Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres

  • [Livre] La fille sous la glace

    la fille sous la glace.jpg

     

    Résumé : Encore marquée par la mort en service de son mari, l’inspectrice en chef Erika Foster découvre son nouveau poste dans un commissariat de Londres. Premier jour, première affaire et non des moindres : le corps d’Andrea Douglas-Brown, fille d’un riche industriel, a été retrouvé dans le lac gelé du Horniman Museum de Forest Hill. Que faisait la jeune femme mondaine dans ce quartier mal famé ?
    Effondrée par la disparition d’Andrea, sa famille semble pourtant redouter ce que l’enquête pourrait dévoiler d’eux. Hasard ? Vengeance ? Crime passionnel ? Pour faire éclater la vérité, Erika Foster devra faire la lumière entre règne des apparences et sombres secrets.


    Auteur : Robert Bryndza

     

    Edition : France Loisirs

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : Aout 2017

     

    Prix moyen : 21€

     

    Mon avis : Erika Foster reprend du service après avoir vécu un drame : La mort de son mari en service au cours d’une opération qu’elle-même dirigeait. J’ai d’ailleurs été très frustrée de ne pas avoir plus de détails sur cette opération.
    La reprise n’est pas de tout repos puisqu’elle se retrouve à enquêter sur la mort violente d’Andrea, fille d’un homme d’affaire aristocrate faisant partie de la chambre des Lords. Autant dire que les pressions exercées sont puissante et Erika se retrouve a devoir plus ménager les susceptibilités de la famille qu’à réellement enquêter sur le meurtre d’Andrea. D’autant plus que le détective a qui l’affaire a été retirée pour être confiée à Erika l’a assez mal pris et fait tout pour lui mettre des bâtons dans les roues.
    Au travers de l’exaspération d’Erika ont découvre une justice à deux vitesses où le rang social de la victime et du ou des suspects entrent plus en ligne de compte pour déterminer le comportement de la police que la simple équation : meurtre + meurtrier = chercher le coupable et l’arrêter.
    Aux pressions de ces gens aisés qui veulent bien qu’Erika enquête du moment qu’elle ne fouille pas trop dans leur vie privée, s’ajoute la pression des média qui ne perdent pas une occasion d’augmenter leurs tirages en attaquant tour à tour la famille, la police, les éventuels suspects et le gouvernement.
    Tout ce mic mac ne fait qu’entraver l’enquête qui n’était déjà pas facile à l’origine et quand le père de la victime s’imagine qu’il peut diriger la police à sa guise en s’appuyant sur son rang et ses amis haut placés, ça fait des étincelles. Même si Erika semble s’être lancée dans une lutte évoquant le pot de terre contre le pot de fer, elle ne baisse pas les bras et fais tout son possible pour rendre justice à la victime qui reste sa préoccupation première.
    L’auteur rend ses personnages plus réels en leur donnant une vie en dehors de l’affaire. Même si on n’insiste pas sur cet aspect des choses, les quelques scènes où l’on constate que le chef, la collègue et d’autres, ont une vie, parfois de famille, a suffit à les rendre plus consistant, sans que ces informations ne prennent jamais le pas sur l’enquête et sur l’intrigue.
    J’ai apprécié qu’aucune question ne reste en suspend à la fin du roman et j’ai également aimé que tout ne tombe pas tout cuit dans le bec d’Erika sous prétexte qu’elle prend le contrepied de sa hiérarchie. Elle rame sacrément pour étayer ses théories et, à plus d’une reprise elle se demande si elle ne fait pas fausse route. Le coupable ne lui est pas livré avec un gros nœud rouge posé sur le sommet du crâne.
    L’écriture est sacrément addictive et j’ai eu du mal à fermer le livre pour dormir. Si j’avais pu, j’aurais enchaîné les pages jusqu’à la fin sans la moindre coupure.
    Ce premier roman est une réussite et j’espère lire bientôt une nouvelle enquête d’Erika Foster !

     

    Un extrait : Erika fila se changer dans le vestiaire des femmes. Il y avait bien longtemps qu’elle n’avait plus porté cette tenue pourtant familière : pantalon noir, chemise blanche, pull noir et veste de cuir. Après avoir rangé ses vêtements civils, elle attrapa l’exemplaire du Daily Mail oublié sur l’un des bancs et y jeta un coup d’œil. Sous le gros titre – « Disparition de la fille d’un pair du Parti conservateur » – une grande photo d’Andrea Douglas-Brown montrait un gros plan de la jeune fille en bikini, sur un yacht. Fond de ciel parfaitement bleu et mer scintillante sous le soleil. Bronzée, les épaules rejetées en arrière pour mettre ses seins en valeur, Andrea défiait l’objectif d’un regard assuré et ardent. C’était une belle fille, raffinée, aux lèvres pleines et aux longs cheveux châtains. Ses yeux bruns pétillaient. La photo laissait entrevoir les épaules puissantes de deux garçons qui l’enlaçaient. L’un des deux était plus grand que l’autre. À ce détail près, impossible de savoir qui ils étaient et à quoi ils ressemblaient. Tout le reste était hors cadre.

    Une « mondaine » de seconde zone – voilà comment le Daily Mail décrivait Andrea. Ça ne lui aurait pas plu, Erika était prête à le parier. Mais, au moins, contrairement à ses concurrents, ce tabloïd s’abstenait de l’appeler familièrement « Andie ». Les journalistes s’étaient payé l’audace d’aller parler aux parents, Lord et Lady Douglas-Brown, ainsi qu’au fiancé d’Andrea. Dans l’article, tous trois la suppliaient d’entrer en contact avec eux.

    Erika glissa la main dans la poche de sa veste. Son carnet était toujours à sa place ; elle ne l’avait pas sorti depuis des mois. Elle nota le nom du fiancé, un certain Giles Osborne, et ajouta : « Andrea a-t-elle fait une fugue ? » Puis elle considéra ce qu’elle venait d’écrire… avant de déchirer furieusement la page et de ranger le carnet dans la poche revolver de son pantalon. Elle voulut mettre son badge dans l’autre poche. Ce badge…, sa main en reconnaissait la forme et le poids. L’étui de cuir avait fini par prendre une forme légèrement incurvée, à force de rester dans sa poche arrière, collé à son corps.

    Elle s’approcha des lavabos, se campa devant la glace et ouvrit l’étui à la hauteur de son visage. La photo lui renvoyait l’image d’une femme sûre d’elle. Par contraste, celle qu’elle voyait dans la glace, celle qui tenait le badge, était amaigrie et pâle à faire peur. Ses cheveux blonds coupés court grisonnaient aux racines. Et sa main tremblait.

    Erika s’observa. Il faudrait qu’elle pense à changer cette photo.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Billy Brouillard - T01 - Le don de trouble vue

    Billy Brouillard T01.jpg

    Résumé : Je m'appelle Billy Brouillard. 
    J'aime la solitude et la nuit, la pluie et la mélancolie. 
    Mais la mort me fait peur.

    Pourquoi m'a-t-elle pris Tarzan ? 
    Pourquoi m'a-t-elle pris mon chat ? 
    Qui est-elle exactement ? 
    Où nous emmène-t-elle le moment venu ?

    Ce soir, je percerai son secret, ce soir je retrouverai Tarzan ...

    Je m'appelle Billy Brouillard ... 
    J'ai un super pouvoir, une sorte de don ...
    Le don de trouble vue ...


    Auteur : Guillaume Bianco

     

    Edition : Soleil

     

    Genre : Bande dessinée

     

    Date de parution : 26 novembre 2008

     

    Prix moyen : 23€

     

    Mon avis : Billy Brouillard est un petit garçon qui voit le monde différemment. Avec lui, les ombres prennent forme et les fantômes sont aussi réels que sa petite sœur.
    Dans ce premier tome, Billy nous entraîne dans son monde à la recherche de réponse sur la mort.
    Tarzan, son chat, vient de mourir et Billy veut comprendre qui est la mort, pourquoi a-t-elle emmené Tarzan, que devient-on quand on est mort et comment combattre la mort.
    On a ici une bande-dessinée entièrement en noir et blanc ou en sépia, qui mélange planches classiques et pages de journal, d’encyclopédie, réclame ou encore contes, poésie, bestiaire…
    Les planches classiques sont le fil conducteur de l’histoire. Tout le reste vient étoffer le monde dans lequel évolue le petit garçon.
    L’absence de couleur renforce une ambiance pesante, angoissante et glauque qui était déjà bien mise en place par le texte.
    Pour rester dans l’ambiance, le comptage des pages se bloque à la page 13. Alors il est certain que c’est thématique, mais ce n’est pas très pratique pour faire un suivi lecture.
    Le déroulé de la BD donne l’impression de suivre le fil de la pensée de Billy. Comme s’il se disait soudain : Ah tiens, au fait, je vous ai parlé de la petite fille aux couteaux ?
    On a souvent l’impression de sauter du coq à l’âne car les pensées d’un enfant de 7 ans sont rarement ordonnées d’autant plus quand il est en plein questionnement existentiel.
    Au début du livre, Billy, qui est quand même assez futé, se dit que le père noël est si vieux qu’il a sûrement trouvé moyen de défier la mort. C’est donc tout à fait naturellement qu’il écrit au vieil homme pour lui demander conseil.
    A la toute fin de ce 1er tome, il va recevoir une réponse qui ne va pas le satisfaire et qui va introduire le tome 2 : « Le petit garçon qui ne croyait plus au père noël ».
    La Bd est un peu dans le style Tim Burton et, en dehors des planches classiques qui déroulent l’histoire de Billy, a quelque des cabinets de curiosités des siècles passés.
    La BD est un peu chère, mais elle vaut son prix, entre son épaisseur (143 pages) et son contenu qui est riches et varié. Je ne vais pas me précipiter sur la suite, mais je pense que je prendrais tous les tomes de Billy, ne serait-ce que pour voir s’il va enfin avoir la réponse à ses questions !

     

    Un extrait :

    billy brouillard extrait.jpg

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

     

  • [Livre] La malédiction – T01 – Le hameau des fourches

    La malédiction T01 432p.jpg

    Résumé : Depuis que Charlotte est toute petite, une malédiction semble peser sur elle et entraîner la mort des êtres qui lui sont chers. Pour fuir la peur et les rumeurs, sa grand-mère l’emmène vivre au loin, au hameau des Fourches, où elle espère qu’elles trouveront le bonheur parmi les habitants de ce village en plein développement.
    La jeune fille grandit et apprend les petites joies du quotidien auprès de sa grand-mère, d’Agnes Hamilton, qui l’initie au commerce de la laine, et des Abénaquis qui passent au gré des saisons. Mais Charlotte peut-elle réellement aspirer à une vie sans malheur ? Peut-elle envisager une histoire d’amour sans craindre pour la vie de celui dont elle rêve ? Tiraillée entre ses désirs et ses appréhensions, la jeune femme devra faire des choix qui marqueront son destin à jamais.


    Auteur : Louise Simard

     

    Edition : Goélette

     

    Genre : Historique

     

    Date de parution : 09 février 2015

     

    Prix moyen : ??

     

    Mon avis : Le hameau des fourches est le premier tome d’une trilogie de la littérature québécoise. Pour autant, je n’ai pas été gêné par des expressions typiquement québécoises comme on en trouve souvent dans les livres outre-Atlantique et que j’ai beaucoup de mal à suivre dans ma lecture.
    Charlotte n’est pas une fillette comme les autres. Née pendant une tempête, les habitants du village où elle est née l’on rapidement taxée de sorcellerie et de porteuse de malédiction car sa mère est morte en la mettant au monde. L’apparence de Charlotte, qui, selon la description que l’auteur en fait semble être plus ou moins albinos, n’arrange pas les choses et elle et les siens sont obligés de partir toujours plus loin pour semer la rumeur.
    Charlotte elle-même est persuadée de porter malheur et culpabilise beaucoup à chaque décès dans son entourage, qu’il soit incompréhensible, naturel, accidentel ou encore provoqué par un tiers.
    Sa grand-mère, Rachel, fini par l’emmener au hameau des fourches, un petit village peu peuplé, sur des terres reculées.
    Charlotte fait son nid dans ce village. Il n’est plus vraiment question d’une quelconque malédiction, hormis dans la tête de la gamine, ce qui n’empêche pas les gens de la regarder avec une certaine suspicion. Charlotte a hérité de sa grand-mère un caractère indépendant et elle ne veut pas se plier à quelque convention que ce soit et encore moins à un homme. De plus, comme elle reste persuadée que l’aimer et vivre avec elle porte malheur, elle ne veut pas se laisser aller à l’amour et au bonheur.
    Tisserande de talent, elle n’hésite pas à tenir tête à un riche militaire qui souhaite acquérir la totalité des terres alentours. Son attitude provoque bon nombre de regard en coin, d’autant plus que Charlotte est amoureuse d’un indien Abénaquis. On se doute que les habitants du village, tout comme le pasteur, ne voient pas cette relation d’un bon œil.
    En parallèle de l’histoire personnelle de Charlotte et de la malédiction qui semble la poursuivre, on suit également l’histoire de l’expansion et de l’évolution du hameau qui prend de l’ampleur, se transforme en village, puis en petite ville, avec tout ce que cela implique de criminalité, de nouveau arrivants, de pauvres gens cherchant à se loger, à travailler, à se nourrir… La spéculation des riches propriétaires, au détriment des fermiers, est de plus en plus importante.
    En réalité, j’ai trouvé cet aspect de l’histoire bien plus passionnant que l’histoire de la malédiction elle-même, surtout que pour chaque mort, une explication rationnelle existe.
    Si je lis la suite de l’histoire, ce sera plus pour voir la résolution du triangle amoureux de Charlotte, Atoan et Henri et pour savoir si la jeune femme va réussir à continuer à tenir tête aux riches promoteurs qui convoitent son lopin de terre et à faire évoluer son commerce.

     

    Un extrait : Trois jours après l’orage et les grands vents qui avaient secoué le village de Shelburne, en Nouvelle-Écosse, les habitants de toute la région environnante s’affairaient toujours à réparer les dégâts. Des arbres déracinés, des toits arrachés, des chaloupes qui s’étaient échouées sur la rive, se fracassant en mille morceaux, un hangar et un poulailler jetés à terre. Presque tout le monde avait été touché d’une façon ou d’une autre, et chacun faisait preuve de générosité et de solidarité.

    Joshua avait été appelé à plusieurs reprises pour panser des blessures mineures ou réconforter une personne âgée souffrant d’un malaise. Au courant de son malheur, les villageois avaient pris le temps de lui offrir leurs condoléances, lui témoignant beaucoup de compassion. Le jeune homme se sentait soutenu, et ce courant de sympathie le réconfortait sans le consoler.

    Seule la petite Charlotte le distrayait de sa peine. Il avait cru en vouloir à cette enfant jusqu’à la fin de leurs jours, mais il s’était vite rendu compte qu’il en était incapable. D’ailleurs, sa propre mère, à qui il avait confié la nouveau-née, ne l’aurait pas permis.

    Rachel Martin, boulangère de Shelburne et propriétaire d’une compagnie de pêche, n’aurait pas accepté que l’on reproche à une enfant d’exister. À ses yeux, la petite Charlotte n’était nullement responsable de la mort de sa mère, et chercher des coupables n’avait jamais aidé personne à surmonter les épreuves et à se prendre en main. Maintenant cinquantenaire, Rachel Martin savait de quoi elle parlait, car elle avait eu son lot de malheurs. Lorsque l’Angleterre avait voulu mater les rebelles américains, elle était restée fidèle à la couronne britannique et avait payé cher sa loyauté. Obligée de quitter New York à la fin de la guerre, comme des centaines d’autres loyalistes, elle s’était exilée à Shelburne, une grève rocailleuse encore inhabitée. Son mari, prisonnier des rebelles, avait été libéré après une longue captivité. Il était venu mourir auprès d’elle, en apportant le choléra dans la ville naissante, déjà rongée par la misère. Les filles de Rachel avaient elles aussi été frappées par cette terrible maladie, et la pauvre femme s’était retrouvée seule avec son fils. Après quelques années, elle avait rencontré le docteur Meixner. Cet homme d’une grande bonté l’avait ramenée dans le monde des vivants, à force d’amour et de patience. Très près de Joshua, il avait transmis au garçon ses connaissances médicales, avant de mourir à son tour. Leur bonheur avait été si court.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Mémoires de Marie-Antoinette – T02 – La Révolution

    mémoires de marie Antoinette T02.jpg

    Résumé : En choisissant de raconter la vie de Marie-Antoinette comme si elle écrivait ses propres mémoires, Noël Simsolo trouve le ton juste pour brosser un portrait à la fois complet et touchant de la plus célèbre reine de France, auquel le trait léger et délicat d’Isa Python vient apporter un supplément d’élégance.


    Auteur : Noël Simsolo

     

    Edition : Glénat

     

    Genre : Bande dessinée, Historique

     

    Date de parution : 16 Mai 2018

     

    Prix moyen : 19,50€

     

    Mon avis : A la fin du premier tome, la Reine, qui, emprisonnée à la prison du Temple, écris ses mémoires, en était au moment d’une rumeur qui commence à enfler : l’achat par ses soins d’un faramineux collier.
    Le second tome reprend à cet endroit des mémoires : l’affaire du collier. Cette affaire a servi les intérêts des antimonarchistes qui ont pu discréditer la Reine et pointer du doigt ses dépenses alors que le peuple mourrait de faim. Et la Reine, blessée qu’on ne lui reconnaisse pas le statut de victime, ce qu’elle a le sentiment d’être dans cette escroquerie, a accumulé les erreurs de jugement.
    Avec la tourmente de la Révolution qui débute, on voit les nombreuses erreurs politiques commises par le couple royal. Le roi est montré comme un réformateur qui a préféré étouffer dans l’œuf ses idées progressistes pour ne pas aller à l’encontre de la tradition séculaire transmise par ses aïeux. La Reine, comme une monarchiste convaincue refusant le moindre compromis, à l’instar de ce qu’aurait fait sa mère.
    Le rythme est plus rapide dans ce second tome et on s’attarde moins que dans le premier sur le détail des événements (mais il faut dire que la période a été riche événements qui se sont succédés à un rythme effréné sur un temps très court).
    Comme dans le premier tome, la famille royale apparait toute en nuances : ni anges, ni démons, juste des êtres humains ayant commis des erreurs.
    Si j’ai un bémol, c’est que si, dans l’ensemble, les révolutionnaires apparaissent comme déterminés mais maîtres d’eux-mêmes, à chaque fois qu’on nous en montre des hystériques pétris de haine, il s’agit de femmes.
    L’illustrateur étant une illustratrice, j’aurais pensé ne pas trouver ce cliché selon lequel l’hystérie et la perte de contrôle sont des défauts typiquement féminins (d’autant qu’à part la marche des femmes et quelques figures féminines isolées, la Révolution a été avant tout une affaire d’hommes).
    Mais en dehors de ce bémol, j’ai adoré !

     

    Un extrait :

    MA1.jpg

    MA2.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Au fond de l’eau

    Au fond de l'eau.jpg

    Résumé : Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.


    Auteur : Paula Hawkins

     

    Edition : Sonatines

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 08 juin 2017

     

    Prix moyen : 22€ (broché) ; 8,50€ (poche)

     

    Mon avis : Comme dans son premier roman, La fille du train, ce thriller est plus psychologique que rempli d’action. Il ressemble à un puzzle qui se reconstitue lentement sous nos yeux, où certaines pièces, qui ont l’air de ne pas cadrer avec l’ensemble, prennent tout leur sens une fois posée à côté des autres. Le suspense est aussi prenant que dans le premier roman de Paula Hawkins mais comporte moins de longueur. De toute évidence, l’auteur a appris de ses erreurs.
    Il y a beaucoup de personnages, ce qui peut déstabiliser au début de la lecture. Mais chacun de ces personnages détenant un fragment de l’énigme, on se fait vite à leur présence, d’autant plus que les ramifications qui les relient les uns aux autres ne sont pas difficiles à retenir. Chacun de ces personnages a donc un fragment de la solution, tout en ignorant les fragments que possèdent les autres. Mais comme chacun d’entre eux a ses propres raisons de ne pas dire tout ce qu’il sait, on avance lentement vers la résolution du mystère.
    Les passages sur Libby Seeton et Annie Ward sont plaisants à lire mais je ne trouve pas qu’ils apportent grand-chose à l’histoire si ce n’est pour appuyer la phrase écrite par Nel : « Beckford n’est pas un lieu à suicide. Beckford est l’endroit où l’on se débarrasse des femmes à problèmes. ». Et comme c’est quand même cette phrase qui fait que Julia, la sœur de Nel, doute de son suicide, elle est quand même importante.
    Ce qui fait la force de ce roman, c’est que pas moins de 5 personnages avaient l’opportunité et le mobile pour tuer Nel. On peut même dire 6 avec Nel elle-même si on considère la thèse du suicide qui n’est pas formellement écartée.
    J’ai beaucoup aimé la manière dont Julia semble (re)découvrir sa sœur et régler certains problèmes de leur passé ayant laissé une profonde rancune  à Julia.
    Nel n’apparait pas comme particulièrement sympathique mais sa mort va faire remonter à la surface d’autres drames et permettre de les clarifier.
    Malgré le grand nombre de personnages, je n’ai jamais perdu le fil de ma lecture tant l’auteur n’a rien laissé au hasard, ni dans la structure de son roman ni dans l’histoire elle-même.
    Malgré les différentes possibilités, j’ai très vite eu mon idée sur le coupable. On ne peut pas dire que je me sois complètement trompée mais il me manquait un élément, et pas des moindres !
    Si j’ai un bémol à formuler, c’est que le sort de l’un des personnages reste en suspens alors même que l’auteur a pris la peine de nous renseigner sur celui de tous les autres.
    Mais en dehors de ça, c’était un thriller psychologique très bien mené et très prenant.

     

    Un extrait : Tu voulais me dire quelque chose, c’est ça ? Qu’est-ce que tu essayais de me dire ? J’ai l’impression d’avoir dérivé loin de cette conversation il y a si longtemps. J’ai arrêté de me concentrer, j’ai pensé à autre chose, j’ai continué d’avancer, je n’écoutais plus, et j’ai perdu le fil. Ça y est, tu as toute mon attention à présent. Pourtant, je n’arrive pas à m’empêcher de penser que je suis passée à côté de l’essentiel.

    Quand ils sont venus m’annoncer la nouvelle, ça m’a mise en colère. J’ai d’abord été soulagée, parce que quand deux policiers se présentent à la porte au moment où on cherche son billet de train juste avant de filer au travail, on craint le pire. J’ai eu peur pour les gens auxquels je tiens – mes amis, mon ex, mes collègues. Mais ce n’était pas eux, m’ont-ils dit, c’était toi. Alors j’ai été soulagée, juste un instant, puis ils m’ont expliqué ce qui s’était passé, ce que tu avais fait, et quand ils m’ont dit que tu étais allée dans l’eau, ça m’a rendue furieuse. Et ça m’a fait peur.

    J’ai cherché ce que j’allais pouvoir te dire en arrivant, je savais que tu avais fait ça exprès pour me faire du mal, pour me contrarier, pour m’effrayer, pour bouleverser ma vie. Pour attirer mon attention, pour me forcer à revenir. Alors bravo, Nel, tu as réussi : me voilà de retour dans cet endroit que je ne voulais plus jamais revoir, sommée de m’occuper de ta fille, et de remettre de l’ordre dans tout ton bordel.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Sang de glace

    sang de glace 366p.jpg

    Résumé : « Tu seras châtiée... »

    Terrée dans son appartement, l'auteur de romans à succès, Caitlin Bennett sent l'angoisse envahir sa vie. Une fois de plus, elle vient de recevoir une lettre de menaces écrite à l'encre rouge sang, adressée par un fan dérangé. Devant l'indifférence de la police, la jeune femme engage alors un ex-flic, Connor McKee, pour assurer sa protection.

    Car une menace réelle pèse sur elle. Plusieurs femmes ont en effet été retrouvées assassinées à New York, le visage balafré d'une profonde entaille en forme de croix. Et toutes ressemblaient étrangement à Caitlin. Comme si c'était elle qui était visée à travers ces crimes. Comme si, poussé par un terrible et obscur désir de vengeance, le meurtrier ne faisait que parfaire sa technique.

    En attendant le moment de réclamer enfin sa dernière victime...


    Auteur : Sharon Sala

     

    Edition : Harlequin

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 01 juillet 2006

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Pourquoi, pourquoi, pourquoi faut-il toujours que ceux qui vont finir en couple commencent l’histoire en étant comme chien et chat ? Pourquoi, pour changer un peu, ne seraient-il pas amis ? Ou des connaissances qui s’apprécient ?
    Les auteurs sont-ils aussi peu sur de la trame de leur thriller qu’ils pensant avoir besoin de ces artifices pour séduire le lecteur ?
    Enfin voilà, une fois ce coup de gueule posé, je dois dire que j’ai vraiment apprécié ce livre.
    L’intrigue est bien ficelée et l’angoisse monte peu à peu, sans aller trop vie, mais sans accalmie.
    On comprend très vite pourquoi le tueur en veut à Caitlin, c’est rapidement assez clair, pour autant, on ne sait pas qui il est.
    Bon on se doute bien qu’il ne va pas nous tomber du ciel et qu’il traine dans les parages.
    J’ai fini par comprendre qui il était, mais honnêtement, j’ai compris quelques pages avant que ce soit révélé noir sur blanc. Cela dit, une fois que je savais que c’était lui, j’ai remarqué plein d’indices, dans ma lecture, qui pointaient vers lui. Mais bien sûr, je n’avais pas fait le rapprochement (quand je dis que j’aurais été un très mauvais flic).
    Même s’il y a beaucoup de tension, entre les meurtres d’un côté et le harcèlement de Caitlin de l’autre, il y a beaucoup d’humour, surtout venant de Caitlin qui tourne souvent ses phrases de manière à se moquer gentiment de son interlocuteur ou de façon à dédramatiser la situation.
    J’ai beaucoup aimé que Caitlin soit aussi perturbée par le regard des autres sur son argent. Toute sa vie, elle a été « la fille de » et son père avait l’air d’être un abruti fini, arrogant et fier à l’excès de son niveau social au point de décider des relations de sa fille en fonction du portefeuille des parents de ses camarades. Maintenant qu’elle a hérité de lui, on continue à la discréditer, à remettre en cause son choix d’écrire, comme si le fait d’être riche était une tare qui lui interdisait de suivre la carrière qui lui fait envie.
    L’écriture de l’auteur est agréable et j’ai lu le tout en quelques heures.

     

    Un extrait : « Tu seras châtiée. » Caitlin Bennett prit une profonde inspiration tout en parcourant des yeux la lettre qu’elle tenait d’une main tremblante. Si elle l’avait déjà lue et relue, l’avertissement qu’elle contenait ne changeait pas pour autant… C’était la dernière en date d’une série de missives haineuses qu’elle recevait depuis six mois ; chacune d’elles était pire que la précédente.
    Quand la première était arrivée, elle n’y avait vu que l’expression du mécontentement de quelque fan. Après tout, elle était C.D. Bennett, auteur de romans policiers à succès, et elle avait déjà reçu bien d’autres courriers bizarres dans sa carrière. Néanmoins, lorsque lui parvint la deuxième lettre, puis la troisième, l’une comme l’autre porteuse du même message vindicatif, elle avait commencé à se sentir nerveuse. Des personnalités publiques avaient été tuées après avoir été moins menacées que ça…
    Préférant pécher par excès de précaution, elle avait contacté Boran Fiorello, inspecteur au 45e district – un vieil ami de sa famille. Il lui accorda la plus grande attention, mais les lettres ne lui parurent pas réellement inquiétantes. Maintenant qu’elle y repensait, Caitlin pouvait comprendre sa réaction.
    Les trois premiers courriers pouvaient se prévaloir d’une certaine ambiguïté. Ils se résumaient à un chapelet de critiques assez anodines ; pas étonnant que Fiorello n’ait pas été impressionné par leur teneur… Il l’avait d’ailleurs congédiée avec une tape sur l’épaule et la promesse de l’emmener dîner au restaurant un jour prochain.
    Cependant les lettres avaient continué à arriver, de plus en plus comminatoires – et angoissantes. Persuadée que Fiorello prendrait ces nouveaux envois plus au sérieux, elle l’avait rappelé. Sa réponse fut brève, presque désinvolte. Selon lui, aucune loi n’interdisait qu’on n’aime pas ses livres, ni qu’on le lui signifie : à moins d’avoir été physiquement menacée – ce qui n’était pas le cas -, elle n’avait aucune raison de se faire du souci. Peu désireuse d’essuyer une autre humiliation, elle avait renoncé à le convaincre du bien-fondé de ses craintes, alors même que la véhémence des messages s’aggravait.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Le chemin parcouru

    Le chemin parcouru 310p.jpg

    Résumé : Sierra Leone, années 90. II s'appelle Ishmael Beah. Hier encore, c'était un enfant qui jouait à la guerre. Désormais, il la fait. Un jour de 1993. sa vie bascule brusquement dans le chaos. Ishmael a douze ans lorsqu'il quitte son village pour participer dans la ville voisine à un spectacle de jeunes talents. Il ne reverra jamais ses parents.

    Après des mois d'errance dans un pays ravagé par la guerre, il tombe avec ses compagnons aux mains de l'armée. Faute de troupes, les deux camps - armée gouvernementale et groupes rebelles - enrôlent de force les enfants des villages capturés. Drogué, privé de tout repère moral ou simplement humain dans un monde qui s'est effondré, Ishmael devient insensible, incapable de réfléchir, transformé en machine à tuer. A quinze ans, grâce à l'UNICEF, il est envoyé dans une mission humanitaire et, avec l'aide des médecins, il va apprendre à se pardonner et à se reconstruire.

    Ce récit fascinant d'une traversée de l'enfer à l'aube de la vie est une leçon de courage et d'humanité, destinée à devenir un classique de la littérature de guerre.


    Auteur : Ishmael Beah

     

    Edition : Presse de la cité

     

    Genre : Témoignage

     

    Date de parution : 03 janvier 2008

     

    Prix moyen : 19€

     

    Mon avis : Ce livre a été une vraie claque. Il a été totalement impossible à lâcher, même si je n’ai pas pour autant atteint le coup de cœur.
    L’histoire que nous raconte Ishmael ne décrit pas seulement la vie d’un enfant soldat, mais il nous raconte aussi sa vie quand la guerre lui est tombée dessus, son errance pour retrouver ses parents et tenter d’échapper à l’enrôlement de force par les rebelles, la traversée de village où les pré-ados et les ados sont regardés avec hostilité car les récit de villages pillés par les enfants soldats ont précédé Ishmael et ses camarades. Il nous parle du nombre de fois où il a frôlé la mort, que ce soit en tombant sur les rebelles ou aux mains de villageois terrorisés et donc insensibles.
    Et quand ils croient être enfin en sécurité, c’est aux mains de l’armée régulière qu’ils tombent. Si celle-ci n’enrôle pas les gamins par la force brute, l’alternative qu’elle leur propose ne leur laisse, en réalité guère de choix.
    On peut se rendre compte que, rebelles ou armée régulière, les deux exploitent sans scrupules les enfants, n’hésitant pas à les droguer pour les rendre plus insensibles à la peur, au danger, à la douleur, et aux abominations qu’on leur demande de commettre.
    Quand enfin l’UNICEF arrive pour les tirer de là, j’ai trouvé ses membres très maladroits. Ils commencent par arriver en terrain conquis, agissant comme si les enfants soldats appelaient leur arrivée de leurs vœux. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la réaction des gosses va les surprendre. Ensuite, si je comprends la nécessité de les rééduquer, de contrevenir au lavage de cerveau qu’ils ont subis, j’ai trouvé qu’ils étaient mal préparés, qu’ils faisaient preuve d’arrogance et de condescendance, ce qui ne les a pas fait entrer dans les bonnes grâces des enfants. J’ai surtout trouvé qu’ils étaient mal préparés, même s’ils sont animés des meilleures intentions. Mais mettre dans la même pièce des enfants-soldats rebelles et des enfants-soldats armée, c’était presque comme leur donner des fusils et déclarer la chasse ouverte.
    Cette guerre est partout et, quand elle s’arrête, il y a un autre coup d’état, et une autre guerre, avec d’autres alliances qui débute. On a l’impression qu’Ishmael ne peut pas y échapper. Car si les rapports entre les différentes factions ont changés, si les alliances se sont modifiées, les grands perdants restent les enfants-soldats, qu’on renvoie au front dans une guerre qui n’est pas de leur fait mais où ils se font allégrement massacrer.
    J’ai trouvé qu’Ishmael avait un sang-froid et un courage exceptionnel, que ce soit dans les premières années, quand il fuit les rebelles, ou plus tard, quand il décide qu’il ne sera plus un enfant-soldat et qu’il est prêt à prendre le risque de tenter de quitter le pays pour se sortir de ce pays ravagé.

     

    Un extrait : Il courait sur la guerre toutes sortes d’histoires qui donnaient l’impression qu’elle se déroulait dans une terre lointaine, différente. C’est seulement quand les réfugiés ont commencé à passer par notre ville que nous avons compris qu’elle avait lieu dans notre pays. Des familles qui avaient parcouru des centaines de kilomètres à pied nous racontaient que les soldats avaient tué plusieurs des leurs et incendié leur maison. Certains habitants avaient pitié d’eux et leur offraient un endroit où loger, mais la plupart des réfugiés refusaient parce que la guerre finirait par atteindre notre ville, disaient-ils. Les enfants de ces familles ne nous regardaient pas, ils sursautaient en entendant le bruit d’une bûche qu’on fendait ou le claquement sur un toit de tôle d’une pierre lancée par la fronde d’un gosse chassant les oiseaux. Les adultes venant des zones de guerre restaient plongés dans leurs pensées pendant les conversations avec les anciens de ma ville. Outre la fatigue et la faim, il était clair qu’ils avaient vu des choses qui accablaient leur esprit, des choses que nous refuserions de croire s’ils nous en parlaient. Je pensais parfois que certaines des histoires racontées par les réfugiés étaient exagérées. Les seules guerres que je connaissais étaient celles que j’avais lues dans les livres ou vues au cinéma dans des films comme Rambo, ou encore celle du Liberia voisin, dont j’avais entendu parler aux informations de la BBC. Mon imagination d’enfant de dix ans n’était pas capable de comprendre ce qui avait détruit le bonheur des réfugiés.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Miss Peregrine et les enfants particuliers – T03 – La bibliothèque des âmes

    Miss Peregrine T03.jpg

    Résumé : Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.

    Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...


    Auteur : Ransom Riggs

     

    Edition : Bayard

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 11 Mai 2016

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : Ce troisième et dernier tome, comme je l’avais prédit à la fin du tome 2, est explosif.
    Tous les enfants particuliers ont été capturés à l’exception de Jacob et Emma et du chien particulier Addison.
    Le tome 2 nous laissait en présence d’un creux prêt à attaquer et stoppé net dans son élan par un Jacob qui n’en croyait pas ses yeux.
    Ce don, qui se déclenche de manière un peu aléatoire, en général quand Jacob a une grosse trouille, ce qui n’est pas franchement difficile en présence de creux, va se développer. Grâce à ce don, Jacob va se sentir plus à sa place dans le monde des particuliers, mais il garde quand même un recul que n’a pas Emma. A plusieurs reprise, la jeune fille veut foncer tête baissée ou refuse de croire ce qu’il y a pourtant sous ses yeux et Jacob va devoir la raisonner.
    Le jeune homme va prendre de l’assurance mais il se pose aussi beaucoup de questions sur son rôle au sein du monde des particuliers, de sa relation avec Emma et de son avenir qui semble ne pas pouvoir concilier les particuliers et sa famille. Il est déchiré entre les deux mondes, refusant de perdre ses parents ou ses amis (surtout Emma).
    J’ai quand même trouvé Emma particulièrement agaçante dans ce tome. Elle reste butée sur des choses qu’elle croyait vraie et elle refuse d’ouvrir les yeux, comme par exemple d’accepter que tous les particuliers ne sont pas forcément sympathiques et dignes de confiance. Je comprends parfaitement que certaines choses se déroulant dans l’Arpent du diable sont difficile à avaler, mais bon, quand sa vie est en jeu, on doit être capable de comprendre les choses vites et d’accepter la réalité.
    J’ai beaucoup aimé Sharon, le guide des enfants dans l’Arpent. Il est le parfait exemple de la dualité que l’on découvre dans ce monde au sujet des particuliers. Il est à la fois loyal et opportuniste, serviable et intéressé… il est difficile à cerner et pendant la majorité de ma lecture je ne savais pas si les particuliers pouvaient réellement compter sur lui.
    J’ai beaucoup aimé en savoir un peu plus sur les frères de miss Peregrine et sur les circonstances de la création des sépulcreux. Clairement, Caul est un fou dangereux, mais ça, on en avait eu un aperçu dans le tome précédent. Son autre frère est plus ambigu, plus difficile à cerner. Je pense que même lui ne se cerne pas lui-même.
    J’ai trouvé que les Ombrunes n’apprenaient pas de leurs erreurs. Quand on sait que la « rébellion » qui a conduit à la création des sépulcreux a eu lieu notamment parce que certains particuliers ne supportaient plus d’être soumis aux Ombrunes, on se demande quand est-ce qu’elles vont remettre leur façon de faire en question, car elles semblent bien décidées à continuer à refuser d’associer les particuliers à leurs décisions. A sans cesse les traiter en inférieurs, elles ne peuvent pas se plaindre de les voir de rebiffer.
    Les parents de Jacob ne sont vus que brièvement, mais ils n’ont pas changés, ils sont toujours obtus et étroit d’esprit, même quand les choses sont sous leur nez.
    J’ai vraiment adoré découvrir une autre facette du monde des particuliers, moins idyllique, où les « méchants » ne sont pas que les Estres et les sépulcreux et où certains particuliers peuvent mal tourner au point qu’il existe des boucles punitives. Cela casse le côté tout noir ou tout blanc des deux premiers tomes.
    Dans ce tome on a la réponse à quasiment toutes les questions que l’on a pu se poser dans les deux premiers opus (en tout cas ça a répondu à toutes les miennes). L’écriture est toujours aussi fluide et agréable et la tension est bien présente jusqu’au bout de l’histoire.
    J’ai tendance à être déçue à la fin des trilogies qui présentent des fins trop faciles ou bâclées. Ici, ce n’est pas le cas et j’ai été ravie de la fin !

    Un extrait : Le monstre était là, devant nous. Si proche qu’il lui aurait suffi de déployer une de ses langues pour nous toucher. Ses yeux étaient fixés sur nos gorges, et des idées de meurtre tournoyaient dans son cerveau rabougri. Son instinct lui commandait de nous dévorer : les âmes des particuliers sont des mets de choix pour les Sépulcreux, et nous étions disposés devant lui comme un étalage de petits fours au buffet d’une réception.

    Autour de nous, la station de métro avait des allures de night-club après un bombardement. Des conduites éventrées laissaient échapper en hurlant des rideaux de vapeur fantomatique. Des écrans pendaient du plafond, suspendus à leurs câbles, telles des volailles au cou brisé. Une nappe scintillante de tessons de verre s’étalait jusqu’aux voies, clignotant dans la lueur rouge des lampes de secours comme une immense boule à facettes.

    Addison se tenait courageusement devant moi, la queue dressée. Emma, encore sonnée par la déflagration, s’accrochait à ma taille, incapable de produire ne serait-ce qu’une flamme d’allumette. Adossés à la carcasse de la cabine téléphonique, coincés entre un mur et un océan de verre, nous étions dans une situation délicate, à quelques pas seulement d’une créature de cauchemar qui rêvait de nous mettre en pièces.

    Pourtant, le monstre ne semblait pas pressé de couvrir cette distance. Il avait pris racine, et oscillait sur ses talons comme un ivrogne ou un somnambule. Ses langues pendaient sagement devant sa tête dégoulinante de bave noire, semblables à un nid de serpents endormis par un sortilège.

    C’était moi qui l’avais mis dans cet état. Moi, Jacob Portman, un garçon ordinaire, venu de Nulle-Part, en Floride. Le Sépulcreux ne nous avait pas encore dévorés parce que je le lui avais interdit. Je lui avais commandé de retirer la langue qu’il avait enroulée autour de mon cou, avant de lui ordonner « Recule ! », dans un langage fait de sons étranges, que je n’aurais jamais cru pouvoir prononcer. « Debout », avais-je ajouté, et il s’était redressé comme par enchantement. Ses yeux me défiaient, mais son corps m’obéissait. Sans savoir comment, j’avais dompté le cauchemar ; je l’avais ensorcelé.

    Hélas, les créatures endormies finissent toujours par se réveiller, et les sortilèges se dissipent – surtout ceux qu’on a lancés par accident. Sous son apparence placide, je sentais le Creux bouillir.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Black Ice

    Black Ice.jpg

    Résumé : En décidant de passer un week-end à la montagne avec sa meilleure amie, Britt était loin d’imaginer que son ex, Calvin, serait aussi de la partie. Tandis qu’elle profite du trajet pour réfléchir à leur histoire, Britt et Korbie se retrouvent bloquées au milieu de nulle part dans une terrible tempête de neige. Bravant le froid glacial, elles finissent par trouver refuge dans un chalet occupé par deux beaux inconnus. Deux malfaiteurs en fuite qui les prennent en otage.
    Tandis qu’elle échafaude des plans pour trouver une issue, l’angoisse de Britt grimpe d’un cran : elle découvre que plusieurs meurtres ont été commis dans la région. Sans compter que le comportement bienveillant de Mason, un des deux ravisseurs, est déconcertant : est-il un ennemi ou un allié ? Peut-elle lui faire confiance ? Les apparences sont trompeuses au milieu du blizzard, et les secrets bien gardés…

    Auteur : Becca Fitzpatrick

     

    Edition : Les éditions du Masque

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 04 février 2015

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : Dès le début du livre, j’ai trouvé que la relation entre Korbie et Britt était complètement toxique. Korbie semble voir Britt soit comme un faire-valoir, soit comme une rivale. Sa manière de la pousser à faire des choses qu’elle ne voulait pas faire en se moquant d’elle, en la critiquant etc… Ce n’est pas de l’amitié ce genre de relation !
    Alors c’est vrai que la famille de Korbie peut mettre mal à l’aise. On parle beaucoup des colères et de l’intransigeance du père, mais aussi de la manière qu’on les parents et Korbie de mettre toujours leur argent en avant. On peut comprendre que le fils, et ex-petit-ami de Britt, ne se soit pas empressé de revenir les voir une fois parti. Lui, Calvin, dans la façon qu’il a eu de rompre avec Britt, on se dit qu’il n’a jamais appris à communiquer. Et quand Britt se souvient de leurs moments passés ensemble, je ne l’ai pas trouvé si bien que ça. Il semblait faire plus attention à ce que ses copains allaient penser de lui qu’à sa copine.
    Je ne vais pas vraiment parler de Korbie parce que je l’ai trouvée inintéressante : elle est puérile, inconstante, pleurnicheuse et quoi qu’il arrive, elle reste fidèle à elle-même : une fillette pourrie-gâtée égoïste.
    En revanche, j’ai beaucoup aimé Britt et l’évolution qu’elle a dans le roman. Au début, elle est, elle aussi un peu puérile, elle est peu sûre d’elle et se repose sans cesse sur son père et son frère, ne prenant aucune décision par elle-même. Et puis, dans son aventure, elle commence à s’affirmer, à prendre des décisions, en un mot, à se prendre en main. Et elle y arrive se prouvant ainsi à elle-même qu’elle n’a pas besoin des autres pour s’en sortir. Pendant tout le livre, elle est en constante évolution, et une évolution positive.
    On sent que l’auteur s’est renseigné sur le terrain qu’elle décrit, sur les tempêtes et la survie en montagne car ses descriptions nous donnent réellement l’impression d’être perdus en plein blizzard. Si je n’avais pas lu ce livre au printemps, je serais allée vérifier s’il ne neigeait pas dehors tant j’avais l’impression de sentir le froid qu’elle décrivait.
    Concernant les meurtres commis dans la région, et dont l’un d’eux ouvre le livre, j’ai vite éliminé un suspect, que pourtant, à la lecture du résumé, j’étais encline à mettre dans la case des coupables.
    Pendant un temps, j’ai suivi une piste, mais une scène m’a mis sur la bonne voir et j’ai fini par comprendre, ni trop tôt, ni trop tard, qui était le coupable. En revanche, jamais je n’aurais imaginé les raisons qui le motivent. Là je suis restée sciée !
    Il y a une romance qui, bien que bien présente, n’empiète pas sur le côté thriller. J’ai même trouvé qu’à plus d’un titre, elle renforce les côtés noirs du roman.
    Après avoir lu ce livre, vous y réfléchirez à deux fois avant d’aller camper dans la montagne à la sortie de l’hiver !

     

    Un extrait : Si je mourais, ce ne serait sûrement pas d’hypothermie.

    J’entassai mon sac de couchage garni de plumes dans le coffre de ma Jeep avec cinq autres bagages remplis de matériel divers, de couvertures en laine polaire, de draps chauds, de chaussettes de ski et de tapis de sol isolants. Une fois assurée de ne rien perdre en route durant les trois heures de trajet jusqu’à Idlewilde, je rabattis le hayon et m’époussetai les mains sur mon short en jean.

    Rod Stewart ronronna son « If you want my body » dans le haut-parleur de mon téléphone, que je laissai sonner pour chanter en chœur avec lui : « … and you think I’m sexy. » Sur le trottoir d’en face, la voisine ferma rageusement la fenêtre de son salon. Navrée, Mme Pritchard. C’était trop tentant.

    — Salut, miss, me lança Korbie quand je décrochai, avant de faire éclater une bulle de chewing-gum. Alors, pas de retard prévu sur l’horaire ?

    — Léger contretemps. La Jeep est pleine à craquer, répondis-je avec un soupir exagéré. J’ai pu caser les sacs de couchage et l’équipement, mais nous allons devoir laisser un bagage. Tu sais, le bleu marine avec des poignées roses.

    Amies depuis toujours, Korbie et moi prenions un malin plaisir à nous taquiner comme deux sœurs.

    — Si tu abandonnes ma valise, tu peux dire adieu à mon fric.

    — J’aurais dû me douter que tu jouerais la carte de la gosse de riche.

    — Quand on a un atout, il faut s’en servir. Remercie le taux croissant de divorces qui remplit le tiroir-caisse de ma mère. Si les gens apprenaient à se rabibocher, elle se retrouverait vite au chômage.

    — Et tu serais contrainte de déménager. Alors, ne crachons pas sur le divorce.

    Korbie lâcha un ricanement diabolique.

    — Je viens d’appeler Bear. Il n’a pas encore bouclé ses bagages, mais il m’a juré qu’il nous rejoindrait à Idlewilde avant la nuit.

    Idlewilde, le splendide chalet de ses parents, niché au cœur du parc national de Grand Teton, serait durant toute une semaine notre unique point d’ancrage dans la civilisation.

    — Il est prévenu, reprit-elle. S’il m’oblige à déloger les chauves-souris des avant-toits toute seule, ses vacances vont lui paraître longues et chastes.

    — Je n’arrive toujours pas à croire que tes parents t’autorisent à partir seule avec ton copain.

    — Euh… à ce sujet…

    — J’en étais sûre ! C’était trop beau pour être vrai.

    — Calvin nous accompagne pour jouer les chaperons.

    — Tu plaisantes ?

    Korbie lâcha une exclamation répugnée.

    — Il rentre lui aussi pour les vacances et mon père l’a contraint à nous suivre. Je n’ai pas encore eu l’occasion de lui parler, mais il doit être vert. Il a horreur que mon père le régente, surtout depuis qu’il est entré à la fac. J’imagine d’ici son humeur massacrante que je devrai supporter toute la semaine.

    Les jambes en coton, je dus m’appuyer contre le pare-choc de la Jeep. J’eus brusquement du mal à respirer. D’un seul coup, le fantôme de Calvin réapparaissait. Je me rappelai notre premier baiser, lors d’une partie de cache-cache au bord de la rivière, derrière leur maison. Il avait trituré le crochet de mon soutien-gorge et glissé sa langue dans ma bouche pendant qu’une nuée de moustiques me bourdonnait aux oreilles. J’avais gâché cinq pages de mon journal intime à relater l’événement dans les moindres détails.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] La fugitive

    La fugitive.jpg

    Résumé : Nome, 1900 : la plus importante ruée vers l'or de l'histoire. Près de cent mille hommes et femmes de tous les continents, enfiévrés par l'espoir de faire fortune, convergent vers les étendues glacées de l'Alaska. Dans leur quête effrénée du métal jaune, les prospecteurs, les aventuriers, les commerçants et les pionniers n'obéissent qu'à une seule loi : celle du plus fort. Laissant derrière elle les prairies du Minnesota, sa maison et son mariage malheureux, la jeune Esther tente de survivre dans cet environnement cruel. Pleine de ressources, elle s'acclimate rapidement à sa nouvelle existence et gagne sa vie en distribuant le courrier des mineurs. Mais quand son époux traverse l'océan pour la traquer, elle se retrouve confrontée au secret terrible qu'elle fuyait de toutes ses forces.


    Auteur : Peter C. Brown

     

    Edition : Michel Lafon

     

    Genre : Romance historique

     

    Date de parution : 2007

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Toute la première partie, pendant laquelle on ne sait pas grand-chose du passé d’Esther et où les personnages principaux sont sur le bateau qui les conduit à Nome en Alaska, est très lente. Je l’ai trouvé sans beaucoup d’intérêt. Disons qu’une fois que les personnages étaient présentés, le reste de la traversée m’a paru être du remplissage et je me suis ennuyée. J’ai même failli abandonner le livre, mais j’ai décidé de m’accrocher et j’ai bien fait car dès la seconde partie, dans laquelle on raconte le passé d’Esther j’ai repris goût à l’histoire.
    Leonard, le mari d’Esther, est vraiment un type perturbé. Il ne sait vivre que de magouilles, d’arnaques. Il n’est pas intéressé par la vie d’agriculteur car c’est un travail sans cesse renouvelé et que lui, il veut de l’argent de manière rapide sans avoir à le réinvestir aussitôt. Alors qu’Esther et sa famille sont pieux et trouve leur bonheur dans le travail de la terre et une vie simple et laborieuse, lui veut vivre sans attaches et surtout sans responsabilités.
    Ses manigances pour se faire bien voir d’Esther me l’ont vraiment rendu antipathique.
    J’ai trouvé que le résumé du livre ne rendait pas justice au livre car il laisse présumer des faits, des secrets, qui n’existent pas dans le récit.
    Au début du livre et pendant la quasi-totalité de l’histoire, j’ai beaucoup aimé Esther que je trouvais courageuse, forte, indépendante, malgré les épreuves qu’elle a traversées. Mais son attitude dans la dernière partie du roman a fait retomber toute l’admiration que j’avais pour elle. Je n’ai pas compris son attitude. Je n’arrivais pas à savoir si elle voulait se poser en martyre ou si elle était finalement faible et sans constance.
    Nolan est un homme bien, mais il a pas mal d’idées reçues. C’est aussi le genre d’homme qui pense qu’il suffit de vouloir pour obtenir ce que l’on souhaite. Nul doute que son séjour à Nome va le faire grandir et murir. Mais il a bon fond et malgré certaines petites erreurs, on voit que c’est un homme fiable.
    Dans l’ensemble l’histoire était sympathique, même si je m’attendais à autre chose étant donné les sous-entendus du résumé.

     

    Un extrait : La cabine intérieure sans hublot qu’Esther partageait avec Léna Watson en deuxième classe, dans les profondeurs du bâtiment, était éclairée par une méchante ampoule nue qui n’arrêtait pas de clignoter. L’espace entre leurs couchettes superposées et le mur leur laissait à peine la place de se tenir debout toutes les deux en même temps. Une épaisse couche de crasse duvetait toutes les surfaces. Dans un coin, un caleçon sale gisait roulé en boule. La toile à matelas était maculée de tâches et les couvertures en laine puaient la transpiration.

    - Du moment qu’il n’y a pas de rat, fit observer Léna, philosophe, avant de ranger ses affaires sur l’étagère au pied de la couchette supérieure.

    Esther, moins conciliante ou moins résignée, se campa sur le seuil de leur cabine, le regard perdu dans le flot humain qui s’écoulait dans le couloir et réfléchit au moyen d’améliorer leur confort, tout ayant conscience que ses chances de réussite étaient fort minces. Lorsque surgirent deux officiers de l’équipage, elle les interpela aussitôt :

    - Nous avons besoin de draps ! Il n’y en a pas dans notre cabine !

    Les deux officiers ne firent même pas mine de ralentir, mais l’un d’eux tourna la tête vers elle et lui lança d’un ton impertinent :

    - Si c’est une question de literie, vous devriez plutôt sonner le steward, madame.

    Son compagnon ricana, et les deux hommes disparurent au tournant du corridor avec les autres.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg