Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action/Aventure

  • [Film] Iron man 2

    iron man 2 affiche.jpg

    Titre original : Iron man 2

     

    Réalisé par : Jon Favreau

     

    Date de sortie : 28 avril 2010

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h04

     

    Casting : Robert Downey Jr, Don Cheadle, Scarlett Johansson, Gwyneth Paltrow, Samuel L. Jackson…

     

    Résumé : Le monde sait désormais que l'inventeur milliardaire Tony Stark et le super-héros Iron Man ne font qu'un. Malgré la pression du gouvernement, de la presse et du public pour qu'il partage sa technologie avec l'armée, Tony n'est pas disposé à divulguer les secrets de son armure, redoutant que l'information atterrisse dans de mauvaises mains. Avec Pepper Potts et James "Rhodey" Rhodes à ses côtés, Tony va forger de nouvelles alliances et affronter de nouvelles forces toutes-puissantes...

     

    Mon avis : Ce second volet consacré à Tony Stark se déroule juste après la fin du premier quand Tony bousille une allocution soigneusement préparé en lâchant « Je suis Iron Man ».
    Mais le grand Stark est dans un piteux état. L’appareil qui le maintien en vie consomme énormément d’énergie et il sait que le temps lui est compté.

    iron man 2 mal en point.jpg

    Dans le même temps, l’armée est bien décidée à s’approprier l’armure Iron Man à des fin militaires, un concurrent de Stark, qu’il a humilié devant une commission gouvernementale, est prêt à tout pour prendre sa « revanche » et le fils d’un homme qui vient de mourir semble vouer une haine féroce aux Stark.
    Alors que le moins qu’on puisse dire, c’est que Tony a du pain sur la planche, la proximité de sa mort, qu’il juge inévitable, lui fait un peu péter un plomb.
    Pepper Potts n’en peut plus, et on la comprend, Tony n’est pas simple à gérer.
    Le SHIELD va faire son retour et, malgré le scepticisme de Tony, cette organisation va lui être particulièrement utile.

    iron man 2 shield.jpg

    Il y a pas mal de scènes que j’ai adoré, notamment celles où Anton attaque avec des fouets électriques (et bien sûr, il y a aussi le combat final).

    iron man 2 anton.jpg

    J’ai beaucoup aimé la relation entre Tony et Rhodes. Même quand ils se disputent, il n’en faut jamais beaucoup pour qu’ils fassent front ensemble à nouveau.
    Un excellent film d’action, très divertissant.
    Et comme toujours, restez bien jusqu’à la fin : la scène post générique annonce le prochain film de la franchise.



  • [Film] Mission impossible 6 - Fallout

    MI fallout affiche.jpg

    Titre original : Mission : impossible - Fallout

     

    Réalisé par : Christopher McQuarrie

     

    Date de sortie : 01 août 2018

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h28

     

    Casting : Tom Cruise, Henry Cavill, Rebecca Fergusson, Sean Harris,

     

    Résumé : Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

     

    Mon avis : Décidément, Mission impossible tape toujours pile. Plus on avance dans la franchise, plus les films sont spectaculaires. Dans cet opus, la CIA s’en mêle, sa directrice n’appréciant pas que les équipes MI et surtout l’équipe de Hunt, aient autant les coudées franches.
    Pour leur prochaine mission, elle leur impose, avec l’accord du Président, un de ses hommes, August Walker (Heny Cavill), chargé de surveiller tout ce petit monde.

    MI fallout cahill.jpg

    On revoit Julia, l’ex-femme d’Ethan dont il s’est séparé afin de lui sauver la vie, ainsi qu’Ilsa Faust, l’espionne britannique qui avait infiltré le syndicat.

    MI fallout collegue et epouse.jpg

    Côté action, cette fois, c’est sous un hélicoptère que s’agrippe ce dingue de Tom Cruise.

    MI fallout helico.jpg

    Encore une fois, les scènes d’actions s’enchaînent. Le début est trompeur à ce sujet.
    On nous laisse croire à quelque chose de plus calme avant de se déchaîner dès lors qu’Ethan ridiculise la police française (ce qui n’est hélas pas bien difficile).

    Malgré sa longueur (2h30) qui en fait le plus long de la franchise, il ne connait aucun temps mort (bien qu’il y ait des passages plus calme).
    Avec ses cascades toutes plus folles les unes que les autres, Tom Cruise a fini par réussir à se faire mal (aussi quand on saute comme un lapin entre des immeuble… ça devait arriver !).

    MI fallout saut d'immeuble.jpg

    Maintenant, je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qu’ils vont bien pouvoir inventer pour le 7ème opus.
    Il faudra attendre 2021 pour le savoir !



  • [Film] Mission impossible 4 – Protocole fantôme

    MI protocole fantome affiche.jpg

    Titre original : Mission: Impossible - Ghost Protocol

     

    Réalisé par : Brad Bird

     

    Date de sortie : 14 décembre 2011

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h13

     

    Casting : Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Paula Patton…

     

    Résumé : Impliquée dans l'attentat terroriste du Kremlin, l'agence Mission Impossible (IMF) est totalement discréditée. Tandis que le président lance l'opération "Protocole Fantôme", Ethan Hunt, privé de ressources et de renfort, doit trouver le moyen de blanchir l'agence et de déjouer toute nouvelle tentative d'attentat. Mais pour compliquer encore la situation, l'agent doit s'engager dans cette mission avec une équipe de fugitifs d'IMF dont il n'a pas bien cerné les motivations…

     

    Mon avis : Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne suis pas l’ordre des films. Je n’ai pas chroniqué les trois premiers films, le 5ème film est déjà chroniqué et là, je viens de regarder le 4ème. Je vous rassure, je les ai vu dans l’ordre au moment de leur sortie, mais pour ce qui est du blog, c’est un poil plus chaotique.
    Dans ce quatrième volet, on retrouve Ethan Hunt dans une prison russe d’où son équipe doit l’extraire.
    L’IMF (Impossible Mission Force) lui confie une mission qui tourne au fiasco et le Président, pour sauver son image politique, discrédite l’agence et lance le « protocole fantôme ».
    L’équipe d’Ethan Hunt se retrouve livrée à elle-même, sans renforts, pour arrêter un sale type dans personne à part eux ne semble soupçonner l’existence.
    Comme à son habitude, Tom Cruise se lance dans des cascades improbables (il va finir par se péter le col du fémur, il aura l’air fin !), qu’il réalise sans trucage (comme l’escalade de la tour Burj Khalifa, 828 mètres de hauteur).

    MI protocole fantome escalade dubai.jpg

    Un rythme effréné avec quelques scènes drôles comme celle dans laquelle l’agent Brandt (Jeremy Renner) a peur de sauter dans un puits d’aération, n’ayant pas été convaincu par les explications sur la technologie censée stopper sa chute (et donc l’empêcher de s’écraser comme une bouse 10 mètres plus bas).
    Dans cet opus, Ethan ne sauve pas la situation à lui tout seul, comme c’était plus ou moins le cas dans les 3 premiers films. Non, ici, il y a un vrai travail d’équipe et chaque membre de l’équipe est indispensable à la réussite de la mission.

    MI protocole fantome equipe.jpg

    Le seul bémol est l’absence d’un vrai méchant qui crève l’écran. Ici le terroriste est plutôt absent des radars, sauf dans quelques scènes où on ne peut pas se passer de lui. Le flic russe qui poursuit Ethan est bien plus flippant, sauf que comme le pauvre homme est de bonne foi, on ne peut pas vraiment le considérer comme un méchant.
    Mais à part ce point là, il n’y a rien à redire.
    La franchise, au lieu de s’essouffler, semble se bonifier avec le temps, et, comme j’ai déjà vu le 5ème film, il ne me reste plus qu’à voir le 6ème opus pour savoir si la tendance se confirme (Et si Tom Cruise va finir par regretter d’avoir joué les cascadeurs de 20 ans à presque 60 balais !)


  • [Film] L'incroyable Hulk

    l'incroyable hulk affiche.jpg

     

    Titre original : The Incredible Hulk

     

    Réalisé par : Louis Leterrier

     

    Date de sortie : 23 juillet 2008

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h52

     

    Casting : Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth, William Hurt…

     

    Résumé : Le scientifique Bruce Banner cherche désespérément un antidote aux radiations gamma qui ont créé Hulk. Il vit dans l'ombre, toujours amoureux de la belle Betty Ross et parcourt la planète à la recherche d'un remède.
    La force destructrice de Hulk attire le Général Thunderbolt Ross et son bras droit Blonsky qui rêvent de l'utiliser à des fins militaires. Ils tentent de développer un sérum pour créer des soldats surpuissants.
    De retour aux Etats-Unis, Bruce Banner se découvre un nouvel ennemi. Après avoir essayé le sérum expérimental, Blonsky est devenu L'Abomination, un monstre incontrôlable dont la force pure est même supérieure à celle de Hulk. Devenu fou, il s'est transformé en plein coeur de New York.
    Pour sauver la ville de la destruction totale, Bruce Banner va devoir faire appel au monstre qui sommeille en lui...

     

    Mon avis : Toujours dans mon but de voir tous les films Marvel dans l’ordre, j’ai regardé le numéro 2 de ma liste : L’incroyable Hulk.
    Je suis partie sans a priori parce que, à part un ou deux épisodes de la série quand je portais encore des couettes, pour moi, le géant vert, c’était lui :

    géant vert.jpg

    Alors, même si je n’ai pas vu le film précédent, je trouve qu’Edward Norton est mieux dans le rôle qu’Eric Bana.
    Parce qu’on va pas se mentir, edward Norton a l’air d’être taillé dans une biscotte et c’est bien ça qui rend Hulk encore plus impressionnant. Alors que bon, Eric Bana… On s’attend pas à le voir à se transformer en super-crevette.

    l'incroyable hulk banner.jpg

    Et c’est cette dichotomie entre les deux facettes du personnage qui rend la chose intéressante.
    Donc, j’aime que ce soit Edward Norton qui ait hérité du rôle de Banner.
    J’ai bien aimé voir tout ce que fait Banner pour éviter de se transformer en Hulk ainsi que les flash-back qui permettent de comprendre comment il en est arrivé là.
    Les motivations des militaires sont classiques ce qui n’empêche pas d’avoir envie de leur foutre des baffes (en fait, y’a un paquet de personnes à qui on a envie de foutre des baffes).

    l'incroyable hulk baffes.jpg

    Les effets spéciaux sont géniaux (ben oui, le dernier Hulk que j’ai vu datait de la fin des années 70 !).

    l'incroyable hulk effets spéciaux.jpg


    Le film introduit bien le personnage dans l’univers Marvel et l’apparition éclair de Tony Stark donne très envie de voir la suite et surtout de voir Banner rejoindre l’équipe montée par le Shield.

     


  • [Film] Numéro quatre

    numero quatre affiche.jpg

     

    Titre original : I Am Number Four

     

    Réalisé par : D.J. Caruso

     

    Date de sortie : 06 avril 2011

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 1h51

     

    Casting : Alex Pettyfer, Timothy Olyphant, Teresa Palmer, Dianna Agron, Callan McAuliffe, Jake Abel, Kevin Durand…

     

    Résumé : Trois sont déjà morts. Qui sera le quatrième ? Un adolescent extraordinaire, John Smith, fuit devant des ennemis prêts à tout pour le détruire. Changeant perpétuellement d’identité, ne restant jamais longtemps dans la même ville, il est accompagné par Henri, qui veille sur lui. Partout où il va, John est le nouveau venu, celui qui n’a aucun passé. Dans la petite ville de l’Ohio où il s’est installé, il va vivre des événements inattendus qui vont changer sa vie. De son premier amour à la découverte de ses incroyables aptitudes, il va aussi se lier à des personnes qui partagent son fascinant destin…

     

    Mon avis : Ces bandes annonces qui présentent les films à leur sauce sans se soucier que les scènes qu’elles présentent soient dans le film ou non, commencent à me gonfler !
    Selon la bande annonce, John est censé ne pas savoir qu’il est numéro quatre, or, dès les premières minutes du film, on peut constater qu’il sait tout, ou presque, à ce sujet.
    En dehors de ce détail légèrement crispant, j’ai trouvé le film très bien mené et je regrette que la suite de la saga n’ait pas été adaptée.
    Les effets spéciaux sont plutôt pas mal (j’ai particulièrement aimé la transformation de la chimère).

    numero quatre john et henry.jpg

    Même si j’ai retrouvé des bases déjà vues, notamment dans la série Roswell pour le côté survivants d’une planète poursuivis par une autre race extraterrestre et avec l’un d’entre eux qui a été entrainé à maitriser ses pouvoirs alors que les autres ont grandi plus coupés de leur nature profonde  ou encore dans le film independance day pour le côté race extraterrestre hostile, incapable de coloniser sans détruire (en plus sadique), je me suis laissée embarquée dans l’histoire.
    Les acteurs sont convaincants et j’ai trouvé qu’ils portaient plutôt bien le film. Malgré le peu de temps, car le film dure moins de 2h et il y a beaucoup de scènes d’action, le passé des personnages principaux est suffisamment bien brossé pour qu’on s’attache vraiment à eux.

    numero quatre six.jpg

    N’ayant pas encore lu la saga, je n’avais pas d’a priori et du coup je n’ai pas passé le film à râler que « ça, ce n’est pas dans le livre ! ».
    Comme de toute évidence il n’y aura pas d’adaptation des suites (la faute à la crucifixion de ce premier opus par la presse ?), je vais découvrir cette saga de 7 tomes en me plongeant dans la lecture !
    Mais je garderais tout de même un excellent souvenir de ce film.


  • [Film] Jurassic World 2 : Fallen Kingdom

    jurassic world 2 affiche.jpg

     

    Titre original : Jurassic World Fallen Kingdom

     

    Réalisé par : Juan Antonio Bayona

     

    Date de sortie : 06 juin 2018

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h08

     

    Casting : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Rafe Spall, Justice Smith, Daniella Pineda, Isabella Sermon, B.D. Wong…

     

    Résumé : Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l'île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l'île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

     

    Mon avis : J’ai comme l’impression que la nouvelle trilogie (je dis trilogie au pif, je ne sais pas combien de films sont prévus), suit exactement le même schéma que la trilogie d’il y a 20 ans et des poussières (Et il ne faut pas oublié que cette nouvelle trilogie n’est pas un reboot mais une suite du premier film occultant les second et 3ème).
    Dans Jurassic Park de 1997, les dinosaures s’échappaient de leurs cages pendant la pré-visite du parc par des experts et semaient la terreur. Dans Jurassic World, histoire 2.0, la pré-visite de l’expert est pour une nouvelle attraction, mais parallèlement, le parc est ouvert est plein de visiteurs. La nouvelle attraction étant un dinosaure hybride, le carnage est multiplié par 1000.
    Dans Jurassic Park 2 Le monde perdu, Ian Malcom était envoyé par John Hammond sur une île où les dinosaures vivaient en liberté dans le but de mettre sur place une mission sauvetage et était confronté à une équipe parallèle venue capturer les dinosaures pour leur valeur marchande.
    Dans Jurassic World 2 Fallen kingdom, histoire 2.0 de nouveau. Cette fois, la mission de sauvetage concerne les dinosaures eux-mêmes (et pas juste une personne présente sur l’île) et on est encore une fois confronté à de sales types qui ont des dollars à la place des yeux.
    Petite surenchère avec un hybride comme le premier, mais en plus mieux ! (ou en plus pire… ça dépend de quel côté des crocs vous êtes).

    jurassic world 2 hybride.jpg

    Après, si on passe sur ce presque-copier-coller-mais-en-plus-mieux-parce-qu’on-est-plus-fort-que-les-copains, j’ai beaucoup aimé le film. Mais bon, je suis bon public, mettez moi des dinosaures, un ou deux aventuriers dont un beau gosse (tant qu’à faire), de la baston, et je suis contente.
    Je ne sais pas ce que je préfère de la relation entre Chris et Claire ou de celle entre Chris et Blue.

    jurassic world 2 blueet chris.jpg

    J’ai oscillé entre frissons et colère noire pendant tout le film et ils ont même réussi à me faire pleurer.
    L’hybride présenté fait un peu réchauffé quand on en parle la première fois, mais il faut avouer qu’on a une grande bête agile, au QI du velociraptor et à la puissance du T-Rex, elle fiche la trouille, elle bouffe des gens, elle est sournoise à souhait… ça suffit à justifier son existence.
    Je ne m’attarderais pas plus que ça sur les incohérences telles que le mec qui se fait arracher un bras et qui ne se vide pas de son sang en hurlant de douleur ou encore Owen qui se retrouve à un millimètre d’une coulée de lave sans avoir ne serait-ce que les poils qui roussissent.
    On est dans un film d’action, disons qu’on peut se permettre des fantaisies (et bon, quand le postulat de départ est que des dizaines d’espèce de dinosaures ont été recréées à partir de l’ADN contenu dans un seul moustique… on est plus à ça près).
    Ian Malcolm fait quelques petites apparitions, juste histoire de se retenir visiblement de dire « Je vous l’avais bien dit ! » et se montre, comme à son habitude, plutôt pessimiste quant à l’avenir.

    jurassic world 2 ian.jpg

    La fin laisse sans voix, pleins d’interrogations sur ce que va nous réserver le prochain film.
    En tout cas, il va falloir patienter pour découvrir ce que nous réservent les scénaristes car Jurassic World 3 n’est pas prévu avant 2021.



  • [Film] Iron man

    iron man affiche.jpg

     

    Titre original : Iron man

     

    Réalisé par : Jon Favreau

     

    Date de sortie : 30 avril 2008

     

    Genre : Action

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h06

     

    Casting : Robert Downey Jr., Terrence Howard, Gwyneth Paltrow, Jeff Bridges…

     

    Résumé : Tony Stark, inventeur de génie, vendeur d'armes et playboy milliardaire, est kidnappé en Aghanistan. Forcé par ses ravisseurs de fabriquer une arme redoutable, il construit en secret une armure high-tech révolutionnaire qu'il utilise pour s'échapper. Comprenant la puissance de cette armure, il décide de l'améliorer et de l'utiliser pour faire régner la justice et protéger les innocents.

     

    Mon avis : En cherchant quel film regarder dans la soirée, j’ai eu soudain envie de voir les films Marvel dans l’ordre. Bon ok, j’ai déjà vu Avengers et Avengers : L’ère d’Ultron, mais ça en laisse pas mal à voir !
    Et je commence donc avec Iron man qui est un de mes héros Marvel préféré.
    Tony Stark est un milliardaire (ils s’ennuient ces milliardaires ? Qu’ils finissent tous en super héros : Batman, Black Panther, Green Arrow…) spécialisé dans la vente d’armes qui effectue un virage à 180° quand il réalise que ses armes sont utilisées par les ennemis de son pays.
    Son armure, il l’a d’abord assemblée à la va-vite pour échapper à ses kidnappeurs en Afghanistan (dans les comics, c’est au Viêt Nam que Stark est kidnappé, heureusement (si j’ose dire) les américains font toujours la guerre à quelqu’un et du coup il n’a pas été très compliqué d’actualiser tout ça).
    Rentré chez lui, il va s’atteler à perfectionner cette armure dont le potentiel le fascine.

    iron man 1ere armure.jpg

    Stark est vraiment un génie. Le problème c’est qu’il le sait, ce qui le rend parfaitement insupportable. Pourtant j’adore sa personnalité (surement parce que je ne me le coltine pas au quotidien) et j’adore la personnalité qu’il a donné à l’intelligence artificielle de son robot majordome, Jarvis. Il en a fait un robot au style très anglais, avec un humour assez caustique.
    J’aime aussi la relation qu’il a avec son autre robot, un robot moins élaboré, plus basique, que Stark appelle « le débile » ce qui est extrêmement injuste je trouve, car ce petit robot est adorable et n’a pas besoin de parole pour se faire comprendre.
    Mais surtout, Stark ne serait rien sans son assistante, Peper Potts, sans laquelle il admet lui-même d’un ton boudeur qu’il ne tiendrait pas une semaine.

    iron man pepper.jpg

    Leur relation est très ambigüe, à la frontière entre le professionnel et le personnel.
    Il y a beaucoup d’humour, Stark étant assez anticonformiste et aimant beaucoup provoquer ses interlocuteurs.
    Il en prend aussi régulièrement plein les dents, étant donné qu’il adore repousser les limites mais qu’il ne se préoccupe des conséquences que quand elles lui tombent sur le coin du museau.
    Quiconque aura déjà vu un film d’action se doutera très vite de l’identité du « méchant » dont les motivations sont des plus classiques : argent et pouvoir.
    D’ailleurs on se doute également de la façon dont le film va se terminer mais voir les méchants se prendre des roustes, c’est comme le thé vert-menthe-concombre, on ne s’en lasse pas.
    Enfin, une organisation importante dans les films Marvel est introduite.
    Tout le monde se moque de son nom à rallonge (Stratégie Habileté Intervention exécution et Logistique Défensive) et finalement son représentant finit par déclarer : appelez-nous le SHIELD.
    La scène post-générique nous annonce sans ambiguïté que tout ne fait que commencer et qu’on se lance dans une drôle d’aventure.
    Le prochain film de la liste est l’incroyable Hulk et j’ai hâte de continuer mon épopée Marvel.


  • [Film] Les animaux fantastiques 2 - Les crimes de Grindelwald

    Les animaux fantastiques 2 affiche.jpg


    Titre original
     : Fantastic Beasts: The Crimes Of Grindelwald

     

    Réalisé par : David Yates

     

    Date de sortie : 14 novembre 2018

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA, Angleterre

     

    Durée : 2h14

     

    Casting : Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Alison Sudol, Jude Law, Johnny Depp, Ezra Miller, Zoë Kravitz…

     

    Résumé : 1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s'évade comme il l'avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l'origine d'attaque d'humains normaux par des sorciers et seul celui qu'il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l'arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L'aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

     

    Mon avis : Ce second volet des animaux fantastiques (5 sont prévus au total) est plus sombre que le premier film.
    Pour ceux qui ont rouspété de si peu voir Johnny Depp dans le premier film, qu’ils se rassurent, Grindelwald, qu’il incarne avec son brio habituel, est au centre du film.
    On en découvre un peu plus sur Norbert, on rencontre son frère ainsi que la fiancée de celui-ci, la fameuse Leta, dont Norbert gardait la photographie dans sa valise.

    Les animaux fantastiques 2 Leta.jpg

    Dumbledore n’est guère présent, mais je pense que son rôle va s’étoffer, puisque dans l’histoire originale, c’est bien Albus qui est supposé mettre un terme à la montée en puissance de Gellert Grindelwald.
    On va comprendre pourquoi, malgré ce que l’on sait de ce qu’il va arriver entre eux, Dumbledore passe le film a refuser de s’en prendre à Grindelwald.

    Les animaux fantastiques 2 albus.jpg

    Toutefois, il y a quelques incohérences dans le film par rapport à Harry Potter :
    Si le dernier descendant mâle des Lestrange, et frère de Leta, est mort comme il est dit au début du film, d’où sortent Abraxas, Lucius et Drago ? Génération spontanée ? A moins que le film ne parle d’une autre branche de la famille ?
    Ensuite il y a Minerva McGonagall qui est professeur en même temps que Dumbledore (lequel enseigne la DFCM alors qu’il est censé avoir été professeur de métamorphose), alors qu’elle est supposée naître près de dix ans après les événements du film.
    Quant aux révélations de Grindelwald à la fin, elles posent le même problème de cohérence, mais pourra avoir une explication plus facilement que les autres problèmes.
    On retrouve les personnages du premier film : Jacob, dont l’absence d’amnésie est expliqué d’une façon un peu tirée par les cheveux, Queenie, qui sous ses airs évaporés prend un chemin plus sombre des plus inquiétant

    Les animaux fantastiques 2 queenie.jpg

    et Tina, toujours très professionnelle mais qui a mis un peu d’eau dans son vin.
    Les animaux sont aussi tous là. Si la plupart vivent leur vie dans le sous-sol de Norbert, sous la surveillance d’une nounou dévouée, le nifleur et Pickett, le botruc, restent toujours en sa compagnie.
    De nouveaux animaux vont être présentés, dont les inquiétants « chats » du ministère et une sorte de dragon chinois à tête de chat.
    On retrouve aussi croyance, le jeune obscurial et les ennuis du pauvre garçon n’ont pas l’air fini. S’il est débarrassé de sa saleté de mère adoptive, il est toujours la cible de tous, ceux qui ne cherchent pas à le tuer, cherchent à le manipuler.

    Les animaux fantastiques 2 Croyance.jpg

    Grindelwald a le don de convaincre les foules. Il agit avant tout comme un homme politique, usant de mensonges, de manipulation et de persuasion, plutôt que d’utiliser sa magie pour torturer ou instaurer la terreur (On se demande si Voldemort a agit de même au début de sa « carrière »). Il faut avouer que Gellert est convaincant et qu’il sait parfaitement tirer parti du moindre détail. Pourtant le début du film nous montre à quel point il est impitoyable et donc que cette facette de beau parleur n’est qu’une façade.

    Les animaux fantastiques 2 grindelwald.jpg

    Le lien avec Harry Potter, et plus précisément avec Voldemort, est de nouveau fait avec la présence de Nagini, dont les origines sont plus qu’étonnantes.
    Le 5ème film devant se dérouler en 1945, soit quand Voldemort, sorti de l’école, commence à recruter des partisans, je me demande si Nagini va voir son rôle s’étoffer au fil des films.
    Je doute que sa présence dans les animaux fantastiques soit fortuite et j’ai hâte de voir quel va être son rôle dans la suite de la saga.
    La musique est toujours aussi fantastique.
    Des interprètes à la musique, en passant par le scénario (malgré les petites incohérences citées plus haut), j’ai tout aimé dans ce film et maintenant, j’attends avec impatience le 3ème film.


  • [Film] Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar

    pirates des caraibes 5 affiche.jpg

    Titre original : Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales

     

    Réalisé par : Joachim Rønning, Espen Sandberg

     

    Date de sortie : 24 mai 2017

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h09

     

    Casting : Johnny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaites, Kaya Scodelario, Geoffrey Rush…

     

    Résumé : Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

     

    Mon avis : Dernier film de la saga Pirates des Caraïbes (du moins pour l’instant), j’ai trouvé qu’il était un cran en dessous des précédents.
    Rien à redire sur l’action ou les effets spéciaux qui sont toujours aussi soignés mais l’ensemble semble souffrir d’un certain essoufflement. Jack Sparrow est toujours aussi loufoque et imprévisible mais son humour lui aussi s’essouffle (cela dit, le pirate vieillit).

    pirates des caraibes 5 jack.jpg

    La présence d’Orlando Bloom au tout début et à la toute fin du film

    pirates des caraibes 5 will.jpg

    , rejoint pour quelques minutes par Keira Knighley, semble être un moyen un peu désespéré de renouer avec le succès des premiers films.

    pirates des caraibes 5 elizabeth.jpg

    Je n’ai pas réussi à m’attacher à Henry Turner dont la présence semble anecdotique. Contrairement à Elizabeth et Will dans les trois premiers films, ou à Angelica dans le 4ème, il n’a pas un rôle significatif. Franchement, s’il n’avait pas été là, ça n’aurait pas changé grand-chose.

    pirates des caraibes 5 henry.jpg

    Carina, la jeune scientifique accusée de sorcellerie, est bien plus intéressante.

    pirates des caraibes 5 carina.jpg

    Le changement de réalisateur se fait sentir et malheureusement pas dans le bon sens. Ces deux gugus n’ont rien compris à l’univers et ont supprimé tout ce qui faisait son succès : l’humour un peu absurde, les personnages secondaires un peu loufoque (l’absence de Pintel et Ragetti se fait cruellement sentir) et surtout, surtout, la musique !
    On était habitués, à chaque film, à une musique reprenant le thème des pirates mais dont les arrangements changeaient suffisamment chaque version pour donner l’impression d’une nouvelle musique.
    Ici j’ai vraiment ressenti un manque, au point, une fois le film terminé, d’être totalement incapable de me souvenir de la musique ou même seulement des moments où elle accompagnait les images. C’est dire si elle m’a marquée !
    Quant à l’histoire du compas, elle aurait pu être intéressante mais non seulement on cherche encore le rapport entre l’objet et la malédiction mais elle entre en totale contradiction avec les films précédents et notamment le 3ème opus où Jack s’était déjà défait du compas au profit de Will, ce qui, selon ce film, aurait dû déclencher les évènements présents dans « la vengeance de Salazar ».
    Salazar est censé être un être terrifiant, mais il m’a laissé de marbre et plus généralement, il m’a manqué ce côté « entre le marteau et l’enclume » qui caractérisait les autres films avec un Jack aux prises avec deux ennemis dont l’un était toujours les officiels de la couronne.

    pirates des caraibes 5 salazar.jpg

    Ici, sur le papier, il y a toujours une certaine poursuite par la couronne, mais dans les faits, les officiels sont totalement inconsistants et n’apportent pas grand-chose à l’histoire.
    Bref, je l’ai regardé jusqu’à la fin, mais d’un œil, en luttant pour ne pas m’endormir.
    S’il devait un jour y avoir un 6ème volet, de grâce, redonner la réalisation à Gore Verbinski et cessez de la confier à n’importe qui !



  • [Film] Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence

    pirates des caraibes 4 affiche.jpg

     

    Titre original : Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides

     

    Réalisé par : Rob Marshall

     

    Date de sortie : 18 mai 2011

     

    Genre : Aventure

     

    Pays d’origine : USA

     

    Durée : 2h16

     

    Casting : Johnny Depp, Penelope Cruz, Geoffrey Rush, Ian McShane, Sam Claflin, Astrid Berges-Frisbey…

     

    Résumé : Dans cette histoire pleine d’action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé...

     

    Mon avis : C’est toujours avec Johnny Depp mais sans Orlando Bloom et Keira Knightley que se poursuit la saga Pirates de Caraïbes.
    Rob Marshall succède à Gore Verbinski à la réalisation pour nous offrir une aventure qui se déroule plus à terre qu’en mer. La faute à un budget plus serré ? Peu importe. En ce qui me concerne, la magie opère toujours.
    Dès le début du film, après une spectaculaire évasion du palais royal britannique, on a le plaisir de retrouver Sparrow père dans une scène malheureusement trop courte à mon goût.

    pirates des caraibes 4 papa sparrow.jpg

    Cette fois encore, le capitaine Jack Sparrow se retrouve confronté à de sacrés adversaires. Entre Barbossa et Barbe-Noire, sans compter la délégation espagnole, il ne va plus savoir où donner de la tête.

    pirates des caraibes 4 barbarossa.jpg pirates des caraibes 4 barbe noire.jpg

    A moins que ce ne soit l'envoûtante Angelica, campée par Penelope Cruz, qui ne la lui fasse tourner, la tête.

    pirates des caraibes 4 angelica.jpg

    La question qui se pose à chaque opus de la saga et qui en est jusque-là le véritable fil rouge est toujours d’actualité : Où est passé le Black Pearl et comment Jack va-t-il le retrouver et en récupérer le commandement ?
    J’ai beaucoup aimé les passages avec les sirènes qui nous ramènent à l’océan et à ses créatures mystérieuses. Sirènes qui sont d’ailleurs bien flippantes, exception faite de Syrena qui est plus « humaine ».

    pirates des caraibes 4 sirenia.jpg

    Cette fois-ci, je me suis méfiée et j’ai bien regardé le générique jusqu’à la fin. La scène post générique, tout comme celle du 2ème opus, que je suis allée regarder exprès, est plus anecdotique qu’autre chose mais ça m’embêtait de la rater. J’ai d’ailleurs été aussi voir celle du 1er opus, et j’ai enfin compris comment et pourquoi Jack le singe était toujours immortel.
    Pour en revenir à la scène post générique de cet opus-là, elle fait sourire et laisse à penser que Jack n’en a pas terminé avec le personnage qui y est mis en scène.
    William et Elizabeth Turner ne nous manquent pas, peut-être parce que la fin du trois leur offre une conclusion satisfaisante, qu’on sait qu’ils sont vivants et susceptibles de venir faire un petit come-back dans un prochain opus. De plus, le rythme est tellement soutenu qu’on n’a pas vraiment le temps de regretter d’anciens personnages.
    Il ne me reste plus que le 5ème film à découvrir et ensuite il faudra attendre la sortie du 6ème film pour replonger dans l’univers du capitaine Jack Sparrow !