Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 2

  • C'est lundi que lisez-vous? #132

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

                                 Esclave pendant 12 ans.jpg  forbidden.jpg  Le dernier jour d'un condamné.jpg

     

    Si les livres que j’ai lus cette semaine vous intéressent, vous pouvez les achetez sur bookwitty en cliquant sur leur image. Je touche une petite commission sur les achats mais cela ne change rien au prix pour vous.

     

     lecture en cours.jpg

    en cours.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    prévision 1.jpg

    prévision 2.jpg

    prévision 3.jpg

    prévision 4.jpg


    Et vous? Que lisez-vous?

  • Bilan de lecture d'octobre 2017

    Bilan lecture.jpg


    En octobre, j'ai lu 17 livres pour un total de 6027 pages

     

    Tout d'abord, côté SP, j'ai reçu deux excellentes lectures des éditions Sarbacanes

    les aeriens.jpg


    Ensuite j'ai lu un album, mais comme il y a beaucoup plus à lire que d'ordinaire dans les album, je l'ai compté comme livre.

    La magie du cinéma T02.jpg
    Je viens d'apprendre qu'il va sortir dans quelques jours un tome 3! Hâte de l'avoir!

    Enfin, comme je suis toujours en train de faire des challenge, je ne manque jamais de lectures

    Des lectures qui vont de passables à excellentes

    hortense.jpg

    le coeur de l'archange.jpg

    raison et sentiments.jpg

    trylles 1.jpg

     

    Et deux coups de cœur

    jamais plus.jpg

     

    Ce mois ci, j'ai de nouveau pu voir 4 films

    fashion victime.jpg

    Igor.jpg


    Un mois honorable! Je suis assez contente de mon avancée dans mon challenge car il faut lire 33 livres entre le 22 septembre et le 21 décembre et j'en ai déjà lu 21!
    Et vous, quel est votre bilan du mois? 
    Dites moi tout et à dans un mois pour le prochain bilan!

  • Le tiercé du samedi #131

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois femmes, héroïnes ou personnages secondaires, qui vous ont inspirées

     

    Si les livres que je vous présente vous intéressent, vous pouvez les achetez sur bookwitty en cliquant sur leur image. Je touche une petite commission sur les achats mais cela ne change rien au prix pour vous.
    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     

     coupe de bronze.jpg

    Ayla

     

     

    Le clan de l'ours des cavernes.jpg

    Ce que j'aime chez Ayla c'est son refus d'accepter les choses telles qu'elles sont. Personne n'a jamais domestiqué des animaux? Et alors? Tout le monde pense que les enfants sont accordé par la déesse et que l'homme n'est pour rien dans la conception? Ses observations de guérisseuses lui indiquent le contraire, mais elle ne se contente pas de le constater, elle le dit! L'auteur a concentré en une seule héroïne la curiosité pour la nouveauté et les découvertes de tout un peuple. Au final on a un peu une super héroïne de la préhistoire, mais on l'adore!

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Ânkhésenpaaton ou Akhésa

     

     

    La reine soleil.jpg

    Elle se bat pour ses croyances et pour ne pas être manipulée par un "clergé" tout puissant qui ne supporte pas qu'on lui tienne tête. Même si elle se sait moins puissante qu'eux, même si elle est isolée, entourée d'ennemis de tout types, elle ne lâche rien et va jusqu'au bout de ses convictions.

     

     

     coupe d'or.jpg

    Scarlet O'Hara

     

     

    autant en emporte le vent.gif

    Scarlet est une survivante. Elle voit son monde tomber en ruine mais elle ne cesse de se battre pour sa survie et celle des siens, quitte à se perdre de réputation, à être montrée du doigt par une société hypocrite qui fait pire qu'elle mais en se cachant alors qu'elle agit à visage découvert. Elle ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Entre les convenances et la survie pure et simple, Scarlet a fait son choix!
    Ses actes sont certes parfois un peu contestables, mais pour son époque, elle est d'une force et d'une indépendance qui sont tellement rares qu'elle force l'admiration.



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres que vous avez lu en VO ou que vous auriez aimé pouvoir lire en VO si vous saviez lire la langue

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Fashion victime

    fashion victime affiche.jpg

    Titre original : Sweet Home Alabama

     

    Réalisé par : Andy Tennant

     

    Date de sortie : 11 décembre 2002

     

    Genre : Comédie sentimentale

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h49

     

    Casting : Reese Witherspoon, Josh Lucas, Patrick Dempsey, Candice Bergen, Jean Smart, Fred Ward, Mary Kay Place…

     

    Résumé : Melanie Carmichael a tout pour être heureuse : arrivée d'Alabama il y a sept ans, elle est aujourd'hui la styliste la plus en vue de New York. Elle fréquente le fils du maire de New York qui ne tarde pas à faire sa demande en mariage. Mais avant de s'engager, elle doit régler discrètement un tout petit détail : Jake, son mari, resté en Alabama. Contrainte d'obtenir rapidement sa signature pour le divorce, elle retourne dans sa ville natale. Le retour aux sources ne se fait pas sans heurts, et rapidement ce qui ne devait être qu'une formalité devient un vrai casse-tête sentimental.

     

    Mon avis : Mélanie incarne la réussite : la jeune femme d’un bled paumé du fin fond de l’Alabama qui réussit à New York et devient la styliste incontournable !
    Elle sort avec le plus beau parti de la ville et vient d’accepter sa demande en mariage.

    fashion victime melanie new york.jpg

    Tout devrait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, même en prenant en compte une belle-mère pas franchement emballée de voir son fils épouser une provinciale, mais Mélanie a omit de dire quelques petites choses à son fiancé.
    Tout d’abord, qu’elle vit sous un faux nom, que son cv est aussi faux que la plastique des femmes Kardashian et qu’elle n’est pas la fille d’un provincial, certes, mais riche comme Crésus. Non. Elle est la fille unique d’un couple de pecnos dont la principale activité est respectivement les confitures et les reconstitutions des batailles de la guerre de sécession. De toute évidence, elle a honte d’eux et de sa ville natale (faut reconnaitre qu’ils sont bien lourds et sans aucune classe) mais est aussi blessée qu’ils considèrent son ascension à New York un peu comme une trahison. Ses parents ne sont jamais venus la voir, alors même qu’elle leur a envoyé des billets d’avion, ses anciens amis se moquent d’elle, de ses tenues, de son métier…
    Mais la chose qu’elle a surtout évité de révéler à son fiancé, c’est qu’elle est déjà marié à un gars du coin (quand elle raconte comment s’est déroulé son mariage, on comprend qu’elle n’ait pas hésité à ficher le camp aussi vite que possible).

    fashion victime melanie alabama.jpg

    J’ai eu beaucoup de mal avec les personnages secondaires. La mère n’a pas l’air de savoir ce qu’elle veut : d’un côté elle refuse d’aller voir sa fille à New York et d’un autre elle ne veut pas qu’elle vienne en Alabama au risque de replonger dans une vie qu’elle ne veut pas la voir vivre.
    Le père, lui, est plus clair, mais aussi plus égoïste : il adore son gendre, et voudrait que sa fille cesse de se comporter en Yankee et rentre au bercail faire la bonne petite épouse de plouc.
    Bon c’est vrai que l’exaspération que ressent Mélanie devant le refus obstiné de Jack de signer les papiers du divorce la pousse à se montrer cruelle envers ses anciens amis.
    J’ai aussi trouvé que ses sentiments pour jack ne refont surface que quand elle se rend compte qu’il gagne bien sa vie et qu’il a fait son chemin.
    La fin est sans surprise, une telle comédie sentimentale ne pouvait finir que d’une seule manière, mais on passe quand même un excellent moment.



  • [Livre] Les 76 jours de Marie-Antoinette à la Conciergerie – T02 – Un procès en infamie

    les 76 jours de marie-antoinette a la conciergerie T02 un proces en infamie.jpg

    Résumé : Ce deuxième épisode palpitant des Soixante-Seize Jours de Marie-Antoinette à la Conciergerie raconte le combat acharné de ceux qui tentèrent l'impossible pour délivrer Marie-Antoinette de sa captivité et le  procès de la Reine.

     

    Auteur : Paul Belaiche-Daninos

     

    Edition : Actes Sud

     

    Genre : Historique

     

    Date de parution : 4 octobre 2006

     

    Prix moyen : 24€

     

    Mon avis : Dans ce second tome, toujours aussi documenté, l’auteur nous raconte les différents complots qui ont été organisés en vain pour tenter de sauver la reine. Pendant que ses partisans se démenaient pour la soustraire à ses bourreaux, ces derniers se hâtaient de préparer son procès de peur que la Reine, très malade et affaiblie tant par ses hémorragies que par ses conditions déplorables de détention, ne meurent de mort naturelle sans qu’ils ne puissent l’exhiber sur la place publique.
    A partir des bribes des minutes du procès, dont on sait, par divers témoignages, que le greffier n’a rapporté que de manière tronquée, évitant de noter tout ce qui était favorable à la reine, l’auteur a reconstitué le déroulé de celui-ci. En fait de procès, on a droit à une mascarade où des « témoins » achetés par Fouquier-Tinville viennent parler de faits auxquels ils n’ont pas assistés. La réponse la plus courante de ces témoins aux objections des avocats de la reine est : « tout le monde le sait ».
    D’ailleurs, ces avocats, commis d’office, ont réellement défendu la reine, comme la constitution les y oblige, et, pour leur peine, ils se sont vus notifier leur mandat d’arrestation en pleine audience, un peu avant leur plaidoirie. Si ce n’est pas là une tentative d’intimidation pour les forcer à bâcler cette plaidoirie qu’ils n’ont qu’une dizaine d’heures pour la préparer.
    De même la défense n’a eu que 24h pour préparer le procès. La reine a écrit une lettre pour demander un délai de 3 jours supplémentaires pour ses avocats. Cette lettre, avec d’autres écrits de la Reine et entre autres sont testament moral, adressé à Madame Elizabeth, furent retrouvés sous le matelas de Robespierre sa chute. Sans doute ne voulait-il prendre le risque de voir la requête acceptée par l’Assemblée. Le dossier étant vide, il était important que les avocats n’aient pas le temps de préparer une défense étayée de preuves à décharge.
    A la fin du livre, sur plus de 100 pages, l’auteur nous liste les acteurs du drame. Une grande majorité d’entre eux sont des victimes innocentes, guillotinés, ou devrai-je dire assassinés, à cause de leur nom ou parce qu’ils désapprouvaient le nouveau régime.
    Il reste un livre, du même auteur, pour refermer cette page sombre de l’histoire. L’auteur le cite plusieurs fois au cours du livre sous le titre : la vengeance du Baron de Batz. Après quelques recherches, il semble qu’il soit sorti sous le titre : La Révolution fracassée : la Justice du baron de Batz. Je ne l’ai pas encore. Je le place dans ma liste de livres à acheter au plus vite !

     

    Un extrait : - Examinons, s’il te plait, les accusations de politique intérieure.
    - C’est ça, c’est ça… Examinons d’abord les accusations de politique intérieure.
    - D’abord l’aspect financier, il est important. N’oublions pas que sans la banqueroute du tyran, il n’y aurait jamais eu de Révolution.
    - J’énumère tes accusations : tu prétends qu’Antoinette a dilapidé les finances de la France avec Calonne, mais tout le monde sait qu’elle détestait Calonne. C’est même elle qui l’a chassé… Alors qu’est-ce que Calonne vient faire ici ? Voudrais-tu par hasard donner des verges à la défense pour nous fouetter ?
    - Calonne est une ordure ! On la charge avec Calonne !

    - Aurais-tu l’intention de citer dans ce procès toutes les ordures de l’Ancien Régime ?

    - En tout cas, certainement ceux avec lesquels elle a trahi.
    - Je pressens déjà que nous allons nous noyer… Revenons sur l’aspect financier : à part le Grand Livre, avons-nous des pièces comptables pour évaluer les sommes gaspillées sous Turgot, Calonne, Necker et Brienne ? C’est là l’important.
    - T’occupe ! dit Fouquier en balayant la question d’un revers de main.
    - As-tu des pièces comptables, oui ou non ?
    - Je n’en ai pas.
    - Je m’en doutais – il feuillette quelques fois. Ailleurs, tu affirmes sans aucun justificatif qu’elle a fait passer des millions à son frère l’Empereur d’Autriche.
    - Exact, son frère est une ordure !
    - Les preuves de ces transferts ?
    - On ne les retrouve plus.
    - Un peu plus loin, tu affirmes qu’elle aurait dépensé des millions pour faire Trianon.
    - La garce !
    Fouquier, de plus en plus éméché, remplit son verre.
    - Nous n’avons aucune pièce comptable, aucune facture, pas un papier. Rien ! Je te rappelle, au cas où tu l’aurais oublié, que Trianon a été construit par la Pompadour. Cela, tout le monde le sait.
    - T’occupe, te dis-je ! On garde Trianon dans les chefs d’accusation. Le peuple croit que c’est elle.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • Mes sorties du mois #26

    novembre.jpg

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    Les sorties grand format:

    l-executrice,-tome-7-982953-264-432.jpg

    nos-ames-plurielles-973564-264-432.jpg


    Les sorties poche:

    les-mijaurees-984430-264-432.jpg


     

    sorties du mois films.jpg

    1522860.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    1657711.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg


    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois de novembre?

  • [Livre] Lexi Smart a la mémoire qui flanche

    lexi smart a la memoire qui flanche.jpg

    Résumé : Lexi Smart est une fille plutôt normale : vingt-cinq ans, un boulot assez assommant, les dents pas très alignées, le cheveu désespérément terne, quelques kilos en trop, un appart minuscule, un fiancé un peu nul et très fauché et trois super copines avec qui elle fait la fête le vendredi soir. Un beau matin, Lexi se réveille dans une chambre d'hôpital avec un sourire parfait, une cascade de boucles blondes, une silhouette de sirène, un beau gosse de mari richissime... et une amnésie partielle due à un accident de voiture : trois ans de sa vie viennent de s'effacer, Lexi ne se souvient de rien. Qui est cette snobinarde qui prétend être sa meilleure amie ? Depuis quand Lexi vit-elle dans un loft luxueux ? Qu'a-t-elle fait à ses collègues pour qu'ils la surnomment le Cobra ? Et qui est ce mystérieux architecte qui la harcèle de messages ? Pour comprendre comment elle est passée de fille toute simple à garce carriériste, Lexi va devoir fouiller cette parenthèse de trois ans. Et ce qu'elle va y découvrir pourrait bien lui donner quelques leçons pour l'avenir...

     

    Auteur : Sophie Kinsella

     

    Edition : France loisirs collection piment

     

    Genre : Chick Lit

     

    Date de parution : 07 mai 2009

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : Comme beaucoup des héroïnes de Sophie Kinsella, Lexi m’a un peu agacée. Mais beaucoup moins que Becky d’une accro au shopping.
    Becky se moque de tout et de tout le monde, sûre qu’elle finira par se sortir de toutes les situations alors que Lexi refuse de remettre en question la vie en apparence idyllique qu’elle découvre après son accident, mais j’ai eu l’impression que c’était plus par peur de l’inconnu. Certes cette vie idyllique lui est aussi inconnue, mais au moins tout le monde, ou presque, s’accorde à lui dire que c’était SA vie.
    Mais quand elle réalise qu’elle a perdu ses amies, elle décide de réagir.
    J’ai été bien plus énervé par son entourage. Sa sœur Amy est un peu égoïste et écervelée, mais bon, c’est une ado de 16 ans qui a du mal à gérer ce qu’elle a découvert sur son père, on peut donc la comprendre. En revanche, sa mère, est insupportable. Son obsession pour les chiens couplée à son refus de parler de tout ce qui la dérange, et même si cela empêche sa fille de retrouver la mémoire est insupportable (le coup de : « ce n’est qu’une question de volonté » m’a donné envie de la baffer).
    Eric aussi est pénible, dans un genre tout opposé. Tout chez lui n’est qu’apparences. On se demande si c’est un homme ou une poupée Ken animée.
    Quant à ses amies… je suis mitigée. C’est vrai que Lexi est devenue carriériste, qu’elle a grimpé rapidement les échelons de sa boîte, mais j’ai eu l’impression qu’elles lui reprochaient plus d’avoir été un manager et de ne pas accepter leur déjeuner à rallonge et leurs notes de frais délirantes que d’avoir été un mauvais chef. En gros, elles lui reprochent de ne pas avoir fait passer leur amitié avant son devoir envers l’entreprise. On dirait qu’elles espéraient pouvoir faire tout ce qu’elles voulaient sans aucune conséquence sous prétexte que leur copine avait eu une promotion.
    Tout le monde semble avoir beaucoup de mal à accepter et à comprendre la profondeur du traumatisme de Lexi. C’est le même problème que rencontre chaque personne victime d’une maladie qui ne se voit pas.
    Il y a pas mal de moments très drôle mais il y a également un côté plus sérieux dans la recherche de Lexi pour retrouver sa mémoire et surtout dans les raisons qui l’ont poussée à changer de vie.
    J’ai beaucoup aimé découvrir le cheminement de Lexie pour comprendre comment sa vie est passée de ce dont elle se souvient à ce qu’on lui raconte.
    Si ce n’est pas mon Kinsella préféré (il est moins léger et drôle que ses autres livres), j’ai passé un excellent moment.

     

    Un extrait : À mon réveil, une lumière matinale filtre sous les rideaux fermés. Un verre  de  jus  d'orange  est  posé  sur  ma  table  de  chevet  et  Maureen s'active  dans  un  coin  de  la  chambre.  Mon  goutte-à-goutte  a  disparu comme par miracle, et je me sens bien plus normale.

    —  Bonjour, Maureen, dis-je de ma voix d'écorchée, quelle heure est-il

    ?

    Elle se retourne, le sourcil levé.

    —Vous vous souvenez de moi ?

    —Bien sûr. On a bavardé ensemble hier soir.

    —Parfait  !  Ça  prouve  que  vous  êtes  sortie  de  votre  amnésie  post-traumatique.  Ne  vous  inquiétez  pas,  c'est  normal  après  une commotion cérébrale.

    Machinalement,  je  tâte  ma  tête  et  découvre  un  pansement.  Le  choc contre ces marches a dû être terrible.

    —  Vous récupérez bien. Je vous apporte un jus d'orange frais.

    On  frappe  et  une  femme  d'une  cinquantaine  d'années,  grande  et mince, entre. Des yeux bleus, des pommettes saillantes et des cheveux gris-blond  bouclés.  Elle  porte  un  gilet  molletonné  rouge  sur  une longue robe imprimée, un collier d'ambre et un sac en papier.

    Maman  !  J'en  suis  sûre  à  quatre-vingt-dix-neuf  pour  cent.  Je  ne comprends même pas pourquoi j'hésite.

    —  On étouffe ici ! se plaint-elle de sa voix aiguë de petite fille.

    Oui, impossible de se tromper, c'est maman
    —Je  me  sens  mal,  continue-t-elle  en  s'éventant.  Et  quel  trajet atroce...

    Elle me jette un coup d'œil et demande, en se tournant vers Maureen

    :

    —Comment va-t-elle ?

    —Oh, bien mieux aujourd'hui. Beaucoup moins groggy qu'hier.

    —Dieu  merci,  fait  maman  en  baissant  la  voix  d'un  cran.  J'avais l'impression de parler à une dingue ou à une demeurée.

    —Lexi n'a rien de débile, elle comprend tout ce qu'on lui dit.

    En vérité, je l'écoute à peine. Je n'arrête pas de l'observer. Qu'est-ce qui  cloche  ?  Elle  a  changé.  Plus  mince.  Et  plus...  vieille.  Elle s'approche  de  la  fenêtre  et,  avec  la  lumière  en  pleine  figure,  c'est encore pire.

    Elle est peut-être malade ?

    Non.  J'aurais  été  au  courant.  Pourtant,  on  dirait  qu'elle  a  pris  un coup  de  vieux  en  une  nuit.  Pour  Noël,  je  vais  lui  offrir  un  pot  de Crème de la Mer. Sans faute.

    —  Me voici, dit-elle en détachant chaque syllabe, ta mère.

    Me  tendant  le  sac  en  papier  qui  contient  du  shampoing,  elle m'embrasse  sur  la  joue.  En  respirant  son  parfum,  moitié  odeur  de chien,  moitié  fragrance  rose-thé,  c'est  ridicule  mais  j'ai  les  larmes aux yeux. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point je me sentais abandonnée.

    —  Bonjour, maman !

    Je  veux  la  prendre  dans  mes  bras  mais  elle  s'est  déjà  reculée  et consulte sa petite montre en or.

    —Je ne peux rester qu'une minute, dit-elle comme si le monde allait exploser si elle traînait là une seconde de plus. J'ai rendez-vous avec un spécialiste pour Roly.

    —Roly?

    —Le dernier-né de Smoky, voyons. Tu te souviens du jeune Roly !

    Comment  ma  mère  peut-elle  s'attendre  à  ce  que  je  me  rappelle  les noms de ses chiens ? Elle en a une vingtaine, tous des whippets et chaque  fois  que  je  mets  les  pieds  à  la  maison,  il  y  en  a  encore  un nouveau. On n'avait pas de chien - en tout cas jusqu'à l'été de mes dix-sept  ans.  Pendant  des  vacances  au  pays  de  Galles,  maman  a acheté un chiot sur un coup de tête. Et sa folie pour les whippets a débuté.

    J'aime  les  chiens.  Modérément.  Mais  pas  quand  ils  sont  six  à  me sauter  dessus  pour  m'accueillir.  Ni  quand  ils  occupent  les  canapés ou les sièges où je veux m'asseoir. Ni quand les plus beaux cadeaux sous le sapin leur sont réservés

     

    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez-vous? #131

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    jamais plus.jpg

    trylles 1.jpg

    lecture en cours.jpg

    le nom de la rose.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    prévision 1.jpg

    prévision 2.jpg

    prévision 3.jpg

    prévision 4.jpg

    prévision 5.jpg

     

     

    Et vous, que lisez-vous?

  • Le tiercé du samedi #130

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres qui vous ont donné envie que les fées, gobelins et autres sympathiques créatures existent

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     coupe de bronze.jpg

    Le pays des contes

     

     

    le pays des contes tome 1.jpg

    Même si les créatures fantastiques y sont un peu moins nombreuses que dans d'autres univers, on y croise tout de même quelques "sympathiques" bestioles!

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Harry Potter

     

     

    harry potter t01.jpg

    Malgré la présence du grand mégalo déplumé, il faut bien avouer que c'est un univers dans lequel on aimerait bien évoluer!

     

     

     coupe d'or.jpg

    La magie du cinéma - Le monde des sorciers de JK Rowling - T02 - Créatures fascinantes

     

     

    La magie du cinéma T02.jpg

    Ok, ce n'est pas un roman, mais l'imagination conjugué de J.K Rowling et des créateurs des films nous donne un tel aperçu de créatures comme le niffleur, l'Occamy ou autres charmantes bestioles qu'on aurait envie que ce monde soit réel rien que pour les rencontrer!



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois femmes, héroïnes ou personnages secondaires, qui vont ont inspirées

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Igor

    Igor Affiche.jpg

    Titre original : Igor

     

    Réalisé par : Tony Leondis

     

    Date de sortie : 17 décembre 2008

     

    Genre : Film d’Animation

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h20

     

    Casting : William Coryn (Igor), Céline Monsarrat (Violette), Jean-François Vlérick (Rapidos), Nicolas Marié (Brain), Emmanuel Curtil (Docteur Schadenfreude)…

     

    Résumé : A Malaria, pays plongé dans la pluie et l'obscurité, les Inventions Maléfiques assurent la prospérité, sous le règne autoritaire du roi Malbert. Les inventeurs de ces Créations Maléfiques sont les Savants Fous, classe dominante du pays. Ils sont aidés de leurs assistants, les Igors, de malheureux bossus dont le destin est d'obéir.

     

    Mon avis : La critique est globalement assez sévère pour ce film d’animation que j’ai trouvé assez réussi.
    Certes, on est loin du visuel Disney, on se rapproche plus des animations Tim Burton avec beaucoup d’angles droits, mais le résultat est très réussi.
    Dans ce DA, on suit Igor, serviteur d’un savant fou, ainsi que le veut le destin de tous les Igor.

    Igor Igor.jpg

    Seulement le savant en question n’est pas très doué, contrairement à son serviteur qui se heurte à sa condition : les Igor n’ont pas le droit d’inventer.
    Qu’à cela ne tienne, suite à un concours de circonstance, Igor va se lancer dans l’invention de la plus terrible des créations maléfiques : la vie.

    Igor violet.jpg

    Comme presque toujours dans les DA, on a quelques personnages destinées à être loufoques, à apporter de l’humour quelle que soit la gravité de la scène qui se déroule. Ici ce rôle est tenu par deux inventions de notre Igor : Rapidos, un lapin dépressif mais, hélas pour lui, immortel, et Brain, un cerveau dans un bocal à la limite de la débilité.

    Igor rapidos et brain.jpg

    La trame de l’histoire est assez classique, la fin comme la morale qui en découle ne surprend pas (enfin, peut être que ça peut surprendre les plus petits, je ne sais pas), mais on passe un bon moment à suivre Igor dans ses aventures et à se demander quelle nouvelle catastrophe Rapidos et Brain vont bien pouvoir provoquer en voulant apporter leur aide.