Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Films

  • [Film] Au cœur de l'océan

    Au coeur de l'océan affiche.jpg

     

    Titre original : In the Heart of the Sea

     

    Réalisé par : Ron Howard

     

    Date de sortie : 09 décembre 2015

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h02

     

    Casting : Chris Hemsworth, Benjamin Walker, Cillian Murphy, Tom Holland, Brendan Gleeson, Ben Whishaw…

     

    Résumé : Hiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l'embarcation. À bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir…

     

    Mon avis : Le film nous raconte l’histoire vraie de l’Essex qui a inspirée Herman Melville pour l’écriture de Moby Dick. D’ailleurs, cette histoire est racontée à un Herman Melville à la recherche d’une bonne histoire par un vieil homme désargenté qui était lui-même, à l’âge de 14 ans, moussaillon sur l’Essex, et qui n’a jamais pu oublier l’expérience dramatique qu’il a alors vécut, plus de 40 ans plus tôt.
    L’Essex, c’était un baleinier du XIXème siècle (autant dire qu’on a connu construction plus solide) qui, au cours d’une chasse (les chasses duraient 2 ou 3 ans, puisque les bateaux ne revenaient qu’une fois pleins), a été confronté à l’agressivité exceptionnelle d’un énorme cachalot.
    Pendant la première heure se film (soit la moitié), on assiste à la vie sur un baleinier et aux scènes de chasse qui montrent tout le danger couru par les hommes (allez attaquer une baleine ou un cachalot, dans une petite barque en bois, armé d’un harpon).

    Au coeur de l'océan bateau.jpg

    Personnellement, même si j’ai eu un pincement au cœur très XXIème siècle devant la mise à mort du cachalot dont on voit la chasse, j’ai parfaitement conscience que la chasse à la baleine à l’époque n’avait rien à voir avec celles qu’on peut voir aujourd’hui. Déjà, les chasseurs le faisaient à la main, sans machine pour lancer le harpon ou pour fatiguer l’animal, (ils risquaient leur vie chaque fois qu’ils attaquaient), ensuite, les besoins étaient réels : il n’y avait ni essence ni pétrole et l’huile de baleine était indispensable pour s’éclairer. Le reste de l’animal, surtout les os et les fanons, étaient également utiles pour l’ameublement et d’autres objets du quotidien. On était donc loin des massacres gratuits auxquels on peut assister de nos jours.
    On peut constater, dans cette première heure de film, que si l’huile de baleine est précieuse, les hommes chargés de la ramener n’avaient aucune valeur aux yeux des armateurs.

    Le problème de la classe sociale est également mis en avant avec la nomination comme capitaine d’un jeune homme arrogant et inexpérimenté qui ne doit sa place qu’au nom prestigieux qu’il porte.

    Au coeur de l'océan capitaine.jpg

    Son second, expérimenté mais d’une classe sociale inférieure aurait sans aucun doute été bien plus compétent, mais les conventions sociales défiaient toute logique.

    Au coeur de l'océan second.jpg

    Au bout d’une heure de film, arrive la scène tant attendu par les afficionados d’émotions fortes : l’attaque du cachalot. Clairement, il ne fait pas dans la dentelle (et qu’est-ce qu’il est rancunier !) mais n’allez pas croire que vous allez passer une seconde heure à sursauter avec des attaques toutes les deux minutes… on n’est pas dans les dents de la mer !

    Au coeur de l'océan attaque.jpg

    Parce que l’histoire de l’Essex, ce n’est pas Moby Dick, qui est une fiction. Certes, on a un cachalot qui nous fond un fusible, mais l’histoire de l’Essex c’est avant tout le combat pour survivre qu’ont mené les naufragés.
    Je ne vous dirais pas combien de temps a duré leur calvaire ni ce qu’ils ont dû affronter, physiquement comme moralement (regardez le film !) mais j’ai beaucoup aimé la mise en scène.
    En particulier les filtres qui, s’ils peuvent choquer sur le moment, nous font ressentir la réverbération du soleil sur l’eau, qui devient de plus en plus vive au fur et à mesure de la fatigue et de la brûlure que cette réverbération provoque sur les yeux.
    Les acteurs ont suivi un régime très pauvre en calories pour rentrer dans la peau de naufragés qui n’ont plus rien à manger.
    J’ai trouvé Chris Hemsworth et Benjamin Walker très convaincant dans leurs rôle et j’ai apprécié de retrouver Brendan Gleeson (Maugrey Fol’œil dans Harry potter) et Michelle Fairley (Catelyn Stark dans Game of Thrones) même s’ils n’ont qu’un petit rôle.



  • [Film] Troie

    Troie affiche.jpg


    Titre original
     : Troy

     

    Réalisé par : Wolfgang Petersen

     

    Date de sortie : 13 mai 2004

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine :

     

    Durée : 2h35

     

    Casting : Brad Pitt, Eric Bana, Orlando Bloom, Rose Byrne, Diane Kruger, Brian Cox…

     

    Résumé : Dans la Grèce antique, l'enlèvement d'Hélène, reine de Sparte, par Pâris, prince de Troie, est une insulte que le roi Ménélas ne peut supporter. Agamemnon, frère de Ménélas et puissant roi de Mycènes, se saisit du prétexte pour tenter de conquérir la puissante cité fortifiée que personne n’a jamais réussi à faire tomber.

     

    Mon avis : Si on aime la castagne, dans ce film, on ne peut qu’être servi. Excepté les premières 20 minutes et quelques passages plus calme (et qui sont pour la plupart des combats un à un), on assiste à une longue bataille de plus de 2h.
    Pourtant, on ne s’ennuie pas. Les dialogues sont percutants et même si, au regard de la longueur du film, ils ne sont pas bien nombreux, ils arrivent à faire passer toute la trame de l’histoire en quelques phrases.
    Malgré quelques libertés mythologiques (Briseis transformé en vestale, Hélène qui n’a pas d’enfants, les sorts de Pâris, Menelas, Agamemnon, Hélène, Andromaque… qui diffèrent de la mythologie), on est emporté dans l’histoire (et puis la mythologie, ce n’est pas l’Histoire et on peut donc prendre des libertés plus facilement).
    La guerre de Troie dure une quinzaine de jours, et non pas 10 ans (ça aura évité des heures de maquillages aux comédiens !), ce qui fait que tout se passe très vite, sans temps mort.
    Les décors et les costumes sont superbes et on n’a pas lésiné sur le nombre de figurants.

    Troie figurants.jpg

    Une chose est à porter au crédit du réalisateur, tant elle est rare dans les films s’appuyant sur la mythologie : il n’y a aucune intervention des dieux. Certes les personnages en parlent, notamment Briseis qui, en tant que servante d’Apollon, appelle au respect envers chaque dieu, mais on ne les voit pas et ils ne sont pas des personnages à part entière.
    Certains trouve le début un peu long, pour ma part, je trouve que 25 minutes pour entrer dans le feu de l’action d’un film de 2h35 est plus que raisonnable !
    Au niveau des acteurs, Eric Bana est excellent dans le rôle d’Hector, tout comme diane Kruger est parfaite en Hélène.

    Troie Hector.jpg

    Brad Pitt fait un Achille très convaincant. J’ai plus de réserve sur Orlando Bloom. Déjà qu’il joue un personnage assez lâche, l’acteur fait pâle figure à côté de ses collègues.
    Les rôles secondaires sont excellents que ce soit Brian Cox dans le rôle du perfide Agamemnon, Saffron Burrows dans celui d’Andromaque ou Sean Bean encore dans celui d’Ulysse (qu’on voit malheureusement trop peu).

    Troie agamemnon.jpg

    Troie est un bon film, digne des meilleurs peplum (mais plus moderne). Il vieillit bien. Je l’ai regardé il y a quelques semaines et je n’aurais jamais dit que c’était un film qui a déjà 13 ans !


  • [Film] Fashion victime

    fashion victime affiche.jpg

    Titre original : Sweet Home Alabama

     

    Réalisé par : Andy Tennant

     

    Date de sortie : 11 décembre 2002

     

    Genre : Comédie sentimentale

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h49

     

    Casting : Reese Witherspoon, Josh Lucas, Patrick Dempsey, Candice Bergen, Jean Smart, Fred Ward, Mary Kay Place…

     

    Résumé : Melanie Carmichael a tout pour être heureuse : arrivée d'Alabama il y a sept ans, elle est aujourd'hui la styliste la plus en vue de New York. Elle fréquente le fils du maire de New York qui ne tarde pas à faire sa demande en mariage. Mais avant de s'engager, elle doit régler discrètement un tout petit détail : Jake, son mari, resté en Alabama. Contrainte d'obtenir rapidement sa signature pour le divorce, elle retourne dans sa ville natale. Le retour aux sources ne se fait pas sans heurts, et rapidement ce qui ne devait être qu'une formalité devient un vrai casse-tête sentimental.

     

    Mon avis : Mélanie incarne la réussite : la jeune femme d’un bled paumé du fin fond de l’Alabama qui réussit à New York et devient la styliste incontournable !
    Elle sort avec le plus beau parti de la ville et vient d’accepter sa demande en mariage.

    fashion victime melanie new york.jpg

    Tout devrait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, même en prenant en compte une belle-mère pas franchement emballée de voir son fils épouser une provinciale, mais Mélanie a omit de dire quelques petites choses à son fiancé.
    Tout d’abord, qu’elle vit sous un faux nom, que son cv est aussi faux que la plastique des femmes Kardashian et qu’elle n’est pas la fille d’un provincial, certes, mais riche comme Crésus. Non. Elle est la fille unique d’un couple de pecnos dont la principale activité est respectivement les confitures et les reconstitutions des batailles de la guerre de sécession. De toute évidence, elle a honte d’eux et de sa ville natale (faut reconnaitre qu’ils sont bien lourds et sans aucune classe) mais est aussi blessée qu’ils considèrent son ascension à New York un peu comme une trahison. Ses parents ne sont jamais venus la voir, alors même qu’elle leur a envoyé des billets d’avion, ses anciens amis se moquent d’elle, de ses tenues, de son métier…
    Mais la chose qu’elle a surtout évité de révéler à son fiancé, c’est qu’elle est déjà marié à un gars du coin (quand elle raconte comment s’est déroulé son mariage, on comprend qu’elle n’ait pas hésité à ficher le camp aussi vite que possible).

    fashion victime melanie alabama.jpg

    J’ai eu beaucoup de mal avec les personnages secondaires. La mère n’a pas l’air de savoir ce qu’elle veut : d’un côté elle refuse d’aller voir sa fille à New York et d’un autre elle ne veut pas qu’elle vienne en Alabama au risque de replonger dans une vie qu’elle ne veut pas la voir vivre.
    Le père, lui, est plus clair, mais aussi plus égoïste : il adore son gendre, et voudrait que sa fille cesse de se comporter en Yankee et rentre au bercail faire la bonne petite épouse de plouc.
    Bon c’est vrai que l’exaspération que ressent Mélanie devant le refus obstiné de Jack de signer les papiers du divorce la pousse à se montrer cruelle envers ses anciens amis.
    J’ai aussi trouvé que ses sentiments pour jack ne refont surface que quand elle se rend compte qu’il gagne bien sa vie et qu’il a fait son chemin.
    La fin est sans surprise, une telle comédie sentimentale ne pouvait finir que d’une seule manière, mais on passe quand même un excellent moment.



  • [Film] Igor

    Igor Affiche.jpg

    Titre original : Igor

     

    Réalisé par : Tony Leondis

     

    Date de sortie : 17 décembre 2008

     

    Genre : Film d’Animation

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h20

     

    Casting : William Coryn (Igor), Céline Monsarrat (Violette), Jean-François Vlérick (Rapidos), Nicolas Marié (Brain), Emmanuel Curtil (Docteur Schadenfreude)…

     

    Résumé : A Malaria, pays plongé dans la pluie et l'obscurité, les Inventions Maléfiques assurent la prospérité, sous le règne autoritaire du roi Malbert. Les inventeurs de ces Créations Maléfiques sont les Savants Fous, classe dominante du pays. Ils sont aidés de leurs assistants, les Igors, de malheureux bossus dont le destin est d'obéir.

     

    Mon avis : La critique est globalement assez sévère pour ce film d’animation que j’ai trouvé assez réussi.
    Certes, on est loin du visuel Disney, on se rapproche plus des animations Tim Burton avec beaucoup d’angles droits, mais le résultat est très réussi.
    Dans ce DA, on suit Igor, serviteur d’un savant fou, ainsi que le veut le destin de tous les Igor.

    Igor Igor.jpg

    Seulement le savant en question n’est pas très doué, contrairement à son serviteur qui se heurte à sa condition : les Igor n’ont pas le droit d’inventer.
    Qu’à cela ne tienne, suite à un concours de circonstance, Igor va se lancer dans l’invention de la plus terrible des créations maléfiques : la vie.

    Igor violet.jpg

    Comme presque toujours dans les DA, on a quelques personnages destinées à être loufoques, à apporter de l’humour quelle que soit la gravité de la scène qui se déroule. Ici ce rôle est tenu par deux inventions de notre Igor : Rapidos, un lapin dépressif mais, hélas pour lui, immortel, et Brain, un cerveau dans un bocal à la limite de la débilité.

    Igor rapidos et brain.jpg

    La trame de l’histoire est assez classique, la fin comme la morale qui en découle ne surprend pas (enfin, peut être que ça peut surprendre les plus petits, je ne sais pas), mais on passe un bon moment à suivre Igor dans ses aventures et à se demander quelle nouvelle catastrophe Rapidos et Brain vont bien pouvoir provoquer en voulant apporter leur aide.


  • [Film] ÇA, il est revenu

    Ca, il est revenu affiche.jpg

    Titre original : It

     

    Réalisé par : Tommy Lee Wallace

     

    Date de sortie : 16 octobre 1993

     

    Genre : Fantastique, Horreur

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 3h12

     

    Casting : Harry Anderson, Dennis Christopher, Richard Masur, Annette O'Toole, Tim Reid, John Ritter, Richard Thomas, Jonathan Brandis, Brandon Crane, Adam Faraizl, Seth Green, Ben Heller, Marlon Taylor, Emily Perkins, Tim Curry…

     

    Résumé : Une créature sans nom, Ça, répand la terreur et la mort dans la petite ville de Derry. Jusqu'à ce qu'une bande d'enfants mette fin aux agissements du monstre. Trente plus tard, les sept amis se réunissent à Derry : Ça est revenu...

     

    Mon avis : Adaptation assez fidèle du livre de Stephen King, Ça – il est revenu souffre un peu des effets spéciaux de l’époque (qui rendent complètement ridicule l’apparition physique de Ça quand il n’est pas caché sous son apparence de clown).
    Le jeu des acteurs n’est pas non plus des meilleurs. A chaque fois que j’entends Annette O’Toole dire, des trémolos dans la voix : Mais pourquoi Ça est-il aussi méchant, j’ai cette image dans la tête :

    1394575691-orangina-rouge-358b392.jpg

    Je me doute bien que l’adaptation cinéma de 2017 est bien plus effrayante et va rester bien plus ancrée dans les mémoire, mais bon, pour un simple téléfilm qui a plus de 20 ans, je trouve qu’ils ne se sont pas trop mal débrouillés.
    Il faut dire qu’ils n’ont pas été aidés avec le réalisateur qui ne casse pas des briques. C’est bien simple, je n’arrive pas à trouver un seul succès, un seul bon film, réalisé par lui. C’est, au mieux, un réalisateur de série z. Les acteurs adolescents et Tim Curry remontent le niveau mais peinent à porter le téléfilm à bout de bras.

    Ca, il est revenu tim curry.jpg

    Mais bon, il y a 24 ans, j’avais 12 ans, alors le jeu des acteurs, je m’en fichais un peu, j’avais la trouille (déjà que j’ai jamais particulièrement aimé les clowns)… c’est un peu comme les dents de la mer. Quand je vois les scènes aujourd’hui dans lesquelles on voit le requin de près, je me dis : oh le joli carton-pâte… Quand je l’ai vu, il y a près de 30 ans…. Ben j’ai eu une trouille d’enfer… et je n’ai quasiment plus refoutu les pieds à la mer depuis…
    Et il faut bien reconnaître à ce téléfilm qu’il a le mérite d’avoir fait découvrir le roman de Stephen King au plus grand nombre. Je ne pense pas être la seule à avoir voulu découvrir le livre, puis l’auteur, après avoir visionné le téléfilm.


  • [Film] Contre-enquête

    contre enquête affiche.jpg

    Titre original : Contre-enquête

    Réalisé par : Franck Mancuso

    Date de sortie : 07 mars 2007

    Genre : Thriller

    Pays d’origine : France

    Durée : 1h25

    Casting : Jean Dujardin, Laurent Lucas, Agnès Blanchot, Jean-Pierre Cassel…

    Résumé : Malinowski, Capitaine à la Crim', a l'habitude d'être confronté aux faits-divers les plus durs. Mais lorsque sa propre fille est assassinée, tout bascule. Bouleversés par sa détresse, ses collègues mènent l'enquête au pas de charge et un suspect est bientôt arrêté, puis condamné.
    Du fond de sa cellule, celui que tout semble accuser clame son innocence et décide d'écrire à Malinowski. Et s'il était innocent ? Face à la douleur du père qui a obtenu justice, le doute du flic s'installe peu à peu. Pour Malinowski, une contre-enquête solitaire commence...

    Mon avis : Dès les premières scènes, plusieurs choses peuvent frapper : déjà la fillette peut aller sur l’ordinateur sans aucune surveillance puisque non seulement elle en a un dans sa chambre mais en plus elle tape sans aucune hésitation le code parental, qui pour le coup ne sert plus à grand-chose ; ensuite, si son père juge sa tenue vestimentaire un peu légère, à son âge, elle ne fait certainement pas les boutiques seule et donc ses parents ont dû juger à un moment donné que ces vêtements étaient convenables à son âge. Donc si en tant que père, il trouvait cette tenue inappropriée, pourquoi est-ce qu’il la lui laisse porter (bon personnellement, j’ai juste trouvé un peu ridicule la juxtaposition des pantalons et de la jupette à volants, mais rien de choquant); enfin, quand Malinowski rentre du commissariat où il a fait un saut d’une heure et qu’il découvre que sa fille n’est plus là, il ne s’affole pas. La manière dont il dit à sa femme au téléphone « Elle s’est tirée » semble indiquer que ce n’est pas la première fois que la gamine se barre ainsi sans permission et sans aucune indication de là où on peut la trouver. Je trouve que laisser une gamine de son âge faire ce qu’elle veut est irresponsable.

    contre enquête fillette.jpg

    Je sais bien que sans tout ça, il n’y aurait plus eu de film, mais pour un couple Flic-médecin, je trouve les parents assez laxistes au niveau de la sécurité de leur fille.
    Jean Dujardin est vraiment bluffant dans ce film qui est bien loin des rôles comiques un peu ridicules qu’il campe en général. J’avoue que je l’ai préféré dans ce rôle plus sobre, plus sombre aussi, rempli d’émotions allant du désespoir à la froide détermination.

    contre enquête jean dujardin.jpg

    Tout au long du film, on sait qu’il y a manipulation, mais impossible de dire qui manipule qui, de celui qui est en prison, des flics qui ont expédiés l’enquête pour trouver au plus vite un coupable, du nouveau suspect qui se profile… jusqu’à la fin que j’ai trouvé explosive au sens émotionnel du terme.
    Le film va droit à l’essentiel. Il est très court par rapport aux films d’aujourd’hui, à peine 1h20 et il est donc impossible de digresser sur des histoires secondaires comme c’est souvent le cas. Ici on ne meuble pas, on est efficace et concentré sur une seule histoire. J’ai vraiment préféré ce type de réalisation que de devoir suivre plusieurs histoires dont au final la moitié finira en queue de poisson car elles ne servent qu’à rajouter des minutes au film.
    C’est la sobriété du film qui fait sa force. Quand, au début, le corps de la fillette est retrouvé, on ne s’attarde pas des heures sur le chagrin et le désespoir du père. A aucun moment on ne tombe dans l’excès et ça fait mouche.
    Un film qui m’a fait redécouvrir un acteur que j’appréciais déjà et que j’ai hâte de continuer à découvrir dans d’autres films que de la comédie.



  • [Film] We need to talk about Kevin

    We need to talk about Kevin affiche.jpg

    Titre original : We need to talk about Kevin

     

    Réalisé par : Lynne Ramsay

     

    Date de sortie : 28 septembre 2011

     

    Genre : Drame

     

    Pays d’origine : USA, Angleterre

     

    Durée : 1h50

     

    Casting : Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller, Ashley Gerasimovich…

     

    Résumé : Eva a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles entre parenthèses pour donner naissance à Kevin. La communication entre mère et fils s’avère d’emblée très compliquée. A l’aube de ses 16 ans, il commet l’irréparable. Eva s’interroge alors sur sa responsabilité. En se remémorant les étapes de sa vie avant et avec Kevin, elle tente de comprendre ce qu’elle aurait pu ou peut-être dû faire.

     

    Mon avis : We need to talk about Kevin est l’adaptation du roman éponyme de Lionel Shriver. Alors, comme en littérature on est moins snob qu’au cinéma, pour le livre, le titre a été traduit en « il faut qu’on parle de Kevin » (Franchement, ils auraient pu traduire le titre, d’autant plus que ça a été fait pour le livre. Mais bon, c’est déjà mieux que quand ils mettent un titre en anglais MAIS pas le même que l’original. Par exemple la série Army Wives qui en français est devenu American Wives…).

    Le livre est écrit à la première personne, à travers les yeux d’Eva, la mère de Kevin, qui s’adresse par lettre à son époux dont elle est séparée. Dans le film, on suit toujours Eva, on ne sait que ce qu’elle sait, mais il manque le côté chronologique qu’on trouvait dans ses lettres. Certes elle mêlait déjà passé et présent, mais c’était assez facile de distinguer les deux périodes. Ici les scènes s’enchaînent sans qu’on sache à quelle période on se trouve, sauf à scruter l’actrice qui a les cheveux un peu plus longs après le drame qu’avant. J’aurais apprécié que le passé et le présent soient différenciés par un changement de luminosité ou un adoucissement des contrastes, comme il est souvent d’usage de faire quand on change d’époque dans une même histoire.

    We need to talk about Kevin eva.jpg

    Je pense que si je n’avais pas lu le livre avant de voir le film, j’aurais eu beaucoup plus de mal à entrer dans l’histoire.
    Même si j’ai beaucoup aimé le film (oui, j’ai préféré le livre, mais c’est souvent le cas), j’ai eu quelques regrets.
    D’abord j’ai trouvé que la réalisatrice avait pris le parti de présenter la mère comme la responsable du comportement de son fils.
    J’ai trouvé un peu facile d’occulter le comportement inadmissible du père qui refuse le moindre blâme envers son fils. Dans le livre, on voit clairement que toutes les tentatives d’Eva pour contrôler et éduquer Kevin sont vouées à l’échec par l’aveuglement obstiné (et criminel) de son père (les nounous démissionnent, elles sont incompétentes, les profs se plaignent, ils n’aiment pas les enfants, les flics ramènent le gosse, ils ont forcément fait une erreur d’identification…). Tout cet aspect, bien présent dans le livre, est quasiment occulté dans le film. Ici le père n’assiste à aucune des bêtises de son fils et quand Eva le soupçonne de quelque chose, cela lui semble impossible (mais on peut le comprendre puisqu’il n’a jamais rien eu sous les yeux).

    We need to talk about Kevin pere.jpg

    Quand à la fin du film, elle a été très nettement édulcorée. Certes, vous me direz qu’elle est déjà horrible, mais la fin du livre n’est pas seulement horrible, elle est aussi symbolique.
    Un film sympa mais qui n’arrive pas à la cheville du roman.



  • [Film] Alice de l'autre côté du miroir

    Alice de l'autre côté du miroir affiche.jpg

    Titre original : Alice Through the Looking Glass

     

    Réalisé par : James Bobin

     

    Date de sortie : 01 juin 2016

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h50

     

    Casting : Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Anne Hathaway, Sacha Baron Cohen, …

     

    Résumé : Les nouvelles aventures d'Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps.

     

    Mon avis : Il y a quelques mois, je n’avais pas réussi à entrer dans l’histoire et j’avais éteins la télé après seulement une quinzaine de minutes de film.
    Et puis là, j’avais deux heures de tranquillité et je me suis dit : pourquoi pas ?
    Et cette fois, la magie Alice a opéré comme avec le premier opus : j’ai plongé à pied joint dans l’histoire !
    Dans cette suite d’Alice au pays des Merveilles, Alice, venu faire son rapport à Lord Ascot, apprend successivement que Lord Ascot père est décédé, que c’est son fils Hamish, celui-là même qu’elle avait humilié en refusant sa demande en mariage, qui a pris les rênes de l’affaire familiale et que sa mère, plus pour obliger Alice à se « ranger » que par nécessité, a vendu ses parts dans l’affaire, la laissant démunie.
    Alors qu’elle s’isole pour digérer tout cela, voilà qu’elle se retrouve face à Absolem, qui l’enjoint de le suivre avant de passer dans un miroir.

    Alice de l'autre côté du miroir absolem.JPG

    Intriguée, Alice le suit et traverse la glace pour se retrouver au pays imaginaire où elle apprend une terrible nouvelle : le chapelier fou se meurt et le seul moyen de l’aider et de retourner dans le passé.

    Alice de l'autre côté du miroir chapelier.jpg

    Pour cela, il va falloir affronter le Temps.
    J’ai bien aimé le Temps. C’est au départ un peu le méchant de l’histoire mais en fait il n’agit pas par méchanceté mais pour protéger le déroulement des événements.

    Alice de l'autre côté du miroir le temps.jpg

    Dans ce film, on va trouver la réponse à de nombreuses questions : Qu’est devenue la famille du Chapelier ? Pourquoi la reine Rouge est-elle si méchante ? Pourquoi déteste-t-elle autant la reine Blanche ? Pourquoi a-t-elle une aussi grosse tête ?
    Je crois que ce film est encore meilleur que le premier, pourtant réalisé par l’inimitable Tim Burton.
    Dans cette course contre le Temps, il n’y a aucun temps mort, aucun moment d’ennui.
    Alice a beaucoup muri mais elle n’a pas renoncé à son idée de développer la compagnie de son père et à ne pas se laisser enfermer dans un mariage de convenance au grand dam de sa mère qui ne comprend pas pourquoi sa fille refuse de rentrer dans le moule. Les années que la jeune fille a passé à naviguer lui ont donné une nouvelle assurance et elle n’hésite pas à se jeter dans le vide quand les circonstances l’exigent.
    James Bobin a vraiment fait honneur à Tim Burton et, si je n’avais pas su que ce dernier avait cédé sa place au premier, j’aurais honnêtement pensé que les deux films avaient le même réalisateur.
    je n’ai pas vu passer les deux heures et ai presque été déçue de voir la fin arriver si vite !



  • [Film] Cinquante nuances plus sombres

    cinquante nuances plus sombres affiche.jpg

    Titre original : Fifty Shades Of Grey 2: Fifty Shades Darker

     

    Réalisé par : James Foley

     

    Date de sortie : 08 février 2017

     

    Genre : Romance

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h58

     

    Casting : Dakota Johnson, Jamie Dornan, Bella Heathcote, Kim Basinger, Eric Johnson, Marcia Gay Harden,

     

    Résumé : C’est un Christian blessé qui tente de reconquérir Anastasia. Cette dernière exige un nouveau contrat avant de lui laisser une seconde chance. Mais une ombre surgit du passé de Christian et plane sur les deux amants, déterminée à détruire un quelconque espoir de vie commune.

     

    Mon avis : J’ai bien aimé le fait que la psychologie de Christian soit un peu plus mise en avant même si certaines des scènes qui n’ont pas été conservée me paraissaient importantes. Ainsi j’ai regretté l’absence du docteur Flynn, pourtant au casting. En effet, il me parait important qu’Ana sache que selon le docteur Christian n’est pas un sadique, comme il le pense, mais simplement un homme qui a tant souffert qu’il a besoin d’avoir un contrôle absolu sur les choses et les gens. De la même manière, le fait que ce soit Ana qui abandonne l’idée du voyage à New York n’est pas révélateur de la psychologie des personnages. Dans le livre Ana veut absolument faire ce voyage et Christian le fait annuler par son patron en usant de ses relations. Les messages entre Christian et Ana, messages qui sont ensuite lus par Jack et provoquent sa colère et l’agression de Ana manquent également. Tout comme la scène ou Ana raccroche au nez de Christian pour qu’il vienne voir Leila à son boulot, scène qui montre combien Ana a décidé de se battre contre le contrôle que Christian essaie d’exercer sur elle, quitte à le retourner contre lui.
    Ana est plus détendue, plus affirmée.

    cinquante nuances plus sombres ana.jpg

    Elle ose dire ce qu’elle ne veut pas et ce qu’elle veut, et Christian a intérêt à ne pas jouer au plus malin avec elle parce que maintenant, elle se rebiffe. Elle s’épanoui aussi dans son nouveau travail, même s’il est parfois source de stress (surtout avec les comportements de Christian et de Jack).
    Christian apparaît moins sûr de lui, il a vu qu’Ana était capable de le quitter et qu’il était donc en permanence sur le fil du rasoir.

    cinquante nuances plus sombres christian.jpg

    Ana le fait se remettre en question et les souvenirs de sa petite enfance remontent à la surface sous forme de cauchemars. Ana tient aussi à lui faire comprendre que la relation qu’il a eu avec Elena, l’amie de sa mère, si elle lui a permis de ne pas totalement partir en vrille, n’avait rien de normal et que cette Elena le considère comme lui appartenant.

    cinquante nuances plus sombres Elena.jpg

    Il faut qu’il coupe les ponts avec ce passé là et qu’il se réconcilie avec son passé avec sa mère biologique. Grace à Ana, il commence à l’envisager.
    En parallèle, on sent une histoire plus sombre qui se dessine avec l’ombre d’une personne qui semble vouloir détruire le couple.
    Même sans avoir lu les livres, la dernière scène du film laisse entendre que le troisième volet ne sera pas un long fleuve tranquille et que Christian et Ana n’ont pas fini d’en baver !


  • [Film] Telle mère, telle fille

    telle mere telle fille affiche.jpg

    Titre original : Telle mère, telle fille

     

    Réalisé par : Noémie Saglio

     

    Date de sortie : 29 mars 2017

     

    Genre : Comédie

     

    Pays d’origine : France

     

    Durée : 1h34

     

    Casting : Juliette Binoche, Camille Cottin, Lambert Wilson, Catherine Jacob, Philippe Vieux, …

     

    Résumé : Inséparables, Avril et sa mère Mado ne peuvent pourtant pas être plus différentes. Avril, 30 ans, est mariée, salariée et organisée à l'inverse de sa mère, éternelle ado insouciante et délurée qui vit aux crochets de sa fille depuis son divorce. Mais quand les deux femmes se retrouvent enceintes en même temps et sous le même toit, le clash est inévitable. Parce que si Mado, en pleine crise de jeunisme, n'est pas prête à être grand-mère, Avril, quant à elle, a bien du mal à imaginer sa mère... mère !

     

    Mon avis : Je ne sais pas laquelle des deux familles est la pire : les parents de Louis avec la mère à fleur de peau en permanence, ce qui se comprend quand tu vois le beauf qui lui sert de mari, ou ceux d’Avril, divorcés depuis vingt ans mais qui recouche ensemble pour atténuer le choc de l’annonce de grossesse de leur fille.
    Bon quand même trois des grands parents le prennent plutôt bien. Et puis il y a Mado, la mère d’Avril, âge mental 15 ans, qui vit au crochet de sa fille et chez elle tout en étant persuadé d’avoir tous les droits et dont la première réaction est : « mais vous allez pas le garder ? »

    telle mere telle fille mado.jpg

    Comme on peut s’en douter, les relations mère/fille ne vont pas être au beau fixe devant l’attitude négative de Mado face à la grossesse de sa fille. Et quand cette dernière apprend la grossesse de son immature et égoïste de mère, c’est le pompom !
    Mais honnêtement, je me demande comment Avril n’a pas craqué avant, parce que l’attitude de sa mère n’est qu’un problème parmi d’autres.

    telle mere telle fille avril.jpg

    Les beaux-parents intrusifs, le père absent, le mari sans travail qui « bosse » sur sa thèse (qu’on se demande s’il rendra un jour) et qui, bien sûr, ne lève pas le petit doigt pour aider sa compagne, ne serait-ce que pour ranger les courses quand elle rentre, épuisée, d’une journée de travail.
    Je suis étonnée qu’elle ne soit pas taraudée par une furieuse envie d’envoyer tout le monde paître dès le début de l’histoire.
    On a ici un film ou on n’arrête quasiment pas de rire, avec un rythme effréné, sans pratiquement une minute de temps mort.
    Pas le film du siècle, mais un bon moment de rigolade.