Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fantasy/Science-Fiction

  • [Livre] L’avenir oublié

    L'avenir oublié.jpg

    Résumé : Dans un avenir très lointain, on a peut-être vécu une étrange aventure ensemble dans un groupe de 7.

    Tout a commencé par le sauvetage en catastrophe de cinq d'entre vous et puis il y a eu un gros problème. On a basculé dans un monde perpendiculaire, un multi-monde selon la physique quantique. Celui-là était dominé par une femme, une sorte de demi-déesse, le genre d'individu qu'il vaut mieux éviter.

    Pourtant elle nous a permis de connaître le secret des cathédrales et celui de la genèse. Il y a eu un prix à payer. J'en ignore encore le montant.

    Sous l'éclairage du cosmos il n'y a pas grand-chose qui tienne debout.

     

    Auteur : Pascale Ponsart

     

    Edition : Librinova

     

    Genre : Science-fiction

     

    Date de parution : 19 juin 2017

     

    Prix moyen : 5€ (format numérique)

     

    Mon avis : Quand on s’aventure à lire des livres auto édités on tombe souvent d’un extrême à l’autre : soit on découvre une petite pépite passée inaperçue comme la mécanique du chaos de Tom Joad ou Otage de ma mémoire de Marilyse Trecourt, qui peuvent avoir besoin de petites corrections mais que l’on dévore ; soit on tombe sur des livres dont on comprend pourquoi ils ont dû être autoédité et qui confirment qu’être écrivain n’est pas donné à tout le monde.
    Dans le cas de l’avenir oublié, dès le quatrième de couverture, on se doute qu’on est dans le second cas, et la lecture ne fait, malheureusement que confirmer cette intuition.
    Dès le début, on en peut que remarquer la lourdeur de l’écriture, comme si l’auteur avait transcrit ses idées sans les mettre en ordre, sans non plus faire une sorte d’adaptation de l’histoire au format « parlé » à l’histoire au format « roman ». En résulte un texte lourd et difficile à suivre.

    Ce côté brouillon se ressent dans tout le roman, avec parfois, souvent, des phrases qui s’enchainent sans suite logique, sans qu’on sache bien où l’auteur veut en venir. On commence, continue et termine le livre sans vraiment comprendre quel en était le but.
    Les personnages ne sont pas assez approfondis, comme si on avait un début de portrait qui aurait été abandonné en route pour passer à autre chose.
    Et ce ne sont pas les dizaines de coquilles et les passages intempestifs du récit du passé au présent qui vont nous aider à y voir plus clair.
    Le pire pour moi a été ces long monologues, qui s’ouvrent souvent sur un « - » et dont on ne sait jamais avec certitude s’ils sont pensés ou dit à voix haute. Je pense que l’auteur a voulu aller trop vite pour nous faire connaitre son univers au début, puis pour faire avancer l’histoire. Mais ces monologues sont tout sauf naturels.
    J’ai eu l’impression de perdre mon temps. Je serais incapable de résumer l’histoire tant elle est restée nébuleuse à mes yeux.

    Si je devais ne me baser que sur ce roman, je ne donnerais plus leur chance à des auteurs autoédités. Peut-être ne dois-je lire que ceux qui proposent aussi bien un format numérique qu’un format papier. Ce dernier nécessitant un investissement, peut être que cela permettra de faire un premier tri. A méditer.

     

    Un extrait : Claude avait trimballé des pénibles qui voulaient, à tout prix, faire un détour par le lac neigeux de la troisième galaxie. Probablement des touristes en panne de romantisme qui souhaitaient se requinquer à la vision d’une civilisation disparue dans un magma de gaz lourds. Pourtant, il n’en restait rien, qu’une immensité rose et bleue, percée de flèches cruciformes, tourmentées par l’horreur qui avait ravagé leurs fondations.

    Sous le regard compréhensif et professionnel de Lydie, la copilote, les clients s’étaient longuement extasiés sur la grandiose beauté du site, mais aussitôt déposés, ils s’étaient crus obligés de prendre la mine navrée de ceux qui ne savent pas marchander. Lydie avait l’habitude, ce qui explique que cinq minutes plus tard, elle comptabilisait un bien gros chiffre pour une course aussi peinarde.

    Elle se voyait déjà rentrer tranquillement au bercail, lorsque le central couina un appel.

    — 713 pour Dénébola. 144/28/47, point 0…

    Le message continua, égrenant des sons creux, des chiffres sans grand intérêt. Dans un taxi sans client pour ne pas les comprendre, ils paraissaient dévitalisés, amorphes dans le silence.

    Lydie traduisit de sa voix chaleureuse :

    — Claude, il faut ramener discrètement deux « huiles » sur terre !

    Il s’agissait sûrement de la dernière mode. Les « cinq barrettes » se glissaient avec plaisir et effroi dans les quartiers miteux de Dénébola et pour compléter leurs sensations de frissons inconnus, ils se faisaient reconduire dans leurs palaces par des taxis miteux.

    Claude, pilote de son état rêvassait avec langueur :

    — Lydie, c’est vraiment une fille superbe, sculpturale, ravissante quoi ! Elle fait rêver tous les copains et tous les clients mâles. Bien sûr, c’est pour çaqu’elle peut faire ce boulot ! N’empêche ! Elle a vraiment le physique d’une « grande » de ce monde, même s’il lui manque ce rien de chic, de distinction, d’élégance qui pourrait en faire une femme somptueuse, comme celles qu’on voit à la télé. Le travail de copilote lui accentue peut-être certaines rides, celles qui rejoignent le nez aux lèvres, mâchurées de fatigue, celles du front creusées par des fins de mois difficiles ou par les ambitions frustrées. Comment savoir ? C’est normal ! Elle est presque trop belle pour ce qu’elle fait. Sa crinière blonde de lionne, sa taille de guêpe, ses jambes parfaites…Ça en fait beaucoup trop pour une « taxi » !

    Comme Claude, Lydie était née « en bas », de père marteleur et de mère féconde. Elle avait brillamment réussi tous les diplômes et examens qu’ils avaient pu lui payer, mais à la fin de ses études, elle n’avait pu qu’entrer au S.E.V.I.C.E.S* Il lui manquait les relations nécessaires pour trouver un poste à sa mesure. Son brave homme de père ne lui avait dégoté qu’un mi-temps de stérilisatrice de sérielles. Des parents comme ceux-là, on les traitait d’« une barrette » depuis qu’un bijoutier génial avait commercialisé des bijoux adaptés à chaque budget.


    * S.E.V.I.C.E.S signifie Service d’Essai Visant à l’Insertion des Candidats à l’Escalade Sociale.

     

    détesté, abandonné.jpg

  • [Livre] Joyland

    joyland.jpg

    Résumé : Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais.

     

    Auteur : Stephen King

     

    Edition : Albin Michel

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 02 mai 2014

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Dans ce livre, il n’y a pas de chapitres. Horreur ! Stephen, je te renie ! Mais bon, les paragraphes ne sont pas trop long et sont séparés les uns des autres par des *, ce qui aère la lecture (Bon ça va, je te dé-renie).
    J’ai beaucoup aimé ce roman dans lequel le surnaturel, s’il est un élément essentiel de l’histoire (ah ben si, quand même, surtout vers la fin) ne prend pas toute la place et surtout n’occulte pas (je vous jure…surnaturel…occulte… je ne m’en suis rendue compte qu’après l’avoir écrit) le côté thriller que j’ai vraiment adoré.
    J’ai beaucoup aimé le fait qu’on s’éloigne un peu du coté surnaturel habituel de l’auteur car j’ai toujours trouvé que dans ces cas-là, si l’angoisse monte tout au long du livre, la fin est souvent un peu bâclée à mon goût, comme si Stephen King ne savait pas comment se sortir de la toile d’araignée qu’il a lui-même tissé.
    Ici je n’ai retrouvé ce problème récurrent. La tension monte plus lentement que quand il y a un clown tueur dans les parages, mais elle monte. Et la fin est celle d’un véritable thriller. Et je me suis fait complétement avoir… Si, si… D’ailleurs quand le nom du meurtrier est enfin révélé, j’ai dû m’arrêter de lire quelques minutes pour digérer le coup ! Ça m’a scotchée.
    Bon en revanche, pas de surprise, dès les premières pages, on sait que Devin va se sortir de toutes les embûches, puisqu’il raconte cette histoire alors qu’il approche de la retraite. Mais pendant quelques instants, on en vient à l’oublier et à se demander s’il va s’en sortir (mémoire de poisson rouge, oui).
    Alors certes, ce livre n’est pas un des plus effrayants qu’ait écrit Stephen King, mais, à plusieurs reprises, je suis quand même allée vérifier que la porte d’entrée était bien verrouillée !

    Un extrait : J’ai pris un train (dénommé le Southerner) de Boston jusqu’en Caroline du Nord (pas vraiment l’aventure, mais pas cher) et un bus de Wilmington à Heaven’s Bay. J’ai passé mon entretien avec un certain Fred Dean qui était – entre autres – le recruteur de Joyland. Après quinze minutes de questions-réponses, plus un coup d’œil à mon permis de conduire et à mon diplôme de secouriste de la Croix-Rouge, il m’a remis un badge en plastique suspendu à un cordon. Le badge portait le mot VISITEUR, la date du jour et le portrait d’un berger allemand aux yeux bleus, souriant de toutes ses dents, qui ressemblait vaguement à Scoubidou, le célèbre limier de dessin animé.

    « Va faire un tour, me suggéra Dean. Monte sur la grande roue, si ça te chante. La plupart des manèges sont encore fermés, mais notre Carolina Spin tourne. Dis à Lane que c’est moi qui t’envoie. C’est un passe pour la journée que je t’ai donné, mais je veux te revoir ici à… » Il consulta sa montre. « Disons treize heures. Tu me diras si le boulot t’intéresse. Il me reste cinq postes à pourvoir, tous à peu près du même tonneau : comme Gentils Assistants.

    – Merci, monsieur. »

    Il hocha la tête en souriant. « Je sais pas ce que tu penseras de l’endroit mais moi, je l’aime bien. C’est un peu vieillot et un peu de guingois mais ça a son charme. J’ai essayé Disney, pendant un temps… pas aimé. Trop… comment dire…

    – Aseptisé ? m’aventurai-je.

    – C’est ça. Trop aseptisé. Trop lisse et brillant. Du coup, je suis revenu à Joyland il y a quelques années. Pas regretté une seule seconde. C’est un peu plus rock’n’roll ici – un petit parfum de bon vieux temps. Allez, va faire un tour. Vois ce que t’en penses. Plus important, vois ce que tu ressens.

    – Je peux vous poser encore une question ?

    – ’turellement.

    – C’est qui, le chien ? » j’ai demandé en désignant mon passe.

    Son sourire se fendit jusqu’aux oreilles. « Ça, c’est Howie le Chien Gentil. Notre mascotte. Joyland a été fondé par Bradley Easterbrook et l’authentique Howie était son chien. Mort depuis belle lurette, mais tu verras quand même pas mal le bout de sa queue, si tu travailles ici cet été. »

    Je l’ai vu… et pas. Facile, comme devinette, mais l’explication devra attendre encore un peu.

  • [Livre] Zoo City

    zoo city.jpg

    Résumé : Ancienne journaliste et ex-junkie, Zinzi habite Zoo City, un quartier de Johannesburg peuplé de marginaux et de criminels qui se sont vus attribuer la charge d'un animal symbiotique. Si l'animal meurt, son propriétaire aussi.

    " Animalée " après la mort de son frère, Zinzi est affublée d'un paresseux qu'elle porte sur son dos. Elle vit désormais de petites arnaques et recherche ce ou ceux que les gens ont perdu(s). Elle est exceptionnellement douée pour cela.

    Justement, une célèbre pop star s'est volatilisée. Zinzi espère tenir là son billet de sortie de Zoo City. Mais elle devra pour cela s'enfoncer plus encore dans les bas-fonds du ghetto...

     

    Auteur : Lauren Beukes

     

    Edition : Pocket

     

    Genre : Fantasy urbaine

     

    Date de parution : 14 avril 2016

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : la couverture et le résumé de ce roman m’avaient beaucoup intriguée mais le contenu n’a pas été à la hauteur de mes espérances.
    Premier points négatif, du moins pour moi : l’histoire se passant à Johannesburg, le texte est émaillé d’argot sud-africain. Ce ne serait pas en soi un problème si le sens du terme était marqué en bas de page à chaque fois qu’on en rencontre un nouveau, mais non, l’auteur a préféré faire un lexique en fin de roman, ce qui est très désagréable. En effet on est obligé d’interrompre sa lecture pour aller parcourir le lexique à la recherche de la définition du mot, quand il y en a une. J’ai d’ailleurs trouvé vraiment anormal qu’un mot aussi important pour l’histoire que Shavi, que l’on trouve dès le début du livre, se voit attribué dans le lexique la mention : voir au chapitre 19… Sur le moment, on ne va pas aller lire près de 15 chapitres plus loin, au risque de se spoiler soi-même (finalement n’hésitez pas, le chapitre 19 n’est qu’une définition du mot, sans aucun élément nouveau pour l’histoire).
    Ensuite, j’avais trouvé l’idée de la symbiose entre la personne et l’animal qui, semble-t-il, représente sa culpabilité, très intéressante. Mais cet aspect de l’histoire a été complètement bâclé.
    Le roman n’est pas mauvais pour autant. Ça se laisse lire, comme on dit. Mais c’est long. L’action ne démarre que vers la moitié du livre et la construction du roman est particulière avec des chapitres qui sont des articles de journaux ou des échanges de mail dont on perd assez vite le fil.
    Les explications, que ce soit sur la notion d’animalés ou sur d’autres aspect du roman sont toujours nébuleuses et assez difficiles à suivre.

    Je n’ai pas trouvé que c’était un roman dans lequel on pouvait s’immerger totalement car il nous perd un peu en route et on doit se forcer à rester sur les rails, ce qui empêche de s’y abandonner.
    La fin est inattendue mais pas assez développée.
    Au final je reste très mitigée sur cette lecture, d’un côté je n’ai à aucun moment eu envie de l’abandonner, d’un autre j’attendais que l’histoire soit traitée différemment avec un accent plus marqué sur la symbiose avec l’animal.

    Un extrait : La lumière du matin, soufrée comme les déchets des mines, se faufile sur la ligne d’horizon de Johannesburg et transperce ma fenêtre. Mon Bat-signal personnel. Ou un simple rappel que je n’ai toujours pas acheté de rideaux.
    Je me couvre les yeux. Le matin a éclaté ; inutile de chercher à ramasser les morceaux. Je repousse les draps et m’extirpe du lit. Benoît ne tressaille même pas. Seuls ses pieds calleux dépassent de la couette, comme deux souches de bois flotté. Des pieds pareils, ça dit toute une histoire. On raconte qu’il a marché depuis Kinshasa, avec sa Mangouste attachée contre la poitrine.
    La Mangouste en question est lovée comme une virgule velue sur mon ordinateur portable, dont les diodes clignotent juste sous son museau. Comme si elle ne savait pas que l’objet lui était interdit. Disons que je veille jalousement sur mon travail. Disons qu’il n’est pas tout à fait légal.
    J’empoigne le portable par les bords et l’incline doucement au-dessus de mon bureau. Lorsqu’il atteint un angle de trente degré, la Mangouste commence à glisser. Elle s’éveille en sursaut, ses petites griffes tentent de trouver une prise. Elle se contorsionne et réussit à atterrir sur ses pattes, puis rentre le tête dans ses épaules zébrées et me souffle dessus, toutes dents dehors. Je lui rends la pareille. Alors, elle se rappelle subitement qu’elle a des morsures de puces à gratter.
    Je la laisse à son épouillage, me glisse sous l’une des boucles de corde qui pendent du plafond et constituent ce que je peux faire de mieux en matière de lianes amazoniennes, puis arpente le linoléum moisi jusqu’au buffet. Qualifier cette chose de buffet est assez optimiste, de même que qualifier d’appartement cette pièce humide au sol pentu, bosselé, et à la plomberie approximative. Le buffet est une boîte, fermée par un pan de tissu tenu par des punaises afin d’empêcher la poussière de se déposer sur mes vêtements ; et sur paresseux, bien sûr. Lorsque je tire le drap imprimé de tournesols, il cligne des yeux, endormi sur son perchoir, comme un manteau de fourrure mal taillé entre deux cintres métalliques. Il n’est pas du matin.
    Sa fourrure et ses griffes exhalent une odeur moussue, désagréable, qui paraît pourtant sèche et propre comparée aux relents de détritus et de moisissure qui remontent de la cage d’escalier. Elysium Heights a été condamné voilà des années.

  • [Livre] La mécanique du Chaos – T02 – Entre chien et loup

     

    Je remercie chaleureusement Tom Joad pour cette lecture

    la mécanique du chaos tome 2.jpg


    Résumé
     : Ils atteignirent la ligne de crête et s'immobilisèrent, stupéfaits.

    Ce n’était pas l’astre pâle et figé qui captait leur attention. Leurs yeux étaient rivés sur le grouillement humain et mécanique qui fourmillait à une centaine de mètres en-dessous d’eux. La bande de plaine herbeuse qui se déroulait loin vers le sud, jusqu’à disparaître au milieu d’une forêt de pins enchevêtrés, était le théâtre d’une agitation aussi fébrile que démesurée. Des dizaines de véhicules se croisaient en tous sens : jeeps, half-tracks, Humvees – ces trois catégories appartenant à l’armée américaine – côtoyaient bulldozers, camions-benne et autres engins de levage.

    Trônant au milieu de ce capharnaüm, et semblable à une mante religieuse au bras gracile, s’affairait une gigantesque grue couleur de sable.

     

    Auteur : Tom Joad

     

    Edition : Librinova

     

    Genre : Aventure/ Anticipation

     

    Date de parution : Juillet 2017

     

    Prix moyen : 2€

     

    Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce second tome qui est à la hauteur du premier.
    De nouveaux personnages font leur apparition dans ce tome, comme Helen, l’ex épouse de Terry, ancien garde du corps de Price ou encore Virginia, la mère de Noah qui a recueilli Alex et Lana alors qu’ils erraient sur les routes.
    Honnêtement, ce ne sont pas des personnages que j’apprécie. Helen est pénible, toujours sur le dos de son ex. Parfois elle semble parfaitement consciente du danger que représente ce nouveau monde et la seconde d’après elle fait de vrais caprices pour des actions complètement irresponsables (comme vouloir suivre Terry en zone noire avec ses deux fillettes de moins de 10 ans). Je me demande comment Terry se retient de lui en coller une dans les gencives.
    Virginia non plus n’est pas des plus agréables. Déjà, je n’ai aucune compassion ni empathie pour les anarchistes : aucun gouvernement n’est parfait, mais un pays ne peut pas se passer de gouvernement. A un moment donné il faut arrêter de vivre dans un fantasme.
    En revanche, j’ai été agréablement surprise par Serena et Vincent. Chacun d’eux s’affirme à sa manière. Serena montre une autre facette de sa personnalité que celle de bimbo décérébrée et Vincent prouve qu’il peut faire preuve d’une certaine audace.
    Le livre n’a pas de chapitres et les différentes parties sont séparées par des astérisques. Chacune des parties est consacrée alternativement à Serena, Terry et le reste de leur petit groupe et à Alex, Lana et Noah.
    Mais vu le tournant que prend l’histoire, je pense que les deux groupes, plus ou moins au complet, vont finir par se rejoindre.
    Concernant les questions que je me posais à la fin du tome 1, j’ai eu la réponse à l’une d’entre elle, ou plus exactement la confirmation de ce que je soupçonnais : l’identité de la « taupe » engagée par Price (par l’intermédiaire de son garde du corps Gomez) pour retrouver Lana.
    En revanche, on n’a toujours pas la réponse à la question de savoir ce qu’il est advenu de Franck, même si j’ai ma petite idée. Peut-être une réponse dans le chapitre 3.
    Lana va surprendre pas mal de monde, tous ayant tendance à la sous-estimer. Pour ma part, j’ai eu 16 ans, j’ai été amoureuse, j’ai très peu supporté qu’on me donne des ordres : j’ai vu venir sa réaction (plus ou moins).
    Maintenant, je n’ai qu’une hâte, savoir la suite. Savoir comment Lana va se sortir du guêpier dans lequel elle est en train de se fourrer, savoir ce qui est arrivé à Franck, savoir, enfin, ce que va faire Terry.
    Ce tome sort courant juillet et le tome 3 et en cours d’écriture, il va donc falloir que je sois patiente. Mais je suis certaine que ma patience sera récompensée !

     

    Un extrait : Lana se débarrassa de son sac à dos et se laissa tomber lourdement sur une souche. Patch vint immédiatement se coucher à ses côtés, ventre contre terre et  langue pendante. L'adolescente lui caressa le dessus de la tête et se mit à enlever les teignes accrochées dans ses poils.

    − Moi je m'arrête là, annonça-t-elle. Ras le bol de crapahuter comme une c... (Elle tourna la tête vers Noah et vit son air réprobateur :)... comme une idiote. Hein, mon chien, qu'on en a par-dessus la tête ? Après tout, personne ne nous attend.

    Noah s'arrêta à sa hauteur et soupira. Il vivait dans l'angoisse permanente d'une agression, ou de quelqu'autre événement dramatique – résultat de plusieurs années de conditionnement par sa chère mère -, et la tension intérieure que lui imposait leur progression l'avait éreinté.

    − Je suis d'accord pour prendre une pause, reconnut-il de bonne grâce. Mais pas ici. On est beaucoup trop exposés. Et puis, si cette saleté de bruine se remet à tomber, on n'aura nulle part où s'abriter. Il y a une petite grotte pas très loin d'ici, ce sera nettement mieux à tout point de vue. Je préfère galérer encore dix minutes et être vraiment à mon aise.

    Alex les rejoignit en hochant la tête. Il était évident qu'il se rangeait à l'opinion de Noah, comme la plupart du temps. Lana avait l'impression d'avoir déjà vécu cette scène : la voix de la raison contre celle de l'instinct, de l'émotion. Sauf que là, elle était disposée à faire un effort. Les épreuves qu'elle venait de traverser l'avaient suffisamment ébranlée.

    − C'est bon, c'est bon... vous avez gagné, dit-elle en tendant la main pour qu'on l'aide à se relever. J'ai toujours rêvé de dormir dans une grotte, comme une bonne petite sauvageonne.

    Noah se précipita, et lorsqu'elle fut debout il en profita pour lui passer un bras autour de la taille.

    − Ma pauvre, tu veux que je t'aide à marcher ? Demanda-t-il sans trop y croire.

    − Non, t'inquiète, ça va aller, fit Lana en le repoussant gentiment. J'en suis quand même pas à ce point... le jour où je serai au bord du suicide, et que Patch sera le seul à vouloir encore de moi, je te le ferai savoir. Peut-être qu'alors tu auras ta chance...

  • [Livre] La mécanique du Chaos – T01 – Le grand partage

     

    Je remercie le site Librinova et Tom Joad pour cette lecture

     

    La mécanique du chaos.jpg

    Résumé : « — C’est parti, dit Lana sans réfléchir. Ça va nous tomber dessus avec une puissance incroyable...
    Comme pour lui donner raison, un sifflement s'éleva du côté est. D'abord lointain, timide, semblable au chuintement d'une cocotte-minute. Et puis de plus en plus impérieux. Il devint vite assourdissant, terrifiant. Le ciel et la terre s'étaient mis à gémir, à hurler de concert. Et ça continuait de croître de façon exponentielle. […] Le vent ne tournait pas, il fonçait en ligne droite comme un tsunami, et son souffle titanesque balayait tout sur son passage en une fraction de seconde...
    — Seigneur ! » pensa Lana horrifiée. »
    Alors que l’univers semble s’abattre sur Lana et son frère Alex, parviendront-ils à s’échapper avant qu’il ne soit trop tard ?

     

    Auteur : Tom Joad

     

    Edition : Librinova

     

    Genre : Aventure/ Anticipation

     

    Date de parution : 2017

     

    Prix moyen : 2€

     

    Mon avis : J’ai adoré ce livre ! Enfin un livre autoédité qui a la qualité de ceux qui ont passé le barrage impitoyable de l’édition traditionnelle.
    Les dialogues sont naturels et percutants. Il n’y a pas de dialogues inutiles faits uniquement pour meubler et donner quelques paragraphes supplémentaires à un texte trop court. Non, ici chaque échange est intéressant et utile pour l’histoire.
    Les descriptions sont courtes et vont droit au but, il n’y a donc aucune longueur et c’est tant mieux parce que dans ce genre de livres, les longueurs font perdre tout le rythme et il est difficile ensuite de se remettre dans le bain.
    Il y a quelques coquilles, mais nettement moins que ce que j’ai pu voir dans d’autres livres autoédités. La plupart du temps ce sont des mots qui, a priori, n’ont pas été effacé alors que l’auteur a changé une partie de la phrase. Par exemple : « et traversa la chambre sur à pas de loup ». Je suppose que l’auteur avait commencé par écrire quelque chose comme « et traversa la chambre sur la pointe des pieds » et qu’il a ensuite changé pour « à pas de loup ». Dans l’opération, il semblerait que « sur » n’ait pas été effacé. Voilà le genre de coquilles que l’on peut trouver et il faut dire qu’il y en a très peu.
    L’histoire est mise en place assez rapidement et on apprend les informations en même temps que les personnages ce qui nous donne vraiment l’impression de vivre les évènements.
    Lana et Alex sont deux ados assez attachants, même si Alex est un peu trop donneur de leçon à mon goût. Franck, leur père, est un peu trop « militaire » (remarquez, pour un capitaine des Navy Seals, ça se comprend un peu), il a un peu trop tendance a exiger de ses enfants qu’ils soient de parfaits soldats ce qui ne semble pas marcher avec sa fille.
    Price est si détestable qu’il en est écœurant et si ses gardes et sa « petite amie » ne sont pas blancs comme neige, loin de là, ils semblent quand même avoir une certaine morale et je suis impatiente de voir ce qu’ils réservent à ce sale type.
    On fini ce tome avec énormément de questions en suspens.
    Si souvent je trouve qu’il est un peu présomptueux de la part des auteurs autoédités d’écrire un roman en plusieurs tomes, ici je suis contente que Tom Joad l’ait fait et je suis vraiment très impatiente de découvrir le tome 2 !

     

    Un extrait : Franck raccrocha le téléphone avec un grognement sourd et balança la poche de glace à l'autre bout du bureau. Elle s'aplatit sur le mur et retomba mollement sur le parquet. Il se força ensuite à inspirer profondément et posa ses grosses mains à plat devant lui. Il détestait agir dans l'urgence, mais là il n'avait pas le choix. Tous ses plans tombaient à l'eau.

    Il ne fallait pas compter attraper un avion d'une ligne régulière. Il était également trop tard pour espérer parcourir en voiture les centaines de kilomètres les séparant de la future Zone Blanche. Aussitôt les premiers phénomènes observés, le gigantesque dispositif se mettrait en place, créant une frontière presque hermétique qui leur interdirait l'accès vers l'ouest. Les principaux axes routiers seraient barrés par l'armée. Les transports aériens seraient suspendus jusqu'à une date inconnue.

    Les gens se retrouveraient alors bloqués d'un côté ou de l'autre. Du bon ou du mauvais. Question de chance, ou de relations...

    Pour l'instant, Franck et ses enfants se trouvaient du mauvais côté, et même lui ne pouvait mesurer tout ce que cela impliquait - personne ne le pouvait vraiment, en fait, il y avait trop de paramètres inconnus. Après le mal de chien qu'il s'était donné ces derniers mois pour assurer leur avenir, c'était à devenir dingue.

    Pourtant, il ne fallait surtout pas qu'il cède à la colère, et encore moins à la panique. Cela ne ferait qu'empirer les choses. Il devait relativiser, se dire que dans leur malheur ils avaient quand même de la chance. Ils vivaient aux environs du quarante-cinquième parallèle, suffisamment au Nord pour couper au plus gros du désastre - du moins en théorie. Mais pour ceux qui habitaient plus au Sud, vers le point zéro, ce serait l'enfer sur terre...

    Garder la tête froide. Rester calme, concentré et méthodique.

    Selon les informations relayées par Terry, l'événement se produirait donc durant la nuit, aux alentours d'une heure. Soit près de deux mois avant la date qu'on leur avait donnée depuis le départ.

    Franck ne croyait absolument pas à l'erreur de calcul. Ils s'étaient fait berner, tous autant qu'ils étaient. On avait acheté leur silence à coups de promesses, et maintenant...

    Ainsi, seuls quelques initiés – parmi les plus riches, les plus puissants - allaient finalement tirer leur épingle du jeu ; un groupe encore plus réduit que celui initialement prévu. Ces salauds ne l'emporteraient pas au paradis, mais l'heure des comptes viendrait plus tard. Du moins, Franck l'espérait de tout cœur. Il fallait bien qu'il subsiste encore un peu de justice dans ce monde, sinon on ne pouvait plus croire en rien...

    Pour l'instant, il fallait parer au plus pressé.

    Il n'était plus question de mettre la maison en vente pour récupérer de l'argent - Franck avait fait des économies, mais dans ce Nouveau Monde où ils allaient vivre, qui pouvait savoir... -, ni de préparer psychologiquement Lana et Alex au déménagement, comme c'était prévu. Ils allaient tous y laisser des plumes, ça ne faisait pas de doute.

  • [Livre] L'héritière

    l'heritiere.jpg

    Résumé : Twylla est promise au prince héritier du royaume de Lormere. Mais la jeune élue possède un don maléfique. Elle a le pouvoir de tuer par son simple toucher : elle est l'arme parfaite ! La cruelle reine qui l'a adoptée la contraint à exécuter les traîtres. Nul ne peut approcher Twylla sans risquer sa vie. Jusqu'au jour où Lief, son nouveau garde, charmant et rebelle, fait vaciller la jeune fille dans sa foi et sa soumission ...

     

    Auteur : Melinda Salisbury

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 17 avril 2015

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : Avec l’héritière, nous voilà dans un roman tirant vers le médiéval fantasy. Ainsi nous avons des monarchies, des légendes, des croyances, mais très peu de magie en dehors de la capacité de Twylla à tuer d’un simple contact.
    Sur le moment, on peut se dire que cette histoire de tuer au contact donne une impression déjà vu avec la saga insaisissable de Tahereh Mafi, mais ce n’est pas aussi simple. L’histoire de Twylla est bien plus complexe qu’il n’y parait au premier abord.
    On découvre l’univers petit à petit, ce qui peut parfois être frustrant. Comme par exemple dans le cas de la mangeuse de péchés. Ce nom est cité dès le début de l’histoire, mais ce n’est que bien plus tard qu’il nous est clairement expliqué. Parfois, certains détails ne le sont pas, laissant au lecteur le soin de faire une déduction logique en s’appuyant sur le contexte et les dialogues (comme la signification des yeux de taureau lors d’une dévoration).
    De la même façon, on apprend le contenu des croyances et les légendes qui s’y rattachent au fur et à mesure du récit, parfois bien loin du moment où on voit le nom des dieux ou héros de légende pour la première fois.
    Pour autant, cette façon de faire ne m’a pas gênée, bien au contraire. J’avais l’impression d’être en vacances dans un pays étrangers et d’en découvrir les coutumes au fur et à mesure de mon voyage.
    L’histoire se passe presque exclusivement dans une partie assez restreinte du château ainsi que dans les jardins. Les extérieurs sont très peu évoqués dans l’histoire : la forêt où a lieu les chasses un peu plus que le reste que l’on ne connait qu’au travers des souvenirs de la vie de Twylla avant qu’elle ne soit « élue ». On parle un peu des pays alentours par le biais des voyages de Merek mais on ne sait pas grand-chose d’eux.
    Quand l’histoire commence, on rencontre une Twylla soumise, très concentrée sur sa tâche et qui, bien qu’elle en déteste certains aspects, ne cherche absolument pas à s’y soustraire. Depuis sa naissance, la jeune fille est promise à une destinée et est donc conditionnée à ne pas remettre en question les choix des dieux.
    Dans l’histoire il va y avoir une sorte de triangle amoureux. Je dis une sorte car pour moi un triangle amoureux c’est quand deux personnes sont amoureux de la 3ème et que celle-ci éprouve des sentiments pour les deux de sorte qu’on ait vraiment du mal à savoir où va vraiment son cœur. Là c’est un peu différent, même si on a bien trois personnes.
    Concernant les personnages, j’ai pu constater que chaque personnage auquel l’auteur accorde de l’attention va avoir une importance dans l’histoire.
    On peut quand même retenir 4 personnages principaux : Twylla, bien sûr, dont j’ai déjà parlé ; Lief, son nouveau garde qui parait insousciant mais cache peut être des secrets, Merek, le prince à qui est promise Twylla et à qui j’ai eu un peu de mal à faire confiance et enfin la reine qui est tout simplement diabolique (cruelle, mot utilisé dans le quatrième de couverture pour la décrire n’est clairement pas assez fort !)
    La fin est ouverte, ce qui est normal puisqu’il y a 2 autres tomes en anglais (je ne sais pas si une traduction française est prévue) mais j’ai trouvé que cette fin pouvait se suffire à elle-même avec un brin d’imagination.
    J’ai vraiment passé un bon moment avec ce roman !

    Un extrait : Mes gardes marchent prudemment à mes côtés, le corps tendu, en maintenant une bonne distance entre eux et moi. Si je levais le bras vers l’un d’eux, ils s’écarteraient, horrifiés. Si je trébuchais ou m’évanouissais et que leur instinct les trahissait, les poussant à accourir pour me rattraper, ils signeraient leur arrêt de mort. On leur trancherait la gorge sur-le-champ, par compassion. Être égorgé est une chance comparé à l’agonie causée par ma peau empoisonnée.

    Tyrek n’a pas eu cette chance.

    Dans la chambre de Révélation, mes gardes se placent contre la porte et l’apothicaire de la reine, Rulf, m’indique d’un bref signe de tête le tabouret sur lequel je dois m’asseoir, puis il me tourne le dos et passe en revue son équipement. Les murs sont tapissés d’étagères où s’alignent des bocaux emplis de substances troubles, de poudres étranges et de feuilles inconnues, entassés sans ordre apparent. Rien n’est étiqueté, du moins je ne distingue pas grand-chose à la faible lumière des bougies, car il n’y a point de fenêtres à cet étage souterrain. Au début, il me paraissait incongru qu’un rituel comme la Révélation s’accomplisse ici dans le secret, en ce lieu perdu dans le labyrinthe des passages qui sillonnent les sous-sols du château. Mais maintenant, je comprends. Si j’échouais… Il vaut mieux éviter que cela n’arrive sous le regard de la cour et de tout le royaume. Il vaut mieux que cela se passe dans le secret d’une petite pièce, à mi-chemin entre l’enfer des cachots et le quasi-paradis du Grand Salon.

    Tandis que, assise sur le tabouret, j’arrange mes jupes autour de moi, l’un de mes gardes, le plus jeune, racle le sol de ses pieds. Ce son est trop bruyant pour la pièce exiguë. Rulf se retourne et le gratifie d’un coup d’œil sévère. Puis il croise mon regard. Son expression est neutre, son visage impassible comme un masque, et je pense que, même s’il n’était pas muet, il n’aurait rien à me dire maintenant.

  • [Livre] La soudaine apparition de Hope Arden

    la soudaine apparition de hope arden.jpg

    Résumé : Je m'appelle Hope Arden mais vous oublierez ce nom et jusqu'à mon existence. Nous nous sommes déjà rencontrés des milliers de fois. Je suis la fille dont personne ne se souvient. Tout a commencé quand j'avais seize ans. Un lent déclin, un isolement inéluctable. Mon père qui oublie de me conduire au lycée. Ma mère qui met la table pour trois, pas quatre. Un prof qui omet de demander un essai que je n'ai pas rendu. Un ami qui me regarde et voit une étrangère. Qu'importe ce que je fais, ce que je dis, les blessures que j'inflige, les crimes que je commets. Vous ne vous souviendrez jamais de moi. On ne peut pas dire que ça me facilite la vie, mais ça fait aussi de moi une personne dangereuse.

     

    Auteur : Claire North

     

    Edition : Delpierre

     

    Genre : SF

     

    Date de parution : 24 juin 2016

     

    Prix moyen : 24€

     

    Mon avis : Ce livre m’a laissé une impression mitigée. Je n’arrive pas à dire si je l’ai aimé ou non. Bien que je n’aie été à aucun moment tentée de l’abandonner, j’ai trouvé qu’il y avait trop de longueurs.
    C’est le premier livre de l’auteur que je lis, mais il semblerait que tous ses romans soient sur le même modèle, avec une alternance du présent et du passé et je pense que, si c’est passé avec ce livre-là, c’est que c’était original, mais ça ne passera pas deux fois.
    J’ai trouvé l’écriture très saccadée ce qui était parfois désagréable. Sur une petite partie du texte, cela donnait du relief et c’était intéressant, mais sur la longueur, c’est vite devenu un frein non seulement à la lecture mais aussi à la compréhension de l’histoire.
    Le fait que Hope revienne sur son passé nous permet de mieux comprendre ce qui lui arrive, dans la mesure du possible, mais les digressions qui parsème le texte : énumérations, définitions de mots etc… sont très vite pénible. Il m’est arrivé de sauter des passages entiers pour pouvoir retrouver le fil de l’histoire.
    En dehors de ces éléments plutôt négatifs, j’ai bien aimé l’histoire qui dénonce l’addiction au paraître et aux applications qui dirigent presque nos vies, décidant pour nous de ce qui est « bien » ou non. Ici on atteint la perfection quand on rentre dans un moule exclusivement fabriqué par un homme qui s’est basé sur ce qui fait vibrer les jeunes : les stars de cinéma, les célébrités, les paillettes… Tout dans le physique, rien dans la tête et surtout pas de sens critique, voilà la société que Claire North dépeint avec acidité à travers une histoire de vol, de terrorisme et de vengeance.
    Cependant j’ai eu du mal à m’attacher à Hope, surtout à cause de ces informations, parfois dénuées de rapports avec les évènements, qu’elle récite comme un mantra.
    Sa petite sœur, handicapée mentale suite à une maladie infantile, est la seule à se souvenir d’elle et j’ai trouvé dommage que ce lien entre les deux sœurs ne soit pas plus exploité.
    Difficile aussi d’appréhender le fait d’être oubliable comme Hope qu’on oublie dans les 60 secondes après l’avoir quitté des yeux. J’ai trouvé certains personnages durs avec elle, comme l’inspecteur ou l’homme de main de l’entreprise qui a créé l’application mise en cause dans le roman. On lui reproche d’être une voleuse, alors qu’elle ne peut pas avoir de diplôme, ni avoir de travail (comment faire quand chaque jour votre patron oublie qu’il vous a embauché ?). Il faut bien qu’elle survive.
    J’ai bien aimé que Hope rencontre une autre personne comme elle, mais encore une fois, comme avec sa petite sœur, l’idée à peine ébauchée n’a pas été exploitée. C’est vraiment dommage car on reste sur sa faim en permanence, attendant sans cesse des réponses qui ne viennent pas sur des personnages qui ne font que passer.
    Le sujet était intéressant, mais il aurait pu être bien mieux traité.

    Un extrait : Le monde commença à m’oublier quand j’avais seize ans.

    Ce fut un déclin lent et progressif, une petite chose à la fois.

    Mon père, négligeant de me conduire au lycée.

    Ma mère, dressant la table pour trois au lieu de quatre. « Oh ! disait-elle quand j’entrais dans la cuisine, j’ai dû croire que tu étais sortie. »

    Une enseignante, Mlle Thomas, la seule du lycée qui se souciait de ses élèves – pleine de foi en eux, d’espoir en leur avenir –, omettant de me réclamer mes devoirs, de m’interroger, d’écouter mes réponses, jusqu’à ce que je finisse par ne plus lever la main.

    Mes amis, les cinq qui étaient au centre de ma vie, ceux avec lesquels je déjeunais systématiquement, s’asseyant un beau jour à une autre table, non pas à dessein et pour me mettre à l’écart, mais parce que leur regard passait à travers moi : ils ne voyaient plus qu’une inconnue.

    Une dissociation entre mon nom et mon visage pendant l’appel. On se souvient de mon nom, mais le lien est rompu. Qui est Hope Arden ? Un gribouillis à l’encre sans passé ; rien de plus.

    D’abord, on oublie mon visage, puis ma voix, et enfin, très lentement, on oublie ce que j’ai fait. J’ai giflé Adam, mon meilleur copain, le jour où il m’a oubliée. Il est sorti de la pièce en trombe, choqué, et je lui ai couru après, rouge de culpabilité. Le temps que je le rattrape, il était assis dans le couloir de l’aile de sciences, frottant sa joue en feu.

    – Ça va ? ai-je demandé.

    – Ouais, a-t-il répondu. J’ai juste un peu mal.

    – Je suis désolée.

    – Pourquoi ? Ce n’est pas comme si tu avais fait quelque chose.

    Il me regardait ainsi qu’une inconnue, mais il avait des larmes dans les yeux en parlant. De quoi se souvenait-il alors ? Pas de moi, pas de Hope Arden, la fille avec qui il avait grandi. Pas de ma main sur son visage, pas de mes cris postillonnant : « Souviens-toi de moi, souviens-toi de moi ! » La douleur dimi­­nuait, emportant mon souvenir avec elle. Il éprouvait du chagrin, de la colère, de la peur ; ces émotions brillaient dans ses yeux, mais d’où venaient-elles ? Il ne le savait déjà plus, et son souvenir de moi s’effritait tel un château de sable devant la marée.

  • [Livre] A voté

    a vote.jpg

    Résumé : En 2008, les États-Unis s’apprêtent à voter pour leur prochain président. Dans l’État de l’Indiana, dans le comté de Monroe, dans la petite ville de Bloomington, la rumeur enfle et semble se confirmer peu à peu... Et si c’était ici qu’allait se décider le résultat du scrutin ? Depuis que le pays s’est converti à la « démocratie électronique », le puissant ordinateur Multivac sélectionne LE citoyen qui décidera du nom du prochain leader du monde libre. L’omnisciente machine est en effet capable d’analyser ses réponses à un questionnaire qu’elle a elle-même savamment établi, les recoupant avec les tendances observées dans le reste de la société, pour déterminer le résultat de l’élection… qui, désormais, n’a plus de raison d’être.
    Chez les Muller de Bloomington, l’effervescence est à son comble. La petite Linda, dix ans, dont la conscience politique est maintenue en alerte par les précieux conseils de son grand-père en est persuadée, c’est papa qui sera L’électeur de l’année. Mais lorsque les agents du gouvernement envahissent la maison pour assurer le plus grand secret au déroulement du processus, Norman Muller se montre plus que récalcitrant…

     

    Auteur : Isaac Asimov

     

    Edition : Le passager clandestin

     

    Genre : Anticipation - SF

     

    Date de parution : 1955 (1ere édition) ; 08 octobre 2016 (éditions le passager clandestin)

     

    Prix moyen : 4€

     

    Mon avis : Asimov décrit dans sa nouvelle une démocratie poussée au maximum dans laquelle une machine surpuissante va déterminer le vote de l’ensemble des Etats-Unis selon les réponses d’un seul et unique électeur.
    Asimov nous décrit, au travers des explications du grand-père de la petite Linda, qui a lui connu le suffrage universel, comment le souci de libérer le contribuable des frais des élections, des mensonges et des campagnes électorales va conduire à finalement nier la démocratie. Car comment parler de démocratie quand un seul homme représente un pays et que lui-même n’a pas son mot à dire, ses pensées et actes étant analysés par une machine.
    La réduction de plus en plus nette des « échantillons représentatifs » revient à nier toute démocratie. C’est ce que font les sondages aujourd’hui : le panel interrogé étant de plus en plus réduit, mais les résultats réputés de plus en plus fiables.
    Asimov nous montre les dérives d’une société dans laquelle le plus récalcitrant fini par entrer, sans même s’en rendre compte, dans le moule. Ainsi, Norman, l’électeur de l’année, qui est plus que récalcitrant à participer à cette parodie de démocratie, va finir par ressentir la fierté du patriote qui a fait son devoir (peut être à force qu’on lui répète qu’il doit être fier).
    On est ici aux prises avec le mythe de la machine destinée à contrôler l’espèce humaine. Si ce n’est pas encore Skynet, on n’en est pas loin car ceux qui sont là pour gérer la machine obéissent aveuglément à ses indications. De là à ce que les machines ne contrôlent le moindre aspect de la vie, il n’y a qu’un pas.

    Un extrait : Linda, dix ans, était la seule personne de la famille qui semblât prendre plaisir à être réveillée. Norman Muller l’entendait, en ce moment, à travers la torpeur cotonneuse et malsaine dans laquelle il était plongé. Il avait enfin réussi à s’endormir une heure auparavant, mais c’était d’épuisement plus que de sommeil. Maintenant, la fillette était à son chevet et le secouait en criant :

    - Papa, papa, réveille-toi. Réveille-toi !

    - Ca va Linda, murmura-t-il en réprimant un grognement
    - Mais papa, il y a des policiers partout… plus que d’habitude. Des cars pleins d’agents et tout ça…
    Renonçant à dormir, Norman Muller se redressa sur les coudes en jetant autour de lui un regard trouble. Dehors, le jour commençait à naître – un jour aussi misérablement grisâtre que son humeur. Il entendait Sarah, sa femme, trainer les pieds en préparant le petit déjeuner, tandis que, dans la salle de bain, Matthew, son beau-père, graillonnait vigoureusement. Norman se dit que l’agent Handley devait être là, tout prêt, à l’attendre.
    C’était le jour J.
    Le jour des élections !

     

  • [Livre] Wicked : La véritable histoire de la sorcière de l'Ouest

    Wicked.jpg

    Résumé : Qui est vraiment cette mystérieuse sorcière? Est-elle donc si méchante? Comment a-t-elle hérité de cette terrible réputation? Et si c'était elle, la véritable héroïne du monde d'Oz? Ouvrez ce livre et vous découvrirez enfin la merveilleuse et terrible vérité. Quels que soient vos souvenirs de ce chef-d’œuvre qu'est Le Magicien d'Oz, vous serez passionné et touché par le destin incroyable de cette femme au courage exceptionnel. Entrez dans un monde fantastique si riche et si vivant que vous ne verrez plus jamais les contes de la même manière...

     

    Auteur : Gregory Maguire

     

    Edition : Bragelonne

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 20 mai 2011

     

    Prix moyen : 25€

     

    Mon avis : Ce livre, j’en avais envie depuis que j’ai vu la booktubeuse Margaud Liseuse en parler sur sa chaîne. Une vraie obsession… et épuisé en France. Qu’à cela ne tienne, la Suisse c’est pas bien loin ! Et me voilà en possession de mon précieeuuuuux….
    Après je me connais, vu le mal que j’ai eu à l’avoir, il était parti pour attendre des mois avant que je me décide à le lire (Il était tellement bien, installé dans la bibliothèque). Sauf qu’une de mes copinautes de forum a senti la chose arriver et elle me l’a choisi pour la lecture de février/mars.
    Et elle a bien fait, parce que c’est un livre tout simplement génial !
    J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur, mais alors attention, faut pas avoir de gosses qui crient, de bonhomme qui ronfle ou de chat qui miaule, parce que c’est un brin complexe.
    Je n’ai pas lu le magicien d’Oz (j’ai juste vu le film) mais tous ceux qui l’ont lu m’ont affirmé que c’était une petite histoire assez simple, avec des personnages sans grande complexité, qui n’étaient pas vraiment approfondis : on ne sait rien de leur passé, de leurs aspirations sur le long terme… Mais avec Wicked, on est dans un autre registre.
    Déjà, d’après ce qu’on a pu me dire du roman de L. Frank Baum, Wicked est plus adulte et nettement plus sombre.
    On va ainsi suivre la méchante sorcière de l’ouest, prénommée Elphaba, fille d’un pasteur, depuis sa naissance dérangeante, avec sa peau étrangement verte, jusqu’à sa fin.
    L’histoire n’a pas vocation à réécrire l’histoire originelle, ni même à s’en écarter, mais à la considérer d’un œil neuf.
    Chaque personnage gravitant autour d’Elphaba va ainsi être approfondi, que ce soit Glinda, Nessarose (la méchante sorcière de l’Est) ou encore le magicien lui-même.
    Loin d’un conte pour enfant, on va trouver ici de la politique, des coups d’Etat, de la sécession, de l’extrémisme religieux, de la discrimination, de la violation de droits, de l’exploitation et de l’oppression des peuples mais aussi de la résistance à la dictature.
    Alors que dans le magicien d’Oz on nous présente Elphaba comme LA méchante sorcière, ici, on va connaître tous les évènements qui ont amené les gens à la considérer ainsi.
    Au fil des pages, on découvre une méchante sorcière pas si méchante que ça, mais humaniste, engagée dans la lutte pour la liberté. On la découvre au cours de ses études pendant lesquelles elle côtoie une certaine Glinda, une jeune aristocrate hautaine et superficielle, pas vraiment une sainte, mais pas non plus fondamentalement méchante.
    Et surtout, on va comprendre pourquoi elle en veut autant au Magicien et pourquoi elle est aussi obsédée par les souliers que récupère Dorothy.
    L’auteur a utilisé des ellipses temporelles pour avancer dans l’histoire. A la fin de chaque « période » on reste avec de nombreuses questions qui seront résolues pour la plupart dans la « période » suivante qui a souvent lieu plusieurs années plus tard. Cette méthode de narration permet d’avancer plus vite, mais aussi d’avoir des réponses aux questions qui sont posées avec le recul que les personnages ont acquis avec les années écoulées.
    J’ai vraiment beaucoup aimé Elphaba, d’autant plus que les personnages qui l’entourent ne provoquent guère de sentiments positifs. Dans le meilleur des cas, ils sont faibles et incapables de comprendre les enjeux de ce qui se passe autour d’eux. Pour d’autres, comme Nessarose, ils sont tout simplement imbuvables.
    J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture, mais je n’ai pas lu très vite car la richesse du monde que nous présente Gregory Maguire est telle qu’on a l’impression de lire plus de pages qu’il n’y en a, tant il y a d’informations à assimiler.

    Un extrait : Pendant des jours, Melena ne put supporter de regarder la créature. Elle la tenait, comme le doit une mère. Elle attendait que la lame de fond de l’amour maternel se lève et l’emporte. Elle ne pleurait pas. Elle mâchait des feuilles de pinlobe, dérivant loin du désastre.
    C’était elle. Une elle. Melena s’entrainait mentalement quand elle était seule. Le paquet agité et mécontent n’était pas mâle ; ce n’était pas neutre ; c’était féminin. Ca dormait, comme un tas de feuilles de chou lavées et mises à sécher sur la table.
    Dans une crise de panique, Melena écrivit à Colwen pour extirper la gouvernante de sa retraite. Frex partit dans une carriole pour aller chercher Nounou à l’arrêt de Roquebarre. En chemin, Nounou demanda à Frex ce qui n’allait pas.
    - Qu’est ce qui ne va pas ? soupira-t-il, et il se perdit dans ses pensées.
    La vieille comprit qu’elle avait mal choisi ses mots ; voilà que Frex pensait à autre chose. Il se mit à débiter en marmonnant des considérations générales sur la nature du mal. Un vide créé par l’absence inexplicable du Dieu Innommé, et dans lequel le poison spirituel se précipite. Un vortex.
    - Je veux dire : quel est l’état de l’enfant ! répliqua Nounou, au bord de l’explosion. Ce n’est pas de l’univers qu’il faut me parler, mais d’un enfant, si je dois vous aider ! Pourquoi Melena fait-elle appel à moi, au lieu de sa mère ? Pourquoi n’a-t-elle pas écrit à son grand-père ? C’est l’éminent Thropp, pour l’amour de Dieu ! Melena ne peut pas avoir négligé ses devoirs à ce point-là, ou alors la vie à la campagne est-elle pire que ce que nous pensions ?
    - C’est pire que ce que nous pensions, répondit tristement Frex. Le bébé… il vaut mieux vous préparer, Nounou, pour ne pas crier. Le bébé a des lésions.
    -Des lésions ?
    Nounou étreignit la poignée de sa valise et tourna les yeux vers les buissons aux feuilles rouges, en bord de route.
    - Frex, dites-moi tout.
    - C’est une fille, dit Frex

    - Quelles « lésions » en effet, ironisa Nounou, mais Frex, comme d’habitude, ne comprit pas la pique. Eh bien, au moins le titre familial est préservé pour les générations suivantes. A-t-elle tous ses membres ?

    - Oui

    - Plus que tous ses membres ?

    - Non

    - Est-ce qu’elle tète ?

    - Impossible. Elle a des dents extraordinaires, Nounou. On dirait des dents de requin.
    - Eh bien, elle ne sera pas le premier bébé à grandir en tétant un chiffon ou une bouteille au lieu d’un téton, ne vous inquiétez pas pour ça.

    - Elle est de la mauvaise couleur, dit Frex.

    - De quelle couleur est la « mauvaise couleur » ?

    L’espace d’un instant, Frex ne put que hocher la tête. Nounou, qui ne l’appréciait guère et n’avait nulle envie de l’apprécier, se radoucit tout de même.

    - Frex, cela ne peut pas être si grave. Il y a toujours un moyen de s’en sortir. Dites-le à Nounou.

    - C’est vert, dit-il enfin. Nounou, c’est vert comme de la mousse.

    - Elle est verte, vous voulez dire. C’est une fille, pour l’amour du ciel !

    - Ce n’est pas pour l’amour du ciel. (Frex se mit à pleurer.) Cela ne fait aucun bien au ciel, et il ne l’approuve pas. Qu’allons-nous faire.

    - Allons. (Nounou détestait les hommes qui chouinaient.) Ca ne peut pas être si grave que ça. Melena n’a pas une goutte de sang gâté. Quelle que soit l’affection de cette enfant, elle réagira aux soins de Nounou. Ayez foi en Nounou.

    - J’avais foi dans le Dieu Innommé, sanglota Frex.

    - Nous n’œuvrons pas toujours dans des directions opposées, Dieu et Nounou, dit Nounou.

    Elle savait que c’était blasphématoire, mais elle ne pouvait résister à cette pique, tant que les défenses de Frex étaient au plus bas.

    - Mais ne vous inquiétez pas, je n’en soufflerai mot à la famille de Melena. Nous allons régler tout ça en un éclair, et nul n’aura besoin de le savoir. Le bébé a un nom ?

    - Elphaba, dit Frex

    - D’après Sainte Aelphaba de la Cascade ?

    - Oui

    - Un joli prénom ancien. Vous utiliserez le diminutif courant de « Fabala », je suppose.

    - Qui peut savoir si elle vivra assez longtemps pour qu’on lui donne un surnom ?

    On avait l’impression que Frex l’espérait.

     

     

  • [Livre] Korss'Hanes - T01 - L'Eveil

     

    Je remercie les auteurs et le site Librinova pour cette lecture

     

    L'éveil.jpg


    Résumé
     : La naissance de deux enfants peut-elle faire basculer le destin d’une nation ?
    Une ancienne prophétie le laisse suggérer et les événements se précipitent. Une guerre se prépare mais qui pourra en prévoir les conséquences ?
    Quand le passé antique et les légendes ressuscitent, le monde des hommes flirte avec le bord du précipice.
    Les enfants du présage se retrouvent au centre du combat. Mais peut-on se fier aux prophéties ?

     

    Auteur : Benjamin Lebrun et Yohann Carouge

     

    Edition : Auto-Edition avec l’aide de Librinova

     

    Genre : Fantasy

     

    Date de parution : 4 Janvier 2017

     

    Prix moyen : 21€

     

    Mon avis : J’ai mis un certain temps à lire ce livre car je n’ai pas vraiment l’habitude (ni la patience, mea culpa) de lire de la fantasy. Il faut dire que ce premier tome a la lourde charge de nous présenter tout un monde avec ses coutumes (plusieurs coutumes, car plusieurs peuples), ses traditions, ses légendes etc… Cela donne un univers très riche et une somme d’informations assez importante à intégrer.
    Pour autant, les auteurs ne se sont pas laissés emportés dans des pages et des pages indigestes de descriptions. Les informations, quoique nombreuses, sont dispersées tout au long du roman, ce qui les rend plus faciles à appréhender.
    En général, j’ai du mal à apprécier les romans auto-édités. Les auteurs ont du mal à accepter cet état de fait, mais force est de constater que si leur roman n’a pas trouvé de maison d’édition, ce n’est pas pour rien.
    Mais ce roman fait partie des exceptions ! Il est bien meilleur que ce que j’ai pu voir, en général, dans le domaine de l’autoédition.
    Il a un style clair et direct, qui évite les répétitions inutiles (la plupart du temps), et le langage inadapté au style du livre, ce qui est le reproche que l’on peut le plus souvent faire aux romans auto-édités.
    Peut-être le fait que les auteurs soient deux les a-t-il aidés à ce sujet.

    Bien sûr, il a quelques défauts, mais ce sont des défauts qui ne seront pas difficile à corriger.
    Parmi eux on compte quelques maladresses de langage, quelques fautes d’orthographes (ou peut-être des coquilles), quelques erreurs de concordance. Le plus gros « problème » est un gros souci d’accord du participe passé qui se présente à plusieurs reprises.
    En bref, rien qui ne soit insurmontable et qui ne peut pas être corrigé avec une relecture plus minutieuse.
    Et même si on grince un peu des dents, cela n’empêche pas la lecture car le texte reste tout à fait compréhensible et ce n’est pas non plus comme s’il y avait une faute à chaque paragraphe.
    Il y a parfois des mots d’argot français qui semblent dénoter dans un monde inconnu comme celui créé par les auteurs (Quand une guerrière « s’emplafonna » contre un mur, il m’a fallu 5 minutes pour arrêter de rigoler… ça a un peu cassé le coté dramatique et sérieux de la scène).

    J’ai beaucoup aimé la complexité des personnages. Aucun d’entre eux n’est tout blanc ou tout noir, et même pour ceux à qui on ne donnerait même pas l’heure, il est difficile de comprendre leurs motivations du premier coup.
    Les personnages sont attachants, qu’ils soient principaux ou secondaires. A chaque combat, j’avais presque peur de tourner les pages, car, s’il y a bien une chose qui ressort des scènes de bataille c’est que, comme dans Game of thrones : personne n’est à l’abri !!! (Bon à part peut-être les jumeaux, mais pour combien de temps ?).
    Comme tout premier tome qui se respecte, celui-ci nous fait nous poser plein de questions.
    Il y en a une que je me pose plus particulièrement : le traître qui se fait crever un œil (non, je ne spoile pas, quand il se fait crever un œil, on sait déjà que c’est un traître) : j’aurais aimé en savoir plus sur ses motivations. Alors oui, ok, il y a l’ambition et l’avidité. Mais il y a aussi une profonde haine, et, étant donné qu’il semblerait que ce soit un ami d’une des héroïnes (ou en tout cas qu’il l’a été dans le passé), j’aurais aimé savoir ce qui avait provoqué cette haine.
    Les dieux et déesses m’ont également intriguée et agacée. Déjà, il semblerait qu’ils ne soient pas plus divinités que vous et moi, seulement de puissants shamans si l’on se fie à une discussion entre « la déesse » et l’un des derniers représentants d’une race ancienne (et là, ça devient difficile d’en parler sans trop en dire !). Je suis curieuse de voir comment cela va tourner… Surtout après les révélations faites sur l’un des jumeaux.

    La fin est assez intrigante pour qu’on ait envie d’en savoir plus et, si le prochain tome est plus relu et corrigé, ce livre sera digne de ceux qui ont inspiré les auteurs !

    Un extrait : L’éclat étincelant des rayons des soleils ne perturbait pas les deux combattants. De nombreuses gouttes de sueur ruisselaient sur leurs fronts plissés. La concentration était à son paroxysme. Le fer s’entrechoquait tandis que de la poussière s’envolait à chaque mouvement d’esquive, de parade ou d’attaque. La fluidité et la vitesse d’exécution des gestes des bretteurs laissaient supposer une grande maîtrise dans l’art de l’acier. Les épéistes étaient splendides à observer, leur gestuelle était un véritable spectacle pour la dizaine d’officiers en armure intégrale, attroupés autour des deux fines lames. Chacun d’entre eux hurlait des encouragements à l’encontre de son favori. Les deux bretteurs n’avaient rien de commun. L’un était un véritable colosse maniant une large épée à deux mains, et l’autre, une amazone combattant avec deux armes. Elle alliait la grâce, la précision et l’agilité d’un félin.

    Soudain, d’une facilité déconcertante, cette dernière désarma son adversaire à l’aide d’un moulinet du poignet et en profita pour lui poser une de ses lames sur la gorge. Celui-ci était maintenant à genoux dans la poussière. Leurs regards se croisèrent lorsque plusieurs cris de soldats brisèrent l’instant de silence d’après confrontation. Elle se retourna arborant un sourire resplendissant. Malgré les marques de l’effort, sa beauté envoûtante n’était en aucun cas affectée. Sa chevelure brune flottait au gré des rafales de vent, ses courbes fines et sa taille de guêpe auraient fait frémir de désir un homme de foi.

    Alors que tout semblait gagné, le colosse lui faucha les jambes à l’aide de son puissant avant-bras droit. La belle guerrière eut à peine le temps de réaliser ce qui lui arrivait que le genou de son adversaire se posait sur sa cage thoracique, lui coupant le souffle et bloquant, par la même occasion, sa capacité de mouvement. Il lui adressa alors la parole d’un air sévère, le ton de sa voix n’avait rien d’agréable. On aurait dit la leçon d’un adulte envers un garnement un peu trop effronté.

    — Combien de fois devrais-je te répéter Illiaka que rien n’est gagné tant que ton adversaire n’est pas tombé sous les coups de ta lame ? Si tu jouais ta vie en ce moment, tes entrailles seraient déjà en train de se déverser sur ce sol.

    — Mais père, ce n’était qu’un entraînement ! Je n’ai pas combattu avec l’intention de vous tuer.

    Ce genre de discours, emprunt de légèreté, énervait au plus haut point Kiran Ryan, le général en charge de la forteresse d’Yvosk.

    — Sotte ! Tu n’es qu’une sotte ! Nous ne sommes pas en guerre mais ne prends pas cet entraînement à la légère. Je n’irai pas ramasser les restes de ton cadavre si tu succombes sous le poids de ton insouciance.

    Illiaka s’échappa de l’emprise de son père, se leva et se dirigea vers ses quartiers. Elle se retourna et le défia du regard.

    — Celui qui me tuera n’est pas encore né ! Personne ne manie l’art de l’acier mieux que moi et vous le savez très bien, assura-t-elle en s’éloignant.

    Alors qu’elle se dirigeait vers ses appartements, elle décida de faire un léger détour par les murs d’enceinte de la cité. Arriver en haut n’était pas chose aisée, leur hauteur avait déjà repoussé par le passé de nombreuses tentatives d’invasion. La forteresse était restée inviolée jusqu’à ce jour, les armées romoriennes et thodoriennes avaient subi quantité d’échecs. De gigantesques « tueurs de pierre » gardaient la muraille, il s’agissait de catapultes capables d’envoyer d’énormes amas de roches. Un véritable massacre si l’armée adverse n’arrivait pas à les neutraliser. Cette dizaine d’engins de mort faisait la fierté de la cité kholienne d’Yvosk. Du haut des remparts, Illiaka pouvait observer ses futures terres, celles qu’elle avait juré de défendre au péril de sa vie. Être la fille de Kiran Ryan impliquait de lourdes responsabilités et elle n’en était pas peu fière.