Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fantasy/Science-Fiction

  • [Livre] Les sœurs Carmine – T02 – Belle de gris

    les soeurs carmine T02.jpg

    Résumé : Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons.
    En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.


    Auteur : Ariel Holzl

     

    Edition : Mnèmos

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 16 Novembre 2017

     

    Prix moyen :

     

    Mon avis : La fin du tome 1 nous laissait dans une angoisse insupportable (j’exagère un peu, mais à peine). Je ne vais pas spoiler la fin, histoire de ne pas gâcher la surprise à ceux qui ne l’on pas encore lu, mais disons que c’était un retournement de situation qui m’était un poil resté en travers du gosier.
    On s’attend donc, naturellement, à ce que le tome 2 s’empresse de nous raconter ce qu’il s’est passé après le point final du tome précédent.
    Et bien non !
    Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que si le tome 1 était raconté par Merryvère, ce tome 2 l’est par son ainée, Tristabelle, et que la demoiselle n’est pas du tout disposée à perdre son temps à raconter quelque chose qui ne la concerne pas directement et même pire, qui concerne sa sœur (bon rassurez-vous, on va quand même savoir le fin mot de l’histoire, mais Tristabelle ne va guère prendre de gants et va nous balancer la sauce de manière assez succincte).
    Si Merryvère était une poissarde à la moralité presque correcte, Tristabelle, elle, est une vraie sociopathe, qui passe la moitié de son temps à se disputer avec les voix présentes dans sa tête. Elle est tellement insupportable, hautaine, arrogante et insensible qu’elle en devient drôle.
    Toujours soucieuse d’occuper le rang qu’elle estime devoir être le sien, Tristabelle brigue le poste de dame de compagnie de la Reine de Grisaille.
    Qu’elle n’ait pas d’invitation au bal, pas d’argent pour une robe et qu’elle soit qu’une roturière alors que toutes les candidates viennent des familles nobles de Grisaille importe peu. Tristabelle n’a pas l’intention de s’encombrer de détails, ni d’obstacles d’ailleurs et, franchement, est-ce bien sa faute si lesdits obstacles tombent comme des mouches autour d’elle ?
    3 histoires, tournant autour de Tristabelle, se développent et s’entremêlent. Dans ce tome, on en apprend un peu plus sur les pères des sœurs, surtout sur celui de Tristabelle.
    Quelques chapitres sont consacrés à Merryvère, ce qui nous permet de continuer à la suivre.
    J’ai un peu regretté de ne plus avoir de pages du journal de Dolorine à lire. La fillette m’a un peu manquée. Heureusement, elle sera la narratrice du 3ème tome que j’ai vraiment hâte de lire pour retrouver ces héroïnes tout sauf convenables et conventionnelles.

     

    Un extrait : L’hiver avait transformé Grisaille en sablier glacial : les monceaux de neige qui encrassaient la Haute-Ville finissaient invariablement par crouler jusqu’à la Basse-Ville sous leur propre poids. Percés par la moindre brise, ils s’écoulaient des toits en trainées souffreteuses, fardant les hauts-de-forme des messieurs, poudrant les doublets sombres des dames qui n’avaient pas eu les moyens d’adapter leur garde-robe au changement de saison. Tristabelle Carmine se gaussait de leur déconfort, drapée d’un sourire mesquin et d’une toute nouvelle pèlerine.

    « Mesquin » ? Vraiment ?

    Le sourire s’adressait également à une ou deux privilégiées – riches en lys mais pauvres en sens pratique – parées d’atours trop clairs et trop laiteux. La neige les salissait de filaments grisâtres en s’évaporant. Inhabituel pour de la neige, certes, mais les nuages débordaient de cendres à Grisaille. Pas celles – trop denses – recrachées par les haut-fourneaux Forge-Rage ; des cendre plus fines, portées aux cieux par les cheminées des crématoriums. Les particules de glace leur offraient une nouvelle vie, plus élémentaire, presque volcanique. L’occasion de se rappeler aux pauvres diables en contrebas et de ruiner la toilette de quelques prétentieuses…

    Aux yeux de Tristabelle, ce n’était que justice : ces cocottes avaient failli à leur « devoir d’avant-garde », une notion issue tout droit de l’esprit détraqué de la jeune fille.

    « Détraqué » ? Et puis quoi encore…

    En substance, ce devoir d’avant-garde signifiait que lorsque l’on appartenait au grand monde, il fallait le prouver en toute occasion. Sinon comment le bon goût et la haute-pensée rejailliraient-ils sur les masses ignorantes, surtout dans le domaine vestimentaire ? Une promenade dans la Basse-Ville offensait déjà suffisamment de sens – l’odorat, l’ouïe, le bon sens – pour ne pas y ajouter la vue. Alors oser le blanc ivoirin pour braver les neiges de la Haute-Ville, quand une nuance de gris perle était tellement plus appropriée… Impardonnable.

    Tristabelle aurait volontiers condamné un tel impair par une petite dizaine d’années aux mines de sel, histoire de faire retenir la leçon aux contrevenantes.

    La jeune fille pressa le pas, ses talons hauts mitraillant la ruelle silencieuse malgré la pellicule de neige qui vernissait les pavés. Elle marchait comme elle respirait, parlait, vivait : avec l’arrogance d’un prédateur sur son territoire de chasse, la cruauté du félin au royaume des souris, le mépris du serpent pou… 

    Un « serpent » maintenant ?!

    Bon, ça suffit ! Vous croyez que je n’entends pas vos persiflages ?

    Vous êtes peut-être une voix dans MA tête, mais cela ne vous donne pas le droit de m’insulter ! Ni de raconter n’importe quoi à mon sujet ! Qui vous a appris les bonnes manières ?!

    Je reprends les choses en main. Libre à vous d’aller espionner la vie d’une autre si cela ne vous sied pas…

    Ah, voilà qui est mieux !

    Vous êtes toujours là ? É-vi-dem-ment. Comme si vous aviez plus intéressant à faire…

     

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Les sœurs Carmine – T01 – le complot des corbeaux

    les soeurs carmine T01.jpg

    Résumé : Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
    Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…


    Auteur : Ariel Holzl

     

    Edition : Mnémos

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 16 Mars 2017

     

    Prix moyen :

     

    Mon avis : L’univers que nous offre Ariel Holzl est sombre mais non dépourvu d’un certain humour. Dans ce monde, une monarchie du XIXème siècle baignant dans une brume permanente (d’où son nom de Grisaille). On y croise voleurs, assassins, vampires, zombies et autres joyeusetés à tous les coins de rue. 8 grandes familles, constituant la noblesse, toutes pourvues de pouvoirs spécifiques, luttent plus ou moins ouvertement pour le trône, lequel, s’il est supposé se transmettre héréditairement, est souvent vacant suite à des « accidents » opportuns. Le reste de la ville, s’il est constitué de roturiers peu préoccupés par les guerres de pouvoirs, ne s’entretue pas moins allégrement à la moindre occasion.
    Les sœurs Carmine, roturières sans pères, sont au nombre de trois. Leur mère étant une courtisane de haut vol, disparue depuis quelque temps, on se doute que leurs pères ne sont probablement pas bouchers ou croque-mort mais on n’en sait pas plus.
    L’aînée, Tristabelle, est égocentrique et narcissique et toujours préoccupée de son apparence même dans le pire des dangers. Elle possède le don certain de provoquer chez autrui d’irrépressibles envie de meurtre à son endroit.
    Merryvère, la cadette, et la narratrice de ce premier tome, est sans doute celle qui a le plus les pieds sur terre (sans jeu de mot avec son métier de monte en l’air). Elle vole pour faire vivre sa famille et pour tenter de payer leurs dettes tandis que Tristabelle semble croire que l’argent finira bien par tomber du ciel. Contrairement à la majorité des habitants de Grisaille, Merryvère n’aime pas tuer et essaie d’éviter au maximum que ce genre d’évènement désagréable ne se produise. Malheureusement pour elle, elle est le pire monte en l’air au monde, doté d’une poisse incroyable qui la suit partout et qui provoque diverse catastrophes. Merryvère se fourre sans cesse dans des pétrins inextricables.
    La plus jeune des sœurs Carmine, Dolorine, n’a que 8 ans. Elle traine partout avec elle une poupée appelée Nyx qui passe son temps à lui conseiller de tuer des gens. Capables de voir les fantômes, elle apprend toujours plein de choses en discutant avec eux, mais ça façon bien à elle de relayer les informations fait que ses sœurs ne comprenne toujours que trop tard ses avertissements.
    Malgré leur morale quelque peu vacillante, on s’attache très vite aux trois sœurs, que ce soit Merryvère que l’on suit tout au long du livre, Tristabelle qu’on découvre au travers des yeux de sa sœur qu’elle exaspère, ou Dolorine qu’on ne découvre quasiment qu’à travers les pages de son journal intime.
    La fin du livre nous laisse sur un sacré cliffhanger et je suis bien contente d’avoir déjà les tomes 2 et 3 dans ma bibliothèque et de ne pas être obligée d’attendre des mois pour découvrir la suite !
    Du côté de l’écriture, rien à redire. Le style est une vrai drogue, tout comme l’univers qui est décrit de manière à nous donner l’impression d’y être plongé.
    Ma scène préféré reste celle où une bataille est raconté minute par minute et que soudain, une information totalement inutile est donnée, cassant complètement le rythme et me provoquant un fou rire dont j’ai eu du mal à me remettre tant ce passage était absurde.
    Il va sans dire que je ne vais pas tarder à me jeter sur le tome 2 !

     

    Un extrait : À Grisaille, de la brume, il y en avait partout : parmi les ruelles scabreuses, à travers les allées malsaines, au fin fond des impasses, au pied des gargouilles, devant les vitraux des cathédrales, sous les lampes à gaz, entre les pavés toujours humides de pluie ou de sang…

    Partout !

    La cité en devenait plus sinistre qu’une morgue. Pour ne rien arranger, l’engouement de la Reine pour l’Arbor tragicus – un spécimen affreusement mélancolique de saule pleureur – ajoutait à la morosité générale. Pas étonnant alors que le taux de suicide dans les jardins publics ait fini par pulvériser tous les records, à tel point que les employés royaux ne décrochaient même plus les pendus des arbres. Ils se contentaient de vêtir les cadavres de couleurs vives et d’y épingler des guirlandes de lampions, pour leur donner un petit côté festif pendant les pique-niques ou les garden-parties.

    Presque aussi paresseuse, la brume somnolait ce matin entre le marbre des stèles. Elle ne faisait malheureusement pas briller le cimetière par son originalité.

    Mais il fallait l’excuser, la brume… Deux cent quarante-trois cimetières pour une seule ville, difficile de toujours se renouveler.

    L’aube pesante ne l’aidait guère. L’automne avait dénudé les saules, dégarni les cyprès, recouvert de corbeaux la moindre grille, la moindre branche tortueuse.

    On venait heureusement d’échapper au cliché des croassements de mauvais augure ; le TCHAC ! abrupt de la lame avait tué le récital dans l’œuf. Ou presque.

    La main qui avait lancé le poignard se prolongeait par une manche de dentelle blanche, puis une robe trop ample où flottait une jeune fille qui détestait les oiseaux. Elle leur vouait une haine strictement professionnelle cependant, qui n’était ni du sadisme ni de la cruauté. Comparée aux autres habitants, une telle déviance méritait d’être soulignée.

    Sa présence ici, en revanche, n’avait rien de remarquable : selon les naturalistes de Grisaille, les jeunes filles en robes blanches arrivaient en troisième position des espèces les plus communes dans les cimetières, juste après les corbeaux et les asticots. En voici d’ailleurs une autre, assise sur une pierre tombale, non loin de la première. Sa robe blanche tombait mieux sur elle, tout comme ses boucles auburn qui tombaient mieux jusqu’à ses épaules que les mèches courtes et blondes de la lanceuse de couteaux. Mais impossible de s’y méprendre, elles faisaient partie de la même espèce et, plus particulièrement, de la même fratrie.

     

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] La passe-miroir – T02 – Les disparus du Clairdelune

    La Passe-miroir T02 560p.jpg

     

    Résumé : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.


    Auteur : Christelle Dabos

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 29 Octobre 2015

     

    Prix moyen : 9€

     

    Mon avis : J’ai laissé passe un mois entre ma lecture du 1er tome et celui-ci. Il faut dire que l’auteur ne cache pas que le tome 4 va se faire attendre. Alors autant prendre son temps. Le hic c’est qu’on risque d’oublier des choses entre deux lectures. Et bien, l’auteur y a pensé et, au début du tome 2, elle nous offre un rappel des points clefs du tome 1 et c’est vraiment appréciable.
    Dans ce tome, Ophélie se rebiffe et j’ai adoré voir ça. Elle en  marre qu’on la traite en fillette fragile et docile et elle commence à prendre de l’assurance. Elle prend les devants à plusieurs reprises, hausse le ton, exige des choses, bref, elle cesse d’être la petite animiste effacée que Thorn a rencontré.
    Ses interactions  avec Farouk, l’esprit de famille instable du Pôle la montre déterminée, à défaut d’être toujours sûre d’elle.
    Thorn, lui, est toujours froid et renfermé. J’ai été déçue qu’il ne se dévoile pas un peu plus et le peu qu’il dévoile arrive très tard dans le livre.
    Thorn m’a énervée a tout garder pour lui, à refuser de partager ses pensées avec Ophélie, à la repousser constamment sans aucun égard pour elle. J’aurais aimé qu’Ophélie ait des griffes de dragons comme Bérenilde pour qu’elle lui fasse une belle entaille ! Ca lui aurait appris à ce malotru !

    Malgré une présence moins importante que dans le premier tome, j’ai trouvé qu’on en apprenait finalement bien plus sur Archibald que sur Thorn. Surtout lors de la scène où l’on découvre la chambre de l’ambassadeur, qui est très révélatrice et ne laisse pas indifférent.
    La famille d’Ophélie a beau être aimante, elle est insupportable. Incapable d’appréhender une autre façon de vivre que la leur, ils passent leur temps à agir d’une manière qui m’aurait fait mourir de honte à la place d’Ophélie. Sa mère a aussi une façon de croire qu’elle peut continuer à diriger la vie de fille comme si Ophélie était encore une petite fille qui fait que, à sa place, je les aurais réexpédié sur Anima à peine ils auraient foutu les pieds au Pôle ! Retour à l’expéditeur les casse-couilles ! Mais il fat admettre qu’ils pensent souvent bien faire, même s’ils n’ont pas plus de jugeote qu’une bande de furet !
    A travers les « bribes », ces éclats de souvenirs de Farouk, on en apprend plus sur le comment de l’existence des arches et, à la fin du livre, Thorn se pose une question à laquelle je n’avais pas pensé et qui risque de bien compliquer toute cette histoire (en même temps, c’est tellement logique cette question que je me demande comment j’ai pu ne pas y penser avant).
    Dans ce tome, Ophélie attire bien malgré elle l’attention de Farouk et c’est un cadeau empoisonné qui peut apporter protection comme danger, honneur comme jalousies.
    Petit bémol : j’ai été un peu déçue par la sortie de scène du Chevalier. Je m’attendais à plus de panache pour un tel personnage. Cela dit, il reste deux tomes, il n’est pas impossible que ce sale môme n’ait pas dit son dernier mot.
    La fin est pleine de rebondissements entre l’identité du ou des responsables des disparitions, de la révélation des rôles de certains… Le plus gros rebondissement concernant, bien évidement Thorn et Ophélie.
    Je n’ai maintenant qu’une hâte : lire le prochain tome. Mais vu qu’on n’a pas toujours pas de date de sortie pour le tome 4, je vais tenter de patienter le plus longtemps possible.

     

    Un extrait : Ophélie s’avança jusqu’à l’estrade en sentant sur elle des regards si brûlants de curiosité qu’elle se demanda si elle n’allait pas finir par prendre feu. Elle ignora de son mieux le clin d’œil polisson que lui adressa Archibald depuis sa table de jeu et gravit les marches blanches de l’estrade en se concentrant sur une seule pensée : « Mon avenir va dépendre de ce qui se jouera ici et maintenant. »

    Peut-être fut-ce à cause de la nervosité que lui inspirait Thorn, de la voilette en dentelle qui l’empêchait de voir correctement, de l’écharpe enroulée à son pied ou de sa maladresse pathologique, le fait est qu’Ophélie heurta la dernière marche de l’escalier. Elle se serait étalée de tout son long si Thorn ne l’avait rattrapée au vol en lui empoignant le bras et en la rétablissant de force sur ses jambes. Ce raté n’échappa cependant à personne : ni à Berenilde dont le sourire s’était figé, ni à la tante Roseline qui avait enfoui son visage dans ses mains, ni à la côte fêlée d’Ophélie qui pulsait rageusement contre son flanc.

    Il y eut des rires à travers tout le jardin de l’Oie, mais ils furent vite réprimés quand on s’aperçut que Farouk, lui, n’avait pas l’air de trouver la situation amusante du tout. Il n’avait pas bougé d’un cheveu depuis la fin de la partie, le coude toujours sur la table, l’air profondément ennuyé, ses favorites en diamants collées à son corps comme si elles en étaient le prolongement naturel.

    Ophélie elle-même avait oublié Thorn dès l’instant où l’esprit de famille avait posé sur elle son regard indéchiffrable, aux iris d’un bleu pâle, presque blanc. En fait, tout était blanc chez Farouk – ses longs cheveux lisses, sa peau éternellement jeune, ses habits impériaux – mais Ophélie, pour sa part, ne remarqua que ses yeux. Les esprits de famille étaient impressionnants par nature. Chaque arche, à une exception près, possédait le sien. Puissants et immortels, ils étaient les racines du grand arbre généalogique universel, les parents communs à toutes les grandes lignées. Les rares fois où Ophélie avait rencontré sa propre ancêtre sur Anima, Artémis, elle s’était sentie minuscule. Ce n’était pourtant rien en comparaison de ce que lui inspirait Farouk à cet instant. Ophélie était séparée de lui par la distance protocolaire, et même ainsi, sa puissance psychique l’écrasait tandis qu’il l’observait avec une fixité de statue, sans un battement de paupières, sans un état d’âme.

    – Qui est-ce ? demanda Farouk.

    Ophélie ne pouvait pas lui reprocher de ne pas se souvenir d’elle. La seule fois où ils s’étaient croisés, c’était de loin, elle était travestie en valet et ils n’avaient pas échangé un seul regard. Elle fut déconcertée quand elle s’aperçut que la question incluait également Thorn et Berenilde, sur lesquels Farouk avait reporté ses yeux inexpressifs. Ophélie savait que les esprits de famille possédaient une très mauvaise mémoire, mais tout de même ! Thorn était le surintendant de la Citacielle et de toutes les provinces du Pôle ; en tant que tel, il avait la responsabilité des finances et d’une bonne partie de l’administration judiciaire. Quant à Berenilde, elle était enceinte de Farouk et, la veille encore, ils avaient passé la nuit ensemble.

     

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] Miss Peregrine et les enfants particuliers – T03 – La bibliothèque des âmes

    Miss Peregrine T03.jpg

    Résumé : Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.

    Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...


    Auteur : Ransom Riggs

     

    Edition : Bayard

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 11 Mai 2016

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : Ce troisième et dernier tome, comme je l’avais prédit à la fin du tome 2, est explosif.
    Tous les enfants particuliers ont été capturés à l’exception de Jacob et Emma et du chien particulier Addison.
    Le tome 2 nous laissait en présence d’un creux prêt à attaquer et stoppé net dans son élan par un Jacob qui n’en croyait pas ses yeux.
    Ce don, qui se déclenche de manière un peu aléatoire, en général quand Jacob a une grosse trouille, ce qui n’est pas franchement difficile en présence de creux, va se développer. Grâce à ce don, Jacob va se sentir plus à sa place dans le monde des particuliers, mais il garde quand même un recul que n’a pas Emma. A plusieurs reprise, la jeune fille veut foncer tête baissée ou refuse de croire ce qu’il y a pourtant sous ses yeux et Jacob va devoir la raisonner.
    Le jeune homme va prendre de l’assurance mais il se pose aussi beaucoup de questions sur son rôle au sein du monde des particuliers, de sa relation avec Emma et de son avenir qui semble ne pas pouvoir concilier les particuliers et sa famille. Il est déchiré entre les deux mondes, refusant de perdre ses parents ou ses amis (surtout Emma).
    J’ai quand même trouvé Emma particulièrement agaçante dans ce tome. Elle reste butée sur des choses qu’elle croyait vraie et elle refuse d’ouvrir les yeux, comme par exemple d’accepter que tous les particuliers ne sont pas forcément sympathiques et dignes de confiance. Je comprends parfaitement que certaines choses se déroulant dans l’Arpent du diable sont difficile à avaler, mais bon, quand sa vie est en jeu, on doit être capable de comprendre les choses vites et d’accepter la réalité.
    J’ai beaucoup aimé Sharon, le guide des enfants dans l’Arpent. Il est le parfait exemple de la dualité que l’on découvre dans ce monde au sujet des particuliers. Il est à la fois loyal et opportuniste, serviable et intéressé… il est difficile à cerner et pendant la majorité de ma lecture je ne savais pas si les particuliers pouvaient réellement compter sur lui.
    J’ai beaucoup aimé en savoir un peu plus sur les frères de miss Peregrine et sur les circonstances de la création des sépulcreux. Clairement, Caul est un fou dangereux, mais ça, on en avait eu un aperçu dans le tome précédent. Son autre frère est plus ambigu, plus difficile à cerner. Je pense que même lui ne se cerne pas lui-même.
    J’ai trouvé que les Ombrunes n’apprenaient pas de leurs erreurs. Quand on sait que la « rébellion » qui a conduit à la création des sépulcreux a eu lieu notamment parce que certains particuliers ne supportaient plus d’être soumis aux Ombrunes, on se demande quand est-ce qu’elles vont remettre leur façon de faire en question, car elles semblent bien décidées à continuer à refuser d’associer les particuliers à leurs décisions. A sans cesse les traiter en inférieurs, elles ne peuvent pas se plaindre de les voir de rebiffer.
    Les parents de Jacob ne sont vus que brièvement, mais ils n’ont pas changés, ils sont toujours obtus et étroit d’esprit, même quand les choses sont sous leur nez.
    J’ai vraiment adoré découvrir une autre facette du monde des particuliers, moins idyllique, où les « méchants » ne sont pas que les Estres et les sépulcreux et où certains particuliers peuvent mal tourner au point qu’il existe des boucles punitives. Cela casse le côté tout noir ou tout blanc des deux premiers tomes.
    Dans ce tome on a la réponse à quasiment toutes les questions que l’on a pu se poser dans les deux premiers opus (en tout cas ça a répondu à toutes les miennes). L’écriture est toujours aussi fluide et agréable et la tension est bien présente jusqu’au bout de l’histoire.
    J’ai tendance à être déçue à la fin des trilogies qui présentent des fins trop faciles ou bâclées. Ici, ce n’est pas le cas et j’ai été ravie de la fin !

    Un extrait : Le monstre était là, devant nous. Si proche qu’il lui aurait suffi de déployer une de ses langues pour nous toucher. Ses yeux étaient fixés sur nos gorges, et des idées de meurtre tournoyaient dans son cerveau rabougri. Son instinct lui commandait de nous dévorer : les âmes des particuliers sont des mets de choix pour les Sépulcreux, et nous étions disposés devant lui comme un étalage de petits fours au buffet d’une réception.

    Autour de nous, la station de métro avait des allures de night-club après un bombardement. Des conduites éventrées laissaient échapper en hurlant des rideaux de vapeur fantomatique. Des écrans pendaient du plafond, suspendus à leurs câbles, telles des volailles au cou brisé. Une nappe scintillante de tessons de verre s’étalait jusqu’aux voies, clignotant dans la lueur rouge des lampes de secours comme une immense boule à facettes.

    Addison se tenait courageusement devant moi, la queue dressée. Emma, encore sonnée par la déflagration, s’accrochait à ma taille, incapable de produire ne serait-ce qu’une flamme d’allumette. Adossés à la carcasse de la cabine téléphonique, coincés entre un mur et un océan de verre, nous étions dans une situation délicate, à quelques pas seulement d’une créature de cauchemar qui rêvait de nous mettre en pièces.

    Pourtant, le monstre ne semblait pas pressé de couvrir cette distance. Il avait pris racine, et oscillait sur ses talons comme un ivrogne ou un somnambule. Ses langues pendaient sagement devant sa tête dégoulinante de bave noire, semblables à un nid de serpents endormis par un sortilège.

    C’était moi qui l’avais mis dans cet état. Moi, Jacob Portman, un garçon ordinaire, venu de Nulle-Part, en Floride. Le Sépulcreux ne nous avait pas encore dévorés parce que je le lui avais interdit. Je lui avais commandé de retirer la langue qu’il avait enroulée autour de mon cou, avant de lui ordonner « Recule ! », dans un langage fait de sons étranges, que je n’aurais jamais cru pouvoir prononcer. « Debout », avais-je ajouté, et il s’était redressé comme par enchantement. Ses yeux me défiaient, mais son corps m’obéissait. Sans savoir comment, j’avais dompté le cauchemar ; je l’avais ensorcelé.

    Hélas, les créatures endormies finissent toujours par se réveiller, et les sortilèges se dissipent – surtout ceux qu’on a lancés par accident. Sous son apparence placide, je sentais le Creux bouillir.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Les dames blanches

    Les dames blanches.jpg

    Résumé : Une étrange bulle blanche d’une cinquantaine de mètres de diamètre est découverte un jour dans une bourgade de l’ouest de la France. Elle attire et capture Léo, trois ans, le fils d’Élodie. D’autres bulles apparaissent, grossissent, et l’humanité échoue à les détruire. Leur activité magnétique de plus en plus importante perturbe les réseaux électriques et numériques, entraînant une régression technologique sans précédent. Seule l’ « absorption » de jeunes enfants semble ralentir leur expansion…La peur de disparaître poussera-t-elle l’humanité à promulguer la loi d’Isaac ? Mais peut-on élever un enfant en sachant qu’il vous sera arraché à ses trois ans ? Camille, qui a elle-même perdu un fils, et son ami Basile, d’origine malienne – ufologue de son état – vont essayer de percer le mystère des dames blanches afin d’éviter le retour à la barbarie.


    Auteur : Pierre Bordage

     

    Edition : L’Atalante

     

    Genre : Science-Fiction

     

    Date de parution : 21 Mai 2015

     

    Prix moyen : 21€

     

    Mon avis : Ce livre ne fait pas de cadeau à l’humanité. De grosses bulles blanches, indestructibles, apparaissent un peu partout dans le monde. Quelques enfants sont absorbés à l’intérieur des bulles et il n’en faut pas plus à l’ensemble des gouvernements pour décréter qu’il s’agit là d’entités intelligentes et hostiles à l’homme.
    Pour autant, bien que grossissant régulièrement, les bulles ne montrent aucune agressivité et ne semblent ne rien faire d’autre que d’absorber les enfants de moins de 4 ans qui s’approchent un peu trop d’elles.
    Devant l’impossibilité de détruire les « intruses », devant le nombre grandissant d’enfants « capturés » par les bulles, les gouvernements, sur l’impulsion de l’ONU, décident de les combattre en se servant d’enfants de moins de 4 ans.
    C’est d’une logique : les bulles capturent des enfants, donc on leur en donne encore plus…normal.
    Au début, personne ou presque ne s’émeut vraiment de ces pratiques car les enfants sacrifiés sont des orphelins, mais, très vite, il n’y a plus d’orphelin dans la bonne tranche d’âge et l’ONU va voter la loi Isaac, recommandant aux pays membres de mettre en place des sanctions très sévères contre ceux qui refusent de s’y plier (clairement, ils incitent les pays à mettre en place la peine de mort).
    Qu’est-ce que la loi Isaac, me direz-vous ? C’est tout simplement le sacrifice organisé des enfants en obligeant chaque couple à donner un « Isaac » soit un enfant pour qu’il soit sacrifié. Vous vous doutez bien que cette loi ne va pas passer toute seule ! La population va être divisée entre ceux qui n’ont pas d’enfants et qui ne voient aucun problème à ce que des enfants soient sacrifiés, ceux qui ont des enfants et qui considèrent de « fabriquer un enfant sacrificiel » est un devoir, ceux qui sont haut placés et échappent à cette loi mais qui sont intransigeant sur son application (aux autres, bien sûr) et enfin ceux qui ont bien l’intention de se battre bec et ongles contre cette loi absolument inhumaine.
    Ce qui fait le plus peur dans ce livre et que je suis intimement persuadée que les choses se passeraient exactement comme cela. Du début à la fin !
    J’ai vraiment aimé ce livre mais il m’a manqué un petit quelque chose pour qu’il passe de « bonne lecture » à « j’ai beaucoup aimé ».
    Ce petit quelque chose, ce sont les personnages. Le livre se déroule sur quasiment le temps d’une vie humaine et pour cela, présente de nombreuses ellipses narratives. Il se passe parfois de nombreuses années entre deux chapitres et, personnellement, ça m’a empêchée de m’attacher aux personnages.
    Or, pour avoir un coup de cœur, j’ai besoin de m’attacher aux personnages (pas forcément de les aimer, cela dit).

     

    Un extrait : Le capitaine de gendarmerie observait la sphère blanche avec le même air réprobateur qu’il aurait considéré un homme ivre au volant : la chose était une anomalie dans l’ordre et l’harmonie censés régner dans ce paysage bucolique des Deux-Sèvres. Le petit peloton de trois hommes et une femme s’était déployé à une dizaine de mètres de ce qu’ils surnommaient avec emphase le phénomène.

    « Vous affirmez que cette… boule a avalé votre fils ? »

    La moue perplexe du capitaine exaspéra Élodie.

    « Vous avez vu comment ça s’est passé ? » insista l’officier.

    Le mouvement de tête de la jeune femme décrocha les larmes perlant à ses cils. Le pull irlandais qu’elle avait passé par-dessus son tee-shirt et son pantalon ne suffisait pas à la réchauffer.

    « Je suis tombée au moment où il a disparu. Mais, avant, j’ai pu voir cette bulle avaler des buissons et des rochers.

    — Pourquoi ne vous a-t-elle pas avalée en ce cas ? »

    Elle se fendit d’un long soupir ; elle était tombée sur l’officier de gendarmerie le plus borné de la région.

    « Comment voulez-vous que je le sache ? Qu’est-ce que vous attendez pour délivrer Léo ? »

    Le capitaine secoua la tête.

    « C’est que… on ne sait pas trop ce qu’elle renferme. Il s’agit peut-être d’une arme d’un genre nouveau. Possible qu’elle contienne un gaz toxique, ou une autre saloperie. Il nous faut prendre des précautions. Je dois en référer au préfet.

    — Nous perdons du temps, hurla Élodie. Mon fils est là-dedans, chaque seconde compte.

    — Elle n’a pas tort, intervint la femme gendarme.

    — On ne vous a pas demandé votre avis, Kagalri, rétorqua le capitaine. C’est encore moi qui prends les décisions. »

    Il tira son téléphone portable de la poche de sa veste et s’éloigna d’un pas saccadé. La femme gendarme, une brune au teint mat et aux yeux couleur d’ambre, s’approcha d’Élodie.

    « Désolée : mon chef est un trouillard, il ne prend aucune initiative sans être couvert par la hiérarchie. »

    Élodie hocha la tête. Les larmes, de nouveau, sillonnèrent ses joues.

    « J’ai frappé cette bulle avec un objet pointu, murmura-t-elle. Impossible de la percer. »

    La femme gendarme contempla la sphère pendant quelques secondes en se mordant la lèvre inférieure, la main droite enroulée autour de la crosse de son pistolet en partie dégainé.

    « Il y a forcément un moyen de déchirer cette espèce de champignon géant. »

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] La passe-miroir – T01 – Les fiancés de l’hiver

    la passe-miroir T01 les fiancés de l'hiver.jpg

    Résumé : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.


    Auteur : Christelle Dabos

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 06 juin 2013

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : Ca fait un certain temps, pour ne pas dire un temps certain que je vois parler de ce livre. Au vu de l’enthousiasme de certaines booktubeuses/blogueuses en qui j’ai toute confiance par expérience (de nombreuses lectures choisies après avoir vu ou lu leur avis ont été des coups de cœur ou pas loin) j’avais très envie de découvrir cette histoire.
    Mais deux points me retenaient :
    - Le premier et sans doute le plus important : quand j’ai commencé à m’intéresser à la saga, le tome 3 n’était pas sorti et, Christelle Dabos n’étant pas auteur de métier, elle avouait elle-même sans honte qu’elle mettrait un moment avant de finir le tome 3 et un très long moment avant de nous offrir le tome 4.
    Ce n’est pas que je sois spécialement impatiente (pour les enfants de la terre j’ai attendu plus de 10 ans entre certains tomes…) mais j’avais peur de ne pas avoir de suite du tout (et ça c’est nettement plus frustrant). Une fois le tome 3 publié, je me suis dit que quand même si elle était allé jusque-là, et surtout si Gallimard l’avait suivi jusque là, il n’y avait pas de raison qu’elle ne continue pas.
    - Le second point était que beaucoup de personnes ayant adoré la saga disaient que le premier tome était difficile à lire, qu’il y avait trop de descriptions, que c’était un tome d’introduction. On le présentait presque comme un mal nécessaire qui ne commençait à être vraiment intéressant que 200 pages avant la fin. Et je n’étais tout simplement pas dans le bon état d’esprit pour lire quelque chose qu’il fallait lire pour comprendre la suite mais qui était lui-même sans grand intérêt.
    Tout étant enfin réuni : la parution  tome 3 et l’état d’esprit, je me suis lancée.
    Et j’ai été conquise dès la 4ème page !
    Toutes ces descriptions qui ont fait grincer tant de dents sont pour moi un des atouts majeurs de ce tome, et à mon sens n’ont pas été étrangère au résultat du concours jeunesse qui a permis sa publication.
    Bien loi, à mon sens, d’être un mal nécessaire, à travers ces descriptions, Christelle Dabos nous brosse le tableau d’un univers d’une richesse incroyable. A chaque ligne, j’avais vraiment l’impression d’y être.
    Ca va être difficile de parler des personnages sans dévoiler l’intrigue, donc je vais être succincte 
    J’ai adoré Ophélie. Elle a l’air calme, résignée et sans volonté, mais ce n’est qu’une apparence. La scène avec la balle de plomb quand elle est encore dans son musée suffit à démontrer qu’elle n’aime pas qu’on lui marche sur les pieds et qu’elle sait se défendre ! Elle est seulement de ces gens qui savent choisir leur batailles, qui préfèrent réfléchir avant d’agir et argumenter plutôt que trépigner.
    Sa tante Rosaline, qui parait froide et sèche au premier abord, se révèle une alliée indéfectible bien que sans réel pouvoir sur l’arche où a été envoyée la jeune fille pour son mariage. C’est d’ailleurs mon sentiment sur l’ensemble de sa famille, même si on les voit très peu, tout au long du livre, à chaque fois qu’il est question d’eux, on a l’impression qu’Ophélie n’est qu’un pion destinée à servir son arche, mais à un moment, ils montrent qu’ils s’inquiètent vraiment du sort de la jeune fille.
    Du côté des habitants de l’arche du pôle, c’est une autre histoire. Chez eux, la trahison et les coups de poignards dans le dos vont bon train, même au sein d’une même famille.
    Thorn, le futur époux, souffle le chaud et le froid, on a du mal à savoir quels sont ses sentiments à l’égard d’Ophélie, mais surtout à savoir quel son but dans toute cette histoire.
    Sa tante Berenilde est affreuse mais au fil des pages je me suis dis que son attitude pouvaient être compréhensible. Bon, je reste au conditionnel quand même, parce que même si certains évènements de son passé (et de son présent aussi d’ailleurs) peuvent l’expliquer, il reste qu’elle est égocentrique, jalouse, cruelle, capricieuse, lunatique… bref, vous avez compris l’idée !
    Chacun des personnages a un pouvoir, plus ou moins offensif, plus ou moins courant, plus ou moins développé.
    Ophélie est une liseuse : en touchant un objet, elle retrace son histoire depuis sa fabrication, revivant les sentiments et la vie de ses propriétaires successifs. Il semblerait que ce soit une liseuse très douée mais elle a aussi un pouvoir très rare : c’est une passe-miroir. Elle peut passer à travers les miroirs pour se rendre d’un endroit à l’autre.
    Les habitants du Pôle ont également des pouvoirs, mais qui n’ont rien à voir avec tous ce qu’Ophélie a pu connaître. Et attention, c’est du lourd !
    Tous les personnages que l’on rencontre, même brièvement, sont parfaitement décrits. Je ne sais pas si c’est parce que l’auteur a décidé qu’ils devaient intervenir dans les prochains tomes ou non, mais j’ai trouvé que ça donnait encore plus de profondeur à l’univers des arches.
    Il y a une chose que j’ai beaucoup appréciée : tout commence par l’annonce à Ophélie de son mariage arrangé avec Thorn. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’est pas emballée même si elle réalise vite qu’elle n’a pas le choix.
    Dans la plupart des livres qui commencent par un mariage forcé, la jeune fille fait une crise, jurant qu’elle ne pliera jamais et tombe folle amoureuse de son mari dans les 15 pages suivantes. Vous ne pouvez pas savoir comme ça m’énerve.
    Sans, bien sûr, vous dévoiler les détails, je peux vous dire qu’Ophélie va donner nettement plus de fil à retordre à Thorn ! Il va être content du voyage celui-là !
    Si au début de l’histoire, l’auteur nous décrit parfaitement l’arche natale d’Ophélie, on ne sait du Pôle que ce que la jeune fille en apprend. On découvre donc ce nouveau monde, et ses règles, en même temps qu’elle.
    Maintenant je n’ai qu’une hâte : lire le tome 2. Mais comme le 4ème et dernier tome n’est pas encore sorti, je ne veux pas trop me précipiter, j’ai le temps !

     

    Un extrait : Au commencement, nous étions un.

    Mais Dieu nous jugeait impropres à le satisfaire ainsi, alors Dieu s’est mis à nous diviser. Dieu s’amusait beaucoup avec nous, puis Dieu se lassait et nous oubliait. Dieu pouvait être si cruel dans son indifférence qu’il m’épouvantait. Dieu savait se montrer doux, aussi, et je l’ai aimé comme je n’ai jamais aimé personne.

    Je crois que nous aurions tous pu vivre heureux en un sens, Dieu, moi et les autres, sans ce maudit bouquin. Il me répugnait. Je savais le lien qui me rattachait à lui de la plus écœurante des façons, mais cette horreur-là est venue plus tard, bien plus tard. Je n’ai pas compris tout de suite, j’étais trop ignorant.

    J’aimais Dieu, oui, mais je détestais ce bouquin qu’il ouvrait pour un oui ou pour un non. Dieu, lui, ça l’amusait énormément. Quand Dieu était content, il écrivait. Quand Dieu était en colère, il écrivait. Et un jour, où Dieu se sentait de très mauvaise humeur, il a fait une énorme bêtise.

    Dieu a brisé le monde en morceaux.

     

    coup de coeur.jpg

  • [Livre] Le monde des sorciers - La magie du cinéma – T03 – Objets ensorcelés

    le monde des sorciers de j.k. rowling la magie du cinema T03 objets ensorcelés.jpg

     

    Résumé : Découvrez les objets magiques des films « Harry Potter » et « Les Animaux fantastiques». Baguettes magiques, balais volants, valise remplie de créatures... le monde des sorciers est peuplé d'objets enchantés. Cet ouvrage fascinant dévoile les coulisses des films et révèle les secrets de fabrication d'une multitude d'objets de légende de la saga « Harry Potter » et des « Animaux fantastiques». Du Vif d'Or aux Horcruxes de Voldemort, en passant par la valise de Norbert Dragonneau, chaque objet est présenté avec précision, accompagné de prototypes, de dessins préparatoires, de photographies... Fourmillant de surprises - autocollants, bonus détachables, rabats à soulever - ce livre somptueusement illustré offre une expérience exceptionnelle du Monde des Sorciers de J.K. Rowling.

     

    Auteur : Ramin Zahed, Bonne Burton

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 09 Novembre 2017 

     

    Prix moyen : 27€

     

    Mon avis : Comme les deux premiers tomes, cet ouvrage commence par nous présenter les objets des « animaux fantastiques » avant de se pencher sur ceux de « Harry Potter ».
    Après une présentation de l’objet tel que l’a imaginé JK Rowling, le livre nous montre comment le visuel et la « mécanique » de l’objet a été étudié, créé, pour être porté à l’écran.
    Il y a de nombreux bonus, pop-up, encart, stickers… disséminés dans le livre et même un tutoriel pour fabriquer sa propre baguette : une activité intéressante à mettre en place avec des enfants de 10 à 12 ans.
    L’objet-livre est vraiment magnifique : les photos, le papier, les bonus… l’équipe l’ayant réalisé a vraiment fait un travail d’orfèvre, c’est un livre qui est aussi agréable à lire qu’à regarder exposé dans une bibliothèque.

    Un extrait :

    extrait objets ensorcelés 1.jpg

    extrait objets ensorcelés 2.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Once Upon a Time – T01 - Renaissance

    Once upon a time.jpg

     

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Il existe une ville dans le Maine où tous les personnages des contes de notre enfance sont piégés entre deux mondes. Ils sont sous l’emprise d’une terrible malédiction lancée par la Méchante Reine. Un enfant connaît les secrets de ce sortilège : Henry. Pour lui, seule Emma, sa mère biologique qui l’a abandonné à sa naissance, peut les libérer.

    Lorsque Henry la retrouve et lui annonce qu’elle est la fille de Blanche Neige et du Prince Charmant, Emma est sous le choc. Elle ne veut pas de lien avec ce fils qu’elle n’a pas désiré, pourtant Henry semble avoir sérieusement besoin d’aide... Inquiète, elle décide alors de le ramener chez lui à Storybrook, où elle rencontre des gens étranges. Surtout Regina, la mère adoptive d’Henry. Emma comprend vite qu’il règne là-bas une atmosphère trop bizarre pour être vraiment réelle.

     

    Auteur : Odette Beane

     

    Edition : Michel Lafon

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 13 juin 2013

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Cette novélisation de la première saison de Once Upon a Time est parfaite pour se remettre la saison en tête avant d’attaquer la suite, ou pour savoir de quoi parle la série sans se frapper les 22 épisodes.
    En tant que livre à proprement parler, je regrette le manque de description des personnages (si on n’a jamais vu la série, on a du mal à les imaginer). J’aurais aussi aimé que le livre profite de son format pour approfondir l’histoire, peut être en insistant sur les pensées des personnages ou sur leur caractère.
    Le livre résumant la saison 1 en seulement 350p, de nombreux raccourcis sont bien évidemment pris par l’auteur.
    Comme dans la série, le récit du présent et celui du passé dans le royaume enchanté sont en alternance ce qui fait que l’on découvre les choses petit à petit.
    Ce n’est pas vraiment ce que j’espérais en lisant ce livre, mais je reconnais l’avantage qu’il y a à pouvoir se remettre en tête certains évènements en simplement feuilletant les pages.
    Je pense que le manque d’éléments nouveaux a dû être un souci pour beaucoup de lecteur car ce livre est noté comme étant un tome 1. Nous sommes maintenant à la saison 6 de la série (que je n’ai toujours pas eu le temps de voir, alors chut) et l’expérience n’a pas été renouvelée pour les saisons suivantes.
    La seule différence entre le livre et la série est que la série se termine sur un cliffhanger destiné à nous donner envie de nous jeter sur la suite comme une poule sur un ver terre bien dodu. Dans le livre ce cliffhanger n’existe pas. De là à penser que l’auteur saurait que l’expérience ne serait pas renouvelée, il n’y a qu’un pas !
    Au final, j’ai bien aimé ce livre en ce sens qu’il m’a remis en mémoire les évènements de la saison 1 avant d’attaquer la saison 6 (j’aurais bien aimé, d’ailleurs, pouvoir faire pareil avec les 5 saisons).
    Mais pour des personnes qui n’ont pas vu la série, excepté pour ceux qui veulent juste savoir de quoi parle la saison 1 pour en discuter ou décider de poursuivre ou non la série, j’ai trouvé qu’il n’était pas assez approfondi.

     

    Un extrait : Ce premier jour, quand Emma se réveilla, elle se demanda brièvement ce qu’elle fichait dans cette maudite ville.

    Mais elle le savait. Elle savait parfaitement pourquoi elle était là.

    Elle était dans la salle de bains quand elle entendit frapper à la porte. En ouvrant, elle fut surprise de voir une Regina Mills tout sourire.

    – Bonjour ! la salua madame le maire. Je me suis dit que j’allais passer vous voir pour vous faire un présent.

    Elle brandit un panier de pommes et s’introduisit dans la petite chambre sans attendre d’y avoir été invitée. Emma l’observa avec méfiance.

    – Je suis sûre que vous les savourerez en rentrant chez vous, ajouta-t-elle. Il est dommage que vous n’ayez pas pu partir hier soir.

    Après avoir regardé autour d’elle avec un certain dédain, Regina posa les pommes sur le plan de travail.

    – J’ai décidé de rester, riposta Emma en contemplant les pommes. Mais merci quand même.

    – Êtes-vous certaine que ce soit une bonne idée ? demanda Regina d’un ton jovial, visiblement peu étonnée. Henry a connu un certain nombre de problèmes affectifs, et je suis persuadée que votre présence ne fera que le désorienter encore un peu plus, non ?

    – Le fait que vous m’ayez menacée à deux reprises en douze heures, finit par lui confier Emma, m’a donné envie de rester un peu plus longtemps.

    – Pardon ? s’offusqua Regina. Vous considérez ces pommes comme une menace ? Je ne…

    – Je sais lire entre les lignes. Je crois que je vais rester jusqu’à ce que je comprenne ce qui se passe réellement avec Henry. Je veux m’assurer qu’il va bien.

    – Je vois. Vous craignez que je sois vraiment… maléfique, n’est-ce pas ? Vous aussi avez lu son livre. Je vous garantis qu’il va très bien. Et qu’il est entre de bonnes mains. Il n’a pas besoin de vous.

    – Que voulez-vous dire ?

    – Qu’il suit une thérapie, expliqua Regina. Il comprendra bientôt que la réalité a bien plus de sens que l’imagination. Comme je ne cesse de le lui rappeler. Et qu’une seule de nous deux qui sait ce qui est bon pour lui.

    – Je commence à croire que vous avez raison sur ce point.

    L’audace de cette femme était incroyable. Emma n’aurait jamais songé à entrer si effrontément chez une inconnue pour lui parler avec un tel mépris. Regina s’approcha d’elle, le sourire aux lèvres.

    – Ravie de vous avoir rencontrée, mais il est temps pour vous de quitter la ville.

    – Sinon ? s’enquit-elle, les bras toujours croisés.

    La femme s’approcha encore. À une trentaine de centimètres de son visage, elle lui conseilla d’un ton glacial :

    – Ne me sous-estimez pas, mademoiselle Swan. Vous n’avez aucune idée de ce dont je suis capable.

    Emma prit le temps de la réflexion.

    – Eh bien, lui répondit-il enfin, vous allez m’en faire la démonstration, n’est-ce pas ?

    Regina plissa les yeux.

    – Vous l’aurez voulu.

     

    Petite déception 2 étoiles.jpg

  • [Livre] Contes de fées pour héroïnes d’aujourd’hui

    Contes de fées pour héroïnes d'aujourd'hui.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Les contes de fées ont bercé notre enfance, si bien que les schémas du Prince charmant, de la princesse à la chevelure dorée, de la méchante sorcière et du château enchanté ont fait leur place dans notre inconscient collectif. Et si les classiques volaient en éclats ? Et si, au contraire, la magie des contes d’autrefois existait toujours ? De notre époque moderne aux mondes féeriques, d’un Fantastique léger vers un Merveilleux exalté, la vie peut être un conte de fées ! L’anthologie comporte six nouvelles. La ligne de l’anthologie, du Fantastique au Merveilleux, accompagne progressivement le lecteur d’une romance moderne vers un univers totalement fantasy.

     

    Auteur : Collectif

     

    Edition : Roses bleues

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 2012

     

    Prix moyen : 15€

     

    Mon avis : Franchement ? J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps en lisant ce recueil de nouvelles toutes plus mal écrites les unes que les autres. D’un mélange hyper prévisible, sans le moindre rebondissement du diable s’habille en Prada et de Cendrillon à une nouvelle se passant au pays des merveilles où celle qui est censée être l’héroïne ne fait rien, ne dit quasiment rien et est renvoyé dans ses pénates on ne sait comment (d’ailleurs on ne sait pas non plus comment elle est arrivée là), en passant par des histoires sans queue ni tête sur des malédictions qui pointent leur nez et se défont à leur guise ou sur une orpheline qui en un claquement de doigt se retrouve des années après sillonnant les routes à dos de cheval à la recherche de dragons…
    Si ce livre avait fait 40 pages de plus, je l’aurait abandonné. Je n’arrive même pas à croire le prix que les éditeurs osent demander pour ce recueil d’inepties où les auteurs semblent penser que nouvelle rime avec absence de trame, d’histoire, de cohérence.
    La seconde nouvelle remonte très légèrement le niveau grâce à l’humour qu’elle met en avant quand une jeune femme en mal de romantisme se rend compte que dans les contes de fées les filles sont censées être des victimes cruche comme pas deux et ne se prive pas de faire savoir aux différents personnages ce qu’elle en pense.
    Mais en dehors de ces quelques pages qui nous arrachent un sourire : poubelle ! Et sans remord !

     

    Un extrait : La rédaction du magazine « B.M » (Beautiful Model) était en effervescence. En plus du bouclage prévu pour la semaine suivante, le mensuel organisait en l'honneur du créateur Umberto Magnelli un gala à l'occasion de ses trente années de carrière. L'événement, qui se tiendrait le soir même dans un des palaces de la ville, faisait l'objet de toutes les attentions, et ce depuis plusieurs semaines.

    Bien que le gros du travail fût abattu, les détails n'en restaient pas moins importants. Tout devait être parfait ! Au milieu de cette agitation ambiante, Charlotte avait mémorisé par cœur, bien malgré elle, ce leitmotiv que sa supérieure vociférait à chaque instant, la voix de Zvetlana Babouchka s'invitant jusque dans ses rêves depuis près d'un mois. « Tout doit être parfait » entendit-elle à l'autre bout du couloir. Charlotte se redressa aussitôt et prit un air concentré, alors que le bruit des talons se rapprochant faisait frémir ses collaborateurs. Si ces derniers, qui ne travaillaient pas directement avec le « monstre venu du froid », délicat surnom qu'ils lui avaient trouvé, en avaient des maux de ventre, que pouvait bien ressentir Charlotte ? Ils saluaient d'ailleurs son courage et l'air impassible qu'elle affichait, s'imaginant qu'elle se gavait d'antidépresseurs pour tenir la distance et faire bonne figure. En réalité, elle prenait simplement la vie avec philosophie. Sa place dans le magazine n'était que temporaire, juste une expérience à ajouter à son CV pour son cursus d'assistante de direction, même si, dans cet emploi précis, elle n'officiait pas auprès du directeur, soit la rédactrice en chef du magazine de mode. Non, Charlotte était en fait l'assistante de son assistante. Aux yeux des autres, le poste qu'elle occupait était prestigieux. Être dans la sphère de Zvetlana Babouchka signifiait beaucoup ! De nombreuses filles étaient passées par là avant elle mais aucune n'avait fait long feu, souvent virée sans ménagement par la Zvetlana des mauvais jours, et ces mauvais jours-là étaient nombreux ! Il était d'ailleurs étonnant qu'elle ait engagé une personne comme Charlotte. En effet, celle-ci ne correspondait pas au genre de la maison : elle portait une taille 2, chaussait du 39, avait eu un brusque arrêt de croissance à l’âge de douze ans et ses cheveux roux hirsutes n'arrangeaient rien. Sa seule similitude avec les autres filles, et notamment sa cheffe, était ses yeux bleus. Toutefois, cela s'arrêtait à leur couleur, car ils n'affichaient pas la même expression. Il faut dire que Zvetlana n'avait pas volé son sobriquet.

    — Charlotte ! Bureau ! lança-t-elle en passant devant son poste, un gobelet à la main.

    Il était 09h02 et, comme toujours à cette heure, Zvetlana la conviait à une réunion.

    Charlotte souriait intérieurement quand elle entendait cet ordre. Lors de son premier jour, elle avait cru la suivre dans un espace privatif, aux murs solides et impénétrables. En vérité, elle n'avait eu qu'à se déplacer un meuble plus loin. N'était-ce la décoration personnelle de Zvetlana, elle se serait crue à son propre bureau.

     

    Déçue 1 étoile.jpg

  • [Livre] L’échange

    l'échange.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Mackie Doyle n’est pas un humain, même si tous les habitants de la petite ville de Gentry le considèrent comme un des leurs. Voilà seize ans, il a été échangé contre un bébé humain. C’est le prix à payer pour la paix avec le monde d’où il vient : un univers terrifiant où d’obscurs tunnels suintent des eaux pestilentielles, peuplé de morts-vivants et dirigé par une étrange princesse tatouée.

    Depuis, Mackie se bat pour survivre, malgré ses allergies mortelles au fer, au sang et aux lieux sacrés. Quand la plus jeune sœur de Tate, la fille qu’il aime, disparaît, il décide de tout faire pour la retrouver, même s’il doit affronter pour cela les plus sinistres créatures. Dans cette descente aux enfers, trouvera-t-il enfin sa véritable place ?

     

    Auteur : Brenna Yovanoff

     

    Edition : Michel Laffon

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 20 septembre 2012

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : L’histoire a du potentiel. Le sujet est intéressant et les personnages ne demandent qu’à nous emporter dans leur univers. Malheureusement, le roman manque d’approfondissement. L’histoire est survolée et les origines de Mackie et de ses semblables pas assez expliquées.
    Les personnages acceptent tout sans réactions, sans se poser de questions. Tate est la seule à remettre en cause ce qu’elle voit, mais elle le fait de manière assez timide, même si c’est une grande gueule. Disons qu’elle n’insiste pas trop.
    J’ai aimé le côté One Shot car on est submergés par les trilogies et autres saga, mais l’auteur a confondu One Shot avec ébauche d’histoire. Celle-ci aurait pu être plus approfondie, plus détaillée. Le livre ne fait que 345p, on ne peut donc pas dire qu’elle était en difficulté à cause de la longueur.
    Quand on voit la couverture, on se pose plein de questions : pourquoi ce mobile ? Que représente-t-il ? Ça me faisait un peu penser à la famille Addams mais j’étais ouverte à toutes les explications. Et puis…rien… un pétard mouillé. L’explication tient en 2 lignes sans que cela ait la moindre incidence sur l’histoire.
    En fait, toutes les scènes, toutes les explications ne sont faites qu’à moitié. Et pour moi ça a été un gros manque.
    Le livre se laisse lire, il n’est pas très long et l’écriture en elle-même n’est pas désagréable. Avoir un narrateur masculin est aussi plutôt pas mal, car ça reste assez rare. Mais j’attendais vraiment plus d’une histoire avec une couverture et un résumé pareil.

     

    Un extrait : Pour cette dernière question, il s'était tourné vers Stéphanie, qui hocha la tête avec Jenna, mais Alice leva les yeux au ciel.

    — Pas vraiment. Ça pique un peu quand elle vous enfonce le tube... mais bon, ça va. En fait, on le sent beaucoup plus après coup ; au moment où elle arrache l'aiguille, ça se met à saigner et ça s'arrête plus.

    Elle tendit le bras pour montrer la tache rouge qui s'agrandissait à vue d’œil sur son pansement.

    Des métaux ferreux, on en trouvait partout, dans les voitures, dans les appareils électroménagers, dans ces grosses machines industrielles qui conditionnaient la nourriture. Mais la plupart du temps, ils étaient alliés à d'autres éléments — carbone, chrome et nickel. Ça restait douloureux, ou plutôt ça vous rongeait lentement, en profondeur. Je gérais.

    Tandis que le fer du sang, c'était une autre histoire. Il se ruait à travers ma bouche et mes narines, me prenait à la gorge. D'un seul coup, j'eus du mal à me concentrer. Mon cœur battait la chamade, puis se mit à ralentir fortement.

     

    Petite déception 2 étoiles.jpg