il-suffit-parfois-d-un-zeste-de-folie-1097470-264-432.jpg la-coupure-1086033-264-432.jpg la-dorade-me-donne-le-hoquet-1090408-264-432.jpg

    l-assassin-de-ma-soeur-1086640-264-432.jpg le-coeur-perdu-des-automates-1086627-264-432.jpg le-parfum-de-nos-souvenirs-1087929-264-432.jpg

    lieutenant-eve-dallas-tome-44-echoes-in-death-1095330-264-432.jpg par-omission-1072599-264-432.jpg rozenn-tome-1-941651-264-432.jpg

    sanctuaire-6106-264-432.jpg sur-le-toit-de-l-enfer-1093126-264-432.jpg the-outliers-tome-3-the-collide-1103430-264-432.jpg

     

    sorties du mois films.jpg


    1993978.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 4214720.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 4294267.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois de septembre?

  • Bilan de lecture d'août 2018

    Bilan lecture.jpg

    En août, j'ai lu 21 livres pour 7997 pages lues.

    Je ne sais pas si c'est la chaleur (avec les mauvaises nuits qui vont avec), le ras-le-bol du boulot (mes vacances, c'est là, en septembre) ou autre chose, mais ce mois ci, je n'ai pas regardé de film, pas visionné de séries, pas fait de sortie au resto, presque pas acheté de livres (du coup, je les présenterai avec ceux de septembre) et rien acheté d'autre.
    Du coup, ce bilan sera vite fait!

    Alors, en vrac

     

    84 charing cross road.jpg charley davidson T12.jpg coupable.jpg

    Dans l'ombre de la clairière.jpg Son dernier souffle.jpg Prise au piège.jpg

    Crime et imposture pavé.jpg emprise.jpg Folle de lui.jpg

    Juste avant le bonheur.jpg Là où elle repose.jpg le bonhomme de neige.jpg

    le chant de la meute T4.jpg Le chaperon rouge.jpg Le charmant cottage d'Amelia.jpg

    Le lac des cygnes.jpg Les diamants du passé.jpg Le procès.jpg

    les gourmands mémorables.jpg On ne meurt pas la bouche pleine.jpg une irrésistible envie de dire oui.jpg


    Bon, je suis quand même contente de mon bilan! Mais j'espère avoir d'autres choses à vous présenter le mois prochain!

     

  • C'est lundi que lisez vous? #172

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Là où elle repose.jpg Prise au piège.jpg L'encyclopédie du merveilleurx.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Dolorine à l'école.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    Après la fin.jpg Au dessus de tout soupçon.jpg Billie.jpg

    Confess.jpg Dolorine à l'école.jpgDracula tiré du film.jpg

     irrésistible T04.jpg Jack l'éventreur affaire classée.jpg La meute du phenix T01.jpg L'autre soeur.jpg Le ferry.jpg Le jour où les lions mangeront de la salade verte.jpg Le roi des fauves.jpg Le souffle de midas.jpg L'encyclopédie du merveilleurx.jpg

    Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens.jpg Ni mariée ni enterrée T01.jpg Nos âmes jumelles.jpg

    Nous les filles de nulle part.jpg November 9.jpg Une irrésistible envie de bonheur.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #14

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Absences de Lauren Oliver dont vous pouvez lire le résumé et ma chronique ICI

     

    absences.jpg


    Le truc étrange, quand vous avez réchappé à la mort, c’est que tout le monde s’attend, ensuite, à ce que vous nagiez dans le bonheur, que vous preniez le temps de chasser les papillons dans les herbes hautes des prés, ou d’admirer les arcs-en-ciel qui se forment dans les flaques de cambouis sur l’autoroute. « C’est un miracle », dira-t-on avec un regard dégoulinant d’espoir, comme si vous veniez de recevoir un bon gros cadeau et que vous n’aviez pas intérêt à décevoir mamie au moment d’ouvrir le paquet, à faire une grimace en découvrant le pull informe qu’il contient.
    La vie ressemble à peu près à ça d’ailleurs : un pull informe plein de trous, de nœuds et de fils qui risquent de s’accrocher. Inconfortable et qui gratte. Un cadeau que vous n’avez jamais demandé, jamais désiré, jamais choisi. Un cadeau que vous devriez être impatient de revêtir, jour après jour, alors même que vous préféreriez rester au lit sans rien faire.
    La vérité est tout autre : il ne faut aucun talent particulier pour réchapper à la mort. Ou à la vie.

    Chapitre 1

    — Tu joues ?
    Ces deux mots-là sont ceux que j’ai entendus le plus souvent dans ma vie. « Tu joues ? » Dara, quatre ans, franchit la porte moustiquaire, les bras tendus devant elle, et s’élance sur la pelouse sans attendre ma réponse. « Tu joues ? » Dara, six ans, se glisse dans mon lit au milieu de la nuit, les yeux écarquillés, éclairée par la lune, ses cheveux humides parfumés au shampooing à la fraise. « Tu joues ? » Dara, huit ans, actionne la sonnette de son vélo ; Dara, dix ans, bat des cartes sur le caillebotis mouillé qui ceinture la piscine ; Dara, douze ans, fait tourner une bouteille de soda vide.
    À seize ans, Dara n’attend toujours pas ma réponse.
    — Pousse-toi, dit-elle en donnant un coup de genou dans la cuisse de sa meilleure amie, Ariana. Ma sœur veut jouer.
    — Il n’y a pas de place, rétorque celle-ci avant de gémir quand Dara s’avachit sur elle. Désolée, Nick.
    Elles sont entassées avec une demi-douzaine d’autres personnes dans une stalle vide de la grange d’Ariana, ou plutôt de ses parents. Une odeur de sciure et, plus discrètement, de purin imprègne l’atmosphère. Une bouteille de vodka, à demi vide, gît sur le sol de terre battue compacte, avec plusieurs packs de bières et une petite pile de vêtements variés : une écharpe, deux moufles dépareillées, une doudoune et le sweat-shirt moulant de Dara, rose, dans le dos duquel on peut lire, en lettres de strass, Reine des coquines. On dirait une sorte de sacrifice rituel, insolite, en l’honneur des dieux du strip-poker.
    — Aucun problème, m’empressé-je de dire. Je ne tiens pas à jouer. Je suis juste passée faire coucou.
    — Tu viens d’arriver, proteste Dara avec une moue.
    Ariana abat son jeu sur le sol.
    — Brelan de rois, annonce-t-elle avant d’ouvrir une bière dont la mousse déborde sur ses doigts. Matt, retire ton tee-shirt.
    Un mec tout sec, au nez un brin trop grand et à l’air vaseux de celui qui a déjà beaucoup bu. Puisqu’il ne porte que son tee-shirt, noir avec le dessin intrigant d’un castor borgne, j’en déduis que la doudoune lui appartient.
    — J’ai froid, gémit-il.
    — Ton tee-shirt ou ton fute, je te laisse le choix.
    Avec un soupir, Matt se tortille pour se déshabiller, dévoilant un dos maigre, constellé d’acné.
    — Où est Parker ?
    J’ai posé la question en affectant un ton détaché qui me dégoûte. Depuis que Dara… depuis qu’elle a fait je ne sais quoi avec lui, je n’arrive pas à mentionner mon ancien meilleur ami sans avoir la sensation qu’une boule de Noël s’est coincée dans ma gorge.
    Dara, qui s’apprêtait à distribuer une nouvelle manche, se fige. Ça ne dure qu’une seconde. Après avoir lancé une dernière carte en direction d’Ariana et pris connaissance de sa main, elle répond :
    — Aucune idée.
    — Je lui ai envoyé un texto, il m’a dit qu’il venait.
    — Ouais, eh bien il est peut-être reparti.
    Dara plonge ses yeux noirs dans les miens : le message est clair. « Lâche l’affaire. » J’en déduis qu’ils se sont encore disputés. Ou pas justement, et que là est le problème. Il refuse d’entrer dans son jeu.

     

    Alors, tenté?

  • [Film] Elizabeth: l'âge d'or

    Elizabeth l'âg d'or.jpg

    Titre original : Elizabeth : The Golden Age

     

    Réalisé par : Shekhar Kapur

     

    Date de sortie : 12 décembre 2007

     

    Genre : Comédie dramatique

     

    Pays d’origine : France, Angleterre

     

    Durée : 1h54

     

    Casting : Cate Blanchett, Geoffrey Rush, Clive Owen, Jordi Molla, Abbie Cornish, Samantha Morton,…

     

    Résumé : En 1585, Elizabeth 1ère règne sur l'Angleterre depuis près de trente ans. Philippe II, roi d'Espagne lève une puissante flotte pour la renverser. Elizabeth se prépare à la guerre tout en menant un combat plus intime contre son amour pour le pirate Walter Raleigh. Tôt ou tard, elle le sait, elle devra choisir entre les aspirations de son coeur et ses devoirs de monarque...

     

    Mon avis : Ce film fait suite au film « Elizabeth », sorti en 1998 (ma chronique ICI) qui mettait en scène l’accession au trône d’Elizabeth Ière et ses débuts de règne.
    Aujourd’hui, Elizabeth règne depuis quinze ans et, si elle a gagné en assurance,

    Elizabeth l'âge d'or reine.jpg

    ses ennemis sont toujours aussi nombreux, d’autant plus qu’elle n’est jamais revenu sur sa décision de ne pas se marier, au grand dam de son conseiller, Francis Walsingham.

    Elizabeth l'âg d'or walsingham.jpg

    Les conseillers de la reine aimeraient qu’elle durcisse sa position au sujet de la religion mais la Reine refuse obstinément de refuser la liberté de culte à ses sujets. Mais dans l’ombre, des fanatiques catholiques œuvrent à la perte de la Reine. C’est une vrai machination que l’on voit se mettre en place tandis que la Reine, inconsciente de ce qui se joue, tente d’éviter le piège du mariage arrangé et lutte contre ses sentiments pour Walter Raleigh, un explorateur récemment revenu des Amériques où il a fondé la colonie de Virginie.

    Elizabeth l'âg d'or raleigh.jpg

    Les rapports entre la reine et ceux qu’elle aime sont très ambiguës. Que ce soit entre elle et Walsingham, entre elle et Bess Trokmorton, sa favorite, ou entre elle et Raleigh.
    On commence à voir la légendaire paranoïa de la reine concernant les amours de son entourage se mettre en place. Elle œuvre au rapprochement de Bess et de Raleigh mais ce même rapprochement la met hors d’elle et elle se montre souvent dure avec Bess sous couvert de confidences (elle va jusqu’à lui dire qu’un homme qui s’intéresse à elle ne veut en fait qu’obtenir quelque chose de la Reine).

    Elizabeth l'âg d'or beth.jpg

    Plusieurs scènes laissent entendre qu’Elizabeth vit dans la peur permanente : peur de ne pas être à la hauteur, peur de voir le pays sombrer, peur de ne pas être aimée…
    On se demande ce qui motive les actions de Philippe d’Espagne. Est-ce réellement parce que la reine n’est pas catholique ? Ou n’est-ce pas plutôt parce qu’elle a repoussé sa demande en mariage (qu’il lui a adressé alors que son épouse, Marie, sœur d’Elizabeth, n’était même pas encore enterrée) ? On se demande si la foi seule le motive ou le désir d’étendre son influence sur l’Europe et sur la conquête américaine dans laquelle l’Angleterre lui faisait une rude concurrence.

    Elizabeth l'âg d'or philippe.JPG

    C’est vraiment un film que j’adore. Les acteurs sont époustouflants. On s’y croirait vraiment ! Cate Blanchett oscille entre dureté, vulnérabilité et hystérie avec le talent qu’on lui connait. Les acteurs qui l’entourent ne sont pas en reste.
    Quand je cherche une valeur sûre pour passer une bonne soirée, je dégaine Elizabeth Ière dans ce film ou dans le premier opus !


  • [Livre] La promesse de noël

    La promesse de noel.jpg

     

    Résumé : En cette veille de Noël, le superintendant Runcorn de Scotland Yard aspire à un peu de solitude, loin du vacarme de la ville. Malheureusement, sa paisible retraite sur l'île sauvage d'Anglesey sera de courte durée. Olivia Costain, la jeune soeur du pasteur local, est retrouvée assassinée au coeur du cimetière. De l'avis général, ce crime odieux ne peut être l'œuvre d'un insulaire. Mais les preuves semblent indiquer tout le contraire... Pressé par la belle Melisande Ewart qui lui ouvre les portes de la gentry locale, Runcorn accepte de mener l'enquête.

    Auteur : Anne Perry

     

    Edition : 10/18

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 05 novembre 2009

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Si au niveau de l’enquête on reste un peu sur sa faim, notamment à cause de l’impossibilité de découvrir le coupable, avec les indices l’incriminant tombant comme un cheveu sur le soupe (en mode : voilà le coupable parce que qu’on a trouvé ça, ça et ça… croyez-moi sur parole), j’ai beaucoup apprécié le côté humain avec un Runcorn qui remet beaucoup en question son attitude passée et un côté haute bourgeoisie qui freine l’enquête, le commissaire en étant chargé semblant plus soucieux d’épargner l’égo des habitants de l’ile que de trouver le coupable.
    La manière dont il se décharge du problème sur Runcorn, afin que celui-ci passe pour le rustre sans éducation, tout en gardant pour lui les honneurs en cas d’aboutissement de l’enquête est révélatrice de son personnage. D’ailleurs j’ai plus passé de temps à espérer que Melisandre, la jeune femme dont est amoureux Runcorn, refuse de l’épouser qu’à espérer démasquer le meurtrier.
    D’ailleurs les lecteurs de la saga Monk seront sans doute ravis de retrouver cette jeune femme, rencontrée lors d’une enquête. C’est là le plus gros intérêt de cette nouvelle : Runcorn va-t-il séduire sa belle malgré leur différence de statut ?
    Une nouvelle sympathique, mais définitivement, ce format-là ne se prête pas au polar, qui ne peut être que bâclé par manque de temps.
    L’écriture, en revanche, est toujours agréable et me conforte dans l’idée de lire un vrai roman de l’auteur.

     

    Un extrait : Monk, qui avait été son collègue de nombreuses années auparavant, et l’un de ses rares amis, n’était pas né gentleman lui non plus, même s’il avait toujours réussi à passer pour tel. Et si Runcorn en avait été blessé, ce n’était plus le cas à présent. Il savait que Monk était humain lui aussi, vulnérable, et qu’il lui arrivait de commettre des erreurs. Mais peut-être Runcorn lui-même était-il devenu plus sage…

    La dernière affaire sur laquelle ils avaient enquêté ensemble s’était révélée difficile et, pour finir, abominable. Runcorn était las de la ville et avait plusieurs semaines de congés à prendre. Pourquoi ne pas aller les passer dans un endroit aussi différent de Londres que possible ? Loin de la routine et du prévisible, il se rafraîchirait l’esprit, s’autoriserait de longues promenades au grand air et aurait pour une fois tout loisir de s’abandonner à la réflexion.

    Au sud-ouest, le soleil déclinait, projetant ses feux éclatants sur l’eau. La terre s’assombrissait à mesure que les couleurs s’estompaient tandis que le promontoire s’avançait en mauve et noir sur la mer. Seuls les sommets, dont les nervures pâles évoquaient le velours froissé, captaient les dernières lueurs du couchant.

    Combien de temps le crépuscule durait-il sur l’île en hiver ? Allait-il bientôt se retrouver perdu, incapable de reconnaître son chemin pour rentrer chez sa logeuse ? Le froid était déjà mordant, et Runcorn avait les pieds engourdis à force de rester immobile. Il fit demi-tour, puis se remit en marche vers l’est et le ciel de plus en plus sombre. À quoi pouvait-il penser ? Dans son travail, il était efficace, patient, peut-être un tantinet terre à terre. Les brillantes intuitions n’étaient pas son style, mais il obtenait ce qu’il fallait. Il avait réussi bien mieux que les autres jeunes gens qui avaient commencé à la même époque que lui. À la vérité, son propre succès l’avait lui-même étonné.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] La détective de noël

    La détective de noel.jpg

     

    Résumé : Pour Mariah Ellison, la grand-mère acariâtre et austère de Charlotte Pitt, ces fêtes de Noël s'annoncent comme un véritable cauchemar ! Être exilée contre son gré chez son ancienne belle-fille, au bord de la Manche, avait déjà mis ses nerfs à rude épreuve, la voilà maintenant obligée de supporter l'arrivée d'une invitée de dernière minute, Maude Barrington. Cette aventurière a passé sa vie à parcourir le monde et, selon Mariah, l'existence même de cette personne est une insulte aux convenances victoriennes. Mais elle ne pourra s'empêcher d'être touchée par sa joie de vivre. Lorsqu'elle découvre un matin son corps sans vie, son sang ne fait qu'un tour. Le médecin conclut à une mort naturelle, mais, pour Mariah Ellison, cela ne fait aucun doute, Maude a été empoisonnée. Dans le plus grand secret, elle décide d'enquêter sur-le-champ et se rend dans la famille de la victime...

    Auteur : Anne Perry

     

    Edition : 10/18

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 23 août 2007

     

    Prix moyen : 6€

     

    Mon avis : Mariah Ellison est une vieille femme acariâtre mais au fil du texte on a un aperçu de son passé et on se rend compte qu’elle n’a pas eu la vie facile et qu’elle a quelques raisons d’être amère. Pour autant, quand Maude Barrington, une cousine du nouveau mari de sa belle-fille, est expédiée chez eux pour noël au prétexte que sa famille ne peut pas la logée, elle est quelque peu choquée par leur attitude. Et quand Maude vient à mourir, elle se dit immédiatement qu’il y a quelque chose qui cloche.
    Afin de faire la lumière sur cette mort mystérieuse, elle se rend dans la famille de Maude, au prétexte de les prévenir de vive voix et, pour être invitée à rester quelques jours, s’efforce de se montrer charmante avec tous.
    En parallèle de son enquête, elle se rend compte que se montrer gentille avec son prochain n’est pas si désagréable, bien au contraire.
    J’ai beaucoup aimé cette nouvelle dont j’ai trouvé l’enquête moins précipitée que les autres. Mariah ne lâche rien et, sous couvert de sollicitude, fait ressortir les plus sombres secrets de la famille afin de démasquer le responsable de la mort de Maude. Bon certes, il n’était pas bien difficile à trouver pour nous, car de toute sa famille, je ne voyais qu’une seule personne capable d’agir ainsi, mais l’intérêt résidait surtout dans la façon qu’allait avoir Mariah de la confondre, avec sa classe toute victorienne.
    Une nouvelle assez prenante qui se lit rapidement et offre une bonne alternative quand on a envie d’un peu de policier sans pour autant avoir le désir de s’embarquer dans une aventure de plusieurs centaines de pages.

     

    Un extrait : Mariah huma une odeur de fumée et de sel, en même temps qu’un vent mordant lui cinglait le visage. Un vent humide, qui soufflait sans doute de la mer. Non seulement sa belle-fille avait gaspillé son argent, mais elle avait perdu le peu qui lui restait de bon sens!

    La porte s'ouvrit sur Caroline qui descendit les marches en souriant. Pour une femme dans la cinquantaine, elle était encore d’une étonnante beauté. Ses cheveux sombres aux reflets acajou étaient parsemés de fils argent sur les tempes, ce qui lui apportait une certaine douceur. Elle était vêtue d’une robe d’un rouge chaud et profond qui donnait de l’éclat à son teint.

    — Bienvenue à St. Mary, Belle-maman, dit-elle avec un brin de circonspection.

    La vieille dame ne trouva rien à répondre qui lui parût adapté à la situation - ou à ses sentiments. Bien qu’elles eussent vécu pendant plus de vingt ans sous le même toit, Caroline et elle n’avaient jamais vraiment été amies. Du vivant de son fils, Edward, les deux femmes avaient conclu une trêve. Après quoi Caroline s’était comportée de manière honteuse, refusant d’écouter le moindre conseil. Mariah avait été obligée de trouver un autre arrangement, étant donné que Caroline et Joshua bougeaient sans cesse, ainsi que l’exigeait cette profession ridicule. Il n’avait jamais été question que Mariah aille vivre chez Charlotte, l’aînée de ses petites-filles. Celle-ci avait scandalisé tout le monde en épousant un policier, un homme sans éducation ni argent, et dont le travail défiait toute description décente. Dieu seul savait comment ils survivaient!

    Aussi Mariah n’avait-elle eu d’autre choix que d’aller vivre chez Emily, qui avait au moins hérité de son premier mari des moyens très considérables.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] La disparue de noël

    La disparue de noel.jpg

     

    Résumé : Coupable ! Le jugement est tombé sur l'infortunée Isobel Alvie. La veille, Gwendolen Kilmuir, une jeune veuve, s'est suicidée dans la propriété où Omegus Jones recevait quelques invités. De l'avis de tous, l'attitude cruelle d'Isobel envers la jeune femme la rend responsable de cet acte désespéré. Il ne reste guère que son amie, l'indomptable Lady Vespasia, pour la soutenir. Pour racheter sa faute aux yeux de la gentry, Isobel doit accomplir un voyage expiatoire jusqu'au nord de l'Ecosse, afin de prévenir la mère de Gwendolen. En compagnie de Lady Vespasia, elle entreprend un éprouvant pèlerinage, semé d'embûches...

    Auteur : Anne Perry

     

    Edition : 10/18

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 20 octobre 2005

     

    Prix moyen : 6€

     

    Mon avis : Ce livre est classé en thriller mais en ce qui me concerne je n’ai eu à aucun moment l’impression d’être dans un thriller.
    Certes le pèlerinage exigé par le « jury » est difficile et éprouvant, certes son amie, Lady Vespasia s’interroge sur la mort du mari de la suicidée, mais on ne peut pas parler d’enquête à proprement parler car il n’y a pas vraiment de coupable à démasquer, plutôt un mystère à élucider.
    Je l’ai surtout lu parce qu’il y avait noël dans le titre et que je voulais augmenter mon score dans mon challenge d’hiver mais franchement, cette nouvelle ne va pas rester dans ma mémoire. Les autres nouvelles de noël d’Anne Perry m’ont parue bien plus accès sur le côté policier, enquête et m’ont, du coup, bien plus intéressée.
    N’ayant jamais lu les œuvres de cet auteur, je n’ai pas eu, comme d’autre, le côté nostalgie en voyant évoluer des personnages secondaires des sagas de l’auteur dans leur jeunesse ou dans des situations les éloignant des personnages principaux. Ce n’est pas non plus cette nouvelle-là qui m’a donné envie de lire les romans.
    Ce n’était pas une lecture déplaisante, mais elle était un peu inutile. A la rigueur, elle avait l’avantage de changer les idées entre deux lectures plus intenses.

     

    Un extrait : Vespasia suivit Isobel et Lady Salchester. Gwendolen, Lady Warburton et Blanche Twyford leur emboîtèrent le pas. Elles s’installèrent dans la pièce à rideaux de velours, arrangeant leurs jupons pour à la fois rester à leur avantage et ne pas gêner le passage.

    C’était le moment de la soirée que Vespasia aimait le moins. La conversation tournait toujours autour de la famille, et, depuis Rome, elle peinait à se concentrer sur de tels sujets. Elle adorait ses enfants – elle leur portait un amour profond, au-delà des mots et des exigences de la société –, et sa vie était loin d’être déplaisante. Son mari, aimable et brillant, était fort respectable. Plus d’une femme lui aurait envié une telle situation. Comblée socialement et matériellement, elle ne manquait de rien. Seuls les besoins du cœur, la soif de sentiments enfouie au plus profond de son être, lui faisaient défaut.

    Elle observa les visages autour d’elle et se demanda ce que cachaient ces masques avenants. Lady Salchester, malgré son énergie et son intelligence, était tout à fait quelconque, plus encore que sa servante ou sa cuisinière. Nombreux étaient ceux qui soupçonnaient Lord Salchester d’avoir l’esprit vagabond, au sens propre comme au figuré.

    — Je sais ce que vous pensez, dit Isobel qui se pencha vers elle afin de pouvoir chuchoter.

    Vespasia fut stupéfaite.

    — Ah bon ?

    Isobel sourit.

    — Bien sûr ! Je pensais la même chose que vous. Et c’est tout à fait injuste. Si elle l’imitait avec ce séduisant domestique, par exemple, ce serait un scandale, et pour elle, finie la vie sociale. Elle ne serait plus invitée nulle part !

    — Des tas de femmes mariées se lassent de leur mari, et lorsqu’elles ont eu le nombre adéquat d’enfants, elles ont des liaisons, fit remarquer Vespasia avec tristesse. Je ne crois pas les admirer, mais je sais en revanche que ça existe. Je pourrais vous en nommer des dizaines.

    — Et moi donc ! acquiesça Isobel d’un air désinvolte. Nous devrions essayer pour voir si nous connaissons les mêmes.

    Blanche Twyford discutait avec Gwendolen ; la première hochait la tête de temps à autre et la seconde souriait. Il était aisé de deviner le sujet de leur enthousiasme.

    Vespasia lança un regard en coin à Isobel et vit de nouveau l’ombre qui lui voilait les yeux. Si Bertie demandait la main de Gwendolen dans les jours à venir, Isobel perdrait-elle plus qu’un éventuel soupirant ? Éprouvait-elle des sentiments pour lui, nourrissait-elle même quelque espoir ? Elle avait aimé son mari, Vespasia le savait, mais il était décédé trois ans plus tôt, et Isobel n’était guère plus âgée qu’elle. Une femme pouvait tomber amoureuse une nouvelle fois – d’ailleurs, à trente ans, le contraire aurait été une dure épreuve.

     

    Petite déception 2 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez vous? #171

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Crime et imposture pavé.jpg le chant de la meute T4.jpg Le chaperon rouge.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Là où elle repose.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Prise au piège.jpg

    Je ne prévois que celui-ci pour la semaine prochaine, car à partir du 1er septembre (samedi, donc) commencent deux challenges:
    Le Challenge Back to school, organisé par Mégane et que vous pouvez rejoindre ICI

    Le Pumpkin Autumn Challenge, organisé par Guimause, que je vous laisse découvrir sur sa chaîne: ICI
    A eux deux, je cumule  21 livres à lire (bon ok, le délai est jusqu'au 15 octobre pour le premier et jusqu'au 30 novembre pour le second). Mais je ne veux pas avoir de livre en cours quand ils vont débuter.
    Je piocherais donc des livres faciles, que je ne chronique pas, du type des Eve Dallas s'il me reste du temps quand j'aurais fini là où elle repose et prise au piège.

     

    Et vous, que lisez-vous?