Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bandes Dessinées, mangas et albums

  • [Livre] Billy Brouillard - T01 - Le don de trouble vue

    Billy Brouillard T01.jpg

    Résumé : Je m'appelle Billy Brouillard. 
    J'aime la solitude et la nuit, la pluie et la mélancolie. 
    Mais la mort me fait peur.

    Pourquoi m'a-t-elle pris Tarzan ? 
    Pourquoi m'a-t-elle pris mon chat ? 
    Qui est-elle exactement ? 
    Où nous emmène-t-elle le moment venu ?

    Ce soir, je percerai son secret, ce soir je retrouverai Tarzan ...

    Je m'appelle Billy Brouillard ... 
    J'ai un super pouvoir, une sorte de don ...
    Le don de trouble vue ...


    Auteur : Guillaume Bianco

     

    Edition : Soleil

     

    Genre : Bande dessinée

     

    Date de parution : 26 novembre 2008

     

    Prix moyen : 23€

     

    Mon avis : Billy Brouillard est un petit garçon qui voit le monde différemment. Avec lui, les ombres prennent forme et les fantômes sont aussi réels que sa petite sœur.
    Dans ce premier tome, Billy nous entraîne dans son monde à la recherche de réponse sur la mort.
    Tarzan, son chat, vient de mourir et Billy veut comprendre qui est la mort, pourquoi a-t-elle emmené Tarzan, que devient-on quand on est mort et comment combattre la mort.
    On a ici une bande-dessinée entièrement en noir et blanc ou en sépia, qui mélange planches classiques et pages de journal, d’encyclopédie, réclame ou encore contes, poésie, bestiaire…
    Les planches classiques sont le fil conducteur de l’histoire. Tout le reste vient étoffer le monde dans lequel évolue le petit garçon.
    L’absence de couleur renforce une ambiance pesante, angoissante et glauque qui était déjà bien mise en place par le texte.
    Pour rester dans l’ambiance, le comptage des pages se bloque à la page 13. Alors il est certain que c’est thématique, mais ce n’est pas très pratique pour faire un suivi lecture.
    Le déroulé de la BD donne l’impression de suivre le fil de la pensée de Billy. Comme s’il se disait soudain : Ah tiens, au fait, je vous ai parlé de la petite fille aux couteaux ?
    On a souvent l’impression de sauter du coq à l’âne car les pensées d’un enfant de 7 ans sont rarement ordonnées d’autant plus quand il est en plein questionnement existentiel.
    Au début du livre, Billy, qui est quand même assez futé, se dit que le père noël est si vieux qu’il a sûrement trouvé moyen de défier la mort. C’est donc tout à fait naturellement qu’il écrit au vieil homme pour lui demander conseil.
    A la toute fin de ce 1er tome, il va recevoir une réponse qui ne va pas le satisfaire et qui va introduire le tome 2 : « Le petit garçon qui ne croyait plus au père noël ».
    La Bd est un peu dans le style Tim Burton et, en dehors des planches classiques qui déroulent l’histoire de Billy, a quelque des cabinets de curiosités des siècles passés.
    La BD est un peu chère, mais elle vaut son prix, entre son épaisseur (143 pages) et son contenu qui est riches et varié. Je ne vais pas me précipiter sur la suite, mais je pense que je prendrais tous les tomes de Billy, ne serait-ce que pour voir s’il va enfin avoir la réponse à ses questions !

     

    Un extrait :

    billy brouillard extrait.jpg

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Mémoires de Marie-Antoinette – T02 – La Révolution

    mémoires de marie Antoinette T02.jpg

    Résumé : En choisissant de raconter la vie de Marie-Antoinette comme si elle écrivait ses propres mémoires, Noël Simsolo trouve le ton juste pour brosser un portrait à la fois complet et touchant de la plus célèbre reine de France, auquel le trait léger et délicat d’Isa Python vient apporter un supplément d’élégance.


    Auteur : Noël Simsolo

     

    Edition : Glénat

     

    Genre : Bande dessinée, Historique

     

    Date de parution : 16 Mai 2018

     

    Prix moyen : 19,50€

     

    Mon avis : A la fin du premier tome, la Reine, qui, emprisonnée à la prison du Temple, écris ses mémoires, en était au moment d’une rumeur qui commence à enfler : l’achat par ses soins d’un faramineux collier.
    Le second tome reprend à cet endroit des mémoires : l’affaire du collier. Cette affaire a servi les intérêts des antimonarchistes qui ont pu discréditer la Reine et pointer du doigt ses dépenses alors que le peuple mourrait de faim. Et la Reine, blessée qu’on ne lui reconnaisse pas le statut de victime, ce qu’elle a le sentiment d’être dans cette escroquerie, a accumulé les erreurs de jugement.
    Avec la tourmente de la Révolution qui débute, on voit les nombreuses erreurs politiques commises par le couple royal. Le roi est montré comme un réformateur qui a préféré étouffer dans l’œuf ses idées progressistes pour ne pas aller à l’encontre de la tradition séculaire transmise par ses aïeux. La Reine, comme une monarchiste convaincue refusant le moindre compromis, à l’instar de ce qu’aurait fait sa mère.
    Le rythme est plus rapide dans ce second tome et on s’attarde moins que dans le premier sur le détail des événements (mais il faut dire que la période a été riche événements qui se sont succédés à un rythme effréné sur un temps très court).
    Comme dans le premier tome, la famille royale apparait toute en nuances : ni anges, ni démons, juste des êtres humains ayant commis des erreurs.
    Si j’ai un bémol, c’est que si, dans l’ensemble, les révolutionnaires apparaissent comme déterminés mais maîtres d’eux-mêmes, à chaque fois qu’on nous en montre des hystériques pétris de haine, il s’agit de femmes.
    L’illustrateur étant une illustratrice, j’aurais pensé ne pas trouver ce cliché selon lequel l’hystérie et la perte de contrôle sont des défauts typiquement féminins (d’autant qu’à part la marche des femmes et quelques figures féminines isolées, la Révolution a été avant tout une affaire d’hommes).
    Mais en dehors de ce bémol, j’ai adoré !

     

    Un extrait :

    MA1.jpg

    MA2.jpg

     

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • [Livre] La boîte à musique – T01 – Bienvenue à Pandorient

    La boite à musique.jpg

    Résumé : Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l'intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu'un lui fait signe et lui demande de l'aide. Dès lors, en suivant les instructions d'Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable... Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d'Andréa et de son frère Igor, est gravement malade... Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L'eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s'occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne... avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père.
    À moins que tout cela ne fût qu'un rêve... ou pas !


    Auteur : Carbone et Gijé

     

    Edition : Dupuis

     

    Genre : Bande-Dessinée

     

    Date de parution : 26 Janvier 2018

     

    Prix moyen : 12€

     

    Mon avis : A force d’entendre parler de cette BD, j’ai eu envie de voir ce que ça pouvait bien donner.
    Dès que je l’ai ouverte j’ai apprécié les dessins qui sont dans des couleurs très douces mais bien présentes.
    Côté histoire, si le début est assez classique, avec l’entrée dans un monde par un objet du quotidien, Nola, la petite héroïne, va découvrir un univers que sa mère a déjà visité avant elle. Elle va donc à la fois devoir se familiariser avec ce monde inconnu et comprendre pourquoi sa mère ne lui en a jamais parlé.
    Pour l’instant, ni Nola, ni le lecteur ne savent grand-chose de Pandorient si ce n’est qu’il semble que ce soit un pays vivant sous une sorte de dictature (Nola apprend qu’à Pandorient on n’est pas libre d’aimer qui on veut) et que les lieux sont dangereux.
    Ce tome est vraiment un tome d’introduction qui nous met l’eau à la bouche sans pour autant nous expliquer quoi que ce soit sur l’univers dans lequel vivent Andréa et Igor.
    Le fait que la mère de ces deux nouveaux amis ait connu sa mère, de savoir que celle-ci a eu un tel secret, va pousser Nola à sortir de son enfermement et à commencer à faire son deuil.
    Les personnages présents à Pandorient sont étonnants. Si Andréa et sa famille sont humains bien que dotés de certains pouvoirs, on peut voir évoluer à leurs côtés des animaux parlants et d’autres créatures plus difficilement identifiables.
    Pas grand-chose de plus à dire sur ce premier tome qui ne fait, au final, que nous présenter Nola ainsi qu’Andréa, Igor et leur maman, si ce n’est que j’ai hâte de découvrir la suite, prévue pour novembre.

     

    Un extrait :

    La boite à musique 1.jpg

    la boite à musique 2.jpg

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Paroles d'honneur

    Paroles d'honneur.jpg

     

    Résumé : Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre "Dans le jardin de l'ogre", un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l'addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l'auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité.
    Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides.
    Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n'entraîne l'effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s'agit de faire entendre la réalité complexe d'un pays où l'islam est religion d'Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.


    Auteur : Leila Slimani

     

    Edition : Les Arènes

     

    Genre : Bande-dessinée

     

    Date de parution : 06 Septembre 2017

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : Ce qui m’a le plus frappée dans cette BD c’est l’hypocrisie. Il y a un article du code pénal qui puni de plusieurs mois d’emprisonnement et d’amende les relations sexuelles hors mariage. Bon, en dehors du fait qu’en tant qu’occidentale je ne peux que m’insurger contre une telle loi, il faut aussi voir son application dans le pays même qui l’a adoptée.
    A aucun moment dans cette loi, il n’est dit : Est punie de…. LA FEMME qui… non, c’est tout le monde, quel que soit son sexe. Pourtant, la femme semble être la seule touchée. Car une femme doit être vierge ou mariée. En revanche l’homme lui, pas de soucis, il peut s’envoyer en l’air à tous les coins de rue.
    Quand une femme seule veut prendre un appartement, non seulement on lui réclame l’autorisation écrite de son père mais en plus même cela ne suffit pas toujours car, dans l’esprit des propriétaires : femme seule = prostituée…Ben oui, forcément, c’est bien connu, perdez-nous des yeux trente secondes et on peut pas s’empêcher d’ouvrir des maisons closes !
    En revanche un homme célibataire est accueilli à bras ouvert par le même propriétaire !
    Un des personnages masculin va même s’énerver lorsque sa meilleure amie lui fait remarquer l’incohérence qu’il y a à collectionner les aventures mais à ne vouloir se marier avec une fille vierge seulement. Il lui sort cette phrase à graver dans les anales de l’hypocrisie masculine : C’est mon droit quand même, j’ai le droit de vouloir à la fois baiser et me marier avec une vierge.
    Et que dire du médecin qui, confronté à la grossesse extra-utérine d’une patiente célibataire (situation potentiellement mortelle), est plus concerné par la dénonciation de cette femme que par les soins à lui apporter ?
    Quand on pense que le Maroc est dans les premier au rang des pays plus gros consommateur de films pornographiques, il y a de quoi s’arracher les cheveux.
    Cette bande-dessinée me conforte dans l’idée que le problème ne vient pas de la religion mais des hommes qui la détournent afin d’assouvir leur soif de pouvoir et de contrôle sur les femmes.
    En quoi les femmes les effraient-elles tant pour vouloir à tout prix les enfermer dans un carcan de règles plus rétrogrades les unes que les autres ? Si c’est le pouvoir de donner la vie, franchement, les gars, on vous refile les règles douloureuses, les nausées matinales et l’accouchement de bon cœur !
    Cette bande dessinée est l’adaptation d’un essai de Leila Slimani : Sexe et mensonges, édité lui aussi aux éditions Les Arènes. Si la bande-dessinée permet de vulgariser le sujet et de le rendre accessible à tous, sans doute l’essai est-il plus étoffé et peut intéresser ceux qui veulent se documenter davantage sur le sujet.

     

    Un extrait :

    ori_aex_224450_9782352046547-page3.jpg

    ori_aex_224450_9782352046547-page5.jpg

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

     

  • [Livre] Le Grand Méchant Renard

    Le grand méchant renard.jpg

     

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel...

     

    Auteur : Benjamin Renner

     

    Edition : Delcourt

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 21 janvier 2015

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : Je suis tombée sur quelques planches de cette bande dessinée au détour d’un blog et j’ai immédiatement eu envie de me la procurer tant les deux ou trois pages lues m’avaient fait rire.
    J’avoue que j’avais une crainte : celle que, à l’instar de certains films, tout l’intérêt de la BD réside dans la « bande annonce » et que l’humour ne tienne pas la distance sur la totalité de l’ouvrage.
    Eh bien, j’ai vite été rassurée : l’humour ne retombe pas une seule seconde.
    Le grand méchant renard fait rire, fait pitié, attendrit… tout cela à la fois.
    Quant aux personnages secondaires, je ne saurais dire qui j’ai préféré de la poule caractérielle et à la main leste, du loup blasé, du chien paresseux ou encore du duo cochon et lapin aussi timbré l’un que l’autre.
    Les illustrations mettent l’accent sur les personnages, ne faisant qu’esquisser les décors et supprimant cadres et bulles qui rendent un effet trop strict. Même les dessins des personnages sont simples, sans détails superflus. L’auteur de la BD a vraiment mis l’humour au centre de son œuvre et ne laisse rien l’en détourner.
    C’est le type même de BD qui convient à tous les âges. Les plus petits riront des « baffes » que prend ce pauvre renard, les plus grands seront plus sensibles aux dialogues truffés d’humour et de sous-entendus.
    J’ai rarement autant rit dans une BD. La plupart du temps l’humour retombe à un moment ou un autre, mais pas ici ! Et chose rare, elle plaira aussi bien aux filles qu’aux garçons !
    La bande dessinée a été adaptée en dessin animé, je vais essayer de le voir, par curiosité, pour voir si l’esprit de la BD a vraiment été respecté.

     

    Un extrait :

    le-grand-mechant-renard-1.jpg

    le-grand-mechant-renard-2.jpg

     

     

    coup de coeur.jpg