Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres

  • [livre] Celle qui a tous les dons

    celle qui a tous les dons.jpg

     

    Lecture terminée le : 27 juin 2020

     

    Résumé : Tous les dons ne sont pas une bénédiction. Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire. Melanie est une petite fille très particulière...


    Auteur : M.R. Carey

     

    Edition : Le Livre de Poche

     

    Genre : Science-fiction

     

    Date de parution : 10 Avril 2018

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Mélanie est une petite fille très intelligente mais qui ne peut assister à ses cours que fermement sanglée à un fauteuil roulant.
    Si Mélanie est intelligente, elle ne connait rien du monde extérieur à la base (et même extérieur à sa partie de la base) et se montre assez naïve. Du coup, on comprend très vite qu’elle est la nature de Mélanie, alors qu’elle-même met bien plus longtemps à comprendre qui elle est exactement.
    Le livre se découpe plus ou moins en deux parties.
    Dans la première, on découvre l’environnement de Mélanie, la routine stricte à laquelle elle et ses camarades sont soumis, leur quotidien. On découvre aussi les autres personnages qu’on apprend à aimer (Mlle Justineau), à haïr (le Dr Caldwell) ou à détester mais en comprenant son point de vue (Le sergent Parks).
    Dans la partie 2, tout s’accélère. La base est attaquée et un petit groupe parvient à s’échapper, espérant rallier la base de Beacon.
    Le sergent Parks, un de ses jeunes soldats, Ghallager, Le Dr Caldwell (hélas), Mlle Justineau et, au grand déplaisir de Parks, Mélanie, doivent traverser une grande étendue hostile.
    C’est pendant ce périple que l’on va en apprendre plus, non seulement sur les personnages mais aussi sur les « affams » (dont on comprend dès les premières pages du livre qu’il s’agit de zombies).
    Bien que ce roman nous présente des zombies très différents de ceux dont on a l’habitude avec Mélanie, cela n’empêche pas d’avoir quelques scènes dans le pur style zombie (Ne mangez pas en lisant !)
    J’ai vraiment adoré ce livre. Et pourtant, je ne suis pas une grande fan de zombies. On m’avait dit : « Mais non, tu verras, c’est des zombies, mais rien à voir avec les histoires de zombies ». On est bien avancé, hein ?
    En fait, ce n’est pas totalement faux. Disons qu’on retrouve dans ce roman les codes classiques du genre mais qu’on y ajoute un élément atypique qui change tout.
    Le traitement du sujet est d’ailleurs atypique jusqu’à la fin.
    J’ai beaucoup aimé cette fin, aussi amère qu’elle soit. Il faut dire qu’il aurait été difficile de faire une fin différente tout en restant cohérant (Notez que ça n’en arrête pas certains…)
    Mais ici, pas de crainte à avoir, la fin est à la hauteur du roman.
    Un seul conseil : laissez-vous tenter !

     

    Un extrait : Elle s’appelle Melanie. Un mot qui veut dire « la Noire », qui vient du grec ancien, sauf que ça ne doit pas lui aller trop bien, puisqu’elle a le teint pâle. Melanie aime beaucoup « Pandore », mais on n’a pas le droit de choisir. Mlle Justineau baptise les enfants à partir d’une longue liste : chaque nouveau a droit au prochain prénom de garçon, chaque nouvelle au prochain prénom de fille, c’est comme ça et pas autrement, voilà ce que dit Mlle J.

    Il n’y a eu aucun nouveau ni aucune nouvelle depuis un moment, Melanie ne sait pas pourquoi. Avant, il en arrivait plein, toutes les unes ou deux semaines. On entendait des voix dans la nuit, des ordres à voix basse, des plaintes, des fois un juron et un claquement de porte de cellule. Et ensuite, au bout d’un moment, un mois ou deux en général, une nouvelle tête était là dans la classe, un enfant qui n’avait même pas encore appris à parler. Enfin, bon, ça rentrait vite.

    Melanie aussi a été nouvelle un jour, mais elle a du mal à s’en souvenir, parce que ça remonte à longtemps. À une époque d’avant les mots, où il n’y avait que des choses sans nom, et les choses sans nom ne vous restent pas dans la tête. Elles en tombent, et après, plus rien.

    Maintenant, Melanie a dix ans, et un teint de princesse de conte de fées : une blancheur de neige. Donc elle sait que quand elle sera grande, une beauté, les princes se bousculeront pour escalader son donjon et pour la sauver.

    En supposant qu’elle ait un donjon, bien sûr.

    D’ici là, elle a cette cellule, le long couloir, la salle de classe et celle des douches.

    La cellule est petite, carrée. Il y a un lit, une chaise, une table, des images accrochées aux murs peints en gris : une grande photo de la jungle amazonienne et puis une, plus petite, d’un chat buvant du lait à sa soucoupe. Des fois, Sergent et son équipe déplacent les enfants. Certaines cellules montrent d’autres images. Melanie a longtemps eu droit à un cheval dans un pré et une montagne au sommet couvert de neige – elle préférait.

    C’est Mlle Justineau qui accroche les photos. Elle les découpe dans la pile de vieilles revues posées dans la classe, elle fixe chaque coin avec un truc bleu qui colle. Elle thésaurise ce truc bleu comme l’avare d’un conte. Chaque fois qu’elle enlève une image ou qu’elle en affiche une nouvelle, elle racle le moindre petit bout de bleu restant au mur pour le rajouter à la boulette qu’elle range dans le tiroir de son bureau. Quand il n’y en a plus, il n’y en a plus, encore une de ses phrases préférées.

    Le couloir a vingt portes du côté gauche, dix-huit du côté droit. Plus une à chaque bout. Comme une de ces deux-là est peinte en rouge et donne sur la salle de classe, dans sa tête, Melanie a baptisé ce fond de couloir « le fond classe ». La porte du bout opposé est en acier gris, même pas peint, et vraiment très, très épais. C’est un peu plus difficile de savoir sur quoi elle donne.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Meurtre mode d'emploi

    meurtre mode d'emploi.jpg

     

    Lecture terminée le : 24 janvier 2021

     

    Résumé : Il y a cinq ans, Sal Singh s'est accusé du meurtre de sa petite amie, Andie Bell, avant de se donner la mort. La police est sûre que l'affaire est résolue. Toute la ville aussi. Sauf Pippa...
    La jeune fille réouvre alors l'enquête et déterre un à un des secrets compromettants au sujet d'Andie.
    La liste des suspects se rallonge. Mais à trop s'approcher de la vérité, Pippa alerte aussi le véritable meurtrier... se mettant elle-même en danger.


    Auteur : Holly Jackson

     

    Edition : Casterman

     

    Genre : Thriller, Young Adult

     

    Date de parution : 29 Mai 2019

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : J'ai lu ce livre en lecture commune sur Instagram, et je peux vous dire qu'il a été très difficile de ne pas le lire d'une traite.

    La première chose qui m'a frappé et que j'ai apprécié, c'est sa forme. Ainsi le récit alterne avec des éléments du dossier que construit Pippa, la protagoniste principale. Nous pouvons lire ses comptes-rendus au fur et à mesure de son enquête, mais aussi les transcriptions des interviews et des conversations téléphoniques, les copies des textos qu'elle a envoyés et reçus, et même les schémas qu'elle a tracés pour arriver à ses fins.

    Ce que j'apprécie particulièrement dans la forme de ce roman, c'est la possibilité pour le lecteur de mener sa propre enquête en parallèle de celle de Pippa et de peut-être pouvoir réussir à trouver la solution en même temps qu'elle, voire avant elle (aaah pauvres naïfs).

    Dès le départ, Pippa part du principe que Sal, le petit ami de la victime, qui s'est suicidé après la disparition de celle-ci, est innocent et que l'enquête a été bâclée.

    Pour autant, lorsque des éléments de son enquête pointent en direction de Sal, elle le place quand même dans la liste des suspects tout en gardant en tête que son but est de l'innocenter. J'ai apprécié que la jeune fille n'écarte pas d'un revers de la main les éléments qui ne corroboraient pas son hypothèse ou qui ne l'arrangeaient pas.

    C'est d'autant plus mature, quelle est aidée dans son enquête par le propre frère de Sal, qui veut faire la toute la lumière sur la mort de son frère.

    Pour ma part, l'innocence du jeune homme était bien ma seule certitude pour la simple et bonne raison que Pippa ne tarde pas recevoir nombre de menaces lui enjoignant d'arrêter immédiatement son enquête.

    Du coup, en dehors de Sal, qui est mort et qui peut donc difficilement proférer des menaces, de Pippa, Ravi, et ceux qui, comme eux, étaient trop jeunes au moment des faits pour y avoir une responsabilité, j'ai soupçonné absolument tout le monde.

    Plus l'enquête avance, et plus les suspects se multiplient. Mais pire encore, à chaque fois que l'on a une certitude sur un suspect, les éléments suivants viennent tout remettre en cause. Même Andie, la victime, a été suspecte à mes yeux, puisque son corps n'a jamais été retrouvé.

    La forme particulière du roman, ainsi que les multiples pistes qui s'offrent à nous, font que je ne me suis pas ennuyée une seconde pendant ma lecture et que j'ai presque regretté que ça s'arrête si vite (et pourtant le livre fait plus de 500 pages).

    Quant à la solution, je dois dire que non seulement je ne l'ai pas trouvée, mais qu'en plus j'étais partie totalement à l'opposé.

    Mais ça ne m'a pas dérangée, car je n'ai pas eu l'impression qu'il m'avait manqué des éléments pour trouver la solution, je les ai tous eu exactement au même moment que Pippa elle-même et j'aurais pu, en les interprétant différemment, arriver aux mêmes conclusions que la jeune fille.

    J'ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture. Il me semble qu'il y a plusieurs thrillers qui sont fait un peu sur le même modèle et je vais me faire un plaisir de les chercher et de les découvrir.

     

    Un extrait : Journal de bord - Point numéro 1

    Le journal de bord est censé répertorier tous les obstacles qu'on rencontre au cours de notre travail, ainsi que les progrès accomplis et les objectifs du rapport final. Le mien sera un peu différent : je vais y consigner les recherches que j'entreprends, qu'elles soient pertinentes ou non, parce que, pour l'instant, je ne sais pas vraiment ce qu'il y aura dans mon rapport final et donc ce qui se sera avéré pertinent. Mes objectifs sont encore flous. Je ferai le point à la fin de mes recherches et je verrai quel projet je peux en tirer a posteriori. [Ça commence à ressembler à un journal intime, non???]

    J'espère que ce ne sera pas le projet que j'ai proposé à Mme Morgan. J'espère que ce sera la vérité : qu'est-il réellement arrivé à Andie Bell le 20 avril 2012? Et si, comme j'en ai l'intuition, Salil "Sal" Singh n'est pas coupable, alors qui l'a tuée ?

    Je ne prétends pas réussir à résoudre l'énigme ni découvrir l'assassin d'André. Je ne suis pas de la police, je n'ai pas accès à un labo médico-légal (ça va sans dire) et je ne me fais pas trop d'illusions. Mais j'ai espoir que mes recherches pourront mettre au jour des événements et des témoignages qui jetteront un doute sur la culpabilité de Sal et qui montreront que la police a eu tort de clore son enquête sans creuser plus loin.

    Mes méthodes d'investigation consisteront donc a interviewer les personnes proches du dossier, éplucher à fond les réseaux sociaux et envisager chaque hypothèse, même les plus farfelues.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Le cercle de couture d’Oysterville

    Le Cercle de couture d'Oysterville.jpg

    Lecture terminée le : 17 janvier 2021

     

    Résumé : De retour à Oysterville, sa ville natale perdue sur les rives de l’océan Pacifique, et désormais tutrice des deux adorables enfants de sa meilleure amie tragiquement disparue. Ce n’est certainement pas de cette façon que Caroline pensait terminer l’année, elle qui se trouvait au sommet de sa carrière de créatrice de mode à Manhattan… Seulement, le destin lui a fait prendre un tout autre chemin, et c’est le cœur serré par l’appréhension qu’elle se prépare à sa nouvelle vie. Heureusement, elle va pouvoir compter sur le soutien indéfectible de sa famille, de ses amies du Cercle de couture et même d’Erik Jensen, son amour de jeunesse…


    Auteur : Susan Wiggs

     

    Edition : Harlequin

     

    Genre : Romance

     

    Date de parution : 01 Octobre 2020

     

    Prix moyen : 8,50€

     

    Mon avis : J'avais envie d'une romance, mais en général, je n'aime pas trop les livres dans lesquels il n'y a rien d'autre qu'une romance. J'aime qu'il y ait quelques enjeux supplémentaires. Et concernant les enjeux, j'ai été servie!

    L'histoire alterne entre présent et passé, que ce soit passé proche, au moment de la mort de la maman de Flick et Addie, ou passé plus lointain qui explore la relation de Caroline, notre héroïne, avec Will.

    En se retrouvant brutalement tutrice des enfants de son amie Angélique, Caroline plonge dans un monde dont elle n'imaginait pas l'ampleur, celui des violences faites aux femmes.

    N'ayant pu aider son amie, Caroline va vouloir venir en aide aux victimes en créant lieu d'écoute.

    En parallèle de cette activité émotionnellement très forte, Caroline essaie de retomber sur ses pieds après qu'un styliste célèbre ait ruiné sa carrière lorsqu'elle a essayé de dénoncer le vol de ses créations.

    Concernant les personnages, je les ai presque tous aimés. La plupart sont vraiment géniaux, hyper bienveillants et à l'écoute.

    Bien entendu, il y a des exceptions.

    Deux pour être précise...

    D'abord, et c'est une évidence, je n'ai pas pu supporter le styliste Mike Taylor. Pas besoin d'explications, dès les premiers chapitres vous saurez pourquoi.

    La seconde personne que je n'ai pas apprécié, c'est Sierra.

    Sierra c'est typiquement la nana qui veut tout sans jamais rien donner en retour. Elle prétend avoir la même vision de la vie que Will son mari, à savoir vivre à Oysterville et fonder une famille, alors que ce n'est absolument pas le cas.

    Ici, le débat ne porte pas sur le choix de Sierra d'avoir ou non des enfants. Bien sûr qu'elle a le choix et son mari est le premier à dire qu'en termes de grossesse, la femme doit avoir le dernier mot.

    Mais ce qui m'a révolté, c'est les mensonges de Sierra, qui ôtent à Will la possibilité d'avoir lui aussi le choix : celui de renoncer à ses désirs volontairement, ou décider qu'il préfère ne pas rester marié à une femme qui n'a plus la même vision de l'avenir que lui, surtout quand les visions sont aussi diamétralement opposées que celle de Sierra et Will.

    Finalement, si la relation entre Caroline et Will est au centre des chapitres se déroulant dans le passé, au présent elle réussit à être à la fois importante et secondaire.

    En effet, en plus de l'aide qu'elle tente d'apporter aux femmes victimes de violences, l'accent est mis sur le deuil, la reconstruction difficile des enfants, et bien sur le combat acharné de Caroline pour retrouver une carrière professionnelle.

    Ce livre aborde bon nombre de sujets graves, mais le fait sans forcer le trait ou caricaturer ses personnages.

    Et malgré les thèmes abordés, au final, ce roman à tout d'une lecture doudou qu'on ne se lasse pas de relire.

     

    Un extrait : Caroline Shelby arriva à Oysterville au moment où la nuit se faisait plus profonde, juste avant l’aube. C’était une bourgade minuscule, située dans le coin le plus reculé de l’État de Washington, sur une petite péninsule en forme de crochet qui séparait la baie placide du Pacifique en furie.

    Caroline était de retour chez elle.

    Un chez elle qu’elle croyait avoir laissé derrière pour toujours. Le chez elle auquel appartenaient son cœur et ses souvenirs, mais pas son avenir… C’est du moins ce qu’elle avait pensé jusque-là.

    Le long trajet fait dans l’urgence, si déroutant, l’avait épuisée nerveusement et physiquement, de sorte qu’elle faillit ignorer l’ombre furtive qui s’arrêta un instant sur le bord de la route avant de traverser comme une flèche devant la voiture.

    Elle se déporta juste à temps pour éviter l’opossum, espérant que l’embardée ne réveillerait pas les enfants. Un coup d’œil dans le rétroviseur la rassura : ils dormaient à poings fermés. Restez dans vos rêves, leur dit-elle dans son cœur. Encore un peu.

    Des paysages familiers surgissaient le long de la route qui traversait la plus grande ville de la péninsule, Long Beach. Contrairement à son célèbre homonyme californien, ce Long Beach de l’État de Washington, bien plus au nord, était pourvu d’une longue promenade bordée par des manèges, un musée des monstres de foire, et d’autres curiosités locales, comme la plus grande poêle à frire au monde ou une sculpture de la taille d’une planche à voile représentant un de ces mollusques marins appelés « couteaux ».

    Une fois dépassée la ville principale, des lotissements et de petits hameaux s’éparpillaient en direction d’Oysterville, qui semblait oubliée du temps.

    « Le hameau du bout du monde. »

    C’est le nom que Caroline et ses amis lui donnaient à l’époque, et ce n’était qu’à moitié une plaisanterie. C’était, surtout, le dernier endroit au monde où elle aurait imaginé finir.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Synopsix

    synopsix.jpg

    Lecture terminée le : 14 janvier 2021

     

    Résumé : Un manoir se dresse dans la neige, majestueux malgré les dommages du temps qui passe. Mais ses lourdes portes ne dissimulent plus sont macabre secret: six cadavres pour six scènes de crime.
    Quelques semaines plus tôt, Mallory reçoit une étrange proposition par mail: devenir l'un des six participants à un jeu très confidentiel. Le challenge: se glisser dans la peau d'un enquêteur de la police scientifique pendant un mois, avec à la clé 100 000 euros de récompense. Pour la jeune femme, c'est l'occasion rêvée d'échapper à son travail de serveuse et surtout à sa patronne qu'elle ne supporte plus. Au fil des énigmes de la phase de qualification, Mallory se prend au jeu. Quand elle se réveille un jour après avoir été droguée devant cet imposant manoir, elle comprend qu'il est trop tard pour reculer: le jeu ne fait que commencer....


    Auteur : Angelina Delcroix

     

    Edition : France Loisirs

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 03 août 2020

     

    Prix moyen : 15,99€

     

    Mon avis : J'ai beaucoup aimé les livres d'Angelina Delcroix qui mettent en scène l'adjudant Joy Morel et qui va très loin dans la perversion humaine.
    Alors quand j'ai vu qu'une sortir un livre indépendant du même auteur, je me suis empressée de me le procurer.
    Il faut dire que le sujet avait tout pour me plaire : un huis-clos dans un vieux manoir isolé par la neige, un murdergame qui se révèle un peu trop réel, et plein de suspects à se mettre sous la dent.

    L'ambiance délicieusement lourde. Je ne suis pas du genre flippette en lecture (en lecture j'ai dit ! Arrêtez de rire!) mais je peux vous dire que je remercie le ciel qu'il n'y ait pas eu de coupure de courant pendant que j'étais plongée dans ce roman.
    Les participants à ce jeu macabre sont au nombre de 6 et chacun d'entre eux pourrait être l'organisateur et donc le coupable. Ou peut-être est-ce quelqu'un de complètement extérieur au petit groupe.
    Je me suis demandée longtemps si le mobile était quelque chose de type vengeance (bien terre à terre donc) ou s'il s'agissait d'une sorte d'expérience sociologique particulièrement tordue.

    L'histoire nous offre plusieurs points de vue et plusieurs temporalités.
    D'un côté, on suit Mallory dans le manoir et en parallèle on suit un auteur de thrillers, une jeune femme qui, à quelques jours de l'impression, n'est pas satisfaite de la fin de son roman.
    Quel est le lien???

    Régulièrement, on a également des chapitres se déroulant après les événements du manoir, quand la police essaie de tirer tout ça au clair (bon courage les gars!).

    Alors, la question principale...
    Est-ce que je me suis fait avoir?
    Et bien... pas complètement ... mais pas mal quand même!

    J'avais plusieurs suspects dont deux plus sérieux que d'autres et à un moment, un élément de l'histoire m'a sauté aux yeux (il était temps, c'était pas ma première occasion de le réaliser) et a réduit ma liste à une seule personne.
    On ne peut pas dire que j'avais mal interprété les indices...
    Pourtant je ne peux pas m'ôter de la tête que je n'ai fait que découvrir ce que l'auteur voulait bien que je découvre, car je n'ai finalement vu que la partie émergée de l'iceberg (Je me sens manipulé, Angelina, je me sens vraiment manipulée).

    Entre l'ambiance, le côté tordu de toute cette affaire et la plume de l'auteur, je n'ai pas pu lâcher ce livre une seconde (Et une nuit blanche de plus, une!)

    À quand la prochaine?

     

    Un extrait : Le premier café avalé, elle se lève pour s’en servir un autre et saisit son téléphone au passage. En voyant les notifications de mails, elle se souvient de celui de la veille. Elle ouvre sa boîte et l’un d’eux capte immédiatement son attention : Première sélection avant inscription. La certitude du fake la fait maintenant sourire quand elle repense à hier soir et qu’elle a bien failli se faire avoir. Elle ouvre le mail juste pour savoir quel genre de conneries ils peuvent balancer dans ces traquenards.

    « Ne cherchez pas à télécharger le formulaire d’inscription. Il n’existe que six formulaires papier cachés dans la ville. Les premiers à les découvrir pourront tenter leur chance. En cas de refus de votre dossier par notre comité de sélection, d’autres formulaires seront disséminés dans d’autres endroits. Dès que la sélection sera complète, nous clôturerons la première étape. Pour tenter votre chance, rendez-vous résidence Berthelot avant la levée du courrier, E5A6, entre 9 h 08 et 9 h 12… »

    Le mail continue ainsi avec cinq autres lieux et plages horaires.

    « Une fois le formulaire en votre possession, remplissez-le avec soin et envoyez-le par retour de mail. Bonne chance ! »

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Bride stories T12

    bride stories T12.jpg

    Lecture terminée le : 08 janvier 2021

    Résumé : Malgré les mises en garde de son ami Hawkins, Smith persévère dans son projet et se prépare à reprendre la route, cette fois-ci en sens inverse ! Son but est double : revoir les familles qui l'ont accueilli à bras ouverts lors de son périple, mais aussi les prendre en photo afin de garder d'elles une trace durable.
    Muni de son appareil, l'explorateur arrive à Antalya, escorté par Ali, Talas et Nikolovski, puis continue son chemin jusqu'en Perse. L'occasion pour sa future épouse de rencontrer à son tour les personnes qu'il avait croisées lors de son précédent voyage...


    Auteur : Kaoru Mori

     

    Edition : Ki-Oon

     

    Genre : Manga

     

    Date de parution : 17 Septembre 2020

     

    Prix moyen : 7,95€

     

    Mon avis : La première partie de ce tome est assez étonnante car elle se concentre sur l'ennui.
    Car en effet, malgré une vie bien remplie, à l'exception d'Anis et de Shirin, qui restent assez désœuvrées la plupart du temps, il y a des moments où chacun s'ennuie.
    Ainsi Karluk ne partage pas forcément le goût de son beau-frère pour la contemplation des chevaux, Amir, exceptionnellement seule à la maison, tourne en rond et Pariya cherche des amies avec qui s'occuper. Quant aux jumelles, c'est comme toujours en faisant des projets inaccessibles qu'elles passent le temps. Finalement c'est Anis et Shirin, qui, quoique cloîtrées dans les appartements des femmes, s'ennuient le moins, trouvant toujours de l'occupation l'une avec l'autre.
    Anis a d'ailleurs un projet auquel son mari, comme à son habitude, ne s'oppose pas, mais l'aide à trouver une solution qui ne provoquera pas le veto des autres époux.
    Je me demande franchement si cet homme est capable de refuser quoi que ce soit à sa femme!
    Puis, on va retrouver Mr Smith, qui entreprend de faire le trajet en sens inverse, muni cette fois d'un appareil photo.
    La présence de Talas à ses côtés nous permet de voir des échanges sans tabous entre les femmes sur leurs différentes cultures. Les femmes se confient plus facilement les unes aux autres sans la réserve que pourraient montrer les hommes à un étranger comme Mr Smith, aussi sympathique soit-il.
    Et alors que ça aurait été impossible à Smith seul, Talas va lui permettre d'avoir un œil sur cet endroit strictement interdit aux hommes.
    On va également rapidement apercevoir la famille de Smith, en Angleterre, et j'avoue que je doute qu'ils accueillent Talas les bras ouverts.
    On ne peut que s'inquiéter pour l'avenir de la jeune femme.
    Mais avant que le jeune couple n'en soit là, ils ont encore de la route à faire.
    Si mes souvenirs sont bons, et que je me souviens bien des pérégrinations de Smith, je suppose que leur prochain arrêt sera dans le village des jumelles. Je me demande bien comment la douce Talas va gérer leur exubérance.
    En tout cas, j'ai hâte de lire ça!

     

    Un extrait :

    9791032706046_pg.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Yaga

    yaga.jpg

    Lecture terminée le : 08 janvier 2021

     

    Résumé : Depuis l’origine des temps, tous les enfants ont écouté des contes qui relatent les histoires de la terrible Baba Yaga. L’immortelle sorcière russe qui voyage sur un chaudron magique, souvent accompagnée de sa maison à pattes de poulet. On dit qu’elle est le mal incarné, un suppôt de Satan… Mais aucun de nous ne naît mauvais. Cette œuvre raconte l’histoire d’une petite fille douloureusement abandonnée à son sort, qui, par nécessité, deviendra ce monstre qui guette les enfants dans les éternels contes de Baba Yaga.


    Auteur : Pedro Rodriguez et Antoine Ozanam

     

    Edition : Spaceman project

     

    Genre : Bande dessinée

     

    Date de parution : 02 Septembre 2020

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : Tout le monde a entendu parler au moins une fois de la célèbre sorcière Baba-Yaga et de sa maison juchée sur une patte de poulet (Vous en avez entendu parler, hein?)

    Mais tous les comptes ne parle que de la vieille Baba Yaga. Or il a bien fallu que la grande sorcière débute un jour sa carrière. Et c'est exactement ce que propose à la BD d'Antoine Ozenam: nous montrer comment une jeune fille, Svetlana, frappée par les horreurs de la guerre, va être poursuivie par le malheur jusqu'à devenir celle qui hante les cauchemars de tous les enfants d'Europe de l'est.

    Enfant, elle réussit à fuir son village, dévasté par les hommes du tsar, avec sa meilleure amie. Les deux jeunes filles sont recueillies par une vieille guérisseuse, Baba, qui leur enseigne son art.

    À l'exception notable de l'un des jeunes hommes du village, qui entretient une relation discrète avec l'amie de Svetlana, le reste du village se montre plutôt hostile. On reste toujours sur la même vieille histoire: les talents de guérisseuse sont bien appréciés en cas de maladie, mais sont montrés du doigt en toute autre occasion. L'hypocrisie humaine.

    Et à l'arrivée du nouveau pope, il ne faut pas bien longtemps avant que le mot "sorcellerie" ne soit prononcé et que Svetlana ne doive fuir de nouveau.

    Toute la vie de Svetlana est marquée par les exactions des hommes du tsar, (ou des hommes tout court).

    C'est à cause d'eux qu'elle a dû fuir enfant, et leur menace plane sans cesse au-dessus d'elle, la poussant sans arrêt à prendre des décisions hâtives et radicales.

    Cette accumulation de drames, de trahisons, d'injustices, va la pousser dans la voie de la sorcellerie, malgré sa volonté de lutter contre cette vie-là.

    On va donc suivre la transformation inéluctable de Svetlana en la sorcière terrifiante Baba Yaga ainsi qu'à la mise en place de tous les éléments participants au mythe.

    Cette BD était originale, car je n'ai jamais vu d'histoire abordant la jeunesse de Yaga.

    Et bien que je ne sois pas particulièrement fan du coup de crayon, j'ai vraiment adoré cette BD.

     

    Un extrait :

    ori_aex_281802_9788417253721-page1.jpg

    ori_aex_281802_9788417253721-page2.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Sorceline - T03 – Au cœur de mes origines

    Sorceline T03.jpg


    Lecture terminée le
    : 08 janvier 2021

     

    Résumé : Maintenant que tout le monde sait enfin qui transformait les êtres vivants en statues de verre, on se demande bien comment le coupable a procédé. Tandis que Willa tente d'éclaircir les zones d'ombres qui planent encore au-dessus de ce mystère, Sorceline part à la conquête de ses origines en cherchant à découvrir d'où vient cet étrange animal qu'elle est la seule à voir. Malgré tout, il faut aussi s'occuper des créatures en détresse. Justement, l'arrivée d'un nouveau malade et la découverte de sa véritable nature vont jeter un voile trouble sur la ténébreuse île de Vorn...


    Auteur : Sylvia Douyé et Paola Antista

     

    Edition : Vents d'ouest

     

    Genre : Bande Dessinée

     

    Date de parution : 14 Octobre 2020

     

    Prix moyen : 10,95€

     

    Mon avis : Dans ce troisième tome, Sorceline poursuit son apprentissage en cryptozoologie en continuant à enquêter sur les événements des tomes précédents. Il semblerait que le coupable ait peut-être été désigné un peu hâtivement. Parallèlement, Sorceline continue à voir l'étrange créature qu'elle semble être la seule à distinguer. Si Sorceline se montre juste intriguée, il se pourrait que cette apparition ne soit pas forcément une bonne chose.

    Comme dans le tome précédent, on a ici un certain nombre de réponses à nos questions mais aussi de nouvelles interrogations.
    Et surtout, dans ce tome, un élément des origines de Sorceline va être révélé. Et quel élément!

    Du coup, je suis très impatiente de lire la suite!

    Comme toujours, les dessins sont superbes comme le choix des couleurs.

    Le seul reproche que je pourrais faire à cette superbe BD, c'est de nous donner sans cesse un goût de trop peu.

    Mais que voulez-vous, quand on aime...

     

    Un extrait :

    1f266651-ca63-42a0-b524-19f7b599efa2.jpg

    6ff29ee7-99a8-4c8e-ad96-d3719a4a6396.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] A première vue

    A première vue.jpg

    Lecture terminée le : 08 janvier 2021

     

    Résumé : Merit Voss sait qu’elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu’elle n’a pas gagné. C’est en voulant en acquérir dans une brocante qu’elle fait la connaissance d’un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d’être un peu plus compliquée qu’elle ne le pensait et que l’alchimie qu’elle a cru percevoir entre eux, a peu de chances de se développer.
    Rien n’est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d’une ancienne église désaffectée. Son père a épousé l’infirmière de son ex-épouse, qui l’a assistée lorsqu’elle a eu un cancer. Ses frères et sœurs ont des traits de caractère qu’elle n’apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre.
    Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger, Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.


    Auteur : Colleen Hoover

     

    Edition : Hugo & cie

     

    Genre : Roman contemporain

     

    Date de parution : 10 Octobre 2019

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : Définitivement, j'aime le nouveau style de l'auteur. Autant j'ai trouvé ses premiers romans plats, clichés et sans grand intérêt (je sens que je vais me faire des amis), autant, à partir de "Jamais plus", je les ai trouvés excellents. Or l'auteur elle-même, tout comme les différents avis que j'ai pu lire, déclare que ces romans sont différents de ce qu'elle avait l'habitude d'écrire.
    J'espère vraiment qu'elle va continuer sur cette voie, mais ça m'a l'air bien parti.

    Ce roman, il m'a fallu une bonne cinquantaine de pages pour rentrer dedans. Mais, une fois harponnée, impossible de lâcher cette histoire. Déjà, j'ai adoré le fait que la romance, bien qu'elle existe, ne soit pas au centre de l'histoire.
    Non, cette fois-ci, le centre de l'histoire, c'est la famille. Or, la famille de Merit est quelque peu compliquée, dysfonctionnelle, on peut même dire carrément en vrac.
    4 enfants et 3 parents vivent dans une ancienne église. Oui, oui, 3 parents, vous avez bien lu. Car la première épouse de monsieur vit au sous-sol tandis que celui-ci vit à l'étage avec sa seconde épouse, les 3 enfants qu'il a eu avec la première épouse et le petit bout qu'il a eu avec la seconde ... Ça va, vous suivez?
    Ajoutez à cela le charmant Sagan qui s'installe à demeure ainsi que deux invités pas vraiment prévus au programme et qu'est-ce que ça donne ? Un joyeux bordel!!

    Merit, l'héroïne, pose un regard sans concession sur cette famille dont elle juge avec sévérité les nombreux secrets. Et c'est vrai que ces secrets gangrènent les relations des uns et des autres et surtout celles de Merit.
    J'ai beaucoup aimé cette adolescente. Elle est attachante, malgré ou peut-être à cause de son manque de confiance en elle. Elle se juge, par exemple, bien moins jolie que sa sœur Honor alors qu'elles sont des jumelles parfaites.
    Le caractère de Merit cache une vraie souffrance et on espère sans cesse qu'elle va se sentir mieux, plus apaisée, plus à sa place.
    Il faut dire que la jeune fille n'est guère aidée et que Moby, le petit frère de 4 ans, semble être le plus équilibré de cette sacrée famille.

    L'histoire nous ai racontée du point de vue de Merit et, comme celle-ci se croit responsable tous les malheurs du monde, elle nous apparaît comme le nœud de discorde de la famille.
    Ce n'est pas entièrement faux dans la mesure où Merit est la seule dépositaire de l'ensemble des secrets existants.

    Bien entendu, sans surprise, un événement va provoquer la révélation de tous ces secrets et faire exploser le fragile équilibre de la famille.
    Si la première partie était plein de tensions et de malaises, la seconde a des airs de "règlements de comptes à OK Corral".
    Ce roman aborde des sujets difficiles mais, comme pour tous ses romans depuis "jamais plus", la plume de l'auteur les traite avec finesse et talent.
    Et comme pour tous ses romans depuis "jamais plus", en plus d'être un coup de cœur, cette histoire m'a trotté dans la tête bien longtemps après que j'ai refermé le livre.

     

    Un extrait : Je possède une impressionnante collection de trophées que je n’ai pas gagnés.

    Pour la plupart, je les ai achetés dans des brocantes ou des vide-greniers. J’en ai reçu deux de mon père pour mon dix-septième anniversaire. Je n’en ai volé qu’un.

    C’est sans doute celui que j’aime le moins. Je l’ai pris dans la chambre de Drew Waldrup, juste après qu’il a rompu avec moi. On est sortis ensemble pendant deux mois et c’était la première fois que je le laissais passer la main sous mon tee-shirt. Je trouvais ça très agréable, jusqu’au moment où il a baissé les yeux sur moi et a laissé tomber :

    — Je crois que je n’ai plus envie de sortir avec toi, Merit.

    Alors que j’appréciais sa caresse sur mes seins, il ne pensait qu’à une chose : ne jamais recommencer. Stoïquement, je me suis levée. Après avoir rajusté mon tee-shirt, je me suis dirigée vers sa bibliothèque pour y prendre le plus gros de ses trophées. Il n’a pas dit un mot. J’estimais qu’après m’avoir larguée, la main sur mon cœur, il me devait bien ça.

    Ce trophée du championnat régional de football a lancé ma collection. Dès lors, j’en choisis au hasard dans les brocantes, chaque fois qu’il m’arrive des trucs nuls.

    Lorsque j’ai raté mon permis de conduire ? J’ai acquis le trophée du vainqueur du lancer de poids.

    Lorsque je n’ai pas été invitée au bal de promo ? Je me suis procuré celui de la plus brillante distribution pour une pièce en un acte.

    Lorsque mon père a demandé sa maîtresse en mariage ? J’ai trouvé la coupe des Champions de l’équipe junior.

     

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] Les oubliées

    les oubliées.jpg

    Lecture terminée le : 05 janvier 2021

     

    Résumé : Josie et sa petite sœur Anna sont confiées à leur grand-mère qui vit dans une maison isolée au cœur d'une inquiétante forêt. Elles doivent respecter trois interdits : ne pas traverser la forêt, ne pas ouvrir les fenêtres la nuit et ne pas rapporter de poupée. Cependant, Josie se fait une amie au collège, l'étrange Vanessa, qui lui fait transgresser toutes les règles.


    Auteur : K. R. Alexander

     

    Edition : Bayard

     

    Genre : jeunesse

     

    Date de parution : 16 Octobre 2019

     

    Prix moyen : 14€

     

    Mon avis : La couverture me fait vraiment flipper... En même temps, la seule chose de pire qu'ils auraient pu me faire, c'était mettre un clown !

    Mais franchement, elle ne fout pas la trouille cette poupée ?

    En comparaison, la lecture ne m'a pas donné autant de frissons que je l'espérais. Ce n'était pas pour autant une mauvaise lecture car l'histoire est prenante et avec beaucoup de suspense.
    Je comprends la frustration de Josie. Elle se retrouve dans un coin perdu, quasiment sans réseau, sans amis, avec une petite sœur qui joue les crampons et une grand-mère qui perd la tête et donne des interdictions sans queue ni tête. Et puis, il ne faut pas oublier que Josie a 11 ans (puisqu'elle en 6e), on ne peut donc pas vraiment lui reprocher de ne pas comprendre ni accepter la décision de sa mère.

    L’histoire n'est pas très originale et bon nombre de rebondissements sont parfaitement prévisibles.

    Malgré tout, impossible de lâcher ce roman. J'avais beau me douter de ce qu'il se passait, il n'empêche que j'avais très envie de voir comment l'auteur allait nous y amener.

    Bien sûr, le public visé est assez jeune, on peut donc supposer que le roman sera moins prévisible à leurs yeux et peut-être plus effrayant (*minute mamie* : et en même temps, quand on voit les horreurs que les mômes d'aujourd'hui regarde... *fin de la minute mamie*)

    J'ai un peu regretté la rapidité de la fin. J'aurais aimé une cinquantaine de pages de plus afin de mieux la construire.

    Il est difficile d'en dire plus sur un livre aussi court sans trop en dire et, même si les rebondissements ne sont pas époustouflants, il serait dommage de dévoiler l'intrigue trop vite.
    Bien que ce livre ait été une bonne lecture, sa prévisibilité et sa fin trop rapide font que je l'oublierais sans doute assez vite.

     

    Un extrait : Maman acquiesça et alla chercher le thé, pendant que mamie nous conduisait, Anna et moi, à la table de jardin.

    C’est une vieille dame, nous avait rappelé maman un million de fois en cours de route. Sa mémoire défaille, et il se peut qu’elle ne se comporte pas toujours de façon cohérente. Alors, soyez patientes avec elle et faites comme si vous compreniez de quoi elle parle, même si vous n’en avez aucune idée. Comme ça, elle ne s’agitera pas trop.

    – Maintenant, les filles, écoutez-moi, nous dit mamie Jeannie d’une voix douce et ferme, une fois que nous fûmes installées. Il y a trois règles à observer pour vivre ici. Premièrement, ne laissez jamais vos fenêtres ouvertes après la tombée de la nuit, même s’il fait très chaud. Deuxièmement, je ne veux aucune poupée dans la maison. Et, troisièmement, n’allez jamais, au grand jamais, du côté de la maison dans les bois. C’est là qu’habite Beryl.

    En prononçant ces derniers mots, elle avait tourné les yeux en direction de la forêt. Je suivis son regard, et un frisson me parcourut l’échine. Il pouvait se cacher n’importe quoi là-bas. Chaque fois que nous étions venues rendre visite à notre grand-mère, elle s’était arrangée pour ne pas nous perdre de vue une seule seconde. Mais jamais elle n’avait fait allusion à une maison en particulier. Ni à Beryl.

    Qui était Beryl ?

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Les fragmentés - T01

    Les fragmentés - T01.jpg

    Lecture terminée le : 03 janvier 2021

     

    Résumé : Dans une société traumatisée par la Seconde Guerre civile, la charte de la vie vient d’être signée. Elle stipule que l’on peut « fragmenter » un adolescent âgé de treize à dix-huit ans. La fragmentation consiste à « résilier » un enfant rétroactivement sans y mettre techniquement fin.
    Connor, Risa et Lev se retrouvent tous les trois sur la liste fatale. Leur seule échappatoire : fuir, se cacher, survivre alors qu’ils sont traqués par les Frags, la police des fragmentés.


    Auteur : Neal Shusterman

     

    Edition : du Masque (Msk)

     

    Genre : Science-fiction

     

    Date de parution : 04 octobre 2018

     

    Prix moyen : 16€

     

    Mon avis : En général, je suis assez bon public pour les dystopies.
    J'aime bien quand il est très clair que la société part en biberine.

    Et là, il faut dire qu'elle y va fort, la société. Interdire l'avortement mais autoriser l'abandon des gosses sur le pas des portes, (avec obligation légale pour les pauvres pigeons qui vivent là de garder le bébé), et surtout, surtout, autoriser la fragmentation.

    Ils peuvent se cacher derrière des figures de style, la fragmentation n'en est pas moins une mise à mort avec recyclage de toutes les parties du corps.
    Du coup, comme il y a des organes à revendre, pourquoi soigner quand il suffit de remplacer. Autant dire qu’il y a peu de voix qui s’élèvent contre cette pratique qui permet d’avoir des organes neufs dès que l’un d’eux défaille.
    N'importe quel enfant peut-être ainsi résilié entre 13 et 18 ans sur simple décision de son responsable légal.

    On va suivre trois adolescents qui sont chacun dans cette situation pour des raisons différentes qui montre bien à quel point ce programme est injuste et incontrôlable.

    Connor est un ado rebelle condamné par ses parents, Riza est une orpheline victime des coupures de budget, quant à Lev, sa situation est presque celle qui m'a le plus dégoûté car s’il n'y a pas d'autre raison à sa fragmentation que l'intégrisme religieux, il a été conditionné dès sa naissance à se sentir privilégié d’être sacrifié.
    Trois raisons très différentes, trois vies très différentes, mais qui vont se télescoper dans leur fuite pour leur survie.
    On va rencontrer bon nombre de personnages dont beaucoup d'adolescents promis à la fragmentation. Et parfois les raisons de la fragmentation révoltent encore plus que le principe lui-même, c'est dire.

    J'aime beaucoup la plume de Neal Shusterman ainsi que l'originalité de l'histoire. J'ai aimé le fait que l'on ait le point de vue de chacun des trois personnages, ce qui fait qu'on sait tout ce qu’il se passe, ou presque, même quand ils sont séparés les uns des autres.

    L'auteur n'a pas négligé ses personnages secondaires et on s'attache aussi bien à eux qu’à Connor, Risa et Lev.
    J'ai aussi beaucoup apprécié que le livre ne se termine pas sur un gros cliffhanger.
    Mais du coup, Je me demande comment l'auteur va rebondir et ce qu'il va bien pouvoir raconter dans les 3 tomes qui restent.
    Même si on ne termine pas le tome sur les dents, je ne vais sans doute pas attendre 107 ans pour découvrir la suite.

     

    Un extrait : Risa avait le front collé contre la vitre. Le conducteur fit un brusque écart sur la droite pour éviter les deux fuyards. Les passagers crièrent ; certains eurent la respiration coupée. Risa fut projetée vers l’avant du véhicule et le bus finit par s’immobiliser dans une secousse brutale. Contusionnée, elle se releva rapidement et prit la mesure de la situation. C’est alors que le bus se renversa avant d’atterrir dans un fossé. Le pare-brise, éclaté, était couvert de sang.

    Autour d’elle, tout le monde s’examinait. Aucun des adolescents n’était sérieusement blessé, mais certains en rajoutaient délibérément. L’accompagnatrice s’efforçait de calmer une jeune adolescente en proie à une crise de nerfs.

    Au milieu de ce chaos, Risa eut une idée fulgurante.

    Une idée qui ne faisait pas partie du plan.

    Le système était sans doute conçu pour parer à toutes les éventualités au cas où les pupilles essaieraient de s’enfuir, mais une chose était sûre : rien n’était prévu en cas d’accident. Impossible, donc, de savoir ce qui allait se produire dans les secondes à venir.

    Risa fixa la porte avant du bus, retint son souffle et se mit à courir.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg