Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 7

  • C'est lundi que lisez-vous? #177

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Ni mariée ni enterrée T01.jpg November 9.jpg

    La meute du phenix T01.jpg contes pour enfants sages.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Confess.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

    Au dessus de tout soupçon.jpg Confess.jpg La meute du phenix T01.jpg

    Le souffle de midas.jpg Ni mariée ni enterrée T01.jpg November 9.jpg


    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #19

    Premières lignes.jpg

     

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Forbidden de Tabitha Suzuma dont vous pourrez lire ma chronique ICI

     

    forbidden.jpg


    Je regarde les petites boules noires éparpillées sur le rebord de la fenêtre à la peinture blanche écaillée, et qui crisseraient sous les pas si l’on marchait dessus. Difficile d’imaginer qu’elles ont un jour été en vie ! Je me demande ce qu’on peut ressentir enfermé dans un bocal en verre sans air, à rôtir pendant deux longs mois sous un soleil de plomb, à voir l’extérieur où le vent agite les arbres verts, alors qu’on se heurte encore et encore à un mur invisible qui interdit accès à tout ce qui est réel, vivant et vital, et que, blessé, épuisé, vaincu par cet obstacle infranchissable, on finit par succomber. À quel moment une mouche renonce-t-elle à s’évader par une fenêtre fermée ? Son instinct de survie la pousse-t-il à continuer jusqu’à ce qu’elle en soit physiquement incapable, ou comprend-elle enfin, après s’être écrasée une fois de trop contre la vitre, qu’elle ne pourra jamais sortir ? À quel moment estime-t-on qu’il est temps de renoncer ?
    Je détourne les yeux des minuscules carcasses et tente de me concentrer sur les nombreuses équations du second degré tracées au tableau. Je sens que je transpire ; des mèches de cheveux sont collées à mon front, ma chemise adhère à ma peau. Le soleil a cogné tout l’après-midi à travers les grandes baies et je suis précisément assis derrière l’une d’elles, à moitié aveuglé par ses rayons puissants. Le rebord de la chaise en plastique me rentre dans le dos, car je suis légèrement penché en arrière, une jambe étendue et le talon posé sur le petit radiateur contre le mur. Les poignets de ma chemise pendent autour de ma main, maculés d’encre, sales. La page blanche posée devant moi semble me considérer d’un air désespéré et, dans un état quasi léthargique, je me mets à résoudre les équations, d’une écriture à peine lisible. Le stylo glisse entre mes doigts moites, j’essaie de déglutir, mais j’ai la bouche si sèche que je n’y parviens pas… Cela fait à peu près une heure que je suis dans cette position, cependant je sais qu’il est vain d’essayer d’en trouver une plus confortable. Je m’attarde sur les résultats que j’ai trouvés, inclinant la plume de mon stylo de sorte qu’elle accroche un peu le papier, car, si je finis trop tôt, je n’aurai plus rien à faire, à part contempler de nouveau le spectacle des insectes morts. J’ai mal à la tête. L’air de la pièce est chargé de la transpiration de trente-deux adolescents qui macèrent dans une classe où il fait bien trop chaud. Je ressens comme une pression sur la cage thoracique. J’ai du mal à respirer, et ce n’est pas seulement dû à l’atmosphère étouffante qui règne dans la salle de classe. Cette boule pèse sur moi depuis mardi, au moment où j’ai franchi les grilles du lycée pour affronter une nouvelle année scolaire. La semaine n’est pas encore terminée, et j’ai déjà l’impression d’être ici depuis une éternité. Entre les murs de l’école, le temps ne s’écoule pas, il semble se solidifier. Rien n’a changé. Les gens sont toujours les mêmes : expressions ineptes, sourires méprisants. Je les regarde sans les voir quand j’entre dans la classe, tout comme je suis transparent à leurs yeux. Je suis ici sans l’être. Les professeurs me marquent présent, mais personne ne me voit : il faut dire que, après des années de pratique, j’ai le don de me rendre invisible.

     

    Alors tenté?

  • [Livre] La cuisinière d’Himmler

    La cuisinière d'Himmler.jpg

     

    Résumé : Ceci est l'épopée drolatique d'une cuisinière qui n'a jamais eu peur de rien. Personnage loufoque et truculent, Rose a survécu aux abjections de cet affreux XXe siècle qu'elle a traversé sans rien perdre de sa sensualité ni de sa joie de vivre. Entre deux amours, elle a tout subi : le génocide arménien, les horreurs du nazisme, les délires du maoïsme. Mais, chaque fois, elle a ressuscité pour repartir de l'avant. Grinçant et picaresque, ce livre raconte les aventures extraordinaires d'une centenaire scandaleuse qui a un credo : "Si l'Enfer, c'est l'Histoire, le Paradis, c'est la vie".


    Auteur : Franz-Olivier Giesbert

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Historique

     

    Date de parution : 26 avril 2013

     

    Prix moyen : 21€

     

    Mon avis : J’ai vraiment bien aimé ce livre, mais honnêtement, je cherche encore le « drolatique » dans cette histoire. Même si Rose a parfois des réactions qui arrachent un sourire, le livre est surtout tragique. Rose a tout connu des horreurs du XXème siècle : génocide arménien (elle sera la seule survivante de sa famille et connaitra l’esclavage sexuel), 2nd guerre mondiale (son ex-mari et ses enfants seront déportés, elle sera violé par un nazi), le régime de Mao (son 3ème mari sera tué. Elle n’aura la vie sauve que grâce à son emploi à l’ambassade qui lui permettra de fuir le pays).
    Rose n’oublie rien, ne pardonne rien. Elle n’hésite pas à se venger en éliminant ceux qui lui ont fait du tort. Si on peut comprendre son envie de vengeance et si on ne va pas pleurer sur le sort de ses cousins adoptifs qui la réduisent en esclavage pour s’approprier l’héritage ou des collabos à qui elle a fait payer ses malheurs, on ne peut que s’interroger sur la moralité de cette femme qui s’érige en juge, jury et bourreau. D’autant plus qu’elle n’a pas hésité à travailler pour Himmler et plus si affinité, cuisinant même pour Hitler en personne pour avoir des informations sur le sort de ses enfants. Pendant tout ce temps, elle a fait les 4 volontés de ce haut fonctionnaire nazi sans broncher.
    J’avoue que si j’ai été très intéressée par le côté historique (Rose nous fait découvrir ou redécouvrir l’Histoire), j’ai été moins emballée par toutes les parties se déroulant de nos jours et où une rose de 105 ans continue à avoir « la gâchette facile ».
    Disons qu’à trop de surenchère, le personnage de Rose devient si absurde (mais pas dans le sens amusant du terme) qu’il perd tout intérêt au fur et à mesure qu’il perd en crédibilité.
    C’est dommage car c’était une manière intéressante de raconter l’histoire. Mais je pense que la Chine de Mao était de trop. Ou alors il aurait fallu plus d’un personnage, pour que chacun ait sa part d’histoire.
    Pour autant l’écriture est agréable et cette manière de raconter l’Histoire reste originale et percutante.
    Une lecture en demi-teinte quand on en attendait autre chose, trompé par le résumé.

    Un extrait : Je ne supporte pas les gens qui se plaignent. Or, il n’y a que ça, sur cette terre. C’est pourquoi j’ai un problème avec les gens.

    Dans le passé, j’aurais eu maintes occasions de me lamenter sur mon sort mais j’ai toujours résisté à ce qui a transformé le monde en grand pleurnichoir.

    La seule chose qui nous sépare des animaux, finalement, ce n’est pas la conscience qu’on leur refuse bêtement, mais cette tendance à l’auto-apitoiement qui tire l’humanité vers le bas. Comment peut-on y laisser libre cours alors que, dehors, nous appellent la nature et le soleil et la terre ?

    Jusqu’à mon dernier souffle et même encore après, je ne croirai qu’aux forces de l’amour, du rire et de la vengeance. Ce sont elles qui ont mené mes pas pendant plus d’un siècle, au milieu des malheurs, et franchement je n’ai jamais eu à le regretter, même encore aujourd’hui, alors que ma vieille carcasse est en train de me lâcher et que je m’apprête à entrer dans ma tombe.

    Autant vous dire tout de suite que je n’ai rien d’une victime. Bien sûr, je suis, comme tout le monde, contre la peine de mort. Sauf si c’est moi qui l’applique. Je l’ai appliquée de temps en temps, dans le passé, aussi bien pour rendre la justice que pour me faire du bien. Je ne l’ai jamais regretté.

    En attendant, je n’accepte pas de me laisser marcher sur les pieds, même chez moi, à Marseille, où les racailles prétendent faire la loi. Le dernier à l’avoir appris à ses dépens est un voyou qui opère souvent dans les files d’attente qui, à la belle saison, pas loin de mon restaurant, s’allongent devant les bateaux en partance pour les îles d’If et du Frioul. Il fait les poches ou les sacs à main des touristes. Parfois, un vol à l’arraché. C’est un beau garçon à la démarche souple, avec les capacités d’accélération d’un champion olympique. Je le surnomme le « guépard ». La police dirait qu’il est de « type maghrébin » mais je n’y mettrais pas ma main à couper.

    Je lui trouve des airs de fils de bourgeois qui a mal tourné. Un jour que j’allais acheter mes poissons sur le quai, j’ai croisé son regard. Il est possible que je me trompe, mais je n’ai vu dedans que le désespoir de quelqu’un qui est sens dessus dessous, après s’être éloigné, par paresse ou fatalisme, de sa condition d’enfant gâté.

    Un soir, il m’a suivie après que j’eus fermé le restaurant. C’était bien ma chance, pour une fois que je rentrais chez moi à pied. Il était presque minuit, il faisait un vent à faire voler les bateaux et il n’y avait personne dans les rues. Toutes les conditions pour une agression. À la hauteur de la place aux Huiles, quand, après avoir jeté un œil par-dessus mon épaule, j’ai vu qu’il allait me doubler, je me suis brusquement retournée pour le mettre en joue avec mon Glock 17. Un calibre 9 mm à 17 coups, une petite merveille.

     

    Petite déception 2 étoiles.jpg

  • Book Haul d'août et septembre 2018

    book haul.jpg


    Je n'ai pas posté de book haul en août parce que je n'avais pas grand chose à vous montrer. Il faut dire que je n'ai acheté que deux livres et que les 3 autres m'ont été offerts. Mais je me suis rattrapée en septembre!

    Voilà donc ce que j'ai acheté en août

    Amazon aout.JPG

    Et voici ce que ma maman m'a offert

    cadeau maman aout 1.JPG

    cadeau maman aout 2.JPG

     

    En septembre, j'ai commencé par acheter la nouvelle publication de la petite maison d'édition Magic mirror. Je n'ai eu qu'une seule petite déception sur leurs publications, mais je tiens à continuer à les soutenir!

    magic mirror septembre.JPG

     

    Puis, j'ai fais mon achat trimestriel de France loisirs

    France loisirs septembre.JPG

     

    Enfin j'ai passé une grosse commande sur Decitre.

    Je n'ai jamais été portée sur les mangas, mais, à force qu'on me répète que celui-là en particulier devrait me plaire, j'ai fini par me dire que j'allais tenter le coup

    Décitre septembre manga.JPG


    Ensuite, je me suis pris une bd qui me faisait très envie depuis l'annonce de sa sortie. Pour l'avoir feuilletée, je ne suis pas particulièrement fan des dessins, mais l'histoire promet d'être intéressante.

    décitre septembre salem.JPG

     

    Avec la sortie de nouveaux tomes, j'ai repéré deux nouvelles BD qui m'ont fait très envie. J'ai commandé le premier tome de chacune. Si j'ai un flash, j'aurais pas mal de tomes à rattraper!

    decitre septembre broceliande.JPG

    decitre septembre nains.JPG

    Et bien sûr, je ne pouvais pas rater la sortie du tome 11 de princesse Sara. Autant vous dire que je l'ai déjà lu et que la fin est AB-SO-LU-MENT intenable!! Quand je pense qu'il va falloir attendre un an pour la suite! Les BD devraient vraiment sortir plus souvent (une tous les six mois? Ce serait bien, non?)

    decitre septembre princesse sara.JPG

    Enfin, si je n'avais pas vraiment prévu d'acheter des romans, j'ai craqué sur ces deux titres

    décitre septembre romans.JPG


    Voilà, c'est tout pour ces deux derniers mois! Je vais peut être un peu attendre avant de faire de nouveaux achats (il faudrait que je fasse un peu baisser ma PAL avant de songer à la re-remplir)

  • Mes sorties du mois #37

    octobre.jpg

     

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    a-premiere-vue-1109769-264-432.jpg j-ai-encore-menti-1111574-264-432.jpg j-aime-tout-ce-qui-me-rappelle-que-je-ne-suis-pas-seule-a-souffrir-sur-cette-terre-1114609-264-432.jpg

    je-peux-te-voir-1089351-264-432.jpg la-couleur-du-mensonge-livre-2-the-traitor-s-ruin-1115585-264-432.jpg la-muse-1103796-264-432.jpg

    la-trilogie-du-tearling-tome-3-le-sort-du-tearling-1104987.jpg la-voix-d-alice-1090963-264-432.jpg le-dernier-festin-1100119-264-432.jpg

    l-egaree-1093753-264-432.jpg les-illusions-1035539-264-432.jpg now-that-you-mention-it-1076044-264-432.jpg

    terremer---integrale-1113408-264-432.jpg the-language-of-thorns-midnight-tales-and-dangerous-magic-1100579-264-432.jpg tout-en-haut-de-ma-liste-990770-264-432.jpg

    treize-1111700-264-432.jpg

     

    sorties du mois films.jpg


    1810259.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 2648625.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 2776515.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    3571956.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 4338768.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois d'Octobre?

  • Bilan de lecture de septembre 2018

    Bilan lecture.jpg

    En septembre, j'ai lu 14 livres, 1 album et 2 BD pour un total de 5358 pages.


    Pour l'album, j'ai découvert le premier tome de l'encyclopédie du merveilleux d'Edouard Brasey

    L'encyclopédie du merveilleurx.jpg

    Pour les BD, j'ai relu le tome 10 de princesse Sara pour pouvoir enchaîner avec le 11ème tome qui vient de sortir sans avoir à me remémorer les tomes précédents au fil de ma lecture

    Princesse Sara T10.jpg Princesse Sara T11.jpg


    Et puis, bien sur, entre le Pumpkin Autumn Challenge et le Challenge Back to school, j'ai lu pas mal de romans

    Le ferry.jpg Nos âmes jumelles.jpg Après la fin.jpg

    Billie.jpg Dolorine à l'école.jpg Dracula tiré du film.jpg

    irrésistible T04.jpg Une irrésistible envie de bonheur.jpg Jack l'éventreur affaire classée.jpg

    L'autre soeur.jpg Le jour où les lions mangeront de la salade verte.jpg Le roi des fauves.jpg

    Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens.jpg Nous les filles de nulle part.jpg

     

    Côté écran, j'ai enfin fini par me plonger dans un film (et même 2) et par finir les séries entamées à la fin du mois dernier


    En film, j'ai craqué sur le 3e volet de la trilogie 50 nuances et sur Downsizing, qui n'était pas ce à quoi je m'attendais mais que j'ai beaucoup aimé.

    50 nuances plus claires.jpg downsizing.jpg

     

    En série, j'ai regardé les 6 épisodes de la saison 6 de Clem et les 6 épisodes qui me manquaient pour finir la 15ème saison de NCIS

    https_%2F%2Fstatic.fnac-static.com%2Fmultimedia%2FImages%2FFR%2FNR%2Faa%2Fb9%2F77%2F7846314%2F1540-1%2Ftsp20160318160741%2FClem-Saison-6-DVD.jpg https_%2F%2Fimage.tmdb.org%2Ft%2Fp%2Foriginal%2FqqncrGicxaM7opeliVZNiVo70xw.jpg


    Côté privé, j'ai fais quelques achats, essentiellement en rapport avec les livres ou le bullet journal


    D'abord j'ai commandé une série de stylos

    stylos.JPG
    Les micron sont aussi bien que les Stadler, mais en plus, ils ne bavent pas quand on passe un trait de couleur dessus. Le stylo blanc, à droite, est super pratique pour corriger les erreurs ou écrire sur fond sombre, et les trois autres sont des stylo à calligraphie. C'est bien pratique de faire les pleins d'un seul geste sans être obligée de repasser avec un feutre noir sur les barres descendantes.

     

    Ensuite j'ai pris des pochoirs car je me suis rendu compte que je perdais beaucoup de temps sur certaines pages alors qu'avec ces pochoirs, en deux temps trois mouvements, je fais quelques choses d'encore mieux!

    pochoir.JPG


    Comme je suis toujours aussi nulle en dessin, j'ai pris également des tampons

    en silicone

    tampons silicone.JPG


    Et en bois

    tampons bois.JPG


    Enfin, j'ai commandé, sur la boutique Ribonitachocolat, sur Etsy, de super marques pages.

    marque page.JPG

     

    Côté découverte, même si ce n'est pas vraiment une découverte car nous sommes des habituées avec les copines, j'ai mangé à la Jonque Viet.
    Il ne paye pas de mine vu de l'extérieur, mais l'intérieur est agréable, la carte très fournie et le rapport qualité prix très correct. A 20€ par personne environ, on a eu apéro (le cocktail maison est un délice), entrée, plat et dessert (l'entrée et le plat sont copieux).
    Par contre ce n'est pas très grand, il vaut mieux réserver. Ils font aussi à emporter.

    Sans titre.jpg

    haisan.jpg
    (bien plus agréable en vrai, la les contrastes ont été forcé sur la photo et elle a été surexposée)

    La Jonque Viet
    28 rue maréchal Fayolle
    13004 Marseille 
    0491497038
    0628603296
    www.lajonqueviet.fr

     

    Et voilà, c'est tout pour ce mois-ci. On se retrouve en fin octobre pour le prochain bilan!

  • C'est lundi que lisez vous? #176

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Princesse Sara T10.jpg Princesse Sara T11.jpg

    Nos âmes jumelles.jpg Le ferry.jpg

    lecture en cours.jpg

    Ni mariée ni enterrée T01.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Après la fin.jpg Au dessus de tout soupçon.jpg Billie.jpg

    Confess.jpg Dolorine à l'école.jpg Dracula tiré du film.jpg

    irrésistible T04.jpg Jack l'éventreur affaire classée.jpg La meute du phenix T01.jpg

    L'autre soeur.jpg Le ferry.jpg Le jour où les lions mangeront de la salade verte.jpg

    Le roi des fauves.jpg Le souffle de midas.jpg L'encyclopédie du merveilleurx.jpg

    Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens.jpg Ni mariée ni enterrée T01.jpg Nos âmes jumelles.jpg

    Nous les filles de nulle part.jpg November 9.jpg Une irrésistible envie de bonheur.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Premières lignes #18

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Avec tes yeux de Sire Cédric.

     

    avec tes yeux.jpg

    Verts.
    Ils sont verts.
    Mêlés de vagues bleues.
    Tels deux lagons. Ronds. Frémissants.
    Ses yeux sont de cette couleur-là.
    Brillants de terreur.
    Mouillés par les larmes qui coulent à flots sur son visage couvert d’hématomes.
    Il a voulu cette femme dès l’instant où il l’a croisée.
    Il n’a cessé d’y penser depuis. Comptant les heures. Se préparant.
    Quand il a découvert sa maison, isolée des autres, en bordure de forêt, il a compris que c’était un signe du destin.
    Il fallait qu’il le fasse.
    Encore une fois.
    Pour cette femme-là. Ces yeux-là. Ce vert profond mêlé de bleu.
    — Lisa, susurre-t-il à la silhouette ensanglantée, recroquevillée à ses pieds. Tu t’appelles Lisa, n’est-ce pas ? Inutile de crier. Personne ne t’entend. Tu ne peux pas empêcher ce qui va arriver…



    Lisa ne doit pas écouter cet homme. Surtout pas.
    Ne pas perdre espoir.
    Elle lutte pour retenir ses larmes. En vain. La panique l’empêche de réfléchir, tout se mélange dans sa tête.
    Elle ne parvient toujours pas vraiment à comprendre ce qui se passe. Pourquoi cela lui arrive à elle.
    Le plus terrifiant, c’est qu’elle n’a rien vu venir.
    Elle ignore comment l’individu a pu s’introduire chez elle. Elle est certaine d’avoir mis l’alarme en service et verrouillé la porte en rentrant, elle le fait systématiquement. C’est le bon sens le plus élémentaire quand on est une femme de vingt-six ans habitant seule dans un coin reculé.
    Elle n’a pas entendu s’approcher son agresseur, non plus. Elle somnolait devant une série dans le salon, comme elle aime le faire le dimanche soir, pour profiter des dernières heures du week-end. Elle a juste senti une présence derrière elle. Ou plutôt, elle a senti l’odeur. Inattendue. Nauséabonde. Un relent de viande avariée. L’instant suivant, des mains puissantes l’ont prise à la gorge. L’homme l’a arrachée du canapé et jetée au sol. Elle a hurlé, a essayé de lui échapper en se glissant sous la table, mais l’intrus a écarté le meuble d’un seul geste et l’a tirée par les chevilles. Il l’a frappée au visage, violemment, faisant éclater la pulpe de ses lèvres, l’a rouée de coups jusqu’à ce qu’elle reste clouée au sol, haletante, brisée par la douleur.
    — Par pitié, balbutie-t-elle, arrêtez… Quoi que vous vouliez… Je vous donnerai tout ce que j’ai…
    Chaque syllabe est une torture. Le sang inonde sa bouche. Sa pommette gauche est fendue, elle lui fait particulièrement mal. L’os est sans doute cassé. Ses cheveux collent au sang qui ruisselle sur son visage.
    Elle tente néanmoins d’atteindre la cuisine en rampant. Il y a des couteaux, dans cette pièce. Si elle parvenait à s’en approcher…

     

    Alors, tentés?

  • TAG C'est la rentrée

    68153452.jpg


    Le meilleur moment de l'école, c'était la rentrée! (Et uniquement la rentrée). Alors, comme aujourd'hui, je n'ai plus de rentrée (oui, septembre existe toujours, mais quand on a une semaine de vacances en juillet et deux en septembre, ça perd beaucoup de son charme), j'ai décidé de faire un TAG pour la rentrée, histoire de retrouver un peu de cette sensation.
    Après quelques recherches, j'ai trouvé ce TAG sur la chaîne de LilyBooks. Il me semble qu'il a été créé par Pocket Jeunesse.

     

    Pouvez-vous citer... ?

     

    1) Un livre qui se passe dans une école.

    Moi et Becca

    Moi et Becca.jpg

     

    2) Un livre qui met en scène un professeur que vous aimez.

    Harry Potter (le professeur Flitwick)

    prof flitwick.jpg

    C'est vrai, on oublie trop souvent Flitwick, pourtant c'est un prof génial! Perso je préfère le look de gauche!

     

    3) Un livre où le héros rentre dans la vie active.

    50 nuances de Grey (Ana vient d’avoir son diplôme et entre dans la vie active)

    50 nuance de grey.jpg

     

    4) Un livre où certaines scènes se passent dans une bibliothèque/une librairie.

    Parfaite de Caroline Kepnes. Un des personnages principaux, Joe, travaille dans une librairie

    parfaite.jpg

     

    5) Un livre avec au moins un livre représenté sur la couverture.

    Le garçon qui se taisait d’Irina Drozd

    le-garcon-qui-se-taisait-3081913.jpg

     

    6) Le premier livre que vous avez lu/que vous allez lire une fois vos vacances terminées.

    Mes vacances se sont terminées le 16 septembre et le premier livre que j'ai lu est: 

    Jack l'éventreur, affaire classée de Patricia Cornwell

    Jack l'éventreur affaire classée.jpg

     

    7) Un livre 'one shot' de plus de 500 pages.

    Tu tueras le père de Sandrone Dazieri (552p)

    tu tueras le pere.jpg

    8) Un livre que vous avez lu pour l'école et que vous avez aimé.

    A judgement in stone de Ruth Rendall (L’analphabète en VF)

    61bQmmavwGL.jpg

     

    9) Un livre avec une belle histoire d'amitié.

    Belle époque. Malgré les circonstances, j’ai trouvé qu’il y avait une belle amitié qui se créait entre Maude et Isabelle.

    belle époque.jpg

     

    10) Un livre avec un personnage "intello".

    Hermione Granger est quand même la porte-parole des intellos, alors forcément : Harry Potter !

    harry potter t01.jpg

     

    11) Un livre qui est une réécriture d'un classique.

    Constance et séduction de Jess Swann, réécriture de Raison et sentiments de Jane Austen

    Constance et séduction.jpg

    12) Un livre qui se déroule au XIXème  siècle.

    Autant en emporte le vent. L’histoire commence en 1861 et se fini aux alentours de 1873, donc on est bien en plein XIXème siècle

    autant en emporte le vent.gif

     

    13) Un livre avec une carte.

    Le trône de fer, tome 1 comporte une carte du nord en fin de volume

    le trone de fer l'integrale tome 1.jpg


    14) Un livre avec un titre en anglais.

    Station Eleven, d’Emily St. John Mandel

    station eleven.jpg


    N'hésitez pas à me donner vos réponses en commentaire ou à me donner le lien vers votre article si vous décidez de reprendre ce TAG

     

  • [Livre] 13 ½

    13 et demi.jpg

     

    Résumé : 13 1/2 : un juge, douze jurés et même pas une moitié de chance...

    Minnesota, 1968. Quand Dylan, onze ans, se réveille dans sa maison couvert de sang, il ne se souvient de rien. Pourtant, tout prouve qu'il vient de massacrer ses parents et sa petite sœur à la hache. Seul survivant : Richard, son frère aîné. Dylan est désormais le célèbre "petit Boucher".

    La Nouvelle-Orléans, 2007. Dans une petite ville dévastée par l'Ouragan Katrina vivent sous le même toit deux frères, Marshall et Danny... en réalité Richard et Dylan. Nouveau départ, nouvelle identité, mais qui est qui ? Lorsque Marshall rencontre Polly, mère de deux filles, c'est le coup de foudre. Mais en entrant dans la vie des deux hommes, Polly vient de se jeter avec ses enfants dans la gueule du loup.


    Auteur : Nevada Barr

     

    Edition : France Loisirs

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 2010

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : Dès le premier chapitre on se doute de ce qu’il s’est réellement passé dans la maison de Dylan et Richard. Mais ce que j’ai trouvé intéressant, c’est la psychologie des personnages. Au final on se fiche un peu de savoir qui, de Dylan ou Richard est un meurtrier. Ce qui est fascinant c’est la manière dont chacun des deux va vivre cette partie de leur vie puis la suite.
    Pendant une partie du roman on se demande qui est qui. Comme les garçons ont changé d’identité et sont devenus Marshall et Danny, j’ai envisagé plusieurs hypothèses. Deux en fait, basées toutes les deux sur le fait que Danny semble ouvertement hostile à l’idée que Marshall épouse Polly.
    Ma première hypothèse était que Marshall était le tueur de la famille et que Danny ne voulait pas que Polly entre dans la famille sachant de quoi son frère est capable.
    Ma seconde hypothèse était que Danny était le tueur et ne voulait pas que Marshall se marie de peur de perdre l’ascendant qu’il avait sur lui.
    Vous remarquerez que dans mes hypothèses je n’ai pas relié les anciens noms aux nouveaux.
    Même si très vite, j’ai compris qui était le tueur, j’avais du coup quand même un doute sur l’identité réelle de Marshall et Danny et surtout, je ne voyais pas qu’elles étaient les motivations du tueur. J’avais bien quelques idées (mais je me suis royalement plantée !). Quand est venu le temps des révélations, j’avais bien raison sur certains points mais il y a des choses que je n’avais pas du tout vu venir.
    J’ai passé tout mon temps de lecture dans une certaine tension comme quand on connait le coupable au début du livre et qu’on aimerait crier aux inspecteurs ou à l’entourage qu’ils se font mener en bateau.
    J’ai trouvé dommage que ce livre s’attire de mauvaises critiques au seul motif que sa construction est différente des thrillers habituels : « meurtre – recherche du suspect – découverte du coupable ».
    J’ai trouvé qu’au contraire, bouleverser un peu l’ordre de lecture, en permettant au lecteur de se douter dès le début de l’identité du tueur, était très intéressant et permettait d’avoir un tout autre rapport avec l’histoire.
    Un thriller que j’ai vraiment apprécié.

     

    Un extrait : Richard était grièvement blessé. Il le savait, avec cette atroce certitude que l’on ressent à la seconde où l’on comprend que c’est la dernière erreur que l’on commettra sur terre, quand l’horreur dure une éternité avant que votre corps s’écrase sur les rochers en contrebas.
    Une lueur effrayante se faufilait à travers la tempête de neige, l’orange éclatant des lampadaires avalé et recraché par dix milliards de facettes verglacées : le ciel, le sol, les branches d’arbres, l’air. Les pièces de la maison étaient orange, le monde entier pareil à l’intérieur d’une citrouille d’Halloween.
    Dans cette lumière incandescente, Richard n’arrivait pas à déterminer quelle quantité de sang il perdait. Beaucoup. Beaucoup trop. Il le sentait jaillir en petites giclées contre la paume de sa main. L’espace d’une seconde étourdissante, il eut la sensation que le sang pénétrait en lui en une vague nocturne et s’écoulait de ses veines en un étang, un lac, une étendue d’eau sans cesse grandissante.
    Son petit frère était étendu en travers du lit où il était tombé. Sur le pyjama de Dylan, les cow-boys et les indiens étaient noyés d’un rouge écarlate, une guerre de flanelle avait eu lieu. Du sans imprégnait le drap contre la joue droite du visage de Dylan.
    Il semblait mort.
    « Dyl ? » Richard essaya de crier, mais il n’eut que la force de murmurer. « Dylan, t’avise pas de mourir. » Richard se mit à pleurer, puis s’interrompit. Il prit une profonde inspiration et essaya de nouveau, « Dylan si t’es réveillé, appelle les secours, la police. »
    Son frère ne bougea pas.
    Pour l’avoir appris chez les scouts et à la télé, Richard savait que s’il retirait sa main de la blessure ouverte sur l’intérieur de sa cuisse, il mourrait d’hémorragie.
    Pendant un battement de cœur ou deux, il envisagea de céder, de lâcher prise et de regarder sa vie jaillir de son corps. Elle paraissait si pressée de le quitter, et il y avait eu un tel carnage, pourquoi ne pas abandonner, se laisser aller au néant ?
    Dylan gémit doucement. Malgré l’aspect étouffant de ses rêveries morbides, dans le silence total d’une nuit enneigée, le son grinça à plein volume dans les oreilles de Richard. Il ne l’avait pas tué – son frère était vivant.
    Le rêve s’évapora ; le néant cessa de l’attirer. Soudain, Rich voulut vivre. « Frangin », murmura-t-il. Les paupières de Dylan frémirent. Richard aperçut l’éclair blanc de son orbite, éclatant au milieu du masque d’un rouge séché. « Réveille-toi, petit frère. S’il te plait. »
    A l’aide de sa main et de sa jambe intacte, son autre paume pressée contre sa blessure, Richard essaya de se traîner à travers la chambre. Le tissu et le sang le clouaient au parquet. Centimètre par centimètre – deux, sept, dix – il avança vers Dylan. L’effort était si intense qu’il n’y avait plus de place pour ses pensées.

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg