Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 3

  • [Film] Sortilège

    Sortilège affiche.jpg

     

    Titre original : Beastly

     

    Réalisé par : Daniel Barnz

     

    Date de sortie : 6 juillet 2011

     

    Genre : Comédie romantique, fantastique

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h23

     

    Casting : Vanessa Hudgens, Alex Pettyfer, Mary-Kate Olsen

     

    Résumé : Superficiel et trop gâté, Kyle, 17 ans, est le garçon le plus populaire de son lycée. Obsédé par son image et sa notoriété, il va s’en prendre à la victime de trop… Pour s’amuser, Kyle cherche à humilier Kendra, une fille gothique de sa classe que la rumeur dit être une sorcière. La jeune fille décide de lui donner une bonne leçon et lui jette un sort qui le transforme en un monstre aussi hideux à l’extérieur qu’il l’est à l’intérieur. Victime du sortilège, Kyle a un an pour trouver quelqu’un qui puisse l’aimer sincèrement malgré son apparence, sinon il restera un monstre à jamais. Son seul espoir repose sur une fille discrète qu’il n’avait jamais remarquée jusqu’à présent, Lindy…

     

    Mon avis : Version moderne et adolescente de la belle et la bête, Sortilège a un scénario bien ficelé et pas trop « bourrin » comme on peut le reprocher à ce type d’adaptation.
    J’ai beaucoup aimé cet univers où la seule touche de magie est le sort lancé à Kyle par la sorcière Kendra. Ici, donc, pas de serviteur magique qu’ils soient invisibles ou constitués d’objets enchantés, mais un professeur particulier aveugle et une gouvernante jamaïcaine ayant été forcée de laisser ses trois enfants au pays pour venir travailler aux USA.

    sortilège prof aveugle.jpg

    Kyle est un ado imbuvable, orgueilleux, cruel, arrogant… mais je dois avouer que quand on voit son père, on comprend que le gamin ait tourné ainsi… Quel exemple pour son fils ! Après avoir humilié Kendra pour s’amuser, il va s’en mordre les doigts car la réputation de sorcière de l’adolescente n’est pas usurpée. Pour punir Kyle de son attitude, elle le rend aussi hideux à l’extérieur qu’il l’est à l’intérieur.

    sortilège kyle.jpg

    Très vite, son père, pour qui la belle gueule est plus important que tout, exile son fils dans une maison de ville à l’écart du centre, où il est censé vivre avec lui. Mais l’air de rien, d’annulation en report, il fait en sorte de ne plus se trouver en présence du « monstre » qu’est devenu son enfant et qui lui fait horreur. On voit la mentalité du mec qui préfère l’apparence à son propre fils.

    Quand à « Belle », ici c’est Lindy, fille d’un type paumé, toxicomane, qui se met un dangereux criminel à dos, lequel menace la vie de l’adolescente. Kyle, présent sur les lieux lors de l’affrontement, oblige le père à lui confier sa fille. Dire que celle-ci n’apprécie pas la situation est un euphémisme. Elle se cloître dans sa chambre et n’adresse pas la parole à Kyle, qui refuse de la laisser le voir.

    sortilège lindy.jpg

    J’ai beaucoup aimé les différentes scènes où Kyle tente d’amadouer Lindy en lui offrant des cadeaux. Le voir essayer d’offrir des choses chères, puisqu’il a toujours appris à flatter plutôt qu’à s’interroger sur les autres, et les réactions dédaigneuses de Lindy sont hilarantes et on plaint ce pauvre garçon qui n’est pas au bout de ses peines.
    Au fil des jours, Kyle change en profondeur, on voit qu’il se détache de son père et par la même occasion des « valeurs » qu’il lui a inculqué.
    Comme dans la belle et la bête, Kyle comprend ses erreurs assez vite mais le sort est déjà lancé et il doit aller jusqu’à son terme. Le fait de comprendre que son attitude était lamentable ne suffit pas à l’absoudre.
    Bon, après, bien sûr, quiconque a vu la belle et la bête se doute de la fin, mais peu importe, le film est agréable à voir et il y a des éléments originaux qui sont sympas à découvrir.



  • [Livre] La légende des quatre – T01 – Le clan des loups

    Je remercie Babelio et les éditions Flammarion Jeunesse pour cette lecture

     

    La légende des quatre.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Ils sont quatre
    Quatre héritiers de leurs clans
    Ils doivent s'unir pour survivre ...
    Loups, tigres, aigles et serpents
    Quatre clans ennemis ...
    Les yokaïs , créatures tantôt humaines tantôt animales vivent dans une harmonie fragile ...
    Sur les terres humaines, la tension est palpable ...
    Maya, l'héritière du clan des loups et Bregan, des tigres sont les garants de la paix ...mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus?

    Auteur : Cassandra O'donnell

     

    Edition : Flammarion

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 14 mars 2018

     

    Prix moyen : 15€

     

    Mon avis : Quand on m’a proposé de participer à une masse critique privilégiée pour tenter de remporter et de chroniquer ce livre, je me suis dit « pourquoi pas ». Mais honnêtement, si je n’avais pas été prise, je n’en aurais pas fait une maladie.
    Faut dire que si je connais la plume de l’auteur dans le registre adulte avec sa série Rebecca Kean, que j’aime d’amour, je n’avais rien lu d’elle dans le registre jeunesse. Et le passage de l’un à l’autre est parfois casse gueule. Bon, je savais que sa série Malenfer marchait du tonnerre, mais comme je ne l’ai jamais lu, et que question livre je suis un peu comme Saint-Thomas… j’étais un poil hésitante.
    Hésitations qui se sont évaporées dès le premier chapitre de la légende des 4. J’ai vraiment beaucoup aimé l’écriture. Autant que l’histoire. Bon certes, moi, vous me mettez des gens qui se changent en bestioles plus ou moins volumineuses et déjà, vous m’avez à moitié dans votre poche. Mais vraiment j’ai trouvé ce début de saga très prometteur. J’aime beaucoup les quatre personnages principaux, ainsi que leurs acolytes, que ce soit la meilleure amie de Maya, le petit frère de Bregan ou encore le garde du corps de ce dernier, j’ai vraiment apprécié chacun d’entre eux. Je n’ai pas encore « rencontré » chacun des conseils des quatre clans, mais je peux dire d’ores et déjà qu’ils m’exaspèrent et que je suis d’accord avec Mika quand il dit que tout ceci est injuste. Bon, lui évidemment, à son âge, il parle simplement du fait de ne pas pouvoir être ami avec qui il veut. Mais si on va plus loin que lui dans la réflexion, on peut se dire qu’il est ridicule de maintenir ainsi une guerre entre les clans par-delà les générations quand ces nouvelles générations pourraient justement, puisqu’ils n’ont pas de contentieux entre eux, instaurer une paix durable.
    Si j’avais eu la suite sous la main, je me serais sans aucun doute jetée dessus, surtout que la fin nous laisse dans une interrogation presque insupportable.
    Maintenant je n’ai qu’une hâte, lire la suite !

     

    Un extrait : La lumière du jour commençait déjà à rosir pour annoncer le soir qui approchait. Un vent léger soufflait entre les arbres, faisant bouger en douceur les feuilles sur les branches. Mika courait, le museau collé au sol et la terre défilant sous ses pattes. Plus il avançait, plus l’odeur de sa proie saturait l’air et plus il avait du mal à contenir l’excitation qui le gagnait. Le sanglier était tout près maintenant, sa senteur était si forte que le jeune tigre parvenait à peine à se contrôler. Doucement, tu ne dois pas l’effrayer, songea-t-il en ralentissant soudain le rythme tandis qu’il atteignait le bord de la clairière. Puis, se glissant à travers les fourrés, il se mit à avancer silencieusement en espérant ne pas se faire repérer. La bête était énorme et un solitaire de cet âge pouvait se révéler extrêmement dangereux. Une seule erreur de sa part, une seule, et il risquait de se faire tuer. Tapi dans les hautes herbes, le petit tigre gratta nerveusement la surface rêche de ses griffes sur le sol et prit tranquillement le temps de l’observer. Gris-brun, le cou massif, l’arrière-train large et les défenses acérées, l’animal était plutôt impressionnant. Mais Mika s’en moquait. Il était parfaitement décidé à tenter sa chance. Tendant les muscles de ses pattes, il s’apprêtait à bondir sur sa proie quand il sentit soudain une main le tirer brusquement en arrière.

    — Non !

    Le sanglier, effrayé, se mit aussitôt à détaler et Mika, frustré de voir la bête lui échapper, se tourna vers le garçon brun aux yeux émeraude qui le tenait fermement au-dessus du sol et lui assena un coup de griffe.

    — Eh ! On se calme, d’accord ? Tu sais très bien que tu es beaucoup trop petit pour t’attaquer à un sanglier adulte, c’est trop risqué, soupira celui-ci en n’accordant même pas un regard au filet de sang qui s’écoulait à travers son pantalon déchiré.

    Le jeune tigre poussa un feulement de protestation et leva les yeux vers son grand frère en faisant onduler ses oreilles rondes. Petit ? Petit ? Oh bien sûr, il n’avait rien à voir avec Bregan. Son aîné, sous sa forme animale, mesurait déjà pas loin de 2 mètres, pesait près de 400 kilos et pouvait tuer un bœuf ou un cheval d’un seul coup de patte. Mais même si Mika était encore loin d’être aussi puissant, il était agile, discret, il pouvait grimper sur n’importe quel arbre et tenir bien plus de temps à la course que la plupart des adultes.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] Le livre du Hygge

     

    Je remercie Babelio et les éditions Pocket pour ce livre

     

    Le livre du hygge.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Pourquoi les Danois sont-ils les gens les plus heureux du monde ? Pour Meik Wiking, directeur de l'Institut de recherche sur le bonheur à Copenhague, la réponse est simple : grâce au hygge. Sans équivalent français, le terme " hygge " (à prononcer " hoo-ga ") évoque les notions de confort, du vivre-ensemble et de bien-être profond. " Le hygge est une ambiance, une véritable atmosphère " explique Meik Wiking. " C'est profiter de ceux que l'on aime en passant du temps auprès d'eux, avec ce sentiment de se sentir chez soi, en sécurité. " Le hygge, c'est ce que vous éprouvez lorsque vous vous prélassez sur votre canapé, des chaussettes douillettes aux pieds, emmitouflé dans une couverture douce tout en observant par la fenêtre les éclairs d'un gros orage. C'est le bonheur que vous ressentez lorsque vous partagez une conversation et un délicieux repas avec vos proches autour d'une table ornée de bougies. C'est la chaleur des premiers rayons de soleil sur votre visage un jour de ciel bleu. Le Livre du Hygge vous invite à découvrir les grands principes de cette philosophie de vie danoise, avec de nombreux conseils et idées pour l'incorporer à votre quotidien : Se mettre à l'aise et faire un break ; Profiter de l'instant présent (et couper son téléphone) ; Éteindre les lumières et profiter de la lueur des bougies ; Prendre soin de ses relations et passer plus de temps avec ses proches ; S'autoriser des petits écarts et mettre de côté les principes de bonne santé (les gâteaux font bien partie du hygge !) Vivre chaque jour, et chaque café, comme si c'était le dernier.

    Auteur : Meik Wiking


    Edition : Pocket

     

    Genre : Pratique – développement personnel – Bien-être

     

    Date de parution : 18 Janvier 2018

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Je n’ai l’habitude ni de chroniquer, ni même de lire des livres de développement personnel. En général, soyons clair, ça me gonfle, le côté : Vous voyez, il suffit de faire ça et ça pour aller bien, voyons !
    Mais là, j’ai fait une exception pour celui-ci pour la simple raison que j’entends parler du hygge depuis un bout de temps, que tous ceux qui en parle sont infoutus d’expliquer ce que c’est et que j’étais très curieuse d’en apprendre plus !
    Le livre ne donne aucune leçon. Il aurait plutôt tendance à pointer ce qui est considéré comme hyggelig et force est de constater qu’il ne faut pas grand-chose pour pratiquer le hygge ! Tout ce qui est doux, chaud, qui nous fait plaisir, en somme, c’est du hygge !
    Lire un livre enroulé dans un plaid tout doux, avec à portée de main une tasse de thé : c’est hyggelig !
    Pas besoin de faire des frais pour le hygge. La cheminée est un gros élément du hygge. Je vis en appart en centre-ville, autant dire que je n’en ai pas. Qu’importe, quand je lis un livre, avec mon plaid et ma tasse de thé bien chaud et bien parfumé, je mets un feu de cheminé en fond d’écran de mon ordinateur (je cherche encore un moyen de le mettre sur la TV) et je peux vous dire que pour peu qu’il fasse un peu sombre dehors, voire qu’il pleuve, que je m’éclaire avec une lumière douce et que je plonge dans mon histoire… je passe un moment cocooning à souhait… donc Hyggelig !
    Le hygge c’est ça et plein d’autres choses : c’est une soirée en famille ou entre amis, c’est cuisiner ensemble (et ce quel que soit le résultat), c’est une balade en forêt, un pique-nique sur la plage ou au bord d’un torrent (ou ailleurs !).
    Je crois qu’on peut résumer le hygge par : c’est apprécier le moment présent, les petits plaisirs de la vie.
    Quant à ceux qui clament que ce livre ne sert à rien, qu’on trouve déjà ces conseils sur internet et ces images sur pinterest, qu’ils commencent donc par le lire, car les ordinateurs, les smartphones, qui nous pompent notre énergie, sont tout sauf hyggelig (et personnellement, je préfère me pelotonner dans un fauteuil avec un livre, que surfer sur des sites tels que pinterest ou instagram qui nous agressent de millions de photos, de tableaux etc…)
    Alors, bien sûr, on ne va pas tout mettre en application (je veux bien allumer une bougie sur la table basse, ou sur le rebord de la baignoire quand je prends un bain, mais je ne vais pas en mettre partout, j’ai peu des incendies ; je veux bien craquer sur des thés parfumés, mais étant diabétique, je ne vais pas me « lâcher » sans réfléchir sur les gâteaux et les bonbons …), mais ce serait bien le diable de ne pas réussir à piocher des idées, ou de ne pas réaliser que certaines choses vous font juste du bien (En ce qui me concerne, je vais acheter des draps et des taies d’oreiller, parce que je réalise que je ne suis jamais aussi bien que quand mon lit est complètement tendu de blanc !)
    Maintenant, je n’ai plus qu’une envie (bon ok, 2 si on compte le fait de m’enfouir sous une pile de plaid avec une pile de bouquins), me procurer l’autre livre du même auteur : le livre du Lykke, qui cette fois, nous parle du bonheur à travers le monde.

     

    Un extrait : Presque rien n’est plus hyggelig que de passer la journée dans un verger à cueillir des fruits. Environ une fois par an, mes amis et moi allons à Fejø – une petite île dans la partie sud du Danemark connue pour ses pommes. Il y a là-bas des rangées et des rangées de pommiers et de pruniers. Si nous y allons tard dans l’été, les prunes Opal et les pommes Filippa sont mûres.
    Après avoir passé une journée dans le verger, vous pouvez prolonger le hygge d’un jour encore, en faisant des confitures ou en utilisant autrement les fruits cueillis. Cette année, j’espère que nous pourrons tenter de faire du cidre. Cela peut être le moment idéal pour cette petite fête en cuisine dont je vous parlais plus tôt.
    Il y a beaucoup de fermes proposant des cueillettes libre-service partout à la campagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et Nouvelle-Zélande.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Qui je suis

     

    Je remercie Babelio et les éditions Mazarine pour cette lecture

    Qui je suis.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix!

     

    Résumé : Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, d’une expérience plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleuse. Lorsque son corps sauvagement poignardé est découvert, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
    Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ?
    Et jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ? Le petit ami de Hattie semble désespéré par sa mort. Son amour profond serait-il devenu une obsession ? Ou l’intrépide Hattie s’est-elle simplement retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment ?

    Auteur : Mindy Mejia

     

    Edition : Mazarine

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 20 Mars 2018

     

    Prix moyen : 22€

     

    Mon avis : Dès le chapitre 2 de ce livre, on entre dans le vif du sujet : Le corps d’une adolescente, clairement assassinée après avoir eu de toute évidence un rapport intime, est retrouvé dans une vieille grange abandonnée de la petite ville de Pine Valley. Son identité est rapidement établie : il s’agit d’une adolescente de 18 ans : Henrietta, dite Hattie, bonne élève, travailleuse, talentueuse, sérieuse, bref la gosse idéale.
    Sauf qu’au fil des pages, qui alternent entre le présent avec l’enquête menée par Del, le shérif de la ville et la dernière année de la vie de Hattie racontée alternativement par la jeune fille et par Peter, son professeur d’anglais, on se rend vite compte que la jeune fille était loin, très loin d’être parfaite.
    Hattie semble jouer un rôle, ou plutôt des rôles, en permanence. Elle fait ce qu’il faut pour être appréciée et change carrément de personnalité selon la personne avec qui elle interagit. Elle semble voir son entourage comme des personnages de théâtre sans importances sur lesquels elle exerce son talent en attendant d’aller s’installer à New York.
    Franchement, je ne l’ai pas trouvé vraiment sympathique. J’étais touchée qu’elle ait été tuée et je voulais vraiment qu’on trouve le coupable, mais Hattie m’est apparue comme une manipulatrice. Je n’ai rien contre le fait qu’elle veuille plus que tout quitter sa petite ville pour New York, ni même qu’elle dise à la plupart des gens ce qu’ils veulent entendre parce que dans ces petites villes qui tiennent plus du village, vouloir autre chose est presque une hérésie et je n’ai pas été choquée qu’elle veuille donner le change pour qu’on lui foute la paix. Mais entre dire : « bien sûr qu’une université tout près d’ici reste une option » alors qu’elle pense : « plutôt manger de la mort aux rats » et certaines de ses attitudes, il y a un monde. Hattie ne se contente pas de faire en sorte d’avoir la paix, elle joue avec les gens, et ça, ça a eu du mal à passer.
    De la même manière, j’ai eu beaucoup de mal avec la femme de Peter. Elle a épousé son mari en sachant que c’était un citadin et que toute sa vie était en ville ; déjà, je le trouve gentil d’accepter d’aller s’installer dans un trou perdu sous prétexte qu’une vieille femme sénile refuse de quitter une ferme qu’elle est incapable d’exploiter, mais l’attitude de Marie Beth est vraiment lamentable. Pour ne citer qu’un exemple ? Alors que son mari est végétarien et très sensible à la souffrance animale, elle décapite une poule sous ses yeux, sans le prévenir, comme une provocation. Et après elle fait la victime parce qu’il lui dit qu’il ne veut pas rester vivre dans la ferme ?
    En revanche j’ai beaucoup aimé Del qui essaie de résoudre un meurtre alors qu’il n’y a jamais pire qu’un peu de braconnage ou des bagarre d’ivrogne dans sa ville. J’ai aimé voir qu’il était coincé dans son enquête par les délais pour les analyses scientifiques (jusqu’à 1 an pour un résultat ADN !), qu’il fasse ressentir que si pour lui et pour la ville Hattie est importante, pour l’employé qui analyse des éléments de preuves pour tout le comté, elle n’est qu’un dossier anonyme parmi d’autres…
    Pendant tout le livre, j’ai hésité sur l’identité du coupable. Je me demandais si le coupable était celui qui avait eu des rapports sexuel avec Hattie juste avant sa mort ou si quelqu’un d’autre avait pu arriver après le départ du premier. J’ai soupçonné tout le monde, jusqu’à la propre mère de l’adolescente.
    Et pile au moment où j’ai cru avoir tout compris : tout a été remis en cause !
    Au final, je me suis faite complétement balader, mais j’ai adoré ça !

     

    Un extrait : La fille morte gisait sur le dos, dans un coin de la grange abandonnée d’Erickson, à moitié immergée dans l’eau du lac qui recouvrait la partie inférieure du plancher affaissé. Ses mains reposaient sur sa poitrine, sur un vêtement à fanfreluches taché de sang qui avait dû être une robe, et, sous l’ourlet, ses jambes s’étendaient dans l’eau, nues et choquantes, gonflées, aussi larges que ses hanches, flottant comme des lamantins dans un lagon sale. Le haut du corps n’avait plus aucun lien avec ces jambes. J’avais déjà vu des corps amputés et aussi pas mal de noyés, mais jamais les deux cauchemars réunis sur un même cadavre. Si son visage mutilé interdisait toute identification, il n’y avait qu’une seule jeune fille portée disparue dans tout le comté.
    « C’est sûrement Hattie. »
    Commentaire de Jake, mon adjoint.
    Le standard avait reçu un appel du plus jeune des fils Sanders, qui avait découvert le corps en venant ici en douce avec une fille. Il y avait une flaque de vomi encore frais juste derrière la porte voilée, là où l’un des deux avait rendu son repas avant qu’ils décampent. Je ne savais pas si c’était le vomi ou la puanteur de la mort qui provoqua un haut-le-cœur chez Jake quand nous entrâmes. En temps normal, je n’aurais pas manqué de le charrier, mais pas là. Pas en voyant ça.
    Je décrochai l’appareil photo fixé à ma ceinture et me mis à la photographier, en essayant de la prendre sous tous les angles, sans glisser dans l’eau à côté d’elle.
    « On ne sait pas encore si c’est Hattie. »
    Malgré cette pierre qui me pesait sur l’estomac tout à coup, nous étions obligés de suivre la procédure.
    Dès que nous étions entrés, j’avais appelé le laboratoire de la police de la grande ville et demandé qu’une équipe d’experts vienne étiqueter et emballer le moindre indice. Nous avions environ une heure devant nous avant leur arrivée.
    « Qui ça pourrait être sinon ? »

    adoré 5 étoiles.jpg

     

  • C'est lundi que lisez vous? #149

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    Si ces lectures vous tentent, vous pouvez les acheter en cliquant sur leur image. Vous serez redirigés sur une plateforme super sympa.

    Le voyage de Ruth.jpg treize raisons.jpg L'enfer de Kathy.jpg

    Les sorcières de Salem.jpg bébé boum.jpg

    lecture en cours.jpg

    Pourvu que la nuit s'achève.jpg

    mes prochaines lectures.jpg


    la passe-miroir T01 les fiancés de l'hiver.jpg Fragiles.jpg Charley Davidson T10.jpg

    Captive.jpg 13 et demi.jpg La cuisinière d'Himmler.jpg

     

    Et vous, que lisez-vous?

     

  • Le tiercé du samedi #151

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres que vous n’avouerez jamais lire, même sous la torture ou la corruption (quoi que, si la corruption c’est des fraises au chocolat…. Peut être)

     



    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Les romances historiques Harlequin

     

     

    la fiancee ecossaise.jpg

    Ok, je lis ça quand j'ai besoin de lecture mais pas assez d'énergie pour me concentrer sur un texte. Mais il faut avouer que l'histoire est toujours la même: au début Elle ou Lui (ou les deux, mais c'est plus rare) ne veut pas entendre parler de l'autre, puis ils se rapprochent et tombent dans les bras l'un de l'autre, puis il y a le "coup de théâtre" (soit un malentendu, soit un quiproquo, une révélation du passé, bref en général un truc qui met monsieur en rogne, soit madame se fait kidnappée ou fiche le camp pour une raison ou une autre), s'ensuit une recherche, des engueulades, parfois un combat, puis retrouvailles et tout le monde est content.
    Mais m'en fout, j'aime bien ça!

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Animorphs

     

     

    animorphs tome 1 l'invasion.jpg

    J'ai commencé cette série quand j'étais gamine et je ne l'ai jamais finie. Alors ça prendra le temps qu'il faudra, mais je connaîtrais la fin!

     

     

     coupe d'or.jpg

    Calendar girl

     

     

    calendar girl janvier.jpg

    Bon ok, ça, c'est le pire. Je trouve qu'il n'y a aucune originalité, que les personnages sont sans aucune profondeur et que la base (absolument pas solide) de départ ne fait que servir d'excuse à l'écriture d'un pseudo roman (si j'ose dire) érotique, mais les scènes sont tellement du copié collé d'un tome à l'autre qu'on se demande comment ils peuvent avoir le culot de les vendre.
    Mais j'en ai marre d'entendre tout le monde en parler et me dire que je trouve ça nul parce que je ne connais pas. A 160p le tome et vu que je survole les scènes inintéressante (et Dieu sait qu'il y en a), ça ne prend pas bien de temps de le lire juste pour pouvoir dire que c'est de la daube (je sais, je suis perturbée). Et puis j'espère toujours que l'auteur aura eu un flash d'imagination à un moment ou un autre!



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres qui vous ont filé une trouille d’enfer

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • TAG Avez vous déjà lu...

    Avez-vous-deja-vu.jpg

    Dans ce TAG, vu sur la chaîne de Margaud liseuse, il s'agit de répondre à une série de questions commençant toutes par: Avez vous déjà lu...

     

    1) en marchant

    Oui, et c’est définitivement pas une bonne idée, surtout quand on a une coordination aussi « fantastique » que la mienne !

    2) pendant votre pause déjeuner

    Oh oui, tous les jours. J’ai 45 min pour déjeuner et en général, je mange en 20 minutes (en lisant aussi d’ailleurs). Donc quand je reviens à mon bureau, j’ai encore 25 min de lecture devant moi !

    3) un roman d'une traite

    Ça m’est déjà arrivé à plusieurs reprises. Le dernier en date est "Où passe l'aiguille" de Véronique Mougin

    Où passe l'aiguille.jpg



    4) dans votre bain

    Alors oui, ça m’arrive. Mais comme je suis très douée de mes mains, je ne lis que des livres de poche dans mon bain (comprendre pas cher et facilement remplaçables)

    5) plusieurs livres en même temps

    J’ai tendance à lire deux livres à la fois. Un en papier que je ne lis que le soir et le week-end, à la maison. Et un en ebook que je lis dehors : salle d’attente, bus, à la pause… En revanche je fais toujours attention à lire deux genres différents pour ne pas m’emmêler les pinceaux.

    6) un livre avant de voir l'adaptation cinématographique

    Oui. C’est ce qui arrive le plus souvent. La plupart du temps j’ai lu le livre quand j’apprends qu’il va y avoir une adaptation. Comme pour Hunger Games.

    20018884.jpg

    Mais ça arrive aussi que je voie une bande annonce pour une adaptation de roman et que je décide de lire le roman et de ne voir le film qu’après comme avec Miss Peregrine et les enfants particuliers.

    cdl4yu5ueaa1rd9.jpg_large_0.jpg

    Dans certains cas, je vais même hésiter à voir le film parce que j’ai tellement aimé le livre que j’ai peur d’être déçue. Ça a été le cas pour « elle s’appelait Sarah », mais on m’a convaincu. C’est toujours le cas pour « la voleuse de livre »

    21060774_20131125172423153.jpg

     

    7) un livre après avoir vu l'adaptation cinématographique

    C’est assez rare mais c’est arrivé. En général c’est parce que je ne sais pas qu’il existe un livre comme par exemple quand j’ai vu le film : « les adieux à la reine », c’est en faisant ma chronique que j’ai vu que c’était adapté d’un livre de Chantal Thomas

    20027717.jpg


    8) deux fois (ou plus!) le même livre

    Oh oui ! Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai lu La reine soleil ou Autant en emporte le vent !

    La reine soleil.jpg

     

    9) aux toilettes

    Ça peut arriver. Même si en général c’est un lieu où je vais lire plutôt des BD ou des magazines, c’est déjà arrivé que je ne puisse même pas lâcher mon bouquin pendant les quelques minutes requises ^^. En revanche, je n’occupe pas les lieux indéfiniment juste parce que je lis (je l’ai peut être fait, gamine, mais j’ai grandis !)

     

    10) dans les transports en commun aux heures de pointe

    Tout dépend de si j’ai une place assise ou non. Mais quand il y a vraiment beaucoup de monde, je préfère écouter de la musique, c’est plus facile pour s’isoler et pour laisser sa place sans avoir à ranger le bouquin ou la liseuse.

     

    11) toute une série d'affilée

    A comme Association. J’ai attaqué la série alors que tous les tomes étaient sortis (ce qui est assez rare pour être souligné) et il fallait absolument que je sache comment ça allait se terminer !

    a-comme-association,-tome-1---la-pale-lumiere-des-tenebres-609891.jpg

     

    12) à la place d'aller à un rendez-vous/une soirée...

    Oh oui, mais jamais en inventant un prétexte pour ne pas aller à la soirée/RDV et lire à la place.
    En général, c’est plutôt que je ne me sens pas bien et que du coup je passe ma soirée à bouquiner au chaud au lieu d’aller là où je devais aller.

     

    13) les premières pages d'un roman dans une librairie en étant captivé: passage en caisse indispensable

    Ça a dû m’arriver une ou deux fois… Une fois sur un thriller et une fois sur un bouquin du type l’accro au shopping (ce n’était pas celui-là, mais un du même genre, me semble-t-il)

     

    14) à des heures improbables

    Je ne sais pas…1h30 du matin, c’est une heure improbable ?

     

    15) en prétendant faire autre chose (travailler/écouter en cours...)

    Euh oui… ça arrive régulièrement…

     

    16) un livre que tout le monde a aimé sauf vous

    On va dire Dylan Dubois. Tout le monde encense ce bouquin alors que, sans pour autant dire que je l’ai détesté, je l’ai trouvé moyen, sans plus

    dylan dubois.jpg

     

    17) un livre que tout le monde a détesté sauf vous

    Tout le monde, c’est un grand mot, mais j’ai beaucoup aimé Tant que dure ta colère, d’Asa Larsson, alors que pas mal de personnes de mon entourage n’ont pas vraiment été emballés

    tant que dure ta colere.jpg

     

    18) ou essayé de lire dans une autre langue, parce qu’attendre, c'est long

    Essayé, oui. Réussi ça c’est une autre paire de manche. Mais je ne m’avoue pas vaincue ! J’ai les trois premiers tomes de Harry Potter en anglais, et le jour où j’arrive à les lire et à les comprendre sans trop de mal, je tenterais une suite non éditée en français comme les derniers tomes des sœurs Grimm

    papier-peint-pp194-2.jpg

     

    19) un livre dont vous n'aviez jamais entendu parler avant de le tenir dans vos mains

    Oui souvent… je marche aux coups de cœurs et je n’écume pas les blogs pour avoir des avis sur les livres avant de les avoir lu ; Donc il m’arrive fréquemment de choisir un livre en tombant dessus en magasin et en lisant le 4ème de couverture (même si la plupart du temps, ils sont bidons, ça donne un aperçu de l’histoire) et les premières lignes pour voir si le style d’écriture me branche.

     

    20) un livre si merveilleux que vous ne pouvez pas vous empêcher d'en parler à TOUT LE MONDE

    Il y en a deux ou trois.
    - Autant en emporte le vent

    autant en emporte le vent.gif


    - la reine soleil

    La reine soleil.jpg


    - Deux sœurs pour un roi et l’héritage Boleyn (qui se suivent)

    deux soeurs pour un roi.jpg

     

    21) un livre si merveilleux que vous aimeriez le garder rien que pour vous

    Non. Quand je lis un livre « merveilleux », j’ai envie de le faire découvrir pour pouvoir en parler avec les gens !

     

    22) un livre plus gros qu'Harry Potter 5 (qui fait 976p)

    Autant en emporte le vent (1232 pages) et Ça (1120 pages)

     

    23) tous les livres d'un auteur

    Torey Hayden. J’ai lu tous les livres de cette institutrice spécialisée dans les enfants à problèmes.

    torey-hayden-5603.jpg

     

    24) un roman qui vous a fait rire

    J’ai beaucoup ri en lisant « ça peut pas rater » de Gilles Legardinier »

    ça peut pas rater.jpg

     

    25) un roman qui vous a fait pleurer

    C’est déjà arrivé à plusieurs reprises, mais celui qui me vient à l'esprit là, c’est Tornade de Jennifer Brown

    tornade.jpg


    26) un livre qui vous a fait sortir de votre zone de confort

    Tropiques de la violence. C’est typiquement le genre de livre que je ne lirai jamais de mon plein gré. Je l’ai lu dans le cadre d’un engagement, mais je me suis profondément ennuyée.

    tropique de la violence.jpg

     


    27) un livre auquel vous n'avez rien compris

    L'avenir oublié. Phrases tronquée, dialogues qui n'en sont pas... une histoire à dormir debout et totalement incompréhensible... bref, je ne sais pas si on peut oublier l'avenir, mais ce livre, c'est sûr et certain!

    L'avenir oublié.jpg

     


    28) un livre parce que la couverture était jolie

    Non. Il m’est arrivé de lire des livres dont la couverture était jolie mais ce n’est pas ce point là qui a décidé ma lecture.

     

    29) un classique en appréciant votre lecture

    Oui. Plusieurs même (cela dit, tout dépend de ce que l’on considère comme un classique).
    Mais j’ai lu en appréciant ma lecture : la princesse de Montpensier, de Mme de Lafayette ; la métamorphose de Kafka ; plusieurs livres de Jane Austen, en particulier Raison et sentiment et deux livres des sœurs Brontë : Anne Grey et Jane Eyre.

     

    30) un livre qui rassemble plus de 5 points de ce test

    Autant en emporte le vent ! Il rassemble 9 points de cette liste.
    En effet, je l’ai lu :
    - d'une traite
    - avant de voir l'adaptation cinématographique
    - deux fois (ou plus!)
    - aux toilettes (ben oui, à l’hôpital en chambre individuelle, j’embêtais personne ^^)
    - à des heures improbables (Je sais pas vous, mais moi, j’ai beaucoup de mal à dormir à l’hôpital !)

    De plus :
    - il m’a fait pleurer (quel sans cœur ne pleure pas à la fin d’autant en emporte le vent ?)
    - Il fait 1232 pages donc plus que les 976p du tome 5 de Harry Potter
    - J’en ai parlé à tout le monde
    - Et dans la mesure où elle n’a écrit que ce livre, j’ai lu tous les livres de cet auteur (a priori, on a retrouvé un manuscrit qu’elle aurait écrit à 16 ans, mais comme il n’a pas été publié, il ne compte pas !)

     

    Voilà, ce TAG est terminé, n'hésitez pas à répondre aux questions vous aussi!

     

     

  • [Livre] Phobos - T04

    Phobos - T04 - Victor Dixen.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Lancement des chaînes des pionniers dans

    3 secondes...

    2 secondes...

    1 seconde...

    Ils peinent à reprendre leurs marques.

    Ils sont les rescapés du programme Genesis. Exilés sur Mars, ils ont traversé un désert de solitude. De retour sur Terre, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.

    Elle peine à reprendre son souffle.

    Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d'un bout à l'autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ?

    Même si l'angoisse mène au bord de l'asphyxie, il est trop tôt pour respirer.

     

    Auteur : Victor Dixen

     

    Edition : Robert Laffont

     

    Genre : Young Adult

     

    Date de parution : 23 Novembre 2017

     

    Prix moyen : 19€

     

    Mon avis : Avec une écriture toujours aussi addictive, Victor Dixen nous emmène dans la dernière ligne droite de l’aventure martienne.
    Les pionniers, qu’ils soient de la saison 1 ou de la saison 2, sont de retour sur Terre et le moins qu’on puisse dire, c’est que tout n’est pas de tout repos. Déjà, ils sont confrontés au réchauffement climatique, que Victor Dixen dénonce au travers de son histoire. Ce réchauffement a pour effet d’avoir fait disparaitre de nombreuses villes sous la montée des eaux et d’avoir créé une nouvelle sorte de réfugiés : les errants climatiques.
    Mais ce n’est pas le seul problème auquel les pionniers vont être confrontés : Serena, si elle est en fuite, est toujours là, tapie dans l’ombre, espérant sans doute se venger de ceux qui ont révélé son vrai visage au public, certains d’entre eux, pour diverses raisons, sont « coincés » en orbite autour de la terre et surtout, la plus grosse menace, d’après moi, c’est le public justement.
    Comme dans toute télé-réalité, les gens s’imaginent avoir un droit de regard sur la vie des pionniers. Victor Dixen a parfaitement sur retranscrire le genre de commentaire que l’on peut voir sur youtube, où toute la bêtise humaine semble se donner rendez-vous. Dès lors qu’ils sont bien à l’abri derrière leur anonymat et leur écran, des imbéciles, pour rester poli, s’acharnent sur les pionniers, avec des jugements à l’emporte pièces, sans, bien entendu, connaître les tenants et les aboutissants des évènements qu’ils condamnent et sans, Dieu les en garde, réfléchir une seconde. C’est d’ailleurs bien la première fois en quatre tomes que je suis d’accord avec quelque chose qui sort de la bouche de Serena : « Ils choisissent plutôt de croire aux faits alternatifs, aux fake news et aux conspirations. Parce que ces dernières leur permettent d’exprimer leurs passions les plus inavouables : la jubilation narcissique de la mauvaise foi, la peur panique du changement, l’instinct de revanche contre son prochain. »

    Dans ce tome, Victor Dixen inclus un peu une sorte d’ « origines » version fille. En effet, on en apprend plus sur le passé de certaines pionnières, comme Elizabeth, par exemple, ou Kristen et bien entendu, Leonor. (psss : on va enfin savoir d’où vient la salamandre !).
    Bon, je ne vous cache pas que les deux passages avec les chiots ont été supers durs à lire pour moi et que, même si, effectivement, je ne voyais pas bien comment l’auteur aurait pu faire autrement (Ceux qui l’ont lu verront de quoi je parle… les autres… bah lisez-le  ^^)
    Dans ce tome, Mars est là, mais un peu au second plan. Quoi de plus normal, puisque les pionniers sont rentrés sur Terre et que, la chaîne Genesis n’existant plus, la liaison avec Mars est coupée (et de toute façon pourquoi aurait-on gardé une liaison une fois les pionniers rentrés ?).
    J’ai un avis un peu mitigé sur la fin. Celle-ci est assez ouverte, mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça, à part sur un point que j’ai trouvé être laissé un peu trop de côté. J’aurais sans doute préféré une fin plus trachée, ne serait-ce que pour clore ce sujet-là en particuliers. Mais le fait que l’on reste dans le flou n’est pas non plus un vrai problème car Victor Dixen nous laisse deviner ce qu’il se passera pour les protagonistes une fois le livre refermé.
    Un tome qui clôt parfaitement la saga tout en laissant la place pour une nouvelle ou un hors-série venant clarifier quelques points.

     

    Un extrait : DE LONGUES LANGUES ROUSSES S’ÉLÈVENT MAJESTUEUSEMENT DANS LE VIDE DE L’ESPACE.

    Elles se déploient avec lenteur telles des volutes, elles dansent en ondulant comme des flammes.

    Mais ce n’est qu’une illusion : ce feu-là ne brûle pas.

    Il n’émane pas d’un âtre, mais d’un visage – celui d’une jeune femme aux joues mangées de son : Léonor, la pionnière française du programme Genesis.

    Le corps en suspension, elle est vêtue d’un jean et d’un T-shirt trop grand, dont le tissu blanc flotte dans l’apesanteur ; une tenue semblable à celle qu’elle arborait en s’embarquant pour le vol aller du Cupido, deux ans et demi auparavant. Mais ce n’est plus la rage de conquérir la gloire à tout prix qui fait briller ses yeux. Ce sont simplement les étoiles, qui scintillent par millions derrière la bulle de verre du Parloir et sur la tablette à croquis qu’elle tient entre ses mains. Du bout de son stylet, elle reproduit les constellations et dessine au-dessus des dragons, des pégases, des chimères : les figures mythologiques que les hommes ont cru y voir depuis la nuit des temps.

    Soudain, un grincement métallique retentit.

    Léonor détache les yeux de son œuvre ; elle tourne la tête, envoyant une onde à travers sa chevelure flottante, pour regarder en direction de la trappe qui conduit aux étages inférieurs du compartiment de vie.

    Une grande fille aux cheveux rassemblés dans un chignon de danseuse se tient là, en haut de l’échelle : c’est Elizabeth, la pionnière britannique, elle aussi rescapée de la première saison du programme Genesis.

    « Léo ? appelle-t-elle doucement. J’étais sûre de te trouver ici, dans la bulle – c’est un miracle que tu n’aies pas attrapé le mal de l’espace, avec tout le temps que tu y passes depuis le début du voyage ! Tu n’en as pas assez ? »

    Léonor embrasse le panorama cosmique du regard :

    « Comment peut-on en avoir assez de ça ? demande-t-elle en guise de réponse. Comment peut-on en avoir assez de l’infini ?

    — Il va pourtant falloir que tu redescendes sur Terre, comme nous toutes, dit l’Anglaise en souriant affectueusement. Plus qu’une petite semaine avant d’arriver en orbite terrestre. On va enfin pouvoir respirer autre chose que de l’air recyclé tournant en boucle ! D’ailleurs, les équipes au sol sont sur le point de s’adresser à nous, on m’a envoyée te chercher – tu viens ? »

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] La couleur des sentiments

    La couleur des sentiments.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.

    Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.

    Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

     

    Auteur : Kathryn Stockett

     

    Edition : Edition de la loupe

     

    Genre : Drame

     

    Date de parution : 01 Mai 2009

     

    Prix moyen : 21€

     

    Mon avis : Encore une fois, en France, on est plus malin que les autres. Le titre original est : the help, qu’on peut traduire par : les bonnes. Nous on a mis comme titre : La couleur des sentiments. C’est très joli, mais quel rapport avec la choucroute ? Le titre du livre qu’on a dans les mains fait l’écho du titre du livre dont il est question dans le roman, ainsi, on a le sentiment de lire ce livre là… Là le titre français ne nous renvoie à rien.
    Dans ce livre s’oppose plus ou moins 3 clans. Il y a les riches blanches dont la première préoccupation sont les ragots, les vêtements et de renouveler leur abonnement au country club. Celles-ci s’opposent à tout rapprochement entre elles et leurs domestiques noires, assez bonnes pour élever leurs enfants, mais pas assez pour utiliser les mêmes toilettes qu’elles.
    Il y a les blanches qui se moque plus ou moins de ces considérations et qui traitent leur domestique comme des amies. C’est le cas de Miss Celia Foote et de Miss Eugenia « Skeeter » Phelam.
    Et il y a les domestiques. Qu’elles soient soumises, résignée, comme Aibileen, ou pleine de colère comme Minny, elles sont confrontées à la réalité du sud des Etats-Unis des années 60. Un simple regard réprobateur peut leur valoir le renvoie et une seule parole d’une employeuse mécontente peut leur fermer les portes du travail dans toute la ville et même alentours. Il ne faut pas oublier qu’on est à une époque où les mariages interraciaux sont interdits, que Martin Luther King commence à peine à faire parler de lui, qu’il y a des cinéma, des plages, des commerces, réservés aux noirs et d’autres aux blancs… La rébellion peut leur couter très cher.
    C’est en cherchant ce qui a pu arriver à Constantine, la domestique noire qui l’a élevée et qui a disparue pendant qu’elle était à la fac, sans un mot, que Skeeter prend conscience de la façon dont on traite les domestiques noires à Jackson.
    Le livre est un roman, mais l’auteur a connu cette période et a elle-même été élevée par une de ces domestiques noires, plus présente pour les enfants que leurs propres mères.
    Hilly est vraiment un Hitler en jupon. Non seulement elle tyrannise sa propre domestique, mais aussi celles des autres, ordonnant les renvois et les embauches, faisant en sorte que la domestique qui la contrarie ne retrouve plus de travail, que ses parents et ses enfants perdent également leur travail. Quant aux blanches qui s’opposent à elle, elle a vite fait de les mettre au pas en les excluant de la bonne société et en les mettant au ban de la ville. Cette femme a une telle influence ! Mais on se rend bien compte qu’il suffirait que trois ou quatre personnes s’élèvent contre elle pour qu’elle se dégonfle comme une baudruche.
    Quand Skeeter fait part de son projet (qui n’est pas son idée, mais celle du fils décédé d’une des bonnes), il m’a semblé qu’au début, elle ne s’intéresse qu’à se faire un nom dans le monde de l’édition, mais, petit à petit, les témoignages qu’elle recueille lui font prendre conscience des choses.
    Au début, d’ailleurs, les bonnes sont réticentes. Elles ont peur de parler, peur des conséquences si elles se font prendre. Mais certains événements vont faire que les langues vont se délier. Et les histoires racontées ne sont pas toutes horribles, certaines ont profondément aimé leurs employeurs, qui le leur rendent bien.
    Le livre alterne entre les voix d’Aibileen, de Minny et de Skeeter et chaque style est parfaitement reconnaissable.
    L’adaptation ciné est très bien, mais bien évidemment, elle a dû couper de très large parties du roman, sinon le film aurait duré 6 ou 7 heures. Du coup, on dirait presque que c’est un résumé.
    Pour une fois, je suis contente d’avoir vu le film avant de lire le livre, comme ça je n’ai pas passé deux heures à me dire : Ah ça c’est pas dans le livre, Ah, ça c’est un sacré raccourci…
    J’ai dévoré ce livre de plus de 600 pages sans même m’en rendre compte tant j’étais plongée dans l’histoire.
    Personnellement j’aime beaucoup, mais certains pourraient être dérangés par le rythme assez lent du livre. J’ai, pour ma part, trouvé que ça nous plongeait un peu plus profondément dans le sud.

     

    Un extrait : Mae Mobley, elle est née de bonne heure un dimanche matin d’août 1960. Un bébé d’église, comme on dit. Moi je m’occupe des bébés des Blancs, voilà ce que je fais, et en plus, de tout le boulot de la cuisine et du ménage. J’en ai élevé dix-sept de ces petits, dans ma vie. Je sais comment les endormir, les calmer quand ils pleurent et les mettre sur le pot le matin, avant que les mamans aient seulement le temps de sortir du lit.

    Mais un bébé qui hurle comme Mae Mobley Leefolt, ça j’en avais jamais vu. Le premier jour que je pousse la porte je la trouve toute chaude et toute rouge à éclater et qui braille et qui se bagarre avec son biberon comme si c’était un navet pourri. Miss Leefolt, elle a l’air terrifiée par son propre enfant. « Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Pourquoi je ne peux pas arrêter ça ? »

    Ça ? Tout de suite, je me suis dit : il y a quelque chose qui cloche ici.

    Alors j’ai pris ce bébé tout rouge et hurlant dans mes bras. Je l’ai un peu chahuté sur ma hanche pour faire sortir les gaz et il a pas fallu deux minutes pour que Baby Girl arrête de pleurer et me regarde avec son sourire comme elle sait faire. Mais Miss Leefolt, elle a plus pris son bébé de toute la journée. Des femmes qui attrapent le baby blues après l’accouchement, j’en avais déjà vu des tas. Je me suis dit que ça devait être ça.

    Mais il y a une chose avec Miss Leefolt : c’est pas juste qu’elle fronce tout le temps les sourcils, en plus elle est toute maigre. Elle a des jambes tellement fines qu’on les dirait poussées de la semaine dernière. À l’âge de vingt-trois ans, la voilà efflanquée comme un gamin de quatorze. Même ses cheveux bruns sont tellement fins qu’on voit au travers. Elle essaie de les faire bouffer, mais ça les fait seulement paraître plus fins. Et sa figure, elle ressemble à celle du diable rouge sur la bonbonnière, avec le menton pointu et tout. Pour tout dire, elle a le corps tellement plein de pointes et de bosses qu’il faut pas s’étonner si elle arrive jamais à calmer ce bébé. Les bébés, ils aiment les grosses. Ils aiment fourrer la tête sous votre bras pour s’endormir. Ils aiment les grosses jambes, aussi. Ça, je peux vous le dire.

    Mae Mobley, à un an, elle me suivait déjà partout où j’allais. Quand arrivait cinq heures elle se cramponnait à mes Scholl, elle se traînait par terre et elle bramait comme si j’allais jamais revenir. Après, Miss Leefolt me regardait de travers, à croire qu’il aurait pas fallu décrocher ce bébé qui criait à mes pieds. Je pense que c’est le risque qu’on prend, quand on laisse quelqu’un d’autre élever ses enfants.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • [Livre] Duelle

    duelle.jpg

    Si vous désirez acheter ce livre, vous pouvez cliquer ICI ou sur l'image. Vous serez alors redirigés sur bookwitty. Si vous achetez le livre par ce lien, je touche une petite commission. Cela ne change rien au prix! D'ailleurs, j'indique dans la fiche le prix auquel je l'ai acheté, mais si entre-temps une version poche est sortie, je vous mets le lien vers le format le moins cher (après à vous de voir!)

     

    Résumé : Abandonnée par sa mère à la naissance, Lucy a néanmoins vécu une enfance heureuse au sein de sa famille d'adoption. Aujourd'hui, elle mène une existence sans histoire entre son mari et leurs deux enfants. Mais le jour où l'équipe de Devine qui est là ? frappe à sa porte, son destin bascule. Il s'agit d'une émission de télé-réalité qui se propose de réunir ceux que la vie a séparés. Lucy n'a aucun doute sa mère biologique cherche à la retrouver. Elle a quinze jours pour se préparer à cette rencontre. Quinze jours d'excitation, d'angoisse et d'appréhension. Mais au fil du temps, la jeune femme n'est plus sûre de rien... Et s'il s'agissait de quelqu'un d'autre ? La confrontation aura bien lieu, surprenante, inattendue, qui fera éclater un bouleversant secret, conduisant Lucy aux confins de l'enfer, là où le rêve devient cauchemar.

     

    Auteur : Barbara Abel

     

    Edition : Le livre de poche

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 2014

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Après « Derrière la haine » et « Je sais pas », j’ai longé sans appréhensions dans ce troisième roman de Barbara Abel qui n’a fait que confirmer mon amour absolu pour cet auteur.
    C’est rare que j’aime avec autant d’intensité tous les livres d’un auteur. Souvent il y en a au moins un que je trouve « bon, mais pas autant que les autres ». Alors certes, je n’ai lu que trois livres de Barbara Abel, mais pour l’instant, je serais bien en peine de faire un classement entre les trois.
    Pour une fois, le quatrième de couverture n’en dévoile pas trop. Il a l’air détaillé comme ça, mais en réalité, il ne fait que résumer les trente à cinquante premières pages. L’intrigue, la vraie, celle que l’on suit tout au long du roman, commence après que Lucy ait participé à l’émission et donc ait découvert qui cherchait à la retrouver.
    Barbara Abel prend tout son temps pour tisser sa toile autour de ses personnages, autant dire que ceux qui ont la patience d’une mouette devant un étal de poissonnier peuvent passer leur chemin, merci d’être passés !
    Connaissant un peu Barbara Abel, à présent, je ne me suis pas trop fiée à la première impression. Quand on commence le livre on se dit que tout est dit, qu’on voit tout à fait ce qu’il va se passer.
    Alors oui… mais non…
    Certaines de mes certitudes se sont révélées vraies, mais ce n’était pas pour autant que je n’ai pas eu de surprises !
    A vrai dire, il y a un certain évènement que je voyais venir, mais la surprise a été la raison pour laquelle il survient. Je ne me doutais absolument pas de ce que nous préparait l’auteur. Autant dire que je ne m’attendais pas non plus à la suite des évènements !
    Ce que j’aime le plus, que ce soit dans ce livre ou dans les deux autres que j’ai lu, c’est que tout part d’une histoire banale, une vie que n’importe qui pourrait vivre. Ici, l’histoire commence avec Lucy, adoptée à la naissance, qui se pose des questions sur sa mère biologique mais qui n’a jamais osé entreprendre des démarches de peur d’une part d’être déçue et de l’autre de faire de la peine à celle qui l’a élevée et qui reste sa « vraie » maman. Un environnement normal, des métiers tout ce qu’il y a de plus banals… et puis, petit à petit, presque imperceptiblement, on bascule dans quelque chose de noir, de glauque, de complètement fou.
    Les retournements de situations sont nombreux, mais bien amenés et aucun ne tombe comme un cheveu sur la soupe.
    J’ai deux livres de Barbara Abel dans ma PAL dont un que j’ai prévu de lire en janvier et je peux vous dire que je suis impatiente de me plonger à nouveau dans cette écriture et cette imagination !

     

    Un extrait : — Je ne dis pas que ce n’est pas une bonne nouvelle… Je dis juste que je ne sais pas si, moi, j’ai envie d’être exposé comme ça aux médias ! Ni mes enfants d’ailleurs !

    Yves tourne en rond dans la cuisine. Lucy est installée à table, avec les enfants qui, tout en mangeant, ne perdent pas une miette de la conversation orageuse de leurs parents. La surprenante nouvelle n’a pas eu l’effet escompté auprès du mari. Après avoir écouté Lucy d’une oreille circonspecte, Yves a lâché un grognement pour le moins réprobateur. Puis il a posé ses questions, sur un ton plutôt froid. Comptait-elle se rendre à cette émission ? Sous le coup de la surprise, Lucy a éclaté de rire. Bien sûr qu’elle comptait s’y rendre ! Yves a toisé sa femme d’un regard froid. Et lui, devait-il également se prêter à ce jeu de cons ? De plus en plus ébahie, Lucy a gardé le silence pendant quelques secondes, avant d’expliquer d’une voix sourde qu’il ne s’agissait nullement d’un jeu de cons, mais plutôt d’un moment terriblement important de son existence. Sa véritable mère cherchait à la retrouver. Pour la première fois de sa vie, elle allait être confrontée à sa propre histoire, et peut-être même recevoir les réponses qu’elle attend depuis si longtemps.

    — Ce n’est pas toi qui seras exposé aux médias ! rétorque Lucy d’une voix nerveuse. C’est moi qu’on essaie de retrouver. Yves ! Tu le sais, cela fait des années que j’y pense. Et aujourd’hui, c’est elle qui vient me chercher. Je ne peux pas lui dire non !

    — Ça aussi, ça me fait bien rire ! raille-t-il en serrant les dents. Elle t’abandonne à la naissance, et tout à coup, elle nous envoie une équipe de télévision pour venir te chercher. Tu m’excuseras, mais je trouve son attitude un peu légère ! Si elle avait réellement eu envie de te retrouver, pourquoi faire appel à cette émission de merde ? Pourquoi…

    — On ne peut pas dire « merde », papa ! corrige Léa sans lever le nez de son assiette.

    Lucy foudroie son mari du regard.

    — Si elle a fait appel à cette émission, c’est qu’elle me cherche depuis longtemps sans parvenir à me retrouver toute seule ! réplique-t-elle en baissant le ton afin de calmer le jeu. Elle ne sait pas que mes parents adoptifs sont partis vivre en Belgique. Elle a dû me chercher dans toute la France… Et elle ne connaît même pas mon nom de jeune fille ! C’est pour cela qu’ils ont accepté sa demande. Ils ne s’occupent que des cas désespérés.

    — C’est des conneries ! ricane Yves sans se soucier du coup d’œil furibond que lui lance une nouvelle fois Lucy. Ils prennent n’importe quoi pourvu que ça leur assure un minimum d’audience. Je le connais, moi, le beau monde des médias ! J’y travaille, je sais quelles sont les intentions de ces gens-là ! Ils ne s’embarrassent ni des véritables motivations des gens, ni des dégâts que leur foutue émission provoque dans leur vie privée. Et une femme qui a abandonné son gosse à la naissance et qui cherche à le retrouver trente-cinq plus tard, ça fait vendre !

    Lucy laisse échapper un gros soupir d’exaspération :

    — Bien sûr ! Ce sont tous des sal… d’ignobles individus qui ne cherchent qu’à s’enrichir sur le dos des gens. Et tu as peut-être raison ! Mais tu vois, ça m’est bien égal. Tout ce qui m’importe aujourd’hui, c’est de savoir que ma mère me cherche. C’est un rendez-vous que je ne manquerais pour rien au monde.

     

    adoré 5 étoiles.jpg