Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Selene raconte... - Page 2

  • [Livre] La disparue de noel

    La disparue de noël.jpg

     

    Résumé : En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ? Que cache la disparue de Noël ?

    Auteur : Rachel Abbott

     

    Edition : Belfond

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 02 Novembre 2017

     

    Prix moyen : 22€

     

    Mon avis : Je ne connaissais cet auteur que de nom mais j’avais lu suffisamment de bonnes chroniques de ce thriller pour tenter le coup. Et je n’ai pas été déçue.
    Dès le prologue, je n’arrêtais pas de me demander qui voulait du mal à Natasha et sa mère, Carolyne et surtout qui avait appelé pour tenter de mettre Carolyne en garde. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû comprendre plus tôt qui était au bout du fil, mais j’étais trop prise dans le thriller pour raccrocher ce détail aux wagons.
    Le récit alterne entre le point de vue d’Emma, la nouvelle femme du veuf de Carolyne, David, et celui de Tom, policier qui ne se remet pas de la mort de son frère, lequel avait été le petit ami d’Emma.
    Les chapitres sont assez courts et donnent un rythme effréné au récit qui ne se déroule que sur quelques jours.
    Je comprends la réaction d’Emma quand Tasha réapparait d’on ne sait où après 6 ans de disparition. David, lui, ne voit que le fait qu’il a récupéré sa fille et semble se moquer de savoir ce qu’a été sa vie pendant ces 6 années. Tout ce qui compte pour lui et qu’ils soient réunis. Emma, elle, réagit de manière plus détachée car elle n’a pas de lien avec Tasha. Tout ce qu’elle voit, c’est une adolescente agressive qui refuse de parler à la police et qui pourrait être un danger pour son bébé à cause de son instabilité.
    Dans le résumé, on nous dit : que cache la disparue de Noël ? Je m’attendais à une tension de plus en plus insoutenable jusqu’à ce que le vrai visage de la réapparue se dévoile. Mais en réalité, on sait très vite ce que cache Tasha puisque le thriller ne commence vraiment qu’à compter du moment où elle se dévoile.
    Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Tom et son équipe qui agissent vraiment avec précaution et sans jamais considérer Emma et les siens comme des pions qui n’ont pas leur mot à dire.
    Emma est forte et, même si elle n’a aucun goût pour la violence, elle n’hésite ni à se mettre en danger, ni à foncer dans le tas pour protéger sa famille.
    David est un faible. Il ne réagit jamais, comme si tout allait finir par s’arranger sans qu’il ait à lever le petit doigt. C’est un homme qui se laisse porter par le courant et semble toujours choisir la solution de facilité. Plus d’une fois j’ai eu envie de lui taper dessus. Vraiment, il m’a insupporté pendant tout le roman.
    Pour Tasha, je suis partagée. D’un côté, elle est agressive, manipulatrice, elle semble ne pas avoir le moindre sentiment à part une immense haine dirigée vers son père. Elle fait tout pour qu’Emma ne l’aime pas mais on sent qu’elle n’a pas vraiment quelque chose contre elle, qu’elle veut juste maintenir une distance.
    Au final, malgré certains aspects de sa personnalité (qui sont facilement excusable au fur et à mesure qu’on découvre sa vie) et certaines de ses actions (qui sont, elles aussi excusables quand on pense qu’il ne s’agit que d’une adolescente), je crois que je l’ai bien aimé. En tout cas, j’ai eu beaucoup de compassion pour elle.
    J’ai été un peu frustrée par la fin. J’aurais aimé quelque chose de plus tranché sur deux des personnages et rester ainsi dans l’interrogation m’a un peu déçue.
    Mais, malgré ce tout petit détail, j’ai vraiment adoré ce livre que j’ai quasiment lu d’une traite.

     

    Un extrait : Un rayon de soleil filtrant à travers les nuages noirs illumina la fenêtre de la cuisine, faisant disparaître le reflet comme s’il n’avait jamais existé. Instinctivement, Emma s’accrocha au rebord de l’évier. Avait-elle pu imaginer tout cela ? Mais le soleil avait à peine eu le temps de percer qu’il fut chassé par les nuages. Et le reflet réapparut.

    Sans quitter des yeux cette image fantomatique qui devenait de moins en moins nette à mesure que la lumière à l’extérieur passait du noir au gris, Emma se mit à tâtonner devant elle, cherchant une arme potentielle. Mais il n’y avait rien d’autre sur l’égouttoir qu’un bol en plastique. Sans réfléchir, elle tendit le bras vers le panier à couverts et éprouva une douleur aiguë suivie d’une sensation de chaleur liquide au moment où elle referma sa main sur la lame d’un couteau désosseur. Nerveusement, elle fit remonter ses doigts humides et poisseux le long de l’acier pour empoigner le manche.

    Ne voulant pas briser le fragile contact visuel, ne serait-ce qu’une seconde, de crainte que la personne ne se déplace, ne se rapproche d’elle ou d’Ollie, ne quitte son champ de vision ou ne parte vers le hall, où elle serait contrainte de la suivre, Emma inspira profondément et se retourna, appuyant ses jambes, soudain devenues faibles, contre le placard sous l’évier.

    Le cœur battant, la gorge trop serrée pour lui permettre de hurler, elle regarda fixement la personne qui se trouvait en face d’elle, tandis que des décharges d’adrénaline lui traversaient le corps, comme pour la préparer au combat ou à la fuite.

    C’était une toute jeune fille, presque une enfant.
    Elle était de constitution fine, avec des cheveux blonds hirsutes qui retombaient au niveau de ses épaules sur un duffle-coat gris élimé, dans les poches duquel elle avait enfoncé ses mains. Les yeux dont Emma avait vu le reflet dans la fenêtre étaient hypnotisants. Grands, ovales et d’un gris-vert sombre semblable à celui de l’océan quand il est agité par la tempête, ils cillèrent légèrement au moment où Emma brandit le couteau. Mais la jeune fille ne bougea pas.

    Emma reposa l’ustensile sur le plan de travail de l’îlot, mais ne lâcha pas son manche. Elle ne savait pas ce que voulait cette fille, mais malgré son jeune âge, elle ne lui faisait pas confiance.

    « Qu’est-ce que tu fais dans ma cuisine ? lui demanda-t-elle. Sors d’ici tout de suite, ou j’appelle la police. »

    L’adolescente ne bougea pas. Et elle continua de regarder Emma. Ses yeux étaient rivés sur son visage, et la jeune femme crut y lire de l’hostilité, mais peut-être était-ce de la confusion ou de la peur.

     

    adoré 5 étoiles.jpg

  • [Livre] L'ultime refuge

    L'ultime refuge.jpg

     

    Résumé : Depuis qu’un inconnu lui envoie des photos inquiétantes sur lesquelles elle croit se reconnaître, Jo Hathaway vit en permanence dans la terreur. Une terreur qui monte encore d’un cran le jour où elle s’aperçoit que l’un des clichés ne la représente pas elle, mais sa mère, Annabelle, disparue vingt ans plus tôt sans laisser de traces… Peu après, la photo est subtilisée dans son appartement. Sans preuve à fournir à la police, et épuisée par la tension et la peur, Jo se réfugie alors dans la maison familiale, sur une île au large de la Géorgie. Là, espère-t-elle, elle sera en sécurité. Mais, dans ce lieu où flotte encore l’ombre d’Annabelle, le danger est partout. Et Jo pourrait bien avoir trouvé là son dernier refuge…

    Auteur : Nora Roberts

     

    Edition : Best Seller Harlequin

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 01 Juillet 2005

     

    Prix moyen : 8€

     

    Mon avis : J’ai trouvé qu’on avait là un thriller psychologique prometteur. Le tueur cherche à bouleverser Jo Ellen en lui envoyant de nombreuses photos d’elle, au milieu desquelles il glisse des photos de sa mère avant de faire disparaitre ces dernières. Jo Ellen qui est restée traumatisée par l’abandon de la famille par sa mère 20 ans plus tôt, qui s’est coupé de sa famille, qui n’a quasiment aucune vie personnelle et ne vit réellement que pour son métier. Autant dire que, n’ayant personne à qui se confier, Jo Ellen sombre. Son arrivée sur l’île de son enfance ne pas guère arranger les choses. Déjà, on comprend très vite que le tueur l’a amenée très exactement où il voulait qu’elle soit, ensuite on ne peut pas dire que Jo Ellen soit aidée par sa famille (cela dit, elle ne leur dit rien non plus, mais on peut comprendre.) son frère ne pense qu’à maintenir l’affaire familiale à flot, sa petite sœur est rongée par la jalousie et a l’impression que la réussite de Jo Ellen l’empêche de réussir elle-même et la condamne à rester sur l’île, quant au père, il ne s’est pas remis du départ de sa femme et ne s’occupe de rien sauf de la sauvegarde de sa chère île. Au milieu de ça, Kate, la cousine qui a dû remplacer la mère essaie de réunir la famille et de les forcer à s’ouvrir les uns aux autres.
    Le problème que j’ai eu avec ce livre est que, dès que Nathan arrive et raconte son histoire, j’ai su qui était celui qui traquait Jo Ellen. J’avais même un énorme doute sur toute l’histoire. Mais j’ai quand même laissé le bénéfice du doute à Nora Roberts en me disant que, peut-être, il y aurait un coup de théâtre. Mais non, tout ce que j’avais soupçonné s’est réalisé. Je n’ai même pas eu à faire marcher mes petites cellules grises, comme dirait Poirot, et ça, c’est vraiment un truc qui me manque dans un thriller. Ça m’énerve quand l’auteur ne laisse pas la moindre chance au lecteur de démasquer le coupable, mais trouver trop vite est aussi très frustrant (sauf si tout l’intérêt du livre est la manière d’arrêter le coupable plus que son identité !).
    Pour finir, je dirais que j’ai bien aimé le côté reconstruction familiale du livre, mais que le côté thriller ne m’a pas interpellé, étant bien trop prévisible.

     

    Un extrait : Et maintenant, elle se retrouvait à son point de départ… Par excès de confiance et, surtout, de naïveté.
    « Bah ! Ce n’est que temporaire, se répéta-t-elle. Dans un peu moins d’un an, elle aurait vingt-cinq ans et entrerait en possession de son héritage – ou de ce qu’il en restait. Alors elle repartirait pour New York et, cette fois, se montrerait plus avisée, plus prudente. Elle prendrait une année sabbatique et, un beau jour, se retrouverait sur une scène, sous les feux des projecteurs, enivrée par la ferveur et l’admiration du public qui monteraient jusqu’à elle en vagues enthousiastes.
    Et elle serait enfin quelqu’un.
    Et pas seulement la plus jeune fille d’Annabelle.

    Elle apporta les dernières assiettes sales dans la cuisine tandis que Brian s’affairait déjà à remettre tout en ordre.
    Plus de vaisselle ni de poêles huileuses dans l’évier, plus de déchets ni de graisse sur le comptoir. Tout en sachant que c’était un geste stupide, Lexy posa une tasse encore remplie de café sur la pile d’assiettes propres. Le café se renversa et la tasse, déséquilibrée, alla se briser sur le carrelage.
    « Oups ! » fit-elle avec un sourire narquois.
    « On dirait que ça te fait plaisir de jouer à l’imbécile, Lex », remarqua froidement son frère. « Dans ce domaine, je dois dire que tu excelles.
    - Vraiment ? »
    Elle lâcha la pile d’assiettes qui se fracassa à son tour sur le sol. Des restes de nourriture et des éclats de porcelaine s’éparpillèrent à travers toute la cuisine. « Et ça ? fit-elle, c’est bien joué aussi ?
    - Bon Dieu, Lex ! Qu’est-ce que tu cherches à prouver ? Que tu es toujours aussi destructrice ? Tu crois peut-être qu’il y aura toujours quelqu’un derrière toi pour réparer tes conneries ? »
    Il bondit vers un placard et revint, armé d’un balai qu’il lui tendit.
    « Ramasse ça tout de suite ! »
    Elle regrettait déjà son geste impulsif mais, par pur entêtement, refusa d’obtempérer. « Fais-le toi-même. Après tout, ces précieuses assiettes sont les tiennes…
    - Tu vas obéir, sinon je t’assure que je vais te casser le balai sur le dos !

    - Essaie un peu, Bri ! »

    Elle se dressa, toute droite, pour l’affronter. Une petite voix intérieure lui soufflait qu’elle avait tort de se comporter ainsi, mais c’était plus fort qu’elle.
    « Oui, essaie ! cria-t-elle, et moi, je t’écorche vif ! J’ai ai archimarre d’être traitée comme une moins que rien. Cette maison m’appartient autant qu’à toi !
    - Eh bien ! Je vois que rien n’a décidément changé, ici… »
    Ils se retournèrent en même temps, leurs visages empourprés de colère. Jo se tenait sur le seuil de la pièce, deux valises posées à ses pieds, l’air épuisé.
    « J’ai su que j’étais à la maison rien qu’en entendant le fracas de la vaisselle et l’écho gracieux de vos voix… »
    Instantanément, Lexy changea d’expression. Abandonnant sa mauvaise humeur, elle glissa son bras sous celui de son frère, se serrant contre lui.
    « Regarde, Brian. Un autre enfant prodigue de retour. J’espère qu’il reste encore un peu de veau gras.
    - J’aimerais bien une tasse de café », dit Jo en refermant la porte derrière elle.


    bonne lecture 3 étoiles.jpg

  • [Livre] Que ta chute soit lente

    que ta chute soit lente.jpg

     


    Résumé
     : Pour la star américaine Gaia Lafayette, la superproduction hollywoodienne dans laquelle elle s'apprête à tourner est enfin l'occasion d'être prise au sérieux, et pourrait même lui valoir une nomination aux Oscars... Pour la ville de Brighton qui accueille le tournage, c'est la promesse d'un formidable coup de publicité. Mais pour l'inspecteur Roy Grace, c'est un cauchemar ! Il est chargé de la protection de la diva. Or, quelques jours avant de rejoindre Brighton, Gaia est victime d'une tentative de meurtre perpétrée par un fan. Roy Grace est prévenu, un psychopathe erre dans la nature, sans doute est-il déjà arrivé à Brighton. Dissimulé dans l'ombre, il attend, épie, planifie... Son but ? Voir son étoile tomber !

    Auteur : Peter James

     

    Edition : fleuve noir

     

    Genre : Thriller

     

    Date de parution : 11 Septembre 2014

     

    Prix moyen : 20€

     

    Mon avis : Ce livre est le 8ème mettant en scène Roy Grace et le premier que je lis. Même si, au niveau de la vie personnelle des enquêteurs et sur certaines enquêtes passées, je pense que les réponses ou le début des évènements ont lieu dans les tomes, précédents, ça ne gêne absolument pas la lecture, des rappels étant faits à chaque fois de manière à ce qu’on comprenne sans problème de quoi il retourne. De plus, les enquêtes en cours dans ce tome sont indépendantes des autres tomes, et donc, le livre peut être lu sans problème par quiconque n’ayant jamais lu les précédents.
    J’ai beaucoup aimé que les policiers soient aux prises avec plusieurs affaires car souvent, dans les livres comme dans les films, on dirait que le monde s’arrête de tourner le temps de l’enquête. Ici, non seulement, il y a plusieurs affaires en cours, mais, quand les policiers doivent se concentrer plus particulièrement sur ces affaires-là, le commissaire laisse clairement entendre qu’il culpabilise de laisser tout le reste plus ou moins en suspens. En plus des affaires en cours, les enquêtes passées sont encore sur le devant de la scène, puisque les flics concernés doivent se préparer à aller témoigner devant le tribunal. Ainsi, en quelques lignes placées ici et là, l’auteur rappelle que le travail du policier ne s’arrête pas quand il passe les menottes à un suspect, et qu’il a rarement le luxe de pouvoir se consacrer pleinement à une seule enquête, d’autant plus qu’il doit souvent attendre un bon moment pour avoir les résultats scientifiques et que pendant cette attente, il ne reste pas les bras croisé, mais fait d’autres recherche.
    L’auteur met également en avant la dichotomie entre l’exigence de résultat, avec la pression constante des politiciens, et le manque de moyen financier et humain auquel sont confrontés les enquêteurs.
    A côté des enquêtes sur lesquelles planchent Roy Grace et son équipe dans ce tome, il y a des éléments qui donnent envie de découvrir la suite parce qu’on se dit : mais c’est quoi ce bordel ?
    Ces éléments sont essentiellement liés à la vie personnelle de Roy Grace, mais je pense que ça pourrait très vite tourner en enquête officielle.
    Si je me suis doutée assez vite que les différentes enquêtes avaient un point commun, même si cela n’en faisait pas forcément une seule et même affaire, j’avoue qu’il y a un élément que je n’avais absolument pas vu venir, et j’ai adoré parce que, certes, j’ai été bluffée, mais ce n’était pas incohérent et comme un cheveu sur la soupe.
    Il y a quelques mois, j’avais abandonné ce livre mais je l’avais gardé de côté en me disant que soit je n’aimais vraiment pas, soit ce n’était pas le bon moment pour lire un thriller de ce type.
    Je suis ravie de voir que le problème venait du timing et pas du roman en lui-même ! Comme ça, j’ai un autre auteur à mettre dans la catégorie : valeur sûre !

     

    Un extrait : Marla jeta un coup d’œil à sa montre. Elle avait un rendez-vous ce soir-là, et déjà deux heures de retard, à cause des exigences de Gaia… La routine. Avant elle, aucune assistante personnelle n’avait tenu plus de dix-huit mois. Aussi incroyable cela soit-il, elle venait d’entamer sa troisième année. Le job était difficile, les journées longues, le salaire pas mirobolant, mais c’était une expérience incroyable. Malgré sa relative dureté, sa patronne était attachante. Un jour, elle prendrait le large, mais ce moment n’était pas encore arrivé.

    — Pas de problème, répondit-elle.

    — Prends la Mercedes.

    La nuit était douce. Gaia était suffisamment intelligente pour savoir quand accorder une petite faveur.

    — Cool ! Je reviens tout de suite. Autre chose ?

    Gaia secoua la tête.

    — Tu peux garder la voiture jusqu’à demain matin.

    — Vraiment ?

    — Bien sûr, je ne sors pas.

    Marla adorait cette SL55 AMG gris métallisé. Elle se voyait déjà arpenter Sunset Boulevard jusqu’au bureau de tabac. Puis aller chercher Jay. Que lui réserverait la nuit ? Travailler pour Gaia était, chaque jour, une véritable aventure. Tout comme l’était chaque nuit, depuis qu’elle avait rencontré Jay. C’était un acteur débutant et elle avait décidé de l’aider à percer en surfant sur le réseau de Gaia.

    Ce qu’elle ignorait, en se dirigeant vers la Mercedes, c’est qu’elle était en train de commettre une grave erreur.

     

    Beaucoup aimé 4 étoiles.jpg

  • C'est lundi que lisez vous? #167

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    le zoo.jpg les gourmands mémorables.jpg Le charmant cottage d'Amelia.jpg

    le bonhomme de neige.jpg Le lac des cygnes.jpg Folle de lui.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    Le procès.jpg

    mes prochaines lectures.jpg

    84 charing cross road.jpg Le chaperon rouge.jpg Là où elle repose.jpg

    charley davidson T12.jpg le chant de la meute T4.jpg Crime et imposture pavé.jpg

     

    Et vous? Que lisez-vous?

  • Premières lignes #10

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !


    Cette semaine, je vous présente Fils unique de Jack Ketchum dont vous pouvez lire le résumé et ma chronique ICI

     

    fils unique.jpg

    Assez, pensa-t-elle.
    Ça suffit, bon sang !
    Le bébé pleurait.
    Le bébé voulait téter. Ou le bébé voulait être porté. Ou alors le bébé s’était chié ou pissé dessus ou peut-être voulait-il pisser ou chier sur elle, qu’il se retenait, emmagasinait tout ça, en attendant le bon moment, quand elle viendrait le changer et qu’il pourrait lui projeter sa merde en pleine figure. C’était déjà arrivé.
    Elle sortit du lit et marcha jusqu’au berceau. L’homme continua à dormir.
    Elle souleva le bébé et palpa sa couche. Sèche. Elle agita l’enfant de haut en bas. Il pleura de plus belle.
    Pas question de lui donner le sein !
    Ses mamelons étaient déjà bien assez endoloris comme cela.
    Elle était encore une belle femme et elle avait bien l’intention de le rester.
    À partir de demain, je te mets au biberon, pensa-t-elle. Je me fiche de l’avis des médecins. Je peux faire ce que je veux avec toi…
    Tu sais quoi ? Tu m’appartiens.
    Encore un peu éméchée à cause de tout le porto qu’elle avait bu avant le dîner, elle avait mal à la tête. Elle buvait peu. Excepté ces derniers temps. Elle n’avait qu’une envie : retourner se coucher et cuver. Mais non, elle devait de nouveau s’occuper du bébé. Toutes les nuits, la même histoire. Toutes les nuits, le bébé. Son mari ne se réveillait jamais. Et les rares fois où cela lui arrivait, il se contentait de rouler vers elle et de lui dire que le bébé pleurait. Comme si elle ne le savait pas déjà, comme si elle n’avait pas appréhendé ce moment…
    En tout cas, le bébé n’avait peut-être pas besoin de faire pipi, mais elle si.
    Elle prit le nourrisson avec elle, espérant que le trajet entre la chambre et les toilettes l’aiderait à se rendormir. On pouvait toujours rêver…
    Elle avança à pas feutrés dans le couloir qui menait à la salle de bains, releva sa chemise de nuit et s’accroupit, le bébé dans les bras, son visage rouge de colère et la bouche grande ouverte. Le bruit qui en sortait sans interruption lui sembla remplir la pièce minuscule. Elle sentit l’odeur forte de sa propre urine, mêlée à celle, chaude et charnelle, si caractéristique du bébé. L’odeur de ses larmes également.
    Certaines personnes aimaient l’odeur des bébés.
    Pas elle.
    Pour elle, son bébé ne sentait même pas comme un être humain.
    Quand elle se releva et tira la chasse, le bébé hurla.
    Pour de bon.
    Elle le secoua.
    — Bon Dieu ! le gronda-t-elle. Tu vas la fermer, oui ?
    Il se mit à pleurer. Elle eut l’impression qu’un vent brûlant soufflait en elle.
    Je vais te faire taire, tu vas voir. C’est terminé !

     

    Alors tentés?

  • Book Haul de juillet 2018

    book haul.jpg


    Bon, ce mois-ci, c'était mon anniversaire et, si je n'ai pas explosé le budget sur les livres, si on prend en compte tout le reste, le budget a bel et bien explosé! (rho ça va, c'est qu'une fois l'an!)

     

    Mes copines m'ont offert un livre qui me faisait très envie

    cadeau yas et vio.JPG

     

    Ma maman, elle, m'a offert deux superbes livres

    cadeau maman.JPG

     

    Et moi en fait, je n'ai fais que trois commandes (ça va, c'est pas énorme, hein?)

    Une à Amazon

    amazon.JPG

     

    Une sur décitre

    Décitre.JPG
    (J'ai jamais dis qu'il y avait qu'un seul livre par commande, vous noterez)

     

    Et une sur Priceminister sur la boutique de Gibert

    pricminister.JPG
    (ça va hein, c'est des occasions, je peux!)


    Au final, ça fait 18 livres ce mois-ci, dont 3 qu'on m'a offert et 8 occasions.
    Je pense que août va être très raisonnable! Ne serait-ce que, pour tenir ma résolution de 3 livres lus = 1 livres acheté, il faut que je lise encore 27 livres avant de pouvoir recommencer à acheter!

    Je ne sais donc pas s'il y aura un book haul en août, mais, dans le pire des cas, on se retrouve en septembre!

  • Bilan de lecture de juillet 2018

    Bilan lecture.jpg

     

    En juillet, j'ai lu 25 livres pour un total de 9318 pages

     

    Ce mois-ci, je n'ai pas lu de SP, seulement des livres pour mes challenges en piochant dans mes collections. Certains livres comptent pour plusieurs challenges d'ailleurs.

    Par exemple j'ai lu pour mon projet: Le tour du monde de la lecture, dont vous pouvez trouver le suivi ICI

    1000 coups de fouet.jpg Je voulais juste vivre.jpg

     

    J'ai également essayé de lire des pavé (plus de 500p pour les poches et plus de 350p pour les GF) pour mon challenge de saison

    sang maudit.jpg Le cercle secret pavé.jpg Le triangle maudit pavé.jpg

    L'étrangleur de Sandpoint pavé.jpg Manipulations.jpg menace à Manhattan pavé.jpg

    souviens toi du passé pavé.jpg Before I fall.jpg sisters.jpg

    Rue du bonheur.jpg

     

    Enfin, j'ai lu des livres, en piochant un peu au hasard dans ma PAL

    alpha et omega T5.jpg animorphs 18.jpg buffy cauchemar à Sunnydale.jpg

    buffy cauchemar d'une fin d'été.jpg esprit d'hiver.jpg eve dallas T16.jpg

    eve dallas T17.jpg le zoo.jpg les soeurs carmine T01.jpg

    les soeurs carmine T02.jpg Sois mère et tais toi.jpg Une irrésistible envie d'aimer.jpg

    vampire chicago HS.jpg

    Certaines de ces lectures ont été lu dans le cadre de la semaine à 1000, d'autres dans le cadre du Challenge des 4 maisons. Un mois plein de challenge qui m'a permis de faire drôlement baisser ma PAL!

     

    Bon du coup, je n'ai pas trouvé le temps de me plonger dans des films. Mais j'ai quand même réussi à regarder quelques séries, entre deux lectures!

    clem saison 3.jpg Clem saison 4.jpg

    engrenage saison 4.jpg suits saison 7.jpg

    C'est pas mal de faire descendre un peu la pile de séries à voir, mais en août, je vais essayer de voir quelques films, parce que là aussi, j'ai une sacré pile de films à voir (ou à revoir)!

     

    Enfin en juillet, c'était mon anniversaire et, outre les livres, qui feront l'objet d'un book haul demain, j'ai eu d'autres cadeaux.


    Mes copines Yas et Vio m'ont fait deux beaux cadeaux (et aussi un livre)

    lampe pierre de sel cadeau anniv yas allumée.JPG

    anniv cadeau yas et vio.JPG

     

    Ma maman n'était pas en reste

    cadeau anniv maman 1 fermé.JPG
    Fermé

    cadeau anniv maman 1 ouvert.JPG
    et ouvert

    cadeau anniv maman 2.JPG


    Et puis, l'occasion faisant le larron, j'en ai profité pour me faire un petit cadeau de moi à moi (oui... en plus des livres!)

    amazon 3.JPG

     

    Côté découverte, nous somme allé au restaurant Le Peron. Bon, en réalité, je le connaissais déjà. C'est un restaurant beaucoup orienté "poisson" mais ils ont toujours de la viande à la carte (parce q'on peut vouloir manger en bord de mer et ne pas aimer le poisson!)
    La vue est toujours aussi belle.
    En revanche, c'est un détail qui ne m'a pas dérangée mais qui peut déplaire, j'ai trouvé que les portions avaient diminuées (mais pas les prix!)

    peron 1.jpg
    Je n'ai pas de photos de l'intérieur, mais imaginez la vue!!

    Restaurant Le Peron

    56 promenade Corniche John Kennedy

    13007 Marseille

    https://www.restaurant-peron.com/

     

    C'est tout pour ce mois-ci! On se retrouve à la rentrée pour le bilan d'août!

  • Mes sorties du mois #35

    aout.jpg

     

    Chaque mois voit son lot de sorties, que ce soit en livres ou en films. 
    Chaque 1er mercredi du mois, je vous donnerai les sorties, parmi celles qui ont retenues mon attention.
    Voyons ce qui nous attend d'intéressant ce mois-ci!

     
    Que ce soit les livres ou les films, je vous laisse aller sur booknode ou allociné pour découvrir résumés et/ou bandes annonces.

     

    sorties du mois livres.jpg

    511oIi9yiIL._SX195_.jpg anita-blake,-tome-26---serpentine-1087928.jpg brexit-romance-1079719.jpg

    CVT_Le-sang-des-quatre_1287.jpg helena-1082527.jpg la-r-volte-1077658.jpg

    le-c-ur-converti-1078120.jpg les-femmes-des-terres-sal-es-1088396.jpg l-unit--alphabet-1089188.jpg

     

    sorties du mois films.jpg

    0850449.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 3333197.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 3485248.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
    3529250.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 5483730.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 

     

    Et vous? Vous avez repéré des sorties intéressantes pour ce mois d'août?

  • C'est lundi que lisez vous? #166

    c'est lundi que lisez vous.png

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

     

    Il s'agit de répondre à trois questions:

    Qu'ai-je lu la semaine passée?
    Que suis-je en train de lire?
    Que lirai-je après?

     

    lectures de la semaine passée.jpg

    1000 coups de fouet.jpg buffy cauchemar d'une fin d'été.jpg esprit d'hiver.jpg

    Je voulais juste vivre.jpg les soeurs carmine T01.jpg les soeurs carmine T02.jpg

    sang maudit.jpg Une irrésistible envie d'aimer.jpg

     

    lecture en cours.jpg

    le zoo.jpg

     

    mes prochaines lectures.jpg

     

    le bonhomme de neige.jpg Le chaperon rouge.jpg Le charmant cottage d'Amelia.jpg

    84 charing cross road.jpg Folle de lui.jpg Le procès.jpg

    Le lac des cygnes.jpg les gourmands mémorables.jpg

     

    Et vous? Que lisez-vous?

  • Premières lignes #9

    Premières lignes.jpg

    Premières lignes est un rendez-vous livresque mis en place par Aurélia du blog Ma lecturothèqueLa liste des participants est répertoriée sur son blog (Si ce n’est que son rdv est le dimanche et que je mettrai le mien en ligne chaque samedi).
    Le principe est de, chaque semaine, vous faire découvrir un livre en vous en livrant les premières lignes.
    Pour ma part, j’ai décidé de vous faire découvrir mes coups de cœurs !

     

    Cette semaine, je vous présente Ma raison de vivre de Rebecca Donovan dont vous pouvez lire le résumé et ma chronique ICI

    ma raison de vivre.jpg

    Inspirer.
    Souffler.
    Les yeux humides et la gorge serrée, j’ai avalé ma salive. Énervée par ma propre faiblesse, j’ai essuyé rageusement la larme qui glissait sur ma joue. Je devais chasser ces pensées. Et tenir le coup.
    Mon regard a erré sur les rares meubles de ce qui me tenait lieu de chambre : un vieux bureau et une chaise bancale achetés dans un vide-greniers, ainsi qu’une petite commode qui avait dû, elle aussi, connaître de nombreux propriétaires. Aucune photo aux murs, pas le moindre souvenir de ma vie d’avant. Cette pièce était mon refuge, le seul espace où je pouvais me retirer, cacher ma souffrance, à l’abri des regards assassins et des mots cinglants.
    Comment m’étais-je retrouvée là ? La réponse était simple : je n’avais pas d’autre endroit où aller. Ils étaient la seule famille qui me restait. Les seuls à pouvoir m’accueillir.
    Pour échapper à ces sombres pensées, je me suis allongée sur mon lit et j’ai essayé de me concentrer sur mes devoirs. En tendant le bras pour attraper mon livre de maths, j’ai laissé échapper un gémissement. La douleur était déjà bien là, une douleur lancinante qui me transperçait l’épaule. Les souvenirs ont aussitôt resurgi. La colère est montée en moi. J’ai serré les poings de rage, les mâchoires crispées, tandis que les images défilaient devant mes yeux.
    Respirer.
    J’ai fermé les paupières et pris une profonde inspiration pour laisser le vide m’envahir. Il fallait à tout prix lutter, ne pas laisser ces pensées gagner mon cerveau. Je me suis plongée dans mon livre.
    C’est un léger bruit à ma porte qui m’a réveillée, une heure plus tard. Je me suis redressée vivement et, scrutant l’obscurité de la chambre, je me suis efforcée de reprendre mes esprits.
    — Oui ? ai-je dit, tendue.
    — Emma ? a répondu une voix flûtée tandis que ma porte s’ouvrait tout doucement.
    — Tu peux entrer, Jack.
    Sa petite tête est apparue dans l’entrebâillement. Il a jeté un œil autour de moi avant de me regarder d’un air inquiet. Du haut de ses six ans, il avait déjà compris beaucoup de choses.
    — Le dîner est prêt, a-t-il annoncé en baissant les yeux.
    Il semblait presque malheureux d’être le messager de cette information.
    — J’arrive, ai-je répondu avec un sourire forcé.
    Tournant les talons, il est sorti de la chambre. De la salle à manger m’est parvenu le bruit des assiettes et des verres qu’on pose sur la table, accompagné du joyeux babillage de Leyla. Je connaissais la suite : dès que je rejoindrais la jolie petite famille, l’atmosphère se chargerait d’électricité. Comme si ma seule présence était un outrage à ce bonheur parfait.
    Je me suis armée de courage et, à pas lents et l’estomac noué, je les ai rejoints. Les yeux baissés, je suis entrée. Heureusement, elle ne m’a pas vue tout de suite.
    — Emma ! s’est écriée Leyla en se précipitant vers moi.
    À l’instant où je me suis penchée pour la prendre dans mes bras, j’ai senti cette douleur à l’épaule. Je me suis mordu les lèvres pour ne pas crier.
    — Tu as vu mon dessin ? m’a-t-elle demandé en montrant fièrement une grande feuille recouverte de coups de feutres roses et jaunes.
    Dans mon dos, j’ai deviné son regard meurtrier.
    — Maman, tu as vu mon tyrannosaure ! a lancé Jack pour attirer l’attention de sa mère.
    — Il est très beau, mon chéri, a-t-elle répondu.
    — C’est magnifique, ai-je glissé à Leyla. Va te mettre à table, maintenant, s’il te plaît.
    À seulement quatre ans, elle était à mille lieues d’imaginer que sa démonstration de tendresse avait déclenché les hostilités. J’étais sa grande cousine qu’elle adorait, elle était mon soleil dans cette maison de malheur. Comment aurais-je pu lui en vouloir de son affection ? Mais j’allais le payer cher.
    La conversation a repris et je suis redevenue invisible aux yeux de tous. Après avoir attendu qu’ils se soient servis, j’ai pris à mon tour du poulet et des pommes de terre. Sentant que chacun de mes gestes était épié, je n’ai pas levé les yeux de mon assiette. Ma maigre ration ne suffirait pas à calmer ma faim, je le savais. Mais je n’avais pas osé en prendre davantage.
    Elle parlait sans cesse, racontant dans ses moindres détails sa journée au bureau. Sa voix me retournait l’estomac. George, comme toujours, la réconfortait avec des paroles gentilles. Lorsque j’ai demandé à voix basse si je pouvais sortir de table, il m’a lancé un de ses regards insaisissables et a hoché la tête en guise d’autorisation.
    J’ai emporté mon assiette à la cuisine, ainsi que celles de Jack et Leyla qui avaient déjà filé dans le salon pour regarder la télé. Ma routine du soir commençait : débarrasser, rincer les assiettes avant de les mettre dans le lave-vaisselle, puis laver les plats et les casseroles que George avait utilisés pour préparer le dîner.
    J’ai attendu que tout le monde soit dans le salon avant de prendre ce qui restait sur la table. Après avoir fait et rangé toute la vaisselle, sorti les poubelles et passé la serpillière dans la cuisine, je suis retournée dans ma chambre. Le plus discrètement possible, j’ai traversé le salon où les enfants riaient et dansaient devant la télévision. Personne ne m’a remarquée, comme d’habitude.
    Je me suis allongée sur mon lit, j’ai mis mes écouteurs et ai monté le volume à fond pour laisser la musique m’envahir. Le lendemain, j’avais un match. Je rentrerais tard et n’assisterais donc pas à ce merveilleux dîner de famille. Une journée supplémentaire s’écoulerait, rendant plus proche le moment où, enfin, tout cela serait derrière moi. Quand je me suis tournée sur le côté, la douleur m’a cruellement rappelé ce que « tout cela » était. J’ai éteint la lumière et me suis laissé bercer par la musique pour trouver le sommeil.

     

    Alors, tentés?