Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 2

  • Le tiercé du samedi #115

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres dont vous avez su dès les premiers chapitres que ce serait un coup de cœur ?

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant, parmi mes dernières lectures, est:

     

     coupe de bronze.jpg

    Diabolic

     

     

    diabolic.jpg

    Je le mets en 3ème position parce qu'il m'a fallut un peu plus d'une vingtaine de pages pour entrer dans l'histoire. Mais une fois ces pages passées, le coup de cœur était évident!

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Les cœurs fêlés

     

     

    les coeurs feles.jpg

    Même si j'ai fulminé une grande partie du livre, j'ai adoré ce livre dès les premières pages.

     

     

     coupe d'or.jpg

    La fille du faiseur de rois

     

     

    la fille du faiseur de rois.jpg

    Alors là, c'est bien simple, j'ai su que ce serait un coup de cœur avant même d'ouvrir le livre. Comme chacun des livres de cet auteur.



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois derniers livres qui vous ont fait faire une nuit blanche parce que leur auteur est un sadique qui a écrit un livre impossible à lâcher (y’a pas idée d’être si doué)

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Faut pas lui dire

    Faut pas lui dire Affiche.jpg

    Titre original : Faut pas lui dire

     

    Réalisé par : Solange Cicurel

     

    Date de sortie : 4 janvier 2017

     

    Genre : Comédie

     

    Pays d’origine : France, Belgique

     

    Durée : 1h36

     

    Casting : Jenifer Bartoli, Camille Chamoux, Stéphanie Crayencour, Tania Garbarski, Brigitte Fossey, Laurent Capelluto, Stéphane Debac, Arié Elmaleh…

     

    Résumé : Laura, Eve, Anouch et Yaël sont quatre cousines, très différentes et très attachantes, qui ont un point commun : elles mentent, mais toujours par amour ! Quand les trois premières découvrent quelques semaines avant le mariage de leur petite cousine que son fiancé parfait la trompe, elles votent à l’unisson « Faut pas lui dire » !

     

    Mon avis : Qui n’a jamais entendu cette phrase « Faut pas lui dire » : un grand-père très conventionnel et un petit fils gay : faut pas lui dire ; un frère aîné qui a découvert que le père noël n’existe pas alors que le plus petit y croit encore : faut pas lui dire ; un beau-frère qui a dragué sa belle-sœur alors qu’il avait trop bu : faut pas lui dire…
    Des 4 filles : Laura, Anouch, Eve et Yaël, je n’ai ressenti d’affinité qu’avec Laura.

    Faut pas lui dire Laura.jpg

    J’ai trouvé Anouch et Eve autodestructrices, à pousser à bout leurs hommes pour pouvoir ensuite les traiter de salaud parce qu’ils en ont eu marre.

    Faut pas lui dire Anouch et Eve.jpg

    Yaël est plus sympathique mais honnêtement, sa réaction vis-à-vis de son fiancé quand elle découvre ce qu’il lui cache (et qu’on sait nous depuis le début, comme ses cousines) m’a interloquée.

    Faut pas lui dire yael.jpg

    Finalement, j’ai trouvé que Laura était celle qui avait le rapport le plus sain aux hommes. Mariée mais séparée depuis que son mari l’a trompée, elle est prête à réfléchir au fait de tenter de lui pardonner et de sauver son couple (d’autant plus qu’elle a deux petites filles) mais jamais en s’écrasant. C’est d’ailleurs celle qui aura la réaction la plus tranchée dans sa vie privée.
    Toute l’histoire tourne autour des problèmes sentimentaux des 4 cousines et montre que réussir à la perfection sa vie professionnelle ne garantit pas l’épanouissement personnel. En filigrane, on a cette question : Faut-il mentir à nos proches pour les protéger ?
    J’ai beaucoup aimé Jenifer en tant qu’actrice, plus qu’en tant que chanteuse, comme cela m’était déjà arrivé pour Joey Starr, notamment dans Polisse ou Lenny Kravitz dans Hunger games. J’ai tendance à préférer les chanteurs en tant qu’acteurs. Allez comprendre.
    C’est vraiment une comédie que je recommande car il y a vraiment une histoire derrière et pas seulement une accumulation de scènes plus ou moins drôles comme on peut souvent voir dans les comédies.
    J’ai passé un très bon moment !


  • [Livre] Joyland

    joyland.jpg

    Résumé : Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais.

     

    Auteur : Stephen King

     

    Edition : Albin Michel

     

    Genre : Fantastique

     

    Date de parution : 02 mai 2014

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Dans ce livre, il n’y a pas de chapitres. Horreur ! Stephen, je te renie ! Mais bon, les paragraphes ne sont pas trop long et sont séparés les uns des autres par des *, ce qui aère la lecture (Bon ça va, je te dé-renie).
    J’ai beaucoup aimé ce roman dans lequel le surnaturel, s’il est un élément essentiel de l’histoire (ah ben si, quand même, surtout vers la fin) ne prend pas toute la place et surtout n’occulte pas (je vous jure…surnaturel…occulte… je ne m’en suis rendue compte qu’après l’avoir écrit) le côté thriller que j’ai vraiment adoré.
    J’ai beaucoup aimé le fait qu’on s’éloigne un peu du coté surnaturel habituel de l’auteur car j’ai toujours trouvé que dans ces cas-là, si l’angoisse monte tout au long du livre, la fin est souvent un peu bâclée à mon goût, comme si Stephen King ne savait pas comment se sortir de la toile d’araignée qu’il a lui-même tissé.
    Ici je n’ai retrouvé ce problème récurrent. La tension monte plus lentement que quand il y a un clown tueur dans les parages, mais elle monte. Et la fin est celle d’un véritable thriller. Et je me suis fait complétement avoir… Si, si… D’ailleurs quand le nom du meurtrier est enfin révélé, j’ai dû m’arrêter de lire quelques minutes pour digérer le coup ! Ça m’a scotchée.
    Bon en revanche, pas de surprise, dès les premières pages, on sait que Devin va se sortir de toutes les embûches, puisqu’il raconte cette histoire alors qu’il approche de la retraite. Mais pendant quelques instants, on en vient à l’oublier et à se demander s’il va s’en sortir (mémoire de poisson rouge, oui).
    Alors certes, ce livre n’est pas un des plus effrayants qu’ait écrit Stephen King, mais, à plusieurs reprises, je suis quand même allée vérifier que la porte d’entrée était bien verrouillée !

    Un extrait : J’ai pris un train (dénommé le Southerner) de Boston jusqu’en Caroline du Nord (pas vraiment l’aventure, mais pas cher) et un bus de Wilmington à Heaven’s Bay. J’ai passé mon entretien avec un certain Fred Dean qui était – entre autres – le recruteur de Joyland. Après quinze minutes de questions-réponses, plus un coup d’œil à mon permis de conduire et à mon diplôme de secouriste de la Croix-Rouge, il m’a remis un badge en plastique suspendu à un cordon. Le badge portait le mot VISITEUR, la date du jour et le portrait d’un berger allemand aux yeux bleus, souriant de toutes ses dents, qui ressemblait vaguement à Scoubidou, le célèbre limier de dessin animé.

    « Va faire un tour, me suggéra Dean. Monte sur la grande roue, si ça te chante. La plupart des manèges sont encore fermés, mais notre Carolina Spin tourne. Dis à Lane que c’est moi qui t’envoie. C’est un passe pour la journée que je t’ai donné, mais je veux te revoir ici à… » Il consulta sa montre. « Disons treize heures. Tu me diras si le boulot t’intéresse. Il me reste cinq postes à pourvoir, tous à peu près du même tonneau : comme Gentils Assistants.

    – Merci, monsieur. »

    Il hocha la tête en souriant. « Je sais pas ce que tu penseras de l’endroit mais moi, je l’aime bien. C’est un peu vieillot et un peu de guingois mais ça a son charme. J’ai essayé Disney, pendant un temps… pas aimé. Trop… comment dire…

    – Aseptisé ? m’aventurai-je.

    – C’est ça. Trop aseptisé. Trop lisse et brillant. Du coup, je suis revenu à Joyland il y a quelques années. Pas regretté une seule seconde. C’est un peu plus rock’n’roll ici – un petit parfum de bon vieux temps. Allez, va faire un tour. Vois ce que t’en penses. Plus important, vois ce que tu ressens.

    – Je peux vous poser encore une question ?

    – ’turellement.

    – C’est qui, le chien ? » j’ai demandé en désignant mon passe.

    Son sourire se fendit jusqu’aux oreilles. « Ça, c’est Howie le Chien Gentil. Notre mascotte. Joyland a été fondé par Bradley Easterbrook et l’authentique Howie était son chien. Mort depuis belle lurette, mais tu verras quand même pas mal le bout de sa queue, si tu travailles ici cet été. »

    Je l’ai vu… et pas. Facile, comme devinette, mais l’explication devra attendre encore un peu.

  • [Livre] La petite maison dans les grands bois

    la petite maison dans les grands bois.jpg

    Résumé : En 1872, Laura habite à la lisière des Grands Bois du Wisconsin, dans une maison en rondins très isolée. Pour cette toute petite fille et sa famille de pionniers, la vie est rude mais joyeuse. Ce roman nous présente la famille Ingalls et précède les huit célèbres tomes de la petite maison dans la prairie.

     

    Auteur : Laura Ingalls Wilder

     

    Edition : Castor poche flammarion

     

    Genre : Enfant

     

    Date de parution : 1999

     

    Prix moyen : 18€

     

    Mon avis : J’aime beaucoup ce livre qui se passe avant la saga « la petite maison dans la prairie », quand la famille habitait encore au fin fond d’une forêt du Wisconsin.
    On y découvre une vie rude mais heureuse, rythmée par les saisons et les opportunités : chasse à l’ours, moisson, mais aussi récolte du miel ou du sirop d’érable.
    Ce tome-là est très intéressant pour en savoir plus sur la vie des pionniers car, n’étant pas sur les routes, on découvre le quotidien d’une famille. On va voir, à travers les yeux de Laura, alors toute petite, comment on charge un fusil (et on comprend pourquoi le père le charge avant de partir en forêt, vu le temps que ça prend), comment on fait le beurre, comment se récolte le sirop d’érable, le travail que demande l’abatage du cochon, une fois par an et qui ne s’arrête pas avec la mise à mort de la bête mais requiert la participation de toute la famille…
    Le livre se déroule sur une année, ce qui nous permet de voir que celle-ci est vraiment rythmée par des tâches ne pouvant pas se faire à d’autres périodes.
    On découvre le vrai visage de Charles Ingalls, barbu, moustachu et bien plus sévère que le personnage joué par Michael Landon !
    La famille vit presque en autarcie et Laura, à 5 ans, si elle sait qu’il existe des villes où son père va échanger des fourrures contre des articles qu’il ne peut pas produire lui-même, n’a jamais vu de ses yeux cet endroit où, parait-il, les maisons sont toutes les unes à côté des autres ! Pour elle qui vit dans une petite maison depuis laquelle on ne distingue que les arbres de la forêt, la ville l’intrigue au plus haut point.
    L’entente entre Laura et Marie n’est pas non plus toujours au beau fixe et elles se chamaillent assez souvent.
    Le livre reste relativement court et sert avant tout à présenter la famille Ingalls et à mettre en place l’époque dans laquelle ils vivent.
    Même si la vie est rude, et manque du confort auquel nous sommes habitués à notre époque, on peut voir qu’il y a une très forte cohésion familiale assortie d’une foi profonde qui fait qu’ils supportent sans mal les petits inconvénients de leur vie, un peu sauvage.

    Un extrait : Il était une fois, il y a plus de soixante ans, une petite fille qui vivait en pleine forêt du Wisconsin dans une petite maison grise faite de rondins.

    Les grands arbres sombres des Grands Bois entouraient la maison, et derrière eux, il y en avait d’autres, et plus loin d’autres encore. Un homme qui aurait marché en direction du nord toute une journée, toute une semaine ou même tout un mois n’aurait vu que cela. Il n’y avait pas d’habitations, pas de routes, pas de gens. Seulement des arbres et les animaux sauvages qui vivaient là.

    Dans les Grands Bois on trouvait des loups, des ours, et puis aussi d’énormes chats sauvages; ainsi que des rats musqués, des visons et des loutres près des ruisseaux. Les renards, eux, avaient leur tanière dans les collines, et on rencontrait des cerfs partout.

    A l’est comme à l’ouest de la petite maison, la foret s’étendait sur des lieues et des lieues, avec seulement, à la lisière, quelques petites maisons éparpillées loin les unes des autres.

    Aussi loin que la fillette pouvait voir, il n’y avait que cette maison, dans laquelle elle vivait avec son père, sa mère, ses sœurs Marie et Bébé Carrie. Un chemin pour les chariots serpentait jusque chez eux et s’éloignait ensuite pour disparaître dans les bois. Mais la petite fille ne savait pas où il menait, ce qu’il pouvait y avoir tout au bout.
    Cette petite fille se nommait Laura.

    La nuit, quand elle était couchée dans son lit à roulettes, elle tendait l’oreille, mais elle n’entendait rien d’autre que le bruit des arbres qui chuchotaient entre eux. Parfois, loin dans la nuit, un loup hurlait. Puis il s’approchait et hurlait à nouveau.
    Cela lui faisait peur. Laura savait que les loups mangent les petites filles.

    Mais elle était bien à l’abri entre les murs solides en rondins. Le fusil de son père était bien accroché au-dessus de la porte et le bon vieux Jack, le bouledogue tacheté, montait la garde. Son père disait alors:

    - Endors-toi, Laura. Jack ne laissera pas entrer les loups.

    Alors Laura se pelotonnait sous les couvertures, tout contre Marie, et s’endormait.

    Une nuit, son père la souleva de son lit et la porta jusqu’à la fenêtre pour lui faire voir les loups. Il y en avait deux, assis devant la maison. On aurait dit des chiens aux longs poils. Ils pointaient leur nez en direction de la grosse lune toute brillante et hurlaient.

    Jack allait et venait derrière la porte en grognant. Le poil de son dos était hérissé et il montrait ses dents pointues et acérées. Les loups hurlaient, mais ils ne pouvaient pas entrer.

  • [Livre] Le copain de la fille du tueur

    le copain de la fille du tueur.jpg

    Résumé : Charles vient d'intégrer un internat pour "gosses de riches" perdu au cœur des montagnes suisses. Avec Touk-E. son coloc, ils font les quatre cents coups pour tuer le temps... Jusqu'à l'arrivée de Selma. Cette fille mystérieuse, solaire, solitaire... et fille d'un célèbre trafiquant de drogue.

     

    Auteur : Vincent Villeminot

     

    Edition : Nathan

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 08 septembre 2016

     

    Prix moyen : 17€

     

    Mon avis : Charles n’est pas tout à fait comme ses camarades. L’argent de son père vient de ses productions intellectuelles et non de spéculations plus ou moins légales. Avec son ami Touk-E, fils d’un dictateur africain qui n’a aucune envie de suivre les traces de son père, ils mettent un peu d’ambiance dans cet internat friqué, où les élèves sont plus traités en hôtes qu’en étudiants.
    Arrive alors Selma, jeune mexicaine qui diffère de ses condisciples autant que Charles, mais dans l’autre sens. Si le père de Charles ne trempe dans rien de louche, si les autres élèves et probablement leurs parents ne tiennent pas plus que ça à savoir d’où vient vraiment leur argent, Selma elle, sait parfaitement que l’argent de son père est de l’argent sale, de l’argent de la drogue. Car l’homme est chef de cartel, et la jeune fille le sait et l’assume parfaitement.
    Dans cette ambiance plutôt glauque, Charles tombe sous le charme de Selma sans savoir si cette attirance est partagée.
    Le sujet central est cette attirance, peut être romance, entre Charles et Selma, mais va beaucoup plus loin car les deux jeunes gens ne sont pas seuls au monde : il y a le père de Charles qui est mourant, situation pour laquelle Charles ressent des sentiments ambigus, et puis il y a Rafa Gutierrez, le père de Selma, une espèce de sale type (oui vous me direz, un narcotrafiquant, on s’en serait douté que c’était un sale type. Mais c’est au-delà de son métier : on peut être un trafiquant et aimer sa famille… mais avec Rafa Gutierrez j’ai plus un eu sentiment de possessivité que d’amour).
    Le style d’écriture est spécial, je ne peux pas dire que j’y accroche à 100%. La même histoire racontée différemment aurait peut-être été un coup de cœur. Là j’ai bien aimé, mais sans plus.
    J’ai trouvé que les personnages manquaient de profondeur, et quand Selma fait la révélation sur sa particularité, j’ai trouvé que les suites de cette révélation n’étaient pas traitées avec assez de force. J’ai eu l’impression que Charles était un gosse furieux qui tapait du pied et que Selma était une ado boudeuse et égoïste qui s’attend à recevoir sans jamais donner. J’ai même été vraiment choquée par la demande qu’elle fait à Charles vers la fin du roman. Elle semble incapable d’assumer ses désirs et préférer que d’autres en portent la responsabilité.
    Quand Charles rencontre Touk-E, au-delà du sentiment d’amitié immédiat qui les unit, il pense que tout va mal finir. Il se dit ça par rapport à la personnalité de Touk-E, mais ce n’est pas de cette personnalité là qu’il avait le plus à se méfier.
    Je ne suis pas déçue de la fin mais un peu frustrée, j’aurais aimé que Selma se positionne de manière plus ferme et quelle fasse d’autres choix. Choix qu’elle fera peut-être, puisque la fin ne va pas aussi loin, mais dans ce cas, j’aurais aimé y assister et en voir les conséquences. J’ai refermé ce roman avec un sentiment d’inachevé.

    Un extrait : Je la vis pour la première fois le surlendemain, je crois. Je n’ai pas retenu exactement le jour.

    Elle entra dans la classe en même temps que les autres. Elle portait un sweat, la capuche relevée sur sa tête, si bien qu’on ne devinait que quelques mèches blondes. Elle s’installa à une table, vers le fond de la salle, s’accouda, le menton dans les mains, pour regarder dehors.

    Son arrivée ne nous étonna pas plus que ça. C’est une règle à Daillange : certains apparaissent ou quittent brusquement l’Institut, d’autres s’absentent sans prévenir pour de longues vacances. En six mois, j’avais appris qu’il y avait souvent des nouveaux pensionnaires, et autant de départs. Ce qui nous étonna, en revanche, c’est qu’elle ne retire pas sa capuche ni le casque qu’elle avait sur les oreilles, de toute la journée.

    Elle revint le lendemain. Elle assista à presque tous les cours et ne quitta jamais son casque. Sous sa capuche, je lui trouvais un visage arrogant et lointain à la fois – angélique par instants, quand la lumière du soleil, dehors, dessinait son profil. Elle jetait des coups d’œil, de temps en temps, à ce qui se déroulait au tableau et dans la classe. Je remarquai la façon dont elle fronçait alors ses sourcils épais, sombres, et aussi comment ses yeux noirs foudroyaient ceux qui l’espionnaient à la dérobée. Moi, par exemple.

    Moi, de plus en plus.

    Elle battait parfois la mesure de sa musique, un crayon coincé entre deux doigts, et le professeur devait alors s’interrompre. Quand elle le remarquait, elle cessait immédiatement. Elle suivait nos travaux, de loin, comme protégée par sa capuche et sa playlist, et parfois ses lèvres dessinaient une moue narquoise. Elle avait des lèvres couleur vieux rose, assez larges, assez ourlées, bien dessinées ; et quand elle souriait sans ironie, perdue dans ses pensées, on devinait des dents du bonheur très prononcées.

    Qui était-elle ? Que venait-elle faire en cours, parmi nous, puisqu’elle n’écoutait rien ?

    Le plus souvent, elle appuyait la tête contre la fenêtre et sa rêverie, son mutisme, lui donnaient un air de profonde mélancolie.

    Et que faisait-elle, le reste du temps ?

    Trois fois, alors que je buvais mon café à la fenêtre avant l’aube, je la vis traverser en courant le sous-bois du parc, silhouette fantomatique, fine, sportive, pas très grande, obstinée sous la pluie et les réverbères. Sinon, pendant ses quinze premiers jours à Daillange, je ne la croisai nulle part. À aucune de nos fêtes, en aucune circonstance. Impossible de savoir même son nom.

  • C'est lundi que lisez-vous? #115

    c'est lundi que lisez vous.png

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    harry potter 4 la coupe de feu.jpg

    la fourmi rouge.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    charleston.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    Colorado train.jpg

  • [Livre] Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

    harry potter tome 3.jpg

    Résumé : Sirius Black, le dangereux criminel, qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace ?

     

    Auteur : Joanne Kathleen Rowling

     

    Edition : Gallimard

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 19 octobre 1999

     

    Prix moyen : 22€

     

    Mon avis : Voilà un troisième tome qui commence bien avec l’apparition d’un nouveau membre de la famille Dursley pire que les trois autres réunis.
    Pas étonnant que Harry, bien connu pour son calme légendaire, ne finisse par nous péter une durite. On l’aurait fait à moins.
    On revoit le ministre de la magie, que l’on avait entrevu dans le tome précédent. Le personnage n’est pas spécialement antipathique, mais il a l’air un peu dépassé par les évènements, on a toujours l’impression qu’il a un train de retard.
    Dans ce tome on va rencontrer deux nouveaux personnages importants de la saga : Le premier est Remus Lupin, nouveau professeur de défense contre les forces du mal qui, s’il semble, contrairement à ses prédécesseurs, compétent aussi bien dans sa matière que dans sa façon d’enseigner, reste assez mystérieux et difficile à cerner.
    Le second est Sirius Black, énigmatique évadé d’Askaban (rien que ça le rend exceptionnel, personne n’ayant jamais réussi cet exploit) qui pourrait bien permettre à Harry d’en savoir plus sur ses parents et leurs assassinat.
    On va aussi découvrir de nouvelles créatures, pas toujours des plus sympathiques comme les détraqueurs ou les épouvantards, mystérieuses comme le sinistros ou encore difficile à cerner comme les hippogriffes ou encore Pattenrond le chat de Hermione, qui pourrait ne pas être un chat ordinaire et ne rêve que de croquer Croutard, le rat de Ron, ce qui va provoquer quelques tensions entre les deux amis.
    D’autres créatures comme les chapeaurouges ou les pitiponks vont être évoqués, puisque pour une fois, on a un professeur de défense qui enseigne vraiment (n’en déplaise à Rogue, le jaloux).
    Dans ce tome, on aperçoit un peu du potentiel magique de Harry. Là où dans le tome 1 il avait compté sur son sang et dans le tome 2 sur Fumseck et une épée, ici il nous démontre qu’il a de grandes capacités, une baguette à la main, quand il apprend à se protéger des détraqueurs. On ne fait encore qu’effleurer le sujet, mais le professeur laisse entendre que les quelques essais qu’il fait démontre un grand potentiel, surtout à son jeune âge.
    Ce tome est plus sombre que les précédents. Les caractères s’affirment davantage et il peut y avoir des tensions entre les trois amis, surtout entre Hermione, toujours raisonnable mais qui n’hésite plus à se dresser contre ses amis pour leur bien, et les garçons qui sont toujours du genre à foncer tête baissée.
    Avec sa rencontre avec les détraqueurs Harry réalise pleinement que son passé le rend différent des autres, avec un passé plus sombre qui va définir son avenir.
    Il se rend compte aussi que le monde est injuste et que les adultes ne seront pas forcément là pour l’aider et le défendre mais qu’ils pourraient bien se révéler décevants et le laisser affronter seul ce que l’avenir lui réserve.
    Le tome se termine sur une promesse de se voir très vite autour d’un évènement d’importance pour les sorciers : la coupe du monde de quidditch.

    Un extrait : bien des égards, Harry Potter était un garçon des plus singuliers. Tout d'abord, il détestait les vacances d'été, c'était la période de l'année la plus déplaisante à ses yeux. Ensuite, il tenait absolument à faire ses devoirs de vacances, mais il était obligé de les faire en secret, au beau milieu de la nuit. Enfin, il faut également signaler que Harry Potter était un sorcier.

    Minuit approchait. Les couvertures tirées par-dessus sa tête comme une tente, Harry était allongé à plat ventre sur son lit, une lampe torche dans une main, un livre relié plein cuir ouvert sur son oreiller. Il s'agissait d'une Histoire de la magie par Adalbert Lasornette. Les sourcils froncés, Harry Potter fit courir le long de la page la pointe de la plume d'aigle qu'il tenait dans son autre main. Il cherchait des idées pour une dissertation sur le sujet suivant: « La crémation des sorcières au XIVe siècle était totalement inefficace: commentez et discutez. »

     Sa plume s'arrêta au début d'un paragraphe qui semblait lui convenir. Harry remonta sur son nez ses lunettes rondes, approcha sa lampe torche du livre et lut ce qui était écrit:

    Au Moyen Age, les personnes dépourvues de pouvoirs magiques (appelées communément « Moldus ») ressentaient une terreur particulière à l'égard de la sorcellerie, mais étaient souvent incapables de reconnaître ceux qui la pratiquaient vraiment. Lorsque, par extraordinaire, un sorcier ou une sorcière doté de réels pouvoirs magiques était capturé, sa condamnation au bûcher n'avait aucun effet. Le condamné se contentait de jeter un simple sortilège de Gèle-Flamme, puis faisait semblant de se tordre de douleur dans l'apparente fournaise alors qu'en réalité, il n'éprouvait qu'une agréable sensation de chatouillis. Gwendoline la Fantasque, par exemple, était toujours ravie de se faire brûler vive, à tel point qu'elle s'arrangea pour être capturée quarante-sept fois sous divers déguisements.

    Harry tint sa plume entre ses dents et glissa une main sous l'oreiller pour prendre une bouteille d'encre et un rouleau de parchemin. Avec des gestes lents et précautionneux, il dévissa le bouchon de la bouteille, trempa sa plume dans l'encre et se mit à écrire en s'arrêtant de temps à autre pour tendre l'oreille. Car si l'un des membres de la famille Dursley se rendait dans la salle de bains à cet instant et entendait au passage le grattement de la plume sur le parchemin, Harry avait toutes les chances de passer le reste de l'été enfermé dans le placard sous l'escalier.

  • Le tiercé du samedi #114

    podium.jpg

    Rappel du principe: Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé.

    A la fin de chacun de ces Rendez-vous, j’indiquerai le thème de la semaine suivante.

    Ce Rendez-Vous Livresque a été inspiré de « The Saturday Awards Book » créé par l’Echos de mots, et qui n'existe plus aujourd'hui.

    Comme annoncé la semaine dernière, le thème d'aujourd'hui est:

    Les trois livres que vous avez tellement recommandé que l’éditeur devrait vous payer pour la pub faite

     

    Alors pour ma part, le trio gagnant est:

     

     coupe de bronze.jpg

    Le joyau

     

     

    Le joyau T01.jpg

     

     

     coupe d'argent.jpg

    Deux sœurs pour un roi

     

     

    deux soeurs pour un roi.jpg

     

     

     coupe d'or.jpg

    Nymphéas noirs

     

     

    nympheas noirs.jpg



    Pour la semaine prochaine, le thème sera: Les trois livres dont vous avez su dès les premiers chapitres que ce serait un coup de cœur ?

    Et n'hésitez pas à laisser en commentaire le lien vers votre propre tiercé du samedi!

  • [Film] Vaiana : La légende du bout du monde

    Vaiana Affiche.jpg


    Titre original
     : Moana

     

    Réalisé par : John Musker, Ron Clements

     

    Date de sortie : 30 novembre 2016

     

    Genre : Film d’animation

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h47

     

    Casting (voix françaises) : Cerise Calixte (Vaiana), Anthony Kavanagh (Maui), Adrien Antoine (Tamatoa), Jean-Luc Guizonne (Chef Tui)…

     

    Résumé : Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des innombrables îles de l'Océanie. Mais pendant le millénaire qui suivit, ils cessèrent de voyager. Et personne ne sait pourquoi...

    Vaiana, la légende du bout du monde raconte l'aventure d'une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d'action, de rencontres et d'épreuves... En accomplissant la quête inaboutie de ses ancêtres, Vaiana va découvrir la seule chose qu'elle a toujours cherchée : elle-même.

     

    Mon avis : Dans sa version originale, l’héroïne, et pour le coup le dessin animé, s’appelle Moana, qui veut dire Océan (ce qui semble logique quand on voit le sujet de l’histoire), Or, en Europe, voilà la jeune femme rebaptisé Vaiana (qui veut dire eau de roche, me semble-t-il). Le raison en est tout simple : c’est la faute du sacro-saint capitalisme. Moana est une marque européenne de produits cosmétiques et celle-ci a tout simplement refusé à Disney le droit d’utiliser le mot (autant vous dire que, rien que pour ça, je ne risque pas d’acheter des produits de la marque… de quel droit est-ce qu’ils s’attribuent ainsi un mot de la vie courante, même s’il est en Maori ?).
    Donc Disney a dû s’adapter et rebaptiser son héroïne, du moins en Europe.
    Depuis toujours, quand sort un Disney, je me jette dessus, certaine de l’adorer. Bien sûr, il y en a eu quelques-uns avec lesquels je n’ai pas accrochés, tels que Lilo et Stitch, Bienvenue chez les Robinson ou Les Mondes de Ralph et d’autres, surtout pour les animés en collaboration avec Pixar (comme Toy Story, Les Indestructibles, cars, ou plus récemment Vice-versa).
    Cette année 2016 nous a gâtés ! Après le génialissime Zootopie au début de l’année, Disney rempile, moins d’un plus tard avec Vaiana !

    Vaiana Vaiana.jpg

    Vaiana est inspiré d’un mystère : l’arrêt brutal pendant près d’un millénaire des explorations par voie de mer du peuple polynésien qui pourtant étaient très actifs dans ce domaine depuis 2000 ans. Personne n’a jamais pu déterminer le pourquoi de cet arrêt des explorations.
    Je suis incapable de dire quel est l’élément que j’ai préféré. Vaiana comme Maui sont très attachants, chacun à sa façon.

    Vaiana maui.jpg

    L’océan, représenté par une vague ressemblant vaguement au blob n’a pas besoin de parole ou de visage pour provoquer des situations hilarantes

    vaiana océan.gif

    et franchement, je ne sais pas comment décrire Hei-hei, le poulet qui, je pense, obtient sans mal la palme de l’animal le plus stupide de toutes l’histoire de Disney… Ah si…Quand même !

    vaiana hei-hei.jpg

    Une des grandes différences avec la plupart des Disney est que Vaiana n’est pas une princesse (elle insiste là-dessus : elle est fille de chef, pas princesse) et il n’y a AUCUNE histoire d’amour : non seulement Vaiana ne cherche pas de « prince charmant » mais elle n’en trouve pas un par hasard non plus (oui parce qu’au sens strict, Raiponce et Tiana ne cherchait pas spécifiquement un amoureux, ça leur est plutôt tombé sur le coin du museau sans prévenir). Ici, s’il y a bien un personnage masculin, la relation avec Vaiana ne dépasse pas une belle amitié. La dernière qui ne cherchait ni ne trouvait l’amour était la princesse de Rebelle (et là c’était vraiment une princesse).
    Vaiana n’est pas non plus du genre : Je vaincrais quoi qu’il arrive. Elle doute beaucoup d’elle-même, se remet sans cesse en question et fait pas mal d’erreur, surtout en navigation. Franchement sans Maui et l’Océan, elle se serait noyée avant même de quitter les abords de son île !
    Il y a quelques chansons, assez sympa, mais qui ne prennent pas trop le pas sur l’histoire, même si bleu lumière va surement être repris en boucle par les enfants pour remplacer le « libérée, délivrée » de la reine des neiges (parents, faites-vous une raison, vous, vous ne serez JAMAIS libérés !).
    je ne saurais que vous recommander ce disney, mais je ne suis peut-être pas objective : je suis FAN !


  • [Livre] Un robe couleur du temps – T01 – A bord du Titanic

    une robe couleur du temps.jpg

    Résumé : Louise, 12 ans, n’a qu’un mot à la bouche : la mode, la mode, la mode ! Alors, quand elle reçoit l’invitation des mystérieuses Glenda et Marla à une « Vente Vintage pour les Fashionistas Voyageuses », elle se voit déjà dénicher la robe de ses rêves. Elle sera la plus belle pour aller danser au bal du collège ! Au magasin, Louise a un véritable coup de foudre vestimentaire. Mais à peine a-t-elle enfilé la robe qu’elle perd connaissance. À son réveil, elle se retrouve dans la peau de Miss Baxter, actrice prodige de 17 ans, près d’un siècle dans le passé, en pleine croisière... Cette aventure magique va-t-elle virer au naufrage ?

     

    Auteur : Bianca Turetsky

     

    Edition : Hachette

     

    Genre : Jeunesse

     

    Date de parution : 24 août 2011

     

    Prix moyen : 7€

     

    Mon avis : Au début de ma lecture, j’ai été assez dubitative. Je trouvais l’écriture vraiment jeunesse et le manque de profondeur des personnages me gênait un peu.
    J’ai quand même insisté et heureusement ! Dès qu’on bascule sur le Titanic, on oublie les faiblesses de l’écriture et le manque de développement des personnages pour se plonger dans une histoire bien menée et rythmée.
    Louise est parfois un peu trop naïve et irréfléchie (comme quand elle demande à regarder la télé alors qu’elle se trouve en 1912) mais on a tendance à oublier qu’elle n’a que 12 ans et oui, n’en déplaise à celles qui ont un peu plus que ça aujourd’hui et qui pense qu’elles étaient vraiment plus matures à cet âge-là, c’est une impression ! On n’était vraiment pas fut-fut à 12 ans !
    Je trouve que le personnage aurait dû être plus âgé, pour plus de crédibilité. Parce que déjà entre 12 ans et 17 ans à la même époque, il y a une énorme différence en terme d’expérience, de maturité et d’état d’esprit, mais la différence entre 12 ans en 2011 et 17 ans en 1912 est énorme. A 17 ans, en 1912, on était une femme adulte que l’entourage s’attendait à voir se marier, avoir des enfants, se comporter en parfaite femme du monde… On n’était plus vu comme une petite fille, ni même comme une adolescente. Celles qui ne venaient pas de familles aisées étaient déjà sur le marché du travail.
    Louise ne réalise pas tout de suite qu’elle est sur le Titanic, mais à sa décharge, elle n’a pas vraiment écouté avec attention ses cours d’histoire (que celle qui n’a jamais rêvé en cours lui jette la première pierre) et le film de James Cameron étant sorti quelques années avant sa naissanceIl est paradoxalement trop vieux (comprendre pas une nouveauté qu’elle peut aller voir au ciné avec ses copines), mais trop récent pour l’intéresser (Elle est plus passionnée par les films de Marilyn Monroe ou de Vivien Leigh). Bref, le Titanic, c’est très vague pour elle !
    J’aurais certes aimé plus de profondeur, un développement plus abouti, mais j’ai bien aimé ces passages où Louise se rend compte à quel point personne n’écoutait une femme à l’époque et combien c’était frustrant pour elle de savoir quelque chose et de ne pas réussir à le faire admettre à son entourage.
    J’aurais aussi aimé en savoir plus sur Marla et Glenda, même si le peu qu’on les voie ne me les a pas forcément fait apprécier.
    Il y a deux autres tomes sur cette série, je pense que je me laisserais tentée.

    Un extrait : Cette nuit-là, Louise rêva du bal. C’était bien celui des cinquièmes, mais rien n’avait l’air normal. Le gymnase s’était transformé en salle de danse. Tous les visages étaient à la fois étrangement familiers et étrangement différents. Ils ressemblaient à ceux de ses amis, mais ce n’était pas eux. Louise réalisa qu’elle ne devait pas être à la bonne soirée pile au moment où un garçon avec un sweat-shirt à capuche noir passa devant elle sur son skate. Elle courut après lui en criant « Todd ! », espérant qu’il lui indiquerait où aller. Mais il ne se retourna pas. Comme si elle n’était pas là.

    Louise se réveilla en sursaut. Elle jeta un œil à son radio-réveil : la lumière rouge indiquait 2 h 20. Pourquoi était-elle si stressée à l’idée de ce bal ? À quoi voulait-elle échapper ? Elle ne pensait qu’à ça ! Elle se tourna dans tous les sens le reste de la nuit. Elle n’avait dormi que cinq heures quand son réveil sonna à 7 h 17 le lendemain matin. Une nouvelle journée de cours se profilait.

    Louise s’extirpa de son lit. Elle retira son immense tee-shirt de nuit Gap pour se glisser dans son pull vintage préféré en cachemire lavande, qui n’avait qu’un minuscule trou de mite au coude, son Levi’s délavé à la perfection et des Converse rose flashy. Elle tira ses cheveux en arrière et les coinça en chignon avec un chouchou bien serré, sans laisser à la moindre boucle la chance de s’évader.

    Elle prit un autre cliché avec son Polaroïd, l’étiqueta « 15 avril » et l’observa se développer lentement. Rien. Pas de changement. Excepté deux cernes sous ses yeux qui lui donnaient l’air hanté. La journée avait à peine commencé, et elle était déjà épuisée.

    Comme chaque matin, elle arracha une page à son calendrier horoscope du signe de la Vierge, dans l’espoir de découvrir une prédiction excitante. Aujourd’hui elle eut droit à : « Vous allez entreprendre un intéressant voyage. Restez vous-même et savourez l’aventure ! » Ah ha ! Peut-être arriverait-il quelque chose dans le bus scolaire qui passerait dans vingt minutes ?

    – Bonjour, ma chérie, l’accueillit Mme Lambert avec affection, sur un ton étonnamment plein d’entrain pour une heure si matinale.