Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunesse

  • [Livre] Trylle – T03 - Royale

    trylles 3.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : L’heure est venue pour Wendy de sauver les siens…

    Il est l’heure de faire les bons choix pour Wendy : se sacrifier pour sauver son royaume et ceux qu’elle aime, en se livrant à ses ennemis les Vittras. Renoncer à l’amour des deux hommes entre lesquels son cœur balance et accepter un mariage de raison. Beaucoup de sacrifices pour une future reine dont le royaume est menacé.

    Le destin de son peuple est entre ses mains, et Wendy est prête à tout pour le sauver.

     

    Auteur : Amanda Hocking

     

    Edition : Castelmore

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 21 janvier 2015

     

    Prix moyen : 15,90€

     

    Mon avis : Dans ce tome, on fait un petit bond dans le temps. Wendy apprend son métier de reine depuis des mois à présent et sa mère, Elora, s’est enfin dégelée et va lui révéler pourquoi elle s’est montrée si froide avec elle depuis leur rencontre.
    Finn me sort de plus en plus des yeux. Qu’il mette le devoir au-dessus de tout, pourquoi pas, mais de toute évidence il ne respecte la hiérarchie que quand ça l’intéresse et je n’apprécie pas du tout sa manière de se conduire avec Wendy. Après tout, elle est sa supérieure hiérarchique, c’est la princesse, bientôt la reine, et il lui parle comme si elle avait des comptes à lui rendre. J’ai trouvé Wendy bien gentille de ne pas le relever de ses fonctions et de ne pas l’assigner à résidence chez son dragon de mère ! Mais j’ai apprécié qu’elle le remette plus d’une fois à sa place, l’air de rien.

    Pour moi dans ce tome, se confirme qu’il n’y a pas de triangle amoureux. Il y a trois hommes qui comptent dans la vie de Wendy mais de là à parler d’amour, on en est loin pour deux d’entre eux. Je dirais plutôt qu’il y a de l’amour pour l’un, un désir inassouvi pour l’autre et une profonde amitié pour le troisième. En tout cas, je n’ai pas douté une seule seconde de vers qui le cœur de Wendy penchait et tout ce que je me demandais était si elle allait sacrifier son bonheur à son devoir de reine.
    Tove est vraiment excellent au niveau politique. La manière dont il remet en place cette saleté de Marksinna Laris était fantastique, mais du coup j’ai regretté que cette pimbêche n’ait pas un rôle plus important.
    Wendy a profité de ces mois passés à apprendre son métier de Reine pour travailler aussi sur ses aptitudes, et sa puissance se révèle.
    Il y a beaucoup plus d’action dans ce tome, la guerre couve et ne va pas tarder à éclater, et les Vittras ont une façon bien à eux de respecter la trêve.
    La fin peut paraitre rapide et beaucoup de personnes se sont dit : « tout ça pour ça » et « si c’était ça la solution pourquoi personne ne l’a fait avant ? ». Je dirais que le vrai problème n’était pas tant de trouver une solution mais d’avoir quelqu’un sous la main capable de la mettre en œuvre.
    La nouvelle présente à la fin du tome vient conclure la saga en nous parlant du devenir des personnages après la fin du tome 3. J’ai apprécié d’avoir ainsi une vraie fin à une trilogie que j’ai vraiment beaucoup aimée.
    Si j’avais un peu peur que le seul atout de cette trilogie soit les superbes couvertures de chaque tome, j’ai vite été rassurée et j’ai été incapable de lâcher l’histoire du début du premier tome à la fin du troisième.

     

    Un extrait : Debout devant nous, une silhouette se retenait aux deux côtés de l’encadrement de la porte. La tête pendante, elle s’affalait vers l’avant. De la neige couvrait son pull noir. Ses vêtements en lambeaux étaient presque entièrement déchirés.

    — Puis-je vous aider ? demanda Duncan.

    — Il faut que je voie la princesse, répondit la silhouette.

    Dès que j’entendis sa voix, un frisson me parcourut.

    — Loki ? demandai-je en haletant.

    — Princesse ?

    Loki releva la tête.

    Il revêtit un sourire en coin, mais celui-ci avait perdu de sa gloriole. Ses yeux caramel avaient l’air fatigués et peinés, et les restes d’une ecchymose marquaient sa joue. En dépit de tout cela, il était tout simplement aussi magnifique que le souvenir que j’avais de lui. J’en eus le souffle coupé.

    — Que t’est-il arrivé ? demandai-je. Que fais-tu ici ?

    — Pardon pour l’intrusion, princesse, dit-il, son sourire s’évanouissant déjà. J’aimerais pouvoir dire que je suis là pour le plaisir, mais…

    Il déglutit difficilement tout en s’agrippant plus solidement des deux mains à l’encadrement de la porte.

    — Tu vas bien ? demandai-je en passant devant Duncan, que je bousculai.

    — Je…

    Loki essaya de parler, mais ses genoux lâchèrent. Il tangua vers l’avant et je me précipitai pour le retenir. Il tomba dans mes bras, puis je le posai sur le sol.

    — Loki ?

    Je repoussai les cheveux qui lui couvraient les yeux. Il battit un peu des cils en ouvrant à peine les paupières.

    — Wendy.

    Il me sourit, mais d’un sourire extrêmement faible.

    — Si j’avais su qu’il me fallait en arriver là pour que tu me prennes dans tes bras, je me serais évanoui bien plus tôt.

    — Que se passe-t-il Loki ? lui demandai-je doucement.

    S’il n’avait pas semblé aussi visiblement en détresse, je l’aurais remis à sa place pour sa remarque, mais il grimaça de douleur quand je lui touchai le visage.

    — Amnistie, dit-il péniblement avant de fermer les yeux. Je veux l’amnistie, princesse.

    Sa tête tomba sur le côté et son corps se détendit. Il avait perdu connaissance.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Trylle – T02 - Indécise

    trylles 2.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Depuis que Wendy a appris avoir été échangée à la naissance, rien ne va plus. Plus elle en découvre sur sa famille et son entourage, plus Wendy prend conscience qu'elle partage beaucoup de points communs avec ses prétendus ennemis...et ces derniers sont prêts à toutes les ruses pour l'attirer dans leur camp.

    La guerre entre Trylles et Vittras est sur le point d'éclater. Le seul espoir pour la jeune fille de sauver les siens est de maîtriser ses pouvoirs et d'épouser un membre de la famille royale. Déchirée entre amour et devoir, Wendy doit décider seule de son sort...et du destin de ceux qu'elle aime.

     

    Auteur : Amanda Hocking

     

    Edition : Castelmore

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 20 août 2014

     

    Prix moyen : 15,90€

     

    Mon avis : Ce tome reprend exactement là où le tome précédent s’était arrêté avec Rhys et Wendy qui arrivent devant la maison qu’elle partageait avec Matt. Celui-ci va avoir du mal à comprendre les explications de sa sœur quant à sa « fugue » mais il ne va pas tarder à se retrouver embarqué dans l’histoire et donc à être bien obligé d’ouvrir les yeux.
    Dans ce tome Wendy est plus volontaire, moins encline à se laisser marcher sur les pieds. Ce n’est pas encore bien ça, et à sa place, je botterais volontiers quelques derrières mais elle s’améliore.
    Matt m’énerve toujours autant, peut être de plus en plus car même alors qu’on lui met les faits sous les yeux, il continue à voir sa sœur comme un bébé qu’il faut protéger et n’a absolument aucune conscience de la réalité du monde des Trylles.
    Mais Finn aussi commence à m’agacer. Sa manière de parler à Wendy ne me plait pas, il la traite comme si elle était sous ses ordres alors qu’elle a un rang bien plus élevé que le sien.
    Dans ce tome, Wendy va en apprendre plus sur elle-même et sa mère, Elora, va en prendre pour son grade pour ne lui avoir rien révélé.
    Chez les Vittras, on va faire simple, je les déteste tous, à part Loki et Sara. Quand on voit leur roi, on pourrait avoir de la peine pour eux, mais l’attitude de Sara et Loki prouve bien que les autres n’ont soit aucune conscience, soit qu’ils prennent plaisir à leurs activités.
    Wendy va passer beaucoup de temps dans ce tome à s’entrainer pour développer et contrôler ses aptitudes. Ceci est d’autant plus important que la jeune fille est très puissante et que le fait de ne pas contrôler ses pouvoirs pourraient mettre en danger aussi bien son entourage qu’elle-même.
    Willa est égale à elle-même mais au contact de Wendy, ses préjugés vont doucement s’éteindre et elle va se montrer non seulement plus « humaine » mais aussi plus efficace pour seconder Wendy (enfin après Tove, mais trigonder ça n’existe pas).
    Dans ce tome, il semble se développer un triangle amoureux, ce que je n’apprécie pas tant que ça, mais en fait, ce n’est pas vraiment un triangle amoureux. C’est bien plus compliqué que ça. Sachez seulement que j’ai trouvé Finn lamentable à ce sujet. Plus le temps passe et moins je supporte ce personnage.
    Loki, le nouveau personnage de ce tome est amusant. Il a toujours le mot pour rire, même dans les pires situations.
    L’action est moins présente mais ça ne manque pas car on sent que les choses bougent et qu’on se dirige vers un clash inévitable avec les Vittras.
    Encore un tome addictif à la fin duquel on ne peut pas attendre pour se saisir du troisième et dernier tome.

     

    Un extrait : Je replaçai mes boucles derrière mes oreilles en refusant de regarder Finn. J’avais du mal à croire que, la dernière fois que je l’avais vu, il m’avait embrassée si passionnément que je pouvais à peine respirer. Je me souvins des poils drus de sa barbe sur mes joues et de ses lèvres contre les miennes.

    Je le détestai soudain pour ce souvenir, comme je détestai avoir si terriblement envie de l’embrasser à nouveau.

    — Wendy, tu n’es pas en sécurité ici, dit Finn posément.

    — Je ne partirai pas avec toi.

    — Tu ne peux pas rester. Je ne le permettrai pas.

    — Tu ne me le permettras pas ? me moquai-je. Je suis la princesse, dois-je te le rappeler ? Qui es-tu pour me permettre quoi que ce soit ? Tu n’es même plus mon pisteur. Tu n’es qu’un harceleur exaspérant.

    Cela sonnait bien plus dur que je ne l’aurais souhaité. Non que Finn semblât d’ailleurs jamais blessé par ce que je lui disais ; cette fois encore, il se contenta de me dévisager, imperturbable.

    — Je savais que je serais le plus rapide à te trouver, et si tu ne rentres pas avec moi, ça n’est pas grave. Un autre pisteur arrivera très vite et tu pourras partir avec lui. J’attendrai son arrivée avec toi afin d’assurer ta sécurité.

    — Il ne s’agit pas de toi, Finn !

    Même s’il avait joué un plus grand rôle dans ma décision de quitter Förening que je ne voudrais jamais l’admettre, je n’étais pas partie juste à cause de lui. Je détestais ma mère, mon rang, ma maison, tout. Je n’étais pas faite pour une vie de princesse.

    Finn me regarda un long moment, essayant de comprendre ce que je voulais dire. Je m’efforçai de ne pas paraître mal à l’aise pendant qu’il me dévisageait. Ses yeux s’assombrirent et son expression se durcit.

    — Est-ce à cause du mänsklig ? me demanda-t-il, faisant allusion à Rhys. Je croyais t’avoir dit de ne pas trop le fréquenter.

    Les mänskligs étaient les enfants des humains échangés contre les bébés trylles. Ils campaient au plus bas de la hiérarchie trylle, et si une princesse était soupçonnée d’avoir une relation amoureuse avec l’un d’eux, ils se voyaient tous deux bannis pour toujours. Cela ne m’inquiétait guère puisque mes sentiments envers Rhys étaient strictement platoniques.

    — Cela n’a rien à voir non plus avec Rhys. Je me disais simplement qu’il avait peut-être envie de connaître sa famille, dis-je en haussant les épaules. Cela ne peut pas être pire que de vivre dans cette stupide baraque avec Elora.

    — Bien. Dans ce cas, il peut rester ici, acquiesça Finn. Quelqu’un veillera sur Matt et Rhys. Mais toi, tu dois rentrer à la maison.

    — Ce n’est pas ma maison. Ma maison est ici ! m’écriai-je en lui montrant la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Je ne viendrai pas, Finn.

    — Tu n’es pas en sécurité.

    Tout en baissant la voix, il fit un pas vers moi et me regarda droit dans les yeux.

    — Tu as vu ce que les Vittras ont fait à Förening, Wendy. Ils ont envoyé une armée entière pour t’avoir.

    Il posa les mains sur mes bras et je ressentis une sensation de force et de chaleur.

    — Ils ne s’arrêteront pas tant qu’ils ne t’auront pas eue.

    — Pourquoi ? Pourquoi ne s’arrêteraient-ils pas ? demandai-je. Il doit bien y avoir des Trylles plus faciles que moi à enlever. Et qu’est-ce que ça peut faire que je sois princesse ? Elora peut parfaitement me remplacer. Je suis sans intérêt.

    — Tu es bien plus puissante que tu ne crois.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Trylle – T01 – L’échangée

    trylles 1.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Le jour de ses six ans, persuadée que sa fille est un monstre, la mère de Wendy Everly essaie de la tuer. Onze ans plus tard, Wendy découvre que sa mère n’avait peut-être pas tort. Elle n’est pas celle qu’elle a toujours cru être. Sa vie entière chavire et tout ceci à cause de Finn Holmes. Chacune de ses rencontres avec ce garçon mystérieux, qui passe son temps à l’observer, la secoue profondément… même si ce trouble est sans doute plus lié à son attirance pour lui qu’elle ne veut bien l’admettre. Il ne lui faudra pourtant pas attendre longtemps pour qu’il lui révèle la vérité: Wendy est une enfant substituée, qui a été échangée à la naissance — et il est venu pour la ramener chez elle. Wendy est sur le point de partir pour un monde magique dont elle ignorait jusqu’à l’existence, un monde à la fois merveilleux et effrayant pour lequel elle doit quitter son ancienne vie, afin de découvrir qui elle est supposée devenir.

     

    Auteur : Amanda Hocking

     

    Edition : Castelmore

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 19 mars 2014

     

    Prix moyen : 15,90€

     

    Mon avis : J’avais eu quelques échos de cette trilogie disant que l’histoire n’était pas à la hauteur de la beauté des couvertures. Du coup j’abordais ma lecture avec quelques appréhensions.
    Le début a été un peu compliqué. Je trouvais l’écriture un peu simpliste, l’histoire pas si bien raconté que ça. Mais je me suis dit que j’allais m’accrocher un peu. Et je n’ai pas regretté ce choix.
    Très vite, après seulement quelques chapitres, j’étais prise dans l’histoire, totalement accro !
    Wendy découvre assez vite qu’elle n’est pas humaine mais une Trylle (d’où le titre de la saga). Les Trylles sont un peuple de trolls, mais vu ce que l’imaginaire humain a fait des trolls, on peut comprendre qu’ils préfèrent le terme « Trylle ».
    On ne peut pas dire qu’ils fassent bonne impression à Wendy : entre la pratique des « échangés » qu’elle juge durement (et elle a bien raison car le but de cet échange est vraiment lamentable), la froideur de sa mère biologique et l’hostilité à peine voilée de certains nobles, rien n’est bien engageant.
    Les Trylles vivent en monarchie, dans une société très hiérarchisée et pleine de préjugés, ce que Wendy supporte assez mal, en jeune fille moderne qu’elle est.
    A plusieurs reprise, j’aurais aimé qu’elle tape un esclandre pour faire valoir ses points de vue au lieu de ruminer dans son coin ou de se promettre que la prochaine fois ça ne se passerait pas ainsi.
    Au niveau des personnages, Matt m’a profondément énervée. Il est surprotecteur avec sa sœur, mais au-delà d’un instinct de protection, on dirait que c’est un instinct de propriété qui le pousse à agir. Il surveille Wendy de manière constante et est très agressif avec les gens qui « tournent » autour d’elle. Un peu c’est bien, mais là c’est vraiment trop.
    Finn, j’ai du mal à le cerner. Je n’arrive pas à savoir s’il s’intéresse vraiment à Wendy ou s’il se contente de remplir une mission… difficile à dire pour l’instant.
    Willa m’est apparue assez sympathique, malgré ses préjugés et j’ai beaucoup aimé Tove qui prend un malin plaisir à agir exactement à l’inverse de ce qu’exige son rang.
    Ce premier tome sert surtout à nous faire découvrir les Trylles et leur univers, avec les « aptitudes » qui les distinguent des humains. Le fait que Wendy ne connaisse rien de ce monde fait qu’on le découvre en même temps qu’elle et qu’on ressent les mêmes frustrations qu’elle quand on lui donne une information sur le ton de l’évidence alors que personne ne lui en a parlé avant.
    Pour autant, le tome n’est pas lent. Il y a plusieurs scènes d’action car les Trylles ne sont pas les seuls à vouloir Wendy. Mais le pourquoi du comment, on ne le saura que dans les tomes suivants.
    Autant vous dire que la lecture que j’avais prévue après ce livre a été mise de côté car je me suis jetée sur la suite !

     

    Un extrait : Ma vie ne reposant que sur des idées mauvaises, parler de cette fête à Maggie avait sans doute été la pire de toutes. Je n’avais pas la moindre envie d’y aller, mais à peine eut-elle entendu parler d’un bal qu’elle décida que c’était l’évènement le plus épatant qui fût. Je n’avais encore jamais été à une soirée de ce genre, mais Maggie était tellement excitée par cette idée que je lui laissais cette petite satisfaction.

    Le bal commençant à dix-neuf heures, elle croyait avoir assez de temps pour finir de passer sa couche de peinture dans la salle de bain. Matt, de son côté, s’était mis à pester, principalement contre le fait que j’allais fréquenter des inconnus d’un autre sexe, mais Maggie le rembarra. Pour l’éloigner, elle l’envoya terminer le travail de jardinage. Sachant pertinemment que, cette fois, Maggie ne reviendrait pas sur sa décision, il s’exécuta.

    En dépit des efforts de Matt pour ralentir le travail, nous terminâmes le nettoyage du jardin assez vite et je retournai me préparer à l’intérieur. Pendant que je fouillais dans le placard, Maggie, assise sur le lit, m’observait en dispensant suggestions et commentaires sur tout, y glissant surtout un interminable flot de questions sur Finn. Comme j’entendais Matt grogner et se moquer de certaines de mes réponses, je compris qu’il nous écoutait.

    Après avoir choisi une robe bleue toute simple qui, d’après Maggie, m’allait à ravir, je la laissai s’occuper de mes cheveux. Quelle que soit ma façon d’essayer de les discipliner, mes cheveux refusaient toujours de coopérer. Cette fois-ci, même s’ils n’obéissaient pas complètement à Maggie, elle en vint à bout. Elle laissa échapper quelques mèches bouclées de sorte qu’elles encadrassent mon visage et attacha le reste.

    À la tête à la fois furieuse et sidérée de Matt quand il me vit, je compris que je devais être plutôt séduisante.

    Peu convaincue que Matt m’ouvrirait la porte de sa voiture pour que je pusse en sortir, Maggie préféra me déposer au bal. Tout en sachant que le bal durait jusqu’à vingt-deux heures, Matt avait souhaité que je ne dépasse pas vingt et une heures. Je pensais être rentrée bien plus tôt, mais Maggie insista pour que je prisse tout mon temps.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Harry Potter et le prince de sang mêlé

    harry potter et le prince de sang mêlé.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l'entraîner ?

     

    Auteur : Joanne Kathleen Rowling

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 01 octobre 2005

     

    Prix moyen : 25€

     

    Mon avis : Harry s’affirme de plus en plus dans ce tome et remet de plus en plus en question les décisions de Dumbledore. Persuadé que Malefoy cache quelque chose de grave, il est exaspéré que personne ne veuille le croire.
    Il est vrai que les arguments de Ron, Hermione, Remus et les autres membres de l’ordre du Phoenix sont assez minables. Dire que Malefoy ne peut pas être au service de Voldemort parce qu’il n’est pas diplômé ! Comme si Voldemort allait avoir des scrupules à se servir d’un ado !
    J’ai trouvé qu’Harry était très perspicace et qu’il ne sous-estime pas son adversaire.
    En revanche, son attitude envers le livre du prince de sang mêlé est parfois un peu « limite ». Qu’il profite des conseils, de toute évidence avisés, pour les potions, je peux le comprendre, mais qu’il essais les sortilèges sans jamais se préoccuper de savoir les effets qu’ils pourraient avoir, c’est totalement inconscient et tranche avec la maturité dont il fait preuve par ailleurs.
    Kreattur est fidèle à lui-même. J’ai beaucoup aimé sa crise de colère dans les premières pages du roman, je l’imagine très bien en train de trépigner de rage !
    On voit aussi la nouvelle maturité du trio à travers leurs sentiments amoureux qui, malgré la guerre qui se déroule à l’extérieur et dont les conséquences touchent régulièrement des camarades de classe, leur causes quelques difficultés.
    Les cours particuliers que donne Dumbledore à Harry sont très intéressants mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander comment un sorcier aussi puissant que Dumbledore a pu laisser les choses aller aussi loin pour qu’un sorcier de la puissance de Voldemort s’épanouisse. Je me suis demandé ce qu’il se serait passé s’il avait convaincu le directeur Dippet que Tom Jedusor n’avait pas sa place à Poudlard.
    A force de donner des secondes chances et le bénéfice du doute à tous, il finit par faire souffrir ses alliés (Oui, j’aime pas plus que ça Dumbledore !).
    Les adultes semblent partagés entre vouloir faire plus confiance aux ados, conscients qu’ils ne pourront pas leur éviter d’être touché par la guerre qui fait rage, et l’impression que lesdits ados ne comprennent pas vraiment, qu’ils devraient simplement suivre les ordres.
    On retrouve aussi avec plaisir Fleur Delacour, au grand déplaisir de Mme Weasley.
    La fin du tome montre bien que les choses vont prendre encore un autre tournant et que le 7ème tome va être encore plus sombre.

     

    Un extrait : Harry n'avait pas encore bouclé sa valise. Etre délivré des Dursley après seulement une quinzaine de jours en leur compagnie lui semblait trop beau pour être vrai. Il n'arrivait pas à se débarrasser de l'impression que quelque chose irait de travers - sa réponse à la lettre de Dumbledore s'était peut être perdue, ou alors Dumbledore avait eu un empêchement ;il se pouvait aussi que la lettre ne soit pas du tout de la main de Dumbledore mais qu'il s'agisse d'une plaisanterie ou d'un piège. Harry n'aurait pas supporté de remplir sa valise pour devoir la vider à nouveau si ses espoirs étaient déçus. La seule disposition qu'il avait prise en vue d'un éventuel voyage avait été de mettre Hedwige, sa chouette des neiges, en sûreté dans sa cage.

    Sur le cadran du réveil, l'aiguille des minutes atteignit le chiffre douze. A cet instant précis, le réverbère qui se trouvait devant sa fenêtre s'éteignit.

    L'obscurité soudaine réveilla Harry comme s'il s'était agi d'une sonnerie de réveil. Il rajusta précipitamment ses lunettes et arracha sa joue de la vitre pour y coller le nez, scrutant le trottoir devant la maison. Une haute silhouette enveloppée d'une longue cape virevoltante remontait l'allée du jardin.

    Harry se leva d'un bond, comme s'il avait reçu une décharge électrique, renversa son fauteuil et commença à jeter dans sa valise tout ce qu'il pouvait attraper autour de lui. Au moment où il lançait à travers la pièce plusieurs robes de sorcier, deux grimoires et un paquet de chips, la sonnette de la porte d'entrée retentit.

    En bas, dans le salon, son oncle Vernon s'écria :

    - Qui diable peut bien passer nous voir à cette heure-ci ?

    Harry se figea, un télescope de cuivre dans une main, une paire de baskets dans l'autre. Il avait complètement oublié d'avertir les Dursley que Dumbledore allait peut-être venir. Se sentant gagné à la fois par la panique et l'envie de rire, il enjamba tant bien que mal sa grosse valise et ouvrit la porte de sa chambre à la volée juste à temps pour entendre une voix grave dire :

    — Bonsoir. Vous devez être Mr Dursley. J'imagine que Harry vous a prévenu que je venais le chercher ?

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Le bois sans dessus dessous et autres histoires conthées

    Le bois sans dessus dessous.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : À travers dix contes, les héros du Bois Sans Dessus Dessous nous emmènent dans des aventures gourmandes. Loirs, hérissons, grenouilles, chauve-souris : tous ont en commun le thé, qui sert de fil rouge à travers leurs différentes histoires. Ces petites contes initiatiques bien ciselés abordent des thèmes aussi variés que le vivre ensemble, la timidité ou encore l’acceptation de soi.

     

    Auteur : Clémentine Ferry

     

    Edition : éditions du lumignon

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 3 octobre 2017

     

    Prix moyen : 15€

     

    Mon avis : Le bois sans dessus dessous est un tout petit livre de 88 pages comportant 10 histoires mettant en scène les petits animaux de la forêt et le thé. Chaque histoire fait ainsi moins de 10 pages, ce qui est une longueur parfaite pour une histoire du soir : ni trop longue pour les parents, ni trop courte pour les enfants.
    Pour ma part, j’ai reçu ce livre en SP lors de la masse critique jeunesse de Babelio, mais je trouve le prix un peu excessif. 15€ pour un si petit livre, broché, illustré en noir et blanc, même si les histoires sont originales et mignonnes et que les dessins sont très beaux, je trouve que c’est élevé. Ce prix-là, je le vois plus sur un album d’au moins 150 pages, de la taille d’une BD, avec des pages d’illustrations et une couverture rigide.
    Mais je suppose que le fait que la maison d’édition n’est pas une grosse structure explique que le prix soit un peu élevé, ils ne doivent pas écouler autant de stock qu’une grosse maison d’édition.
    Je comprends tout à fait les contraintes de la maison d’édition, mais bon, j’ai aussi les miennes et n’ayant pas un gros salaire, il est évident que pour le même pris, entre un roman de 500 pages et un livre de 88p, mon choix sera vite fait.
    Dans le bois sans dessus dessous, tous les animaux ont une histoire avec le thé : du loir sujet au vertige, propriétaire d’un salon de thé volant, à la reinette qui a peur de l’eau, en passant par la petite chauve-souris qui n’aime pas le thé contrairement à sa nombreuse famille ou au renard, maître zen, qui aime à méditer près de la plantation de thé, au grand dam des gardiens, tous ont une relation particulière avec le breuvage ancestral.
    Chacun des héros de ces petites histoires a un nom de plante dont la particularité est expliquée dans un petit lexique à la fin du livre : Menthe, Saule, Pissenlit, Hellébore… chacun a des propriétés bénéfiques…ou non.
    A travers les aventures et petites mésaventures, le jeune lecteur va découvrir qu’il y a une solution au vertige, à la timidité, à la vue qui baisse, que le deuil, s’il est douloureux, et plus facilement acceptable si on se serre les coudes, qu’une catastrophe naturelle peut être surmontée si chacun vient en aide à son prochain…
    Il va apprendre l’importance de la confiance en soi et de l’acceptation de soi et des autres. Et, pourquoi pas, peut être en profitera-t-il pour s’initier au thé et à tous ses bienfaits.

     

    Un extrait : Le bois sans dessus dessous accueillait une nouvelle famille de chauve-souris. Saule le Loi leur avait trouvé une demeure perchée tout en haut d’un hêtre.
    Myrte, la matriarche, avait décidé d’organiser un goûthé costumé pour présenter sa famille à toute la communauté du Bois. Voyez-vous, chez les chauves-souris le thé était sacré et chacune avait des goûts très précis en la matière. Il fallait donc faire très attention à ce que l’on servait… Et à qui !

    Et pour époustoufler la société chauve-souris, quoi de plus original que de prendre le thé au beau milieu des nuages !

    Myrte comptait bien organiser le plus épatant des goûthé, mais il lui fallait cacher un bien gênant secret : la timide Hellébore, sa petite dernière, n’aimait pas le thé…

    Le jour J, on se pressa au bal costumé de la famille fraîchement installée. Les chauves-souris avaient revêtu leurs plus beaux costumes et la forêt resplendissait de milliers de couleurs. Les nuages servaient pour l’occasion de salle de réception et on félicita les hôtes pour la délicate décoration et la délicieuse nourriture. Tout se passait à merveille !

    N’ayant pas eu d’autre choix que de suivre ses parents, Hellébore resta cachée sous la table pendant tout le repas.
    Elle grignota le peu que son grand frère Houx lui glissait en douce sous la table. Elle entendait les rires des adultes et les jeux des plus jeunes, mais sa grande timidité l’empêchait de participer à la fête.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Blue : la couleur de mes secrets

    blue la couleur de mes secrets.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Blue n'est pas une adolescente comme les autres. À seulement 17 ans, elle dissimule un lourd secret qui l'a obligée à changer brutalement de vie, à déménager avec ses parents et son jeune frère, et à rester discrète pour ne pas attirer l'attention. Mais ses mystérieux cheveux bleus captent inévitablement tous les regards et attisent la curiosité des élèves de son nouveau lycée. Et comment se fondre dans la masse alors que son ex violent refait surface et que Nathan, un jeune homme à la réputation sulfureuse, a décidé de la percer à jour ?

     

    Auteur : Camille Pujol

     

    Edition : Michel Lafon

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 12 janvier 2017

     

    Prix moyen : 15€

     

    Mon avis : J’avais remporté ce livre lors de la masse critique Babelio de mars, mais la poste ayant frappé, je n’ai jamais reçu le livre. N’aimant pas rester sur une frustration, j’ai battu le rappel des copines et j’ai pu me le faire prêter.
    Le bon côté de ce livre, c’est l’idée de départ qui est assez sympa et originale.
    Malheureusement, le traitement de l’histoire n’est pas à la hauteur de cette idée et du résumé.
    La première chose qui m’a frappée et qui m’a suivie tout au long de l’histoire, c’est l’impression d’une mauvaise série américaine. Alors que l’histoire se passe à Toulouse, le nom de l’héroïne est à consonance américaines (Blue Stevens), on nous parle de programme de protection des témoins, programme qui n’existe pas en France car jugé trop onéreux (chez nous, on ne protège de cette manière particulière que les « repentis », délinquants qui décident de balancer les copains ; les simples témoins, eux, ont tout au plus le droit à témoigner sous X), le père, bien que « sous protection » conserve le même emploi et enfin, la cerise sur le gâteau, c’est l’endroit où la famille est envoyée (mais il faut lire le livre pour comprendre).
    Bref : incohérences sur incohérences font perdre toute crédibilité à l’histoire.
    Les réactions de Blue la font paraître assez puérile, surtout quand on avance dans le récit et qu’on découvre son passé. Passé et présent semblent totalement incompatibles : comment peut-on être confrontée à ce genre de chose et avoir ce type de réaction ?
    Du côté de l’écriture, il n’y a pas de fautes grammaticales ou de vocabulaire, mais il manque quelque chose. J’ai eu l’impression d’un texte qui ne reflète aucune personnalité, un texte peut être un peu trop lisse.
    Cependant, l’idée de départ était excellente et l’auteur est toute jeune puisque c’est une adolescente. Elle écrit bien, elle a de bonnes idées. Le reste est dû, je pense, à son inexpérience et ne pourra donc que s’améliorer puisqu’elle semble disposer de bases solides.
    Même si ce premier roman est plein de défauts, je vais quand même garder un œil sur cette jeune fille car je suis sûre que son prochain roman sera bien plus abouti.

     

    Un extrait : Le réveil sonne. Aujourd’hui, lundi 5 avril, c’est mon premier jour dans mon nouveau lycée. Je m’appelle Blue Stevens. Comme la plupart des élèves de terminale, j’ai dix-sept ans. Mais contrairement à la plupart d’entre eux, j’ai les cheveux bleus. Et ce n’est pas la seule raison pour laquelle je suis différente des autres. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’une élève de terminale change de lycée à moins de trois mois du bac !

    Certains penseront que ce sont mes parents qui m’ont obligée à déménager à Toulouse, ou encore que j’ai été virée de mon ancien lycée. Je m’attends à toutes sortes de questions, même si je préférerais les éviter. Pour l’instant, j’essaye de ne pas trop y penser, car cela m’angoisse un peu. Je vais tenter de ne pas attirer l’attention, il faut à tout prix que je me fonde dans la masse.

    Je n’ai jamais été très sociable dans mon ancien lycée. Je mangeais tous les midis chez moi et, dès que je sortais des cours, j’allais au café où travaillait ma mère, Kathy. Je vis avec elle et mon petit frère, Kylian. Il a sept ans.

    Mon père est militaire, donc on le voit très peu, une fois tous les six mois environ. L’année dernière, il s’est fait tirer dessus, a été très grièvement blessé et est resté dans le coma pendant deux mois. Cette période a été très difficile pour ma mère, et elle a fait une sorte de dépression.

    Pendant que mon père était hospitalisé, j’ai un peu tenu le rôle de maman, du coup. La gérante du café où elle travaillait avait accepté de me payer pour les heures que je faisais à sa place. Tous les soirs, j’allais chercher Kylian à l’école, et le matin il prenait le bus avec moi. Heureusement, cette mauvaise passe est derrière nous, maintenant.

    Je me décide enfin à me lever. J’ouvre les volets et la fenêtre, et le soleil m’éblouit légèrement. Il fait assez beau pour un mois d’avril. Ici, à Toulouse, c’est vraiment différent de mon ancienne ville, tout a l’air si tranquille. Mais ce n’est pas parce que Toulouse en a l’air que c’est une ville sans problème. Aucune ville ne l’est.

    Petite déception 2 étoiles.jpg

  • [Livre] Le grand magasin fluo

    Je remercie les éditions sarbacane pour cette lecture

    Le gand magasin fluo.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Mathieu Martin est le souffre-douleur de sa classe. Heureusement, il a des amis : le gros Angelo au méga QI ; Peter, capable d'escalader n'importe quoi ; et Nat, championne de karaté ! Un jour, un immense supermarché pousse comme un champignon dans le terrain vague voisin. Un véritable monument, rose fluo, qui semble sortir de terre ! Dès l'ouverture, on annonce des promotions incroyables pour les chanceux qui recevront le fameux "Jeton d'Argent" permettant de remplir son caddie ... gratuitement ! Mais bientôt, le journal signale de nombreuses disparitions inexpliquées. C'est d'abord Maillot Jaune, le fou de vélo, puis Mademoiselle Pim, la mercière ... Pour Mathieu et sa bande, c'est sûr : les disparitions ont quelque chose à voir avec ce magasin louche, voire diabolique. Ils décident de mener l'enquête ...

     

    Auteur : Stéphane Gisbert

     

    Edition : Sarbacane

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 01 Novembre 2017

     

    Prix moyen : 10,90€

     

    Mon avis : j’ai bien aimé suivre les aventures de Mathieu et ses amis à travers une écriture simple et entraînante, une histoire au rythme effréné et des bonus amusant.
    Je suis certaine que les enfants seront plus qu’emballés par cette histoire et par le secret que cache le grand magasin.
    Pour ma part, en tant qu’adulte, j’ai regretté un certain manque de profondeur. Le harcèlement scolaire, pourtant tellement d’actualité, n’est mentionné que pour introduire les personnages puis laissé totalement de côté, la maltraitance est également mentionnée mais comme s’il s’agissait de quelque chose de normal qu’il n’y avait pas lieu de signaler. J’aurais préféré qu’il y ait au moins un paragraphe, ou même une simple phrase, qui indique que Mathieu aimerait bien parler à un adulte à ce sujet mais qu’i n’ose pas, plutôt que de balayer le sujet d’un revers de main.
    Pareil pour la tendance à la surconsommation des gens ou la disparition des petits commerçants, ruinés par les grands distributeurs. On en parle, vaguement, mais il n’y a aucune réflexion sur le sujet. Pourtant, je pense que c’est au travers des livres qu’on peut faire prendre conscience aux enfants de ces réalités.
    Ici j’ai vraiment eu l’impression que toute réflexion était évité au profit de l’aventure elle-même. Or je pense qu’on pouvait concilier les deux.
    Bien évidemment, c’est là le point de vue d’une adulte, et je suis persuadée que les enfants ne verront dans ce livre que la palpitante aventure que des enfants de leur âge sont en train de vivre.
    Le roman se lit très rapidement, et malgré les quelques réserves que j’ai évoquées plus haut, à aucun moment je n’ai été capable de le reposer.
    Cela reste donc un livre intéressant, amusant, qui plaira sans doute aussi bien aux garçons qu’aux filles.

     

    Un extrait : Vous voyez ce gosse avec ses lunettes de travers ? Non ? Regardez mieux. Le petit, là, qui s’essuie le nez, avec un pantalon troué aux deux genoux ! Le maigrelet, là – mais si, regardez : son cartable est ouvert par terre, toutes ses affaires sont répandues au sol…

    Celui qui chiale, quoi !?

    Ben, c’est moi.

    Et si je suis assis là, à renifler dans mon coin, c’est que je me suis fait chahuter pas plus tard qu’à l’instant.
    - Hé ! L’intello ? T’aurais pas un truc qui m’appartient ?

    A chaque fois, c’est la même scène : Tony et sa bande m’attendent en bas de chez moi (à croire qu’ils me guettent !) et ils me rançonnent. Mon goûter, un stylo… Faut que je leur donne quelque chose. Sinon, gare !

    « Péage ! », annonce Tony. Et j’obéis. Que voulez-vous que je fasse ? Ils sont beaucoup trop forts pour moi.

    La plupart du temps, j’arrive à les éviter. En quittant mon immeuble cramponné au bras de ma mère comme un petit de maternelle. Pas très glorieux, mais bon…
    Je passe devant eux tête baissée, en feignant de ne pas les voir. Ils ne sont pas idiots au point d’essayer de me racketter devant elle. Dans ces moments, ils ont des petits sourires mauvais, genre « on t’aura plus tard… ».

    Ou bien je les guette de la fenêtre et j’attends qu’ils soient partis. Mais alors, j’ai beau courir, j’arrive en retard au point de rendez-vous avec mes copains, et donc à l’école.

    Ce matin, quand je me suis réveillé, ma mère était déjà sortie et il y avait un post-it sur le frigo.
    Remarquez, ça arrive fréquemment.

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Confession du (pas si) grand méchant loup

    journal du pas si grand mechant loup.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : «Je sais, je n'ai pas une très bonne réputation. C'est sûr qu'engloutir des mères-grand, des chaperons rouges et des petits cochons ne fait pas de moi le loup le plus populaire du village!

    Mais j'ai changé! Mon époque de carnivore raffolant de côtelettes de porc est révolue!

    Apprenez à connaître le nouveau moi en lisant mon journal! J’accepte de vous le livrer même si je ne suis pas fier de tout ce que j'y raconte...»

     

    Auteur : Claire Pyatt

     

    Edition : Goélette

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 16 février 2012

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Qui a peur du grand méchant loup ? Et bien après avoir lu ce livre, ce ne sera plus nous !

    Contrairement à la Belle-mère de Blanche-Neige et à la sœur de Cendrillon qui commencent leur journal en étant déjà plus ou moins repenties, Balthazar J. Loup, plus connu sous le surnom du grand méchant loup, n’a pas vraiment envie de changer de vie et encore moins de devenir végétarien.
    C’est donc un peu contraint et forcé qu’il suit sa thérapie. Dans le même temps, il a été condamné à des travaux d’intérêts généraux et il doit aider les trois petits cochons à la reconstruction des maisons qu’il a détruite. En attendant que cela soit fait, il doit héberger chez lui l’un des cochons, Samson, la seule maison restante ne leur permettant pas d’y vivre à trois. Bien entendu, il n’a pas intérêt à faire la moindre égratignure à son colocataire.
    Mais il est difficile de changer quand tout le monde ne voit que le pire chez vous. Quand les frères de Samson disparaissent, tout le monde accuse Balthazar. Le roi, lui, ne s’embête pas franchement avec la justice, il acquiesce à ce que veut le peuple, même si le peuple fait erreur, excité dans sa fureur par Boucle d’Or, devenue journaliste et toujours à l’affut d’un bon scoop, même si le troisième petit cochon témoigne en faveur du loups et même si de plus en plus de témoignages parlent d’un dragon qui se serait aventuré dans les parages.
    Avec, comme une épée de Damoclès, un peine d’emprisonnement de cent ans dans la tour de Raiponce s’il ne prouve pas son innocence, Balthazar, accompagné de Samson, est bien décidé à trouver le coupable !
    Toujours sous la forme d’un journal intime (cette fois écriture vert foncé sur page vert clair), ce tome continue de nous faire découvrir les personnages des contes après la fin de ces derniers. On peut, par exemple, voir un papa Ours pas très content que Boucle d’Or ait échappé à la prison et s’affiche sur les écrans, un Maturin assez vindicatif à force de voir disparaître ses moutons, ou encore un petit chaperon rouge un peu traumatisée.
    Quelques petites histoires sur le passé de Balthazar nous sont également délivrées au fil de sa thérapie.
    La morale de l’histoire est la même que pour les autres contes : tout le monde peut changer et a droit à une seconde chance.

     

    Un extrait : Je m’appelle Balthazar J. Loup et je suis accroc à la viande. Quel soulagement de pouvoir enfin l’admettre !

    Pendant longtemps, je n’ai pas cru qu’il s’agissait d’un vrai problème. J’aime la viande. Et le lard ? Euh… je veux dire : et alors ? Maturin ne s’est jamais plaint de la disparition de ses dindes et de ses poulets, et Bo Peep a toujours eu de la difficulté à contrôler son troupeau de moutons, alors autant l’aider…
    J’ai beaucoup voyagé pour déguster de nombreuses variétés de viande, mais quoiqu’il arrive, c’est que les animaux y sont beaucoup plus savoureux.
    La première fois que j’ai vu les Trois Petits Cochons, c’était en janvier dernier. Ils venaient tout juste de fonder leur propre entreprise de construction Porcs et Imports et travaillaient d’arrache-pied sur leurs logements à bas prix : des maisons construites avec de la paille et des bâtons de bois (qui n’a évidemment jamais connu le succès espéré). Je les ai observés longuement pendant qu’ils s’affairaient. Ils étaient su roses et si suintants que je pouvais presque les entendre grésiller.

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Journal de la Belle-mère (pas si) cruelle de Blanche-Neige

    journal de la belle-mere (pas si) cruelle de blanche-neige.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

    Résumé : Revenue d’un séjour dans un centre de méditation pour arrêter de se centrer sur son image, Reine va habiter dans une petite maison en campagne avec sa thérapeute, Rose, et tente de s’intégrer de nouveau à la vie du village Livredecontes.

     

    Auteur : Catherine Girard-Audet

     

    Edition : Goélette

     

    Genre : jeunesse

     

    Date de parution : 6 octobre 2011

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : 3ème tome de la série « L’envers des contes », nous nous penchons dans celui-ci sur ce qu’il est advenu de la méchante Reine après que le beau prince (et non prince charmant, la distinction est importante puisqu’ils vivent tous proches les uns des autres) ait réveillé Blanche-neige d’un baiser et l’ai emporté dans son château pour l’épouser. Reine, vaincue, a été envoyé dans un centre de méditation pour guérir de sa jalousie maladive et reprendre sa vie en main. A la sortie du centre, pour parfaire sa guérison, elle va vivre dans une cabane dans la forêt, non loin de la chaumière des nains.

    Si l’humour du livre passera parfois au-dessus de la tête des enfants, il leur permettre sans doute d’acquérir du vocabulaire et nul doute que la présentation en forme de journal intime écrit à l’encre violette sur fond lilas ne pourra que leur plaire.
    Dans ce tome, on retrouve Mildred, la pas si méchante demi-sœur de cendrillon, qui s’est reconverti, avec son amie Bo Peep, comme détective privé.
    En effet, Reine ne va pas tarder à avoir besoin de ses services.
    Mais son but premier va être de convaincre les habitants de Livredecontes qu’elle a bel et bien changé. Et elle n’est pas la seule, ainsi on se rend compte que Blanche-Neige accorde un soin tout particulier à son apparence et que ce n’est pas là le moindre de ses changements.
    Toute la saga apprend aux enfants l’importance des secondes chances et de savoir s’amender. Avoir mal agi ne signifie pas que rien ne peut changer.
    A la fin du livre, comme dans tous les livres de cette saga, on trouve une fiche de « vilain », un petit test ainsi que quelques recettes de cuisine.

     

    Un extrait : 7 juin

    Cela fait trois mois aujourd’hui que je suis au centre de méditation. Au fil des jours, je me suis liée d’amitié avec plusieurs personnes ici, et elles ont organisé une petite fête ce soir pour souligner mes progrès.
    Je trouve ça très généreux de leur part, surtout quand je pense à la façon dont je les ai traitées à mon arrivée.
    Disons qu’à mon entrée ici, je ne me sentais pas prête à faire face à mes erreurs et à ma vraie nature. Je vivais le moment présent et n’avais aucune envie de revisiter mon passé. Mais lors de la première rencontre de groupe, notre thérapeute, Esmeralda, m’a demandé de me lever, de me présenter et d’expliquer en quelques mots les raisons de mon internement au centre.
    - Bonjour, ai-je dis d’un air bourru. Je m’appelle Reine. On m’a forcé à venir ici parce que… en fait…je… 

    Je n’ai pas été capable de finir ma phrase. Pour la première fois de ma vie, j’éprouvais de la honte et je n’arrivais pas à assumer la portée de mes gestes.
    - Continuez, Reine, a insisté Esmeralda. Nous ne sommes pas là pour vous juger, mais pour vous aider à affronter vos peurs et à repousser vos limites.

    - Je… J’ai essayé d’empoisonner ma belle-fille parce que j’étais jalouse de sa beauté, ai-je répondu, surprise d’être aussi honnête et de mettre, pour la première fois, le doigt sur mon problème.
    A mon grand étonnement, les autres femmes assises en cercle autour de moi ne semblaient pas choquées outre mesure par ma révélation. En avouant mon crime, je me croyais guérie : on me laisserait partir. Mais ensuite Esmeralda m’a expliqué le plan d’action pour que je « reprenne confiance en moi et que je puisse affronter le regard des gens que j’ai blessés en gardant la tête haute ».
    Je dois suivre des cours pour me libérer de toute vanité et de ma jalousie. Pour y parvenir, il me faut me départir de tout artifice. Je dois apprendre à m’apprécier pour ce que je suis, sans accorder d’importance à mon apparence physique. En d’autres mots, j’ai été forcée de me débarrasser de toutes mes belles robes, de mon maquillage et surtout de mon miroir magique. Ainsi, tous les jours, depuis trois mois maintenant, je porte des vêtements amples en coton. Je ne me suis pas regardée dans la glace une seule fois depuis mon arrivée. Rose, ma thérapeute personnelle, croit que c’est la meilleure façon de me détacher des biens matériels et d’apprendre à m’apprécier pour ce que je suis « à l’intérieur ».
    J’ai eu beaucoup de difficulté à m’habituer à cette simplicité volontaire, mais au fil du temps, j’ai fini par comprendre ce qu’elle voulait dire. Je crois que je suis devenue une (presque) nouvelle femme.

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Journal de la sœur (pas si) laide de Cendrillon

    journal de la soeur (pas si) laide de cendrillon.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

    Résumé : Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants...Tout le monde sait comment se termine l'histoire de Cendrillon. Le Prince Charmant, la pantoufle de verre et le mariage heureux. Et tout le monde sait que Cendrillon a deux demi-soeurs, très méchantes, mais saviez-vous que l'une d'elles, Mildred, n'est en fait pas si méchante que ça?

     

    Auteur : Claire Pyatt

     

    Edition : Goélette

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 2010

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Ce tome est le premier de la série « l’envers des contes » qui met en scène les méchants des dits contes, après le « ils vécurent heureux… ».
    Chaque tome peut se lire individuellement des autres mais il est vrai qu’il peut y avoir de petits clins d’œil aux tomes précédents. Par exemple, dans le tome « journal d’un nain (pas si) grognon », le nain voit une thérapeute, Rose, qu’on rencontre dans le tome « journal de la Belle-Mère (pas si) cruelle de Blanche-Neige.
    Dans ce tome, on s’attache à Mildred, une des vilaines demi-sœurs de Cendrillon, qui se révèle plutôt gentille. Rapidement, après le départ de Cendrillon, elle prend conscience du travail que demande l’entretien d’une maison et n’apprécie guère que sa sœur Agatha et sa mère continue à comploter contre Cendrillon.
    Avec l’aide de son amie Bo Peep et le concours de Josh, un des gardes du prince charmant, Mildred est bien décidée non seulement à sauver Cendrillon mais aussi à continuer à changer et à se détacher de l’étiquette de la vilaine sœur qui lui colle à la peau.
    Mildred est assez naïve et parfois un peu impatiente mais pleine de bonne volonté.
    Le livre se présente comme un journal intime et, contrairement aux éditions kennes dans lesquelles j’ai lu le tome du nain, ici les pages sont colorées (écriture rose foncée sur page rose clair).
    En ce qui me concerne, j’aurais franchement préféré une écriture traditionnelle noir sur blanc, qui aurait eu le mérite d’être bien plus lisible, mais ce livre étant destiné aux 9-10 ans, je comprends l’intention.
    La traductrice est québécoise et parfois il y a quelques mots qui le font ressentir (comme aller « magasiner ») mais l’histoire reste très compréhensible (j’ai lu des livres québécois qui étaient presque incompréhensibles pour un français !).
    Du côté des personnages, j’ai beaucoup aimé certains personnages principaux, même si on ne fait que les apercevoir, comme Raiponce et Boucle d’Or qui sont deux petites pestes qui ne pensent qu’à leur apparence.
    L’auteur a transposé l’univers des contes de fée à notre époque et on croise aussi bien des bûcherons et des gardes avec épées et chevaux que des voitures, des DVD, des cartons de pizza et le dernier tube de Justin Timberlake.
    A la fin du livre, on trouve un petit quizz, une fiche présentant la méchante reine, belle-mère de Blanche-neige et la recette de la tarte aux pommes.

     

    Un extrait : 10 Aout
    Cendrillon a déménagé ses affaires aujourd’hui. Il faut dire qu’elle n’avait pas grand-chose : quelques valises remplies d’effets personnels et son vieux chien miteux. J’étais un peu mal à l’aise. Elle va me manquer, et pas seulement parce qu’elle s’occupait des tâches ménagères ; j’aimais bien discuter avec elle, et je n’aimais pas la traiter avec méchanceté. Les autres filles sont encore fâchées qu’elle ait été la seule à posséder un pied assez petit pour enfiler la pantoufle de verre.
    Honnêtement, je suis plutôt soulagée que cette chaussure n’ait pas été à ma pointure. Elle n’avait pas l’air très confortable.
    J’ai éprouvé de la jalousie en voyant, par la fenêtre, Cendrillon embarquer dans son carrosse doré. Si j’avais été plus gentille avec elle lorsqu’elle habitait ici, elle m’aurait peut-être emmenée faire un tour.

     

    16 aout
    Ca ne fait pas une semaine qu’elle est partie, et la maison ressemble déjà à un dépotoir.
    Nous n’avons plus rien de propre à nous mettre sur le dos, et comme personne ne sait cuisiner, on commande de la nourriture tous les jours. Hier soir, j’ai rangé les boites de pizzas sous le canapé pour que tout ait l’air un peu plus propre, et j’ai croisé une créature vraiment étrange. Je sais que ça a l’air complètement dingue, mais je suis certaine d’avoir aperçu une petite souris vêtue d’un chapeau et d’un T-shirt. Je crois que j’ai avalé tellement d’additifs que ça commence à agir sur mon cerveau. J’ai voulu raconter ma découverte à maman et à Agatha, mais je les ai surprises dans la cuisine en train de chuchoter en consultant un livre. Quand je suis entrée, elles m’ont regardée avec un air coupable et maman a rapidement rangé le bouquin dans un tiroir. Elle sont peut-être en train de me préparer une fête-surprise (vraiment, vraiment d’avance). Oh ! Je suis excitée !

    bonne lecture 3 étoiles.jpg